Tous les articles par Caroline Fontaine

« 100 ans après : les mutineries » 9 et 10 juin, Le Mail, Soissons

100 ans après : Les mutineries

Vendredi 9 et samedi 10 juin 2017

Le Mail, Centre culturel,  rue Jean de Dormans 02200 Soissons

Renseignements : tel. : 0323593236 et mail: drsahs@orange.fr site internet: www.sahs-soissons.org

Programme

Vendredi 9 juin – Mutineries et refus de guerre

9H30 ouverture du colloque et allocutions protocolaires

Présidence Emmanuelle CRONIER

Maître de conférences, Université Picardie – Jules Verne

I – Formes et figures du refus collectif des mutineries

1) Le refus au féminin: soldats et femmes révoltés en Bulgarie.

Snezhana DIMITROVA (prof esseu r Université  » N. Ril s ki » , Blagoevgrad)

2) Les formes du refus révélatrices des reconfigurations sociales : éclatement démo- cratique et violences sociales dans l’armée russe en 1917.

Alexandre SUMPF (m aître de conf éren ces en his toir e Université de Strasbourg)

3) Le refus : posture pacifiste ou geste de combattants. Les actes d’indiscipline dans l’armée italienne.

Irene GUERRINI (Universit à di Geno va) et Marco PLUVIANO (CRID 14-18)

4) Refuser la conscription dans les bataillons de travail ? Le cas des régions centrasiatiques de l’Empire russe en 1916.

Cloé DRIEU (chargée de recherc he au CNRS/CETOBAC)

Pause repas de 12h15 à 14H00

II – Les cadres militaires et nation aux et l ’expérience du refus collectif

1) Les refus de guerre en 14-18 dans l’armée belge.

Benoit AMEZ (doctorant en histoire et directeur de collection)

2) Une exception ? Désordre et discipline : le Corps Expéditionnaire Britannique à l’heure des mutineries.

Pierre PURSEIGLE (associat e Prof ess or, Univ ersity of Warwick)

3) Un cas d’école ? La mutinerie des brigades russes, causes et interprétations.

Maxim CHINIAKOV (maître de conf érences université de Moscou)

4) Nous devons faire un exemple : L’Amiral Scheer et les mutineries dans la marine impériale allemande en 1917.

Michael EPKENHANS (chef de recherche Centre d’Histoire Militaire Bundeswehr)

5) Les mutineries dans l’armée austro-hongroise de 1918 : des refus nationaux ?

Guy MARIVAL (prof esseur h onoraire)

Samedi 10 juin – 9h30 Les mutineries aujourd’hui

Présidence Emmanuel SAINT-FUSCIEN

Maître de conférences EHESS III – Représenter les mutineries

1) Les mutins à la télévision, formes et images.

Jean-Christophe MEYER (PRAG Université de Strasbourg)

2) « Mort aux vaches » au Chemin des Dames, graffiti de contestation dans la Grande Guerre.

Jérôme BUTTET (professeur au lycée Camille Claudel Soissons)

3) Les mutins à l’école: 1917, la guerre en crise.

Vincent MOISSENET (professeur au collège André Malraux d e Paron)

4) Entre représenter et se souvenir, le département de l’Aisne et les mutineries.

Franck VILTART (chargé de mission Chemin des Da es, Conseil départemental de l’Aisne)

IV – Se souvenir des mutineries : quels chemins de mémoire ?

1) Cent ans après une mémoire toujours à vif ? Le point de vue de la fédération nationale de la Libre Pensée.

Nicole AURIGNY (vice-présidente de la Fédération de la Libre Pensée)

2) Répressions et rumeurs : la confusion des figures du mutin et du fusillé pour l’exemple.

Gilles MANCERON (historien, Ligue des Droits de l’Homme )

3) Les mutineries dans les commémorations de la Mission du Centenaire. Quelle photographie des mémoires en 2017 ?

Alexandre LAFON (conseiller historique à la Mission du Centenaire)

V – Débat conclusif

Hervé CHABAUD (rédacteur en chef à l’Union), Michel SARTER (directeur Archives départementales de l’ Aisne), Antoine FLANDRIN (journaliste au Monde),Guy Marival (professeur honoraire), Denis ROLLAND (président Société Historique Soissons).

Dimanche 11 juin

11 H 00 – Cimetière de Maizy, cérémonie en souvenir des fusillés du 18e RI: Casimir

Canel, Alphonse Didier, Jean-Louis Lasplacettes.

14 H 30 – Evocation de la mutinerie du 18e RI et son dénouement tragique à Maizy. Visite de la ferme de Maizy. Rendez-vous devant le monument aux morts.

16 H 15 – Evocation de la mutinerie du 75e RI. Visite de la carrière lieu de cantonne- ment du régiment. Rendez-vous devant la mairie de Pargnan.

Renseignements :

Office de tourisme de Soissons 0323531737 et Société Historique de Soissons

0323593236 et mail: drsahs@orange.fr site internet: www.sahs-soissons.org

 

Le visage de la Révolte : 1917

INVITATION 

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de

Joëlle Beurier (URCA, CERHIC) et Jay Winter (Yale University) :

 Le visage de la Révolte: 1917

Samedi 20 mai 2017, 17h

à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne

 

Assiette russe 1917 : inscription : PRAVDA (Vérité), coll. Historial de la Grande Guerre, Photo : Yazid Medmoun

La révolte est un thème presque invisible en Grande Guerre.  En 1917, le public ne voit rien des grèves qui agitent la société française à l’arrière, ni des mutineries sur le front. La presse française n’hésite pas à se rendre à l’étranger pour contourner les interdits, et l’on peut se demander si l’information sur la violence de la révolte russe et même les refus de combat ne disent pas en filigrane les événements.

 

Jay Winter est Professeur émérite de l’université de Yale, directeur de recherche à l’université de Monash et vice-président du Centre de recherche de l’Historial. Il est  notamment l’auteur de Sites of memory, sites of mourning: The Great War in European cultural history, publié en 1995, et a dirigé la monumentale Cambridge history of the First World War (3 volumes), publiée en 2014 et traduite en anglais, français et chinois.

Joëlle Beurier a soutenu sa thèse à l’Institut Universitaire Européen (Florence), publiée en 2016 (Photographier la Grande Guerre, France-Allemagne. L’héroïsme et la violence dans les magazines). Actuellement PRAG à l’IUT de Troyes (URCA, CERHIC), elle poursuit ses recherches sur l’iconographie de la Grande Guerre (14-18 Insolite. Albums-photos des soldats au repos, 2014) ainsi que sur l’histoire du photojournalisme et des genres

(http://encyclopedia.19141918onlinee.net/article/pressjournalism_france )

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

 

 

 

Their Past, Their Memory?

Their Past, Their Memory?
A one-day interdisciplinary workshop hosted at King’s College, London as part of the AHRCfunded
Teaching and Learning War Research Network to explore young people’s
engagement with and receptivity to the cultural memory messages of the two world wars
from an international comparative perspective. We welcome abstract submissions from
academic researchers and educational practitioners in schools, museums, non-profit
organisations, archives and heritage organisations.
Date: Friday 15th September 2017
Call for papers:
At the centenary of WW1 in the UK, Australia, Canada, and New Zealand young people find
themselves front and centre of both state-sponsored and community-level commemorations.
As the two world wars fade from living memory, young people across the Commonwealth
have been singled out as those who will be carrying the memory of the war forward. Early
indications suggest similar emphasis will be placed on young people in the 80th and 90th
anniversaries of WW2.
It is at this juncture, as the commemorative focus in Britain and the Commonwealth
shifts from WW1 to WW2, that new questions arise about 1) the ways these cataclysmic
events are taught in the 21st century, 2) what cultural memory messages feature in
education, 3) how young people respond to and interpret these messages and 4) the
relationship between education and commemoration. While study of memory and war
remembrance has intensified in recent years, the way young people engage with the cultural
messages about these seminal historical events is largely unexplored. Educational sites
where memory of the two world wars are communicated and received are multifarious
including (amongst many examples) curriculum content, text books, field trips, museum
exhibitions and youth panels, theatre (performance and education packs), re-enactment, and
creative writing. Interrogating the practices of teaching and learning about war remembrance
has the potential to illuminate how memories of war are shaped. As Roediger and Wertsch
identify, education is one of the ‘core disciplines for a new field of memory studies’ as ‘many
of the almost unconscious attitudes that students have about the past’ are traceable to
elements of ‘the educational process’.
The two world wars – as crucial moments of crisis where the ‘British world’ came
together as a larger community of common interest – remain significant features of the
curriculum, both formal and informal, in Britain, Australia, Canada and New Zealand. At the
same time, they raise important questions about the teaching of the history of the British
Empire, an area of heated contemporary debate across the Commonwealth. What is being
remembered via teaching and learning activities, why, and with what consequences for
young people? How as researchers and educators do we measure student receptivity and
ensure an authentic portrayal of their voice and perceptions? To what extent are these
issues in the teaching and remembrance of the two world wars relevant beyond the British
world, particularly in former non-white colonies such as India, Jamaica and Kenya?
Furthermore, how do educators in Britain and internationally negotiate the distinctions
between different white, non-white and indigenous experiences of war in their educational
practice and offer inclusive teaching? What are the challenges of teaching and
commemorating war in ways that engage young people of diverse backgrounds?
The workshop is about theory and practice, researchers and educators. We hope to hear
from researchers exploring these topics and questions from a theoretical and practical
perspective, and who draw on empirical examples from both within and beyond Britain.
Equally, we wish to hear from educators at all levels and across different kinds of institutions
(schools, museums, non-profit organisations, archives and heritage organisations) regarding
how they work at the nexus of remembrance and education of the two world wars.
While not exhaustive contributions may address the following topics in
relation to the two world wars (including the Holocaust and the British
Empire):
• Current practices of remembrance and education inside and outside the classroom
• Education as a site of memory
• Heritage, education and commemoration
• Purposes of remembering and educating
• Inclusions and exclusions in curriculum and content
• Inclusive teaching and remembrance for young people from a diversity of
backgrounds
• Knowledge, politics and power in ‘remembrance education’
• Thanotourism/dark tourism
• Youth engagement, attitudes and reception
• Case studies from beyond Britain and the Commonwealth (particularly India,
Jamaica, and Kenya)
• Methodological challenges and innovations in the co-production of memory studies
research with young people
The event will be structured around short presentations of no more than 15 minutes ensuring
maximum time for group discussion.
General queries and abstracts of no more than 200 words should be sent to Catriona
Pennell (C.L.Pennell@exeter.ac.uk) by 9 June 2017. Please include your name,
organisation/institution and contact email in the abstract.
While the workshop is free to attend for all, the AHRC is also providing fifteen travel
bursaries of up to £100pp for those travelling from outside the Greater London area – please
indicate on your abstract/in your email whether you would like to be considered for the
bursary. Priority will be given to PGRs, ECRs, and representatives of non-academic
institutions/organisations.

« Le repli sur la ligne Hindenburg » fait salle comble.

Péronne, jeudi 6 avril 2017, 19H30 :                                                                    La magistrale conférence de Philippe NIVET (Université Picardie Jules Verne et CirHGG) : « 1917 : le repli sur la ligne Hindenburg« , organisée par de Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CirHGG), a fait salle comble.

Conférence de Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne-Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

.

Conférence : 1917 – Le repli sur la ligne Hindenburg, Philippe Nivet, 6 avril, 19H30, Historial de la Grande Guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial est heureux de vous inviter

Jeudi 6 avril 2017, 19H30,

à la conférence de Philippe NIVET

1917 – Le repli sur la ligne Hindenburg

à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne

Bien qu’elle ait fait plus d’un million de victimes, la bataille de la Somme de 1916 a eu un impact stratégique faible. Au début de 1917, les Allemands décident de se retirer sur une nouvelle ligne de fortifications, la ligne Siegfried, qui appartient à un système de défense appelé par les Alliés la ligne Hindenburg. Cette conférence reviendra sur les circonstances et les conséquences de ce retrait, les destructions dans le territoire libéré provoquées par la politique de terre brûlée pratiquée par les Allemands, leur médiatisation et le lancement d’une politique de reconstruction.

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Picardie, membre du Comité directeur du Centre international de recherches de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, Philippe Nivet travaille sur le sort des civils français entre 1914 et 1918, en particulier les réfugiés et les populations occupées. Il a publié en 2016, en collaboration avec Marjolaine Boutet, La Bataille de la Somme (Tallandier).

 

Entrée libre, inscription conseillée/renseignement : c.fontaine@historial.org et 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

Mutineries de 1917 : Refus de combattre, grève ou simple protestation?

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter Samedi 4 mars 2017, 15H, à la conférence de Denis ROLLAND :

Mutineries de 1917 : Refus de combattre, grève ou simple protestation ?

Conférence D. Rolland

A l’Historial de la Grande Guerre, Péronne

Le mouvement des mutineries de l’armée française est maintenant bien connu. Il a fait l’objet, depuis le livre du Professeur Guy Pedroncini (1967), de plusieurs ouvrages, articles et colloques. Cette conférence analysera les causes, présentera les différentes formes qu’il a revêtues et la répression qui a suivi. Il évoquera ensuite son impact sur la conduite de la guerre.

d-rolland-photoDenis ROLLAND, Président de la Société Historique de Soissons, né en 1943, est ingénieur ETP. Il a fait une carrière d’ingénieur puis de cadre dirigeant dans le BTP tout en menant des recherches sur le patrimoine et la guerre de 14-18. Il a publié en 2005 un ouvrage remarqué : La grève des tranchées, les mutineries de 1917 (Imago). Nivelle, l’inconnu du Chemin des Dames, Imago 2013.Les fusillés de Vingré, Le serment de Claudius Lafloque, Soissonnais 14-18, 2014. Direction de l’ouvrage collectif, Des civils racontent – 1914, Société Historique de Soissons 2014 « Les aviateurs et la mise au point des avions en 1914-1918 », dans La Grande Guerre des aviateurs, Musée Air et Espace, 2014. (Article)

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Renseignement et Inscription (conseillée) : c.fontaine@historial.org  et 03 22 83 14 18

 

 

 

 

 

 

 

Entrée libre, inscription conseillée/renseignement : c.fontaine@historial.org et 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

 

« Une histoire franco-allemande de la bataille du Chemin des Dames », Conférence, Samedi 4 février, 15h, Historial de la Grande Guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de
Franck VILTART
(docteur en Histoire, chargé de mission pour le centenaire de la Grande Guerre au Conseil départemental de l’Aisne) :

Une histoire franco-allemande de la bataille du Chemin des Dames

le Samedi 4 février 2017, 15h
à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne
soldats-et-prisonniers-francais-chemind-es-dames-1917_coll-conseil-dep-aisneSoldats et prisonniers français, Chemin des Dames 1917_Coll Conseil dép Aisne

        Les évènements militaires survenus sur le Chemin des Dames en 1917 sont souvent résumés à l’échec de l’offensive française du 16 avril 1917. Une vision qui s’appuie sur l’utilisation de sources françaises dont un grand nombre de témoignages de combattants. Or, les sources allemandes permettent de poser un nouveau regard sur une bataille dont il faut remonter à l’année 1916 et à la mise en œuvre de l’opération allemande « Alberich » pour saisir le contexte et ses enjeux. La confrontation de ces sources doit permettre de se fixer pour objectif de dépasser la perspective d’une étude limitée aux sources françaises et procéder à l’écriture d’une histoire franco-allemande de la bataille du Chemin des Dames.

franck-viltartFranck Viltart, docteur en Histoire (Université Charles de Gaulle – Lille 3), travaille comme chargé de mission au Conseil départemental de l’Aisne pour le centenaire de la Première Guerre mondiale. Rédacteur en chef de La lettre du Chemin des Dames. Derniers articles : « Le regard de l’occupant : la question des civils dans les archives de la 7e armée allemande (1914-1918) », Bulletin de la Fédération des Sociétés historiques de l’Aisne, 2014 ; « Voyage au pays des morts. Les pèlerinages au front des veuves et orphelins de guerre (1919-1939) », dans Le soldat et la mort dans la Grande Guerre, PUR, 2015.

POUR TOUT RENSEIGNEMENT :

c.fontaine@historial.org

03 22 83 14 18

Entrée libre

 

 

 

 

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles. c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

« Nicht ärgern, nur wundern » Gerd Krumeich

 Nicht ärgern, nur wundern[1]

Gerd KRUMEICH (Émérite de l’Université de Düsseldorf et Vice-Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Le visiteur qui entre dans la salle 3 de l´Historial de la Grande Guerre aperçoit un un imposant panneau en bois (4 m/1,40 m) sur lequel est inscrit : en lettres soignées « Nicht ärgern nur wundern ». Cet objet est un dépôt de l’Imperial War Museum de Londres depuis 1992, date de l’ouverture du musée.[2]

photo-nicht

Photo Yazid Medmoun

De quoi s´agit-il et que signifie cette inscription ?

Pour ce qui est de la première partie de la question, la réponse est simple : il s’agit d´un panneau que les soldats britanniques ont découvert quand ils entrèrent dans Péronne, début avril 1917 après la retraite des Allemands vers la Ligne Siegfried. Ce panneau était fixé au fronton de l´Hôtel de Ville de Péronne, à moitié détruit. Les britanniques traduisirent l´inscription de la manière suivante :

« Don´t wonder, just admire ».

Et ils imaginèrent que les allemands se moquaient d´eux en les invitant à ne pas s´étonner de ce beau bâtiment détruit par leurs soins et à admirer cette autre et énorme barbarie des « Huns ». Ils le photographièrent et diffusèrent immédiatement l´image, diffusion relayée également par les Français.

9 - Principal
Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

Mais que signifie donc cette inscription allemande ? La traduction faite par les Britanniques et les Français est incorrecte.  Les traducteurs des deux langues n´ont pas fait la distinction entre « wundern » et bewundern ». Or, « Sich wundern » correspond à : s´étonner, tandis que « bewundern » signifie en effet : admirer.

La traduction correcte serait donc : « Ne vous fâchez pas, étonnez-vous seulement »

Mais, qu’ont voulu dire les soldats allemands avec cette inscription aussi soigneusement accrochée à l ´Hôtel de ville en mars 1917 ?

Il y a vingt ans, je n’avais pas de réponse précise et je plaidais pour une l’interprétation selon laquelle les soldats allemands utilisèrent un proverbe bien connu entre soldats désabusés : « Ne t’en fais pas, tu ne peux rien faire : Regarde ce que détruit la guerre, vous et nous on est pareil » (14/18 aujourd´hui  No. 2 (1999), p. 12 à 16).

Malheureusement,  la mauvaise interprétation par la propagande britannique et française  a été reprise dans des ouvrages récents, notamment dans le « Larousse de la Grande guerre » (p. 259).

Aujourd’hui, (décembre 2016) il me semble que nous nous approchons de la solution grâce à deux sources nouvelles.

La première est le journal d’Hugo Natt, médecin au Quartier général de la 56è division, Rég. d´Inf. No. 118 : remis à la Bibliothek für Zeitgeschichte il y a quelques années par les héritiers d’Hugo Natt.Nous en avons publié de longs extraits dans le livre « Die Deutschen an der Somme » éd. G. Hirschfeld, G. Krumeich, I. Renz, Stuttgart 2006 seconde édition 2016 – je cite d´après cette nouvelle édition, enrichie de textes et de documents nouveaux. Le docteur Hugo Natt décrit, dans son Journal depuis le front, les débuts de l’action « Alberich » en 1917. Cela commence par une longue description de l ´Hôtel de ville de Péronne, qui lui semble, à la date du 20 février (p. 249s.), particulièrement atteint à l’intérieur, « ce que l´on ne voit pas depuis la rue ». Il décrit l’état de destruction complet dans lequel se trouvait le Musée Alfred Danicourt, situé dans le bâtiment de l´Hôtel de ville. Il décrit aussi comment les soldats allemands, pour mieux protéger leurs abris dans la cave, ont utilisé des œuvres d´art et documents, pour faire une sorte de rempart contre de nouvelles grenades et bombes. Le 3 mars 1917, il décrit avec précisions les différentes tentatives des soldats allemands pour démolir « le grand bâtiment de la Gendarmerie nationale », bien qu´on ait inséré plus de 50 kg d’explosifs dans des trous qu´on avait percés dans les murs.

5 mars 1917 : Depuis deux jours, on détruit d´une façon systématique la ville de Péronne. Et Natt de commenter : « Face à l´Hôtel de ville c´est le désert des maisons, dont on a arraché le front ».

Le 11 mars, il reprend : « Au fur et à mesure qu´on a détruit, le feu a pris dans les rues de Péronne. Aujourd’hui c´est un aviateur anglais qui apparait et qui projette des bombes. On a du se réfugier dans les caves. » (p. 252).

Le 15 mars le Dr. Natt se trouve à Hancourt et il décrit les pièges que les soldats allemands, en se retirant de la ville, ont fabriqué pour les anglais qui vont arriver : « On a entre autres placé des grenades à main derrière les portes, de manière qu´elles explosent quand qn., appuie sur la poignée de porte. (p. 254). On a aussi (« malheureusement, » dit Natt) coupé tous les arbres fruitiers. Même dans le cimetière on a coupé les arbres. »

Et le 23 mars, se situant à Maubeuge il note dans son Journal un entretien avec un certain Lieutenant Ronenberg qui « est parti de Péronne le dernier » (p. 256). « Il nous a raconté avec grande fierté des surprises (que je trouve hors de tout bon gout) qu´ils ont laissées pour les anglais. Ils avaient, entre autres, placé sous un vieil abri une table garnie de deux assiettes, sur lesquelles avait mis des rats et des harengs ainsi qu´un verre de brut et une fiche où on avait écrit : « Cher Tommy, bon appétit ! Ne te fâche pas, étonne-toi seulement ». On avait aussi mis un tas de grenades à main qui allait exploser quand on y touchait.

C´est une description très dense et précise du « travail de destruction » opéré par les soldats allemands lors de leur retraite sur la ligne Siegfried en mars 1917.

Est-il donc vrai qu´ils ont donc délibérément tout détruit ou miné et laissé une inscription hautement cynique sur le fronton de l´Hôtel de ville ? C´est l´interprétation classique, bien sûr, mais est-elle pertinente ?

Nous savons en effet que les soldats français et britanniques tentaient depuis 1915 de « déloger« les Allemands de Péronne. Et que bien entendu cela a provoqué un grand nombre de destructions et contraint les allemands à faire partir à l’arrière ou vers la France non occupée la grande majorité de la population.

Or, à cet égard, nous disposons maintenant d´une source profonde et particulièrement riche en détails, à savoir le journal quotidien de Pierre Malicet, magistrat à Péronne.  Le livre2, édité par les soins d´Annie Deperchin (http://bit.ly/2gIpX3u) , membre de Centre international de recherche de l´Historial, est un formidable document, excellent surtout par l’esprit d´équité, de détachement, d´ « objectivité » de l’auteur qui rappelle le fameux « Journal d´un bourgeois de Paris », l´un des meilleurs textes du Moyen Age. Or, Pierre Malicet décrit, au jour le jour, ce qu´il vit et ce qu’il se passe. Il constate en septembre 1914 que souvent les officiers des troupes françaises venant dans la ville après le premier départ des allemands (11 septembre 1914) sont pires que les soldats allemands. Il décrit aussi, plusieurs fois, la façon dont la populace profite des réquisitions et destructions opérées par des allemands pour s´approprier tout bien laissé dans les maisons, surtout le vin dans les caves.

Lundi, 11 janvier 1915, il note :

« Il parait que la fabrique de Flaucourt a été détruite par les obus français ; des habitants ont été tués. On affirme que des obus sont tombés près de la Clinique du Quinconce et près du Château ; un chauffeur de l´Etat-major a raconté qu´il allait arriver 50.000 Allemands le 15 et que Péronne serait bombardée et évacuée. En tout cas, les blessés allemands quittent tous la ville. »

Et Mardi, 4 juillet 1916

« « … Le matin tout est calme, puis on entend la fusillade et le gros canon. Je sors sur la place pour la première fois depuis 8 jours. Il y a du monde dans les rues. Tout le haut de la maison Cocud est broyé ainsi que la devanture du café St. Jean devant lequel une bombe a creusé un grand entonnoir. Rue du Sac, la maison Rubé est affreusement broyée : les étages sont tombés au rez-de-chaussée. C´est l´amoncellement de débris. Dans tous les quartiers, c´est la même chose. Une bombe a frappé l´Hôtel de Ville, a traversé le musée, brisé le plafond du cabinet des maires et est ressortie sur la place à travers le mur en pierres de taille. Heureusement, nos édiles étaient sortis depuis 10 minutes. Le campanile est criblé de trous ; l´horloge est enfoncée. On ne parlera plus de « l´heure du campanile ». Une bombe est tombée sur la place a fait sauter le pavé par-dessus les hautes maisons de la place (…) Des civils profitent du bombardement allié] pour piller les maisons éventrées. La bijouterie Tellier a été mise à sac, mais il parait que c´est par des soldats [allemands]. (…).

Mercredi 5 juillet

« Toujours de très gros coups de canon français martèlent sans cesse la ville de ses coups sourd et destructeurs. On dit que les hommes de Péronne ont été emmenés à St. Quentin, puis à Solesmes. Le soir, la bataille fait rage, les canons se répondent avec acharnement ».

Formidable récit déconcertant, puisque, en fin de compte, on peine à comprendre qui a détruit quand et, pourquoi et comment. « Les gros canons se répondent ». Voilà, il me semble, la clé de l´énigme. Péronne, particulièrement atteinte par des bombardements alliées, est achevée sans vergogne par les allemands lors de leur retraite en 1917. Et l´inscription fameuse sur l´Hôtel de ville de Péronne ? Pourquoi cet effort d´écriture aussi précise et cynique. Il me semble maintenant que ce grand panneau en bois, posé sur la façade détruite du bâtiment, n´a rien à voir, en réalité, avec la destruction de l´hôtel de ville en particulier. Ce bâtiment est détruit depuis bientôt un an à ce moment-là. Et je ne pense pas qu´il ait pu intéresser d´une façon particulière les soldats allemands bien habitués à toute sorte de destruction par tout un chacun. Le gros panneau ne dit, qu´en grandes lettres, ce que dit la petite fiche, posée sur la table préparée pour l’explosion, et que cite le Dr. Natt Je l´interprète de la façon suivante: « Tommy, ne t’en fais pas, si tu te trouves déchiré pour notre plaisir. Nous avons juste fabriqué un autre truc de la destruction universelle que nous, les soldats de toutes les armées, pratiquons tous et tous les jours. »

Gerd KRUMEICH (Émérite de l’Université de Düsseldorf et Vice-Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

[1] Je remercie Annie Deperchin  et Caroline Fontaine de leur travail assidu de rendre en français correct le texte que j´ai soumis.

(2) « Le Journal de Guerre de Pierre Malicet – Un magistrat des territoires occupés pendant la Première Guerre mondiale » Texte présenté et annoté par A. Deperchin, Publié par le Centre d’Histoire Judiciaire de Lille, 2016         ISBN : 2-910114-34-1 Prix : 25€ TTC.                        En vente à l’Historial de la Grande Guerre et en ligne :  http://www.historial.org/Informations-pratiques/e-Boutique