Archives de catégorie : Le centenaire de la Grande Guerre

Samedi 16 mai 2015, 15H : 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ? Alexandre Sumpf à l’Historial

INVITATION

A l’occasion de la nuit des musées,

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence :

 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ?

Alexandre SUMPF

Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l'armée dans sa mission suprême et souscrivez à l'emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d'être libérés de l'occupation ennemie
Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l’armée dans sa mission suprême et souscrivez à l’emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d’être libérés de l’occupation ennemie

Samedi 16 mai 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Entre terrible recul militaire et réorganisation réussie de l’effort de guerre industriel, haine croissante contre la famille impériale et propagande tous azimuts, nouvelle vague de mobilisation sous les drapeaux et afflux de millions de réfugiés, pogroms antijuifs généralisés et cohésion inédite de la société nationale ou des communautés locales autour des entreprises de bienfaisance, la Russie connaît en 1915 une année de brutale reconfiguration de ses équilibres traditionnels.

Alexandre Sumpf est maître de conférences en histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale à l’Université de Strasbourg. Membre Junior de l’Institut universitaire de France, auteur d’une quinzaine d’articles sur l’histoire du cinéma et de la société soviétique et de la Première Guerre mondiale en Russie. Il a publié trois ouvrages : Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, CNRS Editions, 2010. De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, Folio Histoire inédit, 2013, 944 pages. La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Perrin, 2014.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, c.fontaine@historial.org tel :03 22 83 14 18

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

La lyre et les armes : poètes en guerre (Péguy, Stadler, Owen). Colloque international à Strasbourg

Capture d’écran 2015-01-23 à 14.34.25

La lyre et les armes : poètes en guerre

(Péguy, Stadler, Owen)

Colloque international

29-31 janvier 2015

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU)

(Auditorium)

organisé par la BNU et la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg,

avec le soutien du Consulat général de Russie

Programme

            Jeudi 29 janvier (à partir de 12.00) : Première journée

 

12.00 – 13.30 : Déjeuner (Buffet, BNU)

  • 13.30 – 14.00 :                      Ouverture du colloque par :

 

Albert Poirot, Administrateur de la BNU

Michel Deneken, 1er Vice – président de l’Université  de Strasbourg

Béatrice Guion, Directrice de l’Equipe d’Accueil « Configurations Littéraires »

  • 14.00 – 15.00 :                       Des poètes et la guerre : table ronde

Animée par  Jean-Yves Masson (poète et traducteur, professeur à l’Université Paris 4)

 

Avec la participation de : Salah Stétié, poète et diplomate libanais ; Stephen Romer, poète et traducteur anglais ; Michèle Finck, poète et traductrice française ; Olga Sedakova, poète et traductrice russe

 

Pause – café

 

  • 15.00  – 17.30 :                     Poésie et guerre : regards croisés

Présidé par Jean-Noël Grandhomme  (Université de Metz)

 

Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) : « Au front : littérature et poésie combattante de la Grande Guerre »

Olivier Henri Bonnerot (Université de Strasbourg) : « Ceux qui tiraient dans les étoiles… »

Jean-Pierre Rioux (Historien, Inspecteur général honoraire de l’Education Nationale) : « Eté 14 : Péguy en pantalon rouge »

 

Pause – café

 

v  à partir de 18.00 : visite guidée de l’exposition 1914, la mort des poètes à la Bibliothèque Nationale de Strasbourg, en compagnie de ses commissaires Julien Collonges, Jérôme Schweitzer et Tatiana Victoroff

 

v  à 20.00 : soirée poétique « La bataille de partout » : les poètes face à la violence de l’Histoire  (salle Pasteur, Palais Universitaire) >> Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

21. 30 : Diner au restaurant La Victoire (24 Quai des Pêcheurs)

 

 

 

            Vendredi 30 janvier : Deuxième journée

 

  • 10.00 – 12.30 :                      Poètes en dialogue : Péguy, Stadler, Owen

Présidé par Xavier Hanotte (Ecrivain et traducteur)

 

Maryse Staiber (Université de Strasbourg) : « De Péguy à Stadler : un cas de transfert culturel dans l’Europe d’avant-guerre »

Jennifer Kilgore-Caradec (Université de Caen) : « Blessures profondes dans l’œuvre de Péguy, Stadler et Owen »

 

Pause – café

 

Charles Fichter (germaniste, professeur agrégé) : « Stadler, Péguy et la guerre »

 

12.30 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00 – 18.00 :                       Dialogue entre les arts et la  guerre

Présidé par frère Remy Vallejo (Centre Emmanuel Mounier)

 

Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier) : « Les poètes et la Grande Guerre dans les revues expressionnistes allemandes Der Sturm, Die Aktion et Die Weißen Blätter »

Sophie Aymes-Stokes (Université de Bourgogne) et Brigitte Friant-Kessler (Université de Valenciennes) : « Entre traces et mémoire: illustrer la poésie de la Grande Guerre »

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg) : « Mystère et guerre. Charles Péguy et Richard Brunck de Freundeck »

 

Pause – café

 

Gilles Couderc (Université de Caen) : « Wilfred Owen, poète de guerre : la construction du mythe dans les arts »

Frank Knoery (Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg) : « La blessure et la chute. Une iconographie du héros de guerre dans les arts graphiques, autour du premier conflit mondial »

 

v  à 19.30 : soirée poétique au consulat de Russie à Strasbourg : lecture par Olga Sedakova de ses poèmes (en russe et en français)

>> Inscription obligatoire auprès de : vanessa.brosius@gmail.com ou 06 61 82 40 48

 

 

Samedi 31 janvier : Troisième journée

  • 9.00 – 13.00 :                        Mort(s) symbolique(s) : postérités des poètes

Présidé par Jérôme Roger (Université de Bordeaux)

 

Anne Mounic (Université Paris 3) : « Poètes de la Grande Guerre : le germe d’une pensée du singulier »

Yann Tholoniat (Université de Lorraine) : « Du corps poétique au corps politique dans les poèmes anglais de la Grande Guerre (Brooke, Sassoon, Owen) »

Claire Daudin (Association L’Amitié Charles Péguy) : « La mise en récit de la mort de Péguy (Barrès, Bernanos, Geoffrey Hill) »

 

Pause – café

 

Géraldi Leroy (Professeur émérite de l’Université d’Orléans) : « Péguy, ‘définition exacte’ du patriotisme »

Tatiana Taimanova (Université de Saint Pétersbourg). « Péguy sur la toile russe en 2014 »

 

13.00 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00-16.00 :             Postérités et traductions : table ronde

Animée par Maryse Staiber (Université de Strasbourg) et Anne Mounic (Université Paris 3)

 

Avec la participation de : Xavier Hanotte (écrivain et traducteur d’Owen en français), Philippe Abry (traducteur de Stadler), Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier),  Elizaveta Legenkova et Liudmila Chvedova (traductrices de Péguy en russe), Daniel Aranjo (Université de Toulon).

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Colloque – La pensée politique de Georges Clemenceau- 21 et 22 novembre

Clemenceau

Sous le haut patronage de Monsieur François Hollande
Président de la République
A l’occasion du 85e anniversaire
de la mort de Georges Clemenceau
et du Centenaire de la Première Guerre Mondiale

Vendredi 21 et Samedi 22 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau

La Société des Amis de Georges Clemenceau vous prie d’assister au colloque international

La Pensée Politique
de Georges Clemenceau

Vendredi 21 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau
09 h 30-12 h 45 14 h 30-18 h 00

Présentation : Marcel Wormser
(Président de la Société des Amis de Georges Clemenceau)
I. Clemenceau et la République 10 h 00 – 12 h 45
Président : Jean-Jacques Becker
(Université Paris X / Centre de Recherche Historial de la Grande Guerre)
– Clemenceau et l’idée de République
Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise)
– Clemenceau et le Parlement
Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre, IEP Paris)
– Clemenceau Girondin ?
Samuel Tomei (IEP Paris)
Questions
11 h15 – 11 h 30 :  Pause
– Clemenceau, la question sociale et le socialisme
Michel Winock (IEP Paris)
– Clemenceau face à l’impérialisme et au colonialisme
Michel Drouin (CNRS)
– Clemenceau et Jules Ferry
Mona Ozouf (CNRS et EHESS)
Questions
12 h45 – 14 h 30 : Pause
II. Clemenceau et l’oeil du public 14 h 30 – 18 h 00
Président : Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre, IEP Paris)
– Clemenceau calomnié, la légende noire de Clemenceau
Pierre Assouline (Ecrivain, membre de l’Académie Goncourt)
– Clemenceau, sujet de caricatures et de réclames
Bertrand Tillier (Université de Bourgogne)
– Clemenceau vu par les Anglais
David Watson (Université d’Edimbourgh)
Questions
15 h45 – 16 h 00 : Pause
Table ronde animée par Jean-Loup Reverier
réunissant Madame Roselyne Bachelot-Narquin
et Messieurs Hervé Gaymard, Pierre Joxe, Manuel Valls
Projection du film inédit « Clemenceau »
Samedi 22 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau
09 h 30-13 h 00
III. La Pensée de Clemenceau en action 09 h 30 – 13 h 00
Présidente : Sylvie Brodziak
(Université de Cergy-Pontoise)
– Clemenceau et la guerre, concept et circonstances
Jean-Jacques Becker
(Université Paris X / Centre de Recherche Historial de la Grande Guerre)
– Clemenceau et le Radicalisme
Serge Berstein (IEP Paris)
Questions
10h25-10h40 : Pause
– Clemenceau et les relations internationales
Yves Saint-Geours (Ambassadeur)
– Clemenceau vu par les Allemands
Gerd Krumeich (Université Düsseldorf)
– Clemenceau et le Levant
Gérard D. Khoury (Historien, chercheur associé à l’Iremam Aix)
– Clemenceau et les pensées politiques en Asie
Matthieu Séguéla (Docteur en histoire, chercheur associé à l’Umifre)
Questions
Conclusions : Jean-Pierre Chevènement (Ancien Ministre)
Remerciements : Marcel Wormser
(Président de la Société des Amis de Georges Clemenceau)
Imp. COMPO-OFFSET – 78700 CONFLANS – Tél. 01 39 72 61 76
Pour se rendre au Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard
75006 Paris
Métro : Odéon, Mabillon
RER : Luxembourg
Parcs de stationnement : Place Saint-Sulpice, Marché Saint-Germain
Autobus : 58, 84 ou 89
Avec le concours du Ministère de la Défense, de la Ville de Paris,
de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale
et du Château de Parnay.
Renseignements
Sylvie Brodziak : sylvie.brodziak@gmail.com
Samuel Tomeï : samuel.tomei@orange.fr
Une pièce d’identité étant exigée à l’entrée,
l’on est prié de se présenter dès 9 heures

Exposition franco-allemande « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum »

Pour ceux de nos lecteurs, nombreux, qui seront au cours de ce weekend à Blois pour les Rendez-vous de l’Histoire, nous vous conseillons une pépite à ne pas rater : une exposition franco-allemande originale et novatrice, préparée par des étudiants des universités de Freiburg, Berlin, Paris I et Nanterre et portant sur la côte 108.

Historial 2Intitulée « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum », elle sera présentée les vendredi 10 et samedi 11 octobre à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (9 Rue de la Chocolaterie, pas loin de la gare), dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois.

Les étudiants concepteurs se feront un plaisir de vous accueillir  lors d’une des visites guidées (vendredi 10 octobre 11h30 et 14h ; samedi 11 octobre 10h et 14h). Ils vous invitent également à la présentation débat le samedi de 12h à 13h.

Voici la présentation succincte du projet par son responsable scientifique, Fabien Théofilakis :

La côte 108 à Berry-au-Bac :
Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

Historial 3
Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous conduisons un projet autour de la cote 108, ligne d’affrontement entre Français et Allemands à partir de septembre 1914. A la jointure entre la Marne et l’Aisne, à l’extrémité du Chemin des Dames, la zone a traversé le conflit et sa mémoire : le village, Berry-au-Bac, complètement détruit, a été classé en 1937 comme monument historique. Or, cette zone d’affrontement est restée fermée au public jusqu’à nos jours.
Le projet a deux objectifs : mettre en valeur ce site historique et à l’insérer dans une contextualisation large. Trois axes ont été retenus :
1) la centralité de cette zone de contact et de combat qui permet de suivre la radicalisation des expériences de guerre sur le front militaire
2) la mobilisation croissante des individus, des sociétés, des nations, révélatrice du processus de totalisation à l’œuvre à partir de 1914 et de ses impacts
3) la dimension franco-allemande qui traverse ces histoires nationales devenues mémoire européenne

Historial 1Pour y parvenir, le projet qui doit durer cinq ans (2014-2018) a été conçu selon des thématiques « emboîtées » :
1) 1ère année (2014) : l’expérience combattante centrée sur les soldats, allemands et français de la côte 108, et leurs relations interpersonnelles avec leurs proches.
2) 2ème année (2015) : élargissant l’étude à l’échelle régionale, le second axe considère la côte 108 dans la perspective des états-majors français et allemands et s’intéresse aux stratégies comme aux tactiques mises en œuvre sur les champs de bataille.
3) 3ème année (2016) : l’intervention de l’Etat intervient pour entretenir ou accroître la mobilisation culturelle des sociétés en guerre en France et en Allemagne.
4) 4ème année (2017) : la guerre s’achève sur les champs de bataille en novembre 1918, mais quand s’achève-t-elle pour les combattants ? pour leurs proches ? L’examen de la sortie de la guerre fournira le thème de cette quatrième thématique.
5) 5ème année (2018) : la dernière année sera consacrée au thème du souvenir des commémorations de l’immédiat après-guerre jusqu’à l’époque contemporaine.

2014-08-02 15.02.39De jeunes historiens français et allemands au cœur du projet
Nous avons voulu fonder cette dynamique de recherche et de sensibilisation sur une forte implication de la dimension franco-allemande en confiant à des étudiants en Master, français et allemands, l’activité de recherche dans les archives et son exploitation pour une durée de deux fois deux ans (2014-2015, 2016-2017) et d’un an en 2018. Cela permet de leur apprendre le « métier d’historien » en les impliquant dans une aventure humaine et historienne européenne et de lier des contacts étroits avec des étudiants qui aiment l’histoire ou/et veulent en faire leur métier.

La participation au projet, fondée sur le volontariat motivé par un intérêt pour la thématique, pour le travail collectif, voire le pays partenaire, consiste à prend part aux séjours organisés, à réaliser des recherches en archives sur la thématique annuelle et à réaliser en commun une exposition thématique annuelle.

Réalisations (2014)
La première année qui s’est achevée avec une journée de manifestations le 2 août 2014 à Berry-au-Bac autour de l’inauguration de treize panneaux d’exposition conçus et rédigés à quatre mains dans une perspective binationale.
L’exposition sera présentée aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois les 10 et 11 octobres 2014 à l’Ecole nationale supérieure du paysage et de la nature (visites guidées le vendredi 10 à 11h30 et 14h ; le samedi à 10h et 14h ; présentation débat le samedi 11 de 12h à 13h). Elle circulera dans l’Aisne, partira ensuite à Fribourg en novembre et sera accueillie en janvier-février à la BDIC (Nanterre).

Un site internet a été créé qui contient, outre une présentation détaillée du projet, les comptes rendus des différents séminaires et le portrait des différents participants.
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

Deux blogs, en France et en Allemagne, continuent le travail croisé sur le projet :
http://cote108.hypotheses.org/
http://hoehe108.hypotheses.org/

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur :
Facebook : cote108
Twitter : @cte108

De la Grande Guerre au festival d’Avignon, saison 2

Comme l’an passé Corinne François-Denève, Maître de conférences en Lettres à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) a chroniqué les pièces ayant pour thème la Grande Guerre au festival d’Avignon. Elle nous a aimablement fait parvenir ses critiques . Voici son texte :

De la Grande Guerre au festival d’Avignon, saison 2

Curieux festival que ce festival 2014… Guerre des tranchées avec la ministre, grève larvée avec le nouveau directeur du festival, si on en juge par les pancartes peu amènes à son endroit de certains intermittents-manifestants. S’il s’est finalement tenu, ce festival laisse ouvertes de nombreuses questions sur son avenir – ou plutôt sur son double avenir, celui du « in » (raccourci ? Moins ambitieux et dispendieux ?) et celui du « off » (plus régulé ? plus transparent ?).

Hasard du calendrier, ce festival 2014, qu’Olivier Py avait voulu « politique », et qui s’est affiché « vigilant et intranquille » était aussi celui qui marquait l’entrée dans l’ère des commémorations de la Grande Guerre. Nul étonnement à voir nombre de spectacles « sur » 14-18 qui s’affichent dans le « off » : avec un certain cynisme, Louise Wailly, « interluttante » interrogée par le très engagé CQFD, déclare par exemple :

Cette année c’est le centenaire de la guerre 14-18, alors des spectacles sur 14-18, t’en as une branlée. Il n’est plus question de savoir ce qui est pertinent de dire aujourd’hui, on est devenus des prestataires. Les discours de créativité, ça ne veut plus rien dire, c’est une culture de la commande, on est les bouffons du Ministère.[1]

De la commémoration comme prestation événementielle, ou de la commémoration comme anti-création, le ton est donné : peut-on s’inscrire dans une prescription ministérielle qui assure un relais auprès des instances de la « médiation culturelle », des subventions à la DRAC et… rester artiste ?

Le volumineux catalogue du off recensait au moins une quinzaine de productions 14-18 : outre La Fleur au fusil de François Bourcier, déjà vu l’année passée, et toujours intitulée « François Bourcier dans La Fleur au fusil », ce qui est une façon de placer l’artiste avant la commande, et Les Tranchées de Manuel Pratt, spectacle également créé l’année passée[2], on pouvait donc assister à des spectacles de danse (Noir de boue et d’obus de Chantal Loïal), à des fresques (Les Coquelicots des tranchées de Georges-Marie Jolidon), à des adaptations de romans (Capitaine Conan par la Compagnie Le Mot Passant, ou Ceux de 14 par la Compagnie La Parole du corps). On pensait aux tirailleurs sénégalais, aux femmes, aux enfants… ; la guerre de 14 était même dans le prestigieux « In », avec le « I am » de Lemi Ponifasio ; le prix du « Club de la Presse » du Off est allé (entre autres) aux Vibrants de la Compagnie Teknaï ; Femmes de l’ombre 1914-1918 de Brigitte Bladou fut l’un des coups de cœur de Savannah Macé sur TVOff : dès juillet 2014, les médailles plurent donc sur Avignon…

Nous n’avons ici recensé que quatre critiques (parues sur le site des Trois Coups), qui parlent de spectacles « sur » 14-18. Par leurs différences et leur diversité, ils nous semblaient être de bons « témoins » des pièces sur la Grande Guerre. Rendez-vous en 2015 !

 

Plastique muséale : « I am » de Lémi Ponifasio

« I am » de Lemi Ponifasio se voulait être un hommage aux combattants de la Grande Guerre. Rien de touchant, d’émouvant, dans ces tableaux recherchés et sophistiqués qui échouent à évoquer le naufrage de la Belle Epoque et le deuil de millions de combattants.

La Grande Guerre en cour d’honneur, projet labellisé centenaire, nous avait-on donc vendu l’objet. « I am », donc, du Samoan Lemi Ponifasio. « I am », soit une affirmation identitaire affichée, alors que l’on penserait davantage « collectif » pour la Grande Guerre, mais pourquoi pas. Décentrer la Grande Guerre vers les îles Samoa nous semblait aussi de fort bon augure : ne jamais oublier que le conflit européen fit entrer, par le jeu des empires, des combattants « périphériques » qui périrent en nombre dans le sol d’une mère-patrie qui leur avait été imposée. Une sorte de revisitation postcoloniale, en somme, toujours bienvenue, et de plus en plus à la mode.

Dès le début cependant on se méfie : voici qu’on nous balance du Artaud (Pour en finir avec le jugement de Dieu) et du Heiner Müller (Hamlet-Machine). Pourquoi pas Artaud, traumatisé souvent oublié de la Grande Guerre. Pourquoi pas Müller, dont les racines vont peut-être plonger dans le premier conflit mondial. Mais les deux ensemble nous ramènent aussi au centre, dans la tarte à la crème du théâtre supposément moderne, du théâtre d’images, de performance, de danse, de cette esthétique labellisée cour d’Honneur, faussement intello et vraiment méprisante, qu’on se doit d’admirer, parce que, si l’on ne comprend pas, c’est qu’on n’est pas intelligent.

Une heure cinquante donc d’images imposées, certes très belles, mais longues, longues, longues… Ce n’est pas l’été 14, c’est directement l’enlisement de 1916. On s’accroche au début : un personnage éructe un discours en maori (ou en samoan?), tandis que des ombres poussent des caisses noires en arrière-plan (ce doit être des cercueils). D’autres personnages font des claps-claps mécaniques : ce doit être l’entrée en guerre, applaudie par des Européens abrutis de propagande. Ensuite, deux guerriers s’affrontent dans un corps à corps : ce doit être la guerre. Et puis ensuite (?) Il y a la Mort (?) dans la rosace, qui dit Artaud, en anglais. Elle vient ensuite sur scène se faire cracher dessus, du sang, tandis qu’on lui jette aussi des fleurs. Puis arrive une actrice, qui éructe de nouveau en maori (samoan ?), mais on n’a pas vraiment compris pourquoi. Vers la fin, on jette des œufs sur un crucifié tatoué, et le tableau est interrompu par l’arrivée d’un joueur de cornemuse, tandis que la façade du Palais des Papes se couvre de cataractes d’eau.

La guerre d’usure

Pendant cette série de tableaux, longs, donc, et parfois, plus que spartiatement éclairés, on observe des spectateurs tenter une sortie, silhouettes voûtées qui se reflètent dans le clair-obscur de la scène. On grâcie volontiers ces déserteurs. Des dames commentent : « Tu comprends, toi ? », parfois des rires nerveux fusent, voire des applaudissements, quand un tableau long, très long, se termine.

Il s’agit donc d’une guerre d’usure. Il y a des pauses, comme dans les tranchées, car on sait de quoi le tableau va être fait quand on en a vu les cinq premières minutes. Il s’agit donc de tenir en attendant la prochaine attaque. Car le spectateur est bombardé d’infrabasses, de stroboscopes, de stridences : eh oui, c’est la guerre, c’était comme ça, mon bon monsieur. Sauf que l’esthétisme des tableaux jure avec cette sorte d’expérience muséale de « vie dans une tranchée ».

Plastique, esthétique… et vide

Que dire donc des artefacts nés de la commémoration de ce centenaire ? Qu’il est difficile, sans doute, de tenir la ligne, entre un pathos putassier et pompier (on ne citera pas d’exemples), et cet objet froid, désincarné, plastique, muséal, d’où ne sourd, surtout, aucune émotion. Le label « centenaire », le label « Nouvelle-Zélande », en deviennent gênants : comment ne pas « aimer » ce « spectacle » vendu avec tant de cautions intellectuelles…

Ce qui pêche sans doute ici avant tout, c’est bien la forme : choisir une esthétique plastique, qui refuse le récit, quand il s’agissait de faire le grand récit de 14-18. Alors on arguera qu’on n’est pas au Français, que ce n’est pas du boulevard, qu’on n’est pas là pour raconter des histoires, ni faire des produits commerciaux, mais bien proposer un « projet » exigeant, certes peu accessible à tous, mais intellectuel. Une esthétique clivante de l’ennui : se mettre en ligne, faire de belles images — fort bien. On peut se dire aussi que les soldats de 14, êtres de chair et de sang, méritaient peut-être mieux comme hommage « in », ou officiel.

I am  de Lemi Ponifasio

Conception, scénographie, chorégraphie et mise en scène: Lemi Ponifasio

Avec : Nina Arsenault, Rosie Te Rauawhea Belvie, Kasina Campbell, Kelemete Fua, Charles Koroneho, Ria Te Uira Paki, Ioane Papalii, Te Rau o Te Huia Pou, Teataki Tamango, Ofati Tangaroa, Arikitau Tentau, Maereke Teteka, Bainrebu Tonganibeia et la participation d’un groupe d’amateurs d’Avignon

Cour d’Honneur du Palais des Papes • 84 000 Avignon

http://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2014/i-am

Du 18 au 23 juillet 2014 à 22 heures, relâche le 21 juillet.

A partir de 16 ans

De 10 à 38 euros

 

Le théâtre aux armées : Les Vibrants d’Aïda Asgharzadeh

Un mutilé de la face se révèle en Cyrano : un concept intellectuel proposé par une troupe de jeunes comédiens.

Les Vibrants fait le choix d’un sujet aussi insolite qu’éprouvant. Soit un blessé de la face, Eugène, dont le visage a été emporté par un éclat d’obus, qui se retrouve au Val-de-Grâce, à la merci d’une infirmière en chef revêche, d’une soignante qui ne connaît elle que l’empathie, d’un colonel hurleur et défiguré, d’un médecin-chef clinique et scientifique. Dans une autre vie, avant la guerre, Eugène a aimé – une actrice, ou plutôt une comédienne, Blanche, qui ne l’a pas attendu. On repense à La Chambre des officiers, mais la piste sera différente : voilà qu’arrive la grande Sarah Bernhardt. Entre ces deux mutilés, la compréhension est immédiate, et Sarah a une idée de génie, absurde ou sublime : faire jouer à cet homme à qui il manque un nez… Cyrano. Le mutilé se fait acteur, la prothèse est un masque, et cet homme qui ne savait plus parler retrouve une diction impeccable pour son triomphe sur scène. Applaudissements au finale – pour ce Cyrano ? Pour la pièce ? Vertige du « méta », puissance du concept.

On le voit, le sujet est baroque et fantasque en diable, et surtout éminemment théâtral. Curieusement, Les Vibrants semblent tenir à distance cette « théâtralité » inscrite dans le propos-même de la pièce : une succession de plans remplace la continuité dramatique ; et, surtout, l’esthétique adoptée relève davantage du cinéma que du théâtre. Cinéma que cet usage du flashback, de la voix off, de la musique, qui vient souligner les scènes émouvantes, de la distribution du plateau en isolats séparés par des mousselines que les acteurs et actrices tirent, retirent, arpentant le plateau sans cesse, au point, parfois, que le bruit de leurs pas vient couvrir leurs paroles.

Elephant Man et Lost Highway

La vision qui nous est offerte lorgne singulièrement, également, vers des références cinématographiques : non point Johnny got his gun, qui aurait offert un noir et blanc très plastique, mais plutôt les films de David Lynch. Eugène, avec sa prothèse, caché sous son drap, a ainsi des airs d’Elephant Man. Le clair-obscur, les visages vert-de-gris pointent vers une esthétique lynchienne : Twin Peaks dans les tranchées. On peut penser aussi à Enki Bilal, ou, pour la jolie scène de rencontre entre Blanche et Eugène, à une carte postale colorisée des années de la guerre.

Perdre son visage, est-ce perdre son identité ? Etre mutilé, est-ce être mort ou vivant ? Se suicider, quand on est blessé, est-ce être lâche ou courageux ? Le théâtre aide-t-il à vivre ? Les Vibrants est une pièce ambitieuse, sur un sujet difficile. On peut trouver sublimes ses choix assumés de mise en scène et de jeu (qui visent évidemment ce sublime) ou au contraire rester sourd à son esthétique paroxystique et conceptuelle.

Les Vibrants d’Aïda Asgharzadeh

Mise en scène : Quentin Defalt

Avec : Aïda Asgharzadeh, Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss, Amélie Manet

Collaboration artistique : Damir Žiško

Lumières : Manuel Desfeux

Scénographie : Natacha Le Guen

Costumes : Marion Rebmann

Musique : Stéphane Corbin

Création sonore et régie : Ludovic Champagne

Masques : Chloé Cassagnes

Maquillages : Alice Faure

Théâtre Actuel • 80 rue Guillaume Puy • 84 000 Avignon

http://www.compagnie-teknai.com/ – !les-vibrants/c1948

A partir de 10 ans

Du 4 au 27 juillet 2014 à 17 h 15

Durée : 1 H 20

De 10 à 18 euros

 

Sillons sanglants

 

Cie Ecart Theatre 4 - credit photo Sarah Oday
L’autre chemin des dames : Cie Ecart Theatre 4 – credit photo Sarah Oday

Un titre intelligent et subtil, à l’image de ce spectacle. Une « commémoration » de la Grande Guerre vue du Midi, et des femmes

Quelle idée ingénieuse que de s’emparer du beau roman méconnu de Marcelle Capy, Des femmes passèrent, paru en 1931, et non réédité à ce jour ! Dans ce roman poétique, Marcelle Capy, une des premières « femmes reporters », qui se fit connaître aussi par son Une voix de femme au-dessus de la mêlée, variante féminine de l’essai de Romain Rolland, dresse la chronique humble de « damnées de la terre » (l’Angeline, la Madeline, la Bertrande), prises, dans un Midi lointain (à Pradines, plus exactement) par la tourmente de la guerre. Fiancés qui meurent ou reviennent mutilés, qui s’ensauvagent ou vous quittent, village abandonné aux vieux qui balaient, champs remis aux mains des femmes qui labourent – toute une chronique sensible de la vie de ces humbles femmes de l’arrière.

Représenter la Grande guerre par le biais des femmes, l’entreprise n’est pas nouvelle : ce fut le cas l’année passée à Avignon avec Victoire, la fille du soldat inconnu,  de Sylvie Gravagna, ou, cette année, avec Femmes de l’ombre 1914 – 1918 de Brigitte Bladou. Mais c’est sans doute la première fois, à notre connaissance, que le roman de Capy sert de matériau.

Trois comédiennes se relaient donc pour dire des extraits du texte, face public, dans un décor dépouillé, fait de sièges en bois et d’épis de maïs. Le « théâtre-récit » choisi ici sert d’écrin aux beaux textes de Capy. L’on suit donc la chronique de ces quatre années de guerre, du départ « fleur au fusil » à l’armistice. Entretemps, il y aura eu les premiers morts, les mariages annulés, l’arrivée des prisonniers, le deuil, la souffrance, mais aussi l’inébranlable marche des saisons : géraniums qui fleurissent, vendanges et moissons à faire seules. Les textes choisis dans le roman illustrent admirablement, et sans le trahir, le drame rural et féminin de Capy.

Un drame rural et féminin, illustré de lettres et de chansons

En soi, le texte de Capy aurait pu soutenir seul le spectacle, mais les auteurs, peut-être effrayés par la monotonie supposée de l’ensemble (et ce n’est pas le cas), ont fait le choix d’intercaler entre les tableaux extraits de Capy des lettres de poilus (celles des frères Parrain, du Puy de Dôme) et des chansons. On craint souvent le pire face à un tel assemblage : hétéroclite, il n’est parfois que dissonant, quand il ne sert pas à combler un abyssal vide dramaturgique ou narratif.

Tel n’est pas le cas ici, heureusement, et presque miraculeusement. Les lettres de poilus ne sont pas nombreuses. Disposées en diptyque, à des moments choisis, elles font écho au texte de Capy : ivresse du départ et envie de rassurer la famille d’un côté, terreur et horreur des combats de l’autre. Tout juste peut-on regretter, peut-être, la diction vociférante et en force, comme c’est d’ailleurs souvent l’usage, du récit de la canonnade et de la mitraille, alors qu’un sotto voce, encore plus quand il est pris en charge par un « chœur » de trois femmes, serait sans doute plus émouvant encore. Les chansons ne sont pas non plus nombreuses, et elles sont surtout terriblement touchantes : Quand un soldat de Francis Lemarque, Tu n’en reviendras pas de Léo Ferré et Louis Aragon, La Femme du soldat inconnu de Magyd Cherfi (de Zebda)…  Des chansons pas forcément de 14-18 (sauf un poème à Lou d’Apollinaire), mais des trouvailles décidément subtiles, merveilleusement interprétées, et surtout pertinentes.

Il y a quelque chose, en effet, de terriblement, désespérément triste et beau, dans cet « autre chemin des dames », qui fait entendre une chanson douce et grise, celle des femmes de l’arrière, servie par trois admirables comédiennes.

L’Autre Chemin des dames de Pascale Siméon, Marielle Coubaillon et Anne Gaydier, d’après Marcelle Capy

Musique: Jean-Louis Bettarel

Avec : Pascale Siméon, Marielle Coubaillon et Anne Gaydier

Collaboration artistique : Marc Siemiatycki

Assistante à la mise en scène : Annelyse Bezy

Scénographe : Clément Dubois

Lumières : Guillaume Leybros

Costumes : Céline Deloche

Assistante costumes : Carole Vigné

Régie générale : Swan Chelle

Espace Roseau • 8 rue Pétramale • 84 000 Avignon

http://www.ecart-theatre.fr/l_autre_chemin_des_dames_176.htm

Du 5 au 26 juillet 2014 à 10 h

Durée : 1 h 15

De 6 à 16 euros

 

La guerre des enfants

Des amateurs, très jeunes, se chargent de dire les témoignages des habitants de Stenay, ville de la Meuse occupée dès août 1914. Emotion des situations, émotion d’un dispositif ingénieux qui fait la part belle à la sincérité de ces comédiens en herbe.

Crédit photo Corinne François-Denève
Stenay 1914 – Crédit photo Corinne François-Denève

Au début, disons-le, on craignait le pire. Au fond de la cour du collège de la Salle, où doit se jouer le spectacle, des gradins bleus griffés « Académie des Arts du Spectacle » et un portique chargé d’accessoires de gymnastique. Va-t-on nous imposer les derniers loopings de Guynemer ? Nous inviter à expérimenter ce que ressent un pauvre poilu soufflé par un éclat d’obus ? Derrière la barrière que l’on garde fermée, de très, très jeunes gens se mettent en place. Ils ont le visage poudré de blanc : évidemment, en temps de guerre, on est pâlot.

Prélude. Un accordéoniste aveugle campe la situation : Stenay est donc en proie à l’occupation allemande  (une situation que l’on a souvent oubliée, mais dont parle Annette Becker dans son livre les Cicatrices rouges 14-18). De patibulaires sentinelles allemandes poussent alors le public dans la cour du collège : vous voilà vous aussi, spectateur captif, retenu dans Stenay 1914. Un peu d’art de rue, de performance – on espère être de ceux qui s’en sortiront et pourront témoigner. Les sentinelles vous enjoignent de rejoindre une ligne blanche. Elles sont une vingtaine, qui suivent le carré de la cour. On s’y rend, toujours perplexe. Le spectacle commence.

Pendant 55 minutes, face à vous, un personnage va vous prendre dans le cœur de son récit : jeune mère de famille qui doit fuir avec le grand-père et ses deux jeunes enfants, Allemand amoureux d’une Française, Française amoureuse d’un Allemand, gamine qui doit tuer son chien, gamin qui élève en cachette des lapins, déserteur caché dans la forêt, et même le Kronprinz en personne qui mène la belle vie au Château des Tilleuls. Deux minutes trente pour vous raconter cela, et ensuite, roulement de tambour, on tourne, et vous vous retrouvez, vous, en position d’institutrice qui doit écrire pour l’illettrée, de maire qui doit ramasser des orties, de journaliste de la Gazette des Ardennes qui doit écrire un article à la gloire de l’Allemagne victorieuse.

Au revoir les enfants

Les jeunes acteurs appartiennent tous à la Compagnie « Les Chats Bottés en balade », de Marie-José Larose et Jean-Louis Humblet, basée non loin de Stenay. Ils ont été « coachés » et mis en scène, l’espace de courts week-ends, par François Bourcier. Les textes viennent de témoignages recueillis sur place. L’entreprise est donc tout à la fois éducative et commémorative.

Ces jeunes acteurs font ce qu’il y a de plus difficile, sans doute : répéter le même texte en face à face, devant un, ou deux spectateurs qui oscillent entre la surprise, la résignation ou la bienveillance. Il faut dire, redire, faire, refaire, les yeux dans les yeux, la même chose, tandis que le camarade d’à côté dit aussi son texte, il faut tenir le temps pour qu’on puisse tourner tous au signal donné, il faut lutter contre le plein air qui emporte les paroles, le mistral qui chasse les accessoires, les curieux qui s’amassent le long des grilles et qui commentent ce curieux spectacle.

Mais ces jeunes « amateurs » (mais que veut donc dire « amateurs » ?) ont la beauté de leur âge (ils ont entre 13 et 21 ans), et ils en ont aussi gardé encore intactes l’assurance tranquille et la justesse des enfants qui jouent. Que de ferveur dans leurs yeux, quand ils vous racontent leur Stenay 1914. Ils y croient et veulent que vous y croyiez aussi. La fin ? Un message humaniste, rare sur les textes de 14, que l’on vous laisse découvrir.

Rêvez ! C’est un ordre

C’est la paix, la liberté, on ressort, gentiment poussés par les infirmières, les soldats, les civils. Et après, quand toute la petite troupe vous encadre, jeunes comédiens impatients de savoir ce que vous en avez pensé, si ça vous a plu, on se hasarde à leur demander :

– Et alors, parmi vous, il y en a qui veulent devenir comédiens ? Comédiennes ?

Silence un peu gêné, un peu embarrassé.

– Euh, professionnels, vous voulez dire ?

– En amateur, oui, ça c’est sûr, mais…

– C’est compliqué…

– C’est pas facile…

– C’est risqué, hein…

Ah… Rêvez, jeunes gens de Stenay, Marine, Camille, Lorin, Nahel, Mathieu, Nathan, Constance, Perrine, Thomas, Marion, Benoît, Ludovic, Edan, Loïc, Adrien, Laure, Mélina et Hugo. Rêvez. C’est un ordre.

Stenay 1914, d’Emilie Génaédig

Mise en scène : François Bourcier

Avec : Marine Arnould, Camille Challant, Lorin Champeaux, Nahel Chihab, Mathieu Courtet, Nathan Deneuve, Constance Derouin, Perrine Evrard, Thomas François, Marion Gérard, Benoît Guichard, Ludovic Lafrogne, Edan Mahé, Loïc Mathieu, Adrien Musset, Laure Remy, Mélina Roth, Hugo Wispelaere (Compagnie Les Chats Bottés en balade)

Costumes : Servais M-A, Les Chierothains

Cour du Collège de la Salle • 5 place Louis Pasteur • 84 000 Avignon

A partir de 7 ans

Du 18 au 27 juillet 2014 à 19 h 20

Durée : 55 minutes

De 4,5 à 7 euros

 


[1] http://cqfd-journal.org/De-la-monoculture-en-Avignon, consulté le 1er août 2014.

L’entrée en guerre.

A l’occasion du 100ème anniversaire de l’entrée en guerre
(jour pour jour, heure pour heure)
le centre international de recherche de l’Historial
est heureux de vous inviter à
la conférence de Jean-Jacques Becker :

L’entrée en guerre

Dimanche 3 août 2014, 18H
Historial de la Grande Guerre, Péronne
Salle audiovisuelle

Le ler août 1914, vers 16 heures à quelques minutes d’intervalle, la France et l’Allemagne décrétaient la mobilisation générale. Le 3 août 1914 à 18 heures, l’Allemagne déclarait la guerre à la France. Ce qu’on allait appeler très vite le Grande Guerre avait commencé.
Comment en est-on arrivé là ?
Jean-Jacques BECKER
Professeur émérite Paris Ouest Nanterre – La Défense, Président d’honneur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription conseillée.
Pour tout renseignement : c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 54 13
Illustration : Affiche de mobilisation générale. Collection Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme) Photo : Yazid Medmoun CG80