Archives de catégorie : Evenements

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Journée d’étude : Vivre l’occupation sur le front Ouest pendant la Première Guerre mondiale

Parade de la garde, rue Nationale à Lille, AdN, 30 Fi guerre 14-18/278
Parade de la garde, rue Nationale à Lille, AdN, 30 Fi guerre 14-18/278

Vivre l’occupation sur le front Ouest

pendant la Première Guerre mondiale

Programme

Date : 13 février 2015

Lieu : IRHiS, Université Lille 3, salle de séminaire (A1 152)

Plan d’accès : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/dossierPDF/plan-metro-lille3-irhis.pdf

10h Accueil : Sylvie Aprile (Directrice du laboratoire IRHiS)

Introduction : Yves Le Maner (Directeur de la mission « Histoire, Mémoire, Commémoration » au Conseil régional du Nord – Pas-de-Calais)

 

10h30 Session 1 : Occupation et rapprochements avec l’ennemi

Président/rapporteur : Emmanuel Debruyne (Institut d’Etudes avancées de Paris)

– Florent Verfaillie (Cegesoma Bruxelles), Résistants et collaborateurs de la Grande Guerre

– Gertjan Leenders (Université de Gand), Les dénonciations à l’ennemi en Belgique occupée

– Elise Rezsöhazy (Université catholique de Louvain), Mélanie Bost (Cegesoma Bruxelles), Les agents du contre-espionnage allemand en Belgique occupée

– Jan Naert (Université de Gand), La répression des bourgmestres de la Belgique occupée après la guerre

 

12h30 Déjeuner – buffet

 

13h30 Session 2 : Approches sociales et culturelles des sociétés occupées

Président/rapporteur : Philippe Nivet (Université de Picardie)

– James Connolly (Université de Manchester), L’occupation du département du Nord et la « culture de l’occupé »

– Philippe Salson (Université Montpellier 3), Peut-on faire une lecture sociale de l’expérience d’occupation ?

– Antoon Vrints (Université de Gand), Les normes de conduite en Belgique occupée

 

15h30 Pause

 

15h45 Session 3 : Mémoires françaises et belges de l’occupation

Présidente/rapportrice : Elise Julien (Université Lille 3)

– Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain) et Karla Vanreapenbusch (Cegesoma Bruxelles), Les traces de l’occupation 14-18 dans trois villes belges

– Matthias Meirlaen (Université Lille 3), Commémorer la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais occupé

 

17h Conclusions : Annette Becker (Université Paris 10)

 

17h30 Fin de la journée

Contacts :

Matthias Meirlaen : matthias.meirlaen@univ-lille3.fr

Elise Julien : elise.julien@sciencespo-lille.eu

Conférence : Jaurès face au danger de guerre Gilles CANDAR

INVITATION

Le Centre international de recherche de

l’Historial de la Grande Guerre

est heureux de vous inviter à la

conférence de Gilles CANDAR*

Jaurès face au danger de guerre

Mardi 11 novembre 2014, 15H

à l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne, Somme. Photo Yazid Medmoun
Coll. Historial de la Grande Guerre, Péronne, Somme.Photo Yazid Medmoun 

Tôt confronté aux perspectives comme aux réalités de la guerre, Jaurès est convaincu à partir du conflit russo-japonais de 1904 du caractère potentiellement imminent d’une conflagration générale en Europe. Cette analyse fonde l’essentiel de sa stratégie politique au cours de la décennie: choix de l’unité socialiste, de la construction d’une force prolétarienne autonome, d’un engagement dans une stratégie internationale. Son axe est d’abord celui de l’Internationale socialiste qu’il cherche à gagner à une action coordonnée contre le danger de guerre. Mais il adapte et complexifie sans cesse son dispositif cherchant notamment dans les dernières années à l’insérer dans un jeu plus vaste, en liaison avec les mouvements libéraux et progressistes, et sans refuser non plus de penser et de préparer une guerre toujours possible avec l’Allemagne. Au printemps 1914, il est en droit d’apprécier le progrès des forces de paix, sans que celles-ci puissent prétendre avoir obtenu de succès décisif. La catastrophe d’août 1914 ne signifie pas pour autant la ruine de sa politique. Gilles CANDAR* (Président de la Société d’études jaurésiennes)

Réservation tel : 03 22 83 14 18

Renseignement : c.fontaine@historial.org 

Entrée libre dans la limite des places disponibles

*Historien  spécialiste des xixe et xxe siècles et des gauches françaises, professeur en classes préparatoires, Gilles Candar est le président de la Société d’études jaurésiennes depuis 2005. Avec Madeleine Rebérioux (1920-2005), il est chargé de la coordination des Œuvres de Jean Jaurès chez Fayard (9 volumes parus en sur dix-sept prévus au total). Il est aussi membre depuis 1992 du comité de rédaction de la revue Mil neuf cent : Revue d’histoire intellectuelle

Il a notamment publié cette année :  Jean Jaurès, Justice d’abord !, anthologie Le Monde/Rue des écoles, coll. « Les rebelles » dirigée par Jean-Noël Jeanneney avec Grégoire Kauffmann, 2012. Jean Jaurès, avec Vincent Duclert, Fayard, 2014. Jean Jaurès. Une vie pour l’humanité, avec Romain Ducoulombier et Magali Lacousse, catalogue de l’exposition « Jaurès » aux Archives nationales, hôtel de Soubise à Paris, mars-juin 2014, Beaux-Arts éditions, 2014.

Société d’études jaurésiennes : http://www.jaures.info/welcome/index.php

Cahiers Jaurès : http://www.cahiers.jaures.info/sommaire.php?id=28
Illustration : Jean Jaurès Collection Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme)
Photo : Yazid Medmoun CG80

Appel à communication : Espaces de violences d’une région frontalière. Lorraine 1870 – 1962

Espaces de violences d’une région frontalière.

Lorraine 1870 – 1962

Depuis plusieurs années déjà, les recherches en SHS prêtent un intérêt croissant aux différents phénomènes de violence. C’est le cas aussi pour les historiens, comme en témoignent les débats intenses suscités par certains livres, tel Bloodlands de Timothy Snyder (2010), de même que les nombreux travaux publiés cette année à l’occasion de la commémoration du génocide rwandais ainsi que de la Première Guerre mondiale. Récemment, une approche particulière émerge dans ce domaine consistant à livrer de la violence physique une description dense (au sens de Clifford Geertz). Cette démarche,  qui s’est inspirée aussi des travaux de certains sociologues comme Trutz von Trotha, tend à ne pas considérer la violence apriori comme une exception ou bien une déviance d’un ordre social qu’il s’agit d’expliquer en tant que « problème ». Au contraire, la violence est étudiée comme partie intégrale et structurante des rapports sociaux, ayant ses logiques et ses formes de communication propres. La catégorie de l’espace y joue un rôle primordial.

Le colloque, organisé par le Centre Marc Bloch en coopération avec le Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme en Lorraine entend investir le champ ouvert par ces recherches, en se concentrant sur l’exercice de la violence dans la région lorraine entre 1870 et 1962. Durant cette période, les habitants de cette région ont vécu la guerre franco-allemande de 1870, deux conflits mondiaux, une forte militarisation ainsi que plusieurs vagues d’expulsions massives. A cela s’ajoute qu’en raison du rôle économique central de l’industrie dans cette région, et la proximité de plusieurs frontières nationales, de nombreux migrants qui vivaient alors en Lorraine, ont été impliqués dans des rudes affrontements, autant en temps de paix qu’en temps de guerre. En nous focalisant sur cet espace restreint, nous souhaitons réfléchir sur les ruptures et les continuités historiques des  formes pratiques et discursives que cette violence a pu revêtir. À ce sujet nous encourageons particulièrement trois axes de recherche pour lesquels le concept d’espace de violence (Gewaltraum) jouera un rôle central.

Par « espace de violence » nous désignons une formation sociale temporaire dans laquelle la violence est la forme d’interaction à laquelle les acteurs impliqués s’attendent le plus à être confrontés, c’est-à-dire la forme d’interaction qui structure essentiellement leur horizon d’attente. Dans cette perspective, le passage à l’action, dépend largement de qualités spécifiques à l’espace physique et social correspondant. Ainsi, le centre-ville de Metz a pu autant se convertir en espace de violence pour un militant de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale qu’a pu l’être également un village lorrain devenu cité-dortoir pour un Algérien pendant la guerre d’indépendance algérienne. Il s’agira de cerner la spécificité spatiale et temporaire de chacun de ces lieux ainsi que les pratiques concrètes des acteurs. Dans cette perspective, nous entendons produire des descriptions détaillés de certains évènements marqués par la violence qui ont eu lieu en Lorraine entre 1870 et 1962. Ces évènements devront, en outre, être décryptés selon leurs logiques propres et dans leur rapport au lieu. A l’aune de ces exemples, la question se posera de savoir dans quelle mesure la violence devient, un principe d’ordre à part entière.

Deuxièmement, le colloque se penchera sur les discours, les formes et l’évolution des discours de légitimations et les discours mémoriels liés à la violence. Il s’agit de cerner quel lien ces glorifications, condamnations ou encore dissimulations discursives de la violence entretenaient avec des espaces de violence en Lorraine. Certaines parties de la Lorraine ont été fortement impliquées dans différentes guerres et divers changements de l’appartenance étatique. De ce fait, des termes comme « rebelle », « occupant », « nationalisme », « colonialisme », « terroriste », « séparatiste » etc., employés à des fins stigmatisantes, ont beaucoup varié d’un contexte à un autre, tant dans leur application que dans leur contenu. Nous encourageons en particulier les contributions qui traiteront de créations, applications et métamorphoses de discours stigmatisants dans la région ainsi que leur lien direct à la violence.

En dernier lieu, nous voudrions étudier les diverses formes d’interdépendances, directes ou retardées, entre certains espaces de violence en Lorraine et d’autres régions plus éloignées. Les diverses expulsions et actions militaires dans lesquelles était impliqué un grand nombre d’habitants de la Lorraine entre 1870 et 1962 ont eu des effets considérables sur d’autres régions plus ou moins éloignées : ces effets sont perceptibles autant sur le front de l’est de l’armée allemande durant les deux guerres mondiales qu’en Afrique du Nord après 1870 et notamment pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962). Nous nous demanderons donc quels types de connexions à d’autres régions se sont créés, en termes de transferts de formes d’exercice de la violence. On étudiera, dans cette perspective, la nature de ces transferts et comment ceux-ci ont été perçus par les contemporains mais également a posteriori.

 

Veuillez envoyer vos propositions (3 000 signes max.) en allemand, français ou en anglais ainsi qu’un bref CV au plus tard le 1er septembre 2014 à l’adresse hardt@cmb.hu-berlin.de. Sous réserve, les frais de voyage et d’hébergement des intervenants seront pris en charge. Une publication des actes est envisagée.

 

Lieu :

Centre Marc Bloch (Berlin) 

Date :

5 – 6 mars 2015 

Organisation :

Lucas Hardt (CMB) 

En coopération avec:

Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme  en Lorraine

Comité scientifique:

Daniel Schönpflug (CMB), Lucas Hardt (CMB), Anne Kwaschik (FU Berlin), Raphaёlle Branche (Université de Rouen), Béatrice Fleury (MSH Lorraine), Jacques Walter (MSH Lorraine) 

 

Appel à contribution : colloque « Romanesque de la Grande Guerre »

Romanesque de la Grande Guerre

Colloque 7-9 avril 2016 (Péronne-Saint-Quentin)

 

Quand, comment et pourquoi la Grande Guerre devient-elle matière romanesque ? Si la situation des écrivains dans la guerre a donné lieu à une abondante littérature, la transposition romanesque dont cette expérience a fait – et fait encore – l’objet, a été moins explorée.

Dès les années de guerre ou d’immédiate après-guerre, les grands témoignages de combattants furent souvent plus ou moins romancés (Barbusse, Dorgelès, Jünger…). C’est d’ailleurs en partie ce penchant pour le romanesque que dénonçait Jean Norton Cru dans Témoins en 1929. Dans les années qui suivirent, avec davantage de recul, d’autres témoins célèbres donnèrent une vision des événements plus personnelle ou, si l’on veut, plus romanesque – qu’elle tire vers la dérision de l’anti-roman (Céline) ou vers le lyrisme de la transposition symbolique (Giono), à moins qu’elle ne prenne place dans un projet à la fois plus large et plus singulier (Cendrars, Romains).  Mais la guerre ne s’arrête pas aux tranchées. À l’arrière, il n’est pas rare qu’elle fonctionne comme un ressort romanesque privilégié, prétexte (Cocteau), opportunité (Radiguet) ou révélateur (Van der Meersch), quand elle ne donne pas lieu à des visions plus humoristiques (Marcel E. Grancher, Cinq de campagne). Plus récemment, des romans, parfois popularisés par le cinéma, continuent de nourrir ce que l’on peut désormais considérer comme une véritable mythologie de la Grande Guerre (La Chambre des officiers, Les Âmes grises, Un long dimanche de fiançailles) – jusqu’au 14 de Jean Echenoz ou au prix Goncourt 2013.

Le colloque initié par le CERCLL de l’Université de Picardie, en partenariat avec la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan, se propose d’interroger le glissement du témoignage vers la fiction en prenant comme point de départ l’exemple de Pierre Mac Orlan, auteur notamment de souvenirs de guerre (Les Poissons morts), d’une farce militaire (U 713), d’un roman en partie consacré à l’arrière (Le Bataillonnaire) et d’une évocation mélancolique plus tardive (Le Bal du Pont du Nord). L’accent sera mis tout particulièrement sur les écrivains picards et les témoins des combats en Picardie. Cent ans après les événements, un questionnement sur la part respective de la vérité historique, de l’invention individuelle et de la mythologie collective semble avoir toute sa légitimité, rejoignant d’ailleurs certains débats d’historiens sur la question du vrai et du faux (C. Prochasson). C’est dans cet esprit que pourront être explorées notamment les pistes suivantes :

– des romanciers picards témoins de la guerre (Paul Vimereu, Pierre Nord)

– le cas particulier de la Bataille de la Somme vue par les romanciers

– la découverte ou la redécouverte d’évocations romanesques plus ou moins oubliées

– la place et le sens de l’histoire

– la force critique des romans satiriques, humoristiques ou simplement décalés

– la persistance dans le roman de guerre de grands schémas romanesques tels que l’initiation, l’héroïsme, l’aventure (si présente par exemple dans les premiers romans de Pierre Nord)

– la réception des romans de la Grande Guerre et son évolution

À travers ces questions, ce colloque se propose d’analyser un cas particulier du rapport entre roman en Histoire et de mettre en évidence sa spécificité, sans se restreindre au domaine français. Les germanistes du CERCLL sont notamment invités à apporter leur contribution (à côté des grandes références que sont Jünger ou Remarque, des auteurs comme Unruh, et d’autres, mériteraient d’être abordés). La dimension internationale pourra également être renforcée par un partenariat avec L’Historial de La Grande Guerre, à Péronne, qui proposera en 2016 une exposition sur les écrivains dans la guerre.

Ce colloque donnera lieu à une collaboration avec d’autres partenaires institutionnels, le Comité départemental de la Grande Guerre et la Ville de Saint-Quentin notamment.

Les actes seront publiés début 2017 dans le N° 5 de la collection « Lectures de Mac Orlan », publication annuelle de la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan.

Contacts :

Bernard Alavoine (bernard.alavoine@wanadoo.fr)

Philippe Blondeau (philippe.blondeau@u-picardie.fr)

Les propositions sont à adresser avant fin 2014. Le comité organisateur examinera et sélectionnera les propositions au début de l’année 2015.

 

Appel à contribution franco-allemand pour doctorants : nouvelles approches de la Grande Guerre

Colloque de recherche franco-allemand

Deutsch-französisches Graduierten-Colloquium

Stuttgart, du 16 au 18 octobre 2014

Le Centre International pour la Recherche sur la Culture et la Technique (IZKT) invite chaque année des doctorants allemands et français à un colloque de recherche interdisciplinaire qui a lieu à Stuttgart. Les participants postulent par un CV et un bref exposé de leur présentation, en général issue de leur projet de recherche. Les frais de voyage, de logement et de restauration des participants invités sont pris en charge. Le thème du colloque de cette année s’intitule :

La Première Guerre Mondiale

Nouvelles approches de la recherche, nouvelles formes de mémoire : une comparaison européenne.

Le Centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale et ses commémorations publiques approchent. De nouvelles publications scientifiques voient le jour et tentent d’approfondir et de remettre en perspective le travail de reconstruction historique, en donnant à découvrir de nouvelles sources ou en explorant de nouvelles approches méthodologiques. La possibilité d’une analogie avec le temps présent est aussi une question omniprésente dans le débat scientifique. La Première Guerre Mondiale se présente également comme une césure et un tournant dans le monde culturel. La façon dont elle se reflète dans la littérature, la philosophie, l’art et la musique montre clairement à quel point la Première Guerre Mondiale fut une période cruciale pour la construction identitaire de l’Europe.

Au-delà des discussions scientifiques, la Première Guerre Mondiale est devenue depuis longtemps un « lieu de mémoire » dans les champs politique et littéraire. Le souvenir qu’évoque la « catastrophe originelle du 20ème siècle » agit sur le processus d’autodéfinition identitaire de l’Europe. La confrontation avec le passé se déroule sous les auspices d’une crise politique de l’UE. Les différents aspects de la mémoire collective oscillent dans ce contexte entre deux extrêmes, celui d’une perspective nationale et celui d’une perspective résolument européenne.

A partir d’un angle franco-allemand, ce colloque a pour objectif de faire dialoguer et de comparer les points de vue européens dans les domaines de l’histoire, de la littérature, et des sciences de la communication, mais aussi de l’histoire de la technique, de la philosophie et des sciences politiques et sociales. Dès l’automne 2014, il sera également possible de faire un bilan rétrospectif des commémorations de l’été.

Les nouvelles approches de la recherche, les conséquences politiques et culturelles de la Première Guerre Mondiale sont des thématiques souhaitées. D’autres sujets possibles sont l’analyse de la mise en scène médiatique de la mémoire dans la littérature, le cinéma, la télévision et les jeux vidéo, ainsi que l’instrumentalisation politique des analogies historiques. Les contributions venues d’autres pays et traitant de la situation dans d’autres pays que l’Allemagne et la France sont aussi tout à fait bienvenues.

Les doctorants sont priés de fournir un thème d’exposé (avec un résumé de deux pages maximum), un CV et une note de recommandation du professeur titulaire avant le 4 juillet 2014.

 

Deutsch-französisches Graduierten-Colloquium

Colloque de recherche franco-allemand

 

Stuttgart, 16.-18. Oktober 2014

Das Internationale Zentrum für Kultur- und Technikforschung (IZKT) lädt jährlich deutsche und französische Doktoranden zu einem interdisziplinären Forschungskolloquium nach Stuttgart. Die Teilnehmer bewerben sich mit ihrem Lebenslauf und einem Exposé ihres Beitrages, der in der Regel aus dem Dissertationsvorhaben erwächst. Moderatoren geben ihnen Hilfestellung und schlagen Brücken zwischen den Themen und Ansätzen. Die Reise- und Übernachtungskosten sowie die Verpflegung der Teilnehmer werden erstattet.

Der Erste Weltkrieg

Neue Forschungsansätze und Erinnerungsformen

im europäischen Vergleich

Der 100. Jahrestag des Kriegsbeginns 1914 wirft in der europäischen Öffentlichkeit seine Schatten voraus. Neue wissenschaftliche Publikationen versuchen der historischen Rekonstruktion eine größere Tiefenschärfe zu verschaffen, indem sie neue Quellen lesbar machen oder neue methodische Zugriffe versuchen. Dabei wird auch immer wieder die Frage nach möglichen Analogien zur Gegenwart gestellt. Nicht zuletzt rückt der Erste Weltkrieg als kultureller Einschnitt in den Fokus. Seine Spiegelungen in Literatur, Philosophie, Kunst und Musik machen deutlich, wie einschneidend der Erste Weltkrieg für das europäische Selbstverständnis war.

Neben der wissenschaftlichen Diskussion ist der Erste Weltkrieg in der politischen und literarischen Öffentlichkeit jedoch längst zu einem „Erinnerungsort“ geworden. Das Gedenken an die „Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts“ wirkt auf die Selbstverständigungsprozesse in Europa. Die Auseinandersetzung mit der Vergangenheit erfolgt unter den Vorzeichen einer politischen Krise der EU. Die Formen des kollektiven Erinnerns bewegen sich dabei in einem Spektrum zwischen nationalen und bewusst europäischen Perspektiven.

Ausgehend von einem deutsch-französischen Fokus wollen wir die Perspektiven der Geschichts-, Literatur- und Medienwissenschaft, sowie der Technikgeschichte, Philosophie und Politikwissenschaft in einen europäisch-vergleichenden Dialog setzen. Im Herbst 2014 wird dabei schon der Rückblick auf die Gedenkveranstaltungen des Sommers möglich sein. Erwünscht sind Beiträge zu neuen Forschungsansätzen, zu den kulturellen und politischen Folgen des Ersten Weltkriegs, zur Analyse der medialen Inszenierung des Erinnerns in Literatur, Film, Fernsehen und Computerspielen sowie zur politischen Instrumentalisierung historischer Analogien. Willkommen sind explizit auch Beiträge aus und zu anderen Ländern als Deutschland und Frankreich.

 

Doktoranden werden gebeten einen Themenvorschlag (mit einer Zusammenfassung von max. zwei Seiten), einen Lebenslauf und die Empfehlung eines Lehrstuhlinhabers bis zum 4. Juli 2014 einzusenden.

Dr. Felix Heidenreich

Internationales Zentrum für

Kultur- und Technikforschung (IZKT)

Universität Stuttgart

Geschwister-Scholl-Straße 24

D – 70174 Stuttgart

felix.heidenreich@izkt.uni-stuttgart.de

Tel.: 0049-711-6858-4149logo_izkt

dva_logo_stiftung_rgb-small200

Appel à contributions : Imaginaires et pratiques de Paix en temps de guerre (1914-1918)

Imaginaires et pratiques de paix en temps de guerre (1914-1918)

Colloque international        15-16 octobre 2015

Lieu : La Flèche (Sarthe, France)

Quand se rétablira-t-elle ? http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source
Quand se rétablira-t-elle ?
http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source

Comité scientifique : Carl Bouchard (Université de Montréal), Rémi Fabre (Université de Paris-Est-Créteil), Jean-Michel Guieu (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Jagielski (CRID 14-18), Stanislas Jeannesson (Université de Nantes), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS, CIR Historial de la Grande Guerre), Stéphane Tison (Université du Maine).

 

La porosité des cultures de paix et de guerre s’effectue dans le temps du conflit avec ses propres modalités qu’il conviendra d’interroger et ses temporalités qu’il faudra tenter de mesurer et d’identifier. Deux approches peuvent être ici considérées comme les fils conducteurs de la réflexion à mener : l’analyse de ce que l’historien britannique Martin Ceadel a défini comme « le sentiment de la paix » qui passe par une expérience au moins d’une sécurité ; l’étude du discours sur la paix, qui peut être autant instrumentalisé que revendicatif comme l’avait montré en 2006 le colloque Paroles de Paix en temps de guerre, abordant à la marge la Grande Guerre. La paix doit être ici entendue comme une aspiration, une expérience et un discours, dont il s’agira de saisir les relations et les lieux de leur pratique, en décrivant les formes sociales et culturelles des représentations de cet « horizon d’attente » (Reinhart Kosseleck) des sociétés en guerre entre 1914 et 1918. Quelle place reste-t-il à la paix dans ce temps de guerre ?

Plusieurs thématiques pourront être abordées :

–        La paix comme souvenance de l’avant-guerre.

Dans quelle mesure la guerre anéantit-elle les imaginaires et les pratiques forgées durant les longues décennies de paix qui ont précédé le déclenchement du conflit ? Le souvenir de la vie d’avant est-il effacé par l’expérience de la guerre, par la mobilisation de toutes les activités et la focalisation des pensées sur la ligne de feu ? L’étude des références à l’avant-guerre dans les correspondances mérite une attention particulière. Cette réflexion pourra être située socialement pour mieux comprendre comment les différentes classes sociales maintiennent ou organisent ces moments de sociabilité issus de l’avant-guerre. Le mythe de la Belle Epoque, comme nostalgie du temps de paix, dont on pourra chercher à faire l’archéologie, se dessine-t-il pendant le conflit ?

–      La paix imaginée, rêvée.

À travers les différents supports que sont les journaux de tranchées, les cartes postales, le dessin ou la caricature, les carnets et journaux de guerre, les chansons, apparaissent des représentations multiples de la paix. Il s’agira de saisir dans ces productions littéraires et artistiques les références culturelles et/ou politiques dans leurs agencements et leurs variations au cours des 52 mois du conflit.

–      La paix comme expérience temporaire.

Si les sociétés européennes s’inscrivent massivement dans l’effort de guerre, comment au quotidien des moments de paix sont-ils toutefois ménagés ? Si les fraternisations pourront être abordées, comme une forme temporaire de paix entre ennemis parmi les plus explicites, d’autres expériences méritent l’attention. Comment le souvenir, l’aspiration, les expériences de la paix aident-elles à traverser la guerre, à surmonter l’épreuve ? Comment les soldats reconstituent-ils des moments de paix afin que leur existence ne soit pas totalement envahie par la seule expérience du combat ? Permissions, loisirs, spectacles et sports aux armées y contribuent. Dans quelle mesure le soldat s’autorise-t-il ou est-il autorisé à jouir de la vie ? Dans quelle mesure cette possibilité s’accommode-t-elle de l’injonction à poursuivre l’effort de guerre ? Et avec quelle efficacité dans la durée ?

–      La paix comme revendication.

Certains combattants semblent même prêts à faire passer la paix avant la victoire, quitte à déplaire à leur famille et à l’arrière. Dans quelle mesure ce désir de paix témoigne-t-il d’une démoralisation ponctuelle ou plus profonde des combattants ? Quel rôle joue-t-il dans les actes de désobéissance collective et les mutineries ? Comment ce désir de paix s’exprime-t-il également à l’arrière, notamment lors des grèves de 1917-1918 ? Face à un conflit qui s’installe dans la durée, comment « la paix par la victoire », qui semble initialement seule acceptable, est-elle progressivement contestée par d’autres formules exprimées par certains secteurs de l’opinion ou certaines personnalités ? Il s’agira également de revenir sur les tentatives de paix négociée, de contacts entre diplomaties ou intermédiaires plus ou moins officieux, permettant de saisir l’ambivalence du couple guerre/paix. En effet, la paix n’est pas seulement une alternative à la guerre, elle peut aussi être perçue comme son accomplissement (les buts de guerre sont aussi des objectifs de paix) dans la victoire et la conquête. Dans certains cas, le discours pacifiste est d’ailleurs inséparable du discours belliciste et s’accompagne de postures et de gestes bellicistes qui l’entrecroisent : c’est toujours pour la paix qu’on se bat. Le discours pacifiste comme « discours de compensation » doit être ainsi analysé.

–      La paix à bâtir.

Malgré la censure et les risques d’accusation de « défaitisme », la Première Guerre mondiale a suscité comme jamais auparavant une vaste réflexion sur la paix future et les moyens de parvenir durablement à un ordre international pacifique. Dans quelle mesure ces divers projets ont-ils pu orienter la formulation des buts de paix des gouvernements belligérants ? Il s’agira ici de mieux saisir en quoi l’expérience de la guerre infléchit la façon dont l’organisation de la paix est pensée, quels médiateurs ou lieux de médiation demeurent ou apparaissent à un moment où la limite entre pensée pour la paix et défaitisme est infime.

Ainsi pourra-t-on mieux saisir les ambiguïtés du discours de la paix, la censure autour de la paix, l’instrumentalisation de la paix, de même que l’articulation d’une culture guerrière mobilisée pour vaincre et les aspirations à l’arbitrage, à la conciliation, à la paix.

Les propositions de communications (3 000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biographique de leur auteur (mentionnant notamment leurs travaux en rapport avec le thème du colloque), doivent être envoyées (fichier attaché en format word ou pdf) aux organisateurs au plus tard le 15 septembre 2014 :

Jean-Michel GUIEU, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Jean-Michel.Guieu@univ-paris1.fr

Stéphane TISON, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université du Maine)

Stephane.Tison@univ-lemans.fr

Colloque labellisé par la mission du centenaire et organisé en partenariat avec l’Université du Maine, le Centre de recherches historiques de l’Ouest, l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, le LabEx « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe » et l’IHEDN.

 

Journée d’étude « Le front caucasien de la Grande Guerre »

Jeudi 5 juin 2014

Collège de France, 3 rue  d’Ulm, Paris 

Le front caucasien de la Grande Guerre

Journée d’étude organisée par Cloé Drieu et Claire Mouradian,

et soutenue par le Cercec, le Cetobac, le Collège de France, l’Orient-Institut Istanbul, l’IISMM et la Fondation Hugot. 

Matin (9:00-12:30)

Nouvelles approches de l’histoire du front caucasien

Présidence : Henry Laurens (Collège de France)

9:00 – accueil

9:15-9:30 – Introduction

Michael REYNOLDS (Princeton University) « The Caucasus Between Ottomans and Russians in WWI (1908-1918) »

Ozan ARSLAN (Izmir University) « The Caucasian Front or the ‘Caucasian Sideshow’?: Ottoman and Russian Empires’ War Strategies and Military Operations in the Near East, 1914-17 »

10:45-11:15 Questions / discussion

11:15-11:30 Pause café

Jacques FREMEAUX (Paris IV) « Le Caucase et les opérations militaires au Levant : perspectives stratégiques (1914-1918) »

12:00-12:30 Question / discussion

 

Après-midi (14:00-18:30)

Peuples et nations au cœur du conflit

Présidence : Eugene Rogan (University of Oxford)

Lusine NAVASARDYAN (Cercec/Ehess) « Les groupes de volontaires arméniens du front du Caucase au cours de la Première Guerre mondiale »

Edith YBERT (Cetobac) « Les Adjars (Géorgiens musulmans) et le front du Caucase (1914-1918) : traîtres ou victimes ? »

15:00-15:30 Question / discussion

15:30-15:45 Pause café

Bruno ELIE (Chercheur indépendant) « Faik Tonguç, ou ce que signifie être jeune et Turc en 1914 »

Ronald SUNY (University of Michigan) « War and Genocide: Armenians, Assyrians, and the Caucasian Front » 

16:45-17:15 Question / discussion

17:15-17:30 Pause café

Claire MOURADIAN (CNRS) « Présentation de quelques documents d’archives françaises et russes : textes et reportages de guerre sur le front du Caucase »

Discussion générale