Archives de catégorie : Parutions

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.

Neu erschienen : Gerd Krumeich, Der Erste Weltkrieg: Die 101 wichtigsten Fragen

Gerd Krumeich, Vize-Präsident des Centres de recherche des Historials, hat gerade ein neues Buch publiziert. Hier finden Sie die Vorbemerkung des Buches:

71xNxkRJtQL._SL1000_Vorbemerkung

Den Ersten Weltkrieg als „Urkatastrophe“ zu bezeichnen, ist ebenso geläufig wie belanglos.

Das Wort klingt ja fast wie „Naturkatastrophe“ und so etwas bricht über die Menschen hinein. Die 101 Fragen, die ich hier gestellt habe und zu beantworten versuche, gehen von einer ganz anderen Grundannahme aus. Der Erste Weltkrieg, in den die Nationen tatsächlich irgendwie hineingeschlittert sind, hat sich im Laufe von 4 ½ Jahren immer wieder neu entwickelt. Er begann als ganz traditioneller Krieg und wurde wegen der ständig weiter angekurbelten technischen und emotionalen Ressourcen in kurzer Zeit zu einem industrialisierten Massenkrieg zuvor unbekannter Dimensionen. Ich bin sicher, dass die entscheidenden Politiker und Militärs im Juli 1914 anders gehandelt hätten, wenn sie die Leichenfelder von Verdun und der Somme auch nur geahnt hätten. Um die 70 Millionen Männer sind weltweit in diesen Krieg geschickt und mehr als 13 Millionen deutsche Soldaten zwischen 1914 und 1918 mobilisiert worden – Schlieffen hatte 1911 noch von maximal 2 Millionen gesprochen. 1914 zog man mit Pickelhaube und Bajonett und fliegenden Fahnen in den Krieg, 1918 hatten es die in die Erde eingewühlten Soldaten mit Panzern, Gas und Flugzeugen zu tun. Das waren verschiedene Welten, und diese Entwicklung möchte ich in meinen Fragen und Antworten erkennen lassen.

Die Forschung zum Ersten Weltkrieg ist inzwischen auch für den Spezialisten unüberschaubar geworden und gerade deshalb ist es wichtig, die entscheidenden Fragestellungen so zu bündeln, dass sie für jeden Interessierten nachvollziehbar werden. Der Schwerpunkt liegt dabei auf der Erlebnis- und Kulturgeschichte des Weltkriegs. Wichtig war mir aber auch, ein sich abzeichnendes Defizit an ökonomischen und  kriegstechnischen Fragen zumindest teilweise abzudecken. Hinzu kommt, dass heute kaum noch jemand das Militär „von innen“ kennt. Die Wehrpflicht ist abgeschafft und immer weniger Menschen wissen, was eine Division und eine Haubitze ist. Wie weit konnten Kanonen denn damals schießen? Wie groß war ein Regiment und wie viele „Korps“ bildeten eine „Armee“? Was früheren, vom Militär geprägten Generationen selbstverständlich war, muss heute neu erarbeitet werden. Meine Fragen und Antworten zielen ganz besonders auf den Leser und die Leserin, die so etwas weder in der Schule noch beim Kommiss gelernt haben.

 

Viele der hier gestellten Fragen sind mir im Laufe der Jahre von meinen Studierenden gestellt worden und von Bekannten und Freunden. Auf Quellenverweise habe ich verzichtet. Gelegentlich wird ein Name in Klammern angegeben. Dann handelt es sich um Zitate oder Übernahmen aus der für jeden Lernwilligen unerlässlichen, von Gerhard Hirschfeld u. a. hg. „Enzyklopädie Erster Weltkrieg“ (4. Auflage 2013).

 

 

Sortie de : La Première Guerre mondiale – Combats – Fayard

9782213668789-X

Sortie de COMBATS  tome 1 (sur 3) de  La Première Guerre mondiale chez Fayard : version française de Cambridge History of the First World War à la Cambridge University Press sous la direction de Jay WINTER et du Comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme).

http://www.fayard.fr/la-premiere-guerre-mondiale-tome-1-9782213668789

Nicolas Beaupré invité à l’émission « Tout un Monde » (France Culture) le 1er octobre 2013

bopMardi 1er octobre 2013 de 15h-15h30 vous pourrez entendre Nicolas Beaupré, maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et membre de l’IUF dans l’émission de Marie-Hélène Fraïssé sur France Culture. Il interviendra sur la réédition en collection Biblis chez CNRS Editions de son livre Ecrits de guerre 1914-1918, récompensé par le Prix Joseph Saillet 2007 de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, le Prix Maurice Baumont 2007 et le Prix Henry Malherbe 2009 de l’Association des Écrivains Combattants.

Grande Guerre, jeunesse allemande et nazisme

Arndt Weinrich, chercheur à l’Institut Historique Allemand de Paris et membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre vient de publier chez Klartext un ouvrage issu de sa thèse consacré à l’influence, à la mémoire et à l’instrumentalisation politique de la Grande Guerre au sein des organisations de jeunesse allemandes après 1918 : Der Weltkrieg als Erzieher. Jugend zwischen Weimarer Republik und Nationalsozialismus (Essen, Klartext, 2013, 351 p.)

Voici le texte de la 4ème de couverture en français et en allemand :

Version française :

Les conséquences de la Première Guerre mondiale confrontèrent la République de Weimar à d’immenses défis. Au vu de la défaite et des dispositions draconiennes du traité de Versailles, perçu comme un Diktat, l’ampleur de l’engagement de la population et le nombre des victimes des années de guerre paraissaient absurdes et intolérables. D’où l’omniprésence de la guerre et de ses victimes dans la culture politique de Weimar, phénomène qui affecta durablement la jeune République et entraîna une politisation tenace de la mémoire de la guerre. Cela provoqua des polémiques enflammées sur le sens de la guerre, et sur les enseignements qu’il convenait de tirer du premier conflit mondial.

Dans son livre, Arndt Weinrich étudie l’évolution de la perception et de l’instrumentalisation de la Première Guerre mondiale à travers un échantillon d’associations de jeunesse de l’entre-deux-guerres : le Mouvement de jeunesse bourgeois, les Jeunesses catholiques, et la Jungbanner sociale-démocrate. Mais son analyse se concentre surtout sur la mémoire de la guerre au sein des Jeunesses hitlériennes, qui, dans le contexte de l’occupation de l’espace public par les nazis, remplissait une double fonction. D’une part, le culte des soldats tombés au champ d’honneur durant la « Grande Guerre » visait à mobiliser psychologiquement la jeunesse et à la préparer à la guerre ; d’autre part, il permettait de désamorcer un conflit générationnel avec les « soldats du front » de la Première Guerre mondiale, conflit encore attisé dans les dernières années de la République de Weimar. La présente étude se propose de montrer que la mémoire de la guerre se mêlait constamment, durant l’entre-deux-guerres, à une volonté de représentation et de valorisation, et que le monopole de l’interprétation de l’« expérience de la guerre » constituait un instrument de domination important, surtout après 1933. D’une manière plus générale, elle met en évidence les mécanismes et les évolutions de la mémoire de la guerre mondiale à l’œuvre pendant le Troisième Reich.

Version allemande :

Die Folgen des Ersten Weltkriegs stellten die Weimarer Republik vor extreme Herausforderungen. Vor dem Hintergrund der Kriegsniederlage und der harten Bedingungen des als Diktatfrieden empfundenen Versailler Vertrags erschienen der Einsatz der Bevölkerung und die Opfer der Kriegsjahre unerträglich und sinnlos. Hier liegen die Wurzeln für die Allgegenwart des Krieges und der Kriegstoten in der politischen Kultur Weimars, welche die junge Republik nachhaltig belastete und zu einer fortdauernden Politisierung des Kriegsgedenkens führte. Dies provozierte leidenschaftliche Kontroversen über den Sinn des Krieges und die Lehren, die aus dem Weltkrieg zu ziehen seien.

Arndt Weinrich untersucht in seinem Buch die Konjunkturen der Wahrnehmung und Instrumentalisierung des Ersten Weltkrieges in ausgewählten Jugendverbänden der Zwischenkriegszeit: in der bürgerlichen Jugendbewegung, der katholischen Jugend und im sozialdemokratischen Jungbanner. Im Mittelpunkt der Untersuchung steht das Weltkriegsgedenken der Hitler-Jugend, das im Kontext der nationalsozialistischen Besetzung des öffentlichen Raumes eine Doppelfunktion erfüllte. Einerseits zielte der Kult um die Gefallenen des « Großen Krieges » innerhalb der HJ auf die mentale Mobilmachung und Kriegserziehung der Jugend, andererseits diente er der Befriedung eines in der unmittelbaren Nachkriegszeit noch geschürten Generationenkonflikts mit den « Frontsoldaten » des Ersten Weltkriegs. Die vorliegende Studie arbeitet heraus, in welchem Maße sich mit dem Weltkriegsgedenken in der Zwischenkriegszeit Repräsentations- und Geltungsansprüche verbanden und wie sehr die Deutungshoheit über das « Kriegserlebnis » insbesondere nach 1933 eine wichtige Herrschaftsressource darstellte.

 

Les illustrations de l’encyclopédie de la Grande Guerre en ligne

À l’occasion de la reparution en poche de L’encyclopédie de la Grande Guerre dirigée par Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker en deux volumes (Perrin, coll. Tempus, 2012) le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre met à disposition de tous les illustrations commentées présentes dans l’édition originale (Paris, Bayard, 2004).

Pour le Tome 1

Pour le Tome 2

Par ailleurs, la cartographie du musée est également disponible en ligne ici.

Historicités et temporalités de la Grande Guerre

Le dossier du dernier numéro (n°117 de Janvier-Mars 2013) de Vingtième Siècle. Revue d’Histoire est consacré aux « Historicités du 20e Siècle ». Il est dirigé par Quentin Deluermoz et Ludivine Bantigny. Il contient notamment un article de Nicolas Beaupré, membre du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre intitulé : « La guerre comme expérience du temps et le temps comme expérience de guerre. Hypothèses pour une histoire du rapport au temps des soldats français de la Grande Guerre » (p. 167-181).

En voici un court résumé  :

Cet article interroge l’intérêt et la possibilité d’une histoire du rapport au temps des combattants français de la Grande Guerre. Il se penche tout d’abord sur la question des sources. Il montre alors que récits comme journaux intimes, correspondances ou poèmes, qui sont les sources indispensables à ce type d’histoire, génèrent de puissants effets de sources dont il absolument est nécessaire de tenir compte. Toutefois il semble pertinent de s’interroger sur l’existence ou non de micro régimes d’historicités liés à l’expérience de guerre. Cet article montre en effet que l’expérience de guerre au front est également une expérience particulière du temps où peuvent par exemple se conjuguer un temps immobile et des projections dans l’avenir recelant parfois de grandes attentes. Il montre aussi l’importance de l’appréhension de la guerre comme parenthèse temporelle pour les combattants. On peut même imaginer que dans ce rapport à un temps à la fois subi mais également élaboré par les combattants eux-mêmes – notamment dans l’écriture quotidienne de lettres et de carnets – réside peut-être l’une des raisons de leur ténacité au front.

Le numéro de la revue et l’article sont consultable sur CAIRN.