Archives de catégorie : Lectures / Readings

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre : Le journal de Pierre Malicet Conférence d’Annie DEPERCHIN

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la d’Annie DEPERCHIN :

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre.

Le journal de Pierre Malicet

Pidrre Malicert vers 1918
Pidrre Malicert vers 1918

Samedi 2 avril 2016, 15 H, Tribunal de Péronne

57 Rue Saint-Fursy, 80200 Péronne

Pierre Malicet est un jeune magistrat, originaire de Picardie, récemment nommé à Péronne lorsque la guerre éclate. Réformé pour raison de santé, il n’est pas mobilisé en août 1914. Lorsque les habitants quittent la ville lors de l’invasion allemande, il décide de rester. Quotidiennement et jusqu’à la fin du conflit, il tient son journal et prend parfois des photos. Il y décrit la vie à Péronne pendant l’occupation, les évacuations, son rapatriement en France via la Suisse, mais aussi les obstacles à l’exercice de son métier de magistrat. Résolu à rester impartial, Pierre Malicet porte un regard très critique sur l’occupant, mais aussi sur les Français qu’il s’agisse des occupés, des réfugiés, des militaires ou des hommes politiques.

Annie DEPERCHIN (Centre d’Histoire Judiciaire – Université de Lille 2) membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial, Historienne du droit, engagée depuis de nombreuses années dans des programmes de recherche relatifs au droit et à la justice pendant la Grande Guerre. A contribué récemment à La Première Guerre mondiale, Fayard, 2014. Achève la rédaction d’un livre sur la justice en France pendant la Première Guerre mondiale.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription obligatoire c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

Dans le cadre du plan vigipirate renforcé, une pièce d’identité pourra vous être demandé à l’entrée.

www.historial.org http://1418.hypotheses.org

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

historial   somme  mission

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.

Samedi 16 mai 2015, 15H : 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ? Alexandre Sumpf à l’Historial

INVITATION

A l’occasion de la nuit des musées,

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence :

 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ?

Alexandre SUMPF

Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l'armée dans sa mission suprême et souscrivez à l'emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d'être libérés de l'occupation ennemie
Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l’armée dans sa mission suprême et souscrivez à l’emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d’être libérés de l’occupation ennemie

Samedi 16 mai 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Entre terrible recul militaire et réorganisation réussie de l’effort de guerre industriel, haine croissante contre la famille impériale et propagande tous azimuts, nouvelle vague de mobilisation sous les drapeaux et afflux de millions de réfugiés, pogroms antijuifs généralisés et cohésion inédite de la société nationale ou des communautés locales autour des entreprises de bienfaisance, la Russie connaît en 1915 une année de brutale reconfiguration de ses équilibres traditionnels.

Alexandre Sumpf est maître de conférences en histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale à l’Université de Strasbourg. Membre Junior de l’Institut universitaire de France, auteur d’une quinzaine d’articles sur l’histoire du cinéma et de la société soviétique et de la Première Guerre mondiale en Russie. Il a publié trois ouvrages : Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, CNRS Editions, 2010. De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, Folio Histoire inédit, 2013, 944 pages. La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Perrin, 2014.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, c.fontaine@historial.org tel :03 22 83 14 18

Actes du colloque 2011 « Guerres futures, guerres imaginées: vers une histoire culturelle de l’avant-1914 » en accès libre

Une annonce rapide car les actes du colloque de novembre 2011 du Centre de Recherche intitulé « Guerres futures, guerres imaginées: vers une histoire culturelle de l’avant-1914 » – édités par Heather Jones et Arndt Weinrich – sont désormais disponible en accès libre sur la plateforme Perspectivia :

Heather Jones, Arndt Weinrich: Introduction
Andreas Rose: Waiting for Armageddon? British Military Journals and the Images of Future War (1900–1914)
Benoist Couliou: L’idée de guerre courte dans la pensée militaire française
Peter Farrugia: Failure of Imagination? Rationalism, Pacifism, Memory, and the Writing of Jean de Bloch and Norman Angell (1898–1914)
Gerd Krumeich: Friedrich von Bernhardi – Théoricien militaire marginal ou représentatif? Réflexions sur l’influence de »Deutschland und der nächste Krieg« (1912)
Pascal Trees: Polnische Vorstellungen vom Großen Krieg vor 1914
Stéphane Tison: Les grandes manoeuvres annuelles. Mise en scène des guerres futures (1899– 1914)
Justin Dolan Stover: Periphery of War or First Line of Defence? Ireland Prepares for Invasion (1900–1915)
Franziska Heimburger: Imagining Coalition Warfare. French and British Military Language Policy before 1914
Gabriela A. Frei: Great Britain, Contraband and Future Maritime Conflict (1885–1916)
Alexandre Sumpf: La guerre trop vite oubliée. La Russie et la défaite contre le Japon (1905– 1914)
Naoko Shimazu: The Mentality of the Japanese Conscript and Manchuria as »lieu de mémoire «
Matteo Caponi: Mourir dans une guerre »sainte«? Les catholiques italiens et la conquête de la Libye (1911–1913)
John Horne: Guerres prémonitoires? Visions croisées des conflits balkaniques (1912– 1913). France et Grande-Bretagne

Les atrocités de guerre, enjeu de propagande

Les atrocités de guerre, enjeu de propagande 

Articles  d’Annette Becker (Vice-présidente du centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, IUF) et Larissa Wegner (Collaboratrice scientifique à la chaire d’histoire contemporaine de Fribourg)

http://centenaire.org/fr/les-atrocites-de-guerre-enjeu-de-propagande-dannette-becker-et-larissa-wegner

Lectures de poilus : présentation du livre de Benjamin Gilles au CNL

actualite_image_lectures.de.poilusLe mardi 10 décembre à 19h30 le Centre National du Livre organise une soirée débat autour du livre de Benjamin Gilles 1914-1918 Lectures de poilus (éditions Autrement).

La discussion animée par Emmanuel Laurentin rassemblera Joseph Zimet, Nicolas Beaupré et Benjamin Gilles. Inscription et renseignements ici.

Cet ouvrage s’inscrit dans une nouvelle collection de cet éditeur intitulée l’Atelier d’Histoire est consacré plus particulièrement aux objets et à leurs usages. De ce point de vue, il y a toute sa place, puisqu’il s’agit d’un livre consacré aux usages de la lecture au front en 1914-1918. Il est très bien illustré par un choix pertinent d’images de grande qualité.

Après avoir posé  le contexte général de l’entrée en guerre et de la vie quotidienne dans les tranchées, l’auteur se propose d’explorer les différents types de lecture et leurs fonctions. Il livre un tableau des différentes pratiques de lectures avant de revenir sur le lien entre celles-ci et celles de l’avant-guerre. Benjamin Gilles évoque successivement l’impact de la guerre sur les pratiques de lecture, les tentatives de contrôle et d’encadrement par la hiérarchie militaire avant de tenter d’évaluer la réception de leurs lectures par les poilus, notamment de la presse et du livre. L’ouvrage se clôt sur une analyse de la réception du grand succès de la littérature de guerre par les poilus, Le Feu de Barbusse, menée grâce notamment aux lettres de lecteurs envoyées à l’auteur. L’ouvrage de Benjamin Gilles est original et comble indéniablement une lacune : si de nombreux livres sont consacrés à l’écriture de guerre sous toutes ses formes, rares sont les études consacrées à la réception et à la lecture. Il est en outre agréable à lire, fondé sur des recherches originales et un nombre importants de sources archivistiques non exploitées jusqu’à présent. L’auteur nous livre finalement là un tableau tout en finesse des différents types de lecture et de leur rôle qui permet de réinterroger le « bourrage de crâne » ou la prétendue omnipotence de la censure. Il recomplexifie également la question des rapports et des liens entre l’arrière et l’avant et celle des continuités et des ruptures entre les pratiques culturelles d’avant-guerre et des temps de guerre.

Nicolas Beaupré