Georges Bellows à New York

Par Annette Becker

George Bellows (Columbus, Ohio 1882–1925 New York City). Massacre at Dinant, 1918. Oil on canvas, 49 1/2 x 83 in. (125.7 x 210.8 cm). Greenville County Museum of Art, South Carolina, Gift of Minor M. Shaw, Buck A. Mickel, and Charles C.Mickel; and the Arthur and Holly Magill Fund

La rétrospective que le Metropolitan  Museum of Arts de New-York consacre à l’artiste George Bellows est remarquable car elle permet de découvrir (ou redécouvrir) un artiste majeur du début du XXème siècle,  en particulier son intérêt pour les ouvriers à l’œuvre sur les immenses chantiers de New-York en construction permanente et pour les loisirs des habitants, au bord de l’eau, aux matches de boxe. Inutile de dire que cet artiste à la fibre sociale qui publiait ses dessins dans le journal socialiste The Masses aux côtés des articles de son ami John Reed était un pacifiste convaincu, longtemps opposé à l’entrée en guerre des Etats-Unis. Et pourtant, en 1918, il a réalisé une série de gravures de guerre et d’immenses tableaux que l’on pourrait qualifier d’hyperréalistes avant la lettre, tous consacrés aux atrocités allemandes sauf quelques scènes de blessés dans des hôpitaux militaires. Ces œuvres ont été si appréciées par l’efficace office de propagande de guerre dirigée par George Creel que certaines ont figuré sur des affiches d’emprunts. [1] Un bilan critique de l’œuvre des artistes en  guerre le plaçait dès alors très haut : « Georges Bellows a réalisé une série de lithographies sur les atrocités allemandes en Belgique qui sont très dramatiques, et comme elles sont fondées sur les dépositions du rapport de Lord Bryce, elles forment une dénonciation des Huns convaincante et inoubliable. » [2]

Continuer la lecture de Georges Bellows à New York

Appel à communications « Les Défenseurs de la paix 1899-1917 » – Colloque International Paris, 15-17 janvier 2014

Nous vous signalons un appel à communications pour un colloque coorganisé par l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne et l’Institut Historique Allemand de Paris en janvier 2014 à Paris.

Vous trouverez l’appel trilingue à télécharger ici et la version française ci-dessous :

Continuer la lecture de Appel à communications « Les Défenseurs de la paix 1899-1917 » – Colloque International Paris, 15-17 janvier 2014

Atrocities. Une découverte.

The Observer rapporte dans son édition du 3 février 2013 une importante découverte de textes inédits du poète de guerre britannique Siegfried Sassoon, suite à la mise en vente aux enchères d’une importante, et jusqu’alors inconnue, collection privée de manuscrits d’écrivains. Il s’agirait notamment d’un carnet  contenant une cinquantaine de poèmes de sa main, pour la plupart datant du début des années vingt. Parmi ces textes se trouverait néanmoins une version jusqu’alors inconnue et alternative du poème Atrocities publié dans le recueil Counter-Attack (1918). Pour mémoire, voici la version canonique de ce poème.

 

Atrocities

You told me, in your drunken-boasting mood,

How once you butchered prisoners. That was good!

I’m sure you felt no pity while they stood

Patient and cowed and scared, as prisoners should.

 

How did you do them in? Come, don’t be shy:

You know I love to hear how Germans die,

Downstairs in dug-outs. ‘Camerad!’ they cry;

Then squeal like stoats when bombs begin to fly.

 

And you? I know your record. You went sick

When orders looked unwholesome: then, with trick

And lie, you wangled home. And here you are,

Still talking big and boozing in a bar.

 

Ce poème relate donc dans ses deux premières strophes l’exécution cruelle de prisonniers allemands désarmés tandis que la dernière s’adresse à un « embusqué ». Comme le souligne le blogueur George Simmers, c’est précisément le choc entre ces deux positions extrêmes qui crée le malaise, le lecteur ne sachant plus très bien s’il doit condamner la cruauté des tueurs ou la couarde vantardise des planqués. Ce qui est renforcé encore par l’expression ironique – ou non – « That was good! »

On pourrait ajouter que le titre lui-même contribue à ce malaise puisque dans le contexte de l’époque « Atrocities » ne pouvait renvoyer en Grande-Bretagne qu’aux atrocités allemandes de 1914 et certainement pas à des exactions commises par ses propres troupes.

George Simmers rapporte du reste qu’a posteriori Sassoon lui-même dut avoir des sentiments pour le moins ambivalents à l’égard de ce poème puisqu’il le fit retirer des éditions de 1947 et 1961 de ses Collected Poems. Il ne réapparut qu’en 1983 dans l’édition de Rupert Hart-Harris publiée 16 ans après la mort du poète. Ce « remord » tardif, pour reprendre le vocabulaire des peintres, n’est du reste en rien spécifique à Sassoon. Tout particulièrement, lorsqu’il s’agit d’épisodes impliquant la mort donnée ou des actes de cruauté. On en retrouve ainsi des exemples chez Maurice Genevoix ou Blaise Cendrars notamment.

Quoi de neuf alors dans la découverte ? Selon Simmers pas grand chose étant donné la force énigmatique et déjà scandaleuse de la version publiée. Pour lui, les variantes seraient peut-être davantage stylistiques que liée à une autocensure ou à celle de son éditeur, version qui semble selon The Observer, avoir en revanche la faveur de la biographe de Sassoon Jean Moorcroft Wilson. Malheureusement, The Observer ne nous livre pas de copie ou de transcription complète de la version antérieure. Il nous dit seulement que celle-ci était encore plus cruelle :

«€Thd original version of the poem includes the phrases « you’re great at murder » and « gulp their blood in ghoulish dreams », which were later deleted.

After his first stanza’s description of « butchered » prisoners, the printed second stanza reads: « How did you do them in? … » But in the draft, Sassoon wrote: « How did you kill them? … » »

Cependant l’article nous apprend que la version originale du poème est également accompagnée d’une lettre de Sassoon qui atteste bien que ce poème est inspiré par des faits réels – ou du moins rapportés comme tels à Sassoon – ce qui jette un éclairage supplémentaire sur un moment du combat sur lequel les sources sont souvent très rares : celui de la capture des prisonniers.

Cette découverte contribue aussi à complexifier encore davantage l’image qu’on pouvait avoir de Siegfried Sassoon en particulier et des War Poets en général. Elle s’ajoute en effet à une autre découverte de manuscrit datant elle de 2011. The Telegraph (11 novembre 2011) rapportait alors une découverte de Jean Moorcroft Wilson. Celle-ci avait retrouvé un carnet de poèmes de tranchée de janvier 1916 qui montrait que la conversion supposée de Sassoon au pacifisme avait été plus tardive qu’on ne le pensait ou mieux, que son rapport à la guerre était plus complexe qu’un simple rejet. Mais après tout, une lecture attentive de ses War Diaries 1915-1918 publiés dès 1983 n’était-elle pas déjà en mesure de corroborer cela ?

Nicolas Beaupré

La biographie de Sassoon sur wikipedia en français.

La biographie de Sassoon sur wikipedia en anglais.

Le site de référence sur les War Poets : The First World War Poetry Digital Archive (ne contient malheureusement pas – encore – le manuscrit d’Atrocities).

Le blog de George Simmers : Great War Fiction

 

 

Vous avez dit « consentement » ?

Le 17 janvier dernier, Emmanuel Laurentin, dans le cadre d’une semaine consacrée au thème « guerre et société » de son émission La Fabrique de l’Histoire invitait Stéphane Audoin-Rouzeau et Nicolas Offenstadt à revenir sur ce qu’on appelle communément « la querelle » ou la « polémique du consentement ».

Grâce aux deux débatteurs et à l’animateur, cette émission a eu le mérite de replacer le débat sur un terrain scientifique en le débarrassant d’une gangue polémique, médiatique, politique et de positionnement académique qui en masquait les authentiques enjeux heuristiques et empêchait tout véritable dialogue de s’établir.

Si une prospective sur les effets à terme de cette émission serait hasardeuse, on peut tout de même s’interroger. Ne serait-elle pas ce qu’on appelle communément « le passage à autre chose » ou au moins le symptôme d’un climat nouveau ? Comme si, à l’approche du centenaire de 1914 et alors que le pouvoir politique multiplie les messages contradictoires sur la nature et le sens des commémorations, la communauté, ou si l’on préfère le « champ », de la recherche pouvait finalement se retrouver sur l’essentiel. D’aucuns parlent même déjà d’une sorte d’« Union sacrée » ou d’un « Locarno historiographique ». On serait alors en droit de se demander si, à l’inverse exact de ce qui se produisit pendant puis après le bicentenaire de la Révolution, l’approche des commémorations n’était pas à même de favoriser un apaisement des positions, une déconstruction de querelles qui non seulement semblent soudain surannées mais sont ramenées à leurs toutes relatives dimensions ?

Nicolas Beaupré

Pour mémoire, voici la présentation de l’émission sur le site de France Culture.

Débat : la querelle du consentement, partir à la guerre : contrainte ou enthousiasme ?

Pour conclure cette semaine « Guerre et société », la Fabrique revient sur la « querelle du consentement » avec Nicolas Offenstadt et Stéphane Audoin-Rouzeau. Comment est-elle née dans les années 90 ? Quel était le contexte ? Est-elle dépassée aujourd’hui ? Etait-elle franco-française ? En quoi a-t-elle façonné le paysage historique ? Ses analyses servent-elles à comprendre d’autres conflits du XX eme siècle ? Quelles conséquences a-t-elle sur la recherche historique sur la Première Guerre Mondiale ? Une rencontre stimulante.

Invité(s) :
Nicolas Offenstadt : historien, maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Stéphane Audoin-Rouzeau : historien spécialiste de la Grande guerre, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Pour écouter ou podcaster l’émission, c’est ici.

Grande Guerre, jeunesse allemande et nazisme

Arndt Weinrich, chercheur à l’Institut Historique Allemand de Paris et membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre vient de publier chez Klartext un ouvrage issu de sa thèse consacré à l’influence, à la mémoire et à l’instrumentalisation politique de la Grande Guerre au sein des organisations de jeunesse allemandes après 1918 : Der Weltkrieg als Erzieher. Jugend zwischen Weimarer Republik und Nationalsozialismus (Essen, Klartext, 2013, 351 p.)

Voici le texte de la 4ème de couverture en français et en allemand :

Version française :

Les conséquences de la Première Guerre mondiale confrontèrent la République de Weimar à d’immenses défis. Au vu de la défaite et des dispositions draconiennes du traité de Versailles, perçu comme un Diktat, l’ampleur de l’engagement de la population et le nombre des victimes des années de guerre paraissaient absurdes et intolérables. D’où l’omniprésence de la guerre et de ses victimes dans la culture politique de Weimar, phénomène qui affecta durablement la jeune République et entraîna une politisation tenace de la mémoire de la guerre. Cela provoqua des polémiques enflammées sur le sens de la guerre, et sur les enseignements qu’il convenait de tirer du premier conflit mondial.

Dans son livre, Arndt Weinrich étudie l’évolution de la perception et de l’instrumentalisation de la Première Guerre mondiale à travers un échantillon d’associations de jeunesse de l’entre-deux-guerres : le Mouvement de jeunesse bourgeois, les Jeunesses catholiques, et la Jungbanner sociale-démocrate. Mais son analyse se concentre surtout sur la mémoire de la guerre au sein des Jeunesses hitlériennes, qui, dans le contexte de l’occupation de l’espace public par les nazis, remplissait une double fonction. D’une part, le culte des soldats tombés au champ d’honneur durant la « Grande Guerre » visait à mobiliser psychologiquement la jeunesse et à la préparer à la guerre ; d’autre part, il permettait de désamorcer un conflit générationnel avec les « soldats du front » de la Première Guerre mondiale, conflit encore attisé dans les dernières années de la République de Weimar. La présente étude se propose de montrer que la mémoire de la guerre se mêlait constamment, durant l’entre-deux-guerres, à une volonté de représentation et de valorisation, et que le monopole de l’interprétation de l’« expérience de la guerre » constituait un instrument de domination important, surtout après 1933. D’une manière plus générale, elle met en évidence les mécanismes et les évolutions de la mémoire de la guerre mondiale à l’œuvre pendant le Troisième Reich.

Version allemande :

Die Folgen des Ersten Weltkriegs stellten die Weimarer Republik vor extreme Herausforderungen. Vor dem Hintergrund der Kriegsniederlage und der harten Bedingungen des als Diktatfrieden empfundenen Versailler Vertrags erschienen der Einsatz der Bevölkerung und die Opfer der Kriegsjahre unerträglich und sinnlos. Hier liegen die Wurzeln für die Allgegenwart des Krieges und der Kriegstoten in der politischen Kultur Weimars, welche die junge Republik nachhaltig belastete und zu einer fortdauernden Politisierung des Kriegsgedenkens führte. Dies provozierte leidenschaftliche Kontroversen über den Sinn des Krieges und die Lehren, die aus dem Weltkrieg zu ziehen seien.

Arndt Weinrich untersucht in seinem Buch die Konjunkturen der Wahrnehmung und Instrumentalisierung des Ersten Weltkrieges in ausgewählten Jugendverbänden der Zwischenkriegszeit: in der bürgerlichen Jugendbewegung, der katholischen Jugend und im sozialdemokratischen Jungbanner. Im Mittelpunkt der Untersuchung steht das Weltkriegsgedenken der Hitler-Jugend, das im Kontext der nationalsozialistischen Besetzung des öffentlichen Raumes eine Doppelfunktion erfüllte. Einerseits zielte der Kult um die Gefallenen des « Großen Krieges » innerhalb der HJ auf die mentale Mobilmachung und Kriegserziehung der Jugend, andererseits diente er der Befriedung eines in der unmittelbaren Nachkriegszeit noch geschürten Generationenkonflikts mit den « Frontsoldaten » des Ersten Weltkriegs. Die vorliegende Studie arbeitet heraus, in welchem Maße sich mit dem Weltkriegsgedenken in der Zwischenkriegszeit Repräsentations- und Geltungsansprüche verbanden und wie sehr die Deutungshoheit über das « Kriegserlebnis » insbesondere nach 1933 eine wichtige Herrschaftsressource darstellte.

 

Les illustrations de l’encyclopÉdie tela Grande Guerre en ligne

À l’occasion de la reparution en poche de L’encyclopédie de la Grande Guerre dirigée par Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker en deux volumes (Perrin, coll. Tempus, 2012) le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre met à disposition de tous les illustrations commentées présentes dans l’édition originale (Paris, Bayard, 2004).

Pour le Tome 1

Pour le Tome 2

Par ailleurs, la cartographie du musée est également disponible en ligne ici.

Historicités et temporalités de la Grande Guerre

Le dossier du dernier numéro (n°117 de Janvier-Mars 2013) de Vingtième Siècle. Revue d’Histoire est consacré aux « Historicités du 20e Siècle ». Il est dirigé par Quentin Deluermoz et Ludivine Bantigny. Il contient notamment un article de Nicolas Beaupré, membre du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre intitulé : « La guerre comme expérience du temps et le temps comme expérience de guerre. Hypothèses pour une histoire du rapport au temps des soldats français de la Grande Guerre » (p. 167-181).

En voici un court résumé  :

Cet article interroge l’intérêt et la possibilité d’une histoire du rapport au temps des combattants français de la Grande Guerre. Il se penche tout d’abord sur la question des sources. Il montre alors que récits comme journaux intimes, correspondances ou poèmes, qui sont les sources indispensables à ce type d’histoire, génèrent de puissants effets de sources dont il absolument est nécessaire de tenir compte. Toutefois il semble pertinent de s’interroger sur l’existence ou non de micro régimes d’historicités liés à l’expérience de guerre. Cet article montre en effet que l’expérience de guerre au front est également une expérience particulière du temps où peuvent par exemple se conjuguer un temps immobile et des projections dans l’avenir recelant parfois de grandes attentes. Il montre aussi l’importance de l’appréhension de la guerre comme parenthèse temporelle pour les combattants. On peut même imaginer que dans ce rapport à un temps à la fois subi mais également élaboré par les combattants eux-mêmes – notamment dans l’écriture quotidienne de lettres et de carnets – réside peut-être l’une des raisons de leur ténacité au front.

Le numéro de la revue et l’article sont consultable sur CAIRN.

 

Bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche

de l’Historial de la Grande Guerre

Gerda Henkel  Research Grants of the International Research Center

of the Historial of the Great War (Péronne, Somme)

Remise des bourses 2010 : Christian MANABLE, Président du Conseil Général de la Somme, Gene TEMPEST, Charlotte SEGOND-GENOVESI, Marine BRANLAND, Franziska HEIMBURGER, Stéphane AUDOIN-ROUZEAU.
© Teddy Henin, comdesimages.com

 Le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre attribue chaque année des bourses de recherche.

Le concours est ouvert aux étudiants français et étrangers de toutes les disciplines, réalisant une thèse sur la Première Guerre mondiale ou un sujet directement lié à celle-ci.
La date limite est fixée au jeudi 28 février 2013 pour nous faire parvenir un dossier de 20 pages maximum (en 14 exemplaires + 1 exemplaire par Email : c.fontaine[@]historial.org ) constitué des éléments suivants :

The International Research Center of the Historial de la Grande Guerre annually awards research grants to students who are currently engaged in research for a Ph.D. on the First World War or a subject directly related to the conflict.

The competition is open to French and foreign postgraduate students from all disciplinary backgrounds.

The deadline for submitting an application is *Thursday 28 February 2013*. Candidates should submit an application of not more than 20 pages (please note that it is necessary to submit 14 copies of the application + 1 copie by Email c.fontaine[@]historial.org ) containing the following  :
• un C.V. /· a C.V.
• une lettre de motivation / · a covering letter
• une lettre du directeur de thèse / · a letter from the Ph.D. supervisor
• une bibliographie raisonnée / · an annotated bibliography
• une analyse des sources / an outline of sources consulted or to be consulted

• un résumé de la problématique / · a summary of the thesis argument
• le plan du travail / · an outline of the thesis

Caroline Fontaine

Centre International de Recherche

Historial de la Grande Guerre
BP 20063
80201 Péronne cedex
France
Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous contacter :

For further information, please do not hesitate to contact:

c.fontaine[@]historial.org
tel 00 33 (0)3 22 83 54 13

À propos

Le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Depuis sa création, l’Historial de la Grande Guerre est associé au Centre de recherche. Le Centre de recherche a pour vocation de promouvoir la recherche scientifique sur la Première Guerre mondiale et intervient notamment sur les champs suivants :

  • partenariats éditoriaux pour la publication d’ouvrages scientifiques ;
  • organisation de colloques internationaux ;
  • réalisation de cycles de conférence annuels ;
  • attribution d’une bourse d’étude annuelle à des doctorants ;
  • conception, enregistrement et mise en place et développement de l’audioguide du musée ;
  • participation à la préparation des expositions temporaires du musée ;
  • conception et réalisation du catalogue du musée.

Le Centre de Recherche de l’Historial regroupe d’éminents spécialistes universitaires venus du monde entier, qui ont été dès l’origine, associés à la création du musée. Ce carnet est un lieu d’information sur les activités du centre de recherche, mais aussi plus largement sur l’actualité de la recherche sur la Première Guerre mondiale, vue par les membres du centre.

Comité directeur

Président d’honneur : Jean-Jacques Becker (Professeur émérite – Université Paris X-Nanterre)

Président :  Stéphane Audoin-Rouzeau  (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales)

Vice-présidence :  Annette Becker  (Université de Paris Ouest – Nanterre – La Défense, Institut Universitaire de France)

Gerd Krumeich  (Université de Düsseldorf)

Directrice :  Caroline Fontaine

Membres du comité directeur :

Comité scientifique

 

 

  • CABANEL Patrick, Université de Toulouse
  • CABANES Bruno, Université de Yale
  • CHALINE Nadine, Université de Picardie – Jules Verne
  • CHAMBERS John, Université de Rutgers, N.J.
  • CAMPA Laurence, Université Paris XII- Val de Marne
  • CHANET Jean-Francois, Sciences Po, Paris
  • CHICKERING Roger, Georgetown University
  • COSSON Olivier, Université catholique de l’Ouest, Angers
  • CORNWALL Mark, Université de Southampton
  • CRONIER Emmanuelle
  • CUCHET Guillaume, Lille III, IUF

 

  • DAGAN Yael, CRH-EHESS
  • DAHLMANN Dietmar, Université de Bonn
  • DANIEL Ute, Université de Siegen
  • DEBRUYN Emmanuel, Université de Louvain, Belgique
  • DELAPORTE Sophie, Université de Picardie-Jules Verne
  • DELMAS Jean,
  • DELPORTE Christian, Université de Versailles – St Quentin-en-Yvelines
  • DEPERCHIN Annie, Université de Lille II
  • de SCHAEPDRIJVER Sophie, Pennsylvania State University
  • DUCLERT Vincent, EHESS
  • DUMENIL Anne, Munich

 

  • ECKART Wolfgang, Université d’Heidelberg
  • FARON Olivier, ENS Lyon
  • FAVEZ Jean-Claude, Université de Genève
  • FORCADE Olivier, Université Paris IV
  • FÖRSTER Stig, Université de Bern

 

  • GEYER Michael, Université de Chicago
  • GIBELLI Antonio, Université de Gênes
  • GOEBEL Stefan, Université du Kent
  • GREGORY Adrian, Oxford University
  • GUELTON Frédéric, Service Historique de la Défense

 

  • HADDAD Galit, EHESS
  • HANNA Martha, University of Colorado at Boulder HEALEY Maureen, Oregon State University
  • HIGONNET Margaret, Université du Connecticut
  • HINZ Uta, Université de Düsseldorf
  • HIRSCHFELD Gerhard, Bibliothek für Zeitgeschichte, Stuttgart
  • HOLQUIST Peter, University of Pennsylvania
  • HORNE John, Trinity College , Dublin

 

  • INGLIS Ken, Australian National University
  • INGRAO Christian, IHTP
  • ISNENGHI Mario, Université de Venise
  • JAHR Christoph, Humboldt Université, Berlin
  • JANZ Oliver, Université Libre de Berlin
  • JONES Heather, The London School of Economics and Political Science
  • JULIEN, Elise IEP Lille

 

  • KASPI André, Université de Paris I
  • KEENE Jennifer, Chapman University, California
  • KNEZEVIC Jovanna, Department of History, Stanford University
  • KOLONITSKII Boris,
  • KRAMER Alan, Trinity College Dublin
  • KRUMEICH Gerd, Université de Düsseldorf

 

  • LABANCA Nicolas, Université de Sienne
  • LANGEWESCHE Dietemar, Université de Tübingen
  • LEFEVRE Patrick, Directeur général de la Bibliothèque Royale de Belgique
  • LEPICK Olivier,
  • LIULEVICIUS Vejas, University of Tennessee, Knoxville

 

  • MAJERUS Benoît, Université Libre de Bruxelles
  • McCARTNEY Helen, King’s College, London
  • McCLEOD Jenny, University of Hull
  • MICHEL Marc, Université d’Aix-en-Provence
  • MICK Christoph, University of Warwick
  • MONDINI Marco, Universita di Padova, Italian German Historical Institut
  • NARSKIJ Alexander
  • NASSON Bill, University of Capetown
  • NEIBERG Michael, University of Southern Mississippi
  • NEITZEL Sönke, Université Johannes Gutenberg, Mayence
  • NIVET Philippe, Université de Picardie Jules Verne

 

  • PIGNOT Manon, Université de Picardie Jules Verne
  • PÖHLMANN Markus, Militärgeschichtliches Forschungsamt (MGFA)
  • PRIOR Robin, University of Adelaide
  • PROCACCI Giovanna, Université de Modène
  • PROCHASSON Christophe, EHESS
  • PROST Antoine, Université de Paris I
  • PURSEIGLE Pierre, Université de Birmingham
  • PYTA Wolfram, Université de Stuttgart
  • PYTHON Francis, Université de Fribourg

 

  • RACHAMIMOV Alon, Université de Tel-Aviv
  • RASMUSSEN Anne, Université de Strasbourg
  • REULECKE Jürgen, Université de Siegen
  • REVIAKINE Alexander, Institut d’Histoire universelle de Moscou
  • RIDEL Charles, CRH EHESS
  • ROCHAT Giorgio, Université de Turin
  • ROUSSO Henry, CNRS- IHTP
  • ROYNETTE Odile, Université de Besançon

 

  • SAINT FUSCIEN Emmanuel, EHESS
  • SAUNDERS Nicolas, Université de Bristol
  • SCATES Bruce, New South Wales University
  • SHEFFIELD Gary, University of Birmingham
  • SIMKINS Peter
  • SMITH Leonard V., Oberlin College
  • SOUTOU Georges, Université de Paris IV
  • STEVENSON David, The London School of Economics and Political Science
  • STERN Fritz, Columbia University
  • STIBBE Mathieu, Sheffield University
  • STRACHAN Hew, Université d’Oxford
  • SUMPF Alexandre, Université de Strasbourg

 

  • TALLIER Pierre-Allain, Archives Générales du Royaume, Belgique
  • THEBAUD Françoise, Université d’Avignon
  • THIERS Eric, EHESS
  • TODMAN Dan, Queen Mary College, London
  • TRABA Robert, Université de Varsovie
  • TREVISAN Carine, Paris VII – Denis Diderot

 

  • van YPERSELE Laurence, Université de Louvain, Belgique
  • VERAY Laurent, Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense
  • VOGEL Jacob, Université de Köln

 

  • WEINRICH Arndt  (responsable de la section Première Guerre mondiale, Institut historique allemand)
  • WERTH Nicolas, IHTP
  • WILSON Trevor, Université d’Adelaïde
  • WINTER Jay, Université de Yale

 

  • ZIEMANN Benjamin, Université de Bielefeld

Histoire(s) de 14-18

Le centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne souffre actuellement de l’architecture globale du site du musée (http://www.historial.org) et surtout de sa mise à jour compliquée. Les activités de recherche proprement dites (conférences régulières, journées d’étude, attribution de bourses, mais aussi mise en réseau de chercheurs autour de publications etc.) sont ainsi peu visible.Un carnet de recherche proposerait un moyen efficace et simple pour créer une présence en ligne et d’informer un public large, scientifique et généraliste, de ses activités.
Par ailleurs, le nombre important de chercheurs liés au Centre de Recherche donne lieu à un politique de publication plus ambitieuse de textes concernant l’actualité de la recherche sur la Première Guerre mondiale.