Amaury Bernard

Screenshot from 2016-06-05 19-46-36

Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

Mon sujet de thèse porte sur les combattants français, britanniques et allemands de septembre 1939 à juin 1940. Au cours des huit mois de la “drôle de guerre”, cette “Sitzkrieg” pour les Allemands ou “Phoney War” pour les Britanniques, les armées s’enterrent, dans la ligne Maginot ou dans la ligne Siegfried, ces nouvelles tranchées bétonnées. L’héritage des cultures de guerre de 1914-1918, tantôt affirmé, tantôt nié, devient alors l’une des clés essentielles pour comprendre les représentations et les mentalités des soldats de 1939-1940. En effet, face à une guerre surprenante voire étrange, qu’ils comprennent mal, les combattants cherchent des modèles qu’ils trouvent dans la Première Guerre mondiale.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

J’ai commencé à réellement travailler sur la Première Guerre mondiale dans le cadre du projet franco-allemand “La cote 108 à Berry-au-Bac”, débuté en 2013. Pourquoi la Première Guerre mondiale ? Mon sujet de master, qui portait sur les soldats français de la “drôle de guerre”, et plus particulièrement sur les journaux de soldats – les descendants des journaux de tranchées de 1914-1918 – m’a montré à quel point la Première Guerre mondiale était omniprésente dans les représentations de la guerre chez les combattants de 1939-1940 : la formule même de “drôle de guerre”, suivant l’expression de Roland Dorgelès, correspondant de guerre en 1939-1940, ne peut s’expliquer sans la Première Guerre mondiale ; la seconde était “drôle”, dans le sens d’étrange, de bizarre, uniquement parce que la précédente fut grande.

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Il est difficile de choisir un livre parmi tous ceux qui traitent de la Première Guerre mondiale. Le dernier ouvrage à m’avoir marqué est sans doute la traduction du Chemin du sacrifice, écrit par Fritz von Unruh, et dont la nouvelle édition est parue en 2014. L’auteur, écrivain et dramaturge déjà célèbre avant la guerre, nous livre un témoignage brutal de la guerre et de la bataille de Verdun, où l’absurdité du conflit et l’incompréhension des combattants s’observent à travers une compagnie allemande sur le front. Par cette description poétique et violente d’une lente décomposition de l’unité, allant jusqu’à la folie de certains soldats, Fritz Von Unruh s’impose, à mes yeux, comme l’un de ceux qui a su le mieux “nommer la guerre”…