Elise Rezsöhazy

IMG_0352Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

Ma recherche doctorale porte sur le contre-espionnage allemand du front Ouest durant la Première Guerre mondiale. En réponse aux nombreux réseaux de résistance qui s’organisent tant dans le territoire des Étapes qu’en zone du Gouvernement Général, l’occupant allemand met en place deux polices secrètes ; la Geheime Feldpolizei dans les Étapes et la Zentralpolizeistelle dans le Gouvernement Général. Mon étude s’articule autour de deux grands axes ; le premier, davantage descriptif, se penche sur l’organisation et l’administration en tant que telles des structures et sur leur fonctionnement. Le second tente d’approcher ces bureaux de police comme lieu de sociabilité, de rencontres et d’échanges en s’intéressant aux acteurs. Policiers allemands mais également agents autochtones, recrutés au sein des populations belges et françaises occupées et qui témoignent d’une première forme de « collaboration » font l’objet de mon analyse. Le tout s’inscrit à la fois dans une perspective de contribution à l’histoire du renseignement militaire, pour lequel la Grande Guerre constitue un réel tournant, et dans une approche des sociétés en guerre, et en particulier des sociétés occupées. Ici, le militaire et le civil se mêlent attestant du caractère total du conflit.
Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

D’un côté, la société et les mentalités de la fin du 19e siècle m’ont toujours captivées, tandis que, de l’autre, j’ai toujours été intéressée par les moments de changement, de transition, par les « tournants » de l’histoire. Partant de là, c’est au fil de mes études que j’ai été amenée à travailler sur la Première Guerre mondiale et c’est donc naturellement que je me suis tournée vers elle pour mon mémoire de master, sur la proposition d’Emmanuel Debruyne et Laurence van Ypersele et que j’ai poursuivi son étude pour ma thèse. Considérée par certains comme portant à son paroxysme la société du long 19e siècle, elle n’en demeure pas moins la matrice du 20e siècle. Comment ne pas être séduite par un tel argumentaire et par l’opportunité d’entrer au cœur de la guerre, par une porte quelque peu dérobée, celle de la guerre de l’ombre ?

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Le dernier livre portant sur la Grande Guerre que j’ai particulièrement apprécié est Les soldats de la honte de Jean-Yves Le Naour car il permet d’aborder le champ de bataille selon un angle d’approche que j’apprécie, celui de l’être humain et de sa sensibilité. À travers une enquête historique, il met en question et analyse la marginalité et le rejet de ces soldats devenus fous qu’il fallait cacher. Il révèle de cette manière la faiblesse et la force du combattant des tranchées, au cœur de la tourmente des combats et du déchaînement des violences de la guerre.