Erwan Le Gall

LeGall

Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

Je travaille sur le 47e régiment d’infanterie de Saint-Malo pendant la Première Guerre mondiale.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

Ce sujet s’est imposé par une succession de hasards et de rencontres. A la base, je travaillais sur la Seconde Guerre mondiale et notamment sur le maquis de Plainville, situé à l’est de Nogent-le-Rotrou, en Eure-et-Loir.

En 2008, une réponse incohérente sur les listes des morts pour la France sur Mémoire des hommes m’a amené à m’intéresser à un poilu du 47e RI disparu à Charleroi. Je venais de lire le Pinagot d’Alain Corbin et l’idée m’est venue de tenter une semblable approche sur cet individu nommé Jean Morin. Il en a résulté un article publié dans les bulletins de la Société d’Emulation des Côtes d’Armor. A la même période, j’organise avec Patrick Harismendy – PR, Rennes 2 – un colloque sur la France libre. Y participe notamment Yann Lagadec – MCF, Rennes 2 – que j’avais eu comme enseignant en première année à Rennes 2. Il m’explique avoir lu cet article et me dit que je devrais songer à poursuivre dans cette démarche en m’attelant à une monographie du 47e RI, genre peu en vogue en France.

Je n’ai besoin que de quelques instants pour comprendre que je viens de trouver mon sujet de thèse, plusieurs dimensions importantes à mes yeux étant présentes : un petit espace permettant une approche prosopographique, un terrain permettant de faire de l’histoire militaire mais aussi culturelle, sociale, technique, politique…, et enfin une démarche monographique qui me plaisait énormément à la suite des maîtres-ouvrages de C. Browning et C. Ingrao. Sans compter l’effet d’aubaine que constituait le centenaire.

C’est donc avec Yann Lagadec et Jean Le Bihan, lui aussi MCF à Rennes 2, que j’ai effectué mon Master 2 qui portait sur l’entrée en guerre du 47e RI (publié en 2014 aux éditions CODEX). Une fois celui-ci achevé, j’ai repris l’article publié sur Jean Morin pour en faire un livre, publié la même année chez Coop Breizh, mais cette fois-ci destiné au grand public, ce qui m’a permis de me confronter à une autre écriture, très enrichissante. Puis je suis parti en thèse pour poursuivre ce travail sur le 47e RI sous la direction de Luc Capdevila, PR à Rennes 2. Il s’agissait là d’un choix évident pour moi : il avait dirigé ma maîtrise à la fin des années 1990 et effectuer ma thèse sous sa direction était une manière de « boucler la boucle ».

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Comment les Français sont entrés dans la guerre ? de Jean-Jacques Becker : un corpus d’archives énorme allié à une révolution historiographique, le tout avec une langue d’une rare limpidité.