Gwendal Piégais

12067213_10153670024776419_711916619_n(1)

What topic are you working on for your masters degree or doctorate?

Dans le cadre d’une thèse de doctorat qui débute sous peu, j’étudie la pratique des interrogatoires des déserteurs des Empires Centraux par les services de renseignements de l’Entente dans les pays neutres, à savoir les Pays-Bas, la Suisse, le Danemark et probablement l’Italie au début du conflit.

Grâces aux traces archivistiques de ces interrogatoires – les comptes-rendus, les minutes, les rapports des interrogateurs, la documentation des réseaux, etc. – j’essaye d’étudier l’informant tout autant que l’informé, l’interrogateur et l’interrogé. Il s’agit donc de questionner, en premier lieu l’implantation et le fonctionnement des réseaux, des organisations de collecte du renseignement mais aussi des techniques d’interrogation de l’ennemi et des méthodes de traitement et de réutilisation de l’information à des fins stratégiques et tactiques par les armées française et britannique.

En second lieu, j’essaye d’approcher la nature et l’ampleur de la désertion dans les Empires centraux qui se laisse deviner dans ce corpus d’interrogatoires, afin de considérer à nouveaux frais la question de la désertion, qui a été en partie pensée à l’aune de sa répression par la justice militaire. Avec une comparaison des données recueillies en analysant les différents points d’évasion et de fuite (Pays-Bas, Danemark, Suisse, Italie), je voudrais établir une géographie et une sociologie de la désertion des Empires centraux, dessinant ainsi une typologie du déserteur, un portrait de ce soldat qui rompt le consentement à l’effort de guerre.

Ce projet de thèse est la poursuite d’une réflexion entamée durant la rédaction d’un mémoire de master, à l’Université Catholique de Louvain, mémoire dirigé par Laurence van Ypersele et Emmanuel Debruyne. Il se basait sur l’analyse des interrogatoires de déserteurs allemands effectués aux Pays-Bas, par un réseau de renseignement du Secret Service, entre 1916 et 1918.

Why did you decide to work on the First World War?

Le choix de travailler sur la Grande Guerre s’est imposé par une série de rencontres, de lectures et de travaux universitaires, plus que par un projet de longue date. Je m’étais d’abord tourné vers la vie politique de l’Entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale, mais c’est en étudiant des protagonistes de ces deux périodes que je me suis intéressé au poids du vécu de la Grande Guerre sur les acteurs politiques et militaires européens, notamment à travers les littératures française et allemande, et dans la pensée stratégique et politique d’Erich Ludendorff (dans le cadre d’un mémoire de master de l’Université de Bretagne Occidentale).

Emmanuel Debruyne, mon directeur de recherches de Louvain, m’a par la suite proposé de m’orienter vers une étude de la désertion et de son usage par les services de renseignements. Eu égard à l’intérêt que j’avais porté, de longue date, au phénomène de la désertion dans l’histoire de la Première Guerre mondiale, j’ai depuis poursuivi dans cette voie.

Which is your favourite book on the First World War and why?

Pierre Jardin, Aux Racines du mal. 1917, le déni de la défaite. Mêlant à la fois histoire militaire et politique, ce livre présente avec brio les décisions et les événements qui menèrent le Haut Commandement allemand, dirigé par Hindenburg et Ludendorff, à la défaite, et la manière dont fut construit le mythe du coup de poignard dans le dos en Allemagne.