Mathilde Greuet

Screenshot from 2016-05-20 18-01-26

Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

Je travaille actuellement sur la Reconstruction entre 1915 et 1932 dans la Somme, et plus particulièrement autour de Péronne, sous la direction de madame Emmanuelle Cronier, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne. Je suis en master professionnel, j’ai donc un stage en parallèle à l’Historial de Péronne sous la direction de madame Fontaine, directrice du Centre de Recherches, et de madame Prévost-Bault, conservateur de l’Historial de Péronne. Dans le cadre de celui-ci, j’élabore un parcours sur la Reconstruction autour de Péronne. Je travaille sur douze communes dans les cantons de Péronne et de Ham. J’étudie aussi bien les bâtiments privés que publics, et je m’intéresse aux églises et aux industries. Cela me permettra de présenter les étapes de la Reconstruction, les différents types d’architectures, et les applications des lois d’alors qui prévoient des bâtiments plus hygiéniques, des villes mieux organisées ainsi que la réorganisation des terres agricoles en Picardie.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

Vivant dans la Somme, j’ai été très tôt sensibilisée aux problématiques de la Première Guerre mondiale et de ses conséquences, et je me suis passionnée pour cette période vers treize ans. J’ai souhaité poursuivre mes études en histoire pour me spécialiser en histoire contemporaine et pour pouvoir approfondir mes connaissances sur la Grande Guerre. Aujourd’hui, je travaille sur les conséquences qu’ont eues les batailles de la Somme sur les populations dans l’immédiat après-guerre et jusqu’à nos jours, puisque les bâtiments de la première Reconstruction sont encore visibles.

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Mon livre favori sur la Première Guerre mondiale est Nicole Mangin, une Lorraine au cœur de la Grande Guerre de Jean-Jacques Schneider paru aux éditions Place Stanislas en 2011. Il est écrit par un médecin, ce qui donne un point de vue différent sur le service de santé des armées lors de la guerre. L’exemple de Nicole Mangin permet de mettre en lumière l’organisation du service de santé, le rôle et la place des femmes dans le conflit, et les avancées en médecine dans le contexte de la bataille de Verdun.