Olivier Saint-Hilaire

OSH

Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

Déchets de Guerre 1914-2014, une histoire des obus non explosés (Diplôme de l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Stéphane Audouin-Rouzeau)

Pourquoi avoir choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

J’ai travaillé à partir de 2013 en tant que photographe d’agence sur la question des munitions non explosées des deux dernières Guerres mondiales en France. C’est à cette occasion que j’ai pu découvrir l’étendue du sujet et comment ces munitions impactent les territoires sur lesquels on les trouvent toujours.

J’ai voulu continuer ce travail photographique sous une autre forme, avec ce projet de recherche à L’EHESS, et chercher à savoir pourquoi et comment des dizaines de millions de munitions non explosées de la Première Guerre mondiale sont encore présentes dans les sols des anciens champs de bataille et comment vit-on encore avec aujourd’hui.

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Je ne crois pas avoir de livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale. Un des livres qui m’a le plus impressionné ces dernières semaines est celui de Paul Lintier Ma pièce. Ce livre est le récit d’un artilleur sur les premiers combats d’aout 1914 jusqu’à la bataille de la Marne. C’est un journal quotidien sur la guerre vu par un artilleur d’une batterie de campagne dans lequel on découvre à quel point la guerre est un événement illisible pour ceux qui la font : les soldats. Un livre qui parle de la mort de masse, de la mort industrielle et du nouvel acteur déterminant sur le champ de bataille : l’artillerie.