Quentin Baril

Quentin Baril
Quentin Baril

Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

J’ai soutenu, le 12 mai 2016, un master de recherche en archéologie à l’université de Bordeaux-Montaigne sur trois objets du quotidien issus du front de la Grande Guerre. Il s’agit d’une approche interdisciplinaire (mêlant archéologie, anthropologie, histoire et ethnologie) qui a tenté de montrer l’apport et l’intérêt de la culture matérielle dans les études de la Grande Guerre.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

Depuis le début de la Licence Histoire, j’ai beaucoup d’intérêt pour les conflits contemporains dont la Grande Guerre. Ayant basculé en Archéologie par la suite, je me suis intéressé à l’ouverture méthodologique de la discipline sur la Grande Guerre, pour finalement m’orienter sur un master spécifiquement centré sur la culture matérielle de la Première Guerre mondiale. L’idée était de montrer en quoi la méthodologie archéologique est applicable aux vestiges et aux objets de la Grande Guerre. Mais, plus encore, il s’agit de montrer en quoi cet apport est à double-sens avec l’archéologie « classique », pour ce qui est de l’établissement des intentions morales des civilisations anciennes grâce à la compréhension du passé proche.

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Mon livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale est Nous étions des hommes de Frederic Manning, car il s’agit d’un roman transcrivant, d’une manière exceptionnellement détaillée, les attitudes et la pensée des soldats à l’arrière du front de la Grande Guerre. De plus, de nombreux aspects de la vie quotidienne des soldats y sont décrits comme l’alimentation, l’hygiène ou les distractions du soldat.