Sarah Rigal

Screenshot from 2016-05-25 17-19-36

Quel est votre sujet de recherche en thèse ou en master ?

Mon sujet de Master est : Les équidés en troisième ligne, une autre vision du repos. Plus précisément je travaille sur les structures équestres qui ont été fouillées au Borrieswalde lager dans l’Argonne ardennaise.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler sur la Première Guerre mondiale ?

J’ai grandi à Reims et dans l’Argonne meusienne, au contact des champs de bataille et des vestiges de cette guerre, c’est pourquoi je m’y suis intéressée. Ensuite, j’ai eu l’opportunité de participer au chantier de fouilles du Borrieswalde, l’année où ont été fouillées les premières structures équestres. C’est ce qui m’a permis de préciser mon projet de master autour de la Première guerre mondiale.

Quel est votre livre préféré traitant de la Première Guerre mondiale et pourquoi l’est-il ?

Il s’agit du roman d’Henri Barbusse, Le Feu, qui montre à la fois la vie quotidienne des soldats français, tout en portant un regard critique, parfois au travers de dialogues avec ses compagnons d’arme, sur les récits qui en seront fait après la guerre et dont son roman fait partie. Cette mise en abîme montre que les enjeux mémoriels étaient déjà présents chez les combattants, pendant le conflit et qu’ils sont mis en avant notamment lors de permissions qui leur font sentir d’une part la vision biaisée des civils de l’arrière et d’autre part leur propre oubli de “leur guerre”, et particulièrement des sentiments extrêmes qu’elle a engendrés.