Archives par mot-clé : Allemagne

L’occupation de la Somme, conférences de Gerd Krumeich et Philippe Nivet Vendredi 21 octobre, 19H, Amiens

INVITATION

A l’occasion des journées nationales de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (Programme : http://bit.ly/2dImvdK ) organisées à Amiens le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter

Vendredi 21 octobre 2016, à deux conférences sur le thème de l’occupation de la Somme par Gerd Krumeich et Philippe Nivet :

19h00 : Gerd Krumeich (Université de Düsseldorf) :

L’occupation allemande dans la Somme.

Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun
Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

L’armée allemande s’installe dans la Somme dès la fin de 1914, redoutant et se préparant à une offensive majeure des armées alliées dans cette région. La période des grandes batailles et le retrait des troupes allemandes sur la ligne Siegfried puis sur la frontière, s’accompagnèrent de dévastations produites par des destructions « stratégiques » méthodiques et systématiques. Cette conférence souhaite revenir sur ce qui s´est vraiment passé dans la Somme entre 1914 et 1918.

20H00 : Philippe Nivet (Universiét de Picardie Jules Verne) :

 Présentation de cas particuliers de l’occupation

Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre
Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre

À la suite de l’évocation des Allemands sur la Somme sera abordée la question de la vie des civils sahariens en zone occupée, en particulier dans le contexte de la bataille de la Somme. La communication se fondera sur des témoignages, en particulier ceux du journaliste Henri Douchet (Fasol) et d’Henriette Thiesset, de Ham.

ATTENTION !  Lieu : Hôtel du Conseil départemental de la Somme,

Salle Max Lejeune,

33 rue de la République, 80 000 Amiens

Entrée libre, inscription obligatoire

Pour tout renseignement et inscription : c.fontaine@historial.org et 03 22 83 14 18

 

 

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.

Journée d’études à Bruxelles : Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale (Allemagne, Belgique, France)

016106 copie

Journée d’étude à Bruxelles

Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale

(Allemagne, Belgique, France)

 Second volet du projet culturel franco-allemand en Belgique après la lecture scénique « Les Morts Vivants » créée par la Cie Agora Theater à BOZAR (Bruxelles), le 23 septembre 2014.

Mercredi 04 mars 2015 de 09h00 à 17h30

Siège de la Représentation permanente du Land de Sachsen-Anhalt auprès de l’UE, 80, Boulevard Saint-Michel – 1040 Bruxelles

 

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion de redécouvrir un gigantesque corpus littéraire consacré à la Première Guerre mondiale. Au sein de celui-ci, la littérature combattante occupe une place particulière. Dans la plupart des pays belligérants, les auteurs du front qui faisaient, ou avaient fait, l’expérience des tranchées et des grandes batailles, étaient en effet considérés comme particulièrement légitimes à « raconter la guerre ». Bien après le conflit, dans les années vingt et les années trente, la littérature de guerre joua encore un rôle considérable dans la construction de mémoires parfois concurrentes du conflit. La dimension comparative proposée par cette journée d’étude permettra de mettre à jour singularités, convergences et divergences entre ces trois pays. Elle offrira aussi l’opportunité de tester les frontières du genre « littérature combattante ». Les écrits et poèmes de résistants belges ou français n’étaient-ils pas une forme de littérature combattante ? Qu’en est-il des récits, journaux intimes et poèmes évoquant les expériences de l’exil ou de l’occupation ? La poésie permet-elle de « témoigner » de la guerre ? Quels sont les ressorts de l’écriture, en vers et en prose, de l’expérience de guerre ?

Cette journée rassemblera des spécialistes (historiens et littéraires) des littératures de guerre française, belge et allemande. Elle mettra plus particulièrement l’accent sur la poésie de guerre qui reste encore assez largement méconnue, en dépit du dynamisme des études consacrées à la littérature de guerre.

 

Inscriptions : entrée libre sur réservation obligatoire

RSVP auprès de Victorine Hugot : victorine.hugot@diplomatie.gouv.fr ou +32 2 548 88 76

 

Programme

08h30 : Accueil des participants

09h15 : Mot de bienvenue 

09h30 : Nicolas Beaupré Maître de conférences en histoire (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Institut Universitaire de France

Introduction

 

Partie 1 : L’écriture en guerre et ses enjeux

09h40 – 10h05 : Hubert Roland Maître de Recherches du F.R.S.-FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain

Die Lyrik zum Ersten Weltkrieg als deutsch-französische Gattung

La poésie sur la Première Guerre mondiale : naissance d’un genre littéraire commun, en France et en Allemagne

10h05 – 10h30 : Prof. Dr. Geert Buelens Utrecht University / Stellenbosch University

Flemish First World War Poetry: from Germany to Belgium as the Enemy

De l’ennemi allemand à l’ennemi belge : la poésie flamande de la Première Guerre mondiale

10h30 – 10h50 : Discussion animée par Benoît Majerus Historien, Université du Luxembourg

10h50 – 11h10

Pause


Partie 2 : Etudes de cas

11h10 – 11h35 : Philipp Redl Adjoint au président de l’université de Freiburg

Ernst Stadlers Kriegstagebuch

Le journal de guerre d’Ernst Stadler

11h35 – 12h00 : Pauline Breton  Doctorante en histoire contemporaine à Paris Ouest-Nanterre la Défense, chercheur-associée à la Bibliothèque nationale de France (département des manuscrits)

Georges Duhamel : « élégies » ou la narration des silences de « Vie des Martyrs »

12h00 – 12h20 : Discussion animée par Nicolas Beaupré

 

12h20 – 14h15

Repas

Partie 3 : Ecrire et combattre : la Belgique combattante à l’arrière et au front

14h15 – 14h40 : Emmanuel Debruyne Docteur en Histoire, résident à l’Institut d’Etudes avancées de Paris, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

« Il semble qu’à côté j’entends quelqu’un gémir » – écrits poétiques de condamnés à mort en pays occupé, 1914-1918

14h40 – 15h05 : Philippe Beck  Docteur en langues et lettres, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

Les écrivains combattants belges dans les années 20 et 30

15h05 – 15h25 : Discussion animée par Pieter Lagrou

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles

 

15h25 – 15h45

Pause

 

Partie 4 : De la guerre à l’après-guerre

15h45 – 16h10 : Benjamin Gilles Conservateur à la BDIC, responsable des collections imprimées et électroniques, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS

Publier la littérature combattante de la Grande Guerre. Une analyse de la production éditoriale française de 1914 à 2014.

16h10 – 16h35 : Jörg Lehman Département d’histoire, Université de Stuttgart

Vom Held zum Märtyrer. Die Sakralisation des Frontkämpfers in der Kriegsliteratur der Weimarer Republik.

Du héros au martyr. La sacralisation du combattant dans la littérature de la guerre dans la République de Weimar.

16h35 – 16h55 : Discussion animée par Bruno Benvido Historien, CegeSoma (Centres d’études Guerre et Société) – Bruxelles

16h55 – 17h15 : Iris Hildebrandt Magdebourg

Adrienne Thomas : « Die Katrin wird Soldat ». Ein Kriegsroman in historischer Perspektive und die politische Bildung zum 1. Weltkrieg.

Adrienne Thomas : « Catherine soldat », un roman de guerre. Mise en perspective historique et éducation citoyenne sur la Première Guerre mondiale.

17h15 – 17h35

Débats et discussion conclusive

17h35

Réception de clôture

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Neu erschienen : Gerd Krumeich, Der Erste Weltkrieg: Die 101 wichtigsten Fragen

Gerd Krumeich, Vize-Präsident des Centres de recherche des Historials, hat gerade ein neues Buch publiziert. Hier finden Sie die Vorbemerkung des Buches:

71xNxkRJtQL._SL1000_Vorbemerkung

Den Ersten Weltkrieg als „Urkatastrophe“ zu bezeichnen, ist ebenso geläufig wie belanglos.

Das Wort klingt ja fast wie „Naturkatastrophe“ und so etwas bricht über die Menschen hinein. Die 101 Fragen, die ich hier gestellt habe und zu beantworten versuche, gehen von einer ganz anderen Grundannahme aus. Der Erste Weltkrieg, in den die Nationen tatsächlich irgendwie hineingeschlittert sind, hat sich im Laufe von 4 ½ Jahren immer wieder neu entwickelt. Er begann als ganz traditioneller Krieg und wurde wegen der ständig weiter angekurbelten technischen und emotionalen Ressourcen in kurzer Zeit zu einem industrialisierten Massenkrieg zuvor unbekannter Dimensionen. Ich bin sicher, dass die entscheidenden Politiker und Militärs im Juli 1914 anders gehandelt hätten, wenn sie die Leichenfelder von Verdun und der Somme auch nur geahnt hätten. Um die 70 Millionen Männer sind weltweit in diesen Krieg geschickt und mehr als 13 Millionen deutsche Soldaten zwischen 1914 und 1918 mobilisiert worden – Schlieffen hatte 1911 noch von maximal 2 Millionen gesprochen. 1914 zog man mit Pickelhaube und Bajonett und fliegenden Fahnen in den Krieg, 1918 hatten es die in die Erde eingewühlten Soldaten mit Panzern, Gas und Flugzeugen zu tun. Das waren verschiedene Welten, und diese Entwicklung möchte ich in meinen Fragen und Antworten erkennen lassen.

Die Forschung zum Ersten Weltkrieg ist inzwischen auch für den Spezialisten unüberschaubar geworden und gerade deshalb ist es wichtig, die entscheidenden Fragestellungen so zu bündeln, dass sie für jeden Interessierten nachvollziehbar werden. Der Schwerpunkt liegt dabei auf der Erlebnis- und Kulturgeschichte des Weltkriegs. Wichtig war mir aber auch, ein sich abzeichnendes Defizit an ökonomischen und  kriegstechnischen Fragen zumindest teilweise abzudecken. Hinzu kommt, dass heute kaum noch jemand das Militär „von innen“ kennt. Die Wehrpflicht ist abgeschafft und immer weniger Menschen wissen, was eine Division und eine Haubitze ist. Wie weit konnten Kanonen denn damals schießen? Wie groß war ein Regiment und wie viele „Korps“ bildeten eine „Armee“? Was früheren, vom Militär geprägten Generationen selbstverständlich war, muss heute neu erarbeitet werden. Meine Fragen und Antworten zielen ganz besonders auf den Leser und die Leserin, die so etwas weder in der Schule noch beim Kommiss gelernt haben.

 

Viele der hier gestellten Fragen sind mir im Laufe der Jahre von meinen Studierenden gestellt worden und von Bekannten und Freunden. Auf Quellenverweise habe ich verzichtet. Gelegentlich wird ein Name in Klammern angegeben. Dann handelt es sich um Zitate oder Übernahmen aus der für jeden Lernwilligen unerlässlichen, von Gerhard Hirschfeld u. a. hg. „Enzyklopädie Erster Weltkrieg“ (4. Auflage 2013).

 

 

Poste d’assistant de recherche sur la Grande Guerre vacant à Berlin

Le projet Cendari basé à la FU de Berlin recrute un assistant de recherche spécialisé dans la Grande Guerre, en particulier sur le cas russe.

Voici l’annonce complète de l’emploi :

Fachbereich Geschichts- und Kulturwissenschaften
Friedrich-Meinecke-Institut
- EU-FP7-Projekt: CENDARI „Collaborative European Digital/Archival Infrastructure“

Research Associate
The initial contract will end on June 30th, 2015 with the possibility of an extension until January 31st, 2016 pending the approval of further funding.
E 13 TV-L FU

Responsibilities:

CENDARI offers a challenging work environment at the intersection of cutting-edge historical scholarship and the digital humanities. For more information, please visit www.cendari.eu.The responsibilities of this position include:

  • coordination and realization of all the Friedrich-Meinecke-Institut’s work packages
  • communication with the team’s project partners
  • coordination between the technical and research divisions of the project team
  • composition of progress reports for the EU
  • researching archival collections.

A central part of this work will include

  • describing collections, networking and communication with archives and cultural institutions
  • authoring virtual research guides on various topics
  • the organization of internal meetings and external expert seminars

Requirements:

  •  Ph.D. in modern history, with specialization in a topic related to the First World War

Desirable:

  • Fluency in German and English
  • good knowledge of the Russian language and modern Russian history
  • extensive experience with archival research, particularly Russian archives
  • a high level of computer literacy
  • experience in project management and the administration of third-party funding; extensive knowledge of archival standards and work methods
  • interest in developments in the field of digital humanities
  • knowledge of at least one of the following languages in addition to Russian: Serbo-Croatian, Rumanian, Bulgarian, Turkish, Hungarian, Lithuanian, Estonian, Latvian
  • high competency in organization, communication and event moderation
  • experience with databases, common markup languages, and content management systems

Applications quoting the reference code FMI/CENDARI/1/2014 must be received no later than March 3rd, 2014 at

Freie Universität Berlin
Fachbereich Geschichts- und Kulturwissenschaften
Friedrich-Meinecke-Institut
Herrn Prof. Dr. Oliver Janz
Koserstraße 20
14195 Berlin (Dahlem)

or as an PDF document, to: arbeitsbereich-janz@geschkult.fu-berlin.de. Interviewees will be notified by Email.

Héros et mythes héroïques en France, en Allemagne et au Japon : appel à contribution

L’institut Français de Berlin organise un colloque sur les « Héros et mythes héroïques en France, en Allemagne et au Japon (1914-1989) » les 8, 9 et 10 mai pour lesquels il lance cet appel à contribution :

 

Guy Arnoux, Les jeunes héros de France, Paris, Devambez, 1918
Guy Arnoux, Les jeunes héros de France, Paris, Devambez, 1918

Héros et mythes héroïques en Allemagne, en France et au Japon

 

 

Coordination scientifique : Steffen Höhne (professeur, U. Weimar-Iena) ; Gérard Siary (professeur, U. Montpellier III) ; Philippe Wellnitz (maître de conférences habilité, U. Montpellier III, Institut Français de Berlin).

 

Le héros incarne, selon Hegel, l’unité  de l’individualité et de la généralité en des temps mythiques ou violents. Il revient ici à l’art ou aux media de prêter forme à ce héros et lui édifier son mythe héroïque. De plus en plus individualisé, notre héros se distingue par sa distance vis-à-vis de la masse en mal de héros. Seuls les courtisans ne croient pas aux héros – cela aussi, Hegel le savait.

 

Partant des manifestations et représentations anciennes en Allemagne, en France et au Japon, le présent colloque, « Héros et mythes héroïques en Allemagne, en France et au Japon », entend scruter les diverses inflexions (et effets seconds) du phénomène héroïque au siècle de l’extrême, soit entre 1914 et 1989.

 

Il s’agit d’analyser du point de vue de l’histoire culturelle, eu égard aux conditions respectives de production, de distribution, de réception et de diffusion, le fonctionnement propre aux figures et symboles héroïques :

 

–      comment naissent les figures de héros, quelle sont leurs fonctions, quelle sorte de récit caractérise leur genèse, leur intronisation, leur transformation ? quelle relation y a-t-il entre la personne réelle du héros et son image ? comment la propagande et les mass media inventent-elles le héros ?

–      quelle est la conjoncture de réception sous-jacente à l’éclosion et à la canonisation du héros et de ses exploits ?

–      quels sont les points communs et les différences entre les héros et les mythes héroïques au regard de leur culture d’ancrage, mais aussi de leur diachronie respective ? un invariant héroïque est-il repérable en dehors des différences culturelles ?

 

Le colloque s’adresse aux spécialistes d’histoire, de littérature, de culture et de linguistique des pays concernés.

 

Dates : du 8 au 10 mai 2014.

Lieu : Institut français de Berlin

Langues de travail : allemand, français, japonais ; anglais admis

Les propositions doivent parvenir aux organisateurs d’ici le 28 novembre

Contact : upvwellnitz@yahoo.fr

 

Helden und Heldenmythen in Deutschland, Frankreich und Japan

 

Veranstalter:  Prof. Dr. Steffen Höhne (Weimar-Jena), Prof. Dr. Gérard Siary (Montpellier);

Dr. habil. Philippe Wellnitz (Berlin-Montpellier)

 

Held ist nach Hegel, wer die Einheit von Individualität und Allgemeinheit in mythischen oder gewalttätigen Zeiten verkörpert, wobei es primär Kunst bzw. Medien zukommt, dem Helden Gestalt zu verleihen und seinen heroischen Mythos zu konstruieren. Der immer individualisierte Held zeichnet sich dabei durch Distanz zur heldenbedürftigen Masse aus, nur für Kammerdiener, auch dies wusste Hegel, kann es keine Helden geben.

Ausgehend von älteren Erscheinungsformen und Vorstellungen von Heldentum möchte die Tagung „Helden und Heldenmythen in Deutschland, Frankreich und Japan“ sich mit den unterschiedlichen Ausprägungen und (Nach-)Wirkungen des Heldenphänomens im Zeitalter der Extreme, also zwischen 1914 und 1989, auseinandersetzen. Aus einer kulturhistorischen /-wissenschaftlichen Perspektive sollen die unterschiedlichen Ebenen von heroischen Symbolfiguren unter jeweils kulturspezifischen Produktions-, Distributions-, Rezeptions- und Wirkungsprozessen analysiert werden:

–       Wie entstehen Heldenfiguren, welche Funktionen besitzen sie, welche Narrative (Heldenerzählungen) sind für ihre Genese, Etablierung und Entfaltung, ihre Transformation charakteristisch ? Welches Verhältnis besteht zwischen der real existierenden Person und dem Bild / Image des Helden? Und wie konstituieren sich Helden propagandistisch-massenmedial ?

–       Welche Kanonisierungen und Wirkungen entfalten Helden und ihre Taten bzw. welchen Rezeptionskonjunkturen unterliegen diese ?

–       Welche Gemeinsamkeiten bzw. Unterschiede bestehen zwischen den Helden und Heldenmythen im Hinblick auf die zu untersuchenden Kulturen, aber auch im Hinblick auf den jeweiligen diachronen Ablauf innerhalb ? Lässt sich ungeachtet kultureller Differenzen eine übergreifende Typologie des Helden im 20. Jahrhundert erkennen ?

Die Tagung wendet sich an Geschichts-, Literatur-, Kultur- und Sprachwissenschaftler insbesondere aus Frankreich, Japan und Deutschland.

 

Termine: von 8 bis 10. Mai 2014.
Ort: Französisch-Institut in Berlin
Arbeitssprachen: Deutsch, Französisch, Japanisch ; Englisch zugelassen

Die Vorschläge müssen die Organisatoren bis zum 28. November erreichen
Kontakt: upvwellnitz@yahoo.fr

国際シンポジウム開催のお知らせ



 

英雄と英雄神話の生成ドイツ、フランス、日本

 

主催者

Steffen Hoehne 教授 ワイマールイエナ大学

Gerard Siary 教授モンペリエ大学

Philippe Wellnitz 准教モンペリエ大学,ベルリン独仏学院

 

英雄とは神話の中で、また暴力に溢れた時代に個性と一般性の統一を体現する者であるヘーゲル。芸術やメディアが、英雄神話に具体的な形象を賦与することは言うまでもない。その結果、英雄神話が形成される。この国際シンポジウムでは個別化された英雄について討議を行う。大衆社会の英雄待望論を扱うわけではない。

 

ドイツ、フランス、そして日本では過去、英雄はいかにして現れたのか英雄の顕現、表象とは何かこれらの疑問がシンポジウム「ドイツ、フランス、そして日本での英雄と英雄神話」の出発点であった。我々の目的は1914年から1989年の間に形成された「英雄」と言う現象の様々な変容や影響を探求することである。

 

我々は、文化史の視点から「英雄」を分析する。従って、英雄神話やそのシンボルが発生し、伝達される過程、 受容される条件、英雄神話やそのシンボルの働きなどを探求することになる。



どのように英雄たちのイメージは生成されるのかその機能は何か英雄たちの起源、そして変遷を特徴づける物語とは何か一人の英雄とそのモデル実在の人物との関係は何かプロパガンダやマスメディアはいかにして「英雄」を産み出すのか

英雄とその冒険物語はどのように受容され、規範となるのか

ドイツ、フランス、日本での英雄と英雄神話の共通点と相違点は何か?ここではそれぞれの国の文化と歴史が問題となる。文化の違いを超越する不変の英雄モデルはあるのだろうか

われわれは比較文学的観点からこのシンポジウムを企画、運営する。ドイツ、フランス、日本の歴史学者、文学研究者、文化研究者カルチュラル・スタディーズ、そして言語学者の参加をお待ちしている。

(なお、旅費および滞在費は参加者のご負担となります)。

 

 

日時 2014日、日、10

会場 アンスティチュ・フランセ ベルリン

使用言語   ドイツ語、フランス語、日本語英語可

 

研究発表の要旨は1031日までに下記にお送りください。

gerardsiary@gmail.com

 

 

Nicolas Beaupré invité à l’émission « Tout un Monde » (France Culture) le 1er octobre 2013

bopMardi 1er octobre 2013 de 15h-15h30 vous pourrez entendre Nicolas Beaupré, maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et membre de l’IUF dans l’émission de Marie-Hélène Fraïssé sur France Culture. Il interviendra sur la réédition en collection Biblis chez CNRS Editions de son livre Ecrits de guerre 1914-1918, récompensé par le Prix Joseph Saillet 2007 de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, le Prix Maurice Baumont 2007 et le Prix Henry Malherbe 2009 de l’Association des Écrivains Combattants.

Présentation de l’encyclopédie 1914-1918-online à Paris

Unknown photographer, Etricourt, Soldier between detroyed buildings, black-and-white photograph, 1916-1918, source: Deutsches Bundesarchiv (German Federal Archive), Bild 104-0608A, wikimedia commons
Unknown photographer, Etricourt, Soldier between detroyed buildings, black-and-white photograph, 1916-1918, source: Deutsches Bundesarchiv (German Federal Archive), Bild 104-0608A, wikimedia commons

Dans le cadre de son cycle de conférences « La guerre au XXe siècle », l’Institut historique allemand accueille, le lundi 25 mars à 18 heures, pour une présentation publique de projet, l’équipe de l’encyclopédie en ligne « 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War ». Ce projet, impressionnant par sa dimension et son ambition, constitue sans doute le plus important projet scientifique du côté allemand à être réalisé en vue du centenaire.
La manifestation, comprenant une présentation général du projet (Oliver Janz, Freie Universität Berlin), une conférence sur les mérites de l’histoire globale de la Première Guerre mondiale (Jennifer Keene, Chapman University) et une intervention d’Élise Julien (IEP Lille) portant sur la coopération transnationale au quotidien, se déroulera en anglais et en français. La quasi-totalité des membres du comité éditorial (Alan Kramer, Trinity College Dublin ; Bill Nasson, University of Stellenbosch ; Heather Jones, London School of Economics ; Peter Gatrell, University of Manchester ; Jennifer Keene, Chapman University ; Oliver Janz, Freie Universität Berlin) seront présents pour participer à la discussion générale.