Archives par mot-clé : Arrière

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

Bourses de recherches du Conseil général des Alpes-Maritimes sur la Grande Guerre

Le Conseil général des Alpes-Maritimes propose

trois bourses d’un montant de 2000 €

pour encourager les recherches universitaires
 sur la Première guerre mondiale

La Grande Guerre a mobilisé chaque département, a eu des conséquences économiques et sociales généralisées. Les Alpes-Maritimes se sont illustrées comme les autres au front mais plus particulièrement dans l’accueil de nombreux blessés dans ses palaces reconvertis en hôpitaux (français, coloniaux ou des armées alliées), ainsi que dans l’accueil de refugiés civils des régions du Nord et de l’Est ou de pays étrangers (Russie et Belgique notamment).

Parallèlement à d’autres actions menées par le Département, notamment de grandes campagnes de mises en lignes d’archives (registres matricules militaires, presse…), de numérisation (archives du service des réfugiés), de collecte numérique de sources (« grande collecte » 1914-1918 auprès des particuliers) et de publications, trois bourses sont proposées pour favoriser les travaux universitaires sur le département durant cette période.

D’un montant de 2 000 € chacune, elles sont ouvertes aux étudiants en Master ou doctorat en cours de travaux ou qui s’inscrivent au titre de l’année 2014-2015.

Les candidats intéressés par la thématique sont d’ores et déjà invités à se faire connaître.

 

La candidature est à adresser le 15 JUIN 2014 au plus tard par courriel à l’adresse dad[@]cg06.fr, accompagnée de :

–         un résumé en 2 pages du projet

–         une lettre du directeur de recherche

–         un curriculum vitae

–         la copie du dernier diplôme obtenu

–         un RIB

Ils s’engagent à soutenir leur mémoire avant le 31 décembre 2015 ou à restituer la somme.

Pour les candidats qui n’effectueraient pas leurs travaux en langue française, l’auteur s’engage à rédiger un article en français de l’ordre de 50.000 signes (10 pages).

Les lauréats seront sélectionnés par un jury composé d’élus, d’universitaires et d’archivistes dans la première semaine de juillet.

Toute contribution nouvelle à la connaissance de l’histoire de la guerre et de l’après-guerre dans les Alpes-Maritimes ou concernant le département, à l’appui de sources conservées aux Archives départementales, constitue un atout apprécié.

Une prospection de sujets et sources intéressantes peut être réalisée à partir du catalogue de l’exposition Les Alpes-Maritimes et les guerres du XXe siècle, Milan, Silvana editoriale, 2012

Appel à contribution : Les mains-d’œuvre en France durant la Première Guerre mondiale. Régulations, territoires, recompositions.

On nous a communiqué cet appel à contribution que nous relayons ici :

 

Les mains-d’œuvre en France durant la Première Guerre mondiale. Régulations, territoires, recompositions. 

 

Le magasin général de Lyon en 1915. Photographie de Jules Sylvestre (Source : BML de Lyon (http://collections.bm-lyon.fr/BML_01ICO001014cc9a043dc12c?&query[]=source:%22Jules%20Sylvestre%20%281859-1936%29%22&query[]=date_s:%221870-1918%22&hitStart=9&hitTotal=835&hitPageSize=16)
Le magasin général de Lyon en 1915. Photographie de Jules Sylvestre (Source : BM Lyon)
Le Comité d’histoire des administrations chargées du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (CHATEFP) lance, avec l’appui de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, un appel à propositions de communications en vue d’organiser un colloque international à Paris, les 18 et 19 mai 2015. Cette manifestation scientifique portera sur les mains-d’œuvre en France pendant la Première Guerre mondiale ayant directement (dans les établissements publics ou privés travaillant pour la Défense nationale) ou indirectement (économie civile, agriculture, travail à domicile) participé à l’effort de guerre.

Continuer la lecture de Appel à contribution : Les mains-d’œuvre en France durant la Première Guerre mondiale. Régulations, territoires, recompositions.

Exposition « Été 1914, Nancy et la Lorraine dans la guerre » : une visite

Estampe de Raoul Tonnelier de la Légende de France (1915)Le musée lorrain de Nancy présente actuellement une intéressante et belle exposition sur le début de la guerre en Lorraine. La scénographie est très réussie. Soignée, sans être envahissante, elle souligne le propos historique tout en mettant en valeur les objets présentés. La sélection d’objets est aussi sans nul doute un point fort de l’exposition. Elle est en effet bien équilibrée entre œuvres d’art, objets du quotidien, documents historiques, photographies… Quelques pièces très originales comme les dessins et gravures de Victor Prouvé sur les atrocités ou la présentation de calques de Raoul Tonnelier destinés à un spectacles de type « lanterne magique » intitulé La légende de France font également l’intérêt de cette exposition.  Le plan chronologique choisi est simple et didactique. L’exposition s’ouvre sur l’avant-guerre lorrain et ses spécificités avant d’aborder l’entrée en guerre et les premières batailles de Lorraine particulièrement meurtrières, les atrocités allemandes (notamment la destruction de Gerbéviller), les conséquences de la guerre pour Nancy et ses environs. L’exposition se termine sur les traces mémorielles des combats après 1914 et notamment sur leur mise en récit qui souligne par exemple l’importance de la bataille du Grand Couronné en France pendant le conflit.

Qu’il nous soit toutefois permis d’exprimer ici quelques regrets. Le regard allemand sur ce début de guerre en Lorraine n’est, selon nous, pas assez présent. Malgré quelques pièces et explications qui l’évoquent, l’approche n’est pas suffisamment croisée et le point de vue demeure trop français. C’est d’autant plus dommage que comme le rappelle toute la première partie de l’exposition, nous sommes dans une région frontalière, déchirée par la guerre précédente. De ce point de vue, la question de l’Alsace-Lorraine aurait sans doute mérité quelques nuances. Certes en Lorraine française elle demeura beaucoup plus sensible que dans le reste du pays mais il nous a semblé que l’exposition n’insistait pas assez sur ce point en se focalisant sur la question de la revanche. De même, après l’entrée en guerre, si la question d’Alsace-Lorraine redevient, comme le montre l’exposition, d’une brûlante actualité, l’Alsace est bien davantage mise en avant, dans les représentations de l’époque, que la Lorraine et Strasbourg est bien plus présente dans l’espace public et l’opinion que Metz. Des explications sur ce décalage auraient été intéressantes. Sans doute le catalogue (vendu 39€) apporte des informations et nuances sur ce point. La mobilisation à Metz est évoquée mais on aurait aussi souhaité que le parallèle entre les deux villes, au moins au début de l’exposition soit encore plus systématique. Mais il est vrai qu’il se serait alors sans doute agit d’une autre exposition. Au chapitre des regrets, on peut ajouter que si l’expérience de la guerre à Nancy, notamment sa dimension urbaine, est mentionnée et illustrée par des documents tout à fait intéressants, elle aurait mérité sans doute de plus larges développements en montrant comment on passe d’une ville-frontière à une ville du front puis à nouveau, toujours en 1914 à une ville de l’arrière et de l’arrière-front avec tout ce que cela implique, notamment en terme de production de guerre, d’adaptation rapide du tissu économique, de circulations dans la ville. On peut ajouter ici une interrogation. Le nombre de morts français pour l’année 1914 que l’on retient habituellement est de 300000 morts environ or l’exposition mentionne 235000 morts. Ce chiffre n’a pas manqué de nous étonner.

Toutes ces critiques ne doivent cependant pas prendre le pas sur l’impression générale qui est celle d’une exposition réussie qui mérite indéniablement la visite. Il faut ajouter que le Musée de l’école de Nancy propose également une autre exposition sur les artistes de l’école de Nancy et la Grande Guerre que nous n’avons malheureusement pas eu le loisir de visiter. Les passionnés d’histoire de la Grande Guerre ont donc tout intérêt à faire le détour par Nancy.

Le lien vers la page web de l’exposition Été 1914 est ici et celui vers le dépliant est .

Le lien vers le flyer de l’exposition du Musée de l’école de Nancy est ici et le communiqué de presse est .

Quelques images de la visite :

Exposition Été 1914 (Nancy) IMG_7185 IMG_7187 IMG_7193 IMG_7196

Appel à communications : La Grande Guerre des Bretons

Nous relayons ici un appel à communication pour un colloque que nous a fait parvenir Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan) :

La Grande Guerre des Bretons

Vécu(s), Expérience(s), Mémoires(s)

(1914-2014)

Appel à communication La Grande Guerre des Bretons mai 2014Résumé

Dans le foisonnement éditorial concernant la Grande Guerre, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre a toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement historiographique. La Bretagne, par ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en constitue un observatoire privilégié.

Argumentaire

Au cours des 20 ou 30 dernières années, la Grande Guerre a suscité une masse considérable de publications, portées par une demande sociale de plus en plus pressante. Dans ce foisonnement éditorial, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre garde toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement d’une historiographie partiellement figée dans des débats un temps productifs, pour une part sclérosants aujourd’hui, pour (re)penser les rapports entre le front et l’arrière, entre les différents types de combattants, pour redonner aussi une consistance sociale à l’indispensable étude des discours et des représentations, pour enfin, de façon plus globale, étudier aussi finement que possible la manière dont la guerre agit à la fois comme révélateur de certaines permanences et accélérateur du changement.

En effet, si, entre 1914 et 1918, l’on combat bien « pour la Patrie », si l’on meurt « pour la France », l’on ne saurait oublié que le recrutement des différents corps de l’Armée française, largement territorialisé avant la guerre, a ancré dans chaque « région » la présence de tel ou tel régiment, des « régions » conservant souvent par ailleurs une réelle identité, identité économique, sociale, religieuse, linguistique aussi. Nombreux sont les travaux qui, de La France des terroirs d’E. Weber à L’école républicaine… de J.-F. Chanet, ont montré la force de ces « petites patries » mais aussi celle du sentiment d’appartenance mêlée à la Nation et à des entités – régionales ou autres – territorialement plus restreintes[1]. Les journaux et lettres des combattants de la Grande Guerre en témoignent par ailleurs, entre souhait de retrouver dans son unité des camarades du même « pays » et moqueries ou indignation face à l’attitude des soldats d’autres régions. Les « midis » en font les frais après l’échec des offensives de l’été 1914 en Lorraine[2]. Les Bretons – « têtus, batailleurs, insociables », certes uniquement lorsque « leur cerveau est troublé par les vapeurs de vin ou autre mixture fermentée » selon le fameux Louis Barthas… – pour une part aussi.

La Bretagne n’est bien évidemment pas la seule région concernée par ces phénomènes. Mais, ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en font sans doute un observatoire privilégié, ainsi que l’ont montré les réflexions de la journée d’étude tenue au Archives départementales d’Ille-et-Vilaine en novembre 2012[3].

Ici comme ailleurs, la recherche a progressé de manière importante depuis une trentaine d’années. A y regarder de plus près cependant, celle-ci s’est très – trop ? – largement concentrée sur quelques thématiques seulement, deux principalement à dire vrai : la vie dans une région de l’arrière d’une part, d’autre part la mémoire de la guerre[4]. A l’inverse, un champ de recherche a, de manière assez paradoxale sans doute, été laissé très largement en friche par les universitaires : celui des combats et des combattants. L’on chercherait en vain un article sur ce thème dans les principales revues historiques régionales, seuls quelques rares travaux universitaires étant recensés, alors que, dans le même temps, fleurissaient les publications d’amateurs – au sens noble du terme – parfois très éclairés. En cela, l’historiographie bretonne est restée assez largement en marge des grands débats qui se sont fait jour depuis une vingtaine d’années, en France comme à l’étranger, sur les expériences de guerre et du combat,  sur les évolutions tactiques des différentes armées et leurs conséquences pour les hommes, sur les effets du shell-shock ou sur l’analyse possible des adaptations aux nouvelles normes du combat en terme de « professionnalisation », pour n’en rester qu’à quelques exemples.

Autant de raisons qui nous poussent à souhaiter engager une réflexion sur la Grande Guerre des Bretons, un conflit appréhendé ici sur la moyenne durée d’un large xxe siècle qui s’étendrait de l’été 1914 à nos jours. Loin de tout « localisme », nous voudrions que ce projet s’inscrive dans un cadre clairement comparatiste. C’est la question de la banalité et/ou de l’exceptionnalité de ce que révèle l’étude de la Bretagne au regard de ce que nous donnent à voir les exemples bourguignons, limousins, lorrains, corses ou provençaux qu’il conviendra donc de poser, tout en s’interrogeant sur le rapprochement possible de cette région « périphérique » qu’est la Bretagne avec d’autres régions de ce genre.

Pour mieux appréhender cet objet historiographique particulièrement complexe que constitue la Grande Guerre, objet susceptible de bien des approches et d’une  multiplicité de lectures, nous proposons trois grands axes qui pourront guider une réflexion préoccupée avant tout par la volonté de saisir la manière dont la Grande Guerre s’est inscrite dans le vécu, l’expérience, la mémoire des Bretonnes et des Bretons, combattants ou non.

Axe 1. Les combattants bretons

Axe 2. Arrière ou « home-front » breton ?

Axe 3. Les lendemains de guerre bretons

Modalités de soumission :

Date limite de soumission des propositions de communication : 15 septembre 2013

Forme des propositions : résumé de 2 à 3000 signes

Date du colloque : 14-15 mai 2014 (une éventuelle 3e journée pourrait être retenue, le 16 mai, en fonction du nombre de communications)

Lieu : Ecoles de Coëtquidan (56) et Rennes (35)

Comité d’organisation

  • Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan)
  • Yann Lagadec (CERHIO-UMR 6258)
  • Erwan  Le Gall (En Envor, conseil mémoriel)

Contacts

  • Yann Lagadec
    courriel : yann [dot] lagadec [at] univ-rennes2 [dot] fr
  • Erwan Le Gall
    courriel : legallerwan [at] ymail [dot] com
  • Michaël Bourlet
    courriel : michael [dot] bourlet [at] st-cyr [dot] terre-net [dot] defense [dot] gouv [dot] fr

L’appel complet et détaillé est à consulter ici :  http://calenda.org/242903


[1] Weber, Eugen, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, Paris, Fayard, 1983 et Chanet, Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

[2] Le Naour, Jean-Yves, Désunion nationale. La légende noire des soldats du Midi, Paris, Vendémiaire, 2011.

 

[3] Journée d’étude sur les « Approches régionales de la Grande Guerre », coorganisée par le CERHIO et le CREC le 13 novembre 2012, en partenariat avec les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine et avec le soutien de la chaire Jean-Monnet « Défense et sécurité européennes ». Les actes de cette journée paraîtront à l’été 2013 : Bourlet, Michaël, Lagadec Yann et Le Gall Erwan, Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

[4] En témoignent, entre autres, les sommaires des principales revues historiques publiées dans la région (Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, bulletins et mémoires des différentes sociétés savantes départementales) mais aussi les bases de données consacrées à la recension des travaux d’étudiants, de la maîtrise et du master au doctorat.

[5] Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004.

[6] La question d’un modèle breton de sortie de l’Union Sacrée – si tant est qu’elle ait jamais existée ici – est notamment ouvertement posée par Bensoussan, David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006. Voir aussi Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, PUR, 1996 et Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton. Les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, Thèse, dact., Rennes 2, 1985.

[7] Lambert, Yves, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, CERF, 1985.