Archives par mot-clé : Art et guerre

Une base de données collaborative des monuments de la Grande Guerre aux États-Unis

Publicité pour la Lampe de Viquesney (source : http://doughboysearcher.weebly.com/)
Publicité pour la Lampe de Viquesney (source : http://doughboysearcher.weebly.com/)

Annette Becker nous a signalé la publication par le Washington Post le 8 février 2014 d’un article évoquant la constitution d’une vaste base de données des monuments aux morts de la Grande Guerre aux États-Unis. L’historien Mark Levitch, initiateur de ce projet estime à environ 10000 le nombre de mémoriaux de ce type. Il en a déjà repéré plus de 2000. Comme en Europe, certaines statues, comme le « Spirit of the American Doughboys » du sculpteur E. M. Viquesney furent reproduites à des dizaines, voire centaines d’exemplaires. Ce monument, qui a fait lui-même l’objet de recherches et d’un inventaire très complet par Earl D. Goldsmith et Les Kopel a même été décliné sous forme de lampe.

Il est possible de consulter une partie des photographies inventoriés par Mark Levitch des monuments et collaborer à la constitution de cette base de données sur ce site.

1914. Guerre et Avant-Gardes : colloque à Nanterre

Le musée du Louvre pendant la guerre. la grande galerie (source, agence Meurisse, Gallica, BnF)
Le musée du Louvre pendant la guerre. la grande galerie (source, agence Meurisse, Gallica, BnF)

1914  

Guerre et Avant-Gardes / War and the Avant-Gardes

COLLOQUE INTERNATIONAL

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Centre allemand d’histoire de l’art / Deutsches Forum für Kunstgeschichte

Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013

  Continuer la lecture de 1914. Guerre et Avant-Gardes : colloque à Nanterre

Georges Bellows à New York

Par Annette Becker

George Bellows (Columbus, Ohio 1882–1925 New York City). Massacre at Dinant, 1918. Oil on canvas, 49 1/2 x 83 in. (125.7 x 210.8 cm). Greenville County Museum of Art, South Carolina, Gift of Minor M. Shaw, Buck A. Mickel, and Charles C.Mickel; and the Arthur and Holly Magill Fund

La rétrospective que le Metropolitan  Museum of Arts de New-York consacre à l’artiste George Bellows est remarquable car elle permet de découvrir (ou redécouvrir) un artiste majeur du début du XXème siècle,  en particulier son intérêt pour les ouvriers à l’œuvre sur les immenses chantiers de New-York en construction permanente et pour les loisirs des habitants, au bord de l’eau, aux matches de boxe. Inutile de dire que cet artiste à la fibre sociale qui publiait ses dessins dans le journal socialiste The Masses aux côtés des articles de son ami John Reed était un pacifiste convaincu, longtemps opposé à l’entrée en guerre des Etats-Unis. Et pourtant, en 1918, il a réalisé une série de gravures de guerre et d’immenses tableaux que l’on pourrait qualifier d’hyperréalistes avant la lettre, tous consacrés aux atrocités allemandes sauf quelques scènes de blessés dans des hôpitaux militaires. Ces œuvres ont été si appréciées par l’efficace office de propagande de guerre dirigée par George Creel que certaines ont figuré sur des affiches d’emprunts. [1] Un bilan critique de l’œuvre des artistes en  guerre le plaçait dès alors très haut : « Georges Bellows a réalisé une série de lithographies sur les atrocités allemandes en Belgique qui sont très dramatiques, et comme elles sont fondées sur les dépositions du rapport de Lord Bryce, elles forment une dénonciation des Huns convaincante et inoubliable. » [2]

Continuer la lecture de Georges Bellows à New York