Archives par mot-clé : Belgique

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.

Journée d’études à Bruxelles : Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale (Allemagne, Belgique, France)

016106 copie

Journée d’étude à Bruxelles

Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale

(Allemagne, Belgique, France)

 Second volet du projet culturel franco-allemand en Belgique après la lecture scénique « Les Morts Vivants » créée par la Cie Agora Theater à BOZAR (Bruxelles), le 23 septembre 2014.

Mercredi 04 mars 2015 de 09h00 à 17h30

Siège de la Représentation permanente du Land de Sachsen-Anhalt auprès de l’UE, 80, Boulevard Saint-Michel – 1040 Bruxelles

 

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion de redécouvrir un gigantesque corpus littéraire consacré à la Première Guerre mondiale. Au sein de celui-ci, la littérature combattante occupe une place particulière. Dans la plupart des pays belligérants, les auteurs du front qui faisaient, ou avaient fait, l’expérience des tranchées et des grandes batailles, étaient en effet considérés comme particulièrement légitimes à « raconter la guerre ». Bien après le conflit, dans les années vingt et les années trente, la littérature de guerre joua encore un rôle considérable dans la construction de mémoires parfois concurrentes du conflit. La dimension comparative proposée par cette journée d’étude permettra de mettre à jour singularités, convergences et divergences entre ces trois pays. Elle offrira aussi l’opportunité de tester les frontières du genre « littérature combattante ». Les écrits et poèmes de résistants belges ou français n’étaient-ils pas une forme de littérature combattante ? Qu’en est-il des récits, journaux intimes et poèmes évoquant les expériences de l’exil ou de l’occupation ? La poésie permet-elle de « témoigner » de la guerre ? Quels sont les ressorts de l’écriture, en vers et en prose, de l’expérience de guerre ?

Cette journée rassemblera des spécialistes (historiens et littéraires) des littératures de guerre française, belge et allemande. Elle mettra plus particulièrement l’accent sur la poésie de guerre qui reste encore assez largement méconnue, en dépit du dynamisme des études consacrées à la littérature de guerre.

 

Inscriptions : entrée libre sur réservation obligatoire

RSVP auprès de Victorine Hugot : victorine.hugot@diplomatie.gouv.fr ou +32 2 548 88 76

 

Programme

08h30 : Accueil des participants

09h15 : Mot de bienvenue 

09h30 : Nicolas Beaupré Maître de conférences en histoire (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Institut Universitaire de France

Introduction

 

Partie 1 : L’écriture en guerre et ses enjeux

09h40 – 10h05 : Hubert Roland Maître de Recherches du F.R.S.-FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain

Die Lyrik zum Ersten Weltkrieg als deutsch-französische Gattung

La poésie sur la Première Guerre mondiale : naissance d’un genre littéraire commun, en France et en Allemagne

10h05 – 10h30 : Prof. Dr. Geert Buelens Utrecht University / Stellenbosch University

Flemish First World War Poetry: from Germany to Belgium as the Enemy

De l’ennemi allemand à l’ennemi belge : la poésie flamande de la Première Guerre mondiale

10h30 – 10h50 : Discussion animée par Benoît Majerus Historien, Université du Luxembourg

10h50 – 11h10

Pause


Partie 2 : Etudes de cas

11h10 – 11h35 : Philipp Redl Adjoint au président de l’université de Freiburg

Ernst Stadlers Kriegstagebuch

Le journal de guerre d’Ernst Stadler

11h35 – 12h00 : Pauline Breton  Doctorante en histoire contemporaine à Paris Ouest-Nanterre la Défense, chercheur-associée à la Bibliothèque nationale de France (département des manuscrits)

Georges Duhamel : « élégies » ou la narration des silences de « Vie des Martyrs »

12h00 – 12h20 : Discussion animée par Nicolas Beaupré

 

12h20 – 14h15

Repas

Partie 3 : Ecrire et combattre : la Belgique combattante à l’arrière et au front

14h15 – 14h40 : Emmanuel Debruyne Docteur en Histoire, résident à l’Institut d’Etudes avancées de Paris, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

« Il semble qu’à côté j’entends quelqu’un gémir » – écrits poétiques de condamnés à mort en pays occupé, 1914-1918

14h40 – 15h05 : Philippe Beck  Docteur en langues et lettres, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

Les écrivains combattants belges dans les années 20 et 30

15h05 – 15h25 : Discussion animée par Pieter Lagrou

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles

 

15h25 – 15h45

Pause

 

Partie 4 : De la guerre à l’après-guerre

15h45 – 16h10 : Benjamin Gilles Conservateur à la BDIC, responsable des collections imprimées et électroniques, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS

Publier la littérature combattante de la Grande Guerre. Une analyse de la production éditoriale française de 1914 à 2014.

16h10 – 16h35 : Jörg Lehman Département d’histoire, Université de Stuttgart

Vom Held zum Märtyrer. Die Sakralisation des Frontkämpfers in der Kriegsliteratur der Weimarer Republik.

Du héros au martyr. La sacralisation du combattant dans la littérature de la guerre dans la République de Weimar.

16h35 – 16h55 : Discussion animée par Bruno Benvido Historien, CegeSoma (Centres d’études Guerre et Société) – Bruxelles

16h55 – 17h15 : Iris Hildebrandt Magdebourg

Adrienne Thomas : « Die Katrin wird Soldat ». Ein Kriegsroman in historischer Perspektive und die politische Bildung zum 1. Weltkrieg.

Adrienne Thomas : « Catherine soldat », un roman de guerre. Mise en perspective historique et éducation citoyenne sur la Première Guerre mondiale.

17h15 – 17h35

Débats et discussion conclusive

17h35

Réception de clôture

Journée d’étude : Vivre l’occupation sur le front Ouest pendant la Première Guerre mondiale

Parade de la garde, rue Nationale à Lille, AdN, 30 Fi guerre 14-18/278
Parade de la garde, rue Nationale à Lille, AdN, 30 Fi guerre 14-18/278

Vivre l’occupation sur le front Ouest

pendant la Première Guerre mondiale

Programme

Date : 13 février 2015

Lieu : IRHiS, Université Lille 3, salle de séminaire (A1 152)

Plan d’accès : http://irhis.recherche.univ-lille3.fr/dossierPDF/plan-metro-lille3-irhis.pdf

10h Accueil : Sylvie Aprile (Directrice du laboratoire IRHiS)

Introduction : Yves Le Maner (Directeur de la mission « Histoire, Mémoire, Commémoration » au Conseil régional du Nord – Pas-de-Calais)

 

10h30 Session 1 : Occupation et rapprochements avec l’ennemi

Président/rapporteur : Emmanuel Debruyne (Institut d’Etudes avancées de Paris)

– Florent Verfaillie (Cegesoma Bruxelles), Résistants et collaborateurs de la Grande Guerre

– Gertjan Leenders (Université de Gand), Les dénonciations à l’ennemi en Belgique occupée

– Elise Rezsöhazy (Université catholique de Louvain), Mélanie Bost (Cegesoma Bruxelles), Les agents du contre-espionnage allemand en Belgique occupée

– Jan Naert (Université de Gand), La répression des bourgmestres de la Belgique occupée après la guerre

 

12h30 Déjeuner – buffet

 

13h30 Session 2 : Approches sociales et culturelles des sociétés occupées

Président/rapporteur : Philippe Nivet (Université de Picardie)

– James Connolly (Université de Manchester), L’occupation du département du Nord et la « culture de l’occupé »

– Philippe Salson (Université Montpellier 3), Peut-on faire une lecture sociale de l’expérience d’occupation ?

– Antoon Vrints (Université de Gand), Les normes de conduite en Belgique occupée

 

15h30 Pause

 

15h45 Session 3 : Mémoires françaises et belges de l’occupation

Présidente/rapportrice : Elise Julien (Université Lille 3)

– Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain) et Karla Vanreapenbusch (Cegesoma Bruxelles), Les traces de l’occupation 14-18 dans trois villes belges

– Matthias Meirlaen (Université Lille 3), Commémorer la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais occupé

 

17h Conclusions : Annette Becker (Université Paris 10)

 

17h30 Fin de la journée

Contacts :

Matthias Meirlaen : matthias.meirlaen@univ-lille3.fr

Elise Julien : elise.julien@sciencespo-lille.eu

Georges Bellows à New York

Par Annette Becker

George Bellows (Columbus, Ohio 1882–1925 New York City). Massacre at Dinant, 1918. Oil on canvas, 49 1/2 x 83 in. (125.7 x 210.8 cm). Greenville County Museum of Art, South Carolina, Gift of Minor M. Shaw, Buck A. Mickel, and Charles C.Mickel; and the Arthur and Holly Magill Fund

La rétrospective que le Metropolitan  Museum of Arts de New-York consacre à l’artiste George Bellows est remarquable car elle permet de découvrir (ou redécouvrir) un artiste majeur du début du XXème siècle,  en particulier son intérêt pour les ouvriers à l’œuvre sur les immenses chantiers de New-York en construction permanente et pour les loisirs des habitants, au bord de l’eau, aux matches de boxe. Inutile de dire que cet artiste à la fibre sociale qui publiait ses dessins dans le journal socialiste The Masses aux côtés des articles de son ami John Reed était un pacifiste convaincu, longtemps opposé à l’entrée en guerre des Etats-Unis. Et pourtant, en 1918, il a réalisé une série de gravures de guerre et d’immenses tableaux que l’on pourrait qualifier d’hyperréalistes avant la lettre, tous consacrés aux atrocités allemandes sauf quelques scènes de blessés dans des hôpitaux militaires. Ces œuvres ont été si appréciées par l’efficace office de propagande de guerre dirigée par George Creel que certaines ont figuré sur des affiches d’emprunts. [1] Un bilan critique de l’œuvre des artistes en  guerre le plaçait dès alors très haut : « Georges Bellows a réalisé une série de lithographies sur les atrocités allemandes en Belgique qui sont très dramatiques, et comme elles sont fondées sur les dépositions du rapport de Lord Bryce, elles forment une dénonciation des Huns convaincante et inoubliable. » [2]

Continuer la lecture de Georges Bellows à New York