Archives par mot-clé : Call for Paper

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

Appel à contributions : Imaginaires et pratiques de Paix en temps de guerre (1914-1918)

Imaginaires et pratiques de paix en temps de guerre (1914-1918)

Colloque international        15-16 octobre 2015

Lieu : La Flèche (Sarthe, France)

Quand se rétablira-t-elle ? http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source
Quand se rétablira-t-elle ?
http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source

Comité scientifique : Carl Bouchard (Université de Montréal), Rémi Fabre (Université de Paris-Est-Créteil), Jean-Michel Guieu (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Jagielski (CRID 14-18), Stanislas Jeannesson (Université de Nantes), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS, CIR Historial de la Grande Guerre), Stéphane Tison (Université du Maine).

 

La porosité des cultures de paix et de guerre s’effectue dans le temps du conflit avec ses propres modalités qu’il conviendra d’interroger et ses temporalités qu’il faudra tenter de mesurer et d’identifier. Deux approches peuvent être ici considérées comme les fils conducteurs de la réflexion à mener : l’analyse de ce que l’historien britannique Martin Ceadel a défini comme « le sentiment de la paix » qui passe par une expérience au moins d’une sécurité ; l’étude du discours sur la paix, qui peut être autant instrumentalisé que revendicatif comme l’avait montré en 2006 le colloque Paroles de Paix en temps de guerre, abordant à la marge la Grande Guerre. La paix doit être ici entendue comme une aspiration, une expérience et un discours, dont il s’agira de saisir les relations et les lieux de leur pratique, en décrivant les formes sociales et culturelles des représentations de cet « horizon d’attente » (Reinhart Kosseleck) des sociétés en guerre entre 1914 et 1918. Quelle place reste-t-il à la paix dans ce temps de guerre ?

Plusieurs thématiques pourront être abordées :

–        La paix comme souvenance de l’avant-guerre.

Dans quelle mesure la guerre anéantit-elle les imaginaires et les pratiques forgées durant les longues décennies de paix qui ont précédé le déclenchement du conflit ? Le souvenir de la vie d’avant est-il effacé par l’expérience de la guerre, par la mobilisation de toutes les activités et la focalisation des pensées sur la ligne de feu ? L’étude des références à l’avant-guerre dans les correspondances mérite une attention particulière. Cette réflexion pourra être située socialement pour mieux comprendre comment les différentes classes sociales maintiennent ou organisent ces moments de sociabilité issus de l’avant-guerre. Le mythe de la Belle Epoque, comme nostalgie du temps de paix, dont on pourra chercher à faire l’archéologie, se dessine-t-il pendant le conflit ?

–      La paix imaginée, rêvée.

À travers les différents supports que sont les journaux de tranchées, les cartes postales, le dessin ou la caricature, les carnets et journaux de guerre, les chansons, apparaissent des représentations multiples de la paix. Il s’agira de saisir dans ces productions littéraires et artistiques les références culturelles et/ou politiques dans leurs agencements et leurs variations au cours des 52 mois du conflit.

–      La paix comme expérience temporaire.

Si les sociétés européennes s’inscrivent massivement dans l’effort de guerre, comment au quotidien des moments de paix sont-ils toutefois ménagés ? Si les fraternisations pourront être abordées, comme une forme temporaire de paix entre ennemis parmi les plus explicites, d’autres expériences méritent l’attention. Comment le souvenir, l’aspiration, les expériences de la paix aident-elles à traverser la guerre, à surmonter l’épreuve ? Comment les soldats reconstituent-ils des moments de paix afin que leur existence ne soit pas totalement envahie par la seule expérience du combat ? Permissions, loisirs, spectacles et sports aux armées y contribuent. Dans quelle mesure le soldat s’autorise-t-il ou est-il autorisé à jouir de la vie ? Dans quelle mesure cette possibilité s’accommode-t-elle de l’injonction à poursuivre l’effort de guerre ? Et avec quelle efficacité dans la durée ?

–      La paix comme revendication.

Certains combattants semblent même prêts à faire passer la paix avant la victoire, quitte à déplaire à leur famille et à l’arrière. Dans quelle mesure ce désir de paix témoigne-t-il d’une démoralisation ponctuelle ou plus profonde des combattants ? Quel rôle joue-t-il dans les actes de désobéissance collective et les mutineries ? Comment ce désir de paix s’exprime-t-il également à l’arrière, notamment lors des grèves de 1917-1918 ? Face à un conflit qui s’installe dans la durée, comment « la paix par la victoire », qui semble initialement seule acceptable, est-elle progressivement contestée par d’autres formules exprimées par certains secteurs de l’opinion ou certaines personnalités ? Il s’agira également de revenir sur les tentatives de paix négociée, de contacts entre diplomaties ou intermédiaires plus ou moins officieux, permettant de saisir l’ambivalence du couple guerre/paix. En effet, la paix n’est pas seulement une alternative à la guerre, elle peut aussi être perçue comme son accomplissement (les buts de guerre sont aussi des objectifs de paix) dans la victoire et la conquête. Dans certains cas, le discours pacifiste est d’ailleurs inséparable du discours belliciste et s’accompagne de postures et de gestes bellicistes qui l’entrecroisent : c’est toujours pour la paix qu’on se bat. Le discours pacifiste comme « discours de compensation » doit être ainsi analysé.

–      La paix à bâtir.

Malgré la censure et les risques d’accusation de « défaitisme », la Première Guerre mondiale a suscité comme jamais auparavant une vaste réflexion sur la paix future et les moyens de parvenir durablement à un ordre international pacifique. Dans quelle mesure ces divers projets ont-ils pu orienter la formulation des buts de paix des gouvernements belligérants ? Il s’agira ici de mieux saisir en quoi l’expérience de la guerre infléchit la façon dont l’organisation de la paix est pensée, quels médiateurs ou lieux de médiation demeurent ou apparaissent à un moment où la limite entre pensée pour la paix et défaitisme est infime.

Ainsi pourra-t-on mieux saisir les ambiguïtés du discours de la paix, la censure autour de la paix, l’instrumentalisation de la paix, de même que l’articulation d’une culture guerrière mobilisée pour vaincre et les aspirations à l’arbitrage, à la conciliation, à la paix.

Les propositions de communications (3 000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biographique de leur auteur (mentionnant notamment leurs travaux en rapport avec le thème du colloque), doivent être envoyées (fichier attaché en format word ou pdf) aux organisateurs au plus tard le 15 septembre 2014 :

Jean-Michel GUIEU, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Jean-Michel.Guieu@univ-paris1.fr

Stéphane TISON, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université du Maine)

Stephane.Tison@univ-lemans.fr

Colloque labellisé par la mission du centenaire et organisé en partenariat avec l’Université du Maine, le Centre de recherches historiques de l’Ouest, l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, le LabEx « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe » et l’IHEDN.

 

Call for Papers : The Legacy of World War One

soldier_and_poppies(1)Nous avons reçu ce Call for Papers lancé par le département de Science Politique de Chesnutt Hill College (Philadelphie)

CALL FOR PAPERS

The Legacy of World War I

November 14-15, 2014

The History and Political Science Department at Chestnut Hill College will host an interdisciplinary conference on « The Legacy of World War I, » November 14-15, 2014. Keynote speakers will be Jay Winter (Yale University) and Laura Lee Downs (European University Institute, Florence, Italy).  Proposals for papers or panels are invited on any issue related to « The Legacy of World War I. »  The Great War was a cataclysmic event with consequences for the world up to our own day. Papers may relate to the immediate or long-term ramifications of the war – – political, diplomatic, military, social, economic, technological, intellectual, cultural, etc.

Proposals should be about 250-300 words and be accompanied by a CV. Proposals from advanced graduate students will be considered. Papers will be allowed 20-25 minutes for presentation. We also seek individuals who are interested in serving as a Chair of a session. Presenters of papers and chairs of sessions are required to register for the conference.

In 2003 Chestnut Hill College inaugurated the « Legacy Conferences »; previous conferences have addressed the « Kennedy Legacy » (2003), « The Legacy of the Second World War » (2005), the « Legacy of 1968 » (2008), and « The Legacy of the Civil War » (2011).

Deadline for proposals is April 1, 2014. Send proposals to William Walker at wwalker@chc.edu or mail them to him at Chestnut Hill College, 9601 Germantown Avenue, Philadelphia, PA 19118. To be placed on a mailing list for conference registration, send your name, mailing address, and email address to William Walker at wwalker@chc.edu .

Appel à communications « Les Défenseurs de la paix 1899-1917 » – Colloque International Paris, 15-17 janvier 2014

Nous vous signalons un appel à communications pour un colloque coorganisé par l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne et l’Institut Historique Allemand de Paris en janvier 2014 à Paris.

Vous trouverez l’appel trilingue à télécharger ici et la version française ci-dessous :

Continuer la lecture de Appel à communications « Les Défenseurs de la paix 1899-1917 » – Colloque International Paris, 15-17 janvier 2014