Archives par mot-clé : Centenaire

Université d’été ​ « Anatomie » des batailles de la Grande Guerre – Appel à candidatures

Université d’été pour jeunes chercheurs (M2 et doctorants)

Soutenue par le Conseil départemental de la Somme, la Mission du Centenaire 14-18, et l’Office franco-allemand pour la jeunesse

26 juin au 2 juillet 2016,Péronne, Verdun

Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne) avec l’EHESS (Paris), le Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (Potsdam) et l’université de Picardie Jules Vernes (Amiens) sollicite des candidatures pour son université d’été de jeunes chercheurs travaillant sur la Première Guerre mondiale ou plus largement la conflictualité contemporaine.

                  1. Objectifs

Nous comptons réunir un groupe international de jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites et des excursions font partie intégrale du programme et enrichissent l’expérience.

                  1. Thématique

L’année 2016 avec le centenaire des deux batailles symboles de la Première Guerre mondiale – Verdun et la Somme – nous amène a choisir comme thème la bataille et le champ de bataille dans l’historiographie du premier conflit mondial. Depuis John Keegan et son Anatomie de la bataille, un grand nombre d’ historiens ont enrichi notre compréhension de l’expérience du combat, mais aussi notre savoir sur la représentation littéraire et artistique du champ de bataille, ainsi que notre analyse de la mémoire des batailles dans le souvenir qu’a laissé la Grande Guerre à travers le monde.

Notre semaine à Verdun et Péronne (trois jours pour chaque localité) nous donnera non seulement l’occasion de travailler ensemble sur un état de l’art de la recherche sur les batailles de la Première Guerre mondiale et de découvrir les avancées les plus récentes en archéologie du champ de bataille et en histoire environnementale de la guerre, mais aussi et surtout de confronter ces savoirs abstraits avec des visites de terrain.

                  1. Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux autour de Verdun et dans la Somme, avec des spécialistes locaux et des experts en archéologie du champ de bataille. Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen et Jay Winter) complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur.

Nous disposons de places pour tous les participants aux cérémonies du 1er juillet 2016 dans la Somme (Thiepval).

                  1. Conditions

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le francais. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du francais est exigé.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous pourrons également participer aux frais de transport des participants vers/de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses.

Comité organisateur:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2016 sur la plateforme en ligne de l’université d’été : http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=fr
Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Créer un compte »
2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.
3- Cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.
4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires”.

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org
historialsommemission

OFAJ_100x_4c

EN GUERRE AVEC LES MOTS

Colloque international 

EN GUERRE AVEC LES MOTS

Lettres, journaux et mémoires de soldats, de femmes et d’enfants convegnoGG_25-28_11_2015durant le premier conflit mondial

 25-28 novembre 2015

Palazzo Ducale, Salone del Minor Consiglio

Piazza Giacomo Matteotti, 9, 16123 Gênes

Présentation

Quels sont les sentiments, les perceptions et les attitudes mentales des soldats, mais aussi des civils, des femmes, des enfants, durant la guerre ? Quelles sont leurs stratégies de résistance psychologique à cette déstabilisante expérience ? On peut tenter de répondre à ces questions en se tournant vers l’ample typologie de textes produits par les combattants et la population civile « mobilisée” : lettres, journaux et mémoires qui – encore en partie enfouis dans des tiroirs de famille ou conservés dans des archives d’écriture populaire – expriment des potentialités narratives considérables, mais revêtent aussi d’une part, un fort intérêt historiographique et linguistique. D’un côté, en effet, ils agissent efficacement comme sonde de profondeur et conduisent directement à l’intérieur de l’événement que constitue la guerre, de l’autre, ces textes dressent un instantané de l’état de la langue au début du XXe siècle en Europe. Ce colloque a pour but de se confronter aux questions méthodologiques encore ouvertes, présentant des textes particulièrement significatifs et des résultats de recherche dans ce domaine en croisant les approches scientifiques sur les écrits des soldats des divers fronts en Europe durant le conflit.

Programme

25 novembre 8.30

Ouverture officielle

Luca Borzani, Président de Genova Palazzo Ducale Fondation pour la culture

Olivier Brochet, Consul général de France à Milan

Francesca Imperiale, Surintendant des archives pour la Ligurie/ Archives d’État de Gênes

9.00-9.30 Conférence inaugurale de Antonio Gibelli (Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Genova)

Il diario di guerra dei semicolti: un fiume carsico tornato alla luce

LE LABORATOIRE DE L’ÉCRITURE

I session 9.30 Introduction

Quinto Antonelli (Fondazione Museo Storico del Trentino-Archivio della Scrittura Popolare de Trento)

Le scritture popolari italiane della guerra: il fenomeno, gli archivi, le ricerche

10.00 Sybille Grosse, Lena Sowada, Université de Heidelberg

Les ego-documents de la Grande Guerre et l’analyse du discours historique : des questions méthodologiques

10.20 Corinne Gomila, Université de Montpellier

Sur les traces de l’autocensure 

10.40 Teresa Bertilotti, Université de Milan-Bicocca

«Gentili incognite, sconosciuto soldato». Scritture dal fronte e sul palcoscenico

11.10 Sylvie Housiel, Université de Tel-Aviv

Émotions et perceptions à l’épreuve de la censure et de l’autocensure: les poilus de 1915

11.30 Chantal Wionet, Beatrice Dal Bo, Université d’Avignon

Correspondances intimes de femmes peu-lettrées pendant la Grande Guerre

II session 14.00 Introduction

Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

L’avenir, dans les lettres des Poilus ordinaires

14.30 France Martineau, Université d’Ottawa

Derrière les lignes : correspondances canadiennes de guerre

14.50 Gérald Sawicki, Université de Lorraine

Ce que révèlent les mots : l’exploitation des lettres et carnets de notes des soldats allemands par les services de renseignement français (1914-1918)

15.10 Loredana Trovato, Université d’Enna

Des Poilus et des Boches au miroir, ou de la représentation dans les journaux de tranchées

16.10 Stefano Vicari, Université de Gênes

« Et alors c’est la vision, si vive qu’elle semble réelle, de vous tous dans les lieux que j’aime tant… » ou comment l’écriture permet aux poilus de s’enfuir de la réalité contingente

16.30 Sonia Branca-Rosoff, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Discours autre et activité métadiscursive dans les lettres des peu-lettrés pendant la guerre de 1914-1918

17.30 Thierry Vissol, économiste et historien

Présentation du volume Toby, dalla pace alla guerra 1913-1918, Donzelli, 2014

Interviendra avec l’auteur Nancy Murzilli (Université de Gênes/Institut français Italia)

26 novembre AU CŒUR DE LA GUERRE

I session 9.00 Introduction

John Horne (Trinity College de Dublin)

Publique ou privée ? La correspondance intime pendant la Grande Guerre

9.30 Jean-Paul Pellegrinetti, Université de Nice

Patriotisme et insularité au miroir de la correspondance des Corses durant la Grande Guerre

9.50 Simone Attilio Bellezza, Université de Trente

La scrittura come riflessione identitaria: diari e memoriali dei trentini prigionieri in Russia

10.10 Jacopo Lorenzini, Université de Sienne

F-11, o della memoria obbligata. Gli ufficiali italiani di ritorno dalla prigionia e le loro testimonianze scritte di fronte alla Commissione Interrogatrice dei Prigionieri Rimpatriati.

10.40 Arabella Hobbs, Université de Pennsylvanie

Shedding words not blood: Jacques Rivière’s Carnets de Captivité and the politics of heroism

11.00 Francesco Frizzera, Université de Trente

Diari e memorie dei profughi trentini durante la Grande Guerra. Specchio del travaglio identitario di una popolazione costretta a riconsiderare il proprio paradigma di appartenenza

11.20 Marie-Chantal Lhote-Birot, Université de Lorraine

Auguste Vonderheyden, l’écriture diaristique

II session

14.30 Introduction: Gustavo Corni (Université de Trente)

Voci dalle terre invase. Friuli e Veneto orientale 1917/1918

15.00 Graziano Mamone, Université de Gênes

Servizio postale e scrittura. Istituzioni, rappresentazioni, immagini

15.20 Michel Paoli, Université de Picardie

Italophones de l’armée austro-hongroise sur le front russe: les tribulations d’un soldat entre écriture intime et reconstitution historique

15.40 Alvio Patierno, Université Suor Orsola Benincasa de Naples

Survivre, entre humorisme et satire, dans le Journal de guerre illustré d’Eugène Birsinger, paysan du Sud-Alsace

16.10 Antonio Petrossi, Université de Naples

Le forme di propaganda nei giornali per l’infanzia durante la Grande Guerra

17.30 Antonio Gibelli (Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Gênes)

Présentation du volume La guerra grande. Storie di gente comune, Laterza, 2014

Interviendront avec l’auteur : Claudio Bertieri et Luigi Giachino. Projection du film La Guerra e il sogno di Momi réalisé et produit par Segundo de Chomòn en 1917.

27 Novembre I session

9.00 Introduction Fabio Caffarena (Université de Gênes)

Sopra la guerra: testimonianze di aviatori oltre il mito

9.30 Pierre Allorant, Université d’Orléans

Pont aérien: la Grande Guerre à tire d’ailes jusqu’à elles

9.50 Andrea Zaffonato, Université de Padoue-Venise-Vérone

Il volto della Patria nei paesaggi di guerra

10.10 Anna Grillini, Université de Trente

La guerra mentale. Scritture dal manicomi

10.30 Giovanni Cavagnini, Scuola Normale Superiore de Pise

Parole di fede: voci di chierici dagli archivi del cardinale Pietro Maffi

11.00 Chantal Dhennin-Lalart, Université de Lille 3

Au cœur de la Grande Guerre: le journal d’une religieuse destiné à sa supérieure

11.20 Carlo Stiaccini, Université de Gênes

Parole al cielo. Le scritture di guerra inviate agli uffici notizie delle parrocchie e delle diocesi italiane

11.40 Paola Valenti, Université de Gênes

«Grida d’allarme di un pittore»: la Grande Guerra nella prosa di Ludwig Meidner

II session 14.30 Introduction

Rémy Cazals, Université de Toulouse

La place des femmes dans 500 Témoins de la Grande Guerre

15.00 Augusta Molinari, Université de Gênes

La scrittura come pratica di assistenza. Un aspetto della mobilitazione femminile in Italia nella Grande Guerra

15.20 Patrizia Gabrielli, Université de Sienne

La guerra vicina, la guerra lontana. Memorie di donne. 

15.40  Giuliana Franchini, Université de Gênes

La rappresentazione dei lutti di guerra nel Diario delle volontarie dell’Ufficio Notizie di Milano (1915-1919)

16.10 Christa HämmerleUniversité de Vienne

However, I want the war to be at an end already.” War criticism and the longing for peace in diaries and letters of Austrian women and young girls (1914-1918)

16.30 Alessia Vezzoni, Université de Sienne

In nomine Matris. Documento e «compromissorietà» nel carteggio bellico di Carlo Emilio Gadda con la madre (1915-1919)

16.50 Anastasios Zografos, Université Paul Valéry – Montpellier 3

L’amour «occupe» les tranchées sur le front de l’Orient : la correspondance entre les soldats grecs et les marraines de guerre

18.30 Castello D’Albertis, Musée des Cultures du monde de la Mairie de Gênes)

Présentation, avec projection d’images, du catalogue La collezione di cartoline della Grande Guerra nel Museo Francesco Baracca di Lugo, de Serena Sandri et Patrizia Tamassia avec la collaboration de Daniele Serafini, BUP, 2015. Intervenants : Daniele Serafini, Irene Guerrini et Marco Pluviano
19.00 Présentation et projection : La I Guerra Mondiale attraverso le immagini inedite dell’Archivio Fotografico del Cap. E.A. D’Albertis
19.15-19.45 Visite guidée de la demeure du Capitaine D’Albertis

28 novembre  APRÈS LA GUERRE

09.00 Introduction Manon Pignot (Université dePicardie)

La guerre après la guerre : les mémoires juvéniles du conflit

9.30 Ugo Pavan Dalla Torre, Université de Turin

Rielaborare pubblicamente (e collettivamente) l’esperienza di guerra. L’Associazione Nazionale fra Mutilati ed Invalidi di Guerra e la scrittura della memoria della Grande Guerra (1915-1923) 

9.50 Nicola Maranesi, Archivio Diaristico Nazionale de Pieve Santo Stefano

La Grande Guerra. I diari raccontano. Un progetto editoriale in collaborazione tra Archivio diaristico nazionale di Pieve Santo Stefano e Gruppo l’Espresso

10.10 Patricia Kottelat, Université de Turin

Les JMO, source méconnue de l’édification mémorielle de la Grande Guerre. Parcours diachronique 1918-2014

10.40 Matthieu Quignard, CNRS de Lyon

«Ma Guerre 1914-1918», de Charles Bruneau. Les mots d’un linguiste sur le front

11.00 Anna Tylusińska-Kowalska, Université de Varsovie

Ricordi della Grande Guerra di Michał Lityński, un legionario italofilo

11.20 Piotr Podemski, Université de Varsovie

Un D’Annunzio italo-americano in guerra: mito bellico e success story nell’autobiografia di Fiorello La Guardia

11.40 Débat

12.10 Clôture du colloque

Comité scientifique

– Quinto Antonelli (Fondazione Museo Storico del Trentino – Archivio della Scrittura Popolare de Trento)

– Sonia Branca-Rosoff (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

– Fabio Caffarena (Université de Gênes)

– Rémy Cazals (Université de Toulouse)

– Gustavo Corni (Université de Trente)

– Antonio Gibelli (Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Gênes)

– JohnHorne (Trinity College de Dublin)

– Augusta Molinari (Université de Gênes)

– Nancy Murzilli (Université de Gênes/Institut français Italia)

– Manon Pignot (Université de Picardie)

– Frédéric Rousseau (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

– Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

– Carlo Stiaccini (Université de Gênes)

– Benoît Tadié (Université de Rennes 2/Institut français Italia)

– Stefano Vicari (Université de Gênes)

Comité d’organisation

Maria TeresaBisso,Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Gênes

FabioCaffarena, Université de Gênes

GrazianoMamone, Université de Gênes

NancyMurzilli, Université de Gênes/Institut français Italia

NellaPorqueddu, Trinity college de Dublin

CarloStiaccini, Université de Gênes

BenoîtTadié, Université de Rennes 2/Institut français Italia

StefanoVicari, Université de Gênes

Le projet entre dans le Programme officiel soutenu par la Présidence du Conseil des Ministres italien – Structure de Mission pour les Commémorations d’intérêt national et dans le Programme de la Mission Centenaire 1914-1918 du gouvernement français.

Le colloque a été organisé avec le patronage et le soutien de :

Università di Genova ; Dipartimento di Antichità, Filosofia, Storia (DAFIST)  et Dipartimento di Lingue e Culture Moderne (LCM) – Università di Genova ; Institut français Italia (IFI) ; Fondazione Museo Storico del Trentino-Archivio della Scrittura Popolare di Trento ; Genova Palazzo Ducale-Fondazione per la cultura ; Institut Universitaire de France ; Castello D’Albertis. Museo delle Culture del Mondo del Comune di Genova ; École française de Rome ; Corpus 14 (Praxiling – Université Paul-Valéry Montpellier, CNRS) ; Laboratoire Framespa-Université de Toulouse 2; Soprintendenza Archivistica per la Liguria/Archivio di Stato di Genova ; Università di Trento ; Alliance Française de Gênes.

Et avec le patronage de :

Archivio Ligure della Scrittura Popolare (ALSP) – Università di Genova ; Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre ; Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 (CRID 14-18) ; Conservatorio di Musica Niccolò Paganini di Genova ; Dipartimento di Scienze della Formazione (DISFOR) – Università di Genova ; Museo “Francesco Baracca” di Lugo; Università Italo-francese (UIF-UFI); Ufficio Storico Aeronautica Militare.

 

 

La Grande Guerre au festival d’Avignon

Tranchées : un spectacle de la Compagnie Zapoï
Tranchées : un spectacle de la Compagnie Zapoï

Corinne François-Denève, Maître de conférences en Lettres à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) a chroniqué pour le site Rue du Théâtre les pièces ayant pour thème la Grande Guerre cette année au festival d’Avignon. Elle nous a aimablement fait parvenir les liens vers ses chroniques qui offrent une belle plongée critique de la création théâtrale contemporaine quand elle se frotte à la Première Guerre mondiale. Son « coup de cœur » est le spectacle de marionnettes Tranchées de la Compagnie Zapoï.

Les critiques de Corinne François-Denève:

La Fleur au fusil de François Bourcier
Les Tranchées de Manuel Pratt
Tranchées de la Compagnie Zapoï
Victoire, la fille du soldat inconnu (les femmes après la Grande Guerre) de Sylvie Gravagna
Apollinaire s’en va-t-en guerre de Le Vent en poupe

Vous pouvez suivre Corinne François-Denève sur Twitter @FRANCOISDENEVE

 

1913 – deux chroniques radio pour explorer l’avant-guerre

Il se trouve qu’actuellement vous pouvez écouter en parallèle deux chroniques radio concernant l’année 1913 – l’une en français par Antoine Prost, sur France Inter, l’autre en anglais sur BBC Radio 4 par Michael Portillo.

Capture émission ProstLa chronique d’Antoine Prost s’intitule « Si nous vivions en 1913 » et livre tous les matins sur France Inter une analyse de quatre minutes d’un aspect de la vie en 1913. Le premier jour traite ainsi de la diffusion des nouvelles dans l’ère avant la radio. Pour ceux qui n’écoutent pas France Inter le matin, sachez que vous pouvez podcaster l’émission pour télécharger les fichiers et écouter à votre convenance et plus tard les émissions.

Capture émission Portillo

Sur BBC Radio 4, la chronique s’intitule « 1913 – The Year Before » et elle est animée par Michael Portillo, ancien ministre, aujourd’hui journaliste et éditorialiste. Vous pouvez consulter la liste des émissions ici et voir que les segments de treize minutes chacune sont thématiques, traitant par exemple de la question irlandaise ou du rôle des femmes. Cette émission peut être écoutée en ligne également être podcastée.

L’ambassade de France en Roumanie recherche un stagiaire

Recherche un/une stagiaire (niveau MASTER 2) pour travailler au sein de l’ambassade de France à Bucarest, sur la préparation du centenaire de la Grande Guerre. Le stagiaire actuel qui vient de l’Université de Strasbourg partira à la fin du mois de mai.

Le stagiaire sera chargé, sous la supervision du Colonel Jean-Marc LAVALLEE, des missions suivantes :
– la restructuration, la rénovation et la mise en valeur des 6 carrés militaires existants dans le pays,
– des recherches historiques liées à l’armée d’orient engagée en Roumanie,
– la rédaction de textes pour le site internet de l’ambassade,
– l’organisation d’événements liés aux commémorations de 2013,
– la préparation de visites et de réunions sur le thème du centenaire.

Quelques renseignements d’ordre pratique :

– l’intéressé(e) effectuera son stage dans le cadre d’une convention « défense » passée entre son université, lui, et l’état-major des armées. Il est donc indispensable qu’il soit lié à l’université.
– Il percevra une gratification de 430 euros par mois environ. Il pourra être amené à se déplacer en Roumanie, dans ce cas il sera défrayé.
– Idéalement, je recherche ce stagiaire pour la période allant du 1er juin au 31 novembre 2013 (ou au moins après les cérémonies du 11 novembre 2013), mais une prolongation pouvant aller jusqu’à 3 mois peut-être envisagée. Je peux aussi examiner une candidature pour une période plus courte.
– Le stagiaire travaillera au sein de l’ambassade et au sein de la mission de défense. Ceci suppose le respect d’une certaine rigueur en matière de tenue et de comportement.
– Le niveau de vie en Roumanie fait que la gratification permet de couvrir les frais de logement (le stagiaire actuel est en co-location avec des étudiants ERASMUS) et une bonne partie des frais d’alimentation.

Pour tout renseignement :

Colonel Jean-Marc LAVALLEE
Attaché de défense près l’Ambassade de France en Roumanie
Attaché de défense non résident près l’Ambassade de France en Moldavie
Ambassade de France
13-15, rue Biserica Amzei
Bucarest secteur 1
Tél : 00 40 21 303 10 60
Port : 00 40 740 10 05 11
Fax : 00 40 21 303 10 85
www.ambafrance-ro.org.

Le centenaire vu des États-Unis

Nous évoquions dans un billet récent le colloque qui s’est tenu à Kansas du 22 au 24 mars 2013. Mike Neiberg, un des historiens invités pour y donner une conférence nous a écrit un texte sur son interprétation de l’approche du centenaire aux Etats-Unis que nous co-publions ici avec le site de la International Society for First World War Studies :

I recently had a rather surprising discussion with a European-based editor who told me that, the 100th anniversary of the outbreak of World War I notwithstanding, he was reluctant to sign any more books on the war. He was, he told me, afraid that by 2016 or 2017 European readers would be tired of reading about the war. His comments took me aback, given the general lack of interest American publishers have been showing in the war. Two different American publishers have recently told me that they, too, do not want to sign World War I books, but, unlike their European colleague, they were not worried about reader fatigue. They were worried that general American indifference toward the war would lead to poor sales.

In light of those discussions, perhaps we shouldn’t be too surprised that the United States is far behind Europe in its planning for the centenary. Besides America’s usual lack of interest in the war, in 2013 we face a government sequester that has blocked access to even modest resources and distracted attention even further from plans to educate citizens about the war. Unlike Great Britain, there has been no sustained effort in the United States to dedicate money or show support from the highest levels of government. The federal government has made clear its opposition to the construction of a World War I memorial on the National Mall, and the post office has agreed to issue a commemorative stamp, but otherwise little of substance has yet come out of Washington. The United States Senate has tasked the White House with forming a twelve-person commemorative committee, but the committee still does not exist. A distracted Congress has really only made one important decision: designating the National World War I Museum at the Liberty Memorial in Kansas City to be the lead organization for commemoration activities.

In late March, the museum hosted a conference dedicated to beginning the commemorative process. Given the general lack of support and interest it faces, the challenge could be formidable. Nevertheless, the museum has a talented staff, a fantastic venue, and an international reputation that make it a logical choice to lead the commemoration. It is likely to do so, however, with little to no federal money. Thus this conference had two goals: to share ideas and to create networks of people interested in commemorative efforts.

Given the lack of governmental interest, much of the support for educational and outreach efforts will have to come from the private sector and from dedicated groups like the Western Front Association and the American Friends of Blérancourt, as well as the wide variety of museums and libraries planning local commemorative projects. Notably, much of the energy for this American conference came from Europe, including the assistance of the government of Flanders and the participation of the French and German consulates, as well as the Alliance Française.

The conference brought together academics, government officials, private citizens with an interest in the war, and representatives of organizations like AFS Intercultural Programs that trace their origins to the war. It will likely take an effort of all of us pushing together to build momentum if we are to take maximum advantage of this once in a lifetime opportunity to commemorate, educate, and explain. Otherwise we face one of two futures for the centenary, and both are typically American. In the absence of hard work, resources, and planning, Americans will either ignore the war or make a flurry of activity in 2017, cobble something together quickly, then claim victory. The choice is ours.

Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”

National World War I Museum, Kansas City
National World War I Museum, Kansas City

Du 22 au 24 mars, le National World War I Museum de Kansas City, qui est depuis 2004 le « musée officiel » de la Grande Guerre pour les États-Unis, organise un grand colloque sur le thème Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”. Cette conférence, doit être l’occasion d’un retour historique et historiographique sur l’influence de la Grande Guerre sur le siècle. Mais elle a également pour but selon le vœu des organisateurs et de leurs sponsors – notamment le gouvernement de Flandres – de faire un premier bilan prospectif international sur le centenaire de la Grande Guerre qui s’annonce. 125 participants issus de 7 pays différents participeront aux débats, parmi lesquels Michael Neiberg, Vejas Gabriel Liulevicus et Sophie de Schaepdrijwer.

Annette Becker, Vice-présidente du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et Professeure à l’Université Paris-Ouest Nanterre fera la conférence d’ouverture sur le thème : « How to Commemorate a 100 Years Old Tragedy »

Sur Twitter vous pouvez suivre la conférence sous le hashtag suivant : #WWIcentconf. Le compte twitter du musée de Kansas City : @theWWImuseum

Présentation de l’encyclopédie 1914-1918-online à Paris

Unknown photographer, Etricourt, Soldier between detroyed buildings, black-and-white photograph, 1916-1918, source: Deutsches Bundesarchiv (German Federal Archive), Bild 104-0608A, wikimedia commons
Unknown photographer, Etricourt, Soldier between detroyed buildings, black-and-white photograph, 1916-1918, source: Deutsches Bundesarchiv (German Federal Archive), Bild 104-0608A, wikimedia commons

Dans le cadre de son cycle de conférences « La guerre au XXe siècle », l’Institut historique allemand accueille, le lundi 25 mars à 18 heures, pour une présentation publique de projet, l’équipe de l’encyclopédie en ligne « 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War ». Ce projet, impressionnant par sa dimension et son ambition, constitue sans doute le plus important projet scientifique du côté allemand à être réalisé en vue du centenaire.
La manifestation, comprenant une présentation général du projet (Oliver Janz, Freie Universität Berlin), une conférence sur les mérites de l’histoire globale de la Première Guerre mondiale (Jennifer Keene, Chapman University) et une intervention d’Élise Julien (IEP Lille) portant sur la coopération transnationale au quotidien, se déroulera en anglais et en français. La quasi-totalité des membres du comité éditorial (Alan Kramer, Trinity College Dublin ; Bill Nasson, University of Stellenbosch ; Heather Jones, London School of Economics ; Peter Gatrell, University of Manchester ; Jennifer Keene, Chapman University ; Oliver Janz, Freie Universität Berlin) seront présents pour participer à la discussion générale.

Sir Hew Strachan au sujet du centenaire

Sir Hew Strachan, Chichele Professor of the History of War à l’université d’Oxford et éminent spécialiste de la Première Guerre mondiale est intervenu le 14 mars 2013 à un colloque sur les enjeux de la commémoration de la Première Guerre mondiale. Vous pouvez lire un article résumant son intervention et son contexte ou regarder la vidéo en entier, mise en ligne par le nouveau service de presse autour du centenaire, Centenary News.