Archives par mot-clé : Combattants

Lectures de poilus : présentation du livre de Benjamin Gilles au CNL

actualite_image_lectures.de.poilusLe mardi 10 décembre à 19h30 le Centre National du Livre organise une soirée débat autour du livre de Benjamin Gilles 1914-1918 Lectures de poilus (éditions Autrement).

La discussion animée par Emmanuel Laurentin rassemblera Joseph Zimet, Nicolas Beaupré et Benjamin Gilles. Inscription et renseignements ici.

Cet ouvrage s’inscrit dans une nouvelle collection de cet éditeur intitulée l’Atelier d’Histoire est consacré plus particulièrement aux objets et à leurs usages. De ce point de vue, il y a toute sa place, puisqu’il s’agit d’un livre consacré aux usages de la lecture au front en 1914-1918. Il est très bien illustré par un choix pertinent d’images de grande qualité.

Après avoir posé  le contexte général de l’entrée en guerre et de la vie quotidienne dans les tranchées, l’auteur se propose d’explorer les différents types de lecture et leurs fonctions. Il livre un tableau des différentes pratiques de lectures avant de revenir sur le lien entre celles-ci et celles de l’avant-guerre. Benjamin Gilles évoque successivement l’impact de la guerre sur les pratiques de lecture, les tentatives de contrôle et d’encadrement par la hiérarchie militaire avant de tenter d’évaluer la réception de leurs lectures par les poilus, notamment de la presse et du livre. L’ouvrage se clôt sur une analyse de la réception du grand succès de la littérature de guerre par les poilus, Le Feu de Barbusse, menée grâce notamment aux lettres de lecteurs envoyées à l’auteur. L’ouvrage de Benjamin Gilles est original et comble indéniablement une lacune : si de nombreux livres sont consacrés à l’écriture de guerre sous toutes ses formes, rares sont les études consacrées à la réception et à la lecture. Il est en outre agréable à lire, fondé sur des recherches originales et un nombre importants de sources archivistiques non exploitées jusqu’à présent. L’auteur nous livre finalement là un tableau tout en finesse des différents types de lecture et de leur rôle qui permet de réinterroger le « bourrage de crâne » ou la prétendue omnipotence de la censure. Il recomplexifie également la question des rapports et des liens entre l’arrière et l’avant et celle des continuités et des ruptures entre les pratiques culturelles d’avant-guerre et des temps de guerre.

Nicolas Beaupré

Appel à communications : La Grande Guerre des Bretons

Nous relayons ici un appel à communication pour un colloque que nous a fait parvenir Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan) :

La Grande Guerre des Bretons

Vécu(s), Expérience(s), Mémoires(s)

(1914-2014)

Appel à communication La Grande Guerre des Bretons mai 2014Résumé

Dans le foisonnement éditorial concernant la Grande Guerre, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre a toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement historiographique. La Bretagne, par ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en constitue un observatoire privilégié.

Argumentaire

Au cours des 20 ou 30 dernières années, la Grande Guerre a suscité une masse considérable de publications, portées par une demande sociale de plus en plus pressante. Dans ce foisonnement éditorial, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre garde toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement d’une historiographie partiellement figée dans des débats un temps productifs, pour une part sclérosants aujourd’hui, pour (re)penser les rapports entre le front et l’arrière, entre les différents types de combattants, pour redonner aussi une consistance sociale à l’indispensable étude des discours et des représentations, pour enfin, de façon plus globale, étudier aussi finement que possible la manière dont la guerre agit à la fois comme révélateur de certaines permanences et accélérateur du changement.

En effet, si, entre 1914 et 1918, l’on combat bien « pour la Patrie », si l’on meurt « pour la France », l’on ne saurait oublié que le recrutement des différents corps de l’Armée française, largement territorialisé avant la guerre, a ancré dans chaque « région » la présence de tel ou tel régiment, des « régions » conservant souvent par ailleurs une réelle identité, identité économique, sociale, religieuse, linguistique aussi. Nombreux sont les travaux qui, de La France des terroirs d’E. Weber à L’école républicaine… de J.-F. Chanet, ont montré la force de ces « petites patries » mais aussi celle du sentiment d’appartenance mêlée à la Nation et à des entités – régionales ou autres – territorialement plus restreintes[1]. Les journaux et lettres des combattants de la Grande Guerre en témoignent par ailleurs, entre souhait de retrouver dans son unité des camarades du même « pays » et moqueries ou indignation face à l’attitude des soldats d’autres régions. Les « midis » en font les frais après l’échec des offensives de l’été 1914 en Lorraine[2]. Les Bretons – « têtus, batailleurs, insociables », certes uniquement lorsque « leur cerveau est troublé par les vapeurs de vin ou autre mixture fermentée » selon le fameux Louis Barthas… – pour une part aussi.

La Bretagne n’est bien évidemment pas la seule région concernée par ces phénomènes. Mais, ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en font sans doute un observatoire privilégié, ainsi que l’ont montré les réflexions de la journée d’étude tenue au Archives départementales d’Ille-et-Vilaine en novembre 2012[3].

Ici comme ailleurs, la recherche a progressé de manière importante depuis une trentaine d’années. A y regarder de plus près cependant, celle-ci s’est très – trop ? – largement concentrée sur quelques thématiques seulement, deux principalement à dire vrai : la vie dans une région de l’arrière d’une part, d’autre part la mémoire de la guerre[4]. A l’inverse, un champ de recherche a, de manière assez paradoxale sans doute, été laissé très largement en friche par les universitaires : celui des combats et des combattants. L’on chercherait en vain un article sur ce thème dans les principales revues historiques régionales, seuls quelques rares travaux universitaires étant recensés, alors que, dans le même temps, fleurissaient les publications d’amateurs – au sens noble du terme – parfois très éclairés. En cela, l’historiographie bretonne est restée assez largement en marge des grands débats qui se sont fait jour depuis une vingtaine d’années, en France comme à l’étranger, sur les expériences de guerre et du combat,  sur les évolutions tactiques des différentes armées et leurs conséquences pour les hommes, sur les effets du shell-shock ou sur l’analyse possible des adaptations aux nouvelles normes du combat en terme de « professionnalisation », pour n’en rester qu’à quelques exemples.

Autant de raisons qui nous poussent à souhaiter engager une réflexion sur la Grande Guerre des Bretons, un conflit appréhendé ici sur la moyenne durée d’un large xxe siècle qui s’étendrait de l’été 1914 à nos jours. Loin de tout « localisme », nous voudrions que ce projet s’inscrive dans un cadre clairement comparatiste. C’est la question de la banalité et/ou de l’exceptionnalité de ce que révèle l’étude de la Bretagne au regard de ce que nous donnent à voir les exemples bourguignons, limousins, lorrains, corses ou provençaux qu’il conviendra donc de poser, tout en s’interrogeant sur le rapprochement possible de cette région « périphérique » qu’est la Bretagne avec d’autres régions de ce genre.

Pour mieux appréhender cet objet historiographique particulièrement complexe que constitue la Grande Guerre, objet susceptible de bien des approches et d’une  multiplicité de lectures, nous proposons trois grands axes qui pourront guider une réflexion préoccupée avant tout par la volonté de saisir la manière dont la Grande Guerre s’est inscrite dans le vécu, l’expérience, la mémoire des Bretonnes et des Bretons, combattants ou non.

Axe 1. Les combattants bretons

Axe 2. Arrière ou « home-front » breton ?

Axe 3. Les lendemains de guerre bretons

Modalités de soumission :

Date limite de soumission des propositions de communication : 15 septembre 2013

Forme des propositions : résumé de 2 à 3000 signes

Date du colloque : 14-15 mai 2014 (une éventuelle 3e journée pourrait être retenue, le 16 mai, en fonction du nombre de communications)

Lieu : Ecoles de Coëtquidan (56) et Rennes (35)

Comité d’organisation

  • Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan)
  • Yann Lagadec (CERHIO-UMR 6258)
  • Erwan  Le Gall (En Envor, conseil mémoriel)

Contacts

  • Yann Lagadec
    courriel : yann [dot] lagadec [at] univ-rennes2 [dot] fr
  • Erwan Le Gall
    courriel : legallerwan [at] ymail [dot] com
  • Michaël Bourlet
    courriel : michael [dot] bourlet [at] st-cyr [dot] terre-net [dot] defense [dot] gouv [dot] fr

L’appel complet et détaillé est à consulter ici :  http://calenda.org/242903


[1] Weber, Eugen, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, Paris, Fayard, 1983 et Chanet, Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

[2] Le Naour, Jean-Yves, Désunion nationale. La légende noire des soldats du Midi, Paris, Vendémiaire, 2011.

 

[3] Journée d’étude sur les « Approches régionales de la Grande Guerre », coorganisée par le CERHIO et le CREC le 13 novembre 2012, en partenariat avec les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine et avec le soutien de la chaire Jean-Monnet « Défense et sécurité européennes ». Les actes de cette journée paraîtront à l’été 2013 : Bourlet, Michaël, Lagadec Yann et Le Gall Erwan, Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

[4] En témoignent, entre autres, les sommaires des principales revues historiques publiées dans la région (Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, bulletins et mémoires des différentes sociétés savantes départementales) mais aussi les bases de données consacrées à la recension des travaux d’étudiants, de la maîtrise et du master au doctorat.

[5] Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004.

[6] La question d’un modèle breton de sortie de l’Union Sacrée – si tant est qu’elle ait jamais existée ici – est notamment ouvertement posée par Bensoussan, David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006. Voir aussi Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, PUR, 1996 et Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton. Les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, Thèse, dact., Rennes 2, 1985.

[7] Lambert, Yves, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, CERF, 1985.

Atrocities. Une découverte.

The Observer rapporte dans son édition du 3 février 2013 une importante découverte de textes inédits du poète de guerre britannique Siegfried Sassoon, suite à la mise en vente aux enchères d’une importante, et jusqu’alors inconnue, collection privée de manuscrits d’écrivains. Il s’agirait notamment d’un carnet  contenant une cinquantaine de poèmes de sa main, pour la plupart datant du début des années vingt. Parmi ces textes se trouverait néanmoins une version jusqu’alors inconnue et alternative du poème Atrocities publié dans le recueil Counter-Attack (1918). Pour mémoire, voici la version canonique de ce poème.

 

Atrocities

You told me, in your drunken-boasting mood,

How once you butchered prisoners. That was good!

I’m sure you felt no pity while they stood

Patient and cowed and scared, as prisoners should.

 

How did you do them in? Come, don’t be shy:

You know I love to hear how Germans die,

Downstairs in dug-outs. ‘Camerad!’ they cry;

Then squeal like stoats when bombs begin to fly.

 

And you? I know your record. You went sick

When orders looked unwholesome: then, with trick

And lie, you wangled home. And here you are,

Still talking big and boozing in a bar.

 

Ce poème relate donc dans ses deux premières strophes l’exécution cruelle de prisonniers allemands désarmés tandis que la dernière s’adresse à un « embusqué ». Comme le souligne le blogueur George Simmers, c’est précisément le choc entre ces deux positions extrêmes qui crée le malaise, le lecteur ne sachant plus très bien s’il doit condamner la cruauté des tueurs ou la couarde vantardise des planqués. Ce qui est renforcé encore par l’expression ironique – ou non – « That was good! »

On pourrait ajouter que le titre lui-même contribue à ce malaise puisque dans le contexte de l’époque « Atrocities » ne pouvait renvoyer en Grande-Bretagne qu’aux atrocités allemandes de 1914 et certainement pas à des exactions commises par ses propres troupes.

George Simmers rapporte du reste qu’a posteriori Sassoon lui-même dut avoir des sentiments pour le moins ambivalents à l’égard de ce poème puisqu’il le fit retirer des éditions de 1947 et 1961 de ses Collected Poems. Il ne réapparut qu’en 1983 dans l’édition de Rupert Hart-Harris publiée 16 ans après la mort du poète. Ce « remord » tardif, pour reprendre le vocabulaire des peintres, n’est du reste en rien spécifique à Sassoon. Tout particulièrement, lorsqu’il s’agit d’épisodes impliquant la mort donnée ou des actes de cruauté. On en retrouve ainsi des exemples chez Maurice Genevoix ou Blaise Cendrars notamment.

Quoi de neuf alors dans la découverte ? Selon Simmers pas grand chose étant donné la force énigmatique et déjà scandaleuse de la version publiée. Pour lui, les variantes seraient peut-être davantage stylistiques que liée à une autocensure ou à celle de son éditeur, version qui semble selon The Observer, avoir en revanche la faveur de la biographe de Sassoon Jean Moorcroft Wilson. Malheureusement, The Observer ne nous livre pas de copie ou de transcription complète de la version antérieure. Il nous dit seulement que celle-ci était encore plus cruelle :

« The original version of the poem includes the phrases « you’re great at murder » and « gulp their blood in ghoulish dreams », which were later deleted.

After his first stanza’s description of « butchered » prisoners, the printed second stanza reads: « How did you do them in? … » But in the draft, Sassoon wrote: « How did you kill them? … » »

Cependant l’article nous apprend que la version originale du poème est également accompagnée d’une lettre de Sassoon qui atteste bien que ce poème est inspiré par des faits réels – ou du moins rapportés comme tels à Sassoon – ce qui jette un éclairage supplémentaire sur un moment du combat sur lequel les sources sont souvent très rares : celui de la capture des prisonniers.

Cette découverte contribue aussi à complexifier encore davantage l’image qu’on pouvait avoir de Siegfried Sassoon en particulier et des War Poets en général. Elle s’ajoute en effet à une autre découverte de manuscrit datant elle de 2011. The Telegraph (11 novembre 2011) rapportait alors une découverte de Jean Moorcroft Wilson. Celle-ci avait retrouvé un carnet de poèmes de tranchée de janvier 1916 qui montrait que la conversion supposée de Sassoon au pacifisme avait été plus tardive qu’on ne le pensait ou mieux, que son rapport à la guerre était plus complexe qu’un simple rejet. Mais après tout, une lecture attentive de ses War Diaries 1915-1918 publiés dès 1983 n’était-elle pas déjà en mesure de corroborer cela ?

Nicolas Beaupré

La biographie de Sassoon sur wikipedia en français.

La biographie de Sassoon sur wikipedia en anglais.

Le site de référence sur les War Poets : The First World War Poetry Digital Archive (ne contient malheureusement pas – encore – le manuscrit d’Atrocities).

Le blog de George Simmers : Great War Fiction

 

 

Vous avez dit « consentement » ?

Le 17 janvier dernier, Emmanuel Laurentin, dans le cadre d’une semaine consacrée au thème « guerre et société » de son émission La Fabrique de l’Histoire invitait Stéphane Audoin-Rouzeau et Nicolas Offenstadt à revenir sur ce qu’on appelle communément « la querelle » ou la « polémique du consentement ».

Grâce aux deux débatteurs et à l’animateur, cette émission a eu le mérite de replacer le débat sur un terrain scientifique en le débarrassant d’une gangue polémique, médiatique, politique et de positionnement académique qui en masquait les authentiques enjeux heuristiques et empêchait tout véritable dialogue de s’établir.

Si une prospective sur les effets à terme de cette émission serait hasardeuse, on peut tout de même s’interroger. Ne serait-elle pas ce qu’on appelle communément « le passage à autre chose » ou au moins le symptôme d’un climat nouveau ? Comme si, à l’approche du centenaire de 1914 et alors que le pouvoir politique multiplie les messages contradictoires sur la nature et le sens des commémorations, la communauté, ou si l’on préfère le « champ », de la recherche pouvait finalement se retrouver sur l’essentiel. D’aucuns parlent même déjà d’une sorte d’« Union sacrée » ou d’un « Locarno historiographique ». On serait alors en droit de se demander si, à l’inverse exact de ce qui se produisit pendant puis après le bicentenaire de la Révolution, l’approche des commémorations n’était pas à même de favoriser un apaisement des positions, une déconstruction de querelles qui non seulement semblent soudain surannées mais sont ramenées à leurs toutes relatives dimensions ?

Nicolas Beaupré

Pour mémoire, voici la présentation de l’émission sur le site de France Culture.

Débat : la querelle du consentement, partir à la guerre : contrainte ou enthousiasme ?

Pour conclure cette semaine « Guerre et société », la Fabrique revient sur la « querelle du consentement » avec Nicolas Offenstadt et Stéphane Audoin-Rouzeau. Comment est-elle née dans les années 90 ? Quel était le contexte ? Est-elle dépassée aujourd’hui ? Etait-elle franco-française ? En quoi a-t-elle façonné le paysage historique ? Ses analyses servent-elles à comprendre d’autres conflits du XX eme siècle ? Quelles conséquences a-t-elle sur la recherche historique sur la Première Guerre Mondiale ? Une rencontre stimulante.

Invité(s) :
Nicolas Offenstadt : historien, maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.
Stéphane Audoin-Rouzeau : historien spécialiste de la Grande guerre, professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Pour écouter ou podcaster l’émission, c’est ici.

Historicités et temporalités de la Grande Guerre

Le dossier du dernier numéro (n°117 de Janvier-Mars 2013) de Vingtième Siècle. Revue d’Histoire est consacré aux « Historicités du 20e Siècle ». Il est dirigé par Quentin Deluermoz et Ludivine Bantigny. Il contient notamment un article de Nicolas Beaupré, membre du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre intitulé : « La guerre comme expérience du temps et le temps comme expérience de guerre. Hypothèses pour une histoire du rapport au temps des soldats français de la Grande Guerre » (p. 167-181).

En voici un court résumé  :

Cet article interroge l’intérêt et la possibilité d’une histoire du rapport au temps des combattants français de la Grande Guerre. Il se penche tout d’abord sur la question des sources. Il montre alors que récits comme journaux intimes, correspondances ou poèmes, qui sont les sources indispensables à ce type d’histoire, génèrent de puissants effets de sources dont il absolument est nécessaire de tenir compte. Toutefois il semble pertinent de s’interroger sur l’existence ou non de micro régimes d’historicités liés à l’expérience de guerre. Cet article montre en effet que l’expérience de guerre au front est également une expérience particulière du temps où peuvent par exemple se conjuguer un temps immobile et des projections dans l’avenir recelant parfois de grandes attentes. Il montre aussi l’importance de l’appréhension de la guerre comme parenthèse temporelle pour les combattants. On peut même imaginer que dans ce rapport à un temps à la fois subi mais également élaboré par les combattants eux-mêmes – notamment dans l’écriture quotidienne de lettres et de carnets – réside peut-être l’une des raisons de leur ténacité au front.

Le numéro de la revue et l’article sont consultable sur CAIRN.