Archives par mot-clé : Ecole d’ete

Université d’été ​ « Anatomie » des batailles de la Grande Guerre – Appel à candidatures

Université d’été pour jeunes chercheurs (M2 et doctorants)

Soutenue par le Conseil départemental de la Somme, la Mission du Centenaire 14-18, et l’Office franco-allemand pour la jeunesse

26 juin au 2 juillet 2016,Péronne, Verdun

Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne) avec l’EHESS (Paris), le Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (Potsdam) et l’université de Picardie Jules Vernes (Amiens) sollicite des candidatures pour son université d’été de jeunes chercheurs travaillant sur la Première Guerre mondiale ou plus largement la conflictualité contemporaine.

                  1. Objectifs

Nous comptons réunir un groupe international de jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites et des excursions font partie intégrale du programme et enrichissent l’expérience.

                  1. Thématique

L’année 2016 avec le centenaire des deux batailles symboles de la Première Guerre mondiale – Verdun et la Somme – nous amène a choisir comme thème la bataille et le champ de bataille dans l’historiographie du premier conflit mondial. Depuis John Keegan et son Anatomie de la bataille, un grand nombre d’ historiens ont enrichi notre compréhension de l’expérience du combat, mais aussi notre savoir sur la représentation littéraire et artistique du champ de bataille, ainsi que notre analyse de la mémoire des batailles dans le souvenir qu’a laissé la Grande Guerre à travers le monde.

Notre semaine à Verdun et Péronne (trois jours pour chaque localité) nous donnera non seulement l’occasion de travailler ensemble sur un état de l’art de la recherche sur les batailles de la Première Guerre mondiale et de découvrir les avancées les plus récentes en archéologie du champ de bataille et en histoire environnementale de la guerre, mais aussi et surtout de confronter ces savoirs abstraits avec des visites de terrain.

                  1. Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux autour de Verdun et dans la Somme, avec des spécialistes locaux et des experts en archéologie du champ de bataille. Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen et Jay Winter) complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur.

Nous disposons de places pour tous les participants aux cérémonies du 1er juillet 2016 dans la Somme (Thiepval).

                  1. Conditions

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le francais. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du francais est exigé.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous pourrons également participer aux frais de transport des participants vers/de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses.

Comité organisateur:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2016 sur la plateforme en ligne de l’université d’été : http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=fr
Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Créer un compte »
2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.
3- Cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.
4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires”.

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org
historialsommemission

OFAJ_100x_4c

Call for Poster for the Summer Institute of the Historial Research Centre : Initiations? The Experience of Modern War (1853-2013)

Univ. d'été

Call for posters

Summer Institute

INITIATIONS?

THE EXPERIENCE OF MODERN WAR (1853-2013)

Continuer la lecture de Call for Poster for the Summer Institute of the Historial Research Centre : Initiations? The Experience of Modern War (1853-2013)

Appel à communications Débuts, commencements, initiations : les « premières fois » de la Grande Guerre

Colloque international organisé à l’Historial de Péronne 30 juin – 2 juillet 2014

Télécharger cet appel sous format .pdf

Après un colloque organisé en novembre 2011 et consacré aux anticipations et imaginations de la guerre avant 1914, le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion pour le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de revenir sur les modalités et les conditions de découverte, de perception, de compréhension et d’interprétation du conflit par les acteurs sociaux en se penchant sur ce que furent pour eux, tout au long du conflit, les expériences primordiales, dans les deux sens que peut avoir ce mot.

« Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915 », Collections numérisées du Science Museum London, http:// collectionsonline.nmsi.ac.uk/ grabimg.php?wm=1&kv=182709
« Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915 », Collections numérisées du Science Museum London, http:// collectionsonline.nmsi.ac.uk/ grabimg.php?wm=1&kv=182709

Il ne s’agit en rien de céder à « l’obsession embryogénique » ni de postuler que la Grande Guerre fut, pour ses contemporains, inévitablement initiatique. Les notions de «premières fois», d’«expériences primordiales», d’«initiation» devront donc être questionnées et avec elles les mises en récit, les interprétations des expériences qui furent souvent effectivement jugées comme fondatrices par les contemporains.

L’enjeu n’est pas non plus uniquement de déceler ce qui fut « nouveau » dans la Grande Guerre mais de comprendre l’empreinte laissée par les sensations ou les émotions vécues pour la première fois par les acteurs sociaux. On pourra se demander au gré des reconfigurations sociales, culturelles, politiques et militaires vécues au cours de la guerre ce que l’antique sentence « le commencement est la moitié de tout » recouvre de réalité.

En effet, loin de se limiter à la seule année 1914 et donc à la question des entrées en guerre ou à celle, cruciale, du « baptême du feu », ce colloque se propose finalement d’opérer un retour à l’expérience de guerre par le prisme de « la première fois ».

Aussi, on s’efforcera de sortir de l’analyse du seul front occidental pour réfléchir aux termes d’une comparaison avec les autres fronts, européens ou non, et dessiner les principales directions de l’histoire des rapports entretenus non seulement de nation à nation, mais aussi de groupes sociaux à groupes sociaux. Il s’agit ainsi de proposer une histoire sociale et culturelle comparée et croisée des expériences de guerre, une histoire forcément ouverte sur les autres sciences sociales : anthropologie, psychologie et droit notamment. Derrière la question des « premières fois » dans la guerre de 14-18, c’est une interrogation sur le «pouvoir des commencements» que le colloque a l’intention de déployer.

Les cinq séquences thématiques du colloque :

1. Apprentissages/ Initiations :
Cette première séquence sera consacrée aux expériences fondatrices et autres « initations » liées à l’environnement guerrier : formation du soldat, dont l’expérience de la caserne ; baptême dufeuetsamiseenrécit; découverte et maîtrise des terrains sur les différents fronts du conflit ; ré-apprentissage ou dés-apprentis- sage du corps pour les mutilés… Cette section traitera également des initiations guerrières postérieures à l’année 1914, notamment celles induites par les armes nouvelles (gaz de combat, tanks…).
Les travaux d’une histoire propre- ment militaire, ayant trait à l’organi- sation des armées des belligérants auront leur place dans cette section, que ce soit autour du concept de la learning curve (courbe d’apprentis- sage) cher aux spécialistes britanniques ou par exemple dans la réflexion sur l’évolution tactique liée aux groupes primaires. Des propositions en histoire des sciences et plus particulièrement de la médecine et de la psychiatrie en guerre, mais aussi en histoire du droit seront les bienvenues.

2. Déplacements/ Mouvements :
La seconde session du colloque envisagera les « premières fois » dans leur dimension spatiale et sociale, en insistant à la fois sur l’expérience physique et mentale du déplacement et sur l’adaptation rendue nécessaire par le déplacement entre une situation initiale familière, et une situation inconnue ou faisant l’objet de représentations a priori.
On s’intéressera ici davantage à une histoire de l’expérience de l’arrache- ment et du déplacement qu’à l’ingénierie sociale organisant ce dernier. La variation des échelles au sein d’une même proposition sera valorisée. Il sera ainsi envisageable de repenser les grands types de mouve- ments constitutifs du temps de guerre – mobilisation, désertion, mouve- ments stratégiques, exode, capture, déportation – au regard des déplacements de temps de paix en particulier les migrations de travail et le voyage.
Dans une même approche sociale, les nouvelles situations créées par l’entrée en guerre des individus, tout au long du conflit, induisent réflexions, réactions, effort de transposition et de repositionnement par rapport aux autres en tant que personnes et en tant que groupes.

3. Ruptures / Rencontres :

Cette séquence se focalisera notamment sur les relations interpersonnelles, leur remodelage par la guerre en ce concentrant à la fois sur les séparations (amoureuses, familiales, amicales, professionnelles…) et les rencontres liées à l’expérience de guerre ainsi que leurs rôles dans la construction « d’identités de guerre ».

Le rôle des premiers contacts directs (expériences d’occupation, rencontres entre alliés, commerces de toutes natures…) figurera au centre des communications de même que les «rencontres» linguistiques, sociales, politiques, religieuses, voire patrimoniales.

Les contributions évoquant les rencontres transnationales ayant le souci d’un équilibre et d’un croisement des regards – et donc des sources – et ne privilégiant pas un seul point de vue seront particulièrement les bienvenues.

4. Sens / Émotions :

Cette session du colloque sera consacrée à une histoire des perceptions sensorielles et aux affects et à leurs expressions : premier sang, premières larmes, première peur, premières odeurs. Autrement dit : premiers contacts, physiques ou psychologiques, avec la guerre et sa violence.

Il s’agit aussi de questionner la nouveauté de leur mise en récit : comment les émotions et les sensations sont- elles ressenties et décrites ? Les premières fois de la Grande Guerre s’énoncent sans doute au prisme du renouveau profond de la culture des émotions qui traverse la littérature, la médecine, la psychologie et l’armée au tournant des XIXe st XXe siècle. Comment dès lors sont-elles déchaînées ou, au contraire, dominées ? Sont-elles tues ou partagées ?

A cet égard, il est nécessaire de replacer l’expérience émotionnelle et sensorielle dans le contexte plus vaste des cultures sensibles et de leur éventuelle circulation.

5. Interprétations/ Premiers récits :
Dans cette ultime session du colloque, on s’attachera aux processus de construction des discours des contemporains sur la guerre et à l’émergence de l’idée d’une guerre matricielle dès les années de guerre. L’étude des premières « interprétations » de la Grande Guerre renvoie ainsi aux premières mises en récit de l’expérience combattante et de ses conséquences, mais aussi aux premières analyses critiques de ces dernières. On pense par exemple aux modalités d’appréhension de l’événement par les sciences humaines et sociales. On pense également aux premières formes de discours mémoriels ou aux premières tentatives muséographiques.

Dans le même temps, on s’interrogera sur les interprétations de la Grande Guerre comme fondations potentielles de modèles politiques, sociaux et économiques nouveaux, et sur les différentes formes d’instrumentalisation idéologique du conflit, de ses représentations pendant et après la guerre.

Votre proposition doit être adressée en français ou en anglais (qui seront les langues de travail du colloque) à peronne2014@ehess.fr pour le 30 mai 2013.

La proposition ne devra pas excéder une page (500 mots) et sera accompagnée d’un court CV d’une demie page environ.

Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections
Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections 

 

Conseil scientifique :

Le conseil scientifique du colloque est composé des membres du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG).

Comité d’organisation :

Nicolas Beaupré (UBP Clermont, IUF), Franziska Heimburger (EHESS), Benoît Majerus (Université du Luxembourg), Manon Pignot (Université de Picardie, IUF), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Gene Tempest (Université de Yale), Arndt Weinrich (Institut Historique Allemand de Paris) et pour le CIRHGG, sa directrice Caroline Fontaine.