Archives par mot-clé : Entrée en guerre

Appel à communication : La France en guerre : cinq « années terribles » (1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940)

Nous avons reçu cet appel à communication qui concerne en partie la Grande Guerre et que nous reproduisons ici :

La France en guerre : cinq « années terribles »

1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940

Colloque, Clermont-Ferrand, 16-17 juin 2016

 

L’objet de ce colloque est la comparaison entre cinq époques où la société française a été confrontée à la présence de la guerre sur son territoire, qu’il s’agisse de la guerre entre nations et/ou de la guerre civile. Si les contextes socio-politiques diffèrent sensiblement, ces cinq temps courts peuvent néanmoins être considérés, à des titres divers, comme des « années terribles » au sens hugolien du terme. Ils nourrissent une interrogation sur le présent, mais aussi sur le passé et sur le devenir de sociétés fragilisées, saisies dans l’incertitude de leur devenir. Ils permettent de confronter des discours unanimistes, objets d’une construction à chaud, à des formes de dissidence plus ou moins affirmée et donc visible ; mais aussi l’impératif de concorde à l’aune d’une discorde réelle ou potentielle.

Une réflexion initiale mérite d’être menée sur la construction de cette notion d’« année terrible », sur son enracinement dans le temps long, avec une référence explicite à la Terreur : l’Institut d’histoire de la Révolution française a ainsi consacré en 2013-2014 un séminaire à « 1793, l’année terrible ». Mais il convient aussi de réfléchir aux emplois et aux réemplois dont la notion a été l’objet, quitte à en modifier le sens. Jean-Pierre Azéma a ainsi pu évoquer 1940, l’année terrible, là où trois médiévistes ont qualifié d’année terrible le siège de Dijon en 1513. Plus récemment, faisant le bilan d’un an d’antisémitisme en France, Pierre-André Taguieff qualifiait la période allant de janvier 2014 à janvier 2015 d’année terrible pour les Français de religion juive. D’autres années sont parfois qualifiées de terribles (1840, 1947), la formule apparaissant suffisamment performative. Parfois euphémisée, élargie à l’occasion à d’autres pays (1939 en Espagne, 1999-2000 en Côte d’Ivoire), celle-ci est le plus souvent utilisée sans être explicitée – preuve de son enracinement mémoriel, à l’instar par exemple de des notions de « printemps des peuples » ou de « semaine sanglante », dupliquées à plusieurs reprises depuis 1848 et la Commune de Paris.

Nous avons fait le choix de sélectionner cinq binômes de dates qui nous paraissent les plus pertinentes au regard de la notion d’année terrible. Certaines se sont imposées d’elles-mêmes : ainsi de 1870-1871, qui a servi de matrice à cette notion, mais également 1814-1815, qu’à bien des égards on peut considérer comme une première forme d’année terrible dans l’histoire contemporaine de la France. Pour ce qui est de la Révolution française, le climat propre au printemps 1792, suivi des incertitudes et bientôt des angoisses liées à la défaite militaire à l’extérieur et aux montées des oppositions contre-révolutionnaires au long de l’année 1793 à l’intérieur, nous ont conduits à écarter l’année 1794. Relativement à la Première Guerre mondiale, le binôme 1916-1917 – soit de Verdun au Chemin des Dames, si l’on veut résumer ainsi la           situation militaire – constituait une alternative possible qui, de plus, ouvrait une perspective élargie avec le « choc » provoqué par les révolutions russes de 1917. Mais, de fait, c’est bien le climat du début de la guerre qui nous semble le plus en osmose avec l’idée d’« année terrible » : la période 1914-1915 est en effet marquée par la fin de l’espoir d’un conflit bref, par l’angoisse d’une nouvelle invasion de Paris et par la progressive prise de conscience du carnage humain provoqué par ces premiers mois de conflit. Il en va différemment pour la Seconde Guerre mondiale : si la tension est maximale au cours de l’été 1939, la période de la « drôle de guerre » entretient l’illusion patriotique ; mais la « guerre éclair » du printemps 1940 se traduit par un effondrement militaire, moral et institutionnel du pays dans un climat renvoyant parfois explicitement à « l’année terrible » telle que définie par Victor Hugo.

Incontestablement, la notion s’inscrit dans un usage mémoriel à forte connotation politique, vu les contextes considérés. Avec Hugo, elle est clairement réactive : autrement dit produite certes à chaud (1872), mais après les faits eux-mêmes. Elle sert à la fois à faciliter un travail de deuil, à exprimer au besoin une forme de repentance, mais aussi à rassembler pour mieux réconcilier, quitte à gommer tout ce qui fait entrave à une sorte d’unanimisme d’autrement plus fortement sollicité après coup qu’il a semblé faire défaut sur le moment. Bref, la notion est clairement instrumentalisée aussi bien par les gouvernements via une propagande étatique que par les acteurs culturels, qu’ils soient publicistes, écrivains, artistes, etc. Car la qualification d’« année terrible » suggère un moment d’« hubris » libérant les pulsions et autorisant le carnage : est alors posée la question de la responsabilité, voire de la culpabilité de ceux qui l’ont déclenchée. Le présent de la guerre favorise l’adhésion, au moins apparente, à un discours unanimiste véhiculé par une intense propagande officielle. Mais, si tout le monde n’a pas les moyens intellectuels comme matériels de se placer « au dessus de la mêlée », ne peut-on pour autant entendre des voix discordantes, s’exprimant notamment par une production littéraire ou artistique en rupture avec l’illusion unanimiste ?

 

Mémoire convoquée, histoire mythifiée : le passé présentisé

Ces « années terribles » peuvent être considérées comme un temps fort du travail de mémoire, d’exaltation d’une histoire mythifiée, du recours à la figure d’hommes providentiels, sans omettre la dimension religieuse ou mystique qui s’impose dans l’espace public. Le champ de la morale investit celui du politique, mais aussi de l’histoire qui ne prend sens qu’au regard de la virtus de la nation. L’instrumentalisation du « roman national » joue à plein, produisant un processus d’héroïsation où les combattants du jour rencontrent leurs glorieux ancêtres, frères d’armes dans une virilisation guerrière hautement proclamée. Ce processus permet par ailleurs d’interroger la transformation à chaud, en temps réel, de l’actualité factuelle en événement historique : autrement dit l’historicisation immédiate de la guerre est concomitante de sa nationalisation et de son intégration à un passé linéaire, faisant fi des ruptures. Parallèlement, le registre des émotions irrigue la rhétorique de la mobilisation qui en passe par l’imaginaire. Un imaginaire dont il serait intéressant de saisir si, dans une sorte de mise en abyme, il génère pour chacun de ces temps de crise une référence à ceux qui l’ont précédé.

 

La recomposition politique : l’extrême centre ou la guerre civile comme horizon ?

La définition d’un ou de plusieurs ennemis agissant de concert aboutit, d’une part, à une simplification du nuancier des positions politiques et, d’autre part, à une exclusion sociale et parfois physique de ceux qui refusent de choisir leur camp. Mais le temps des inimitiés politiques s’impose d’autant plus que la question de la responsabilité de l’échec militaire – ressenti à des degrés divers pour les cinq années terribles retenues – devient le thème majeur du débat parlementaire. La menace et parfois la réalité de l’invasion, voire de la défaite amplifient ce processus de désagrégation politique. La spécificité de ce temps court des « années terribles » permet donc d’envisager la recomposition politique à l’œuvre qui prend des options différentes selon les cas. Elle bouscule les oppositions traditionnelles au moins temporairement et nourrit soit un « extrême centre » politique resserré autour de quelques valeurs considérées comme cardinales, soit une inimitié radicale, génératrice de guerre civile. On observe par ailleurs une certaine capillarité dans le vocabulaire entre la parole du politique et celle du prédicateur, recourant aux mêmes figures de style et parfois aux mêmes exemples.

 

Les médiatisations de la nation en guerre : la propagande en partage ?

La sollicitation de toutes les formes de production culturelle est forte : l’art et la littérature et plus généralement les médias sont invités à célébrer l’unité de la nation en des termes et avec des modèles qui, là encore, méritent comparaison. Inscrite dans un processus d’épanouissement de la culture de masse, la propagande étatique s’est d’autant plus intensifiée, affinée et diversifiée, qu’elle fait usage d’outils régulièrement renouvelés du XVIIIe au XXe siècle tels que la presse et l’imprimé, l’affiche, la lithographie, la photographie, le cinéma et tout particulièrement les actualités cinématographiques, ou encore la radio dont on connaît l’influence dans la guerre des ondes. Tout en prenant en compte cette multiplication des supports, on pourrait repérer des traits communs dans la production des images et surtout saisir des filiations mais aussi des ruptures à la fois dans la représentation de la nation et dans la diabolisation de l’ennemi.

Aux marges de cette propagande, à l’échelle individuelle, dans ces années d’extrême incertitude teintée d’incompréhension face à l’histoire en train de se faire et de brouillage des repères, comment les artistes, dont les rapports au pouvoir et à l’Histoire ont changé, se sont-ils positionnés ? S’accommodant ou non de la cause patriotique commune, engagés dans une réflexion sur d’éventuelles ruptures stylistiques, comment ont-ils traduit ces années terribles ? Plus particulièrement, comment ont-ils figuré les « êtres » (et pas seulement les soldats au front) confrontés à ces situations de désordre ? Comment des écrivains – on pense à Léon Werth dans son journal – ont-ils écrit le vécu (souffrances physiques et morales) et le positionnement de leurs compatriotes ? Enfin, certains artistes, animés par un esprit de résistance ou contraints par les pouvoirs, se sont exilés : quelle est la tonalité de ces voix contraires refusant d’obéir à la sommation de célébration ? En somme, il s’agira de s’interroger sur le rôle des créations culturelles dans la construction de la notion d’année terrible, ce qui suppose de s’intéresser aux processus de réception.

 

Les propositions de communication (de 5 000 à 10 000 signes) sont à adresser avant le 15 octobre 2015 à :

jean-claude.caron75@orange.fr

nat.ponsard@wanadoo.fr

Comité scientifique : Nicolas Beaupré, Annette Becker, Jacques-Olivier Boudon, Quentin Deluemoz, Philippe Dagen, Laurent Douzou, Marianne Jakobi, Pierre Karila-Cohen, Aurélien Lignereux, Jean-Clément Martin, Henry Rousso, Pierre Serna, Bertrand Tillier.

Entrer en guerre : colloque international et interdisciplinaire

Capture d’écran 2014-11-14 à 12.49.56

Colloque international et interdisciplinaire

Entrer en guerre

20, 21 et 22 novembre 2014

 Organisé par le CERILAC, Centre d’études et de recherches interdisciplinaires Lettres, Arts et Cinéma (Université Paris-Diderot Paris 7), avec le soutien de l’Institut des Humanités de Paris et du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Labellisé par la Mission du centenaire

Sous la direction de : Hélène Baty-Delalande et Carine Trevisan

Adresse : Amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène-Brion, 75013 Paris Salle Pierre Albouy (685C), Grands Moulins, bât. C, 6e étage, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris  

Contacts : Hélène Baty-Delalande h.batydelalande@gmail.com Carine Trevisan carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr  

Entrée libre, dans la limite des places disponibles  

Jeudi 20 novembre

Amphithéâtre Buffon

9h Accueil

9h30 Ouverture par Jean-Jacques Becker  

Rituels 1

  Président de séance : Jean-François Cottier 

10h Emmanuelle Valette (Université Paris 7) : « Écoute Jupiter ; écoutez habitants des frontières… » Rituels et discours d’entrée en guerre dans la Rome républicaine

10h30 Florence Alazard (Université de Tours) : « Je vous notifie la guerre mortelle » : la déclaration de guerre à Venise en 1509, entre cérémonie, rituel et récit chevaleresque  

Questions

Pause

Rituels 2

  Présidente de séance : Florence Lotterie

11h30 Hugues Marquis (ESPE de Poitiers) : Solennité de l’entrée en guerre : les cérémonies patriotiques et la déclaration de guerre de 1792

12h Anne Rolland (Université catholique de l’Ouest) : Entrer en guerre pendant la Révolution française – Vendée, mars 1793 et janvier 1794

Questions  

Pause  

Questions d’éthique

  Présidente de séance : Jacqueline Nacache  

14h Stéphanie Aubert (Université Lyon 3) : L’entrée en guerre : l’échec du droit 

14h30 Sylvain Louet (Université de Marne-la-Vallée) : Trois regards filmiques européens sur l’été 1914 : une mise en question de la concorde civile et de la revendication de justice

15h Gaspard Delon (Université Paris 7) : Avant le combat, forger les hommes (Hollywood, Première Guerre mondiale/guerre du Vietnam) 

Questions  

Pause

La guerre de la presse

  Président de séance : Sophie Lucet

16h00 Alice Faroche (Université de Nanterre) : L’entrée en guerre à travers les journaux de tranchées

16h30 Vincent Gogibu (Université de Versailles Saint-Quentin) : Remy de Gourmont dans la tourmente

17h00 Severiano Rojo-Hernandez (Université d’Aix-Marseille) : Mécanismes de socialisation de l’entrée en guerre,  la presse basque antifasciste et la guerre d’Espagne (1936-1939) 

Questions

Vendredi 21 novembre

Salle Pierre-Albouy

Repenser, reconfigurer

  Président de séance : Stéphane Audoin-Rouzeau  

9h30 Christian Amalvi (Université de Montpellier 3) : La place de l’année 1914 dans les manuels scolaires de l’enseignement  secondaire français de 1964 au début du XXIe siècle

10h Véronique Elefteriou-Perrin (Université Paris 7) : « The Yanks are coming » : le monde du film et l’entrée de l’Amérique dans la Grande Guerre

10h30 Catherine Thewissen (Université catholique de Louvain) : « Au confluent de rêves » : 1914 dans la fiction de guerre irlandaise

Questions  

Pause

Imaginaires 1 : sensibilités

  Présidente de séance : Paule Petitier

13h30 Carine Trevisan (Université Paris 7) : 1914, l’appel de l’abîme 

14h00 Galit Haddad (EHESS) : Entrer en guerre : imaginer son baptême du feu…

14h30 Alain Parrau (Paris) : Face à l’Exode : Irène Némirovsky, Marc Bloch, Léon Werth 

Questions  

Pause

Présidente de séance : Odile Roynette  

15h30 Marco Mondini (ISIG-FBK, Université de Padoue) : Entrer en guerre / entrer dans la vie adulte. La mobilisation de l’imaginaire en Italie et la « génération 1915 »

16h00 Martin Kaltenecker (Université Paris 7) : 1914/1940, essai de phonosphère comparée

16h30 Philippe Marcerou (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) : La trilogie de Paul Raynal : de l’engagement au pacifisme  

Questions

 

Samedi 22 novembre

Amphithéâtre Buffon

 

Imaginaires 2 : résonances

  Président de séance : Yannick Seité

9h30 David Mastin (Université de Nanterre) : « J’espère n’avoir tué personne » : l’entrée en guerre des élèves du Conservatoire national de musique dans une « Grande guerre » (août 1914- début 1916)

10h Karine Le Bail (CNRS/EHESS) : La musique au fusil : le Courrier de l’ON, journal collectif de guerre

Questions  

Pause

Présidente de séance : Claude Millet  

11h Hélène Baty-Delalande (Université Paris 7) : Quelques figures romanesques de l’entrée en guerre

11h30 Aline Jaulin (Université Paris 7) : Le corps en guerre de Latifa Laâbissi

Questions

Cocktail lunch

Singularités

Présidente de séance : Maria Manca

14h Irina Durnea (Université de Bordeaux 3) : L’entrée en guerre vue par les femmes

14h30 Manon Pignot (Université de Picardie/IUF) : Entrer en guerre, sortir de l’enfance ? Les « ado-combattants » de la Grande Guerre 

15h Claire Tran Thi Liên (Université Paris 7) : Nguyên Xuan Mai,  Itinéraire d’un médecin indochinois engagé pendant la Première Guerre mondiale

Questions

Cocktail de clôture

Exposition « Été 1914, Nancy et la Lorraine dans la guerre » : une visite

Estampe de Raoul Tonnelier de la Légende de France (1915)Le musée lorrain de Nancy présente actuellement une intéressante et belle exposition sur le début de la guerre en Lorraine. La scénographie est très réussie. Soignée, sans être envahissante, elle souligne le propos historique tout en mettant en valeur les objets présentés. La sélection d’objets est aussi sans nul doute un point fort de l’exposition. Elle est en effet bien équilibrée entre œuvres d’art, objets du quotidien, documents historiques, photographies… Quelques pièces très originales comme les dessins et gravures de Victor Prouvé sur les atrocités ou la présentation de calques de Raoul Tonnelier destinés à un spectacles de type « lanterne magique » intitulé La légende de France font également l’intérêt de cette exposition.  Le plan chronologique choisi est simple et didactique. L’exposition s’ouvre sur l’avant-guerre lorrain et ses spécificités avant d’aborder l’entrée en guerre et les premières batailles de Lorraine particulièrement meurtrières, les atrocités allemandes (notamment la destruction de Gerbéviller), les conséquences de la guerre pour Nancy et ses environs. L’exposition se termine sur les traces mémorielles des combats après 1914 et notamment sur leur mise en récit qui souligne par exemple l’importance de la bataille du Grand Couronné en France pendant le conflit.

Qu’il nous soit toutefois permis d’exprimer ici quelques regrets. Le regard allemand sur ce début de guerre en Lorraine n’est, selon nous, pas assez présent. Malgré quelques pièces et explications qui l’évoquent, l’approche n’est pas suffisamment croisée et le point de vue demeure trop français. C’est d’autant plus dommage que comme le rappelle toute la première partie de l’exposition, nous sommes dans une région frontalière, déchirée par la guerre précédente. De ce point de vue, la question de l’Alsace-Lorraine aurait sans doute mérité quelques nuances. Certes en Lorraine française elle demeura beaucoup plus sensible que dans le reste du pays mais il nous a semblé que l’exposition n’insistait pas assez sur ce point en se focalisant sur la question de la revanche. De même, après l’entrée en guerre, si la question d’Alsace-Lorraine redevient, comme le montre l’exposition, d’une brûlante actualité, l’Alsace est bien davantage mise en avant, dans les représentations de l’époque, que la Lorraine et Strasbourg est bien plus présente dans l’espace public et l’opinion que Metz. Des explications sur ce décalage auraient été intéressantes. Sans doute le catalogue (vendu 39€) apporte des informations et nuances sur ce point. La mobilisation à Metz est évoquée mais on aurait aussi souhaité que le parallèle entre les deux villes, au moins au début de l’exposition soit encore plus systématique. Mais il est vrai qu’il se serait alors sans doute agit d’une autre exposition. Au chapitre des regrets, on peut ajouter que si l’expérience de la guerre à Nancy, notamment sa dimension urbaine, est mentionnée et illustrée par des documents tout à fait intéressants, elle aurait mérité sans doute de plus larges développements en montrant comment on passe d’une ville-frontière à une ville du front puis à nouveau, toujours en 1914 à une ville de l’arrière et de l’arrière-front avec tout ce que cela implique, notamment en terme de production de guerre, d’adaptation rapide du tissu économique, de circulations dans la ville. On peut ajouter ici une interrogation. Le nombre de morts français pour l’année 1914 que l’on retient habituellement est de 300000 morts environ or l’exposition mentionne 235000 morts. Ce chiffre n’a pas manqué de nous étonner.

Toutes ces critiques ne doivent cependant pas prendre le pas sur l’impression générale qui est celle d’une exposition réussie qui mérite indéniablement la visite. Il faut ajouter que le Musée de l’école de Nancy propose également une autre exposition sur les artistes de l’école de Nancy et la Grande Guerre que nous n’avons malheureusement pas eu le loisir de visiter. Les passionnés d’histoire de la Grande Guerre ont donc tout intérêt à faire le détour par Nancy.

Le lien vers la page web de l’exposition Été 1914 est ici et celui vers le dépliant est .

Le lien vers le flyer de l’exposition du Musée de l’école de Nancy est ici et le communiqué de presse est .

Quelques images de la visite :

Exposition Été 1914 (Nancy) IMG_7185 IMG_7187 IMG_7193 IMG_7196

Appel à communication : Entrer en guerre

Appel à communication

Colloque « Entrer en guerre » à l’université Paris 7 Denis Diderot

20-22 novembre 1914

1914, afficheA l’occasion de la commémoration d’août 14 sera organisé à l’Université Paris Diderot-Paris 7, en partenariat avec le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, un colloque interdisciplinaire portant sur la question Entrer en  guerre. Seront sollicités pour cette rencontre des spécialistes de diverses périodes historiques (Antiquité, Moyen Age, etc.) et zones géographiques (Europe,  Asie …)

La Grande Guerre sera au cœur des réflexions. Au-delà des enjeux mémoriels et des polémiques qui agitent le champ historiographique depuis une dizaine d’années sur la question de l’adhésion ou du consentement à cette guerre, il s’agira de revenir sur l’ébranlement psychique, social, esthétique que son déclenchement a provoqué. Comment le surgissement de cette guerre, considérée comme la catastrophe inaugurale du XXè siècle, a-t-il été vécu, représenté, pensé ?

Entrer en guerre suppose des rites de passages, implique un ensemble de pratiques, d’ajustements idéologiques, institutionnels, culturels. La confrontation avec d’autres entrées en guerre sera à ce titre particulièrement éclairante (discours d’exhortation à Rome, « folie » des chevaliers au Moyen Age, violence du recrutement forcé lors des guerres révolutionnaires…)

Touchant à l’été 14, nous accorderons une attention particulière aux questions suivantes :

–       Comment les journaux, correspondances, mémoires, fictions (contemporains ou non de l’événement) qui évoquent l’entrée en guerre rendent-ils compte des émotions des individus ? Élan historique ? Hantise du deuil à venir ?

–       Quel imaginaire et quelles conceptions de la guerre sont-ils mobilisés lors de l’entrée en guerre ?

–       Où sont tracées les nouvelles frontières séparant le front et l’arrière, les combattants des non-combattants, les hommes des femmes  ?

Les propositions de communications seront soumises à un comité scientifique.

Nous vous remercions, par avance, de faire parvenir un titre (même provisoire) ainsi qu’un bref résumé de votre communication, avant le 30 mars 2014, aux deux adresses suivantes :

h.batydelalande@gmail.com

carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr

 

Romain Rolland : appel à communications et à contributions

Capture d’écran 2013-06-23 à 20.15.57L’association Romain Rolland et le Centre d’Histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand) organisent une journée d’étude à l’occasion du centenaire de la parution d’Au-dessus de la mêlée.

Voici l’appel à communication :

Centenaire d’Au-dessus de la mêlée de Romain Rolland

Journée d’étude organisée par l’Association Romain Rolland

17 octobre 2014 (Sorbonne)

 

Publié les 22-23 septembre 1914 dans les colonnes du Journal de Genève, « Au-dessus de la mêlée » compte parmi les plus spectaculaires manifestes de l’histoire des intellectuels européens.

Le texte, jeté dans l’arène au moment où le patriotisme atteignait son paroxysme, fit de Romain Rolland, non pas seulement, un pôle de répulsion, « l’icône bien trouvée du défaitisme » (Roland Roudil), il lui conféra également une autorité morale telle qu’il fut considéré dès lors, comme un point de ralliement privilégié pour les forces opposées aux contraintes mentales nées des cultures de guerre. « Au-dessus de la mêlée » se présentait d’abord comme un appel à la jeunesse européenne à entrer en résistance contre toutes les formes d’impérialisme, « la pieuvre qui suce le meilleur sang de l’Europe. » La deuxième partie de l’article prolongeait les propos que Rolland avait tenus quelques jours plus tôt dans ses échanges avec Gerhart Hauptmann au sujet des évènements survenus en Belgique. Réclamant la formation d’une « Haute Cour morale » capable de statuer « sur toutes les violations faites au droit des gens », l’écrivain y dénonçait les campagnes de dénégation auxquelles se livraient les nations en guerre ainsi que le dévoiement de la cléricature européenne, celle-là même dont il attendait qu’elle fît preuve de discernement et de hauteur de vue : « même la guerre déchaînée, c’est un crime pour l’élite d’y compromettre l’intégrité de sa pensée », écrivait-il à la fin de son plaidoyer, dans un style sans concession, saturé de colère et d’émotion.

D’abord censuré en France, le texte de Rolland put néanmoins circuler sous le manteau grâce à l’entremise de Gaston Thiesson, Charles Vildrac ou bien encore d’Amédée Dunois. L’année suivante, il fut repris dans une brochure éponyme qui parvint à passer la censure et parut chez Ollendorff (Paris) et Attinger frères (Neuchâtel). L’article connut également une immense notoriété à l’étranger. Traduit en différentes langues dès l’automne 1914, il contribua largement à faire de Romain Rolland (alors qu’il n’avait aucunement cherché à le devenir) « la tête de pont de la Dissidence » (Christophe Prochasson).

Le centenaire de sa publication sera l’occasion de redécouvrir la singularité d’un « texte carrefour » souvent cité pour les controverses ulcérées qu’il déclencha, rarement envisagé pour la « dynamique » pacifiste qu’il généra tant dans le microcosme suisse que dans le reste de l’Europe. La réflexion devra s’attacher « à ouvrir grand les fenêtres, à voir et penser large » pour mieux faire apparaître des connexions longtemps passées inaperçues et rétablir une histoire à même de contribuer au renouvellement de l’histoire du pacifisme européen et, par ricochet, à celle de la Grande Guerre. Une attention particulière devra être également apportée à la réception ainsi qu’à la diffusion du texte de Romain Rolland dans le temps et dans l’espace. Là encore, le comité scientifique sera particulièrement sensible à des perspectives jusqu’alors négligées par la recherche.

Les propositions de communication (1000 caractères, espaces compris) s’accompagneront d’un CV. Elles devront être envoyées avant le 15 octobre 2013 à l’adresse suivante : landry.charrier@univ-bpclermont.fr.

Un ouvrage collectif reprenant les communications présentées lors de la journée sera publié – après avis du comité scientifique – courant 2015. Des travaux externes à la journée du 17 octobre 2014 s’y ajouteront.  Les collègues souhaitant contribuer à l’ouvrage sont priés de nous faire parvenir une proposition de contribution avant le 15 octobre 2013.

La langue de travail sera le français. La manifestation aura lieu à la Sorbonne (amphithéâtre Louis Liard).

 

*Membres du comité scientifique (en cours de constitution) :

Nicolas Beaupré, Landry Charrier, Michel Margairaz, Jean-Pierre Meylan, Christophe Prochasson, Roland Roudil.

Président d’honneur : Bernard Duchatelet

 

*Calendrier :

– soumission des propositions de contribution en français par e-mail (landry.charrier@univ-bpclermont.fr) : 15 octobre 2013

– notification de l’acceptation : 1er décembre 2013

– journée d’étude : 17 octobre 2014

– réception des contributions internes et externes à la journée (30 000 signes) : 15 décembre 2014.

– publication des actes : courant 2015.

 

*Conférence inaugurale :

Bernard Duchatelet : « Jean-Christophe, germination d’Au-dessus de la mêlée »

 

*Partenaires de la manifestation (au 23 juin 2013) :

Institut Universitaire de France ; Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 1001) ; Publications de la Sorbonne.

Pour télécharger l’appel en PDF, cliquez ici : Journée Romain Rolland