Archives par mot-clé : France

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre : Le journal de Pierre Malicet Conférence d’Annie DEPERCHIN

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la d’Annie DEPERCHIN :

Magistrat à Péronne pendant la Grande Guerre.

Le journal de Pierre Malicet

Pidrre Malicert vers 1918
Pidrre Malicert vers 1918

Samedi 2 avril 2016, 15 H, Tribunal de Péronne

57 Rue Saint-Fursy, 80200 Péronne

Pierre Malicet est un jeune magistrat, originaire de Picardie, récemment nommé à Péronne lorsque la guerre éclate. Réformé pour raison de santé, il n’est pas mobilisé en août 1914. Lorsque les habitants quittent la ville lors de l’invasion allemande, il décide de rester. Quotidiennement et jusqu’à la fin du conflit, il tient son journal et prend parfois des photos. Il y décrit la vie à Péronne pendant l’occupation, les évacuations, son rapatriement en France via la Suisse, mais aussi les obstacles à l’exercice de son métier de magistrat. Résolu à rester impartial, Pierre Malicet porte un regard très critique sur l’occupant, mais aussi sur les Français qu’il s’agisse des occupés, des réfugiés, des militaires ou des hommes politiques.

Annie DEPERCHIN (Centre d’Histoire Judiciaire – Université de Lille 2) membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial, Historienne du droit, engagée depuis de nombreuses années dans des programmes de recherche relatifs au droit et à la justice pendant la Grande Guerre. A contribué récemment à La Première Guerre mondiale, Fayard, 2014. Achève la rédaction d’un livre sur la justice en France pendant la Première Guerre mondiale.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription obligatoire c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

Dans le cadre du plan vigipirate renforcé, une pièce d’identité pourra vous être demandé à l’entrée.

www.historial.org http://1418.hypotheses.org

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

historial   somme  mission

Appel à communication : La France en guerre : cinq « années terribles » (1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940)

Nous avons reçu cet appel à communication qui concerne en partie la Grande Guerre et que nous reproduisons ici :

La France en guerre : cinq « années terribles »

1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940

Colloque, Clermont-Ferrand, 16-17 juin 2016

 

L’objet de ce colloque est la comparaison entre cinq époques où la société française a été confrontée à la présence de la guerre sur son territoire, qu’il s’agisse de la guerre entre nations et/ou de la guerre civile. Si les contextes socio-politiques diffèrent sensiblement, ces cinq temps courts peuvent néanmoins être considérés, à des titres divers, comme des « années terribles » au sens hugolien du terme. Ils nourrissent une interrogation sur le présent, mais aussi sur le passé et sur le devenir de sociétés fragilisées, saisies dans l’incertitude de leur devenir. Ils permettent de confronter des discours unanimistes, objets d’une construction à chaud, à des formes de dissidence plus ou moins affirmée et donc visible ; mais aussi l’impératif de concorde à l’aune d’une discorde réelle ou potentielle.

Une réflexion initiale mérite d’être menée sur la construction de cette notion d’« année terrible », sur son enracinement dans le temps long, avec une référence explicite à la Terreur : l’Institut d’histoire de la Révolution française a ainsi consacré en 2013-2014 un séminaire à « 1793, l’année terrible ». Mais il convient aussi de réfléchir aux emplois et aux réemplois dont la notion a été l’objet, quitte à en modifier le sens. Jean-Pierre Azéma a ainsi pu évoquer 1940, l’année terrible, là où trois médiévistes ont qualifié d’année terrible le siège de Dijon en 1513. Plus récemment, faisant le bilan d’un an d’antisémitisme en France, Pierre-André Taguieff qualifiait la période allant de janvier 2014 à janvier 2015 d’année terrible pour les Français de religion juive. D’autres années sont parfois qualifiées de terribles (1840, 1947), la formule apparaissant suffisamment performative. Parfois euphémisée, élargie à l’occasion à d’autres pays (1939 en Espagne, 1999-2000 en Côte d’Ivoire), celle-ci est le plus souvent utilisée sans être explicitée – preuve de son enracinement mémoriel, à l’instar par exemple de des notions de « printemps des peuples » ou de « semaine sanglante », dupliquées à plusieurs reprises depuis 1848 et la Commune de Paris.

Nous avons fait le choix de sélectionner cinq binômes de dates qui nous paraissent les plus pertinentes au regard de la notion d’année terrible. Certaines se sont imposées d’elles-mêmes : ainsi de 1870-1871, qui a servi de matrice à cette notion, mais également 1814-1815, qu’à bien des égards on peut considérer comme une première forme d’année terrible dans l’histoire contemporaine de la France. Pour ce qui est de la Révolution française, le climat propre au printemps 1792, suivi des incertitudes et bientôt des angoisses liées à la défaite militaire à l’extérieur et aux montées des oppositions contre-révolutionnaires au long de l’année 1793 à l’intérieur, nous ont conduits à écarter l’année 1794. Relativement à la Première Guerre mondiale, le binôme 1916-1917 – soit de Verdun au Chemin des Dames, si l’on veut résumer ainsi la           situation militaire – constituait une alternative possible qui, de plus, ouvrait une perspective élargie avec le « choc » provoqué par les révolutions russes de 1917. Mais, de fait, c’est bien le climat du début de la guerre qui nous semble le plus en osmose avec l’idée d’« année terrible » : la période 1914-1915 est en effet marquée par la fin de l’espoir d’un conflit bref, par l’angoisse d’une nouvelle invasion de Paris et par la progressive prise de conscience du carnage humain provoqué par ces premiers mois de conflit. Il en va différemment pour la Seconde Guerre mondiale : si la tension est maximale au cours de l’été 1939, la période de la « drôle de guerre » entretient l’illusion patriotique ; mais la « guerre éclair » du printemps 1940 se traduit par un effondrement militaire, moral et institutionnel du pays dans un climat renvoyant parfois explicitement à « l’année terrible » telle que définie par Victor Hugo.

Incontestablement, la notion s’inscrit dans un usage mémoriel à forte connotation politique, vu les contextes considérés. Avec Hugo, elle est clairement réactive : autrement dit produite certes à chaud (1872), mais après les faits eux-mêmes. Elle sert à la fois à faciliter un travail de deuil, à exprimer au besoin une forme de repentance, mais aussi à rassembler pour mieux réconcilier, quitte à gommer tout ce qui fait entrave à une sorte d’unanimisme d’autrement plus fortement sollicité après coup qu’il a semblé faire défaut sur le moment. Bref, la notion est clairement instrumentalisée aussi bien par les gouvernements via une propagande étatique que par les acteurs culturels, qu’ils soient publicistes, écrivains, artistes, etc. Car la qualification d’« année terrible » suggère un moment d’« hubris » libérant les pulsions et autorisant le carnage : est alors posée la question de la responsabilité, voire de la culpabilité de ceux qui l’ont déclenchée. Le présent de la guerre favorise l’adhésion, au moins apparente, à un discours unanimiste véhiculé par une intense propagande officielle. Mais, si tout le monde n’a pas les moyens intellectuels comme matériels de se placer « au dessus de la mêlée », ne peut-on pour autant entendre des voix discordantes, s’exprimant notamment par une production littéraire ou artistique en rupture avec l’illusion unanimiste ?

 

Mémoire convoquée, histoire mythifiée : le passé présentisé

Ces « années terribles » peuvent être considérées comme un temps fort du travail de mémoire, d’exaltation d’une histoire mythifiée, du recours à la figure d’hommes providentiels, sans omettre la dimension religieuse ou mystique qui s’impose dans l’espace public. Le champ de la morale investit celui du politique, mais aussi de l’histoire qui ne prend sens qu’au regard de la virtus de la nation. L’instrumentalisation du « roman national » joue à plein, produisant un processus d’héroïsation où les combattants du jour rencontrent leurs glorieux ancêtres, frères d’armes dans une virilisation guerrière hautement proclamée. Ce processus permet par ailleurs d’interroger la transformation à chaud, en temps réel, de l’actualité factuelle en événement historique : autrement dit l’historicisation immédiate de la guerre est concomitante de sa nationalisation et de son intégration à un passé linéaire, faisant fi des ruptures. Parallèlement, le registre des émotions irrigue la rhétorique de la mobilisation qui en passe par l’imaginaire. Un imaginaire dont il serait intéressant de saisir si, dans une sorte de mise en abyme, il génère pour chacun de ces temps de crise une référence à ceux qui l’ont précédé.

 

La recomposition politique : l’extrême centre ou la guerre civile comme horizon ?

La définition d’un ou de plusieurs ennemis agissant de concert aboutit, d’une part, à une simplification du nuancier des positions politiques et, d’autre part, à une exclusion sociale et parfois physique de ceux qui refusent de choisir leur camp. Mais le temps des inimitiés politiques s’impose d’autant plus que la question de la responsabilité de l’échec militaire – ressenti à des degrés divers pour les cinq années terribles retenues – devient le thème majeur du débat parlementaire. La menace et parfois la réalité de l’invasion, voire de la défaite amplifient ce processus de désagrégation politique. La spécificité de ce temps court des « années terribles » permet donc d’envisager la recomposition politique à l’œuvre qui prend des options différentes selon les cas. Elle bouscule les oppositions traditionnelles au moins temporairement et nourrit soit un « extrême centre » politique resserré autour de quelques valeurs considérées comme cardinales, soit une inimitié radicale, génératrice de guerre civile. On observe par ailleurs une certaine capillarité dans le vocabulaire entre la parole du politique et celle du prédicateur, recourant aux mêmes figures de style et parfois aux mêmes exemples.

 

Les médiatisations de la nation en guerre : la propagande en partage ?

La sollicitation de toutes les formes de production culturelle est forte : l’art et la littérature et plus généralement les médias sont invités à célébrer l’unité de la nation en des termes et avec des modèles qui, là encore, méritent comparaison. Inscrite dans un processus d’épanouissement de la culture de masse, la propagande étatique s’est d’autant plus intensifiée, affinée et diversifiée, qu’elle fait usage d’outils régulièrement renouvelés du XVIIIe au XXe siècle tels que la presse et l’imprimé, l’affiche, la lithographie, la photographie, le cinéma et tout particulièrement les actualités cinématographiques, ou encore la radio dont on connaît l’influence dans la guerre des ondes. Tout en prenant en compte cette multiplication des supports, on pourrait repérer des traits communs dans la production des images et surtout saisir des filiations mais aussi des ruptures à la fois dans la représentation de la nation et dans la diabolisation de l’ennemi.

Aux marges de cette propagande, à l’échelle individuelle, dans ces années d’extrême incertitude teintée d’incompréhension face à l’histoire en train de se faire et de brouillage des repères, comment les artistes, dont les rapports au pouvoir et à l’Histoire ont changé, se sont-ils positionnés ? S’accommodant ou non de la cause patriotique commune, engagés dans une réflexion sur d’éventuelles ruptures stylistiques, comment ont-ils traduit ces années terribles ? Plus particulièrement, comment ont-ils figuré les « êtres » (et pas seulement les soldats au front) confrontés à ces situations de désordre ? Comment des écrivains – on pense à Léon Werth dans son journal – ont-ils écrit le vécu (souffrances physiques et morales) et le positionnement de leurs compatriotes ? Enfin, certains artistes, animés par un esprit de résistance ou contraints par les pouvoirs, se sont exilés : quelle est la tonalité de ces voix contraires refusant d’obéir à la sommation de célébration ? En somme, il s’agira de s’interroger sur le rôle des créations culturelles dans la construction de la notion d’année terrible, ce qui suppose de s’intéresser aux processus de réception.

 

Les propositions de communication (de 5 000 à 10 000 signes) sont à adresser avant le 15 octobre 2015 à :

jean-claude.caron75@orange.fr

nat.ponsard@wanadoo.fr

Comité scientifique : Nicolas Beaupré, Annette Becker, Jacques-Olivier Boudon, Quentin Deluemoz, Philippe Dagen, Laurent Douzou, Marianne Jakobi, Pierre Karila-Cohen, Aurélien Lignereux, Jean-Clément Martin, Henry Rousso, Pierre Serna, Bertrand Tillier.

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Journée d’études à Bruxelles : Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale (Allemagne, Belgique, France)

016106 copie

Journée d’étude à Bruxelles

Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale

(Allemagne, Belgique, France)

 Second volet du projet culturel franco-allemand en Belgique après la lecture scénique « Les Morts Vivants » créée par la Cie Agora Theater à BOZAR (Bruxelles), le 23 septembre 2014.

Mercredi 04 mars 2015 de 09h00 à 17h30

Siège de la Représentation permanente du Land de Sachsen-Anhalt auprès de l’UE, 80, Boulevard Saint-Michel – 1040 Bruxelles

 

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion de redécouvrir un gigantesque corpus littéraire consacré à la Première Guerre mondiale. Au sein de celui-ci, la littérature combattante occupe une place particulière. Dans la plupart des pays belligérants, les auteurs du front qui faisaient, ou avaient fait, l’expérience des tranchées et des grandes batailles, étaient en effet considérés comme particulièrement légitimes à « raconter la guerre ». Bien après le conflit, dans les années vingt et les années trente, la littérature de guerre joua encore un rôle considérable dans la construction de mémoires parfois concurrentes du conflit. La dimension comparative proposée par cette journée d’étude permettra de mettre à jour singularités, convergences et divergences entre ces trois pays. Elle offrira aussi l’opportunité de tester les frontières du genre « littérature combattante ». Les écrits et poèmes de résistants belges ou français n’étaient-ils pas une forme de littérature combattante ? Qu’en est-il des récits, journaux intimes et poèmes évoquant les expériences de l’exil ou de l’occupation ? La poésie permet-elle de « témoigner » de la guerre ? Quels sont les ressorts de l’écriture, en vers et en prose, de l’expérience de guerre ?

Cette journée rassemblera des spécialistes (historiens et littéraires) des littératures de guerre française, belge et allemande. Elle mettra plus particulièrement l’accent sur la poésie de guerre qui reste encore assez largement méconnue, en dépit du dynamisme des études consacrées à la littérature de guerre.

 

Inscriptions : entrée libre sur réservation obligatoire

RSVP auprès de Victorine Hugot : victorine.hugot@diplomatie.gouv.fr ou +32 2 548 88 76

 

Programme

08h30 : Accueil des participants

09h15 : Mot de bienvenue 

09h30 : Nicolas Beaupré Maître de conférences en histoire (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Institut Universitaire de France

Introduction

 

Partie 1 : L’écriture en guerre et ses enjeux

09h40 – 10h05 : Hubert Roland Maître de Recherches du F.R.S.-FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain

Die Lyrik zum Ersten Weltkrieg als deutsch-französische Gattung

La poésie sur la Première Guerre mondiale : naissance d’un genre littéraire commun, en France et en Allemagne

10h05 – 10h30 : Prof. Dr. Geert Buelens Utrecht University / Stellenbosch University

Flemish First World War Poetry: from Germany to Belgium as the Enemy

De l’ennemi allemand à l’ennemi belge : la poésie flamande de la Première Guerre mondiale

10h30 – 10h50 : Discussion animée par Benoît Majerus Historien, Université du Luxembourg

10h50 – 11h10

Pause


Partie 2 : Etudes de cas

11h10 – 11h35 : Philipp Redl Adjoint au président de l’université de Freiburg

Ernst Stadlers Kriegstagebuch

Le journal de guerre d’Ernst Stadler

11h35 – 12h00 : Pauline Breton  Doctorante en histoire contemporaine à Paris Ouest-Nanterre la Défense, chercheur-associée à la Bibliothèque nationale de France (département des manuscrits)

Georges Duhamel : « élégies » ou la narration des silences de « Vie des Martyrs »

12h00 – 12h20 : Discussion animée par Nicolas Beaupré

 

12h20 – 14h15

Repas

Partie 3 : Ecrire et combattre : la Belgique combattante à l’arrière et au front

14h15 – 14h40 : Emmanuel Debruyne Docteur en Histoire, résident à l’Institut d’Etudes avancées de Paris, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

« Il semble qu’à côté j’entends quelqu’un gémir » – écrits poétiques de condamnés à mort en pays occupé, 1914-1918

14h40 – 15h05 : Philippe Beck  Docteur en langues et lettres, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

Les écrivains combattants belges dans les années 20 et 30

15h05 – 15h25 : Discussion animée par Pieter Lagrou

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles

 

15h25 – 15h45

Pause

 

Partie 4 : De la guerre à l’après-guerre

15h45 – 16h10 : Benjamin Gilles Conservateur à la BDIC, responsable des collections imprimées et électroniques, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS

Publier la littérature combattante de la Grande Guerre. Une analyse de la production éditoriale française de 1914 à 2014.

16h10 – 16h35 : Jörg Lehman Département d’histoire, Université de Stuttgart

Vom Held zum Märtyrer. Die Sakralisation des Frontkämpfers in der Kriegsliteratur der Weimarer Republik.

Du héros au martyr. La sacralisation du combattant dans la littérature de la guerre dans la République de Weimar.

16h35 – 16h55 : Discussion animée par Bruno Benvido Historien, CegeSoma (Centres d’études Guerre et Société) – Bruxelles

16h55 – 17h15 : Iris Hildebrandt Magdebourg

Adrienne Thomas : « Die Katrin wird Soldat ». Ein Kriegsroman in historischer Perspektive und die politische Bildung zum 1. Weltkrieg.

Adrienne Thomas : « Catherine soldat », un roman de guerre. Mise en perspective historique et éducation citoyenne sur la Première Guerre mondiale.

17h15 – 17h35

Débats et discussion conclusive

17h35

Réception de clôture

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Littérature, identités régionales et Grande Guerre

Littérature et Grande Guerre

 

Littérature, identités régionales et Grande Guerre

Journée d’étude à Clermont-Ferrand (UBP – CHEC – MSH Clermont-Ferrand)

28 novembre 2014 – MSH Clermont-Ferrand, salle 220, 9h-16h.

Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Vincent Flauraud, Aline Fryszman.

 

L’échelle régionale a été longtemps été délaissée par les spécialistes de la Grande Guerre. Elle permet pourtant de se rapprocher des communautés locales en guerre, d’étudier la manière dont individus et groupes s’appuient sur des solidarités préexistantes pour faire face au conflit, mobilisent leurs identités locales et régionales dans une guerre entre nations et comment ils reconfigurent – ou non – les liens entre les « petites patries » et la « grande patrie ».

Comme la littérature joue un rôle dans l’élaboration – mais aussi à la remise en question – des identités territoriales, elle contribua également à forger et / ou à interroger les identités de guerre et d’après-guerre. Le récit de guerre notamment participa à la construction de l’expérience de guerre et de l’identité combattante. Les études pourtant très foisonnantes qui lui sont consacrées ont toutefois largement négligé les littératures régionales et régionalistes et les allusions aux régions d’appartenance dans la littérature combattante. De leur côté, les études consacrées aux littératures régionales s’arrêtent souvent à l’aube de la Grande Guerre ou l’englobent sans s’y arrêter avec précision. Le but de cette journée d’étude sera justement de combler ces lacunes.

Programme

            Matin 9h-12h15

9h

Mot d’accueil par Philippe Bourdin, directeur du CHEC

9h15-9h30

Introduction

Nicolas Beaupré (Université Blaise Pascal, CHEC, Clermont-Ferrand, IUF, Centre International de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

9h30-9h55

Littérature(s), identité(s) régionale(s) et Grande Guerre en Bretagne

Yann Lagadec (Université de Rennes 2)

9h55-10h20

Trois écrivains bretons face à l’expérience de La Première Guerre mondiale : Guéhenno, Guilloux et Lefebvre et la difficile construction d’une identité régionale progressiste

Benoît Kermoal (EHESS, Paris)

10h20-10H40

Discussion modérée par Vincent Flauraud (Université Blaise Pascal, CHEC, Clermont-Ferrand)

10h40-11h : pause café

11h-11h25

« Canchon d’guerre » : un peu de chez soi dans les tranchées. Chants et chansons ch’timis

Michaël Bourlet (Écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan)

11h25-11h50

La Grande Guerre de la littérature catalane.

Réflexion transfrontalière sur l’écriture en catalan durant la Première Guerre mondiale

Nicolas Berjoan (Aix-Marseille Université, Casa de Velázquez)

11H50-12H30

Discussion modérée par Nicolas Beaupré

            Après-midi 13h45-16h

13h45-14h10

Guignol, voix de Lyon et des Lyonnais, au cœur de la guerre

Bruno Fouillet (Lycée Louis Armand, Villefranche sur Saône)

14h10-14h35

Henri Pourrat, Les Montagnards entre petite et grande patrie

Pierre Cornu (Université Lumière Lyon 2)

14h35-15h

La Grande Guerre d’Alexandre Vialatte, ou « La mue périlleuse ».

De l’Auvergne à l’Allemagne (1916-1959)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal, CELIS, Clermont-Ferrand)

15h-15h30

Discussion modérée par Aline Fryszman (CPGE, Lycée Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

15h30-16h

Débats conclusifs sur l’ensemble de la journée animés par Vincent Flauraud et Aline Fryszman

 

 

Appel à contributions : L’année 1914 dans les échanges entre intellectuels français et italiens

Souvenir 1914-1915Nous faisons suivre cet appel à contributions franco-italien qui nous a été communiqué :

Date limite : 28 février 2014

Projet de coopération universitaire

L’année 1914 dans les échanges entre intellectuels français et italiens, entre neutralité et interventionnisme

Les universités de Bologne, de Florence et l’École normale supérieure (Paris), en coopération avec République des Savoirs, la Mission du Centenaire et l’Institut Français Italia, organisent un séminaire de recherche pluridisciplinaire regroupant des historiens, des philosophes et des littéraires de Master et de Doctorat. Il portera sur les correspondances de l’année 1914, éditées ou manuscrites, les journaux, les journaux intimes, les mémoires, etc., en mettant l’accent sur les échanges entre intellectuels français et italiens ou portant sur les rapports entre l’Italie et la France. Il s’intéressera à la question de la neutralité italienne, au pacifisme, à l’interventionnisme, au regard des Italiens de France, des Français d’Italie, aux conséquences du conflit sur les projets de collaborations entre les deux pays, au rôle des universités et des acteurs culturels.

Le séminaire se réunira une première fois vendredi 30 mai 2014, à Bologne, pour faire un point sur les sources, définir le champ de recherche et établir le calendrier des prochaines séances.

Nous invitons les étudiants de master et de doctorat d’histoire, de lettres ou de philosophie, à envoyer une proposition d’intervention de quelques lignes, sur un fonds d’archives ou un échange franco-italien précis, à Romain Jalabert (romain.jalabert@unibo.it) et Caterina Zanfi (caterina.zanfi@ens.fr), avant le 15 mars 2014.

Le trajet et le séjour à Bologne seront pris en charge par les organisateurs.

L’anno 1914 negli scambi tra gli intellettuali francesi e italiani tra neutralità e intervento

Le Università di Bologna, di Firenze e l’École Normale Supérieure (Parigi), in cooperazione con République des savoirs, la Mission du Centenaire e l’Institut Français Italia organizzano un seminario di ricerca multidisciplinare che coinvolgerà storici, filosofi e letterati, di Laurea Magistrale e di Dottorato. Il progetto si interesserà alle corrispondenze del 1914, pubblicate e manoscritte, alle riviste e ai giornali, ai diari, ecc., concentrandosi sugli scambi tra gli intellettuali francesi e italiani o sui rapporti tra Italia e Francia. Si affronterà la questione della neutralità italiana, del pacifismo, dell’interventismo, dello sguardo sugli Italiani in Francia, sui Francesi in Italia, delle conseguenze della guerra sui progetti di collaborazione franco-italiani, al ruolo delle università e degli attori culturali.

Il seminario terrà il suo primo incontro il 30 maggio 2014 a Bologna per mettere in comune i risultati dei primi sondaggi sulle fonti, individuare più precise prospettive e convenire di un calendario.

Invitiamo gli studenti di Magistrale e di Dottorato di Storia, Lettere o Filosofia a inviare una proposta di intervento di alcune righe, su un archivio o uno scambio franco-italiano preciso, a Romain Jalabert (romain.jalabert@unibo.it) e Caterina Zanfi (caterina.zanfi@ens.fr), prima del 15 marzo 2014.

Il soggiorno a Bologna sarà a carico degli organizzatori.

 

Lectures de poilus : présentation du livre de Benjamin Gilles au CNL

actualite_image_lectures.de.poilusLe mardi 10 décembre à 19h30 le Centre National du Livre organise une soirée débat autour du livre de Benjamin Gilles 1914-1918 Lectures de poilus (éditions Autrement).

La discussion animée par Emmanuel Laurentin rassemblera Joseph Zimet, Nicolas Beaupré et Benjamin Gilles. Inscription et renseignements ici.

Cet ouvrage s’inscrit dans une nouvelle collection de cet éditeur intitulée l’Atelier d’Histoire est consacré plus particulièrement aux objets et à leurs usages. De ce point de vue, il y a toute sa place, puisqu’il s’agit d’un livre consacré aux usages de la lecture au front en 1914-1918. Il est très bien illustré par un choix pertinent d’images de grande qualité.

Après avoir posé  le contexte général de l’entrée en guerre et de la vie quotidienne dans les tranchées, l’auteur se propose d’explorer les différents types de lecture et leurs fonctions. Il livre un tableau des différentes pratiques de lectures avant de revenir sur le lien entre celles-ci et celles de l’avant-guerre. Benjamin Gilles évoque successivement l’impact de la guerre sur les pratiques de lecture, les tentatives de contrôle et d’encadrement par la hiérarchie militaire avant de tenter d’évaluer la réception de leurs lectures par les poilus, notamment de la presse et du livre. L’ouvrage se clôt sur une analyse de la réception du grand succès de la littérature de guerre par les poilus, Le Feu de Barbusse, menée grâce notamment aux lettres de lecteurs envoyées à l’auteur. L’ouvrage de Benjamin Gilles est original et comble indéniablement une lacune : si de nombreux livres sont consacrés à l’écriture de guerre sous toutes ses formes, rares sont les études consacrées à la réception et à la lecture. Il est en outre agréable à lire, fondé sur des recherches originales et un nombre importants de sources archivistiques non exploitées jusqu’à présent. L’auteur nous livre finalement là un tableau tout en finesse des différents types de lecture et de leur rôle qui permet de réinterroger le « bourrage de crâne » ou la prétendue omnipotence de la censure. Il recomplexifie également la question des rapports et des liens entre l’arrière et l’avant et celle des continuités et des ruptures entre les pratiques culturelles d’avant-guerre et des temps de guerre.

Nicolas Beaupré

Héros et mythes héroïques en France, en Allemagne et au Japon : appel à contribution

L’institut Français de Berlin organise un colloque sur les « Héros et mythes héroïques en France, en Allemagne et au Japon (1914-1989) » les 8, 9 et 10 mai pour lesquels il lance cet appel à contribution :

 

Guy Arnoux, Les jeunes héros de France, Paris, Devambez, 1918
Guy Arnoux, Les jeunes héros de France, Paris, Devambez, 1918

Héros et mythes héroïques en Allemagne, en France et au Japon

 

 

Coordination scientifique : Steffen Höhne (professeur, U. Weimar-Iena) ; Gérard Siary (professeur, U. Montpellier III) ; Philippe Wellnitz (maître de conférences habilité, U. Montpellier III, Institut Français de Berlin).

 

Le héros incarne, selon Hegel, l’unité  de l’individualité et de la généralité en des temps mythiques ou violents. Il revient ici à l’art ou aux media de prêter forme à ce héros et lui édifier son mythe héroïque. De plus en plus individualisé, notre héros se distingue par sa distance vis-à-vis de la masse en mal de héros. Seuls les courtisans ne croient pas aux héros – cela aussi, Hegel le savait.

 

Partant des manifestations et représentations anciennes en Allemagne, en France et au Japon, le présent colloque, « Héros et mythes héroïques en Allemagne, en France et au Japon », entend scruter les diverses inflexions (et effets seconds) du phénomène héroïque au siècle de l’extrême, soit entre 1914 et 1989.

 

Il s’agit d’analyser du point de vue de l’histoire culturelle, eu égard aux conditions respectives de production, de distribution, de réception et de diffusion, le fonctionnement propre aux figures et symboles héroïques :

 

–      comment naissent les figures de héros, quelle sont leurs fonctions, quelle sorte de récit caractérise leur genèse, leur intronisation, leur transformation ? quelle relation y a-t-il entre la personne réelle du héros et son image ? comment la propagande et les mass media inventent-elles le héros ?

–      quelle est la conjoncture de réception sous-jacente à l’éclosion et à la canonisation du héros et de ses exploits ?

–      quels sont les points communs et les différences entre les héros et les mythes héroïques au regard de leur culture d’ancrage, mais aussi de leur diachronie respective ? un invariant héroïque est-il repérable en dehors des différences culturelles ?

 

Le colloque s’adresse aux spécialistes d’histoire, de littérature, de culture et de linguistique des pays concernés.

 

Dates : du 8 au 10 mai 2014.

Lieu : Institut français de Berlin

Langues de travail : allemand, français, japonais ; anglais admis

Les propositions doivent parvenir aux organisateurs d’ici le 28 novembre

Contact : upvwellnitz@yahoo.fr

 

Helden und Heldenmythen in Deutschland, Frankreich und Japan

 

Veranstalter:  Prof. Dr. Steffen Höhne (Weimar-Jena), Prof. Dr. Gérard Siary (Montpellier);

Dr. habil. Philippe Wellnitz (Berlin-Montpellier)

 

Held ist nach Hegel, wer die Einheit von Individualität und Allgemeinheit in mythischen oder gewalttätigen Zeiten verkörpert, wobei es primär Kunst bzw. Medien zukommt, dem Helden Gestalt zu verleihen und seinen heroischen Mythos zu konstruieren. Der immer individualisierte Held zeichnet sich dabei durch Distanz zur heldenbedürftigen Masse aus, nur für Kammerdiener, auch dies wusste Hegel, kann es keine Helden geben.

Ausgehend von älteren Erscheinungsformen und Vorstellungen von Heldentum möchte die Tagung „Helden und Heldenmythen in Deutschland, Frankreich und Japan“ sich mit den unterschiedlichen Ausprägungen und (Nach-)Wirkungen des Heldenphänomens im Zeitalter der Extreme, also zwischen 1914 und 1989, auseinandersetzen. Aus einer kulturhistorischen /-wissenschaftlichen Perspektive sollen die unterschiedlichen Ebenen von heroischen Symbolfiguren unter jeweils kulturspezifischen Produktions-, Distributions-, Rezeptions- und Wirkungsprozessen analysiert werden:

–       Wie entstehen Heldenfiguren, welche Funktionen besitzen sie, welche Narrative (Heldenerzählungen) sind für ihre Genese, Etablierung und Entfaltung, ihre Transformation charakteristisch ? Welches Verhältnis besteht zwischen der real existierenden Person und dem Bild / Image des Helden? Und wie konstituieren sich Helden propagandistisch-massenmedial ?

–       Welche Kanonisierungen und Wirkungen entfalten Helden und ihre Taten bzw. welchen Rezeptionskonjunkturen unterliegen diese ?

–       Welche Gemeinsamkeiten bzw. Unterschiede bestehen zwischen den Helden und Heldenmythen im Hinblick auf die zu untersuchenden Kulturen, aber auch im Hinblick auf den jeweiligen diachronen Ablauf innerhalb ? Lässt sich ungeachtet kultureller Differenzen eine übergreifende Typologie des Helden im 20. Jahrhundert erkennen ?

Die Tagung wendet sich an Geschichts-, Literatur-, Kultur- und Sprachwissenschaftler insbesondere aus Frankreich, Japan und Deutschland.

 

Termine: von 8 bis 10. Mai 2014.
Ort: Französisch-Institut in Berlin
Arbeitssprachen: Deutsch, Französisch, Japanisch ; Englisch zugelassen

Die Vorschläge müssen die Organisatoren bis zum 28. November erreichen
Kontakt: upvwellnitz@yahoo.fr

国際シンポジウム開催のお知らせ



 

英雄と英雄神話の生成ドイツ、フランス、日本

 

主催者

Steffen Hoehne 教授 ワイマールイエナ大学

Gerard Siary 教授モンペリエ大学

Philippe Wellnitz 准教モンペリエ大学,ベルリン独仏学院

 

英雄とは神話の中で、また暴力に溢れた時代に個性と一般性の統一を体現する者であるヘーゲル。芸術やメディアが、英雄神話に具体的な形象を賦与することは言うまでもない。その結果、英雄神話が形成される。この国際シンポジウムでは個別化された英雄について討議を行う。大衆社会の英雄待望論を扱うわけではない。

 

ドイツ、フランス、そして日本では過去、英雄はいかにして現れたのか英雄の顕現、表象とは何かこれらの疑問がシンポジウム「ドイツ、フランス、そして日本での英雄と英雄神話」の出発点であった。我々の目的は1914年から1989年の間に形成された「英雄」と言う現象の様々な変容や影響を探求することである。

 

我々は、文化史の視点から「英雄」を分析する。従って、英雄神話やそのシンボルが発生し、伝達される過程、 受容される条件、英雄神話やそのシンボルの働きなどを探求することになる。



どのように英雄たちのイメージは生成されるのかその機能は何か英雄たちの起源、そして変遷を特徴づける物語とは何か一人の英雄とそのモデル実在の人物との関係は何かプロパガンダやマスメディアはいかにして「英雄」を産み出すのか

英雄とその冒険物語はどのように受容され、規範となるのか

ドイツ、フランス、日本での英雄と英雄神話の共通点と相違点は何か?ここではそれぞれの国の文化と歴史が問題となる。文化の違いを超越する不変の英雄モデルはあるのだろうか

われわれは比較文学的観点からこのシンポジウムを企画、運営する。ドイツ、フランス、日本の歴史学者、文学研究者、文化研究者カルチュラル・スタディーズ、そして言語学者の参加をお待ちしている。

(なお、旅費および滞在費は参加者のご負担となります)。

 

 

日時 2014日、日、10

会場 アンスティチュ・フランセ ベルリン

使用言語   ドイツ語、フランス語、日本語英語可

 

研究発表の要旨は1031日までに下記にお送りください。

gerardsiary@gmail.com