Archives par mot-clé : Grande-Bretagne

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Documentaire remarquable concernant la mémoire britannique de la Première Guerre mondiale par la chanson populaire

long-long-trailDu 5 au 12 janvier 2014 vous pouvez écouter un radio-documentaire sur le site de la radio BBC R4 qui vaut le détour. Il s’agit d’une émission qui retrace la fabrique d’un documentaire de 1961 par Charles Chiltern qui prend l’angle de la chanson populaire pour s’intéresser à l’expérience combattante de la Première Guerre mondiale. Le documentaire original est également disponible à l’écoute.

C’est ce travail documentaire qui sera ensuite retravaillé par Charles Chiltern et Joan Littlewood pour devenir une comédie musicale en 1963 et enfin un film par Richard Attenborough en 1969. « Oh! what a lovely war » est un document fascinant, tout particulièrement pour ceux qui connaissent surtout la culture mémorielle française, très loin de l’iro

nie et dérision britannique. Les débats actuels sur la récupération politique du souvenir de la Grande Guerre (voir ici et ) sont en bonne partie le résultat des divergences d’interprétation qui datent des années 1960.

La séance de février du séminaire de recherche EHESS/DHI Paris sera consacrée à l’étude du film de 1969. Ceux qui auront pris goût à la question en écoutant le documentaire pourront ainsi prolonger la reflexion.

Sir Hew Strachan au sujet du centenaire

Sir Hew Strachan, Chichele Professor of the History of War à l’université d’Oxford et éminent spécialiste de la Première Guerre mondiale est intervenu le 14 mars 2013 à un colloque sur les enjeux de la commémoration de la Première Guerre mondiale. Vous pouvez lire un article résumant son intervention et son contexte ou regarder la vidéo en entier, mise en ligne par le nouveau service de presse autour du centenaire, Centenary News.

Atrocities. Une découverte.

The Observer rapporte dans son édition du 3 février 2013 une importante découverte de textes inédits du poète de guerre britannique Siegfried Sassoon, suite à la mise en vente aux enchères d’une importante, et jusqu’alors inconnue, collection privée de manuscrits d’écrivains. Il s’agirait notamment d’un carnet  contenant une cinquantaine de poèmes de sa main, pour la plupart datant du début des années vingt. Parmi ces textes se trouverait néanmoins une version jusqu’alors inconnue et alternative du poème Atrocities publié dans le recueil Counter-Attack (1918). Pour mémoire, voici la version canonique de ce poème.

 

Atrocities

You told me, in your drunken-boasting mood,

How once you butchered prisoners. That was good!

I’m sure you felt no pity while they stood

Patient and cowed and scared, as prisoners should.

 

How did you do them in? Come, don’t be shy:

You know I love to hear how Germans die,

Downstairs in dug-outs. ‘Camerad!’ they cry;

Then squeal like stoats when bombs begin to fly.

 

And you? I know your record. You went sick

When orders looked unwholesome: then, with trick

And lie, you wangled home. And here you are,

Still talking big and boozing in a bar.

 

Ce poème relate donc dans ses deux premières strophes l’exécution cruelle de prisonniers allemands désarmés tandis que la dernière s’adresse à un « embusqué ». Comme le souligne le blogueur George Simmers, c’est précisément le choc entre ces deux positions extrêmes qui crée le malaise, le lecteur ne sachant plus très bien s’il doit condamner la cruauté des tueurs ou la couarde vantardise des planqués. Ce qui est renforcé encore par l’expression ironique – ou non – « That was good! »

On pourrait ajouter que le titre lui-même contribue à ce malaise puisque dans le contexte de l’époque « Atrocities » ne pouvait renvoyer en Grande-Bretagne qu’aux atrocités allemandes de 1914 et certainement pas à des exactions commises par ses propres troupes.

George Simmers rapporte du reste qu’a posteriori Sassoon lui-même dut avoir des sentiments pour le moins ambivalents à l’égard de ce poème puisqu’il le fit retirer des éditions de 1947 et 1961 de ses Collected Poems. Il ne réapparut qu’en 1983 dans l’édition de Rupert Hart-Harris publiée 16 ans après la mort du poète. Ce « remord » tardif, pour reprendre le vocabulaire des peintres, n’est du reste en rien spécifique à Sassoon. Tout particulièrement, lorsqu’il s’agit d’épisodes impliquant la mort donnée ou des actes de cruauté. On en retrouve ainsi des exemples chez Maurice Genevoix ou Blaise Cendrars notamment.

Quoi de neuf alors dans la découverte ? Selon Simmers pas grand chose étant donné la force énigmatique et déjà scandaleuse de la version publiée. Pour lui, les variantes seraient peut-être davantage stylistiques que liée à une autocensure ou à celle de son éditeur, version qui semble selon The Observer, avoir en revanche la faveur de la biographe de Sassoon Jean Moorcroft Wilson. Malheureusement, The Observer ne nous livre pas de copie ou de transcription complète de la version antérieure. Il nous dit seulement que celle-ci était encore plus cruelle :

« The original version of the poem includes the phrases « you’re great at murder » and « gulp their blood in ghoulish dreams », which were later deleted.

After his first stanza’s description of « butchered » prisoners, the printed second stanza reads: « How did you do them in? … » But in the draft, Sassoon wrote: « How did you kill them? … » »

Cependant l’article nous apprend que la version originale du poème est également accompagnée d’une lettre de Sassoon qui atteste bien que ce poème est inspiré par des faits réels – ou du moins rapportés comme tels à Sassoon – ce qui jette un éclairage supplémentaire sur un moment du combat sur lequel les sources sont souvent très rares : celui de la capture des prisonniers.

Cette découverte contribue aussi à complexifier encore davantage l’image qu’on pouvait avoir de Siegfried Sassoon en particulier et des War Poets en général. Elle s’ajoute en effet à une autre découverte de manuscrit datant elle de 2011. The Telegraph (11 novembre 2011) rapportait alors une découverte de Jean Moorcroft Wilson. Celle-ci avait retrouvé un carnet de poèmes de tranchée de janvier 1916 qui montrait que la conversion supposée de Sassoon au pacifisme avait été plus tardive qu’on ne le pensait ou mieux, que son rapport à la guerre était plus complexe qu’un simple rejet. Mais après tout, une lecture attentive de ses War Diaries 1915-1918 publiés dès 1983 n’était-elle pas déjà en mesure de corroborer cela ?

Nicolas Beaupré

La biographie de Sassoon sur wikipedia en français.

La biographie de Sassoon sur wikipedia en anglais.

Le site de référence sur les War Poets : The First World War Poetry Digital Archive (ne contient malheureusement pas – encore – le manuscrit d’Atrocities).

Le blog de George Simmers : Great War Fiction