Archives par mot-clé : Jeunesse

Programme du séminaire « Ecole et guerre 1870-1939 »

Nous venons de recevoir le programme 2013-2014 du séminaire « Ecole et guerre 1870-1939 », animé par Jean-François Chanet (Sciences Po) et Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), susceptible d’intéresser nos lecteurs. La première séance aura lieu le vendredi 8 novembre de 9 à 11 heures, salle 9 au 105 bd Raspail, pour le détail des séances voir ci-dessous.

Continuer la lecture de Programme du séminaire « Ecole et guerre 1870-1939 »

Grande Guerre, jeunesse allemande et nazisme

Arndt Weinrich, chercheur à l’Institut Historique Allemand de Paris et membre du comité directeur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre vient de publier chez Klartext un ouvrage issu de sa thèse consacré à l’influence, à la mémoire et à l’instrumentalisation politique de la Grande Guerre au sein des organisations de jeunesse allemandes après 1918 : Der Weltkrieg als Erzieher. Jugend zwischen Weimarer Republik und Nationalsozialismus (Essen, Klartext, 2013, 351 p.)

Voici le texte de la 4ème de couverture en français et en allemand :

Version française :

Les conséquences de la Première Guerre mondiale confrontèrent la République de Weimar à d’immenses défis. Au vu de la défaite et des dispositions draconiennes du traité de Versailles, perçu comme un Diktat, l’ampleur de l’engagement de la population et le nombre des victimes des années de guerre paraissaient absurdes et intolérables. D’où l’omniprésence de la guerre et de ses victimes dans la culture politique de Weimar, phénomène qui affecta durablement la jeune République et entraîna une politisation tenace de la mémoire de la guerre. Cela provoqua des polémiques enflammées sur le sens de la guerre, et sur les enseignements qu’il convenait de tirer du premier conflit mondial.

Dans son livre, Arndt Weinrich étudie l’évolution de la perception et de l’instrumentalisation de la Première Guerre mondiale à travers un échantillon d’associations de jeunesse de l’entre-deux-guerres : le Mouvement de jeunesse bourgeois, les Jeunesses catholiques, et la Jungbanner sociale-démocrate. Mais son analyse se concentre surtout sur la mémoire de la guerre au sein des Jeunesses hitlériennes, qui, dans le contexte de l’occupation de l’espace public par les nazis, remplissait une double fonction. D’une part, le culte des soldats tombés au champ d’honneur durant la « Grande Guerre » visait à mobiliser psychologiquement la jeunesse et à la préparer à la guerre ; d’autre part, il permettait de désamorcer un conflit générationnel avec les « soldats du front » de la Première Guerre mondiale, conflit encore attisé dans les dernières années de la République de Weimar. La présente étude se propose de montrer que la mémoire de la guerre se mêlait constamment, durant l’entre-deux-guerres, à une volonté de représentation et de valorisation, et que le monopole de l’interprétation de l’« expérience de la guerre » constituait un instrument de domination important, surtout après 1933. D’une manière plus générale, elle met en évidence les mécanismes et les évolutions de la mémoire de la guerre mondiale à l’œuvre pendant le Troisième Reich.

Version allemande :

Die Folgen des Ersten Weltkriegs stellten die Weimarer Republik vor extreme Herausforderungen. Vor dem Hintergrund der Kriegsniederlage und der harten Bedingungen des als Diktatfrieden empfundenen Versailler Vertrags erschienen der Einsatz der Bevölkerung und die Opfer der Kriegsjahre unerträglich und sinnlos. Hier liegen die Wurzeln für die Allgegenwart des Krieges und der Kriegstoten in der politischen Kultur Weimars, welche die junge Republik nachhaltig belastete und zu einer fortdauernden Politisierung des Kriegsgedenkens führte. Dies provozierte leidenschaftliche Kontroversen über den Sinn des Krieges und die Lehren, die aus dem Weltkrieg zu ziehen seien.

Arndt Weinrich untersucht in seinem Buch die Konjunkturen der Wahrnehmung und Instrumentalisierung des Ersten Weltkrieges in ausgewählten Jugendverbänden der Zwischenkriegszeit: in der bürgerlichen Jugendbewegung, der katholischen Jugend und im sozialdemokratischen Jungbanner. Im Mittelpunkt der Untersuchung steht das Weltkriegsgedenken der Hitler-Jugend, das im Kontext der nationalsozialistischen Besetzung des öffentlichen Raumes eine Doppelfunktion erfüllte. Einerseits zielte der Kult um die Gefallenen des « Großen Krieges » innerhalb der HJ auf die mentale Mobilmachung und Kriegserziehung der Jugend, andererseits diente er der Befriedung eines in der unmittelbaren Nachkriegszeit noch geschürten Generationenkonflikts mit den « Frontsoldaten » des Ersten Weltkriegs. Die vorliegende Studie arbeitet heraus, in welchem Maße sich mit dem Weltkriegsgedenken in der Zwischenkriegszeit Repräsentations- und Geltungsansprüche verbanden und wie sehr die Deutungshoheit über das « Kriegserlebnis » insbesondere nach 1933 eine wichtige Herrschaftsressource darstellte.