Archives par mot-clé : Littérature

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER’: Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Journée d’études à Bruxelles : Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale (Allemagne, Belgique, France)

016106 copie

Journée d’étude à Bruxelles

Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale

(Allemagne, Belgique, France)

 Second volet du projet culturel franco-allemand en Belgique après la lecture scénique « Les Morts Vivants » créée par la Cie Agora Theater à BOZAR (Bruxelles), le 23 septembre 2014.

Mercredi 04 mars 2015 de 09h00 à 17h30

Siège de la Représentation permanente du Land de Sachsen-Anhalt auprès de l’UE, 80, Boulevard Saint-Michel – 1040 Bruxelles

 

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion de redécouvrir un gigantesque corpus littéraire consacré à la Première Guerre mondiale. Au sein de celui-ci, la littérature combattante occupe une place particulière. Dans la plupart des pays belligérants, les auteurs du front qui faisaient, ou avaient fait, l’expérience des tranchées et des grandes batailles, étaient en effet considérés comme particulièrement légitimes à « raconter la guerre ». Bien après le conflit, dans les années vingt et les années trente, la littérature de guerre joua encore un rôle considérable dans la construction de mémoires parfois concurrentes du conflit. La dimension comparative proposée par cette journée d’étude permettra de mettre à jour singularités, convergences et divergences entre ces trois pays. Elle offrira aussi l’opportunité de tester les frontières du genre « littérature combattante ». Les écrits et poèmes de résistants belges ou français n’étaient-ils pas une forme de littérature combattante ? Qu’en est-il des récits, journaux intimes et poèmes évoquant les expériences de l’exil ou de l’occupation ? La poésie permet-elle de « témoigner » de la guerre ? Quels sont les ressorts de l’écriture, en vers et en prose, de l’expérience de guerre ?

Cette journée rassemblera des spécialistes (historiens et littéraires) des littératures de guerre française, belge et allemande. Elle mettra plus particulièrement l’accent sur la poésie de guerre qui reste encore assez largement méconnue, en dépit du dynamisme des études consacrées à la littérature de guerre.

 

Inscriptions : entrée libre sur réservation obligatoire

RSVP auprès de Victorine Hugot : victorine.hugot@diplomatie.gouv.fr ou +32 2 548 88 76

 

Programme

08h30 : Accueil des participants

09h15 : Mot de bienvenue 

09h30 : Nicolas Beaupré Maître de conférences en histoire (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Institut Universitaire de France

Introduction

 

Partie 1 : L’écriture en guerre et ses enjeux

09h40 – 10h05 : Hubert Roland Maître de Recherches du F.R.S.-FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain

Die Lyrik zum Ersten Weltkrieg als deutsch-französische Gattung

La poésie sur la Première Guerre mondiale : naissance d’un genre littéraire commun, en France et en Allemagne

10h05 – 10h30 : Prof. Dr. Geert Buelens Utrecht University / Stellenbosch University

Flemish First World War Poetry: from Germany to Belgium as the Enemy

De l’ennemi allemand à l’ennemi belge : la poésie flamande de la Première Guerre mondiale

10h30 – 10h50 : Discussion animée par Benoît Majerus Historien, Université du Luxembourg

10h50 – 11h10

Pause


Partie 2 : Etudes de cas

11h10 – 11h35 : Philipp Redl Adjoint au président de l’université de Freiburg

Ernst Stadlers Kriegstagebuch

Le journal de guerre d’Ernst Stadler

11h35 – 12h00 : Pauline Breton  Doctorante en histoire contemporaine à Paris Ouest-Nanterre la Défense, chercheur-associée à la Bibliothèque nationale de France (département des manuscrits)

Georges Duhamel : « élégies » ou la narration des silences de « Vie des Martyrs »

12h00 – 12h20 : Discussion animée par Nicolas Beaupré

 

12h20 – 14h15

Repas

Partie 3 : Ecrire et combattre : la Belgique combattante à l’arrière et au front

14h15 – 14h40 : Emmanuel Debruyne Docteur en Histoire, résident à l’Institut d’Etudes avancées de Paris, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

« Il semble qu’à côté j’entends quelqu’un gémir » – écrits poétiques de condamnés à mort en pays occupé, 1914-1918

14h40 – 15h05 : Philippe Beck  Docteur en langues et lettres, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

Les écrivains combattants belges dans les années 20 et 30

15h05 – 15h25 : Discussion animée par Pieter Lagrou

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles

 

15h25 – 15h45

Pause

 

Partie 4 : De la guerre à l’après-guerre

15h45 – 16h10 : Benjamin Gilles Conservateur à la BDIC, responsable des collections imprimées et électroniques, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS

Publier la littérature combattante de la Grande Guerre. Une analyse de la production éditoriale française de 1914 à 2014.

16h10 – 16h35 : Jörg Lehman Département d’histoire, Université de Stuttgart

Vom Held zum Märtyrer. Die Sakralisation des Frontkämpfers in der Kriegsliteratur der Weimarer Republik.

Du héros au martyr. La sacralisation du combattant dans la littérature de la guerre dans la République de Weimar.

16h35 – 16h55 : Discussion animée par Bruno Benvido Historien, CegeSoma (Centres d’études Guerre et Société) – Bruxelles

16h55 – 17h15 : Iris Hildebrandt Magdebourg

Adrienne Thomas : « Die Katrin wird Soldat ». Ein Kriegsroman in historischer Perspektive und die politische Bildung zum 1. Weltkrieg.

Adrienne Thomas : « Catherine soldat », un roman de guerre. Mise en perspective historique et éducation citoyenne sur la Première Guerre mondiale.

17h15 – 17h35

Débats et discussion conclusive

17h35

Réception de clôture

La lyre et les armes : poètes en guerre (Péguy, Stadler, Owen). Colloque international à Strasbourg

Capture d’écran 2015-01-23 à 14.34.25

La lyre et les armes : poètes en guerre

(Péguy, Stadler, Owen)

Colloque international

29-31 janvier 2015

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU)

(Auditorium)

organisé par la BNU et la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg,

avec le soutien du Consulat général de Russie

Programme

            Jeudi 29 janvier (à partir de 12.00) : Première journée

 

12.00 – 13.30 : Déjeuner (Buffet, BNU)

  • 13.30 – 14.00 :                      Ouverture du colloque par :

 

Albert Poirot, Administrateur de la BNU

Michel Deneken, 1er Vice – président de l’Université  de Strasbourg

Béatrice Guion, Directrice de l’Equipe d’Accueil « Configurations Littéraires »

  • 14.00 – 15.00 :                       Des poètes et la guerre : table ronde

Animée par  Jean-Yves Masson (poète et traducteur, professeur à l’Université Paris 4)

 

Avec la participation de : Salah Stétié, poète et diplomate libanais ; Stephen Romer, poète et traducteur anglais ; Michèle Finck, poète et traductrice française ; Olga Sedakova, poète et traductrice russe

 

Pause – café

 

  • 15.00  – 17.30 :                     Poésie et guerre : regards croisés

Présidé par Jean-Noël Grandhomme  (Université de Metz)

 

Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) : « Au front : littérature et poésie combattante de la Grande Guerre »

Olivier Henri Bonnerot (Université de Strasbourg) : « Ceux qui tiraient dans les étoiles… »

Jean-Pierre Rioux (Historien, Inspecteur général honoraire de l’Education Nationale) : « Eté 14 : Péguy en pantalon rouge »

 

Pause – café

 

v  à partir de 18.00 : visite guidée de l’exposition 1914, la mort des poètes à la Bibliothèque Nationale de Strasbourg, en compagnie de ses commissaires Julien Collonges, Jérôme Schweitzer et Tatiana Victoroff

 

v  à 20.00 : soirée poétique « La bataille de partout » : les poètes face à la violence de l’Histoire  (salle Pasteur, Palais Universitaire) >> Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

21. 30 : Diner au restaurant La Victoire (24 Quai des Pêcheurs)

 

 

 

            Vendredi 30 janvier : Deuxième journée

 

  • 10.00 – 12.30 :                      Poètes en dialogue : Péguy, Stadler, Owen

Présidé par Xavier Hanotte (Ecrivain et traducteur)

 

Maryse Staiber (Université de Strasbourg) : « De Péguy à Stadler : un cas de transfert culturel dans l’Europe d’avant-guerre »

Jennifer Kilgore-Caradec (Université de Caen) : « Blessures profondes dans l’œuvre de Péguy, Stadler et Owen »

 

Pause – café

 

Charles Fichter (germaniste, professeur agrégé) : « Stadler, Péguy et la guerre »

 

12.30 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00 – 18.00 :                       Dialogue entre les arts et la  guerre

Présidé par frère Remy Vallejo (Centre Emmanuel Mounier)

 

Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier) : « Les poètes et la Grande Guerre dans les revues expressionnistes allemandes Der Sturm, Die Aktion et Die Weißen Blätter »

Sophie Aymes-Stokes (Université de Bourgogne) et Brigitte Friant-Kessler (Université de Valenciennes) : « Entre traces et mémoire: illustrer la poésie de la Grande Guerre »

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg) : « Mystère et guerre. Charles Péguy et Richard Brunck de Freundeck »

 

Pause – café

 

Gilles Couderc (Université de Caen) : « Wilfred Owen, poète de guerre : la construction du mythe dans les arts »

Frank Knoery (Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg) : « La blessure et la chute. Une iconographie du héros de guerre dans les arts graphiques, autour du premier conflit mondial »

 

v  à 19.30 : soirée poétique au consulat de Russie à Strasbourg : lecture par Olga Sedakova de ses poèmes (en russe et en français)

>> Inscription obligatoire auprès de : vanessa.brosius@gmail.com ou 06 61 82 40 48

 

 

Samedi 31 janvier : Troisième journée

  • 9.00 – 13.00 :                        Mort(s) symbolique(s) : postérités des poètes

Présidé par Jérôme Roger (Université de Bordeaux)

 

Anne Mounic (Université Paris 3) : « Poètes de la Grande Guerre : le germe d’une pensée du singulier »

Yann Tholoniat (Université de Lorraine) : « Du corps poétique au corps politique dans les poèmes anglais de la Grande Guerre (Brooke, Sassoon, Owen) »

Claire Daudin (Association L’Amitié Charles Péguy) : « La mise en récit de la mort de Péguy (Barrès, Bernanos, Geoffrey Hill) »

 

Pause – café

 

Géraldi Leroy (Professeur émérite de l’Université d’Orléans) : « Péguy, ‘définition exacte’ du patriotisme »

Tatiana Taimanova (Université de Saint Pétersbourg). « Péguy sur la toile russe en 2014 »

 

13.00 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00-16.00 :             Postérités et traductions : table ronde

Animée par Maryse Staiber (Université de Strasbourg) et Anne Mounic (Université Paris 3)

 

Avec la participation de : Xavier Hanotte (écrivain et traducteur d’Owen en français), Philippe Abry (traducteur de Stadler), Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier),  Elizaveta Legenkova et Liudmila Chvedova (traductrices de Péguy en russe), Daniel Aranjo (Université de Toulon).

Entrer en guerre : colloque international et interdisciplinaire

Capture d’écran 2014-11-14 à 12.49.56

Colloque international et interdisciplinaire

Entrer en guerre

20, 21 et 22 novembre 2014

 Organisé par le CERILAC, Centre d’études et de recherches interdisciplinaires Lettres, Arts et Cinéma (Université Paris-Diderot Paris 7), avec le soutien de l’Institut des Humanités de Paris et du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Labellisé par la Mission du centenaire

Sous la direction de : Hélène Baty-Delalande et Carine Trevisan

Adresse : Amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène-Brion, 75013 Paris Salle Pierre Albouy (685C), Grands Moulins, bât. C, 6e étage, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris  

Contacts : Hélène Baty-Delalande h.batydelalande@gmail.com Carine Trevisan carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr  

Entrée libre, dans la limite des places disponibles  

Jeudi 20 novembre

Amphithéâtre Buffon

9h Accueil

9h30 Ouverture par Jean-Jacques Becker  

Rituels 1

  Président de séance : Jean-François Cottier 

10h Emmanuelle Valette (Université Paris 7) : « Écoute Jupiter ; écoutez habitants des frontières… » Rituels et discours d’entrée en guerre dans la Rome républicaine

10h30 Florence Alazard (Université de Tours) : « Je vous notifie la guerre mortelle » : la déclaration de guerre à Venise en 1509, entre cérémonie, rituel et récit chevaleresque  

Questions

Pause

Rituels 2

  Présidente de séance : Florence Lotterie

11h30 Hugues Marquis (ESPE de Poitiers) : Solennité de l’entrée en guerre : les cérémonies patriotiques et la déclaration de guerre de 1792

12h Anne Rolland (Université catholique de l’Ouest) : Entrer en guerre pendant la Révolution française – Vendée, mars 1793 et janvier 1794

Questions  

Pause  

Questions d’éthique

  Présidente de séance : Jacqueline Nacache  

14h Stéphanie Aubert (Université Lyon 3) : L’entrée en guerre : l’échec du droit 

14h30 Sylvain Louet (Université de Marne-la-Vallée) : Trois regards filmiques européens sur l’été 1914 : une mise en question de la concorde civile et de la revendication de justice

15h Gaspard Delon (Université Paris 7) : Avant le combat, forger les hommes (Hollywood, Première Guerre mondiale/guerre du Vietnam) 

Questions  

Pause

La guerre de la presse

  Président de séance : Sophie Lucet

16h00 Alice Faroche (Université de Nanterre) : L’entrée en guerre à travers les journaux de tranchées

16h30 Vincent Gogibu (Université de Versailles Saint-Quentin) : Remy de Gourmont dans la tourmente

17h00 Severiano Rojo-Hernandez (Université d’Aix-Marseille) : Mécanismes de socialisation de l’entrée en guerre,  la presse basque antifasciste et la guerre d’Espagne (1936-1939) 

Questions

Vendredi 21 novembre

Salle Pierre-Albouy

Repenser, reconfigurer

  Président de séance : Stéphane Audoin-Rouzeau  

9h30 Christian Amalvi (Université de Montpellier 3) : La place de l’année 1914 dans les manuels scolaires de l’enseignement  secondaire français de 1964 au début du XXIe siècle

10h Véronique Elefteriou-Perrin (Université Paris 7) : « The Yanks are coming » : le monde du film et l’entrée de l’Amérique dans la Grande Guerre

10h30 Catherine Thewissen (Université catholique de Louvain) : « Au confluent de rêves » : 1914 dans la fiction de guerre irlandaise

Questions  

Pause

Imaginaires 1 : sensibilités

  Présidente de séance : Paule Petitier

13h30 Carine Trevisan (Université Paris 7) : 1914, l’appel de l’abîme 

14h00 Galit Haddad (EHESS) : Entrer en guerre : imaginer son baptême du feu…

14h30 Alain Parrau (Paris) : Face à l’Exode : Irène Némirovsky, Marc Bloch, Léon Werth 

Questions  

Pause

Présidente de séance : Odile Roynette  

15h30 Marco Mondini (ISIG-FBK, Université de Padoue) : Entrer en guerre / entrer dans la vie adulte. La mobilisation de l’imaginaire en Italie et la « génération 1915 »

16h00 Martin Kaltenecker (Université Paris 7) : 1914/1940, essai de phonosphère comparée

16h30 Philippe Marcerou (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) : La trilogie de Paul Raynal : de l’engagement au pacifisme  

Questions

 

Samedi 22 novembre

Amphithéâtre Buffon

 

Imaginaires 2 : résonances

  Président de séance : Yannick Seité

9h30 David Mastin (Université de Nanterre) : « J’espère n’avoir tué personne » : l’entrée en guerre des élèves du Conservatoire national de musique dans une « Grande guerre » (août 1914- début 1916)

10h Karine Le Bail (CNRS/EHESS) : La musique au fusil : le Courrier de l’ON, journal collectif de guerre

Questions  

Pause

Présidente de séance : Claude Millet  

11h Hélène Baty-Delalande (Université Paris 7) : Quelques figures romanesques de l’entrée en guerre

11h30 Aline Jaulin (Université Paris 7) : Le corps en guerre de Latifa Laâbissi

Questions

Cocktail lunch

Singularités

Présidente de séance : Maria Manca

14h Irina Durnea (Université de Bordeaux 3) : L’entrée en guerre vue par les femmes

14h30 Manon Pignot (Université de Picardie/IUF) : Entrer en guerre, sortir de l’enfance ? Les « ado-combattants » de la Grande Guerre 

15h Claire Tran Thi Liên (Université Paris 7) : Nguyên Xuan Mai,  Itinéraire d’un médecin indochinois engagé pendant la Première Guerre mondiale

Questions

Cocktail de clôture

Littérature, identités régionales et Grande Guerre

Littérature et Grande Guerre

 

Littérature, identités régionales et Grande Guerre

Journée d’étude à Clermont-Ferrand (UBP – CHEC – MSH Clermont-Ferrand)

28 novembre 2014 – MSH Clermont-Ferrand, salle 220, 9h-16h.

Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Vincent Flauraud, Aline Fryszman.

 

L’échelle régionale a été longtemps été délaissée par les spécialistes de la Grande Guerre. Elle permet pourtant de se rapprocher des communautés locales en guerre, d’étudier la manière dont individus et groupes s’appuient sur des solidarités préexistantes pour faire face au conflit, mobilisent leurs identités locales et régionales dans une guerre entre nations et comment ils reconfigurent – ou non – les liens entre les « petites patries » et la « grande patrie ».

Comme la littérature joue un rôle dans l’élaboration – mais aussi à la remise en question – des identités territoriales, elle contribua également à forger et / ou à interroger les identités de guerre et d’après-guerre. Le récit de guerre notamment participa à la construction de l’expérience de guerre et de l’identité combattante. Les études pourtant très foisonnantes qui lui sont consacrées ont toutefois largement négligé les littératures régionales et régionalistes et les allusions aux régions d’appartenance dans la littérature combattante. De leur côté, les études consacrées aux littératures régionales s’arrêtent souvent à l’aube de la Grande Guerre ou l’englobent sans s’y arrêter avec précision. Le but de cette journée d’étude sera justement de combler ces lacunes.

Programme

            Matin 9h-12h15

9h

Mot d’accueil par Philippe Bourdin, directeur du CHEC

9h15-9h30

Introduction

Nicolas Beaupré (Université Blaise Pascal, CHEC, Clermont-Ferrand, IUF, Centre International de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

9h30-9h55

Littérature(s), identité(s) régionale(s) et Grande Guerre en Bretagne

Yann Lagadec (Université de Rennes 2)

9h55-10h20

Trois écrivains bretons face à l’expérience de La Première Guerre mondiale : Guéhenno, Guilloux et Lefebvre et la difficile construction d’une identité régionale progressiste

Benoît Kermoal (EHESS, Paris)

10h20-10H40

Discussion modérée par Vincent Flauraud (Université Blaise Pascal, CHEC, Clermont-Ferrand)

10h40-11h : pause café

11h-11h25

« Canchon d’guerre » : un peu de chez soi dans les tranchées. Chants et chansons ch’timis

Michaël Bourlet (Écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan)

11h25-11h50

La Grande Guerre de la littérature catalane.

Réflexion transfrontalière sur l’écriture en catalan durant la Première Guerre mondiale

Nicolas Berjoan (Aix-Marseille Université, Casa de Velázquez)

11H50-12H30

Discussion modérée par Nicolas Beaupré

            Après-midi 13h45-16h

13h45-14h10

Guignol, voix de Lyon et des Lyonnais, au cœur de la guerre

Bruno Fouillet (Lycée Louis Armand, Villefranche sur Saône)

14h10-14h35

Henri Pourrat, Les Montagnards entre petite et grande patrie

Pierre Cornu (Université Lumière Lyon 2)

14h35-15h

La Grande Guerre d’Alexandre Vialatte, ou « La mue périlleuse ».

De l’Auvergne à l’Allemagne (1916-1959)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal, CELIS, Clermont-Ferrand)

15h-15h30

Discussion modérée par Aline Fryszman (CPGE, Lycée Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

15h30-16h

Débats conclusifs sur l’ensemble de la journée animés par Vincent Flauraud et Aline Fryszman

 

 

Appel à contribution : colloque « Romanesque de la Grande Guerre »

Romanesque de la Grande Guerre

Colloque 7-9 avril 2016 (Péronne-Saint-Quentin)

 

Quand, comment et pourquoi la Grande Guerre devient-elle matière romanesque ? Si la situation des écrivains dans la guerre a donné lieu à une abondante littérature, la transposition romanesque dont cette expérience a fait – et fait encore – l’objet, a été moins explorée.

Dès les années de guerre ou d’immédiate après-guerre, les grands témoignages de combattants furent souvent plus ou moins romancés (Barbusse, Dorgelès, Jünger…). C’est d’ailleurs en partie ce penchant pour le romanesque que dénonçait Jean Norton Cru dans Témoins en 1929. Dans les années qui suivirent, avec davantage de recul, d’autres témoins célèbres donnèrent une vision des événements plus personnelle ou, si l’on veut, plus romanesque – qu’elle tire vers la dérision de l’anti-roman (Céline) ou vers le lyrisme de la transposition symbolique (Giono), à moins qu’elle ne prenne place dans un projet à la fois plus large et plus singulier (Cendrars, Romains).  Mais la guerre ne s’arrête pas aux tranchées. À l’arrière, il n’est pas rare qu’elle fonctionne comme un ressort romanesque privilégié, prétexte (Cocteau), opportunité (Radiguet) ou révélateur (Van der Meersch), quand elle ne donne pas lieu à des visions plus humoristiques (Marcel E. Grancher, Cinq de campagne). Plus récemment, des romans, parfois popularisés par le cinéma, continuent de nourrir ce que l’on peut désormais considérer comme une véritable mythologie de la Grande Guerre (La Chambre des officiers, Les Âmes grises, Un long dimanche de fiançailles) – jusqu’au 14 de Jean Echenoz ou au prix Goncourt 2013.

Le colloque initié par le CERCLL de l’Université de Picardie, en partenariat avec la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan, se propose d’interroger le glissement du témoignage vers la fiction en prenant comme point de départ l’exemple de Pierre Mac Orlan, auteur notamment de souvenirs de guerre (Les Poissons morts), d’une farce militaire (U 713), d’un roman en partie consacré à l’arrière (Le Bataillonnaire) et d’une évocation mélancolique plus tardive (Le Bal du Pont du Nord). L’accent sera mis tout particulièrement sur les écrivains picards et les témoins des combats en Picardie. Cent ans après les événements, un questionnement sur la part respective de la vérité historique, de l’invention individuelle et de la mythologie collective semble avoir toute sa légitimité, rejoignant d’ailleurs certains débats d’historiens sur la question du vrai et du faux (C. Prochasson). C’est dans cet esprit que pourront être explorées notamment les pistes suivantes :

– des romanciers picards témoins de la guerre (Paul Vimereu, Pierre Nord)

– le cas particulier de la Bataille de la Somme vue par les romanciers

– la découverte ou la redécouverte d’évocations romanesques plus ou moins oubliées

– la place et le sens de l’histoire

– la force critique des romans satiriques, humoristiques ou simplement décalés

– la persistance dans le roman de guerre de grands schémas romanesques tels que l’initiation, l’héroïsme, l’aventure (si présente par exemple dans les premiers romans de Pierre Nord)

– la réception des romans de la Grande Guerre et son évolution

À travers ces questions, ce colloque se propose d’analyser un cas particulier du rapport entre roman en Histoire et de mettre en évidence sa spécificité, sans se restreindre au domaine français. Les germanistes du CERCLL sont notamment invités à apporter leur contribution (à côté des grandes références que sont Jünger ou Remarque, des auteurs comme Unruh, et d’autres, mériteraient d’être abordés). La dimension internationale pourra également être renforcée par un partenariat avec L’Historial de La Grande Guerre, à Péronne, qui proposera en 2016 une exposition sur les écrivains dans la guerre.

Ce colloque donnera lieu à une collaboration avec d’autres partenaires institutionnels, le Comité départemental de la Grande Guerre et la Ville de Saint-Quentin notamment.

Les actes seront publiés début 2017 dans le N° 5 de la collection « Lectures de Mac Orlan », publication annuelle de la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan.

Contacts :

Bernard Alavoine (bernard.alavoine@wanadoo.fr)

Philippe Blondeau (philippe.blondeau@u-picardie.fr)

Les propositions sont à adresser avant fin 2014. Le comité organisateur examinera et sélectionnera les propositions au début de l’année 2015.

 

Appel à communication : Entrer en guerre

Appel à communication

Colloque « Entrer en guerre » à l’université Paris 7 Denis Diderot

20-22 novembre 1914

1914, afficheA l’occasion de la commémoration d’août 14 sera organisé à l’Université Paris Diderot-Paris 7, en partenariat avec le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, un colloque interdisciplinaire portant sur la question Entrer en  guerre. Seront sollicités pour cette rencontre des spécialistes de diverses périodes historiques (Antiquité, Moyen Age, etc.) et zones géographiques (Europe,  Asie …)

La Grande Guerre sera au cœur des réflexions. Au-delà des enjeux mémoriels et des polémiques qui agitent le champ historiographique depuis une dizaine d’années sur la question de l’adhésion ou du consentement à cette guerre, il s’agira de revenir sur l’ébranlement psychique, social, esthétique que son déclenchement a provoqué. Comment le surgissement de cette guerre, considérée comme la catastrophe inaugurale du XXè siècle, a-t-il été vécu, représenté, pensé ?

Entrer en guerre suppose des rites de passages, implique un ensemble de pratiques, d’ajustements idéologiques, institutionnels, culturels. La confrontation avec d’autres entrées en guerre sera à ce titre particulièrement éclairante (discours d’exhortation à Rome, « folie » des chevaliers au Moyen Age, violence du recrutement forcé lors des guerres révolutionnaires…)

Touchant à l’été 14, nous accorderons une attention particulière aux questions suivantes :

–       Comment les journaux, correspondances, mémoires, fictions (contemporains ou non de l’événement) qui évoquent l’entrée en guerre rendent-ils compte des émotions des individus ? Élan historique ? Hantise du deuil à venir ?

–       Quel imaginaire et quelles conceptions de la guerre sont-ils mobilisés lors de l’entrée en guerre ?

–       Où sont tracées les nouvelles frontières séparant le front et l’arrière, les combattants des non-combattants, les hommes des femmes  ?

Les propositions de communications seront soumises à un comité scientifique.

Nous vous remercions, par avance, de faire parvenir un titre (même provisoire) ainsi qu’un bref résumé de votre communication, avant le 30 mars 2014, aux deux adresses suivantes :

h.batydelalande@gmail.com

carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr