Archives par mot-clé : Paix

Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) : annonce de colloque

Nous avons reçu cette annonce de colloque sur la Grande Guerre que nous relayons sur notre site :

Capture d’écran 2015-09-28 à 10.30.27

Pratiques et imaginaires de paix

dans la guerre (1914-1918)

 

La Flèche (Sarthe), salle Coppélia

14-15-16 octobre 2015

« Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) » : c’est le thème d’un colloque universitaire international labellisé par la Mission du Centenaire qui aura lieu les 14-15-16 octobre à La Flèche (salle Coppélia).

Ce colloque vise à éclairer les moments de paix, encore peu étudiés, dans le quotidien des combattants sur le front occidental (permissions, théâtre, sport, etc.). Il s’agira également d’étudier la manière dont certains combattants revendiquent une « paix immédiate » ou « à tout prix » ou imaginent la paix future afin « d’empêcher à tout jamais que pareil carnage puisse se reproduire » (Le Poilu, 10 mars 1915). La pensée et l’attitude des milieux pacifistes en temps de guerre seront également discutées, ainsi que les tentatives infructueuses de paix négociée en 1917. « Paix par la victoire », « paix de compromis » ou « paix blanche », la paix constitue en effet le principal horizon d’attente des sociétés en guerre. Le présent colloque vise donc à interroger la fonction et la place de l’imaginaire et des pratiques de la paix en temps de guerre, ce qui subsiste du temps de paix, nourrit l’espoir ou la conflictualité.

Il sera ouvert au grand public et notamment aux élèves de plusieurs classes de Première qui présenteront leurs travaux réalisés sur le thème du colloque (entrée gratuite).

C’est la 2e fois qu’une rencontre scientifique et pédagogique est organisée par les mêmes institutions (Université du Maine, Municipalité de La Flèche, Prytanée, Lycée d’Estournelles, etc). Un premier colloque avait été organisé en 2009 pour le centenaire du Prix Nobel de la Paix attribué à Paul d’Estournelles de Constant, député puis sénateur de la Sarthe. Les conclusions ont été publiées cette année : Paul d’Estournelles de Constant (1878-1924). Concilier les nations pour éviter la guerre, Presses universitaires de Rennes.

Programme téléchargeable ici

 

 

Appel à contributions : Imaginaires et pratiques de Paix en temps de guerre (1914-1918)

Imaginaires et pratiques de paix en temps de guerre (1914-1918)

Colloque international        15-16 octobre 2015

Lieu : La Flèche (Sarthe, France)

Quand se rétablira-t-elle ? http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source
Quand se rétablira-t-elle ?
http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source

Comité scientifique : Carl Bouchard (Université de Montréal), Rémi Fabre (Université de Paris-Est-Créteil), Jean-Michel Guieu (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Jagielski (CRID 14-18), Stanislas Jeannesson (Université de Nantes), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS, CIR Historial de la Grande Guerre), Stéphane Tison (Université du Maine).

 

La porosité des cultures de paix et de guerre s’effectue dans le temps du conflit avec ses propres modalités qu’il conviendra d’interroger et ses temporalités qu’il faudra tenter de mesurer et d’identifier. Deux approches peuvent être ici considérées comme les fils conducteurs de la réflexion à mener : l’analyse de ce que l’historien britannique Martin Ceadel a défini comme « le sentiment de la paix » qui passe par une expérience au moins d’une sécurité ; l’étude du discours sur la paix, qui peut être autant instrumentalisé que revendicatif comme l’avait montré en 2006 le colloque Paroles de Paix en temps de guerre, abordant à la marge la Grande Guerre. La paix doit être ici entendue comme une aspiration, une expérience et un discours, dont il s’agira de saisir les relations et les lieux de leur pratique, en décrivant les formes sociales et culturelles des représentations de cet « horizon d’attente » (Reinhart Kosseleck) des sociétés en guerre entre 1914 et 1918. Quelle place reste-t-il à la paix dans ce temps de guerre ?

Plusieurs thématiques pourront être abordées :

–        La paix comme souvenance de l’avant-guerre.

Dans quelle mesure la guerre anéantit-elle les imaginaires et les pratiques forgées durant les longues décennies de paix qui ont précédé le déclenchement du conflit ? Le souvenir de la vie d’avant est-il effacé par l’expérience de la guerre, par la mobilisation de toutes les activités et la focalisation des pensées sur la ligne de feu ? L’étude des références à l’avant-guerre dans les correspondances mérite une attention particulière. Cette réflexion pourra être située socialement pour mieux comprendre comment les différentes classes sociales maintiennent ou organisent ces moments de sociabilité issus de l’avant-guerre. Le mythe de la Belle Epoque, comme nostalgie du temps de paix, dont on pourra chercher à faire l’archéologie, se dessine-t-il pendant le conflit ?

–      La paix imaginée, rêvée.

À travers les différents supports que sont les journaux de tranchées, les cartes postales, le dessin ou la caricature, les carnets et journaux de guerre, les chansons, apparaissent des représentations multiples de la paix. Il s’agira de saisir dans ces productions littéraires et artistiques les références culturelles et/ou politiques dans leurs agencements et leurs variations au cours des 52 mois du conflit.

–      La paix comme expérience temporaire.

Si les sociétés européennes s’inscrivent massivement dans l’effort de guerre, comment au quotidien des moments de paix sont-ils toutefois ménagés ? Si les fraternisations pourront être abordées, comme une forme temporaire de paix entre ennemis parmi les plus explicites, d’autres expériences méritent l’attention. Comment le souvenir, l’aspiration, les expériences de la paix aident-elles à traverser la guerre, à surmonter l’épreuve ? Comment les soldats reconstituent-ils des moments de paix afin que leur existence ne soit pas totalement envahie par la seule expérience du combat ? Permissions, loisirs, spectacles et sports aux armées y contribuent. Dans quelle mesure le soldat s’autorise-t-il ou est-il autorisé à jouir de la vie ? Dans quelle mesure cette possibilité s’accommode-t-elle de l’injonction à poursuivre l’effort de guerre ? Et avec quelle efficacité dans la durée ?

–      La paix comme revendication.

Certains combattants semblent même prêts à faire passer la paix avant la victoire, quitte à déplaire à leur famille et à l’arrière. Dans quelle mesure ce désir de paix témoigne-t-il d’une démoralisation ponctuelle ou plus profonde des combattants ? Quel rôle joue-t-il dans les actes de désobéissance collective et les mutineries ? Comment ce désir de paix s’exprime-t-il également à l’arrière, notamment lors des grèves de 1917-1918 ? Face à un conflit qui s’installe dans la durée, comment « la paix par la victoire », qui semble initialement seule acceptable, est-elle progressivement contestée par d’autres formules exprimées par certains secteurs de l’opinion ou certaines personnalités ? Il s’agira également de revenir sur les tentatives de paix négociée, de contacts entre diplomaties ou intermédiaires plus ou moins officieux, permettant de saisir l’ambivalence du couple guerre/paix. En effet, la paix n’est pas seulement une alternative à la guerre, elle peut aussi être perçue comme son accomplissement (les buts de guerre sont aussi des objectifs de paix) dans la victoire et la conquête. Dans certains cas, le discours pacifiste est d’ailleurs inséparable du discours belliciste et s’accompagne de postures et de gestes bellicistes qui l’entrecroisent : c’est toujours pour la paix qu’on se bat. Le discours pacifiste comme « discours de compensation » doit être ainsi analysé.

–      La paix à bâtir.

Malgré la censure et les risques d’accusation de « défaitisme », la Première Guerre mondiale a suscité comme jamais auparavant une vaste réflexion sur la paix future et les moyens de parvenir durablement à un ordre international pacifique. Dans quelle mesure ces divers projets ont-ils pu orienter la formulation des buts de paix des gouvernements belligérants ? Il s’agira ici de mieux saisir en quoi l’expérience de la guerre infléchit la façon dont l’organisation de la paix est pensée, quels médiateurs ou lieux de médiation demeurent ou apparaissent à un moment où la limite entre pensée pour la paix et défaitisme est infime.

Ainsi pourra-t-on mieux saisir les ambiguïtés du discours de la paix, la censure autour de la paix, l’instrumentalisation de la paix, de même que l’articulation d’une culture guerrière mobilisée pour vaincre et les aspirations à l’arbitrage, à la conciliation, à la paix.

Les propositions de communications (3 000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biographique de leur auteur (mentionnant notamment leurs travaux en rapport avec le thème du colloque), doivent être envoyées (fichier attaché en format word ou pdf) aux organisateurs au plus tard le 15 septembre 2014 :

Jean-Michel GUIEU, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Jean-Michel.Guieu@univ-paris1.fr

Stéphane TISON, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université du Maine)

Stephane.Tison@univ-lemans.fr

Colloque labellisé par la mission du centenaire et organisé en partenariat avec l’Université du Maine, le Centre de recherches historiques de l’Ouest, l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, le LabEx « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe » et l’IHEDN.

 

Romain Rolland : appel à communications et à contributions

Capture d’écran 2013-06-23 à 20.15.57L’association Romain Rolland et le Centre d’Histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand) organisent une journée d’étude à l’occasion du centenaire de la parution d’Au-dessus de la mêlée.

Voici l’appel à communication :

Centenaire d’Au-dessus de la mêlée de Romain Rolland

Journée d’étude organisée par l’Association Romain Rolland

17 octobre 2014 (Sorbonne)

 

Publié les 22-23 septembre 1914 dans les colonnes du Journal de Genève, « Au-dessus de la mêlée » compte parmi les plus spectaculaires manifestes de l’histoire des intellectuels européens.

Le texte, jeté dans l’arène au moment où le patriotisme atteignait son paroxysme, fit de Romain Rolland, non pas seulement, un pôle de répulsion, « l’icône bien trouvée du défaitisme » (Roland Roudil), il lui conféra également une autorité morale telle qu’il fut considéré dès lors, comme un point de ralliement privilégié pour les forces opposées aux contraintes mentales nées des cultures de guerre. « Au-dessus de la mêlée » se présentait d’abord comme un appel à la jeunesse européenne à entrer en résistance contre toutes les formes d’impérialisme, « la pieuvre qui suce le meilleur sang de l’Europe. » La deuxième partie de l’article prolongeait les propos que Rolland avait tenus quelques jours plus tôt dans ses échanges avec Gerhart Hauptmann au sujet des évènements survenus en Belgique. Réclamant la formation d’une « Haute Cour morale » capable de statuer « sur toutes les violations faites au droit des gens », l’écrivain y dénonçait les campagnes de dénégation auxquelles se livraient les nations en guerre ainsi que le dévoiement de la cléricature européenne, celle-là même dont il attendait qu’elle fît preuve de discernement et de hauteur de vue : « même la guerre déchaînée, c’est un crime pour l’élite d’y compromettre l’intégrité de sa pensée », écrivait-il à la fin de son plaidoyer, dans un style sans concession, saturé de colère et d’émotion.

D’abord censuré en France, le texte de Rolland put néanmoins circuler sous le manteau grâce à l’entremise de Gaston Thiesson, Charles Vildrac ou bien encore d’Amédée Dunois. L’année suivante, il fut repris dans une brochure éponyme qui parvint à passer la censure et parut chez Ollendorff (Paris) et Attinger frères (Neuchâtel). L’article connut également une immense notoriété à l’étranger. Traduit en différentes langues dès l’automne 1914, il contribua largement à faire de Romain Rolland (alors qu’il n’avait aucunement cherché à le devenir) « la tête de pont de la Dissidence » (Christophe Prochasson).

Le centenaire de sa publication sera l’occasion de redécouvrir la singularité d’un « texte carrefour » souvent cité pour les controverses ulcérées qu’il déclencha, rarement envisagé pour la « dynamique » pacifiste qu’il généra tant dans le microcosme suisse que dans le reste de l’Europe. La réflexion devra s’attacher « à ouvrir grand les fenêtres, à voir et penser large » pour mieux faire apparaître des connexions longtemps passées inaperçues et rétablir une histoire à même de contribuer au renouvellement de l’histoire du pacifisme européen et, par ricochet, à celle de la Grande Guerre. Une attention particulière devra être également apportée à la réception ainsi qu’à la diffusion du texte de Romain Rolland dans le temps et dans l’espace. Là encore, le comité scientifique sera particulièrement sensible à des perspectives jusqu’alors négligées par la recherche.

Les propositions de communication (1000 caractères, espaces compris) s’accompagneront d’un CV. Elles devront être envoyées avant le 15 octobre 2013 à l’adresse suivante : landry.charrier@univ-bpclermont.fr.

Un ouvrage collectif reprenant les communications présentées lors de la journée sera publié – après avis du comité scientifique – courant 2015. Des travaux externes à la journée du 17 octobre 2014 s’y ajouteront.  Les collègues souhaitant contribuer à l’ouvrage sont priés de nous faire parvenir une proposition de contribution avant le 15 octobre 2013.

La langue de travail sera le français. La manifestation aura lieu à la Sorbonne (amphithéâtre Louis Liard).

 

*Membres du comité scientifique (en cours de constitution) :

Nicolas Beaupré, Landry Charrier, Michel Margairaz, Jean-Pierre Meylan, Christophe Prochasson, Roland Roudil.

Président d’honneur : Bernard Duchatelet

 

*Calendrier :

– soumission des propositions de contribution en français par e-mail (landry.charrier@univ-bpclermont.fr) : 15 octobre 2013

– notification de l’acceptation : 1er décembre 2013

– journée d’étude : 17 octobre 2014

– réception des contributions internes et externes à la journée (30 000 signes) : 15 décembre 2014.

– publication des actes : courant 2015.

 

*Conférence inaugurale :

Bernard Duchatelet : « Jean-Christophe, germination d’Au-dessus de la mêlée »

 

*Partenaires de la manifestation (au 23 juin 2013) :

Institut Universitaire de France ; Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 1001) ; Publications de la Sorbonne.

Pour télécharger l’appel en PDF, cliquez ici : Journée Romain Rolland

 

Appel à communications « Les Défenseurs de la paix 1899-1917 » – Colloque International Paris, 15-17 janvier 2014

Nous vous signalons un appel à communications pour un colloque coorganisé par l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne et l’Institut Historique Allemand de Paris en janvier 2014 à Paris.

Vous trouverez l’appel trilingue à télécharger ici et la version française ci-dessous :

Continuer la lecture de Appel à communications « Les Défenseurs de la paix 1899-1917 » – Colloque International Paris, 15-17 janvier 2014