Archives par mot-clé : Poésie de guerre

Journée d’études à Bruxelles : Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale (Allemagne, Belgique, France)

016106 copie

Journée d’étude à Bruxelles

Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale

(Allemagne, Belgique, France)

 Second volet du projet culturel franco-allemand en Belgique après la lecture scénique « Les Morts Vivants » créée par la Cie Agora Theater à BOZAR (Bruxelles), le 23 septembre 2014.

Mercredi 04 mars 2015 de 09h00 à 17h30

Siège de la Représentation permanente du Land de Sachsen-Anhalt auprès de l’UE, 80, Boulevard Saint-Michel – 1040 Bruxelles

 

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion de redécouvrir un gigantesque corpus littéraire consacré à la Première Guerre mondiale. Au sein de celui-ci, la littérature combattante occupe une place particulière. Dans la plupart des pays belligérants, les auteurs du front qui faisaient, ou avaient fait, l’expérience des tranchées et des grandes batailles, étaient en effet considérés comme particulièrement légitimes à « raconter la guerre ». Bien après le conflit, dans les années vingt et les années trente, la littérature de guerre joua encore un rôle considérable dans la construction de mémoires parfois concurrentes du conflit. La dimension comparative proposée par cette journée d’étude permettra de mettre à jour singularités, convergences et divergences entre ces trois pays. Elle offrira aussi l’opportunité de tester les frontières du genre « littérature combattante ». Les écrits et poèmes de résistants belges ou français n’étaient-ils pas une forme de littérature combattante ? Qu’en est-il des récits, journaux intimes et poèmes évoquant les expériences de l’exil ou de l’occupation ? La poésie permet-elle de « témoigner » de la guerre ? Quels sont les ressorts de l’écriture, en vers et en prose, de l’expérience de guerre ?

Cette journée rassemblera des spécialistes (historiens et littéraires) des littératures de guerre française, belge et allemande. Elle mettra plus particulièrement l’accent sur la poésie de guerre qui reste encore assez largement méconnue, en dépit du dynamisme des études consacrées à la littérature de guerre.

 

Inscriptions : entrée libre sur réservation obligatoire

RSVP auprès de Victorine Hugot : victorine.hugot@diplomatie.gouv.fr ou +32 2 548 88 76

 

Programme

08h30 : Accueil des participants

09h15 : Mot de bienvenue 

09h30 : Nicolas Beaupré Maître de conférences en histoire (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Institut Universitaire de France

Introduction

 

Partie 1 : L’écriture en guerre et ses enjeux

09h40 – 10h05 : Hubert Roland Maître de Recherches du F.R.S.-FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain

Die Lyrik zum Ersten Weltkrieg als deutsch-französische Gattung

La poésie sur la Première Guerre mondiale : naissance d’un genre littéraire commun, en France et en Allemagne

10h05 – 10h30 : Prof. Dr. Geert Buelens Utrecht University / Stellenbosch University

Flemish First World War Poetry: from Germany to Belgium as the Enemy

De l’ennemi allemand à l’ennemi belge : la poésie flamande de la Première Guerre mondiale

10h30 – 10h50 : Discussion animée par Benoît Majerus Historien, Université du Luxembourg

10h50 – 11h10

Pause


Partie 2 : Etudes de cas

11h10 – 11h35 : Philipp Redl Adjoint au président de l’université de Freiburg

Ernst Stadlers Kriegstagebuch

Le journal de guerre d’Ernst Stadler

11h35 – 12h00 : Pauline Breton  Doctorante en histoire contemporaine à Paris Ouest-Nanterre la Défense, chercheur-associée à la Bibliothèque nationale de France (département des manuscrits)

Georges Duhamel : « élégies » ou la narration des silences de « Vie des Martyrs »

12h00 – 12h20 : Discussion animée par Nicolas Beaupré

 

12h20 – 14h15

Repas

Partie 3 : Ecrire et combattre : la Belgique combattante à l’arrière et au front

14h15 – 14h40 : Emmanuel Debruyne Docteur en Histoire, résident à l’Institut d’Etudes avancées de Paris, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

« Il semble qu’à côté j’entends quelqu’un gémir » – écrits poétiques de condamnés à mort en pays occupé, 1914-1918

14h40 – 15h05 : Philippe Beck  Docteur en langues et lettres, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

Les écrivains combattants belges dans les années 20 et 30

15h05 – 15h25 : Discussion animée par Pieter Lagrou

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles

 

15h25 – 15h45

Pause

 

Partie 4 : De la guerre à l’après-guerre

15h45 – 16h10 : Benjamin Gilles Conservateur à la BDIC, responsable des collections imprimées et électroniques, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS

Publier la littérature combattante de la Grande Guerre. Une analyse de la production éditoriale française de 1914 à 2014.

16h10 – 16h35 : Jörg Lehman Département d’histoire, Université de Stuttgart

Vom Held zum Märtyrer. Die Sakralisation des Frontkämpfers in der Kriegsliteratur der Weimarer Republik.

Du héros au martyr. La sacralisation du combattant dans la littérature de la guerre dans la République de Weimar.

16h35 – 16h55 : Discussion animée par Bruno Benvido Historien, CegeSoma (Centres d’études Guerre et Société) – Bruxelles

16h55 – 17h15 : Iris Hildebrandt Magdebourg

Adrienne Thomas : « Die Katrin wird Soldat ». Ein Kriegsroman in historischer Perspektive und die politische Bildung zum 1. Weltkrieg.

Adrienne Thomas : « Catherine soldat », un roman de guerre. Mise en perspective historique et éducation citoyenne sur la Première Guerre mondiale.

17h15 – 17h35

Débats et discussion conclusive

17h35

Réception de clôture

La lyre et les armes : poètes en guerre (Péguy, Stadler, Owen). Colloque international à Strasbourg

Capture d’écran 2015-01-23 à 14.34.25

La lyre et les armes : poètes en guerre

(Péguy, Stadler, Owen)

Colloque international

29-31 janvier 2015

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU)

(Auditorium)

organisé par la BNU et la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg,

avec le soutien du Consulat général de Russie

Programme

            Jeudi 29 janvier (à partir de 12.00) : Première journée

 

12.00 – 13.30 : Déjeuner (Buffet, BNU)

  • 13.30 – 14.00 :                      Ouverture du colloque par :

 

Albert Poirot, Administrateur de la BNU

Michel Deneken, 1er Vice – président de l’Université  de Strasbourg

Béatrice Guion, Directrice de l’Equipe d’Accueil « Configurations Littéraires »

  • 14.00 – 15.00 :                       Des poètes et la guerre : table ronde

Animée par  Jean-Yves Masson (poète et traducteur, professeur à l’Université Paris 4)

 

Avec la participation de : Salah Stétié, poète et diplomate libanais ; Stephen Romer, poète et traducteur anglais ; Michèle Finck, poète et traductrice française ; Olga Sedakova, poète et traductrice russe

 

Pause – café

 

  • 15.00  – 17.30 :                     Poésie et guerre : regards croisés

Présidé par Jean-Noël Grandhomme  (Université de Metz)

 

Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) : « Au front : littérature et poésie combattante de la Grande Guerre »

Olivier Henri Bonnerot (Université de Strasbourg) : « Ceux qui tiraient dans les étoiles… »

Jean-Pierre Rioux (Historien, Inspecteur général honoraire de l’Education Nationale) : « Eté 14 : Péguy en pantalon rouge »

 

Pause – café

 

v  à partir de 18.00 : visite guidée de l’exposition 1914, la mort des poètes à la Bibliothèque Nationale de Strasbourg, en compagnie de ses commissaires Julien Collonges, Jérôme Schweitzer et Tatiana Victoroff

 

v  à 20.00 : soirée poétique « La bataille de partout » : les poètes face à la violence de l’Histoire  (salle Pasteur, Palais Universitaire) >> Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

21. 30 : Diner au restaurant La Victoire (24 Quai des Pêcheurs)

 

 

 

            Vendredi 30 janvier : Deuxième journée

 

  • 10.00 – 12.30 :                      Poètes en dialogue : Péguy, Stadler, Owen

Présidé par Xavier Hanotte (Ecrivain et traducteur)

 

Maryse Staiber (Université de Strasbourg) : « De Péguy à Stadler : un cas de transfert culturel dans l’Europe d’avant-guerre »

Jennifer Kilgore-Caradec (Université de Caen) : « Blessures profondes dans l’œuvre de Péguy, Stadler et Owen »

 

Pause – café

 

Charles Fichter (germaniste, professeur agrégé) : « Stadler, Péguy et la guerre »

 

12.30 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00 – 18.00 :                       Dialogue entre les arts et la  guerre

Présidé par frère Remy Vallejo (Centre Emmanuel Mounier)

 

Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier) : « Les poètes et la Grande Guerre dans les revues expressionnistes allemandes Der Sturm, Die Aktion et Die Weißen Blätter »

Sophie Aymes-Stokes (Université de Bourgogne) et Brigitte Friant-Kessler (Université de Valenciennes) : « Entre traces et mémoire: illustrer la poésie de la Grande Guerre »

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg) : « Mystère et guerre. Charles Péguy et Richard Brunck de Freundeck »

 

Pause – café

 

Gilles Couderc (Université de Caen) : « Wilfred Owen, poète de guerre : la construction du mythe dans les arts »

Frank Knoery (Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg) : « La blessure et la chute. Une iconographie du héros de guerre dans les arts graphiques, autour du premier conflit mondial »

 

v  à 19.30 : soirée poétique au consulat de Russie à Strasbourg : lecture par Olga Sedakova de ses poèmes (en russe et en français)

>> Inscription obligatoire auprès de : vanessa.brosius@gmail.com ou 06 61 82 40 48

 

 

Samedi 31 janvier : Troisième journée

  • 9.00 – 13.00 :                        Mort(s) symbolique(s) : postérités des poètes

Présidé par Jérôme Roger (Université de Bordeaux)

 

Anne Mounic (Université Paris 3) : « Poètes de la Grande Guerre : le germe d’une pensée du singulier »

Yann Tholoniat (Université de Lorraine) : « Du corps poétique au corps politique dans les poèmes anglais de la Grande Guerre (Brooke, Sassoon, Owen) »

Claire Daudin (Association L’Amitié Charles Péguy) : « La mise en récit de la mort de Péguy (Barrès, Bernanos, Geoffrey Hill) »

 

Pause – café

 

Géraldi Leroy (Professeur émérite de l’Université d’Orléans) : « Péguy, ‘définition exacte’ du patriotisme »

Tatiana Taimanova (Université de Saint Pétersbourg). « Péguy sur la toile russe en 2014 »

 

13.00 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00-16.00 :             Postérités et traductions : table ronde

Animée par Maryse Staiber (Université de Strasbourg) et Anne Mounic (Université Paris 3)

 

Avec la participation de : Xavier Hanotte (écrivain et traducteur d’Owen en français), Philippe Abry (traducteur de Stadler), Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier),  Elizaveta Legenkova et Liudmila Chvedova (traductrices de Péguy en russe), Daniel Aranjo (Université de Toulon).

Nicolas Beaupré invité à l’émission « Tout un Monde » (France Culture) le 1er octobre 2013

bopMardi 1er octobre 2013 de 15h-15h30 vous pourrez entendre Nicolas Beaupré, maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand et membre de l’IUF dans l’émission de Marie-Hélène Fraïssé sur France Culture. Il interviendra sur la réédition en collection Biblis chez CNRS Editions de son livre Ecrits de guerre 1914-1918, récompensé par le Prix Joseph Saillet 2007 de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, le Prix Maurice Baumont 2007 et le Prix Henry Malherbe 2009 de l’Association des Écrivains Combattants.

Atrocities. Une découverte.

The Observer rapporte dans son édition du 3 février 2013 une importante découverte de textes inédits du poète de guerre britannique Siegfried Sassoon, suite à la mise en vente aux enchères d’une importante, et jusqu’alors inconnue, collection privée de manuscrits d’écrivains. Il s’agirait notamment d’un carnet  contenant une cinquantaine de poèmes de sa main, pour la plupart datant du début des années vingt. Parmi ces textes se trouverait néanmoins une version jusqu’alors inconnue et alternative du poème Atrocities publié dans le recueil Counter-Attack (1918). Pour mémoire, voici la version canonique de ce poème.

 

Atrocities

You told me, in your drunken-boasting mood,

How once you butchered prisoners. That was good!

I’m sure you felt no pity while they stood

Patient and cowed and scared, as prisoners should.

 

How did you do them in? Come, don’t be shy:

You know I love to hear how Germans die,

Downstairs in dug-outs. ‘Camerad!’ they cry;

Then squeal like stoats when bombs begin to fly.

 

And you? I know your record. You went sick

When orders looked unwholesome: then, with trick

And lie, you wangled home. And here you are,

Still talking big and boozing in a bar.

 

Ce poème relate donc dans ses deux premières strophes l’exécution cruelle de prisonniers allemands désarmés tandis que la dernière s’adresse à un « embusqué ». Comme le souligne le blogueur George Simmers, c’est précisément le choc entre ces deux positions extrêmes qui crée le malaise, le lecteur ne sachant plus très bien s’il doit condamner la cruauté des tueurs ou la couarde vantardise des planqués. Ce qui est renforcé encore par l’expression ironique – ou non – « That was good! »

On pourrait ajouter que le titre lui-même contribue à ce malaise puisque dans le contexte de l’époque « Atrocities » ne pouvait renvoyer en Grande-Bretagne qu’aux atrocités allemandes de 1914 et certainement pas à des exactions commises par ses propres troupes.

George Simmers rapporte du reste qu’a posteriori Sassoon lui-même dut avoir des sentiments pour le moins ambivalents à l’égard de ce poème puisqu’il le fit retirer des éditions de 1947 et 1961 de ses Collected Poems. Il ne réapparut qu’en 1983 dans l’édition de Rupert Hart-Harris publiée 16 ans après la mort du poète. Ce « remord » tardif, pour reprendre le vocabulaire des peintres, n’est du reste en rien spécifique à Sassoon. Tout particulièrement, lorsqu’il s’agit d’épisodes impliquant la mort donnée ou des actes de cruauté. On en retrouve ainsi des exemples chez Maurice Genevoix ou Blaise Cendrars notamment.

Quoi de neuf alors dans la découverte ? Selon Simmers pas grand chose étant donné la force énigmatique et déjà scandaleuse de la version publiée. Pour lui, les variantes seraient peut-être davantage stylistiques que liée à une autocensure ou à celle de son éditeur, version qui semble selon The Observer, avoir en revanche la faveur de la biographe de Sassoon Jean Moorcroft Wilson. Malheureusement, The Observer ne nous livre pas de copie ou de transcription complète de la version antérieure. Il nous dit seulement que celle-ci était encore plus cruelle :

« The original version of the poem includes the phrases « you’re great at murder » and « gulp their blood in ghoulish dreams », which were later deleted.

After his first stanza’s description of « butchered » prisoners, the printed second stanza reads: « How did you do them in? … » But in the draft, Sassoon wrote: « How did you kill them? … » »

Cependant l’article nous apprend que la version originale du poème est également accompagnée d’une lettre de Sassoon qui atteste bien que ce poème est inspiré par des faits réels – ou du moins rapportés comme tels à Sassoon – ce qui jette un éclairage supplémentaire sur un moment du combat sur lequel les sources sont souvent très rares : celui de la capture des prisonniers.

Cette découverte contribue aussi à complexifier encore davantage l’image qu’on pouvait avoir de Siegfried Sassoon en particulier et des War Poets en général. Elle s’ajoute en effet à une autre découverte de manuscrit datant elle de 2011. The Telegraph (11 novembre 2011) rapportait alors une découverte de Jean Moorcroft Wilson. Celle-ci avait retrouvé un carnet de poèmes de tranchée de janvier 1916 qui montrait que la conversion supposée de Sassoon au pacifisme avait été plus tardive qu’on ne le pensait ou mieux, que son rapport à la guerre était plus complexe qu’un simple rejet. Mais après tout, une lecture attentive de ses War Diaries 1915-1918 publiés dès 1983 n’était-elle pas déjà en mesure de corroborer cela ?

Nicolas Beaupré

La biographie de Sassoon sur wikipedia en français.

La biographie de Sassoon sur wikipedia en anglais.

Le site de référence sur les War Poets : The First World War Poetry Digital Archive (ne contient malheureusement pas – encore – le manuscrit d’Atrocities).

Le blog de George Simmers : Great War Fiction