Archives par mot-clé : Témoignages

Littérature, identités régionales et Grande Guerre

Littérature et Grande Guerre

 

Littérature, identités régionales et Grande Guerre

Journée d’étude à Clermont-Ferrand (UBP – CHEC – MSH Clermont-Ferrand)

28 novembre 2014 – MSH Clermont-Ferrand, salle 220, 9h-16h.

Comité d’organisation : Nicolas Beaupré, Vincent Flauraud, Aline Fryszman.

 

L’échelle régionale a été longtemps été délaissée par les spécialistes de la Grande Guerre. Elle permet pourtant de se rapprocher des communautés locales en guerre, d’étudier la manière dont individus et groupes s’appuient sur des solidarités préexistantes pour faire face au conflit, mobilisent leurs identités locales et régionales dans une guerre entre nations et comment ils reconfigurent – ou non – les liens entre les « petites patries » et la « grande patrie ».

Comme la littérature joue un rôle dans l’élaboration – mais aussi à la remise en question – des identités territoriales, elle contribua également à forger et / ou à interroger les identités de guerre et d’après-guerre. Le récit de guerre notamment participa à la construction de l’expérience de guerre et de l’identité combattante. Les études pourtant très foisonnantes qui lui sont consacrées ont toutefois largement négligé les littératures régionales et régionalistes et les allusions aux régions d’appartenance dans la littérature combattante. De leur côté, les études consacrées aux littératures régionales s’arrêtent souvent à l’aube de la Grande Guerre ou l’englobent sans s’y arrêter avec précision. Le but de cette journée d’étude sera justement de combler ces lacunes.

Programme

            Matin 9h-12h15

9h

Mot d’accueil par Philippe Bourdin, directeur du CHEC

9h15-9h30

Introduction

Nicolas Beaupré (Université Blaise Pascal, CHEC, Clermont-Ferrand, IUF, Centre International de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

9h30-9h55

Littérature(s), identité(s) régionale(s) et Grande Guerre en Bretagne

Yann Lagadec (Université de Rennes 2)

9h55-10h20

Trois écrivains bretons face à l’expérience de La Première Guerre mondiale : Guéhenno, Guilloux et Lefebvre et la difficile construction d’une identité régionale progressiste

Benoît Kermoal (EHESS, Paris)

10h20-10H40

Discussion modérée par Vincent Flauraud (Université Blaise Pascal, CHEC, Clermont-Ferrand)

10h40-11h : pause café

11h-11h25

« Canchon d’guerre » : un peu de chez soi dans les tranchées. Chants et chansons ch’timis

Michaël Bourlet (Écoles de Saint-Cyr-Coëtquidan)

11h25-11h50

La Grande Guerre de la littérature catalane.

Réflexion transfrontalière sur l’écriture en catalan durant la Première Guerre mondiale

Nicolas Berjoan (Aix-Marseille Université, Casa de Velázquez)

11H50-12H30

Discussion modérée par Nicolas Beaupré

            Après-midi 13h45-16h

13h45-14h10

Guignol, voix de Lyon et des Lyonnais, au cœur de la guerre

Bruno Fouillet (Lycée Louis Armand, Villefranche sur Saône)

14h10-14h35

Henri Pourrat, Les Montagnards entre petite et grande patrie

Pierre Cornu (Université Lumière Lyon 2)

14h35-15h

La Grande Guerre d’Alexandre Vialatte, ou « La mue périlleuse ».

De l’Auvergne à l’Allemagne (1916-1959)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal, CELIS, Clermont-Ferrand)

15h-15h30

Discussion modérée par Aline Fryszman (CPGE, Lycée Blaise Pascal, Clermont-Ferrand)

15h30-16h

Débats conclusifs sur l’ensemble de la journée animés par Vincent Flauraud et Aline Fryszman

 

 

Historicités et temporalités de la Grande Guerre

Le dossier du dernier numéro (n°117 de Janvier-Mars 2013) de Vingtième Siècle. Revue d’Histoire est consacré aux « Historicités du 20e Siècle ». Il est dirigé par Quentin Deluermoz et Ludivine Bantigny. Il contient notamment un article de Nicolas Beaupré, membre du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre intitulé : « La guerre comme expérience du temps et le temps comme expérience de guerre. Hypothèses pour une histoire du rapport au temps des soldats français de la Grande Guerre » (p. 167-181).

En voici un court résumé  :

Cet article interroge l’intérêt et la possibilité d’une histoire du rapport au temps des combattants français de la Grande Guerre. Il se penche tout d’abord sur la question des sources. Il montre alors que récits comme journaux intimes, correspondances ou poèmes, qui sont les sources indispensables à ce type d’histoire, génèrent de puissants effets de sources dont il absolument est nécessaire de tenir compte. Toutefois il semble pertinent de s’interroger sur l’existence ou non de micro régimes d’historicités liés à l’expérience de guerre. Cet article montre en effet que l’expérience de guerre au front est également une expérience particulière du temps où peuvent par exemple se conjuguer un temps immobile et des projections dans l’avenir recelant parfois de grandes attentes. Il montre aussi l’importance de l’appréhension de la guerre comme parenthèse temporelle pour les combattants. On peut même imaginer que dans ce rapport à un temps à la fois subi mais également élaboré par les combattants eux-mêmes – notamment dans l’écriture quotidienne de lettres et de carnets – réside peut-être l’une des raisons de leur ténacité au front.

Le numéro de la revue et l’article sont consultable sur CAIRN.