Programme 2022

détail ci-dessous

Samedi 21 mai 2022, 15H Historial de la Grande Guerre (Péronne) : « Le retour des morts en Belgique, 1918-1923″ une conférence de Laurence van Ypersele (Université de Louvain)

Dimanche 5 juin 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : « Proust et la Grande Guerre » une conférence de Luc Fraisse (Université de Strasbourg)

Samedi 9 juillet 2022, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : “30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre”, 3 Tables rondes et ciné-concert de l’ensemble Duruflé et de Laurent Veray.

Samedi 8 octobre 2022, Blois : Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « La mer », Table ronde : « 1914-1918 en mer : la guerre profonde »H

Jeudi 27 octobre 2022, 18h30, Paris : « Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome » une conférence de Marco Mondini (Université de Padoue) à l’Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris

 Vendredi 11 novembre 2022,  15H, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : Table ronde : « Autour de la gravure d’Otto Dix » avec Annette Becker,  Marie Gespert, Stéphane Audoin-Rouzeau et John Horne.

 Samedi 10 décembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre : « L’URSS, le dernier combat de Lénine » une conférence d’Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)

Programme sous réserve de modification. Inscription conseillée :

cir@historial.org        Tel 00 33 (0)3 22 83 14 18

Programme 2022 détaillé

Samedi 21 mai 2022, 15H Historial de la Grande Guerre (Péronne)

« Le retour des morts en Belgique, 1918-1923″

Une conférence de Laurence van Ypersele (Université de Louvain)

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un peu partout, les familles endeuillées réclament le corps de l’être cher, mais les Etats commencent par refuser. Entre la volonté de nationaliser les morts et le besoin de d’en prendre soin le dialogue est impossible. En Belgique, comme en France, s’en suit un bras de fer entre l’Etat et les familles qui durera plus de trois ans. Le retour des morts se fera donc par étapes: symbolique d’abord, par procuration ensuite, réelle enfin.

DOCTEUR en histoire, Laurence Van Ypersele est chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.N.R.S.) et professeur à l’Université catholique de Louvain. Spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’imagerie politique, elle s’intéresse aux visions du monde, de soi et des autres, aux valeurs et aux affects d’antan. Elle codirige actuellement, avec Myriam Watthee-Delmotte et Paul-Augustin Deproost, l’ARC « Structures et pouvoirs des imaginaires : héroïsation et questionnement identitaires en Occident ».

———————————————-

Dimanche 5 juin 2022 à 15H

« Proust et la Grande Guerre »

Une conférence de Luc Fraisse (Université de Strasbourg)

L’écrivain Marcel Proust a connu la Première Guerre mondiale, appelée alors la Grande Guerre, depuis l’arrière. Très compatissant à l’égard des combattants, il en suit avec angoisse la progression en lisant sept journaux par jour. Par là, la guerre fait son entrée dans son cycle romanesque A la recherche du temps perdu, à travers une discussion très poussée sur la stratégie militaire qui devient un symbole de la création, et un épisode sur Paris en guerre dans le dernier volume, Le Temps retrouvé.

Luc Fraisse est professeur de littérature française à l’université de Strasbourg. Il a consacré l’essentiel de ses travaux à Marcel Proust, notamment en 2018 Proust et la stratégie militaire. Aux Classiques Garnier, il dirige la collection “Bibliothèque proustienne”, la Revue d’études proustiennes et réédite actuellement A la recherche du temps perdu entièrement révisée sur les manuscrits et à l’aide d’une ample documentation. Il a récemment découvert, dans le fonds laissé par Bernard de Fallois, des nouvelles de jeunesse publiées sous le titre Le Mystérieux Correspondant et autres nouvelles inédites (Éditions de Fallois, 2019) ainsi que les Souvenirs de lecture de Jeanne Proust (Éditions de Fallois, 2020), un cahier rempli par la mère de l’écrivain.

———————————————-


Samedi 9 juillet 2022

Venez fêter les 30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

11H  – 12H30 : “À l’origine” Table ronde animée par Manon Pignot (UPJV) avec les historiens : Jay Winter, Gerd Krumeich, Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau.

 13H30- 15H00 :  “Parcours” une table ronde animée par Emmanuel Laurentin (France Culture) réunissant  d’anciens boursiers du CiRHGG :  Julia Ribeiro, Ken Daimaru, Susanne Brandt, Laurent Veray, James Connolly, Michaël Amara.

15H00- 15H30 : Remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial

16H 17H30 : “Irrigation” table ronde animée par Clémentine Vidal-Naquet : Jean Rouaud (écrivain), Kris (auteur de BD), Henri Colomer (réalisateur), Philippe Prost (Architecte Anneau de la mémoire).

18H30-20H30 : Ciné-concert spectacle organisé par Laurent Veray avec l’ensemble Duruflé.

Verre de l’amitié

———————————————-

Samedi 8 octobre 2022

Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « La mer »

 « 1914-1918 en mer : la guerre profonde »

Une table ronde avec : John Horne (émérite, Trinity College Dublin); Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Olivier Forcade (Sorbonne Université) ; Arndt Weinrich (Sorbonne Université)

———————————————-


Jeudi 27 octobre 2022

à la conférence de Marco Mondini (Université de Padoue)

 qui se déroulera à

l’Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris 

« Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome »

Squadristi 1921 coll particulière

On dit que, en se présentant au roi Victor-Emmanuel III pour recevoir la charge de chef du gouvernement, le 30 Octobre 1922, Benito Mussolini aurait déclaré : « Majesté, je vous apporte l’Italie de Vittorio Veneto reconsacrée par de nouvelles victoires…». La phrase est sans doute apocryphe. Cependant, à l’époque, chaque militant fasciste en a eu connaissance. Au moment où il prenait le pouvoir, juste après la soi-disant « marche sur Rome », le duce aurait ainsi souligné symboliquement le point central de l’idéologie de son parti, issu d’un petit mouvement de vétérans parmi d’autres dépourvu de tout poids politique :  le fascisme était fils et héritier de la Grande Guerre.   

En fait, même si l’ambiguïté, et souvent les contradictions, sont la marque de ses programmes successifs, trois principes au moins sont immuables dans la parabole du fascisme italien, qu’il s’agisse du petit mouvement radical-patriotique-révolutionnaire-gauchiste de 1919 ou du parti-apparat nationaliste qui occupe la structure de l’Etat italien après la prise du pouvoir de 1922. Premier de ces principes : 1915-1918 a constitué une expérience morale fondamentale pour le jeune Etat national italien. Les sacrifices, le sang, le feu et la Victoire ont fait enfin des Italiens une communauté nationale solide, fière et guerrière, ce qu’elle était censée être si l’on en croit la mythologie nationaliste du XIXème siècle. Le second : la mobilisation totale pour la guerre est le modèle que les fascistes évoquent pour bâtir une Italie moderne refusant la médiocrité et les faiblesses du passé. Troisième principe : ceux qui ont combattu ont gagné le droit d’être la nouvelle aristocratie de la nation et dorénavant de la conduire, en remplaçant l’ancienne élite politique et sociale libérale (et, bien sûr, en abolissant la démocratie). Mussolini évoque très tôt la «trincerocratie» : la Grande Guerre impose un changement radical dans l’exercice de la souveraineté.

Dans les années suivantes, en revendiquant le caractère totalitaire du régime, la dictature fasciste eut pour ambition de former une nation nouvelle, unifiée, militarisée et mobilisée en permanence sur la base des valeurs de foi, de force et de combat. Le but de ce projet totalitaire était, enfin, la création d’un nouveau paradigme humain, incarné par l’idéal-type du combattant : un guerrier dévoué, discipliné, formé par une pédagogie héroïque obsédante censée occuper chaque moment de la vie quotidienne, prêt pour les guerres du futur parce que le destin de la plus grande Italie se devait de renaître au feu, la victoire indiquant un destin de gloire impériale. Origine idéale et horizon vital, modèle culturel et d’organisation sociale : la guerre est immanente dans la parabole du fascisme.

Mais le fascisme italien n’est que l’une des nouvelles forces politiques qui, dans l’Europe d’après 1918, perçoivent la guerre totale comme un tournant qu’impose une révolution dans la citoyenneté et la souveraineté. Dans cette conférence, je proposerai un itinéraire à travers le lien entre guerre et fascisme (ou, mieux, entre guerre et fascismes) selon deux perspectives. L’une aura pour point focal le contexte transnational des mouvements de vétérans européens qui ne se démobilisent pas, se remobilisent ou animent des guerres après la guerre, dans le cadre d’une Europe qui semble inapte à trouver une paix véritable. L’autre se centrera sur la dictature mussolinienne au titre de cas d’école d’une force politique (pas la seule, certainement…) générée par la guerre et qui, dans la guerre, retrouve sa raison d’être. L’Etat guerrier permanent est l’idéal du fascisme : une opération d’ingénierie sociale et politique dont le destin était une grande guerre à venir.     

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Pise, il est professeur à l’Université de Padoue où il enseigne l’histoire de la guerre. Il est chercheur partenaire à l’UMR Sirice (CNRS – Paris Panthéon Sorbonne) et membre du Comité Directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : Fiume 1919. Una guerra civile italiana (2019), Il Capo. La Grande guerra del generale Luigi Cadorna (2017, trad. allemande 2020) et La guerra italiana. Partire, raccontare, tornare (2014).

———————————————-

Vendredi 11 novembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre

Table ronde : ” Autour de la gravure d’Otto Dix “

Otto Dix dont les œuvres sont présentées à l’Historial de la Grande Guerre, une gravure est manquante écartée par l’éditeur en 1924 : « Le soldat et la nonne » qui représente un viol de guerre. Acquise récemment par l’Historial, elle sera présentée et recontextualisée pour la première fois au public à l’occasion de cet évènement.

Intervenants Annette Becker, Marie Gispert, Stéphane Audoin-Rouzeau, John Horne.

———————————————-

Samedi 10 décembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre

« L’URSS, le dernier combat de Lénine »

Une conférence d’Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)Affiche du film documentaire de Dziga Vertov La sixième partie du monde (19026)

En mars 1918, quand les traités de Brest-Litovsk actent la désintégration de l’empire tsariste, la Russie de Lénine ne représente qu’une petite tache rouge perdue dans l’immensité eurasienne. Quatre ans et demi plus tard, fin 1922, l’empire soviétique a regagné par les armes l’essentiel de l’héritage territorial des Romanov. L’Union des Républiques socialistes soviétiques est le dernier œuvre de Lénine, et son ultime combat contre celui qu’il a promu envers et contre tous : Staline.

Alexandre Sumpf est maître de conférences (HDR) à l’université de Strasbourg. Il est notamment l’auteur de La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918 (Perrin, 2014), de 1917. La Russie et les Russes en révolution (Perrin, 2017) et de The Broken Years. Russia’s Disabled War Veterans, 1904-1921 (Cambridge University Press, 2022).

      

“Pollutions de la Grande Guerre. Mythe centenaire ou réalité durable ? Un éclairage nouveau aux interfaces entre histoire environnementale et militaire” Daniel hubé, dimanche 3 avril, 15H, Historial.

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de Daniel Hubé (BRGM), Dimanche 3 avril à 15H à l’Historial (Péronne) dans le cadre du Printemps du Département de la Somme.

Souvent contournée, toujours méconnue, la question de l’empreinte de  la Première Guerre mondiale sur l’environnement dans lequel nous vivons est longtemps restée tapie dans l’ombre de l’histoire et des commémorations. C’est pourtant dans la pénombre d’une clairière aux sols noircis qu’en 2013, près de Verdun, elle ressurgit. Rien ne pousse sur ces sols toxiques dont l’origine semble comme avoir été effacée des mémoires. Cette conférence invite à une immersion dans la Grande Guerre, mais aussi largement dans cette sortie de guerre industrielle, au travers du prisme de l’environnement, pour peut-être éclairer le présent, et intégrer à l’avenir l’héritage de 14 – 18 dans l’aménagement de notre territoire.

Daniel Hubé est ingénieur-géologue spécialisé dans les sciences de l’environnement au sein du service géologique national à Orléans. C’est en croisant ses missions professionnelles et son appétence pour l’histoire moderne et contemporaine, qu’il focalise depuis plus de 10ans ses recherches aux interfaces entre histoire environnementale et militaire, sur les conséquences environnementales actuelles héritées de la Grande Guerre. Doctorant (sous co-direction en histoire et en environnement), il est aussi l’auteur de deux ouvrages « Sur les traces d’un secret enfoui. Enquête sur l’héritage toxique de la Grande Guerre » (Michalon éditeur, 2016), finaliste du Prix Maginot à Verdun (2016) et « 14-18 Tremblements de guerre, les géologues au cœur de l’histoire » (BRGM Editions, 2017), de nombreux articles pour l’espace pédagogique de la Mission du Centenaire et d’un article dans une revue internationale (Daniel Hubé (2017): Industrial-scale destruction of old chemical ammunition near Verdun: a forgotten chapter of the Great War, First World War Studies). Enfin, conférencier, il a aussi participé à de nombreux documentaires pour des chaines TV françaises et étrangères (Corée, Allemagne, etc.)

Brûlage d’obus en tranchées à Trelon (Nord), vers 1921. Collection particulière.

 Sondages sécurisés à la pelle mécanique sur le terrain de brûlage d’obus chimiques (vers 1926) près de Verdun (D. Hubé, octobre 2014)

Info / inscription :  c.fontaine@historial.org  tel 03 22 83 14 18

   

 

 

Soutien du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre aux chercheurs, enseignants, étudiants et au peuple d’Ukraine.

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne tient à exprimer son soutien plein et entier aux enseignants, aux chercheurs, aux étudiants et à l’ensemble du peuple d’Ukraine victime d’une brutale agression.

Depuis 2014, le régime de Vladimir Poutine s’emploie à contrecarrer dans la violence les aspirations légitimes à la liberté et à la souveraineté de son voisin alors même que la Russie avait avalisé l’indépendance de l’Ukraine depuis 1991. Cet accord avait été renouvelé par un traité d’amitié signé en 1997.

Après l’annexion de la Crimée en 2014, un conflit de basse intensité et une guerre de tranchées dans le Donbass, ayant fait plusieurs milliers de morts, un palier a été franchi le 24 février 2022. 

Après avoir massé des centaines de milliers de combattants et proféré les pires menaces, Vladimir Poutine, avec le soutien d’Alexandre Loukachenko, le dictateur du Belarus, a ordonné à ses troupes d’envahir l’Ukraine par le nord, l’est et le sud. Cette violation délibérée du droit international et des droits humains nous renvoie aux heures les plus sombres de l’histoire de notre continent européen.

Comme historiennes et historiens de la Grande Guerre et des violences du XXe S. nous ne savons que trop que les premières victimes de la guerre sont les populations civiles dont le seul crime, aux yeux de l’agresseur, était de vouloir vivre en paix et librement. Elles font désormais l’expérience du deuil, de la blessure, du bombardement, du traumatisme, de l’exil et du refuge. Malgré tout ce qu’il subit, le peuple ukrainien, avec son président Volodymyr Zelensky, administre au monde, en soutien de son armée, une magistrale leçon de courage. Ce faisant, il démontre l’inanité des prétentions annexionnistes et révisionnistes de Vladimir Poutine et de ses affidés. Il affirme ainsi, par ses actes, qu’il entend être l’agent de sa propre destinée politique. Consentant aux plus grands sacrifices, mobilisé activement et volontairement dans la défense de son pays, le peuple ukrainien mérite non seulement notre aide et notre soutien mais aussi notre admiration.

Nous constatons également, sans surprise, que l’agresseur recourt de manière systématique à la propagande la plus cynique ainsi qu’à une instrumentalisation idéologique de l’histoire. Il espère ainsi non seulement répandre le mensonge dans le monde mais aussi réduire au silence la moindre opposition à sa guerre en Russie, et dans l’espace postsoviétique.

C’est pourquoi, les membres du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, appuient toutes les initiatives visant à dévoiler ces mensonges comme à venir en aide aux Ukrainiens. Ils demandent notamment à leurs gouvernements respectifs d’entendre les appels déjà forts nombreux de la communauté académique et universitaire visant à permettre l’accueil des chercheurs, enseignants, étudiants chassés de chez eux ou persécutés du fait de cette guerre mais aussi plus largement d’accorder asile et refuge aux populations civiles fuyant la violence de guerre et la violence politique.

Péronne, le 1er mars 2022

Le Comité Directeur du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Stéphane Audoin-Rouzeau, Nicolas Beaupré, Annette Becker, Bruno Cabanes, Caroline Fontaine, Franziska Heimburger, John Horne, Heather Jones, Marco Mondini, Philippe Nivet, Anne Rasmussen, Arndt Weinrich, Laurence van Ypersele

dimanche 6 mars conférence d’Emmanuel Debruyne : « Femmes à Boches ». Des relations intimes entre occupants et occupées, 1914-1918

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter le Dimanche 6 mars 2022, 15H à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne, Salle du théâtre de verdure à la conférence d’Emmanuel Debruyne (Université de Louvain (UCL))

« Femmes à Boches ». Des relations intimes entre occupants et occupées, 1914-1918

Pendant la Grande Guerre, les territoires belges et français occupés ont vu se développer sur leur sol des relations intimes entre des milliers de leurs habitantes et des soldats allemands. Celles-ci ne sauraient être réduites à une révolte de l’amour contre la haine. La vague de viols qui accompagne l’invasion d’août 1914 participe à terroriser les populations civiles. Et la prostitution connaît un essor fulgurant au cours des années suivantes. Quelle que soit leur nature, ces relations ne laissent pas les occupés indifférents : pendant quatre ans, le corps féminin est l’enjeu de tensions incessantes en pays occupé. « Sources de contamination » pour les uns, « femmes à Boches » pour les autres, celles qui fréquentent l’ennemi font les frais de leur choix. Ostracisées sous l’occupation, tondues à la libération, puis disparues une fois la paix revenue.

Emmanuel Debruyne est professeur à l’Université de Louvain (UCL), où il enseigne l’histoire contemporaine. Spécialiste des occupations militaires durant les deux guerres mondiales, il a notamment publié « Femmes à Boches ». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre (Les Belles Lettres, 2018). Récemment, il a également dirigé avec James Connolly, Elise Julien et Matthias Meirlaen, En territoire ennemi. Expériences d’occupation, transferts, héritages (1914-1949) (Presses du Septentrion, 2018).

Pour tout renseignement/inscription : cir@historial.org 03 22 83 14 18

Bonne Année 2022

Toute l’équipe du

Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre vous adresse ses meilleurs vœux pour la nouvelle année.

Nous espérons avoir le plaisir de vous retrouver lors des différentes manifestations (conférences, colloques…) et particulièrement pour

fêter ensemble nos 30 ans !

l’Historial enveloppée d’une lumière dorée un soir d’hiver

 

Attention !

la date limite pour déposer un dossier de demande de bourse est fixée au 26 février !

Pour tout renseignement voir ici :

https://1418.hypotheses.org/bourses  

et pour toute question :

  cir@historial.org

 

 

conférence : Samedi 27 novembre, 15H, « L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ? » Richard Klein

Nous sommes très heureux de vous inviter le  Samedi 27 novembre 2021, 15H à l’Historial de la Grande Guerre à la conférence :

« L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ? »

de Richard KLEIN  (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille) 

La reconstruction des régions dévastées lors de la Première Guerre mondiale a contribué au développement de l’architecture régionaliste dans la France de l’entre-deux guerres. Les architectes inventèrent alors des formes à la fois héritées du siècle de l’éclectisme et influencées par l’exposition parisienne des arts décoratifs de 1925. C’est vraisemblablement la tentative de concilier les tendances du régionalisme et les principes naissants de la modernité qui permet de mieux appréhender la variété et les qualités plastiques des architectures reconstruites après les destructions de la Grande Guerre.

Richard Klein est architecte, historien de l’architecture, Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, Président de docomomo France. Ses recherches portent sur l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Parmi ses derniers ouvrages publiés : A quoi sert l’histoire de l’architecture aujourd’hui ?, Paris, Hermann, 2018. Les maisons de la culture en France, Paris, éditions du patrimoine, 2018. Dialogues sur l’invention, Roland Simounet, Paris, Les productions du Effa, 2017 (réédition de l’édition de 2005). Robert Mallet-Stevens, La villa Cavrois, Paris, Picard, 2015 (réédition de l’édition de 2005), préface de Jack Lang.
La conférence sera suivie du verre de l’amitié.  
Pass sanitaire et masque obligatoires

Renseignement/inscription : cir@historial.org

11 novembre 2021 Historial de la Grande Guerre, Péronne 15H : « Acteurs de la Grande Guerre comment sont-ils passés de la Première à la Deuxième Guerre mondiale?» 16H45 : remise des bourses Gerda Henkel du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Le Centre international de Recherche

et l’Historial de la Grande Guerre

sont heureux de vous inviter le jeudi 11 novembre 2021

en présentiel et via Zoom à

 15H : Table ronde

 « Acteurs de la Grande Guerre :

comment sont-ils passés de la Première à la Deuxième Guerre mondiale ? » 

16H45 : Cérémonie de remise des bourses

 17H15 : Verre de l’amitié

 

                   

 

 Programme

15H : « Acteurs de la Grande Guerre :  comment sont-ils passés de la Première à la Deuxième Guerre mondiale ?» table ronde avec :

Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain): « François d’Ursel, de l’échec à la revanche ».

Annette Becker (Université Paris-Nanterre) : « Käthe Kollwitz : le deuil politique, 1914-1945-1989 »

Heather Jones (University College London): ): « Le poids de la Grande Guerre dans la vie d’Anthony Eden, homme politique britannique »

Philippe Nivet (Université de Picardie-Jule Verne)  : « Emilienne Moreau, la double résistance »

Bruno Cabanes (Ohio State University) : « Les deux pacifismes de Vera Brittain »

Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS) : « Raymond Aron : 8 mai 1945 et 11 novembre 1918 »

John Horne (Emérite Trinity College Dublin) : Conclusion

 16H45 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

La cérémonie sera présidée par le Président du Conseil départemental de la Somme ou son représentant. Les trois lauréats présenteront leur thèse en 5 mn.

Les lauréats 2021 sont :

  • Charles Koussou, Universités de Cergy-Paris et Göttingen : « Les Sorties de guerre  des coloniaux allemands du Togo (1914-1919) »
  • Julia Ribeiro Simon Cavalcanti Thomaz, Université Paris-Nanterre et EHESS : « Poésie en langue française de la Première Guerre mondiale :  poètes, poèmes et leur usage comme source pour une anthropologie historique de l’expérience de combat ».
  • Juliette Sauvage, Université de Picardie-Jules Verne : « Roland Dorgelès et la Première Guerre mondiale »

17H15 : Verre de l’amitié 

Pass sanitaire et masque sont obligatoires

Entrée libre dans limite des places disponibles, inscription recommandée.

Renseignement/inscription cir@historial.org et 06 81 61 61 97

invitation : Conférence “Les gueules cassées dans l’après-guerre” Sophie Delaporte, Jeudi 29 avril, 19H

Jeudi 29 avril 2021 à 19H

Le Centre international de Recherche

et l’Historial de la Grande Guerre

sont heureux de vous inviter à la conférence de

Sophie Delaporte

de l’Université de Picardie Jules Verne :

“Les gueules cassées dans l’après-guerre”

Jeudi 29 avril 2021 à 19H

(Conférence 45 mn questions 15 mn)

Délégation de cinq fantassins « gueules cassées » pour la signature du traité de Versailles 28 juin 1919. Coll. Historial de la Grande Guerre.

en vous inscrivant par email à

accueilmediation@historial.org

vous recevrez le lien Zoom de la conférence.

On estime à environ 50.000 le nombre de combattants français dont la blessure reçue au visage a fait défiguration. Nous nous arrêterons ici sur l’itinéraire de l’un d’entre eux, Albert Jugon. En effet ce dernier s’érige en figure emblématique de la violence nouvelle du champ de bataille et de l’impact sur les chairs de ceux chargés de la faire. Blessé en septembre 1914, il n’a quitté l’hôpital qu’en 1919, fier de porter le visage que lui avait fait le chirurgien Morestin, au Val-de-Grâce. Nous nous intéresserons surtout à sa vie d’après afin de voir de quelle manière Albert Jugon (second en partant de la droite) a reconstruit du lien social et s’est réadapté à la vie civile dans l’après-guerre.

Maître de conférences habilitée à l’Université de Picardie Jules Verne, Sophie Delaporte est une grande spécialiste de l’histoire de la médecine pendant la Grande Guerre. Elle a soutenu une thèse de doctorat en Histoire contemporaine : « Le discours médical sur les blessures et les maladies pendant la Première Guerre mondiale », sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Université de Picardie Jules Verne, janvier 1999 (Travail qui a bénéficié d’une bourse d’étude du Centre de recherche de l’Historial de Péronne –Somme et d’une bourse du CEHD de Vincennes). Puis en 2013 elle soutien son Habilitation à diriger des recherches : « Traumatismes et représentations. Les corps, l’atteinte, les soins, la guerre, XIXe-XXIe siècle ».

Publications :

« ‘‘Gueules cassées’’, les blessés de la face de la Grande Guerre », Noêsis, Agnès Viénot, 1996, 2001, 2003 (France Loisirs), 2004.

« Les médecins dans la Grande Guerre, 1914-1918 », Bayard, 2003.

« Samedi 22 août 1914 : un médecin dans la bataille » Odile Jacob, 2016.

« Visages de guerre, les gueules cassées de la guerre de Sécession à nos jours », Belin, 2017.

« Pierre Schoendoerffer ou la guerre: des vaincus et des survivants (Indochine, Algérie,Vietnam) », Nouveau MondeEditions, 2018.

https://www.u-picardie.fr/medias/fichier/cv-sophie-delaporte_1538726701853-pdf?ID_FICHE=15346

 

 

 

Lauréats 2020 des Bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

(Présentation vidéo à venir)

  • Sofya Anisimova (University of St Andrew)

« Russia’s Military Strategy and the Entente in the First World War 1914-1917 »

  • Cameron Givens (Ohio State University)  : “A Rumor of War: Misinformation, Internal Enemies, and the Making of Modern America, 1915-1924”

  • Gwendal Piegais (Université de Brest-Université de Strasbourg) :

« Les Brigades russes en Macédoine. Une participation russe aux opérations des Armées alliées d’Orient 1916-1919 »

  • Blasco Sciarrino (Central European University) 

«Activism and Status among Politically Organized Veterans in Italy and Romania 1918-1944 : A Comparativ Study »

11 novembre 2020

11 novembre 2020 : “100 ans de la cérémonie du 11 novembre”

A l’occasion du centième anniversaire de la cérémonie du 11 novembre, Annette Becker (Université Paris-Nanterre, Vice-Présidente du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre), nous fait le récit de l’histoire de cette cérémonie :

“L’histoire de la cérémonie du 11 novembre”

11 novembre 1920 – Le cercueil du soldat inconnu est transporté sous l’Arc de Triomphe, Gallica, BNF, Agence Rol

Mardi 17 Novembre 2020 : « Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix » Table ronde « Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix »

L’enregistrement d’une courte table ronde sur la cérémonie d’entrée au Panthéon des cendres de Maurice Genevoix, sera mis en ligne au cours du mois de novembre sur le site de l’Historial. La date sera précisée dès que possible.

« Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix », cette table ronde reviendra sur la cérémonie qui se sera déroulée le 11 novembre 2020. Les historiens du Centre de recherche proposeront différentes réflexions sur l’événement et sur l’écrivain. Aussi, il est demandé aux personnes souhaitant suivre à cette table ronde de regarder la cérémonie d’entrée au Panthéon de l’écrivain-combattant qui sera retransmise sur France 2.

Report en 2021 pour cause de la Covid, les nouvelles dates seront communiquées dès que possible. Merci de votre compréhension : 

  • Reportée en 2021 : Mardi 10 novembre 18H : Hôtel national des Invalides, Musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, Grande conférence annuelle du Centre de Recherche ; Marco Mondini (Université de Padoue) : “Guerre et fascisme, 1919-1945”
  • Reportée en 2021 : Mercredi 11 novembre : 16H45 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel et UPJV du CIRHGG

Manifestations reportées à cause de la COVID à 2021

Samedi 24 octobre 2020, Historial de la Grande Guerre  : Conférence reportée,  en  2021, à cause de la COVID  : A l’occasion de la semaine nationale de l’architecture. : “L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ?”  Richard Klein (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille)

Mardi 1o novembre 2020, 18H, Musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides, Auditorium Austerlitz.

Grande conférence annuelle du Centre de Recherche

“Guerre et fascisme, 1919-1945” Marco Mondini (Université de Padoue)

Origine idéale et horizon vital, modèle culturel et organisation sociale, la guerre est immanente dans la parabole du fascisme.  Cette conférence propose un itinéraire qui mène de la guerre au fascisme et du fascisme à la guerre, en étudiant comment et pourquoi la Grande Guerre occupe cette place centrale dans le fascisme et en en suggérant les conséquences pour la dictature mussolinienne, dont les guerres futures vont cristalliser les apories et les fractures de l’histoire nationale italienne. 

 

Carnet du Centre International de Recherche de l'Historial de Péronne