invitation : Conférence « Les gueules cassées dans l’après-guerre » Sophie Delaporte, Jeudi 29 avril, 19H

Jeudi 29 avril 2021 à 19H

Le Centre international de Recherche

et l’Historial de la Grande Guerre

sont heureux de vous inviter à la conférence de

Sophie Delaporte

de l’Université de Picardie Jules Verne :

« Les gueules cassées dans l’après-guerre »

Jeudi 29 avril 2021 à 19H

(Conférence 45 mn questions 15 mn)

Délégation de cinq fantassins « gueules cassées » pour la signature du traité de Versailles 28 juin 1919. Coll. Historial de la Grande Guerre.

en vous inscrivant par email à

accueilmediation@historial.org

vous recevrez le lien Zoom de la conférence.

On estime à environ 50.000 le nombre de combattants français dont la blessure reçue au visage a fait défiguration. Nous nous arrêterons ici sur l’itinéraire de l’un d’entre eux, Albert Jugon. En effet ce dernier s’érige en figure emblématique de la violence nouvelle du champ de bataille et de l’impact sur les chairs de ceux chargés de la faire. Blessé en septembre 1914, il n’a quitté l’hôpital qu’en 1919, fier de porter le visage que lui avait fait le chirurgien Morestin, au Val-de-Grâce. Nous nous intéresserons surtout à sa vie d’après afin de voir de quelle manière Albert Jugon (second en partant de la droite) a reconstruit du lien social et s’est réadapté à la vie civile dans l’après-guerre.

Maître de conférences habilitée à l’Université de Picardie Jules Verne, Sophie Delaporte est une grande spécialiste de l’histoire de la médecine pendant la Grande Guerre. Elle a soutenu une thèse de doctorat en Histoire contemporaine : « Le discours médical sur les blessures et les maladies pendant la Première Guerre mondiale », sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Université de Picardie Jules Verne, janvier 1999 (Travail qui a bénéficié d’une bourse d’étude du Centre de recherche de l’Historial de Péronne –Somme et d’une bourse du CEHD de Vincennes). Puis en 2013 elle soutien son Habilitation à diriger des recherches : « Traumatismes et représentations. Les corps, l’atteinte, les soins, la guerre, XIXe-XXIe siècle ».

Publications :

« ‘‘Gueules cassées’’, les blessés de la face de la Grande Guerre », Noêsis, Agnès Viénot, 1996, 2001, 2003 (France Loisirs), 2004.

« Les médecins dans la Grande Guerre, 1914-1918 », Bayard, 2003.

« Samedi 22 août 1914 : un médecin dans la bataille » Odile Jacob, 2016.

« Visages de guerre, les gueules cassées de la guerre de Sécession à nos jours », Belin, 2017.

« Pierre Schoendoerffer ou la guerre: des vaincus et des survivants (Indochine, Algérie,Vietnam) », Nouveau MondeEditions, 2018.

https://www.u-picardie.fr/medias/fichier/cv-sophie-delaporte_1538726701853-pdf?ID_FICHE=15346

 

 

 

Lauréats 2020 des Bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

(Présentation vidéo à venir)

  • Sofya Anisimova (University of St Andrew)

« Russia’s Military Strategy and the Entente in the First World War 1914-1917 »

  • Cameron Givens (Ohio State University)  : « A Rumor of War: Misinformation, Internal Enemies, and the Making of Modern America, 1915-1924 »

  • Gwendal Piegais (Université de Brest-Université de Strasbourg) :

« Les Brigades russes en Macédoine. Une participation russe aux opérations des Armées alliées d’Orient 1916-1919 »

  • Blasco Sciarrino (Central European University) 

«Activism and Status among Politically Organized Veterans in Italy and Romania 1918-1944 : A Comparativ Study »

11 novembre 2020

11 novembre 2020 : “100 ans de la cérémonie du 11 novembre”

A l’occasion du centième anniversaire de la cérémonie du 11 novembre, Annette Becker (Université Paris-Nanterre, Vice-Présidente du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre), nous fait le récit de l’histoire de cette cérémonie :

“L’histoire de la cérémonie du 11 novembre”

11 novembre 1920 – Le cercueil du soldat inconnu est transporté sous l’Arc de Triomphe, Gallica, BNF, Agence Rol

Mardi 17 Novembre 2020 : « Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix » Table ronde « Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix »

L’enregistrement d’une courte table ronde sur la cérémonie d’entrée au Panthéon des cendres de Maurice Genevoix, sera mis en ligne au cours du mois de novembre sur le site de l’Historial. La date sera précisée dès que possible.

« Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix », cette table ronde reviendra sur la cérémonie qui se sera déroulée le 11 novembre 2020. Les historiens du Centre de recherche proposeront différentes réflexions sur l’événement et sur l’écrivain. Aussi, il est demandé aux personnes souhaitant suivre à cette table ronde de regarder la cérémonie d’entrée au Panthéon de l’écrivain-combattant qui sera retransmise sur France 2.

Report en 2021 pour cause de la Covid, les nouvelles dates seront communiquées dès que possible. Merci de votre compréhension : 

  • Reportée en 2021 : Mardi 10 novembre 18H : Hôtel national des Invalides, Musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, Grande conférence annuelle du Centre de Recherche ; Marco Mondini (Université de Padoue) : “Guerre et fascisme, 1919-1945”
  • Reportée en 2021 : Mercredi 11 novembre : 16H45 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel et UPJV du CIRHGG

Manifestations reportées à cause de la COVID à 2021

Samedi 24 octobre 2020, Historial de la Grande Guerre  : Conférence reportée,  en  2021, à cause de la COVID  : A l’occasion de la semaine nationale de l’architecture. : « L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ? »  Richard Klein (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille)

Mardi 1o novembre 2020, 18H, Musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides, Auditorium Austerlitz.

Grande conférence annuelle du Centre de Recherche

« Guerre et fascisme, 1919-1945 » Marco Mondini (Université de Padoue)

Origine idéale et horizon vital, modèle culturel et organisation sociale, la guerre est immanente dans la parabole du fascisme.  Cette conférence propose un itinéraire qui mène de la guerre au fascisme et du fascisme à la guerre, en étudiant comment et pourquoi la Grande Guerre occupe cette place centrale dans le fascisme et en en suggérant les conséquences pour la dictature mussolinienne, dont les guerres futures vont cristalliser les apories et les fractures de l’histoire nationale italienne. 

 

Charles de Gaulle en Grande Guerre : le laboratoire de « la guerre de trente ans »

Une petite conférence d’Annette Becker.

La Première Guerre mondiale du Lillois juste sorti de Saint-Cyr a longtemps été sous-estimée. Et pourtant, sa région du Nord occupée, les combats du jeune Lieutenant et surtout l’expérience amère des camps de prisonniers ont fortement contribué à son action future.

https://www.historial.fr/ressources/centre-international-de-recherche/charles-de-gaulle-grande-guerre/

Cette petite conférence a été enregistrée pendant le confinement avec les moyens techniques du bord et réalisée par l’équipe de l’Historial.  Annette Becker devrait pouvoir donner cette conférence dans son format initial (1h) à l’Historial de la Grande Guerre au mois de décembre.

Annette BECKER est professeure émérite à l’université de Paris-Nanterre et vice-présidente du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Elle travaille sur les guerres du XXème siècle, leurs mémoires et leurs oublis, particulièrement sur les génocides des Arméniens, des Juifs et des Tutsi du Rwanda, ainsi que sur les artistes, les écrivains, les musiciens, les intellectuels  en guerres et sur les musées d’histoire où les récits des violences et des crimes de masse sont mis en scène. Derniers ouvrages parus :

Voir la Grande Guerre, un autre récit, 1914-2014, Armand-Colin, 2014.

Messagers du désastre, Raphaël Lemkin, Jan Karski et les génocides, Fayard, 2018. (Wisconsin University Press, 2020).

Immontrable ? De la Grande Guerre au génocide des Tutsi du Rwanda et aux terrorismes contemporains, paraîtra en octobre 2020 chez Créaphis.

Stéphane Audoin-Rouzeau : « La Crise française du Covid 19: presence de la Grande Guerre »

La pandémie du Covid-19 et un long confinement de deux mois ont suscité, dans le discours politique tenu au plus haut sommet de l’Etat, le surgissement d’une rhétorique guerrière particulièrement centrée sur la Grande Guerre. Le Président de la République, tout particulièrement, a repris une terminologie et une série d’images employées pour la première fois entre 1914 et 1918. Dans cette courte conférence, Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, analyse ce recours massif au « référent 14-18 »  et s’interroge sur cette spécificité du souvenir historique française en temps de crise.

Dernier livre paru: C’est la guerre. Petits sujets sur la violence du fait guerrier contemporain (XIXe-XXIe siècle), Paris, Le Félin, juin 2020.

Annulation : École d’été 2020 – Summer school 2020 cancellation « Alimenter la guerre : produire, transporter, consommer (1914-1920) » 28 juin- 3 juillet 2021 « Supplying the War: Production, Transportation, Consumption (1914-1920) » 28 June – 3 July 2021

 

 

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) en partenariat avec l’Institut Historique Allemand de Paris, la Technische Universität Berlin,l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » et l’Université de Picardie Jules Verne – Amiens, Centre d’Histoire de sociétés, des sciences et des conflits, sollicite des candidatures pour sa quatrième université d’été de jeunes chercheurs (master et doctorat) travaillant sur la Première Guerre mondiale.

Nous réunirons dès que les conditons sanitaires le permettrons un groupe international de 20 à 30 jeunes chercheurs, travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et économique de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites guidées et des excursions en région parisienne, en Argonne et dans les Hauts-de-France (Somme)font partie intégrante du programme et enrichissent l’expérience des participants.

Figure 1 : Usine Citroën, Paris, Tourneuse d’obus, 1915 ; La Contemporaine, VAL 364/049

À la suite des éditions 2014, 2016 et 2018 de notre école d’été qui ont respectivement porté sur les initiations dans les expériences contemporaines de la guerre (http://1418.hypotheses.org/547), sur « l’anatomie » de la bataille et du champ de bataille (http://1418.hypotheses.org/1059) et sur l’histoire environnementale de la Grande Guerre (https://1418.hypotheses.org/1498), l’édition 2021 portera sur les questions relatives à l’ « alimentation » de la Grande Guerre.

Dévoreuse de vies humaines, la Grande Guerre fut également à l’origine d’une énorme consommation de matières premières, de marchandises agro-alimentaires, de produits finis, destinés ou non aux combats. Fort de ce constat, l’intention de l’école d’été 2021 est de questionner les logiques, mécanismes et dynamiques qui permettent d’alimenter la guerre, c’est-à-dire tenter d’appréhender les ressorts et modalités du fonctionnement des armées en guerre à travers les produits consommés, les populations impliquées, les structures investies et les conséquences qui en découlent entre 1914 et 1920. À cet égard, trois grands axes se dégagent.

Le premier, « produire », recouvre toutes les formes de structures et infrastructures mises au service des nations en temps de guerre. Depuis les champs, en passant par les usines, mais également les mines, les bureaux d’étude, les écoles techniques ou les institutions (tels les syndicats ou les comités), il s’agira de mettre en lumière comment des filières entières sont remodelées par l’effort de guerre et de comprendre dans quelle mesure la guerre a des impacts majeurs – à court et moyen termes – sur l’ensemble des secteurs productifs des pays belligérants.

Le second, « transporter », renvoie à la mise sous tutelle quasi totale des moyens de communication entre 1914 et 1918 par les États en guerre. On pense bien évidemment aux chemins de fer, dont la réquisition par les états-majors permet à des millions de soldats d’affluer régulièrement vers les différentes zones des fronts. Mais les autres voies et moyens de locomotion sont également exploités, impliquant réseaux, matériels, employés et animaux, depuis les réseaux routiers jusqu’aux ondes radiophoniques. Là aussi, les conséquences sont majeures et à explorer. Cet axe permettra d’aborder la manière dont s’articulent les différentes échelles du conflit, de l’acheminement des produits depuis l’intérieur jusqu’aux premières lignes de tranchées en passant par les routes maritimes pour les produits importés ou coloniaux, enjeu stratégique global majeur.

Dans cette perspective également, le dernier grand sujet, « consommer », permet de mesurer les degrés d’efficacité des sociétés en guerre et leur capacité, ou non, à répondre aux besoins primaires de leurs compatriotes et de leurs armées, touchant notamment la nourriture mais aussi une gamme de marchandises très variée, de consommation habituelle dans la vie civile ou, au contraire, spécifique au temps de guerre. Ainsi se pose la question, après leur circulation, du débouché des marchandises – dans toute leur diversité – produites et transportées sur de très longues distances ou parfois jusque quelques kilomètres. Mais se pose également la question des modes de consommation, selon des modalités qui diffèrent en fonction des périodes, des lieux, des cultures, des circonstances.

Au croisement de ces trois grands axes, plusieurs enjeux émergent et seront à sonder. Tout d’abord, les conditions de guerre et les nécessités d’alimenter la guerre montrent les aptitudes des sociétés à s’adapter à la guerre totale : redécouverte de techniques ou de produits, réouverture de structures ou de réseaux, réponse à une demande urgente, dans un climat de tensions multiples. De fait, ici prend tout son sens le concept d’agentivité, applicable aux individus, aux structures, aux États. Ensuite, alimenter la guerre revient à interroger l’immersion de l’ordinaire dans l’exceptionnel et l’intrication de l’extraordinaire dans le quotidien. C’est le cas pour les soldats et les civils bien évidemment, mais aussi pour les institutions ou les sociétés, avec des répercussions sur les pratiques, mais également les représentations dans un contexte d’antagonisme entre le discours et la réalité (patriotisme-lassitude, sacrifice-individualisme ou pénurie-gaspillage par exemple). Enfin, déjà bien connue depuis quelques années, la thématique de la perméabilité entre les fronts et les arrières est ici centrale. Elle apparaît comme le moteur des liens qui structurent les nations en guerre, tant les flux entre les deux espaces sont nombreux, variés et fondamentaux. Appréhendée de manière globale et transversale, elle permet de saisir l’ensemble des facteurs qui façonnent les contours du conflit et de ses conséquences en matière de production, de transports ou de consommation entre 1914 et 1920.

Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux en région parisienne, en Argonne et dans les Hauts-de-France (Somme), avec des spécialistes et des experts des problématiques propres à l’approvisionnement en temps de guerre. Les lieux choisis permettront notamment la comparaison entre différents belligérants et permettront d’appréhender ces territoires comme espaces mondialisés par le conflit.

Des conférences et des débats avec des historiens de la Première Guerre mondiale, spécialisés dans les domaines des pratiques, techniques et logiques d’histoire économique, sociale et commerciale complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur (Franziska Heimburger, Emmanuelle Cronier, Stéphane Le Bras) ou des intervenants spécialisés, notamment étrangers. Les étudiants retenus auront également l’occasion de présenter leurs propres travaux en les replaçant dans la perspective choisie par l’école d’été.

Figure 2: Affiche, United States Food Administration, Jeff Townsend, 1918 : University of North Texas Digital Library

 

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

« Supplying the War: Production, Transportation, Consumption (1914-1920) »

The International Research Centre of the Historial de la

Grande Guerre, Péronne, with its partners at the German

Historical Institute Paris, the TU Berlin, the Université de

Picardie Jules Vernes (Amiens) and the Université Clermont-

Auvergne invites applications for its fourth summer school for

graduate students working on the First World War.

As soon as possible, we will bring together an international group of 20 to 30 young researchers working on the military, cultural, social, and economic history of the First World War. During the week spent together, they will have the opportunity to exchange amongst themselves, but also with a large number of internationally renowned researchers. Guided tours and excursions to the Paris region, the Argonne and the Hauts-de-France (Somme) are an integral part of the programme and enrich the experience of the participants.

Figure 1 : Usine Citroën, Paris, Tourneuse d’obus, 1915 ; La Contemporaine, VAL 364/049

Following the 2014, 2016, and 2018 editions of our summer school, which respectively focused on initiations into contemporary war experiences (https://1418.hypotheses.org/552), on the « face » of battle and the battlefield (https://1418.hypotheses.org/1068) and on the environmental history of the Great War (https://1418.hypotheses.org/1502), the 2021 edition will focus on questions relating to the « fuel » of the Great War. In addition to devouring human lives, the Great War was also at the origin of a huge consumption of raw materials, foodstuffs and finished products, whether or not they were intended for combat. On the basis of this observation, the intention of the 2021 summer school is to question the logic, mechanisms and dynamics that make it possible to fuel the war, i.e. to try to understand the motivations and modalities of the functioning of armies at war through the products consumed, the populations involved, the structures invested and the consequences that result from them between 1914 and 1920. In this respect, three main areas stand out.

The first – production – covers all forms of structures and infrastructure placed at the service of nations in time of war. From the fields, through factories, but also mines, structures of technical expertise, specialist training schools or institutions such as trade unions or committees, the aim will be to highlight how entire sectors of society are reshaped by the war effort and to understand to what extent war has a major impact – in the short and medium term – on all sectors of production of the belligerent countries.

The second – transportation – refers to the almost total control of the means of communication between 1914 and 1918 by the wartime states. Of course, this means railways, whose requisition by the general staffs allows millions of soldiers to flow regularly to the various front-line areas. But other modes and means of transport are also used, involving networks, equipment, employees and animals, from road networks to radio waves. Here again, the consequences – positive or negative – are major and need to be explored. This angle will make it possible to address the way in which the different scales of the conflict are articulated, from the routing of products from the interior to the first trench lines, via maritime routes for imported or colonial products, a major global strategic issue. From this perspective too, the last major subject, – consumption – aims to measure the degree of effectiveness of societies at war and their ability, or not, to meet the primary needs of their compatriots and armies, particularly with regard to food but also a very varied range of goods, of consumption habitual in civilian life or, on the contrary, specific to wartime. This raises the question, after their circulation, of the market for these very diverse goods produced and transported over very long distances or sometimes only a few kilometres. But there is also the question of consumption patterns, according to modalities that differ given the period, place, culture, and circumstance. At the intersection of these three major axes, several issues need further exploration. First of all, the conditions of war and the need to fuel the war show the ability of societies to adapt to total war: rediscovery of techniques or products, reopening of structures or networks, response to an urgent request, in a climate of multiple tensions. In fact, here the concept of agentivity, applicable to individuals, structures and states, takes on its full meaning. Second, supplying the war means questioning the immersion of the ordinary in the exceptional and the intricacy of the extraordinary in everyday life. This is the case for soldiers and civilians, of course, but also for institutions or businesses, with repercussions on practices, but also representations in a context of antagonism between discourse and reality (patriotism-fatigue, sacrifice individualism or scarcity-wasting, for example). Finally, the theme of permeability between the fronts and the home front is central here. It appears to be the driving force behind the links that structure nations at war, as the exchanges between the two spaces are numerous, varied and fundamental. By apprehending it in a global and translocal way we can grasp all the factors that shape the contours of the conflict and its consequences in terms of production, transport or consumption between 1914 and 1920.

Figure 2: Affiche, United States Food Administration, Jeff Townsend, 1918 : University of North Texas Digital Library

Program

Participants will benefit from guided tours of the battlefields and memorial sites in the Paris region, Argonne and the Hauts-de-France (Somme), with specialists and experts in wartime procurement. The locations chosen will make it possible to compare different belligerents and to understand these territories as spaces globalized by the conflict.

Conferences and debates with historians of the First World War, specialists in the fields of economic, social, and commercial history practices, techniques and rationales, will complement the workshop sessions led by the members of the organizing committee (Emmanuelle Cronier, Franziska Heimburger, Stéphane Le Bras) or specialist speakers. The selected students will also have the opportunity to present their own work by placing it in the perspective chosen by the summer school.

 

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

                 

  

! ANNULATION pour cause de Gréve Lundi 9 et mardi 10 décembre

    « La paix par le droit 100 ans après le Traité de Versailles : quelles leçons et quel devenir pour la coopération internationale ? »

A notre très grand regret, nous sommes contraints d’annuler l’ensemble de ce programme pour cause de grève.

Merci de votre compréhension.

Annulé : Le CURAPP-ESS a le plaisir de vous inviter le colloque « La paix par le droit 100 ans après le Traité de Versailles : quelles leçons et quel devenir pour la coopération internationale ? »  organisé par Lucie Delabie (Pr droit public UPJV) et Sarah Cassella (Pr droit public Le Mans Université), les 9-10 décembre 2019 à Amiens (Logis du Roy).

Annulée : Une conférence de John Horne (Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Trinity College Dublin) ouverte à tous, est proposée dans le cadre de ce colloque, le lundi 9 décembre (19h) à l’Historial de la Grande Guerre(Péronne) : « L’ héritage de la Grande guerre au plan international »

Annulé : Le programme détaillé : Prog_Paix_par_le_droit_09_12-10_12


Inscription obligatoire auprès de:  virginie.bequet@u-picardie.fr

Dimanche10 et lundi 11 Novembre : 2 conférenceS et la cérémonie de remise des bourses gerda henkel du centre international de recherche de l’historial de la grande guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter :

Dimanche 10 novembre 2019

Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Paris

15h : Conférence de Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

“Le tiers espace de la Grande Guerre :  l’Europe occupée, 1914-1918”

organisée en partenariat avec le musée de l’Armée

Lundi 11 novembre 2019

Historial de la Grande Guerre, Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

17h : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme;

18h : Verre de l’amitié

 

 

 

PROGRAMME

Dimanche 10 novembre 2019, 15h, Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, PARIS

“Le tiers espace de la Grande Guerre: l’Europe occupée, 1914-1918”

Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

en partenariat avec le musée de l’Armée

La grosse poire, caricature bruxelloise, 1915. Avec l’aimable autorisation des Archives de la Ville de Bruxelles

Le front, l’arrière : la Première Guerre mondiale recristallise l’Europe belligérante en deux espaces. D’une part, les zones où les armées s’affrontent : front de l’Ouest, front des Carpates… D’autre part, celles, plus vastes, qui nourrissent le front et que le front est censé protéger – l’arrière, die Heimat, otechestvo. Mais il est une partie de l’Europe en guerre qui n’est ni front, ni arrière. Ce sont les territoires envahis et occupés par une force ennemie. Habitants du département du Nord d’octobre 1914 à octobre 1918; de la Galicie d’août 1914 à juin 1915; de la Belgique; de la Serbie; du Frioul après Caporetto… en tout, 40 millions d’Européens se trouvent, pendant un temps plus ou moins long, derrière les lignes ennemies. Des régimes d’occupation militaire gèrent, de façon plus ou moins stable, tout un pan de l’espace européen, allant de Lille à Rostov-sur-le-Don et de l’Estonie à l’Albanie. En résumé, l’Europe occupée constitue une dimension à part entière du conflit. C’est un tiers espace de la guerre : ni front, ni arrière. Espace en marge de la guerre puisque les armées ne s’y affrontent pas et les sociétés n’y sont pas affectées à un « effort de guerre » national. Mais également espace créé par la guerre et complètement imprégné par elle.

www.reneedegroot.com
info@reneedegroot.com
+31627389173

Sophie De Schaepdrijver est professeure d’histoire de l’Europe contemporaine à la Penn State University (É.-U.). Historienne de la Première Guerre Mondiale, elle étudie plus particulièrement les occupations militaires, les écrits de l’intime, les villes et le genre. Ses ouvrages les plus récents: Military Occupations in the First World War (dir., 2014); Bastion: Occupied Bruges in the First World War (2014); Gabrielle Petit: The Death and Life of a Female Spy in the First World War (2015; propre traduction revue et complétée, 2018); An English Governess in the Great War: The Secret Brussels Diary of Mary Thorp (en collaboration avec Tammy Proctor; 2017). Durant l’année académique 2016-2017, professeure invitée à l’Université du Kent (R.-U.), elle tient une série de conférences sous le titre de “Enemy Rule: Seeing the First World War Through the Lens of Military Occupations.” Commissaire de plusieurs expositions lors du centenaire, elle a dirigé, le plus récemment, un projet sur les enjeux sociaux de la libération de la commune bruxelloise de Molenbeek en novembre 1918.

Lundi 11 novembre 2019

HISTORIAL DE LA GRANDE GUERRE, Salle audiovisuelle

Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

 

Comment les Français sont-ils sortis de la Grande Guerre ? Evidemment, cela dépend de qui parle-t-on (homme, femme, soldat, civil), d’où on parle (ville, campagne, régions libérées l’Alsace-Lorraine « retrouvée »), et de quand on parle – car sortir, est un processus. John Horne abordera ce processus sous quatre chefs et selon quatre temporalités : le retour des soldats ; les angoisses de la victoire ; la « démobilisation » des civils ; et la réconciliation entre Allemands et Français. Il suggéra, en conclusion, que si les Allemands ont eu une « culture de la défaite », les Français ont connu une « culture de la victoire » aux années 1920s, culture sujette à de fortes doutes internes et qui, n’ayant pas pu se convertir en une paix durable, se désagrège sous les effets conjugués de la crise économique et des perturbations politiques des années 1930. Bref, la « victoire » signe des sorties de guerre multiples et profondément troublées.

John Horne est historien, professeur émérite d’histoire européenne à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il a fait partie du conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Il est l’auteur et éditeur de plusieurs livres et de plus cent chapitres et articles, dont beaucoup se rapportent à la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2005); (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; (avec R. Gerwarth), War in Peace : Paramilitary Violence in Europe after the Great War (2012) et ‘End of a Paradigm? The Cultural History of the Great War,’ Past and Present, 242/1, février 2019, pp. 155-92.

17h :  Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

présidée par Laurent Somon, Président du Conseil départemental de la Somme

Cette année, 6 lauréats recevront une bourse pour la poursuite de leur thèse, qu’ils présenteront en 5 mn :

Damien ACCOULON : « Une « fraternité des ailes » ? Expérience combattante et sociabilités des As de l’aviation allemands, britanniques, et français (1914-1939) »

Rose MALLOY : « Migration during the First World War In Slovenia and northern Italy »

Jean-Philippe MILLER-TREMBLAY : « L’ordre serré dans les armées française et britannique (1853-1920) »

Sneha REDDY : « North African and Indian soldiers in the First World War  in Palestine and Syria 1917–1923 »

Nina REGIS : « Le pain de guerre allemand durant la Première Guerre mondiale »

Maria XYPOLOPOULOU : « Un front « oublié » sous le regard des photographes. Approches, pratiques et usages de la photographie, représentations culturelles et du genre pendant la Première Guerre mondiale »

18h : Verre de l’amitié

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org

http://1418.hypotheses.org/

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

      

 

Rendez-vous de l’Histoire de Blois samedi 12 octobre 2019 : cette année , 2 tables rondes ! 14h15 : L’Italie au centre de la Grande Guerre ? -16h15 : Quel bilan scientifique pour le centenaire 14-18 ?

 

 

 

Dans le cadre d’une carte blanche organisée à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2019, le Centre international de recherche est heureux de vous inviter aux tables rondes suivantes :

« L’Italie au centre de la Grande Guerre ? »

Samedi 12 octobre 2019

14H15-15H45

 Conseil départemental du Loir-et-Cher,  Salle Lavoisier

(à côté de la halle aux grains)

    Biblioteca di storia moderna e contemporanea-Roma

L’Italie a longtemps été placée en marge d’une histoire de la Grande Guerre dictée par le front de l’ouest. La Grande Guerre a longtemps été mise en marge d’une histoire de l’Italie dominée (pour la première moitié du 20e siècle) par le Fascisme. Il est grand temps de renverser ces deux perspectives faussées afin de remettre l’Italie au centre de la guerre et la guerre au cœur du Fascisme italien. Car l’Italie joue un rôle central dans le camp allié. Avec 600,000 morts, les pertes de l’Italie sont proportionnellement aussi importantes que celles de la Grande-Bretagne, et le front austro-italien, qui remplace le front de l’est après la sortie russe de la guerre en 1917, pèse dans la résolution du conflit. En même temps, la guerre expose l’Italie à une expérience transformatrice. Même si le pays connaissait de graves problèmes d’adaptation politique avant 1914, la guerre provoque une crise telle (politique, sociale, culturelle, diplomatique) qu’elle précipite l’Italie dans l’expérience fasciste, dont elle continuera à modeler les formes comme le contenu. La guerre restera au cœur du régime. Ainsi, sans renverser cette double marginalisation de l’Italie par rapport à la Grande Guerre et de la guerre par rapport à l’Italie, on risque fort de méconnaître l’histoire contemporaine de l’Italie comme l’histoire d’une guerre dont l’impact était loin de se limiter aux puissances combattantes du front de l’ouest.

Participants :

John Horne, modérateur (Trinity College, Dublin / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Marco Mondini (Université de Padoue / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Vanda Wilcox (John Cabot University)

 http://www.rdv-histoire.com/Edition-2019-l-Italie/l-italie-au-centre-de-la-grande-guerre

Samedi 12 octobre 2019, 16H15-17H45

Quel Bilan scientifique pour le Centenaire 14-18 ?

IUT – Chocolaterie –  Salle 214

(à côte de la gare de Blois)

Coll. Historial de la Grande Guerre. Photo Yazid Medmoun

Cette table ronde présentera le bilan scientifique du Centenaire 14-18 à travers 3 axes :  impact sur l’historiographie, rôle des historiens dans les commémorations et place de l’histoire dans la cité. Une étude jamais menée à ce niveau dans le passé à l’occasion d’un cycle commémoratif.

Participants :

Arndt WEINRICH, DAAD -Fachlektor en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, Conseil scientifique du Centenaire, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Nicolas PATIN, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Bordeaux Montaigne

Franziska HEIMBURGER, Maîtresse de conférences en civilisation britannique, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Elisa MARCOBELLI, Post-doctorante en histoire contemporaine, Université de Rouen

Lise GALAND, ATER en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, doctorante en études germaniques et en histoire contemporaine.

Pour tout enseignement :  Caroline FONTAINE c.fontaine@historial.org tel 06 81 61 61 97

                 

« La signature du traité de Versailles racontée par ses objets »

CONFERENCE

Vendredi 28 juin, 18h30,

Historial de la Grande Guerre

Salle du théâtre de verdure

Le 28 juin 1919 le traité de Versailles est signé, mettant ainsi officiellement fin au conflit opposant l’Allemagne aux Alliés. Le 28 juin 2019, rendez-vous à l’Historial de Péronne pour une conférence qui étudie ce traité, mais aussi sa genèse pendant la Conférence de la Paix et ses conséquences pendant l’entre-deux-guerres sous l’angle des objets qui ont accompagné ce processus.

Franziska Heimburger, historienne, maîtresse de conférences à
Sorbonne Université, elle est membre du comité directeur du Centre de
recherche de l’Historial de la Grande Guerre  

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

Carnet du Centre International de Recherche de l'Historial de Péronne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search