“LES OUBLIES DE LA GRANDE GUERRE” Nuit des musées “Cinéma et Archéologie” Samedi 18 mai, 18h, Historial de la Grande Guerre, Péronne

Dans le cadre de la nuit européenne des musées, nous sommes heureux de vous inviter à la projection suivie d’une discussion du film  : “Les oubliés de la Grande Guerre” en présence de son réalisateur,     Jean-Marc ROBERT et de Stephan NAJI (Responsable de l’Unité de Recherche de la Commonwealth War Graves Commission (CWGC))

"LES OUBLIES DE LA GRANDE GUERRE"Fosse de St-Remy-la-Calonne Droits réservés

Un film réalisé en hommage aux 600.000 soldats portés disparus dans les deux camps lors de la Première Guerre mondiale. 

Aujourd’hui encore des dizaines de dépouilles sont exhumées chaque année le long de la ligne de front de l’Alsace à la mer du Nord, comme le lieutenant Alain Fournier, le poilu Victor Boué ou le sergent britannique David Kitto. Un document qui rappelle aussi les centaines de soldats bavarois ensevelis sous le Mont Cornillet près de Reims.

Un film écrit et réalisé par Serge Abazza et Jean-Marc Robert.

Ancien journaliste et directeur de presse, Jean-Marc Robert a cofondé deux sociétés de production de films pour la télévision MVC-Films et Docside Production. Toutes deux spécialisées dans des films historiques (Trafalgar, La Retraite de Russie, La Naissance de Rome, pour Arte), scientifiques ou d’aventures humaines (Il Vole avec les Oies pour Canal, Ultima Patagonia pour France Télévision et plus d’une centaine pour Thalassa et Faux Pas rêver).

Stephan Naji est responsable de l’Unité de Recherche de la Commonwealth War Graves Commission (CWGC), où il coordonne les opérations de terrain lors des découvertes fortuites de restes humains de guerre, et assiste les pays membres du Commonwealth à identifier et réinhumer leurs soldats.

 

Jean-Marc ROBERT                                    Stephan Naji

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Info : cir@historial.org

     

 

Invitation Samedi 27 avril 2024, 14h30, Historial de la Grande Guerre “La captivité dans une boîte” une conférence de Davye Cesbron

À la fin de la Première Guerre mondiale, en 1918, 2,5 millions d’hommes sont détenus en Allemagne, dont Alexandre Eliazowiez de Gieysz. Capturé en septembre 1914, il reste 4 ans dans le camp de Friedrichsfeld. Il en rapporte divers objets aujourd’hui conservés à l’Historial de la Grande Guerre à Péronne. Parmi ces objets se trouve un petit coffret en bois.

Cette conférence va, au travers de l’étude de cette boîte, aborder la vie en captivité et plus spécialement les privations matérielles, mais aussi morales. Elle mettra également en exergue un problème propre aux captifs de guerre : celui de temps de la captivité. Enfin, nous verrons comment un objet devient un réceptacle de la mémoire.

 

Davye Cesbron est masterante en Histoire sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau. Prix du mémoire de Diplôme de l’EHESS 2022. Sa recherche porte sur les prisonniers de la Grande Guerre.

 

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Information :  cir@historial.org

Collection Historial de la Grande Guerre – Somme

Invitation : Dimanche 24 mars 2024, 15h00, Historial de la Grande Guerre : « Mais que fait la poésie sous le feu ? Fonctions poétiques pendant la Grande Guerre » une conférence de Julia Ribeiro S C Thomaz

 

Collection Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

Pendant la Grande Guerre, environ 700 poètes français, amateurs aussi bien que professionnels, se sont retrouvés « sous le feu », c’est-à-dire en zone des armées. Ils appartenaient à plus de 350 unités militaires différentes, combattants ou pas, et ont publié 450 recueils. Pourquoi ont-ils choisi de confier leur expérience à la guerre ? Que fait la poésie dans un contexte de violence armée ? Cette conférence va explorer quelques fonctions de la poésie sous le feu : s’inventer, lier, ancrer et transmettre.

Julia Ribeiro S C Thomaz est docteure en Littérature Française. Sa thèse « Sous le feu. Fonctions et usages de la poésie de la Grande Guerre » a obtenu la Bourse Gerda Henkel (Historial de la Grande Guerre) et le Prix d’études des mondes contemporains. Elle est co-fondatrice du réseau Une Plus Grand Guerre et membre du bureau de l’International Society for First World War Studies.                                                                                           Information : cir@historial.org

Meilleurs Voeux Best Wishes

Toute l’équipe du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre vous souhaite de très joyeuses fêtes et vous adresse ses meilleurs vœux pour la nouvelle année.

The entire team at the Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre wishes you a very happy holiday season and best wishes for the New Year.

Dans l’attente du plaisir de vous retrouver, nous sommes heureux de vous inviter au grand colloque international que nous organisons avec l’Université de Picardie Jules Verne du 25 au 27 juin 2024 :

« La Grande Guerre, 1918-1941 : vers une histoire culturelle du politique » et dont vous trouverez le programme ici Programme-2024

We look forward to seeing you again, in particular at the major international conference we are organizing with the Université de Picardie Jules Verne (Amiens) from June 25 to 27, 2024:  

“The Great War, 1918-1941: towards a cultural history of politics” Programme-2024-E

L’agenda de toutes nos manifestations sera à retrouver sur http://1418.hypotheses.org à partir du 15 janvier.

The details of all our events will be available on http://1418.hypotheses.org from January 15th.

Nous vous rappelons également que la date limite pour déposer un dossier de demande de bourse Gerda Henkel du Centre international de recherche est fixée au 26 février https://1418.hypotheses.org/bourses

We would also like to remind you that the deadline for applications for the Gerda Henkel scholarships at the Centre International de Recherche is February 26th https://1418.hypotheses.org/bourses

A votre disposition pour tout renseignement complémentaire : cir@historial.org

Please do not hesitate to contact us should you require any further information : cir@historial.org

 

Nicolas WERTH « Le douloureux enfantement d’une nation sur une terre de sang : Ukraine, XXème XXIème Siècles » Amiens, vendredi 10 novembre, 16h30

L’Université de Picardie Jules Verne et le Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre ont organiser le

vendredi 10 novembre 2023 au Logis du Roy, 80000 AMIENS,

une conférence de Nicolas Werth (CNRS) :

« Le douloureux enfantement d’une nation sur une terre de sang : Ukraine, XXème XXIème    Siècles »

qu’ils vous invitent à retrouver ici en vidéo : https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=5DD93C3A5CEA0D032F790C9C69FA2DC8

et la  publication ici : Brève histoire d’une « terre de sang » : l’Ukraine au XXe et XXIe siècles | Politika

Photo Victor Borinets : Tranchées près de Bakhmout. novembre 2022

Nicolas Werth, directeur de recherches émérite au CNRS, est spécialiste de l’histoire soviétique, et plus particulièrement du stalinisme et de la violence d’Etat en URSS. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Parmi les derniers : Les grandes famines soviétiques (PUF, 2020); Poutine, Historien en chef (Gallimard, coll.Tracts, 2022); Le communisme au village (Belles-Lettres, 2023).

Présentation

Ce n’est qu’en 1991 que l’Ukraine, « terre de confins » (tel est le sens premier du mot « Ukraine ») s’est constituée en un Etat-Nation, au terme d’un long et douloureux cheminement marqué par l’échec, en 1917–1920, d’une première indépendance consécutive aux révolutions de 1917 qui ont mis à bas l’Empire russe. Le 1er décembre 1991, plus de 90% des citoyens de ce qui est encore la République Socialiste Soviétique d’Ukraine se prononcent en faveur de l’indépendance. Une indépendance aujourd’hui contestée par le régime de Vladimir Poutine, qui n’a pas hésité à déclencher la première guerre d’envergure sur le sol européen au XXIème siècle afin de soi-disant “dénazifier” et “démilitariser” l’Ukraine. Une Ukraine redevenue dès lors une « terre de sang ».

Pour tout renseignement/inscription : cir@historial.org

 

 

Lauréats 2023 des bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

     

Alexandar Arroyo et Stéphane Haussoulier Président du Conseil departemental de la Somme

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

    

David Hager et Guillaume Duflot, Président de l’Historial de la Grande Guerre

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

             

Marie Leyder et Stéphane Haussoulier Président du Conseil departemental de la Somme

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de

l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

 

Chloé Pastourel et Guillaume Duflot, Président de l’Historial de la Grande Guerre

PRESENTATION

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

À travers l’utilisation de sources encore peu mobilisées pour l’étude du cas serbe (journaux et mémoires de combattants, justice militaire…), je m’intéresse à l’expérience de guerre serbe, notamment sous l’angle du moral et de la discipline en temps de guerre. Ce travail vise à mettre en lumière l’ampleur des défis que rencontre l’armée serbe sur cette longue période de guerre avec notamment plusieurs importantes crises de la discipline militaire, à analyser la manière dont cette armée cherche à faire évoluer ses outils et ses pratiques pour y faire face ainsi que la marge de manœuvre à l’échelle individuelle des combattants au sein de l’institution militaire.

 

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Les bombardements en 1914-1918 ont concerné des centaines de milliers de personnes, blessant et tuant des milliers de civils. Susceptibles de cibler des villes situées loin des champs de bataille proprement dits, ils furent un symbole de la fin de la distinction entre combattants et non-combattants. Ils constituent à ce titre une étape marquante de l’histoire militaire et de l’expérience de la guerre des populations. Progressant d’attaques diurnes effectuées par des avions isolés lançant un petit nombre de bombes légères en 1914 à des véritables séries de raids nocturnes exécutés par des dizaines de bombardiers capables de porter des centaines de kilos d’explosifs en 1917/1918 ainsi que par des canons tirant à plus de 100 kilomètres, leur caractère changea radicalement au cours de la guerre. En raison de l’avancement technologique, les conséquences ressenties au début de la guerre n’avaient que peu de rapport avec celles qui s’ensuivirent. Ma thèse, consacrée aux villes françaises éloignées du front, en tenant compte de la perspective internationale, analyse les conséquences matérielles et psychologiques de ces attaques, les mesures prises par les autorités pour protéger les villes et leurs populations, ainsi que les représentations des bombardements dans des textes et des images.

 

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Cette thèse examine l’engagement des infirmières et marraines de guerre sur le front de l’Yser entre 1914 et 1918, un espace devenu lieu d’entraide internationale lorsque la quasi-totalité de la Belgique fut occupée pendant la Première Guerre mondiale. À la fois proches et éloignées des tranchées, ces femmes ont participé activement au conflit en soulageant les souffrances des soldats. Alors que les infirmières ont affronté les horreurs du combat en personne, les marraines de guerre, quant à elles, étaient présentes dans de multiples espaces du front par le biais des lettres et des colis qu’elles envoyaient aux soldats. Ces femmes écrivaient à des soldats inconnus pour leur apporter un soutien moral, émotionnel et matériel, afin de pallier le manque de nouvelles de leurs proches. Mon projet de thèse vise à examiner les réseaux d’organisation, les pratiques de soin et les expériences de ces soignantes. Il ambitionne également d’analyser la réception et l’expérience du soin de la part des soldats et leur implication dans ceux-ci. Pour réaliser cette tâche, j’utilise des sources multiples issues des organisations humanitaires, des publications de journaux et revues, mais aussi des lettres, journaux personnels et photographies de ces femmes soignantes et des soldats qui ont bénéficié de leurs soins.

 

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Durant la Grande Guerre, la philanthropie américaine s’impose comme une institution de masse grâce à la mobilisation de l’ensemble de la société américaine. Leurs actions s’internationalisent vers le Vieux Continent. La France apparait comme un terrain d’expérimentation privilégié pour l’American Red Cross, pour le Comité Américain des Régions Dévastée, pour la Fondation Rockefeller et pour le French Heroes Lafayette Memorial Fund. Cette période est marquée par la professionnalisation des Américaines et des Françaises au sein du care notamment autour du modèle des infirmières visiteuses. Ces comités diffusent l’hygiène, la puériculture ainsi que les protocoles sanitaires américains et européens sur le sol français. Ils s’engagent également en faveur de la protection de l’enfance en luttant contre la mortalité précoce, contre la tuberculose et les maladies infectieuses. Ces actions contribuent à l’obtention des droits de l’enfant reconnus en 1924 par la Société des Nations.

Samedi 11 novembre 2023 HOMMAGE à Jean-Jacques BECKER & REMISE DES BOURSES Gerda Henkel du Centre international de Recherche à l’Historial de la Grande Guerre

Info réservation : cir@historail.org et 06 81 61 61 97

Historien de la Première Guerre mondiale, membre fondateur de l’Historial de la Grande Guerre et premier président de son Centre de Recherche

14h00 : Table ronde animée par Emmanuel Laurentin (France Culture) avec Stéphane Audoin-Rouzeau, Anne Rasmussen, Philippe Nivet, John Horne, Gerd Krumeich, Jay Winter et Bruno Cabanes.

Jean-Pierre Becker lira des textes de son père.

15h30 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche.

Les 4 lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme, présenteront leur thèse en 5 minutes.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

PRESENTATION

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

À travers l’utilisation de sources encore peu mobilisées pour l’étude du cas serbe (journaux et mémoires de combattants, justice militaire…), je m’intéresse à l’expérience de guerre serbe, notamment sous l’angle du moral et de la discipline en temps de guerre. Ce travail vise à mettre en lumière l’ampleur des défis que rencontre l’armée serbe sur cette longue période de guerre avec notamment plusieurs importantes crises de la discipline militaire, à analyser la manière dont cette armée cherche à faire évoluer ses outils et ses pratiques pour y faire face ainsi que la marge de manœuvre à l’échelle individuelle des combattants au sein de l’institution militaire.

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Les bombardements en 1914-1918 ont concerné des centaines de milliers de personnes, blessant et tuant des milliers de civils. Susceptibles de cibler des villes situées loin des champs de bataille proprement dits, ils furent un symbole de la fin de la distinction entre combattants et non-combattants. Ils constituent à ce titre une étape marquante de l’histoire militaire et de l’expérience de la guerre des populations. Progressant d’attaques diurnes effectuées par des avions isolés lançant un petit nombre de bombes légères en 1914 à des véritables séries de raids nocturnes exécutés par des dizaines de bombardiers capables de porter des centaines de kilos d’explosifs en 1917/1918 ainsi que par des canons tirant à plus de 100 kilomètres, leur caractère changea radicalement au cours de la guerre. En raison de l’avancement technologique, les conséquences ressenties au début de la guerre n’avaient que peu de rapport avec celles qui s’ensuivirent. Ma thèse, consacrée aux villes françaises éloignées du front, en tenant compte de la perspective internationale, analyse les conséquences matérielles et psychologiques de ces attaques, les mesures prises par les autorités pour protéger les villes et leurs populations, ainsi que les représentations des bombardements dans des textes et des images.

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Cette thèse examine l’engagement des infirmières et marraines de guerre sur le front de l’Yser entre 1914 et 1918, un espace devenu lieu d’entraide internationale lorsque la quasi-totalité de la Belgique fut occupée pendant la Première Guerre mondiale. À la fois proches et éloignées des tranchées, ces femmes ont participé activement au conflit en soulageant les souffrances des soldats. Alors que les infirmières ont affronté les horreurs du combat en personne, les marraines de guerre, quant à elles, étaient présentes dans de multiples espaces du front par le biais des lettres et des colis qu’elles envoyaient aux soldats. Ces femmes écrivaient à des soldats inconnus pour leur apporter un soutien moral, émotionnel et matériel, afin de pallier le manque de nouvelles de leurs proches. Mon projet de thèse vise à examiner les réseaux d’organisation, les pratiques de soin et les expériences de ces soignantes. Il ambitionne également d’analyser la réception et l’expérience du soin de la part des soldats et leur implication dans ceux-ci. Pour réaliser cette tâche, j’utilise des sources multiples issues des organisations humanitaires, des publications de journaux et revues, mais aussi des lettres, journaux personnels et photographies de ces femmes soignantes et des soldats qui ont bénéficié de leurs soins.

 

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Durant la Grande Guerre, la philanthropie américaine s’impose comme une institution de masse grâce à la mobilisation de l’ensemble de la société américaine. Leurs actions s’internationalisent vers le Vieux Continent. La France apparait comme un terrain d’expérimentation privilégié pour l’American Red Cross, pour le Comité Américain des Régions Dévastée, pour la Fondation Rockefeller et pour le French Heroes Lafayette Memorial Fund. Cette période est marquée par la professionnalisation des Américaines et des Françaises au sein du care notamment autour du modèle des infirmières visiteuses. Ces comités diffusent l’hygiène, la puériculture ainsi que les protocoles sanitaires américains et européens sur le sol français. Ils s’engagent également en faveur de la protection de l’enfance en luttant contre la mortalité précoce, contre la tuberculose et les maladies infectieuses. Ces actions contribuent à l’obtention des droits de l’enfant reconnus en 1924 par la Société des Nations.

“La présence des morts de la Grande Guerre de 1918 à nos jours”

Dans le cadre des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,

le Centre international de recherche a le plaisir de vous inviter à la table ronde : “La présence des morts de la Grande Guerre de 1918  à nos jours”

Samedi 7 octobre, 16 h

Salle Capitulaire du Conseil départemental du Loir-et-Cher,

place de la République, Blois

Modérateur : Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne),

Intervenants : Annette Becker (Université Paris Nanterre), Nicolas Beaupré (ENSSIB), Juliette Sauvage (Université de Picardie Jules Verne), Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS)

La Première Guerre mondiale a provoqué la mort de 10 millions de combattants, dont des écrivains. Dès la sortie du conflit domine le sentiment que les vivants auront à composer avec ces morts. En France, J’accuse, d’Abel Gance (1919), et Le réveil des morts, de Roland Dorgelès (1923) mettent en scène le retour des morts. Dans tous les pays belligérants se pose la question de la représentation artistique des morts et de leur sacralisation par l’aménagement de lieux commémoratifs. Au-delà de cette présence matérielle existe une longue présence transgénérationnelle des morts de la Grande Guerre.

(Inscription via les RDV de l’Histoire)

illustration : Historial de la Grande Guerre

Lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Ces bourses seront remises lors d’une cérémonie, ouverte à tous et toutes, le 11 novembre 2023 en clôture de la table ronde “Sous les drapeaux” à l’Historial de la Grande Guerre.

Carnet du Centre International de Recherche de l'Historial de Péronne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search