Dimanche10 et lundi 11 Novembre : 2 conférenceS et la cérémonie de remise des bourses gerda henkel du centre international de recherche de l’historial de la grande guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter :

Dimanche 10 novembre 2019

Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Paris

15h : Conférence de Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

“Le tiers espace de la Grande Guerre :  l’Europe occupée, 1914-1918”

organisée en partenariat avec le musée de l’Armée

Lundi 11 novembre 2019

Historial de la Grande Guerre, Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

17h : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme;

18h : Verre de l’amitié

 

 

 

PROGRAMME

Dimanche 10 novembre 2019, 15h, Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, PARIS

“Le tiers espace de la Grande Guerre: l’Europe occupée, 1914-1918”

Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

en partenariat avec le musée de l’Armée

La grosse poire, caricature bruxelloise, 1915. Avec l’aimable autorisation des Archives de la Ville de Bruxelles

Le front, l’arrière : la Première Guerre mondiale recristallise l’Europe belligérante en deux espaces. D’une part, les zones où les armées s’affrontent : front de l’Ouest, front des Carpates… D’autre part, celles, plus vastes, qui nourrissent le front et que le front est censé protéger – l’arrière, die Heimat, otechestvo. Mais il est une partie de l’Europe en guerre qui n’est ni front, ni arrière. Ce sont les territoires envahis et occupés par une force ennemie. Habitants du département du Nord d’octobre 1914 à octobre 1918; de la Galicie d’août 1914 à juin 1915; de la Belgique; de la Serbie; du Frioul après Caporetto… en tout, 40 millions d’Européens se trouvent, pendant un temps plus ou moins long, derrière les lignes ennemies. Des régimes d’occupation militaire gèrent, de façon plus ou moins stable, tout un pan de l’espace européen, allant de Lille à Rostov-sur-le-Don et de l’Estonie à l’Albanie. En résumé, l’Europe occupée constitue une dimension à part entière du conflit. C’est un tiers espace de la guerre : ni front, ni arrière. Espace en marge de la guerre puisque les armées ne s’y affrontent pas et les sociétés n’y sont pas affectées à un « effort de guerre » national. Mais également espace créé par la guerre et complètement imprégné par elle.

www.reneedegroot.com
info@reneedegroot.com
+31627389173

Sophie De Schaepdrijver est professeure d’histoire de l’Europe contemporaine à la Penn State University (É.-U.). Historienne de la Première Guerre Mondiale, elle étudie plus particulièrement les occupations militaires, les écrits de l’intime, les villes et le genre. Ses ouvrages les plus récents: Military Occupations in the First World War (dir., 2014); Bastion: Occupied Bruges in the First World War (2014); Gabrielle Petit: The Death and Life of a Female Spy in the First World War (2015; propre traduction revue et complétée, 2018); An English Governess in the Great War: The Secret Brussels Diary of Mary Thorp (en collaboration avec Tammy Proctor; 2017). Durant l’année académique 2016-2017, professeure invitée à l’Université du Kent (R.-U.), elle tient une série de conférences sous le titre de “Enemy Rule: Seeing the First World War Through the Lens of Military Occupations.” Commissaire de plusieurs expositions lors du centenaire, elle a dirigé, le plus récemment, un projet sur les enjeux sociaux de la libération de la commune bruxelloise de Molenbeek en novembre 1918.

Lundi 11 novembre 2019

HISTORIAL DE LA GRANDE GUERRE, Salle audiovisuelle

Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

 

Comment les Français sont-ils sortis de la Grande Guerre ? Evidemment, cela dépend de qui parle-t-on (homme, femme, soldat, civil), d’où on parle (ville, campagne, régions libérées l’Alsace-Lorraine « retrouvée »), et de quand on parle – car sortir, est un processus. John Horne abordera ce processus sous quatre chefs et selon quatre temporalités : le retour des soldats ; les angoisses de la victoire ; la « démobilisation » des civils ; et la réconciliation entre Allemands et Français. Il suggéra, en conclusion, que si les Allemands ont eu une « culture de la défaite », les Français ont connu une « culture de la victoire » aux années 1920s, culture sujette à de fortes doutes internes et qui, n’ayant pas pu se convertir en une paix durable, se désagrège sous les effets conjugués de la crise économique et des perturbations politiques des années 1930. Bref, la « victoire » signe des sorties de guerre multiples et profondément troublées.

John Horne est historien, professeur émérite d’histoire européenne à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il a fait partie du conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Il est l’auteur et éditeur de plusieurs livres et de plus cent chapitres et articles, dont beaucoup se rapportent à la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2005); (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; (avec R. Gerwarth), War in Peace : Paramilitary Violence in Europe after the Great War (2012) et ‘End of a Paradigm? The Cultural History of the Great War,’ Past and Present, 242/1, février 2019, pp. 155-92.

17h :  Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

présidée par Laurent Somon, Président du Conseil départemental de la Somme

Cette année, 6 lauréats recevront une bourse pour la poursuite de leur thèse, qu’ils présenteront en 5 mn :

Damien ACCOULON : « Une « fraternité des ailes » ? Expérience combattante et sociabilités des As de l’aviation allemands, britanniques, et français (1914-1939) »

Rose MALLOY : « Migration during the First World War In Slovenia and northern Italy »

Jean-Philippe MILLER-TREMBLAY : « L’ordre serré dans les armées française et britannique (1853-1920) »

Sneha REDDY : « North African and Indian soldiers in the First World War  in Palestine and Syria 1917–1923 »

Nina REGIS : « Le pain de guerre allemand durant la Première Guerre mondiale »

Maria XYPOLOPOULOU : « Un front « oublié » sous le regard des photographes. Approches, pratiques et usages de la photographie, représentations culturelles et du genre pendant la Première Guerre mondiale »

18h : Verre de l’amitié

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org

http://1418.hypotheses.org/

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

      

 

Rendez-vous de l’Histoire de Blois samedi 12 octobre 2019 : cette année , 2 tables rondes ! 14h15 : L’Italie au centre de la Grande Guerre ? -16h15 : Quel bilan scientifique pour le centenaire 14-18 ?

 

 

 

Dans le cadre d’une carte blanche organisée à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2019, le Centre international de recherche est heureux de vous inviter aux tables rondes suivantes :

« L’Italie au centre de la Grande Guerre ? »

Samedi 12 octobre 2019

14H15-15H45

 Conseil départemental du Loir-et-Cher,  Salle Lavoisier

(à côté de la halle aux grains)

    Biblioteca di storia moderna e contemporanea-Roma

L’Italie a longtemps été placée en marge d’une histoire de la Grande Guerre dictée par le front de l’ouest. La Grande Guerre a longtemps été mise en marge d’une histoire de l’Italie dominée (pour la première moitié du 20e siècle) par le Fascisme. Il est grand temps de renverser ces deux perspectives faussées afin de remettre l’Italie au centre de la guerre et la guerre au cœur du Fascisme italien. Car l’Italie joue un rôle central dans le camp allié. Avec 600,000 morts, les pertes de l’Italie sont proportionnellement aussi importantes que celles de la Grande-Bretagne, et le front austro-italien, qui remplace le front de l’est après la sortie russe de la guerre en 1917, pèse dans la résolution du conflit. En même temps, la guerre expose l’Italie à une expérience transformatrice. Même si le pays connaissait de graves problèmes d’adaptation politique avant 1914, la guerre provoque une crise telle (politique, sociale, culturelle, diplomatique) qu’elle précipite l’Italie dans l’expérience fasciste, dont elle continuera à modeler les formes comme le contenu. La guerre restera au cœur du régime. Ainsi, sans renverser cette double marginalisation de l’Italie par rapport à la Grande Guerre et de la guerre par rapport à l’Italie, on risque fort de méconnaître l’histoire contemporaine de l’Italie comme l’histoire d’une guerre dont l’impact était loin de se limiter aux puissances combattantes du front de l’ouest.

Participants :

John Horne, modérateur (Trinity College, Dublin / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Marco Mondini (Université de Padoue / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Vanda Wilcox (John Cabot University)

 http://www.rdv-histoire.com/Edition-2019-l-Italie/l-italie-au-centre-de-la-grande-guerre

Samedi 12 octobre 2019, 16H15-17H45

Quel Bilan scientifique pour le Centenaire 14-18 ?

IUT – Chocolaterie –  Salle 214

(à côte de la gare de Blois)

Coll. Historial de la Grande Guerre. Photo Yazid Medmoun

Cette table ronde présentera le bilan scientifique du Centenaire 14-18 à travers 3 axes :  impact sur l’historiographie, rôle des historiens dans les commémorations et place de l’histoire dans la cité. Une étude jamais menée à ce niveau dans le passé à l’occasion d’un cycle commémoratif.

Participants :

Arndt WEINRICH, DAAD -Fachlektor en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, Conseil scientifique du Centenaire, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Nicolas PATIN, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Bordeaux Montaigne

Franziska HEIMBURGER, Maîtresse de conférences en civilisation britannique, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Elisa MARCOBELLI, Post-doctorante en histoire contemporaine, Université de Rouen

Lise GALAND, ATER en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, doctorante en études germaniques et en histoire contemporaine.

Pour tout enseignement :  Caroline FONTAINE c.fontaine@historial.org tel 06 81 61 61 97

                 

« La signature du traité de Versailles racontée par ses objets »

CONFERENCE

Vendredi 28 juin, 18h30,

Historial de la Grande Guerre

Salle du théâtre de verdure

Le 28 juin 1919 le traité de Versailles est signé, mettant ainsi officiellement fin au conflit opposant l’Allemagne aux Alliés. Le 28 juin 2019, rendez-vous à l’Historial de Péronne pour une conférence qui étudie ce traité, mais aussi sa genèse pendant la Conférence de la Paix et ses conséquences pendant l’entre-deux-guerres sous l’angle des objets qui ont accompagné ce processus.

Franziska Heimburger, historienne, maîtresse de conférences à
Sorbonne Université, elle est membre du comité directeur du Centre de
recherche de l’Historial de la Grande Guerre  

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

Conférence

 « La fin de l’occupation et le retour des populations dans les territoires libérés, 1918-1919 » une conférence d’Annette BECKER

Jeudi 14 mars 2019 à 18H30, Historial de la Grande Guerre, Péronne

La guerre terminée, réfugiés et occupés, retrouvent leurs villes, villages, maisons, familles et leur liberté. C’est ce moment particulier qu’Annette Becker, qui en est la grande spécialiste, abordera dans cette conférence.

Vice-présidente du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, (Université Paris-Nanterre) Annette Becker travaille particulièrement sur la Grande Guerre des civils, ses représentations et les liens avec la Seconde Guerre mondiale.  Voir la Grande Guerre, un autre récit, (Armand-Colin, 2014) a obtenu le prix J.J. Rousseau de l’Académie des Arts de Dijon. Son dernier livre, Messagers du Désastre, Raphael Lemkin, Jan Karski et les génocides est sorti en 2018 (Fayard).

 Entrée libre – salle du théâtre de verdure – information et réservation à resahgg@historial.org ou 03.22.83.14.18

Le PROGRAMME 2019 est en préparation…

Programme 2018

  • Dimanche 11 novembre – 15H – Historial de la Grande Guerre,  Salle du théâtre de verdure : Conférence « Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 en 2018 » Victor DEMIAUX (EHESS)

“11 novembre” Pierre-Albert Leroux, aquarelle, Collect° Historial de la Grande Guerre Yazid Medmoun

Il y a cinquante ans paraissait dans la collection “les 30 journées qui ont fait la France” l’ouvrage de Pierre Renouvin sur le 11 novembre 1918. Si cette réflexion, devenue classique, reste un modèle indiscutable, sa focalisation sur les aspects diplomatiques, militaires et politiques constitue aussi en creux un révélateur des profonds renouvellements du questionnaire historien intervenus depuis lors. Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 aujourd’hui, c’est d’abord s’intéresser aux représentations et aux émotions de ceux qui le vécurent, à la liesse collective, aux gestes qui s’y déploient et aux formes de ritualisation spontanées qui accompagnent et font l’événement. C’est aussi en écrire une histoire internationale et transnationale, nullement limitée au cadre hexagonal. Evénement politique et militaire, événement vécu collectivement, événement-monde, le 11 novembre 1918 doit enfin être appréhendé comme un événement-mémoire, une date cristallisant le processus de commémoration de la Grande Guerre dès les années suivant 1918.

  • Jeudi 8 novembre – Hôtel des Invalides – Paris« Une guerre sans fin ? Les armistices de 1918 au carrefour du monde »Il s’agira de se placer au cœur des quatre armistices de l’automne 1918 : Salonique, avec la Bulgarie ; Moudros, avec l’Empire Ottoman ; Villa Giusti, avec l’Autriche-Hongrie ; et bien sûr Rethondes, avec l’Allemagne. Ces quatre cessez-le-feu négociés (en prenant en compte le renversement de l’armistice russo-allemand de Brest-Litovsk du 15 décembre 1917), représentent un tournant majeur – temporel aussi bien que spatial. D’où la métaphore : « carrefour du monde ». Car le sort de ces divers armistices concerne le monde entier, y compris les domaines coloniaux. Toutefois, ce moment de suspension entre guerre et paix ouvre une boîte de pandore en termes de possibilités futures. Avant l’arrivée de la paix plus ou moins définitive (à partir de 1923), les possibilités en question vont constituer l’enjeu de la sortie de la guerre: pour partie à travers la conférence de la paix à Paris (1919); mais pour partie aussi à travers une « guerre sans fin » constituant le contrepoint violent du processus diplomatique. On scrutera chacun des armistices pour tenter de retrouver leurs potentiels “futurs”, y compris imaginés, ainsi que leurs contradictions intrinsèques.  Modérateur: John Horne (Trinity College Dublin)14h00-15h40 : Les Armistices
    1. Armistice de Brest-Litovsk, 15 décembre 1917. Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)
    2. Armistices de Salonique, 30 septembre 1918 et de Moudros, 31 octobre 1918. Isabelle Davion (Université de Paris-Sorbonne)
    3. Armistice de Villa Giusti, 4 novembre 1918. Marco Mondini (Université de Padoue)
    4. Armistice de Rethondes, 11 novembre 1918. Robert Gerwarth (University College Dublin)

    Pause-café

    16h00- 17h00 : Les réponses de l’histoire

    1. La réponse de l’histoire : L’Europe. Heather Jones (University College Londres)
    2. La réponse de l’histoire : Le Proche Orient. Alexandre Toumarkine (Institut national des langues et civilisations orientales)

    Débat des conférenciers avec le public : « Quelles sorties de guerre possibles ? »

    Pause-café

    La table ronde, qui clôture un cycle de conférences « Les sorties de guerre – France, Allemagne, Europe, 1917-1923 » est organisée sous l’égide de l’Institut Historique Allemand de Paris, du Centre international de recherche l’Historial de la Grande Guerre, de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre et du Musée de l’Armée.

    Inscription obligatoire event@dhi-paris.fr

           -19h30-21H00: Conférence de Bruno Cabanes

“L’humanitaire international à la sortie de la Première Guerre mondiale”

Inscription:  c.fontaine@historial.org

La sortie de la Grande Guerre s’accompagne de crises humanitaires de grande ampleur qui touchent l’ensemble du continent européen et au-delà. Les survivants du  conflit ne sont pas seulement des vétérans ou d’anciens prisonniers de guerre, mais aussi des millions d’apatrides, des victimes d’épidémies et de la faim dont beaucoup d’enfants, des populations prises dans le chaos des conflits qui embrasent l’Europe d’après-guerre. Face à de telles catastrophes, les nouveaux États nés de la guerre ou ceux qui en sortent terriblement affaiblis sont impuissants. S’engage alors une mutation en profondeur du champ humanitaire à l’échelle transnationale: une nouvelle gestion de l’urgence, de nouvelles expertises pour la prise en charge des victimes, de nouveaux outils juridiques, et même de nouvelles manières de sensibiliser à la souffrance d’autrui.

Bruno Cabanes occupe la chaire Donald G. et Mary A. Dunn d’histoire de la guerre à 0hio State University. Il est l’auteur notamment de The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924 (Prix Birdsall de l’American Historical Association en 2016)

 

  

  •   Lundi 5 Novembre :  Conférence de Philippe NIVET “1918” à l’issue de laquelle se déroulera,  la cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme, et dans le cadre des Lundis de la Culture du Conseil départemental,  35 rue Lamarck à AMIENS, à 18h30,  Inscription OBLIGATOIRE : tel 03 22 17 83 51 et communication@somme.fr

OCTOBRE

  • Samedi 13 octobre – Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 16H-17H30, Salle Lavoisier Conseil départemental du Loir et Cher Place de la République Blois.

Table ronde « Tu n’as rien vu dans la Grande Guerre ? » Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

En 1921, Marc Bloch, dans son article programmatique « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », déclarait : « Tout se passe comme si la plupart des hommes circulaient les yeux à demi fermés au milieu d’un monde extérieur qu’ils dédaignent de regarder. »  Il venait de vivre la Grande Guerre les yeux ouverts – oh combien – comme combattant et comme médiéviste. Et pourtant les sources-images ont longtemps été  dédaignées par les historiens, qu’elles soient photographies, dessins, films, objets, etc… Marine Branland, à propos de quelques  artistes et Alexandre Sumpf  sur les sources audio-visuelles de la révolution russe, Manon Pignot et Annette Becker à propos des adolescents au front et des civils essaieront de démentir le pessimisme de Bloch, sous la présidence de Laurence van Ypersele.

Informations École d’été et programme de l’Historial de la Grande Guerre

Merci de noter que certaines conférences et tables rondes organisées par le Centre de recherche pendant l’école d’été (2 au 7 juillet) seront en anglais et que l’inscription préalable est OBLIGATOIRE (le nombre des places étant limité). N’hésitez pas à me contacter : c.fontaine@historial.org

Pour retrouver l’ensemble du programme culturel de l’Historial de la Grande Guerre et les conférences proposées, par le Centre international de recherche, tout au long de l’année, c’est ici ! : http://fr.calameo.com/read/004648508c5b1d8b99817

Information / Réservation :   resahgg@historial.org

Table ronde «Les Français dans les batailles de la Somme 1916-1918» Amiens, lundi 9 avril,18H30

Le Conseil départemental de la Somme  et le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre vous invitent à la table ronde organisée à l’occasion de la sortie du livre

«Les Français dans les batailles de la Somme 1916-1918»

avec les auteurs : Philippe NIVET, Marjolaine BOUTET

et présidée Frederic Guelton

 lundi 9 avril 2018 à 18h30
à la Résidence du Département
35 rue Lamarck à Amiens
Réservation dans la limite des places disponibles
au 03 60 01 53 79 ou communication@somme.fr

Illustration : Jean Droit (1884-1961), La bataille, dessin au fusain, (collection Historial de la Grande Guerre

          

 

Conférence « 1918 – L’offensive de Picardie», Jeudi 29 mars, Historial, 19H30

        INVITATION

  Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de

Philippe NIVET (Université de Picardie Jules Verne) 

« 1918 – L’offensive de Picardie»

 

Collection Historial de la Grande Guerre. Photo Yazid Medmoun

Jeudi 29 mars 2018 – 19h30

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Salle du théâtre de verdure

En mars 1918, la Picardie, qui avait été libérée de l’occupation par le retrait allemand de 1917, subit de nouveau l’invasion, avec l’offensive allemande, dite offensive Michael, de mars 1918. Cette conférence analysera l’impact de ces événements militaires sur les populations samariennes, mettant notamment en valeur les nouveaux déplacements de population, l’évacuation d’Amiens, les destructions que subit le département, avant les victoires alliées et le reflux des troupes allemandes.

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Picardie, membre du Comité directeur du Centre international de recherches de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, Philippe Nivet travaille sur le sort des civils français entre 1914 et 1918, en particulier les réfugiés et les populations occupées. Il a publié en 2016, en collaboration avec Marjolaine Boutet, La Bataille de la Somme (Tallandier) et en 2018 Les Français dans les batailles de la Somme avec Marjolaine Boutet et Michaël Bourlet, éditions Encrage

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée.

Renseignement/inscription : c.fontaine@historial.org

tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org

ttp://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

 

 

“Eglises, clergés et croyants en Picardie en 1918” samedi 10 Février, 15H, Historial

INVITATION 

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de

Xavier BONIFACE

(Université de Picardie Jules Verne)

« Églises, clergé et croyants en Picardie et Haute-Somme en 1918 »

Péronne 1918 – Coll. Historial de la Grande Guerre. Photo Y. Medmoun

Samedi 10 Février 2018, 15h00

Historial de la Grande Guerre, Péronne

            Une décennie après la séparation des Églises et de l’État (1905), l’Union sacrée rassemble tous les courants philosophiques, politiques et spirituels dans la lutte contre l’Allemagne. C’est l’un des aspects de l’implication des Églises – en tant que communautés de croyants et institutions – dans la Grande Guerre. En Picardie, et plus précisément en Haute-Somme, dans le Vermandois et dans le Santerre, elles regroupent en majorité des catholiques, au moins de tradition. Les protestants sont quelques milliers, surtout des calvinistes et, dans l’Aisne, des baptistes. Les juifs sont quelques centaines. La guerre est aussi un temps où se côtoient des religions très diverses, notamment avec le passage de soldats coloniaux, britanniques et allemands dans la région.

Églises, clergé et croyants de et en Haute-Somme, Vermandois et Santerre participent à l’effort de guerre par leurs œuvres, leurs prières et leurs engagements. Ils subissent aussi les effets du conflit, avec la destruction de nombreuses églises le long de la ligne de front et l’occupation, qui reprend ponctuellement lors des offensives allemandes de 1918. C’est un bilan de leur place et de leur rôle à la fin de la guerre qui sera ainsi dressé.

Agrégé d’histoire, Xavier Boniface est professeur à l’Université Picardie Jules Verne. Il est responsable du master Phénomène guerrier. Il a notamment publié en 2014 :  Histoire religieuse de la Grande Guerre Fayard.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée. Historial de la Grande Guerre 80200 Péronne

Renseignement/inscription : c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

École d’été – Une histoire environnementale de la Grande Guerre, France et Belgique, 2-7 juillet 2018

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) en partenariat avec l’EHESS (Paris), l’université d’Heidelberg, le Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, l’Université catholique de Louvain, l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » et l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens), sollicite des candidatures pour sa troisième université d’été de jeunes chercheurs (master et doctorat) travaillant sur la Première Guerre mondiale.

Aquarelle de Frank Mason, « Kantara : a cut in the Suez Canal to flood the Plain of Tinch, rendering it impassable for the enemy. April 1916 », © IWM (Art.IWM ART 2835)

Nous comptons réunir du 2 au 7 juillet 2018 un groupe international de 20 à 30 jeunes chercheurs, travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites guidées et des excursions en France et en Belgique font partie intégrante du programme et enrichissent l’expérience des participants.

Après les éditions 2014 et 2016 de notre école d’été qui ont respectivement porté sur les initiations dans les expériences contemporaines de la guerre ( http://1418.hypotheses.org/547) et sur « l’anatomie » de la bataille et du champ de bataille http://1418.hypotheses.org/1059), nous nous tournons pour 2018 vers une autre question: celle de l’histoire environnementale de la Première Guerre mondiale.

Ici, l’histoire environnementale de la Grande Guerre doit se comprendre selon une acception large. Il s’agira bien entendu de réfléchir aux conséquences environnementales de la guerre : destructions des villes, des villages, des sols, pollutions diverses et leurs pendants : reconstruction et reconstitution (à l’échelle des politiques publiques mais également des territoires), déminage des champs de bataille, exhumation et ré-inhumation des morts, politiques de mise en mémoire et en sens des territoires et des ruines de guerre (et notamment des champs de batailles). Ceci implique bien évidemment de prendre en compte la longue durée de la Grande Guerre puisque les traces environnementales de celle-ci sont sensibles jusqu’à aujourd’hui. Les conséquences environnementales de la guerre ne se résument en outre pas aux zones du front. L’exploitation économique des hinterlands même très éloignées des épicentres guerriers y a toute leur place dans la mesure où elle se traduit par des modifications parfois profondes et durables des écosystèmes. Par exemple, quelle traduction le processus de totalisation a-t-il en termes d’exploitation du pétrole, des ressources minières, forestières, agricoles… ? Ainsi les stigmates de la famine de 1915-1916 au Mont Liban sont visibles jusqu’à aujourd’hui dans les paysages. L’histoire des villes sera également mise à contribution dans la mesure où la guerre a aussi parfois beaucoup influé sur leur évolution urbaine comme c’est par exemple le cas à Thessalonique en raison de la présence massive des troupes alliées mais aussi d’un grand incendie en 1917.

Carte postale, collection Historial, Photo Yazid Mamoun

Mais cette conception de l’histoire environnementale fondée sur les conséquences de la guerre ne résume pas à elle seule les rapports des hommes à leur environnement.  Les conditions et contraintes que l’environnement fait peser sur le fait guerrier sont au cœur de nombreuses recherches actuelles qui interrogent, à l’instar de ce qui se fait également pour les temporalités en guerre, les rapports des acteurs sociaux à l’espace et à l’environnement. Ceci implique dès lors de faire jouer les échelles d’analyse. Peuvent alors être évoqués, par exemple, les rapports entretenus par les combattants avec leur environnement de combat en fonction de critères tant météorologiques que géographiques. Les journaux et les correspondances regorgent en effet de références aux lieux, aux espaces vécus, au temps qu’il fait. Les dessins, photographies représentent en grand nombre les « paysages de guerre ».

Ceci permettra notamment d’aborder en retour non seulement les effets de la guerre sur les environnements mais aussi bien ceux des environnements sur la guerre et ceux qui la font à travers une réflexion sur les différents théâtres d’opérations (montagnes, mers, déserts chaud et froids…) ; ceci permettra alors peut-être aussi d’entreprendre une autre histoire mondiale de la guerre mondiale en fonctions des latitudes, des longitudes, des altitudes, bref d’envisager la possibilité d’une géohistoire de la Grande Guerre qui s’intéresse autant aux conditions, qu’aux conséquences environnementales de celle-ci

Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux en France et en Belgique (Somme, Ypres…), avec des spécialistes, des praticiens et des experts en archéologie du champ de bataille (Dominik Dendooven – In Flanders Fields Museum, Ypres). Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont les membres du comité directeur du CIRHGG ) et spécialisés en histoire environnementale complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur ( Laurence  Van Ypersele, Franziska Heimburger, Benoît Majerus, Nicolas Beaupré). Les étudiants retenus auront également l’occasion de présenter leurs propres travaux en les replaçant dans la perspective choisie par l’école d’été.

Conditions

Les étudiants en master 2 et les doctorants peuvent postuler à l’école d’été. Les thématiques de recherche en lien direct avec la thématique de l’école ou montrant en quoi ces recherches peuvent s’y raccrocher seront privilégiées mais tous les masterants ou doctorants travaillant sur la Grande Guerre et ses conséquences peuvent postuler.

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le français. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du français est toutefois exigée.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes ; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous espérons également pouvoir participer aux frais de transport des participants vers / de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses. Nous encourageons vivement les candidats à tenter de s’assurer d’un financement partiel ou total de ces frais de transport auprès de leur université d’origine.

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2018 à l’adresse https://environment1418.sciencesconf.org/:

Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Mon inscription »

2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.

3- Une fois que vous êtes connecté avec votre compte, cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.

4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires” (en veillant à bien cliquer sur “transférer” pour chaque fichier).

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2018.

Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures »)

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université – EA Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones)

Benoît Majerus (Université du Luxembourg – Centre for Contemporary and Digital History)

Claire Morelon (Università degli Studi di Padova – DiSSGeA)

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

Carnet du Centre International de Recherche de l'Historial de Péronne