Conférence : 1917, Le visage de la Révolte

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de

Joëlle Beurier (URCA, CERHIC) et Jay Winter (Yale University) :

 1917 : Le visage de la Révolte

Assiette russe
Collection Historial de la Grande Guerre
Photo Yazid Medmoun

 Samedi 20 mai 2017, 17h

Historial de la Grande Guerre, Péronne

La révolte est un thème presque invisible en Grande Guerre.  En 1917, le public ne voit rien des grèves qui agitent la société française à l’arrière, ni des mutineries sur le front. La presse française n’hésite pas à se rendre à l’étranger pour contourner les interdits, et l’on peut se demander si l’information sur la violence de la révolte russe et même les refus de combat ne disent pas en filigrane les événements.

Jay Winter est Professeur émérite de l’université de Yale, directeur de recherche à l’université de Monash et vice-président du Centre de recherche de l’Historial. Il est  notamment l’auteur de Sites of memory, sites of mourning: The Great War in European cultural history, publié en 1995, et a dirigé la monumentale Cambridge history of the First World War (3 volumes), publiée en 2014 et traduite en anglais, français et chinois.

Dr. Jay Winter, the Charles J. Stille Professor of History at Yale University, tours the new Washington University in St. Louis Mildred Lane Kemper Art Museum exhibition « World War I: War of Images, Images of War » on the Danforth Campus in St. Louis Thursday, Nov. 5, 2015. Dr. Winter participated in the exhibition, preparing the timeline chronicling the events of the war.Photo by Sid Hastings / WUSTL Photos

 

 

Joëlle Beurier a soutenu sa thèse à l’Institut Universitaire Européen (Florence), publiée en 2016 (Photographier la Grande Guerre, France-Allemagne. L’héroïsme et la violence dans les magazines). 

Actuellement PRAG à l’IUT de Troyes (URCA, CERHIC), elle poursuit ses recherches sur l’iconographie de la Grande Guerre (14-18 Insolite. Albums-photos des soldats au repos, 2014) ainsi que sur l’histoire du photojournalisme et des genres

(http://encyclopedia.19141918onlinee.net/article/pressjournalism_france )

 

 

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles. c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

 

 

 

Une visite à l’Historial de la Grande Guerre

Demain, jeudi 20 avril à partir de 9H 30 et pour la matinée : les 30 étudiants de l’atelier annuel du Master franco-allemand de l’EHESS et de l’université d’Heidelberg seront en visite à l’Historial et découvriront le musée sous la direction du Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Stéphane Audoin-Rouzeau.

 

BOURSES D’ÉTUDES ROCHEFORT 14-18 Master et Doctorat Commémorations du Centenaire de la Grande Guerre

ANNÉE SCOLAIRE 2017-2018

Affiche Bourses d’études Rochefort 14-18.compressed

La Ville de Rochefort apporte une aide financière aux étudiants dont les travaux de recherche contribueraient à mieux connaître l’Histoire de Rochefort pendant la Première guerre Mondiale.

Cette bourse s’adresse à un ensemble très large d’étudiants :

– En histoire, sociologie, médecine, archivistique, littérature…

            – Les sources sont conservées sur l’ensemble du territoire : Rochefort, La Rochelle, Limoges, Vincennes…

Thèmes et problématiques variés :

Histoire politique, militaire, économique, sociale, technique, statistique…

L’arsenal, les régiments, la population…

La réalisation d’un instrument de recherche…

Période :

Guerre, après guerre (les conséquences, l’inauguration du monument aux morts…)

Zone géographique :

La Ville de Rochefort mais aussi les mouvements liés aux soldats, réfugiés, prisonniers… le suivi des régiments et des navires sur l’ensemble des lieux de conflit.

Vous trouverez l’affiche, le règlement et  la délibération du Conseil Municipal à l’adresse suivante :
http://www.ville-rochefort.fr/bourse1418

Merci de diffuser largement ce message à vos collaborateurs et à vos étudiants.
Bien cordialement,

Nathalie DUBOIS
Archiviste municipale
119 rue Pierre Loti
BP 60030
17301 ROCHEFORT Cedex
05.46.82.65.88

Archives en ligne :
http://archives.ville-rochefort.fr/

Centenaire :
http://www.ville-rochefort.fr/centenaire1418

Expositions de quartier :
http://www.ville-rochefort.fr/decouvrir/exposition-quartier

 

Les lauréats du Vimy Pilgrimmage Award en visite à l’Historial de la Grande Guerre

25 lycéens canadiens de la Vimy Foundation,

lauréats du Vimy Pilgrimmage Award

Hanna Smyth et Julia Ribeiro, qui avaient participé à l’université d’été en 2016, sont venus avec un groupe de 29 jeunes de 5 nationalités différentes pour visiter le musée ( Canadiens,  Français, Belges, Allemands et Britanniques). Ces jeunes ont été sélectionnés pour participer à la cérémonie de Vimy .

Julia et Hanna avaient tellement aimé le musée qu’elle voulaient absolument le partager avec ces jeunes.

Clotilde Leurs

« 100 ans après : les mutineries » 9 et 10 juin, Le Mail, Soissons

100 ans après : Les mutineries

Vendredi 9 et samedi 10 juin 2017

Le Mail, Centre culturel,  rue Jean de Dormans 02200 Soissons

Renseignements : tel. : 0323593236 et mail: drsahs@orange.fr site internet: www.sahs-soissons.org

Programme

Vendredi 9 juin – Mutineries et refus de guerre

9H30 ouverture du colloque et allocutions protocolaires

Présidence Emmanuelle CRONIER

Maître de conférences, Université Picardie – Jules Verne

I – Formes et figures du refus collectif des mutineries

1) Le refus au féminin: soldats et femmes révoltés en Bulgarie.

Snezhana DIMITROVA (prof esseu r Université  » N. Ril s ki » , Blagoevgrad)

2) Les formes du refus révélatrices des reconfigurations sociales : éclatement démo- cratique et violences sociales dans l’armée russe en 1917.

Alexandre SUMPF (m aître de conf éren ces en his toir e Université de Strasbourg)

3) Le refus : posture pacifiste ou geste de combattants. Les actes d’indiscipline dans l’armée italienne.

Irene GUERRINI (Universit à di Geno va) et Marco PLUVIANO (CRID 14-18)

4) Refuser la conscription dans les bataillons de travail ? Le cas des régions centrasiatiques de l’Empire russe en 1916.

Cloé DRIEU (chargée de recherc he au CNRS/CETOBAC)

Pause repas de 12h15 à 14H00

II – Les cadres militaires et nation aux et l ’expérience du refus collectif

1) Les refus de guerre en 14-18 dans l’armée belge.

Benoit AMEZ (doctorant en histoire et directeur de collection)

2) Une exception ? Désordre et discipline : le Corps Expéditionnaire Britannique à l’heure des mutineries.

Pierre PURSEIGLE (associat e Prof ess or, Univ ersity of Warwick)

3) Un cas d’école ? La mutinerie des brigades russes, causes et interprétations.

Maxim CHINIAKOV (maître de conf érences université de Moscou)

4) Nous devons faire un exemple : L’Amiral Scheer et les mutineries dans la marine impériale allemande en 1917.

Michael EPKENHANS (chef de recherche Centre d’Histoire Militaire Bundeswehr)

5) Les mutineries dans l’armée austro-hongroise de 1918 : des refus nationaux ?

Guy MARIVAL (prof esseur h onoraire)

Samedi 10 juin – 9h30 Les mutineries aujourd’hui

Présidence Emmanuel SAINT-FUSCIEN

Maître de conférences EHESS III – Représenter les mutineries

1) Les mutins à la télévision, formes et images.

Jean-Christophe MEYER (PRAG Université de Strasbourg)

2) « Mort aux vaches » au Chemin des Dames, graffiti de contestation dans la Grande Guerre.

Jérôme BUTTET (professeur au lycée Camille Claudel Soissons)

3) Les mutins à l’école: 1917, la guerre en crise.

Vincent MOISSENET (professeur au collège André Malraux d e Paron)

4) Entre représenter et se souvenir, le département de l’Aisne et les mutineries.

Franck VILTART (chargé de mission Chemin des Da es, Conseil départemental de l’Aisne)

IV – Se souvenir des mutineries : quels chemins de mémoire ?

1) Cent ans après une mémoire toujours à vif ? Le point de vue de la fédération nationale de la Libre Pensée.

Nicole AURIGNY (vice-présidente de la Fédération de la Libre Pensée)

2) Répressions et rumeurs : la confusion des figures du mutin et du fusillé pour l’exemple.

Gilles MANCERON (historien, Ligue des Droits de l’Homme )

3) Les mutineries dans les commémorations de la Mission du Centenaire. Quelle photographie des mémoires en 2017 ?

Alexandre LAFON (conseiller historique à la Mission du Centenaire)

V – Débat conclusif

Hervé CHABAUD (rédacteur en chef à l’Union), Michel SARTER (directeur Archives départementales de l’ Aisne), Antoine FLANDRIN (journaliste au Monde),Guy Marival (professeur honoraire), Denis ROLLAND (président Société Historique Soissons).

Dimanche 11 juin

11 H 00 – Cimetière de Maizy, cérémonie en souvenir des fusillés du 18e RI: Casimir

Canel, Alphonse Didier, Jean-Louis Lasplacettes.

14 H 30 – Evocation de la mutinerie du 18e RI et son dénouement tragique à Maizy. Visite de la ferme de Maizy. Rendez-vous devant le monument aux morts.

16 H 15 – Evocation de la mutinerie du 75e RI. Visite de la carrière lieu de cantonne- ment du régiment. Rendez-vous devant la mairie de Pargnan.

Renseignements :

Office de tourisme de Soissons 0323531737 et Société Historique de Soissons

0323593236 et mail: drsahs@orange.fr site internet: www.sahs-soissons.org

 

Le visage de la Révolte : 1917

INVITATION 

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence de

Joëlle Beurier (URCA, CERHIC) et Jay Winter (Yale University) :

 Le visage de la Révolte: 1917

Samedi 20 mai 2017, 17h

à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne

 

Assiette russe 1917 : inscription : PRAVDA (Vérité), coll. Historial de la Grande Guerre, Photo : Yazid Medmoun

La révolte est un thème presque invisible en Grande Guerre.  En 1917, le public ne voit rien des grèves qui agitent la société française à l’arrière, ni des mutineries sur le front. La presse française n’hésite pas à se rendre à l’étranger pour contourner les interdits, et l’on peut se demander si l’information sur la violence de la révolte russe et même les refus de combat ne disent pas en filigrane les événements.

 

Jay Winter est Professeur émérite de l’université de Yale, directeur de recherche à l’université de Monash et vice-président du Centre de recherche de l’Historial. Il est  notamment l’auteur de Sites of memory, sites of mourning: The Great War in European cultural history, publié en 1995, et a dirigé la monumentale Cambridge history of the First World War (3 volumes), publiée en 2014 et traduite en anglais, français et chinois.

Joëlle Beurier a soutenu sa thèse à l’Institut Universitaire Européen (Florence), publiée en 2016 (Photographier la Grande Guerre, France-Allemagne. L’héroïsme et la violence dans les magazines). Actuellement PRAG à l’IUT de Troyes (URCA, CERHIC), elle poursuit ses recherches sur l’iconographie de la Grande Guerre (14-18 Insolite. Albums-photos des soldats au repos, 2014) ainsi que sur l’histoire du photojournalisme et des genres

(http://encyclopedia.19141918onlinee.net/article/pressjournalism_france )

 

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

 

 

 

Their Past, Their Memory?

Their Past, Their Memory?
A one-day interdisciplinary workshop hosted at King’s College, London as part of the AHRCfunded
Teaching and Learning War Research Network to explore young people’s
engagement with and receptivity to the cultural memory messages of the two world wars
from an international comparative perspective. We welcome abstract submissions from
academic researchers and educational practitioners in schools, museums, non-profit
organisations, archives and heritage organisations.
Date: Friday 15th September 2017
Call for papers:
At the centenary of WW1 in the UK, Australia, Canada, and New Zealand young people find
themselves front and centre of both state-sponsored and community-level commemorations.
As the two world wars fade from living memory, young people across the Commonwealth
have been singled out as those who will be carrying the memory of the war forward. Early
indications suggest similar emphasis will be placed on young people in the 80th and 90th
anniversaries of WW2.
It is at this juncture, as the commemorative focus in Britain and the Commonwealth
shifts from WW1 to WW2, that new questions arise about 1) the ways these cataclysmic
events are taught in the 21st century, 2) what cultural memory messages feature in
education, 3) how young people respond to and interpret these messages and 4) the
relationship between education and commemoration. While study of memory and war
remembrance has intensified in recent years, the way young people engage with the cultural
messages about these seminal historical events is largely unexplored. Educational sites
where memory of the two world wars are communicated and received are multifarious
including (amongst many examples) curriculum content, text books, field trips, museum
exhibitions and youth panels, theatre (performance and education packs), re-enactment, and
creative writing. Interrogating the practices of teaching and learning about war remembrance
has the potential to illuminate how memories of war are shaped. As Roediger and Wertsch
identify, education is one of the ‘core disciplines for a new field of memory studies’ as ‘many
of the almost unconscious attitudes that students have about the past’ are traceable to
elements of ‘the educational process’.
The two world wars – as crucial moments of crisis where the ‘British world’ came
together as a larger community of common interest – remain significant features of the
curriculum, both formal and informal, in Britain, Australia, Canada and New Zealand. At the
same time, they raise important questions about the teaching of the history of the British
Empire, an area of heated contemporary debate across the Commonwealth. What is being
remembered via teaching and learning activities, why, and with what consequences for
young people? How as researchers and educators do we measure student receptivity and
ensure an authentic portrayal of their voice and perceptions? To what extent are these
issues in the teaching and remembrance of the two world wars relevant beyond the British
world, particularly in former non-white colonies such as India, Jamaica and Kenya?
Furthermore, how do educators in Britain and internationally negotiate the distinctions
between different white, non-white and indigenous experiences of war in their educational
practice and offer inclusive teaching? What are the challenges of teaching and
commemorating war in ways that engage young people of diverse backgrounds?
The workshop is about theory and practice, researchers and educators. We hope to hear
from researchers exploring these topics and questions from a theoretical and practical
perspective, and who draw on empirical examples from both within and beyond Britain.
Equally, we wish to hear from educators at all levels and across different kinds of institutions
(schools, museums, non-profit organisations, archives and heritage organisations) regarding
how they work at the nexus of remembrance and education of the two world wars.
While not exhaustive contributions may address the following topics in
relation to the two world wars (including the Holocaust and the British
Empire):
• Current practices of remembrance and education inside and outside the classroom
• Education as a site of memory
• Heritage, education and commemoration
• Purposes of remembering and educating
• Inclusions and exclusions in curriculum and content
• Inclusive teaching and remembrance for young people from a diversity of
backgrounds
• Knowledge, politics and power in ‘remembrance education’
• Thanotourism/dark tourism
• Youth engagement, attitudes and reception
• Case studies from beyond Britain and the Commonwealth (particularly India,
Jamaica, and Kenya)
• Methodological challenges and innovations in the co-production of memory studies
research with young people
The event will be structured around short presentations of no more than 15 minutes ensuring
maximum time for group discussion.
General queries and abstracts of no more than 200 words should be sent to Catriona
Pennell (C.L.Pennell@exeter.ac.uk) by 9 June 2017. Please include your name,
organisation/institution and contact email in the abstract.
While the workshop is free to attend for all, the AHRC is also providing fifteen travel
bursaries of up to £100pp for those travelling from outside the Greater London area – please
indicate on your abstract/in your email whether you would like to be considered for the
bursary. Priority will be given to PGRs, ECRs, and representatives of non-academic
institutions/organisations.

« Le repli sur la ligne Hindenburg » fait salle comble.

Péronne, jeudi 6 avril 2017, 19H30 :                                                                    La magistrale conférence de Philippe NIVET (Université Picardie Jules Verne et CirHGG) : « 1917 : le repli sur la ligne Hindenburg« , organisée par de Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CirHGG), a fait salle comble.

Conférence de Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne-Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

.

Conférence : 1917 – Le repli sur la ligne Hindenburg, Philippe Nivet, 6 avril, 19H30, Historial de la Grande Guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial est heureux de vous inviter

Jeudi 6 avril 2017, 19H30,

à la conférence de Philippe NIVET

1917 – Le repli sur la ligne Hindenburg

à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne

Bien qu’elle ait fait plus d’un million de victimes, la bataille de la Somme de 1916 a eu un impact stratégique faible. Au début de 1917, les Allemands décident de se retirer sur une nouvelle ligne de fortifications, la ligne Siegfried, qui appartient à un système de défense appelé par les Alliés la ligne Hindenburg. Cette conférence reviendra sur les circonstances et les conséquences de ce retrait, les destructions dans le territoire libéré provoquées par la politique de terre brûlée pratiquée par les Allemands, leur médiatisation et le lancement d’une politique de reconstruction.

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Picardie, membre du Comité directeur du Centre international de recherches de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, Philippe Nivet travaille sur le sort des civils français entre 1914 et 1918, en particulier les réfugiés et les populations occupées. Il a publié en 2016, en collaboration avec Marjolaine Boutet, La Bataille de la Somme (Tallandier).

 

Entrée libre, inscription conseillée/renseignement : c.fontaine@historial.org et 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial