Programme 2022

Jeudi 27 octobre 2022, 19h00, PARIS

  « Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome »

la grande conférence annuelle du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre,

Marco Mondini (Université de Padoue)

Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris

Pour s’inscrire : https://iicparigi.esteri.it/iic_parigi/fr/gli_eventi/calendario/2022/10/grande-guerre-et-fascisme-la-marche.html

Pour suivre la conférence à distance : https://www.youtube.com/user/iicparigi

Vendredi 11 novembre 2022,  14h30, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : Table ronde

       “Autour d’une gravure retrouvée d’Otto Dix”

avec Annette Becker,  Marie Gispert, Stéphane Audoin-Rouzeau et John Horne.

 Samedi 10 décembre 2022, 15h, Historial de la Grande Guerre :           “L’URSS, le dernier combat de Lénine”                                                             une conférence d’Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)

Programme sous réserve de modification. Inscription conseillée :

cir@historial.org        Tel 00 33 (0)3 22 83 14 18

Programme 2022 détaillé


Jeudi 27 octobre 2022 – 19h-

Conférence de Marco Mondini (Université de Padoue)

Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris 

« Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome »

Pour s’inscrire : https://iicparigi.esteri.it/iic_parigi/fr/gli_eventi/calendario/2022/10/grande-guerre-et-fascisme-la-marche.html

Pour suivre la conférence à distance : https://www.youtube.com/user/iicparigi

 

Squadristi 1921 coll particulière

Dans cette conférence, Marco Mondini proposera une réflexion sur le lien entre guerre et fascisme (ou, mieux, entre guerre et fascismes) selon deux perspectives. L’une aura pour point focal le contexte transnational des mouvements de vétérans européens qui ne se démobilisent pas, se remobilisent ou animent des guerres après la guerre, dans le cadre d’une Europe qui semble inapte à trouver une paix véritable. L’autre se centrera sur la dictature mussolinienne, au titre de cas d’école d’une force politique (pas la seule, certainement…) générée par la guerre et qui, dans la guerre, retrouve sa raison d’être. L’Etat guerrier permanent est l’idéal du fascisme : une opération d’ingénierie sociale et politique dont le destin était une grande guerre à venir.     

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Pise, Marco Mondini est professeur à l’Université de Padoue où il enseigne l’histoire de la guerre. Il est chercheur partenaire à l’UMR Sirice (CNRS – Paris Panthéon Sorbonne) et membre du Comité Directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : Roma 1922 Il fascismo e la guerra mai finita, il Mulino (2022),  Fiume 1919. Una guerra civile italiana (2019), Il Capo. La Grande guerra del generale Luigi Cadorna (2017, trad. allemande 2020) et La guerra italiana. Partire, raccontare, tornare (2014).

———————————————-

Vendredi 11 novembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre

Table ronde :  « Autour d’une gravure retrouvée d’Otto Dix »

Otto Dix, peintre et graveur allemand, a combattu durant toute la guerre. L’ensemble des gravures Der Krieg (1924), présenté à l’Historial de la Grande Guerre, traduit la violence et les horreurs du champ de bataille aussi bien qu’en zone occupée. Une 51ème estampe manque à cette œuvre : « Soldat et nonne », écartée de la vente par l’éditeur et donc fort rare. Elle a pu être acquise l’année dernière par le musée avec l’aide du Centre international de Recherche. Elle sera donc présentée et recontextualisée à l’occasion de cet événement.

Intervenants Annette Becker, Marie Gispert, Stéphane Audoin-Rouzeau, John Horne.

Présentation des interventions :

Marie Gispert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Entre 1920 et 1922, Otto Dix réalise plusieurs œuvres – aquarelles, estampes et même une huile sur toile – représentant violences et meurtres sexuels. Il s’agira ici de comprendre comment ce corpus, qui doit évidemment au traumatisme de la guerre, s’inscrit également dans une actualité contemporaine marquée notamment par l’arrestation puis le suicide de Carl Grossmann et témoigne d’une vision agonistique des rapports entre les sexes chez Dix.

Annette Becker : « Otto Dix en guerre contre les atrocités de la guerre»

Après sa démobilisation, le combattant artiste Otto Dix a participé au happening de la foire internationale dada de 1920 à Berlin où il a montré mutilés et autres rescapés du conflit parmi les détritus de la guerre et de la civilisation, entre dérision, amertume et kitsch. En 1924, les gravures de Der Krieg se recentrent sur la guerre, celle des fronts militaires, celle des fronts d’occupation – la Belgique où il a séjourné – et de leurs atrocités contre les civils.

John Horne : « Viol de nonnes : réalité de guerre ou fantasme sacrilège en 1914-15 ? » 

Autant la réalité des viols de femmes varie selon les guerres, autant leur représentation (quand il y en a) exprime les fantasmes d’une société envahie et humiliée. Tel est le cas, côté allié, en 1914-15. Otto Dix brise un double tabou. Sa gravure est une vision rétrospective, par un vétéran allemand, d’un acte surtout associé (dans la propagande de guerre) aux soldats d’outre-Rhin. Mais dépeindre le viol d’une nonne pousse le symbolisme à l’extrême, car il s’agit d’un sacrilège – comme si on violait la Vierge. Otto Dix puise dans la riche iconographie des guerres religieuses ainsi que dans la représentation des Lustmorde (meurtres sexuels) si répandue dans l’Allemagne de Weimar pour livrer une image si puissante et ambiguë qu’elle est retirée de sa grande série, « Der Krieg » avant sa publication. En serait-elle l’image-clé ?

 

 Stéphane Audoin-Rouzeau : « Le viol, une arme de guerre »

Le viol de femmes, pendant les guerres contemporaines, a constitué un phénomène massif, rarement envisagé comme constitutif de la guerre elle-même. On regarde souvent ces viols comme une forme de criminalité guerrière plus ou moins inévitable en temps de conflit, mais rarement comme un sujet à étudier comme tel. Or, le viol de guerre nous dit beaucoup sur la manière dont les acteurs militaires envisagent la guerre qu’ils mènent et l’ennemi qu’ils affrontent. La communication, après avoir dressé à grands traits les grandes vagues de viol des conflits contemporains, tentera de proposer une interprétation qui rende compte de la signification profonde du phénomène.

———————————————-

Samedi 10 décembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre

« L’URSS, le dernier combat de Lénine »

Une conférence d’Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)Affiche du film documentaire de Dziga Vertov La sixième partie du monde (19026)

En mars 1918, quand les traités de Brest-Litovsk actent la désintégration de l’empire tsariste, la Russie de Lénine ne représente qu’une petite tache rouge perdue dans l’immensité eurasienne. Quatre ans et demi plus tard, fin 1922, l’empire soviétique a regagné par les armes l’essentiel de l’héritage territorial des Romanov. L’Union des Républiques socialistes soviétiques est la dernière œuvre de Lénine, et son ultime combat contre celui qu’il a promu envers et contre tous : Staline.

Alexandre Sumpf est maître de conférences (HDR) à l’université de Strasbourg. Il est notamment l’auteur de La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918 (Perrin, 2014), de 1917. La Russie et les Russes en révolution (Perrin, 2017) et de The Broken Years. Russia’s Disabled War Veterans, 1904-1921 (Cambridge University Press, 2022).

      

Programme 2022 passé

Samedi 21 mai 2022, 15H Historial de la Grande Guerre (Péronne) : « Le retour des morts en Belgique, 1918-1923″ une conférence de Laurence va Passén Ypersele (Université de Louvain)

Dimanche 5 juin 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : « Proust et la Grande Guerre » une conférence de Luc Fraisse (Université de Strasbourg)

Samedi 9 juillet 2022, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : “30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre”, 3 Tables rondes et ciné-concert de l’ensemble Duruflé et de Laurent Veray.

Samedi 8 octobre 2022, Blois : Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « La mer », Table ronde : « 1914-1918 en mer : la guerre profonde »

Samedi 21 mai 2022, 15H Historial de la Grande Guerre (Péronne)

« Le retour des morts en Belgique, 1918-1923″

Une conférence de Laurence van Ypersele (Université de Louvain)

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un peu partout, les familles endeuillées réclament le corps de l’être cher, mais les Etats commencent par refuser. Entre la volonté de nationaliser les morts et le besoin de d’en prendre soin le dialogue est impossible. En Belgique, comme en France, s’en suit un bras de fer entre l’Etat et les familles qui durera plus de trois ans. Le retour des morts se fera donc par étapes: symbolique d’abord, par procuration ensuite, réelle enfin.

DOCTEUR en histoire, Laurence Van Ypersele est chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.N.R.S.) et professeur à l’Université catholique de Louvain. Spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’imagerie politique, elle s’intéresse aux visions du monde, de soi et des autres, aux valeurs et aux affects d’antan. Elle codirige actuellement, avec Myriam Watthee-Delmotte et Paul-Augustin Deproost, l’ARC « Structures et pouvoirs des imaginaires : héroïsation et questionnement identitaires en Occident ».

———————————————-

Dimanche 5 juin 2022 à 15H

« Proust et la Grande Guerre »

Une conférence de Luc Fraisse (Université de Strasbourg)

L’écrivain Marcel Proust a connu la Première Guerre mondiale, appelée alors la Grande Guerre, depuis l’arrière. Très compatissant à l’égard des combattants, il en suit avec angoisse la progression en lisant sept journaux par jour. Par là, la guerre fait son entrée dans son cycle romanesque A la recherche du temps perdu, à travers une discussion très poussée sur la stratégie militaire qui devient un symbole de la création, et un épisode sur Paris en guerre dans le dernier volume, Le Temps retrouvé.

Luc Fraisse est professeur de littérature française à l’université de Strasbourg. Il a consacré l’essentiel de ses travaux à Marcel Proust, notamment en 2018 Proust et la stratégie militaire. Aux Classiques Garnier, il dirige la collection “Bibliothèque proustienne”, la Revue d’études proustiennes et réédite actuellement A la recherche du temps perdu entièrement révisée sur les manuscrits et à l’aide d’une ample documentation. Il a récemment découvert, dans le fonds laissé par Bernard de Fallois, des nouvelles de jeunesse publiées sous le titre Le Mystérieux Correspondant et autres nouvelles inédites (Éditions de Fallois, 2019) ainsi que les Souvenirs de lecture de Jeanne Proust (Éditions de Fallois, 2020), un cahier rempli par la mère de l’écrivain.

———————————————-


Samedi 9 juillet 2022

Venez fêter les 30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

11H  – 12H30 : “À l’origine” Table ronde animée par Manon Pignot (UPJV) avec les historiens : Jay Winter, Gerd Krumeich, Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau.

 13H30- 15H00 :  “Parcours” une table ronde animée par Emmanuel Laurentin (France Culture) réunissant  d’anciens boursiers du CiRHGG :  Julia Ribeiro, Ken Daimaru, Susanne Brandt, Laurent Veray, James Connolly, Michaël Amara.

15H00- 15H30 : Remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial

16H 17H30 : “Irrigation” table ronde animée par Clémentine Vidal-Naquet : Jean Rouaud (écrivain), Kris (auteur de BD), Henri Colomer (réalisateur), Philippe Prost (Architecte Anneau de la mémoire).

18H30-20H30 : Ciné-concert spectacle organisé par Laurent Veray avec l’ensemble Duruflé.

Verre de l’amitié

———————————————-

Samedi 8 octobre 2022

Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « La mer »

 « 1914-1918 en mer : la guerre profonde »

 

Pour retrouver le podcast :

https://rdv-histoire.com/programme/1914-18-en-mer-la-guerre-profonde

 

Une table ronde avec : John Horne (émérite, Trinity College Dublin); Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Olivier Forcade (Sorbonne Université) ; Arndt Weinrich (Sorbonne Université)

L’histoire de la Grande Guerre navale, pourtant mal connue et peu mise en évidence par rapport à l’histoire militaire de la guerre terrestre, est non seulement le sujet d’importantes nouvelles réflexions mais constitue à elle seule un des enjeux pour enfin comprendre 1914-1918 comme une guerre réellement mondiale. Du moins, c’est la proposition que nous voudrions explorer dans cette table ronde aux Rendez-vous de l’histoire de Blois dont le thème est La Mer.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.