La mort de Jean-Jacques Becker

Ainsi, le vieux maître nous a quittés.

Le père d’Annette Becker, tout d’abord.

Mon maître, aussi : celui que j’avais connu comme jeune étudiant de licence à Nanterre, au milieu des années 1970. Puis retrouvé quelques années plus tard, comme doctorant : il guida mes pas, m’encouragea avec une bienveillance jamais démentie, avant de m’accueillir comme assistant à l’Université de Clermont-Ferrand où il était alors professeur. En me laissant pleine liberté, toujours.

Notre maître, également : celui qui créa le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, à la fin des années 1980, afin d’accompagner la création du musée et, au delà, pour favoriser l’émergence d’une histoire nouvelle de 1914-1918 dont, en Europe, il était un pionnier depuis sa thèse sur l’entrée des Français dans la guerre. Un très grand texte, qui tient toujours.

Sous sa présidence, pendant de longues années, s’est construite cette historiographie de la Grande Guerre que nous pratiquons encore : internationale, attentive aux acteurs sociaux, aux représentations, aux sensibilités. Une histoire culturelle de la Grande Guerre, comme nous l’avions appelée.

Ce grand effort collectif conduit par Jean-Jacques, nous l’avons accompli dans l’amitié, la connivence, l’écoute réciproque, la joie aussi. Car, sur ce sujet si tragique, travailler avec lui se fit toujours dans une immense gaieté.

C’est de cela dont nous voulons nous  souvenir avant tout au moment de l’adieu au vieux maître que nous avons tant aimé.

Stéphane Audoin-Rouzeau

Président

Centre International de Recherche

de l’Historial de la Grande Guerre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.