Tous les articles par Nicolas Beaupré

1914-1918 : La Grande Guerre en Extrême-Orient : appel à contribution

Soldats Japonais en 1918 (Source : Gallica)
Soldats Japonais en 1918
(Source : Gallica)

La revue Ebisu lance un appel à contributions pour un numéro spécial “1914-1918 en Extrême-Orient”.
La date de déclaration d’intention est fixée au 1er octobre 2013, la date limite d’envoi des propositions d’article au 1er juin 2014.
Veuillez trouver ici le texte de l’appel ainsi que les instructions aux auteurs.

Les Océaniens et la Grande Guerre : appel à contribution

L’université de Picardie Jules Verne (UPJV), la Maison de la Mélanésie et la bibliothèque de l’UPJV organisent un double colloque sur les Océaniens dans la Grande Guerre et lancent un appel à contribution pour le 1er septembre 2013. Tous les renseignements se trouvent en ligne ici. Vous pouvez aussi télécharger le call for paper en français et en anglais directement ici : Oceaniens-Oceanians WW1 sept

Offre de Post-Doc à Lille : Retracer la Grande Guerre

IRHiSLogo1Élise Julien (Sciences Po Lille) nous informe de la publication d’une offre de post-doc dans le cadre du projet de recherche « Retracer la Grande Guerre » (Programme émergent financé par le Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais).
L’IRHiS recrute pour le 1er octobre 2013 un/e post-doctorant/e qui sera chargé/e de l’animation du projet.

L’offre est consultable en ligne ici

Offres d’emplois à l’Historial de la Grande Guerre

L’Historial de la Grande Guerre recrute

Un/une chargé(e) des projets culturels

Date limite de candidature : 13 juillet 2013

Prise de poste : 2 septembre 2013

Un/une chargé(e) de communication/presse

Date limite de candidature : 13 juillet 2013

Prise de poste : 2 septembre 2013

Appel à communications : La Grande Guerre des Bretons

Nous relayons ici un appel à communication pour un colloque que nous a fait parvenir Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan) :

La Grande Guerre des Bretons

Vécu(s), Expérience(s), Mémoires(s)

(1914-2014)

Appel à communication La Grande Guerre des Bretons mai 2014Résumé

Dans le foisonnement éditorial concernant la Grande Guerre, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre a toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement historiographique. La Bretagne, par ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en constitue un observatoire privilégié.

Argumentaire

Au cours des 20 ou 30 dernières années, la Grande Guerre a suscité une masse considérable de publications, portées par une demande sociale de plus en plus pressante. Dans ce foisonnement éditorial, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre garde toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement d’une historiographie partiellement figée dans des débats un temps productifs, pour une part sclérosants aujourd’hui, pour (re)penser les rapports entre le front et l’arrière, entre les différents types de combattants, pour redonner aussi une consistance sociale à l’indispensable étude des discours et des représentations, pour enfin, de façon plus globale, étudier aussi finement que possible la manière dont la guerre agit à la fois comme révélateur de certaines permanences et accélérateur du changement.

En effet, si, entre 1914 et 1918, l’on combat bien « pour la Patrie », si l’on meurt « pour la France », l’on ne saurait oublié que le recrutement des différents corps de l’Armée française, largement territorialisé avant la guerre, a ancré dans chaque « région » la présence de tel ou tel régiment, des « régions » conservant souvent par ailleurs une réelle identité, identité économique, sociale, religieuse, linguistique aussi. Nombreux sont les travaux qui, de La France des terroirs d’E. Weber à L’école républicaine… de J.-F. Chanet, ont montré la force de ces « petites patries » mais aussi celle du sentiment d’appartenance mêlée à la Nation et à des entités – régionales ou autres – territorialement plus restreintes[1]. Les journaux et lettres des combattants de la Grande Guerre en témoignent par ailleurs, entre souhait de retrouver dans son unité des camarades du même « pays » et moqueries ou indignation face à l’attitude des soldats d’autres régions. Les « midis » en font les frais après l’échec des offensives de l’été 1914 en Lorraine[2]. Les Bretons – « têtus, batailleurs, insociables », certes uniquement lorsque « leur cerveau est troublé par les vapeurs de vin ou autre mixture fermentée » selon le fameux Louis Barthas… – pour une part aussi.

La Bretagne n’est bien évidemment pas la seule région concernée par ces phénomènes. Mais, ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en font sans doute un observatoire privilégié, ainsi que l’ont montré les réflexions de la journée d’étude tenue au Archives départementales d’Ille-et-Vilaine en novembre 2012[3].

Ici comme ailleurs, la recherche a progressé de manière importante depuis une trentaine d’années. A y regarder de plus près cependant, celle-ci s’est très – trop ? – largement concentrée sur quelques thématiques seulement, deux principalement à dire vrai : la vie dans une région de l’arrière d’une part, d’autre part la mémoire de la guerre[4]. A l’inverse, un champ de recherche a, de manière assez paradoxale sans doute, été laissé très largement en friche par les universitaires : celui des combats et des combattants. L’on chercherait en vain un article sur ce thème dans les principales revues historiques régionales, seuls quelques rares travaux universitaires étant recensés, alors que, dans le même temps, fleurissaient les publications d’amateurs – au sens noble du terme – parfois très éclairés. En cela, l’historiographie bretonne est restée assez largement en marge des grands débats qui se sont fait jour depuis une vingtaine d’années, en France comme à l’étranger, sur les expériences de guerre et du combat,  sur les évolutions tactiques des différentes armées et leurs conséquences pour les hommes, sur les effets du shell-shock ou sur l’analyse possible des adaptations aux nouvelles normes du combat en terme de « professionnalisation », pour n’en rester qu’à quelques exemples.

Autant de raisons qui nous poussent à souhaiter engager une réflexion sur la Grande Guerre des Bretons, un conflit appréhendé ici sur la moyenne durée d’un large xxe siècle qui s’étendrait de l’été 1914 à nos jours. Loin de tout « localisme », nous voudrions que ce projet s’inscrive dans un cadre clairement comparatiste. C’est la question de la banalité et/ou de l’exceptionnalité de ce que révèle l’étude de la Bretagne au regard de ce que nous donnent à voir les exemples bourguignons, limousins, lorrains, corses ou provençaux qu’il conviendra donc de poser, tout en s’interrogeant sur le rapprochement possible de cette région « périphérique » qu’est la Bretagne avec d’autres régions de ce genre.

Pour mieux appréhender cet objet historiographique particulièrement complexe que constitue la Grande Guerre, objet susceptible de bien des approches et d’une  multiplicité de lectures, nous proposons trois grands axes qui pourront guider une réflexion préoccupée avant tout par la volonté de saisir la manière dont la Grande Guerre s’est inscrite dans le vécu, l’expérience, la mémoire des Bretonnes et des Bretons, combattants ou non.

Axe 1. Les combattants bretons

Axe 2. Arrière ou « home-front » breton ?

Axe 3. Les lendemains de guerre bretons

Modalités de soumission :

Date limite de soumission des propositions de communication : 15 septembre 2013

Forme des propositions : résumé de 2 à 3000 signes

Date du colloque : 14-15 mai 2014 (une éventuelle 3e journée pourrait être retenue, le 16 mai, en fonction du nombre de communications)

Lieu : Ecoles de Coëtquidan (56) et Rennes (35)

Comité d’organisation

  • Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan)
  • Yann Lagadec (CERHIO-UMR 6258)
  • Erwan  Le Gall (En Envor, conseil mémoriel)

Contacts

  • Yann Lagadec
    courriel : yann [dot] lagadec [at] univ-rennes2 [dot] fr
  • Erwan Le Gall
    courriel : legallerwan [at] ymail [dot] com
  • Michaël Bourlet
    courriel : michael [dot] bourlet [at] st-cyr [dot] terre-net [dot] defense [dot] gouv [dot] fr

L’appel complet et détaillé est à consulter ici :  http://calenda.org/242903


[1] Weber, Eugen, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, Paris, Fayard, 1983 et Chanet, Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

[2] Le Naour, Jean-Yves, Désunion nationale. La légende noire des soldats du Midi, Paris, Vendémiaire, 2011.

 

[3] Journée d’étude sur les « Approches régionales de la Grande Guerre », coorganisée par le CERHIO et le CREC le 13 novembre 2012, en partenariat avec les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine et avec le soutien de la chaire Jean-Monnet « Défense et sécurité européennes ». Les actes de cette journée paraîtront à l’été 2013 : Bourlet, Michaël, Lagadec Yann et Le Gall Erwan, Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

[4] En témoignent, entre autres, les sommaires des principales revues historiques publiées dans la région (Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, bulletins et mémoires des différentes sociétés savantes départementales) mais aussi les bases de données consacrées à la recension des travaux d’étudiants, de la maîtrise et du master au doctorat.

[5] Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004.

[6] La question d’un modèle breton de sortie de l’Union Sacrée – si tant est qu’elle ait jamais existée ici – est notamment ouvertement posée par Bensoussan, David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006. Voir aussi Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, PUR, 1996 et Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton. Les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, Thèse, dact., Rennes 2, 1985.

[7] Lambert, Yves, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, CERF, 1985.

Romain Rolland : appel à communications et à contributions

Capture d’écran 2013-06-23 à 20.15.57L’association Romain Rolland et le Centre d’Histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand) organisent une journée d’étude à l’occasion du centenaire de la parution d’Au-dessus de la mêlée.

Voici l’appel à communication :

Centenaire d’Au-dessus de la mêlée de Romain Rolland

Journée d’étude organisée par l’Association Romain Rolland

17 octobre 2014 (Sorbonne)

 

Publié les 22-23 septembre 1914 dans les colonnes du Journal de Genève, « Au-dessus de la mêlée » compte parmi les plus spectaculaires manifestes de l’histoire des intellectuels européens.

Le texte, jeté dans l’arène au moment où le patriotisme atteignait son paroxysme, fit de Romain Rolland, non pas seulement, un pôle de répulsion, « l’icône bien trouvée du défaitisme » (Roland Roudil), il lui conféra également une autorité morale telle qu’il fut considéré dès lors, comme un point de ralliement privilégié pour les forces opposées aux contraintes mentales nées des cultures de guerre. « Au-dessus de la mêlée » se présentait d’abord comme un appel à la jeunesse européenne à entrer en résistance contre toutes les formes d’impérialisme, « la pieuvre qui suce le meilleur sang de l’Europe. » La deuxième partie de l’article prolongeait les propos que Rolland avait tenus quelques jours plus tôt dans ses échanges avec Gerhart Hauptmann au sujet des évènements survenus en Belgique. Réclamant la formation d’une « Haute Cour morale » capable de statuer « sur toutes les violations faites au droit des gens », l’écrivain y dénonçait les campagnes de dénégation auxquelles se livraient les nations en guerre ainsi que le dévoiement de la cléricature européenne, celle-là même dont il attendait qu’elle fît preuve de discernement et de hauteur de vue : « même la guerre déchaînée, c’est un crime pour l’élite d’y compromettre l’intégrité de sa pensée », écrivait-il à la fin de son plaidoyer, dans un style sans concession, saturé de colère et d’émotion.

D’abord censuré en France, le texte de Rolland put néanmoins circuler sous le manteau grâce à l’entremise de Gaston Thiesson, Charles Vildrac ou bien encore d’Amédée Dunois. L’année suivante, il fut repris dans une brochure éponyme qui parvint à passer la censure et parut chez Ollendorff (Paris) et Attinger frères (Neuchâtel). L’article connut également une immense notoriété à l’étranger. Traduit en différentes langues dès l’automne 1914, il contribua largement à faire de Romain Rolland (alors qu’il n’avait aucunement cherché à le devenir) « la tête de pont de la Dissidence » (Christophe Prochasson).

Le centenaire de sa publication sera l’occasion de redécouvrir la singularité d’un « texte carrefour » souvent cité pour les controverses ulcérées qu’il déclencha, rarement envisagé pour la « dynamique » pacifiste qu’il généra tant dans le microcosme suisse que dans le reste de l’Europe. La réflexion devra s’attacher « à ouvrir grand les fenêtres, à voir et penser large » pour mieux faire apparaître des connexions longtemps passées inaperçues et rétablir une histoire à même de contribuer au renouvellement de l’histoire du pacifisme européen et, par ricochet, à celle de la Grande Guerre. Une attention particulière devra être également apportée à la réception ainsi qu’à la diffusion du texte de Romain Rolland dans le temps et dans l’espace. Là encore, le comité scientifique sera particulièrement sensible à des perspectives jusqu’alors négligées par la recherche.

Les propositions de communication (1000 caractères, espaces compris) s’accompagneront d’un CV. Elles devront être envoyées avant le 15 octobre 2013 à l’adresse suivante : landry.charrier@univ-bpclermont.fr.

Un ouvrage collectif reprenant les communications présentées lors de la journée sera publié – après avis du comité scientifique – courant 2015. Des travaux externes à la journée du 17 octobre 2014 s’y ajouteront.  Les collègues souhaitant contribuer à l’ouvrage sont priés de nous faire parvenir une proposition de contribution avant le 15 octobre 2013.

La langue de travail sera le français. La manifestation aura lieu à la Sorbonne (amphithéâtre Louis Liard).

 

*Membres du comité scientifique (en cours de constitution) :

Nicolas Beaupré, Landry Charrier, Michel Margairaz, Jean-Pierre Meylan, Christophe Prochasson, Roland Roudil.

Président d’honneur : Bernard Duchatelet

 

*Calendrier :

– soumission des propositions de contribution en français par e-mail (landry.charrier@univ-bpclermont.fr) : 15 octobre 2013

– notification de l’acceptation : 1er décembre 2013

– journée d’étude : 17 octobre 2014

– réception des contributions internes et externes à la journée (30 000 signes) : 15 décembre 2014.

– publication des actes : courant 2015.

 

*Conférence inaugurale :

Bernard Duchatelet : « Jean-Christophe, germination d’Au-dessus de la mêlée »

 

*Partenaires de la manifestation (au 23 juin 2013) :

Institut Universitaire de France ; Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 1001) ; Publications de la Sorbonne.

Pour télécharger l’appel en PDF, cliquez ici : Journée Romain Rolland

 

Bourses de recherche 1914-1918 de la ville de Rochefort

Nous nous permettons de signaler cette offre de bourses :

Bourses de la ville de RochefortDans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre, la Ville de Rochefort apporte une aide financière aux étudiants en Master ou en Doctorat dont les travaux universitaires de recherche contribueraient à mieux connaître l’Histoire de

Rochefort pendant cette période.
Les thèmes et problématiques sont très larges. Ils concernent l’histoire politique, militaire, économique, sociale, technique… de Rochefort, mais aussi son arsenal, ses régiments, sa population… La période peut également s’étendre à l’après guerre et porter sur les conséquences de la guerre, l’inauguration du monument aux morts… La zone géographique ne se limite pas à Rochefort : les études peuvent également porter sur les régiments et navires partis de Rochefort pour le front.
Vous trouverez le règlement, la délibération du Conseil Municipal et l’affiche téléchargeables à l’adresse suivante :
http://www.ville-rochefort.fr/bourse1418

La date limite de candidature est le 30 septembre 2013

Un lieu de recherche : le centre de documentation de l’Historial

Le centre de documentation de l’Historial de la Grande Guerre est un lieu de recherche trop négligé. il met pourtant à disposition des chercheurs non seulement des thèses et mémoires universitaires et plusieurs centaines d’ouvrages relatifs à la Grande Guerre (de 1914 à nos jours). Il permet également, sur rendez-vous, d’accéder aux sources historiques et archives conservées par le musée tels que correspondances, papiers militaires, carnets personnels, albums de photographies…) mais aussi de visionner des films. Les modalités de consultation et les horaires d’ouverture sont consultables ici. Les listes des mémoires et thèses et des ouvrages consultables sont désormais accessibles et téléchargeables en format PDF en ligne.

Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”

National World War I Museum, Kansas City
National World War I Museum, Kansas City

Du 22 au 24 mars, le National World War I Museum de Kansas City, qui est depuis 2004 le « musée officiel » de la Grande Guerre pour les États-Unis, organise un grand colloque sur le thème Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”. Cette conférence, doit être l’occasion d’un retour historique et historiographique sur l’influence de la Grande Guerre sur le siècle. Mais elle a également pour but selon le vœu des organisateurs et de leurs sponsors – notamment le gouvernement de Flandres – de faire un premier bilan prospectif international sur le centenaire de la Grande Guerre qui s’annonce. 125 participants issus de 7 pays différents participeront aux débats, parmi lesquels Michael Neiberg, Vejas Gabriel Liulevicus et Sophie de Schaepdrijwer.

Annette Becker, Vice-présidente du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et Professeure à l’Université Paris-Ouest Nanterre fera la conférence d’ouverture sur le thème : “How to Commemorate a 100 Years Old Tragedy”

Sur Twitter vous pouvez suivre la conférence sous le hashtag suivant : #WWIcentconf. Le compte twitter du musée de Kansas City : @theWWImuseum