Archives de catégorie : Actualités de 14-18

L’ambassade de France en Roumanie recherche un stagiaire

Recherche un/une stagiaire (niveau MASTER 2) pour travailler au sein de l’ambassade de France à Bucarest, sur la préparation du centenaire de la Grande Guerre. Le stagiaire actuel qui vient de l’Université de Strasbourg partira à la fin du mois de mai.

Le stagiaire sera chargé, sous la supervision du Colonel Jean-Marc LAVALLEE, des missions suivantes :
– la restructuration, la rénovation et la mise en valeur des 6 carrés militaires existants dans le pays,
– des recherches historiques liées à l’armée d’orient engagée en Roumanie,
– la rédaction de textes pour le site internet de l’ambassade,
– l’organisation d’événements liés aux commémorations de 2013,
– la préparation de visites et de réunions sur le thème du centenaire.

Quelques renseignements d’ordre pratique :

– l’intéressé(e) effectuera son stage dans le cadre d’une convention “défense” passée entre son université, lui, et l’état-major des armées. Il est donc indispensable qu’il soit lié à l’université.
– Il percevra une gratification de 430 euros par mois environ. Il pourra être amené à se déplacer en Roumanie, dans ce cas il sera défrayé.
– Idéalement, je recherche ce stagiaire pour la période allant du 1er juin au 31 novembre 2013 (ou au moins après les cérémonies du 11 novembre 2013), mais une prolongation pouvant aller jusqu’à 3 mois peut-être envisagée. Je peux aussi examiner une candidature pour une période plus courte.
– Le stagiaire travaillera au sein de l’ambassade et au sein de la mission de défense. Ceci suppose le respect d’une certaine rigueur en matière de tenue et de comportement.
– Le niveau de vie en Roumanie fait que la gratification permet de couvrir les frais de logement (le stagiaire actuel est en co-location avec des étudiants ERASMUS) et une bonne partie des frais d’alimentation.

Pour tout renseignement :

Colonel Jean-Marc LAVALLEE
Attaché de défense près l’Ambassade de France en Roumanie
Attaché de défense non résident près l’Ambassade de France en Moldavie
Ambassade de France
13-15, rue Biserica Amzei
Bucarest secteur 1
Tél : 00 40 21 303 10 60
Port : 00 40 740 10 05 11
Fax : 00 40 21 303 10 85
www.ambafrance-ro.org.

Vidéos Conférence Kansas

Le colloque qui s’est tenu récemment au musée national américain de la Première Guerre mondiale à Kansas (évoqué dans plusieurs billets ici) trouve une suite en ligne avec la mise à disposition de quatre conférences :

Annette Becker “How to Commemorate a 100-year-old Tragedy”

Michael Neiberg “The Outbreak of War in 1914: A New Look at an Old Problem”

Sophie de Schaepdrijver “Military Occupations in Europe, 1914-1918”

Vejas Liulevicius “The Eastern Front Experience in the First World War”

Le centenaire vu des États-Unis

Nous évoquions dans un billet récent le colloque qui s’est tenu à Kansas du 22 au 24 mars 2013. Mike Neiberg, un des historiens invités pour y donner une conférence nous a écrit un texte sur son interprétation de l’approche du centenaire aux Etats-Unis que nous co-publions ici avec le site de la International Society for First World War Studies :

I recently had a rather surprising discussion with a European-based editor who told me that, the 100th anniversary of the outbreak of World War I notwithstanding, he was reluctant to sign any more books on the war. He was, he told me, afraid that by 2016 or 2017 European readers would be tired of reading about the war. His comments took me aback, given the general lack of interest American publishers have been showing in the war. Two different American publishers have recently told me that they, too, do not want to sign World War I books, but, unlike their European colleague, they were not worried about reader fatigue. They were worried that general American indifference toward the war would lead to poor sales.

In light of those discussions, perhaps we shouldn’t be too surprised that the United States is far behind Europe in its planning for the centenary. Besides America’s usual lack of interest in the war, in 2013 we face a government sequester that has blocked access to even modest resources and distracted attention even further from plans to educate citizens about the war. Unlike Great Britain, there has been no sustained effort in the United States to dedicate money or show support from the highest levels of government. The federal government has made clear its opposition to the construction of a World War I memorial on the National Mall, and the post office has agreed to issue a commemorative stamp, but otherwise little of substance has yet come out of Washington. The United States Senate has tasked the White House with forming a twelve-person commemorative committee, but the committee still does not exist. A distracted Congress has really only made one important decision: designating the National World War I Museum at the Liberty Memorial in Kansas City to be the lead organization for commemoration activities.

In late March, the museum hosted a conference dedicated to beginning the commemorative process. Given the general lack of support and interest it faces, the challenge could be formidable. Nevertheless, the museum has a talented staff, a fantastic venue, and an international reputation that make it a logical choice to lead the commemoration. It is likely to do so, however, with little to no federal money. Thus this conference had two goals: to share ideas and to create networks of people interested in commemorative efforts.

Given the lack of governmental interest, much of the support for educational and outreach efforts will have to come from the private sector and from dedicated groups like the Western Front Association and the American Friends of Blérancourt, as well as the wide variety of museums and libraries planning local commemorative projects. Notably, much of the energy for this American conference came from Europe, including the assistance of the government of Flanders and the participation of the French and German consulates, as well as the Alliance Française.

The conference brought together academics, government officials, private citizens with an interest in the war, and representatives of organizations like AFS Intercultural Programs that trace their origins to the war. It will likely take an effort of all of us pushing together to build momentum if we are to take maximum advantage of this once in a lifetime opportunity to commemorate, educate, and explain. Otherwise we face one of two futures for the centenary, and both are typically American. In the absence of hard work, resources, and planning, Americans will either ignore the war or make a flurry of activity in 2017, cobble something together quickly, then claim victory. The choice is ours.

Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”

National World War I Museum, Kansas City
National World War I Museum, Kansas City

Du 22 au 24 mars, le National World War I Museum de Kansas City, qui est depuis 2004 le « musée officiel » de la Grande Guerre pour les États-Unis, organise un grand colloque sur le thème Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”. Cette conférence, doit être l’occasion d’un retour historique et historiographique sur l’influence de la Grande Guerre sur le siècle. Mais elle a également pour but selon le vœu des organisateurs et de leurs sponsors – notamment le gouvernement de Flandres – de faire un premier bilan prospectif international sur le centenaire de la Grande Guerre qui s’annonce. 125 participants issus de 7 pays différents participeront aux débats, parmi lesquels Michael Neiberg, Vejas Gabriel Liulevicus et Sophie de Schaepdrijwer.

Annette Becker, Vice-présidente du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et Professeure à l’Université Paris-Ouest Nanterre fera la conférence d’ouverture sur le thème : “How to Commemorate a 100 Years Old Tragedy”

Sur Twitter vous pouvez suivre la conférence sous le hashtag suivant : #WWIcentconf. Le compte twitter du musée de Kansas City : @theWWImuseum

Présentation de l’encyclopédie 1914-1918-online à Paris

Unknown photographer, Etricourt, Soldier between detroyed buildings, black-and-white photograph, 1916-1918, source: Deutsches Bundesarchiv (German Federal Archive), Bild 104-0608A, wikimedia commons
Unknown photographer, Etricourt, Soldier between detroyed buildings, black-and-white photograph, 1916-1918, source: Deutsches Bundesarchiv (German Federal Archive), Bild 104-0608A, wikimedia commons

Dans le cadre de son cycle de conférences « La guerre au XXe siècle », l’Institut historique allemand accueille, le lundi 25 mars à 18 heures, pour une présentation publique de projet, l’équipe de l’encyclopédie en ligne « 1914-1918-online. International Encyclopedia of the First World War ». Ce projet, impressionnant par sa dimension et son ambition, constitue sans doute le plus important projet scientifique du côté allemand à être réalisé en vue du centenaire.
La manifestation, comprenant une présentation général du projet (Oliver Janz, Freie Universität Berlin), une conférence sur les mérites de l’histoire globale de la Première Guerre mondiale (Jennifer Keene, Chapman University) et une intervention d’Élise Julien (IEP Lille) portant sur la coopération transnationale au quotidien, se déroulera en anglais et en français. La quasi-totalité des membres du comité éditorial (Alan Kramer, Trinity College Dublin ; Bill Nasson, University of Stellenbosch ; Heather Jones, London School of Economics ; Peter Gatrell, University of Manchester ; Jennifer Keene, Chapman University ; Oliver Janz, Freie Universität Berlin) seront présents pour participer à la discussion générale.

Sir Hew Strachan au sujet du centenaire

Sir Hew Strachan, Chichele Professor of the History of War à l’université d’Oxford et éminent spécialiste de la Première Guerre mondiale est intervenu le 14 mars 2013 à un colloque sur les enjeux de la commémoration de la Première Guerre mondiale. Vous pouvez lire un article résumant son intervention et son contexte ou regarder la vidéo en entier, mise en ligne par le nouveau service de presse autour du centenaire, Centenary News.

Déjà 20 ans et bientôt 21.

Vous n’êtes sans doute pas sans savoir que l’Historial de la Grande Guerre a fêté ses 20 ans en 2012. Le Centre International de Recherche est encore plus ancien puisqu’il est né en 1989 à l’initiative de Jay Winter. Une table-ronde organisée au musée le 5 octobre 2012 rassemblant la plupart des membres du comité directeur et animée par Emmanuel Laurentin fut l’occasion de revenir sur l’histoire du musée et du centre de recherche et de mettre en évidence leurs apports respectifs au renouvellement des recherches sur la Première Guerre mondiale.

 

Une vidéo de cette table-ronde sera bientôt mise en ligne.

Le lien vers la page des manifestations à l’occasion des 20 ans de l’Historial.

Lire aussi l’entretien de Stéphane Audoin-Rouzeau avec le magazine L’Histoire.

Une vidéo du jour de l’inauguration sur le site de l’INA avec, à la fin du film, la réaction d’Ernst Jünger présent ce jour-là.

 

(Image : un exemple de coopération entre le musée et le centre de recherche : le catalogue des collections commentées par les historiens du CIRHGG. Photographie de couverture de Jean-Pierre Gilson)

Georges Bellows à New York

Par Annette Becker

George Bellows (Columbus, Ohio 1882–1925 New York City). Massacre at Dinant, 1918. Oil on canvas, 49 1/2 x 83 in. (125.7 x 210.8 cm). Greenville County Museum of Art, South Carolina, Gift of Minor M. Shaw, Buck A. Mickel, and Charles C.Mickel; and the Arthur and Holly Magill Fund

La rétrospective que le Metropolitan  Museum of Arts de New-York consacre à l’artiste George Bellows est remarquable car elle permet de découvrir (ou redécouvrir) un artiste majeur du début du XXème siècle,  en particulier son intérêt pour les ouvriers à l’œuvre sur les immenses chantiers de New-York en construction permanente et pour les loisirs des habitants, au bord de l’eau, aux matches de boxe. Inutile de dire que cet artiste à la fibre sociale qui publiait ses dessins dans le journal socialiste The Masses aux côtés des articles de son ami John Reed était un pacifiste convaincu, longtemps opposé à l’entrée en guerre des Etats-Unis. Et pourtant, en 1918, il a réalisé une série de gravures de guerre et d’immenses tableaux que l’on pourrait qualifier d’hyperréalistes avant la lettre, tous consacrés aux atrocités allemandes sauf quelques scènes de blessés dans des hôpitaux militaires. Ces œuvres ont été si appréciées par l’efficace office de propagande de guerre dirigée par George Creel que certaines ont figuré sur des affiches d’emprunts. [1] Un bilan critique de l’œuvre des artistes en  guerre le plaçait dès alors très haut : « Georges Bellows a réalisé une série de lithographies sur les atrocités allemandes en Belgique qui sont très dramatiques, et comme elles sont fondées sur les dépositions du rapport de Lord Bryce, elles forment une dénonciation des Huns convaincante et inoubliable. » [2]

Continuer la lecture de Georges Bellows à New York

Atrocities. Une découverte.

The Observer rapporte dans son édition du 3 février 2013 une importante découverte de textes inédits du poète de guerre britannique Siegfried Sassoon, suite à la mise en vente aux enchères d’une importante, et jusqu’alors inconnue, collection privée de manuscrits d’écrivains. Il s’agirait notamment d’un carnet  contenant une cinquantaine de poèmes de sa main, pour la plupart datant du début des années vingt. Parmi ces textes se trouverait néanmoins une version jusqu’alors inconnue et alternative du poème Atrocities publié dans le recueil Counter-Attack (1918). Pour mémoire, voici la version canonique de ce poème.

 

Atrocities

You told me, in your drunken-boasting mood,

How once you butchered prisoners. That was good!

I’m sure you felt no pity while they stood

Patient and cowed and scared, as prisoners should.

 

How did you do them in? Come, don’t be shy:

You know I love to hear how Germans die,

Downstairs in dug-outs. ‘Camerad!’ they cry;

Then squeal like stoats when bombs begin to fly.

 

And you? I know your record. You went sick

When orders looked unwholesome: then, with trick

And lie, you wangled home. And here you are,

Still talking big and boozing in a bar.

 

Ce poème relate donc dans ses deux premières strophes l’exécution cruelle de prisonniers allemands désarmés tandis que la dernière s’adresse à un « embusqué ». Comme le souligne le blogueur George Simmers, c’est précisément le choc entre ces deux positions extrêmes qui crée le malaise, le lecteur ne sachant plus très bien s’il doit condamner la cruauté des tueurs ou la couarde vantardise des planqués. Ce qui est renforcé encore par l’expression ironique – ou non – « That was good! »

On pourrait ajouter que le titre lui-même contribue à ce malaise puisque dans le contexte de l’époque « Atrocities » ne pouvait renvoyer en Grande-Bretagne qu’aux atrocités allemandes de 1914 et certainement pas à des exactions commises par ses propres troupes.

George Simmers rapporte du reste qu’a posteriori Sassoon lui-même dut avoir des sentiments pour le moins ambivalents à l’égard de ce poème puisqu’il le fit retirer des éditions de 1947 et 1961 de ses Collected Poems. Il ne réapparut qu’en 1983 dans l’édition de Rupert Hart-Harris publiée 16 ans après la mort du poète. Ce « remord » tardif, pour reprendre le vocabulaire des peintres, n’est du reste en rien spécifique à Sassoon. Tout particulièrement, lorsqu’il s’agit d’épisodes impliquant la mort donnée ou des actes de cruauté. On en retrouve ainsi des exemples chez Maurice Genevoix ou Blaise Cendrars notamment.

Quoi de neuf alors dans la découverte ? Selon Simmers pas grand chose étant donné la force énigmatique et déjà scandaleuse de la version publiée. Pour lui, les variantes seraient peut-être davantage stylistiques que liée à une autocensure ou à celle de son éditeur, version qui semble selon The Observer, avoir en revanche la faveur de la biographe de Sassoon Jean Moorcroft Wilson. Malheureusement, The Observer ne nous livre pas de copie ou de transcription complète de la version antérieure. Il nous dit seulement que celle-ci était encore plus cruelle :

« The original version of the poem includes the phrases “you’re great at murder” and “gulp their blood in ghoulish dreams”, which were later deleted.

After his first stanza’s description of “butchered” prisoners, the printed second stanza reads: “How did you do them in? …” But in the draft, Sassoon wrote: “How did you kill them? …” »

Cependant l’article nous apprend que la version originale du poème est également accompagnée d’une lettre de Sassoon qui atteste bien que ce poème est inspiré par des faits réels – ou du moins rapportés comme tels à Sassoon – ce qui jette un éclairage supplémentaire sur un moment du combat sur lequel les sources sont souvent très rares : celui de la capture des prisonniers.

Cette découverte contribue aussi à complexifier encore davantage l’image qu’on pouvait avoir de Siegfried Sassoon en particulier et des War Poets en général. Elle s’ajoute en effet à une autre découverte de manuscrit datant elle de 2011. The Telegraph (11 novembre 2011) rapportait alors une découverte de Jean Moorcroft Wilson. Celle-ci avait retrouvé un carnet de poèmes de tranchée de janvier 1916 qui montrait que la conversion supposée de Sassoon au pacifisme avait été plus tardive qu’on ne le pensait ou mieux, que son rapport à la guerre était plus complexe qu’un simple rejet. Mais après tout, une lecture attentive de ses War Diaries 1915-1918 publiés dès 1983 n’était-elle pas déjà en mesure de corroborer cela ?

Nicolas Beaupré

La biographie de Sassoon sur wikipedia en français.

La biographie de Sassoon sur wikipedia en anglais.

Le site de référence sur les War Poets : The First World War Poetry Digital Archive (ne contient malheureusement pas – encore – le manuscrit d’Atrocities).

Le blog de George Simmers : Great War Fiction