The Last Day of the Somme

Sunday 30 June 2013, 05 PMsomme

Dimanche 30 juin 2013, 17 H

The Last Day of the Somme

Lecture in English / Conférence en anglais 

Professor William PHILPOTT

King’s College London

At the

Historial de la Grande Guerre, Péronne, Somme

Museum of the Great War at Peronne, Somme

www.historial.org  c.fontaine[at]historial.org

Conventionally the Battle of the Somme ended in November 1916 with a final successful if small-scale assault on the river Ancre. Approaching the battle from its apparently anti-climactic end, rather than its notorious and traumatic beginning, offers a broader perspective on the central battle of the First World War. This lecture challenges the widely held view that the Somme offensive was a failure and that it contributed little to the outcome of the war. It explains the Battle of the Ancre, contrasts it with what came before and after, and evaluates the achievements of the Allied armies in four-and-a-half months of attritional fighting. It suggests that the battle was the strategic turning point of the conflict, an essential stage in the defeat of the German army, and a battle in which the Germans felt they were defeated.

Appel à communications « La Première Guerre mondiale et la langue. Approches croisées »

Image publiée ici : http://www.xn--lgion-trangre-asso-1vbjf.com/forum/showthread.php?t=17237

Université Paris-Sorbonne et Centre d’histoire de Sciences Po, date prévisionnelle : 12-13 juin 2014

Comité d’organisation :

Odile Roynette (université de Franche-Comté et Centre d’histoire de Sciences Po)

Gilles Siouffi (université Paris-Sorbonne),

Stéphanie Smadja (université Paris 7),

Agnès Steuckardt (université Paul-Valéry Montpellier 3)

Comité scientifique :

Stéphane Audoin-Rouzeau (directeur d’études à l’EHESS)

Hélène Baty-Delalande (maîtresse de conférences en littérature, université de Paris 7)

Annette Becker (professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense/ IUF)

Gabriel Bergougnoux (professeur de linguistique à l’université d’Orléans)

Sonia Branca-Rosoff (professeur émérite en linguistique à l’université de Paris 3)

Bruno Cabanes (associate professor en histoire contemporaine à Yale University)

Jean-François Chanet (professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris Sciences Po Paris)

Jean-Claude Chevalier (professeur émérite, université de Paris 8)

Jacques Dürrenmatt (professeur en Langue française, université Paris-Sorbonne)

Jacques Guilhaumou (directeur de recherche émérite, CNRS, section 34)

John Horne (professeur d’histoire contemporaine à Trinity College Dublin)

Jean-Marie Klinkenberg (professeur émérite en sémiologie et rhétorique à l’université de Liège, président du Conseil Supérieur de la Langue Française de Belgique)

Peter Koch (professeur, Romanisches Seminar, université de Tübingen)

R. Anthony Lodge (professeur émérite en Langue Française, University of St Andrews)

Marie-Anne Paveau (professeure en analyse du discours, université Paris 13)

Gilles Philippe (professeur de linguistique, université de Lausanne)

Christophe Prochasson (directeur d’études à l’EHES)

Frédéric Rousseau (professeur en Histoire contemporaine, université Paul-Valéry Montpellier 3)

Odile Roynette (maîtresse de conférences habilitée en histoire contemporaine à l’Université de Franche-Comté et chercheure associée au Centre d’histoire de Sciences Po)

Jean-François Sablayrolles (professeur de lexicologie, université Paris 13)

André Thibault (professeur en Langue française, université Paris-Sorbonne)

Carine Trevisan (professeure en littérature du XXe siècle, Paris 7)

Jay Winter (professeur d’histoire contemporaine à Yale University)

Dans le panorama des manifestations prévues autour de la Grande Guerre en 2014, une place est légitime pour un colloque réunissant historiens, linguistes et spécialistes de la littérature autour du devenir de la langue française, des parlers et des langues européennes impliquées, pendant la période du conflit. Deux raisons à cela. D’une part le rôle démarcatif que l’on attribue souvent à cet événement historique dans les histoires de la langue française (voir ANTOINE, G., dir., Histoire de la langue française des origines à nos jours (1914-1945), Paris, CNRS, 1995 par exemple), ce qui pose la question des coïncidences de périodisation entre l’histoire de la langue et l’histoire de la guerre. D’autre part la relative désaffection dont a fait l’objet chez les linguistes, depuis une date déjà ancienne, l’histoire du français des XIXe et XXe siècles, français jugé trop proche de nous pour qu’un regard historique paraisse nécessaire.

Surtout, la Première Guerre Mondiale s’offre comme un laboratoire potentiel passionnant et en grande partie inexploré pour quelques-unes des questions fondamentales que se pose la linguistique aujourd’hui, en particulier depuis l’émergence de la sociolinguistique, et de la mise au premier plan de la question des usages.

Autant de raisons pour réexaminer à nouveaux frais l’« événement de langage » que fut aussi cette période de drames et d’intense reconfiguration des relations interpersonnelles.

À la différence de certains événements ayant eu lieu dans un passé plus reculé, la Première Guerre mondiale a ceci de particulier qu’elle nous a laissé un matériau très abondant, essentiellement écrit, mais aussi oral, matériau qui a déjà fait l’objet de soins patrimoniaux et d’études, mais qui va, à l’occasion du chantier mis en œuvre pour le centenaire, être exploré de façon beaucoup plus systématique, notamment par le biais de la numérisation. Ainsi, ce sont de véritables corpus qui vont devenir exploitables pour les linguistes.

Jusqu’à présent, l’accent a été mis sur les témoignages littéraires, et sur la question de l’« argot » des tranchées en France comme dans les principaux pays belligérants pour lesquels les sources (dictionnaires, lexiques, enquêtes etc…) sont abondantes mais ne sont pas forcément toutes explorées, notamment dans les pays étrangers. Pour autant, l’éventail des questions linguistiques relatives à la guerre est beaucoup plus vaste.

Le colloque se propose d’ouvrir le champ, et d’examiner notamment les thèmes suivants :

– La question de la périodisation. La Première Guerre mondiale est-elle le moment qui sépare le français du XIXe siècle du français du XXe siècle, et si oui, pourquoi ? Sur quels éléments se fonde-t-on ?

– La question des parlers. La Première Guerre mondiale est parfois considérée comme le moment décisif du recul des patois en France, les soldats envoyés au front étant souvent conduits à renoncer à leurs parlers maternels pour passer au français. Qu’en est-il exactement ? Y a-t-il eu, comme ce fut le cas dans l’armée française avant 1914, pratique du bilinguisme, un bilinguisme qui avait facilité, pour les soldats qui employaient un dialecte ou un patois dans leur vie quotidienne, leur acculturation au monde militaire et à ses contraintes, formulées en français et, par conséquent, leur acceptation du service militaire en temps de paix ? Plus globalement, la Première Guerre mondiale joue-t-elle un rôle important dans la diffusion d’une langue nationale perçue ou vécue comme un facteur d’unité et de cohésion ?

– La question de l’argot et plus largement de la néologie. Elle est celle qui a le plus motivé, dès la guerre elle-même, de littérature documentaire, souvent à visée pittoresque. Y a-t-il eu un « parler poilu » ? Quels sont les faits, au-delà des représentations et des stéréotypes ? Quelles sont les sources qui permettent d’y accéder (dictionnaires, lexiques, articles de journaux, mais aussi chants) ? Il faut s’interroger, en particulier, sur les modes de dissémination d’un vocabulaire né au sein du monde militaire et qui entre pendant ce conflit dans les usages civils jusqu’à un certain point. Quels regards sont portés de part et d’autre (du côté civil comme du côté combattant) sur ces appropriations ? Comment peut-on les mieux connaître ?

– La question du contact des langues (apprentissage accéléré de langues étrangères, idiomes véhiculaires, traductions, interprétariat…). Il faut s’interroger sur les rapprochements entre les différentes langues employées sur les fronts, sur les interactions entre ces langues pendant le conflit et mieux connaître, à cet égard, le rôle des interprètes militaires, leur origine, leur formation, leur production scientifique, quand elle a existé pendant et après les hostilités. On pourra également s’interroger sur les contextes de traduction, par exemple celui propre aux conférences interalliées. La question de l’impact linguistique du (des) nationalisme(s) doit également être abordée.

– La question des parlers spécialisés, notamment militaires, plus largement techniques et de leur adaptation aux réalités de la guerre moderne seront également au cœur de nos interrogations. Dans quelle mesure le vocabulaire technique, dont une partie appartenait au domaine argotique, a-t-il traduit les modalités nouvelles de l’expérience de guerre et les réactions (adhésions, résignations, résistances) que ces dernières pouvaient soulever chez les combattants ? Plus largement, on peut ici élargir la réflexion au rôle de la guerre sur le développement des sciences liées à la guerre (psychiatrie de guerre, art vétérinaire etc…)

– Les questions relatives à l’écrit. Pendant la guerre, de nombreuses personnes (soldats et familles) ont été amenées à écrire le français, sinon pour la première fois, au moins pour la première fois de façon aussi extensive. Qu’en est-il de ce nouvel écrit d’un point de vue linguistique ? Observe-t-on des évolutions dans la littératie ? Observe-t-on des évolutions dans l’expression des émotions ? La guerre modifie-t-elle l’expression de l’intime, voire la notion d’intime elle-même ?

– Les questions d’éducation. La scolarisation a été perturbée pendant les années de guerre et les historiens de l’éducation se sont relativement peu intéressés à ces questions jusqu’à présent. Comment l’école s’est-elle adaptée aux réalités surgies de la guerre ? Son enseignement, celui de la langue nationale notamment, a-t-il subi de sensibles modifications ? Tout cela a-t-il eu un impact sur la transmission de la langue, sur les pratiques, les normes ?

Au total, au travers de l’analyse linguistique de l’événement que constitue la Guerre de 14-18, le colloque a pour but de montrer que l’étude attentive des questions de langage est à même d’avoir des implications sur l’ensemble des questions historiques et culturelles relatives à cet événement, et d’en renouveler l’approche. Cette rencontre, qui voudrait viser un public large, entend aussi par ce biais stimuler les rencontres entre historiens et linguistes autour de nouveaux objets.

Les propositions de communications sont à adresser par e-mail (document attaché de préférence en format word, rtf ou pdf) à l’adresse suivante : colloque-langue14@listes.paris-sorbonne.fr avant le 30 juin 2013.

Les propositions comprendront un titre, les noms et qualités de leurs auteurs ainsi qu’un résumé de 500 signes maximum. Elles seront évaluées par le comité scientifique.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Call for papers

 

Language during the First World War. Interdisciplinary perspectives. Paris on June 12-13, 2014

 

In the context of the upcoming commemorations of the First World War in 2014, the purpose of this conference is to bring together the research by linguists, historians and specialists of literature around what happened to the French language – and to other languages – during the conflict. For some, the First World War is a turning point in the history of the French Language. This standpoint raises the question of the coincidence between language change and historical change, and of the possible use of periodization. Furthermore, the history of the French Language during the 19th and 20th century has not been much explored recently, as these times may appear too near to us for the diachronic approach to be deemed necessary.

As a matter of fact, the First World War seems to have fascinating potential for sociolinguistic enquiries, as some of its language material still remains unexploited, and may reveal a fruitful case study for some of today’s most important issues in the linguistic field – the question of variation and language use, for example.

Indeed, while the quantity of written material that remains from some more ancient periods can prove scarce and frustrating, this is not the case with the First World War. An enormous quantity of sources is available – some of them even oral sources -, constituting a rich heritage, and there is no doubt that during this period of commemorations, some of them will be more systematically explored. Through digitization, new corpora will be made available for researchers.

While existing studies mostly put a stress on literary testimonies or the use of argot on the front lines, the purpose of this conference is to open up the range of possible linguistic issues and raise a number of questions that have not been so far dwelt upon in much detail.

Proposals on the following aspects will be particularly considered :

– The First World War as a landmark. Is the First World War a real turning point for the French language ? On what grounds is this thesis defended ?

– The use of dialects. Is the First World War the moment when, as soldiers sent to the front had to adopt French as a vehicular language, the use of dialects began a phase of serious decline ? Were the soldiers bilingual in their every-day life ? Did the First World War play a role in the perception of French as a « national language », attached to military values, to the ideas of unity and cohesion of the nation ?

– The use of argot and neologism. Was there such a thing as a « parler poilu » ? Behind all the picturesque aspects developed by a significant literature, often published during the war itself, and tending to promote clichés and stereotypes, what are the facts ? What kind of sources can be used : dictionaries, newspapers, songs… ? To what extent did the new ways of speaking spread into the civil society after appearing on the front ? How were these new forms of speech regarded ? What were the private and general attitudes towards them ?

– Language contact. During the war, the practice of learning a foreign language, of translating, of interpreting, was significantly increased. Who were the interpreters ? What was their education, their capability, their experience ? How did the different languages involved interact with each other ? How did the joint staffs work ? In which contexts did translations take place ? Did nationalist ideas and ideologies play a role ?

– The use of writing. During the war, a number of individuals (soldiers and their families) had to write in French, perhaps for the first time ever, but certainly for the first time on that scale. Is there a linguistic specificity to those written productions ? Did the level of literacy evolve ? Can we observe a change in the expression of emotions ? Was the expression of intimate matters altered by the war ?

– Language and education. The very functioning of schools was severely affected during the years of war. So far, there has been little research on this fact by historians. How did the school system adapt to the new regime imposed by war ? Was the teaching of the French language altered ? Can we speak of a gap in transmission ? Did the linguistic and cultural norms change during those years ?

The purpose of this conference is to show that, by examining such an event as the First World War from the specific viewpoint of language matters, we can reveal its entanglement with cultural, social and political issues. The conference would also like to be an opportunity for historians and linguists to bring together their questions and methodologies, and promote new approaches around a common and engaging object.

Papers proposals should be sent in electronic format word, rtf or pdf to colloque-langue14@listes.paris-sorbonne.fr not later than June 30, 2013. Proposals must include the author’s name and his status, the title of the paper, a 150-word abstract. They will be examined by the members of the scientific committee. 

Un lieu de recherche : le centre de documentation de l’Historial

Le centre de documentation de l’Historial de la Grande Guerre est un lieu de recherche trop négligé. il met pourtant à disposition des chercheurs non seulement des thèses et mémoires universitaires et plusieurs centaines d’ouvrages relatifs à la Grande Guerre (de 1914 à nos jours). Il permet également, sur rendez-vous, d’accéder aux sources historiques et archives conservées par le musée tels que correspondances, papiers militaires, carnets personnels, albums de photographies…) mais aussi de visionner des films. Les modalités de consultation et les horaires d’ouverture sont consultables ici. Les listes des mémoires et thèses et des ouvrages consultables sont désormais accessibles et téléchargeables en format PDF en ligne.

Appel à communications Débuts, commencements, initiations : les « premières fois » de la Grande Guerre

Colloque international organisé à l’Historial de Péronne 30 juin – 2 juillet 2014

Télécharger cet appel sous format .pdf

Après un colloque organisé en novembre 2011 et consacré aux anticipations et imaginations de la guerre avant 1914, le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion pour le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de revenir sur les modalités et les conditions de découverte, de perception, de compréhension et d’interprétation du conflit par les acteurs sociaux en se penchant sur ce que furent pour eux, tout au long du conflit, les expériences primordiales, dans les deux sens que peut avoir ce mot.

« Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915 », Collections numérisées du Science Museum London, http:// collectionsonline.nmsi.ac.uk/ grabimg.php?wm=1&kv=182709
« Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915 », Collections numérisées du Science Museum London, http:// collectionsonline.nmsi.ac.uk/ grabimg.php?wm=1&kv=182709

Il ne s’agit en rien de céder à « l’obsession embryogénique » ni de postuler que la Grande Guerre fut, pour ses contemporains, inévitablement initiatique. Les notions de «premières fois», d’«expériences primordiales», d’«initiation» devront donc être questionnées et avec elles les mises en récit, les interprétations des expériences qui furent souvent effectivement jugées comme fondatrices par les contemporains.

L’enjeu n’est pas non plus uniquement de déceler ce qui fut « nouveau » dans la Grande Guerre mais de comprendre l’empreinte laissée par les sensations ou les émotions vécues pour la première fois par les acteurs sociaux. On pourra se demander au gré des reconfigurations sociales, culturelles, politiques et militaires vécues au cours de la guerre ce que l’antique sentence « le commencement est la moitié de tout » recouvre de réalité.

En effet, loin de se limiter à la seule année 1914 et donc à la question des entrées en guerre ou à celle, cruciale, du « baptême du feu », ce colloque se propose finalement d’opérer un retour à l’expérience de guerre par le prisme de « la première fois ».

Aussi, on s’efforcera de sortir de l’analyse du seul front occidental pour réfléchir aux termes d’une comparaison avec les autres fronts, européens ou non, et dessiner les principales directions de l’histoire des rapports entretenus non seulement de nation à nation, mais aussi de groupes sociaux à groupes sociaux. Il s’agit ainsi de proposer une histoire sociale et culturelle comparée et croisée des expériences de guerre, une histoire forcément ouverte sur les autres sciences sociales : anthropologie, psychologie et droit notamment. Derrière la question des « premières fois » dans la guerre de 14-18, c’est une interrogation sur le «pouvoir des commencements» que le colloque a l’intention de déployer.

Les cinq séquences thématiques du colloque :

1. Apprentissages/ Initiations :
Cette première séquence sera consacrée aux expériences fondatrices et autres « initations » liées à l’environnement guerrier : formation du soldat, dont l’expérience de la caserne ; baptême dufeuetsamiseenrécit; découverte et maîtrise des terrains sur les différents fronts du conflit ; ré-apprentissage ou dés-apprentis- sage du corps pour les mutilés… Cette section traitera également des initiations guerrières postérieures à l’année 1914, notamment celles induites par les armes nouvelles (gaz de combat, tanks…).
Les travaux d’une histoire propre- ment militaire, ayant trait à l’organi- sation des armées des belligérants auront leur place dans cette section, que ce soit autour du concept de la learning curve (courbe d’apprentis- sage) cher aux spécialistes britanniques ou par exemple dans la réflexion sur l’évolution tactique liée aux groupes primaires. Des propositions en histoire des sciences et plus particulièrement de la médecine et de la psychiatrie en guerre, mais aussi en histoire du droit seront les bienvenues.

2. Déplacements/ Mouvements :
La seconde session du colloque envisagera les « premières fois » dans leur dimension spatiale et sociale, en insistant à la fois sur l’expérience physique et mentale du déplacement et sur l’adaptation rendue nécessaire par le déplacement entre une situation initiale familière, et une situation inconnue ou faisant l’objet de représentations a priori.
On s’intéressera ici davantage à une histoire de l’expérience de l’arrache- ment et du déplacement qu’à l’ingénierie sociale organisant ce dernier. La variation des échelles au sein d’une même proposition sera valorisée. Il sera ainsi envisageable de repenser les grands types de mouve- ments constitutifs du temps de guerre – mobilisation, désertion, mouve- ments stratégiques, exode, capture, déportation – au regard des déplacements de temps de paix en particulier les migrations de travail et le voyage.
Dans une même approche sociale, les nouvelles situations créées par l’entrée en guerre des individus, tout au long du conflit, induisent réflexions, réactions, effort de transposition et de repositionnement par rapport aux autres en tant que personnes et en tant que groupes.

3. Ruptures / Rencontres :

Cette séquence se focalisera notamment sur les relations interpersonnelles, leur remodelage par la guerre en ce concentrant à la fois sur les séparations (amoureuses, familiales, amicales, professionnelles…) et les rencontres liées à l’expérience de guerre ainsi que leurs rôles dans la construction « d’identités de guerre ».

Le rôle des premiers contacts directs (expériences d’occupation, rencontres entre alliés, commerces de toutes natures…) figurera au centre des communications de même que les «rencontres» linguistiques, sociales, politiques, religieuses, voire patrimoniales.

Les contributions évoquant les rencontres transnationales ayant le souci d’un équilibre et d’un croisement des regards – et donc des sources – et ne privilégiant pas un seul point de vue seront particulièrement les bienvenues.

4. Sens / Émotions :

Cette session du colloque sera consacrée à une histoire des perceptions sensorielles et aux affects et à leurs expressions : premier sang, premières larmes, première peur, premières odeurs. Autrement dit : premiers contacts, physiques ou psychologiques, avec la guerre et sa violence.

Il s’agit aussi de questionner la nouveauté de leur mise en récit : comment les émotions et les sensations sont- elles ressenties et décrites ? Les premières fois de la Grande Guerre s’énoncent sans doute au prisme du renouveau profond de la culture des émotions qui traverse la littérature, la médecine, la psychologie et l’armée au tournant des XIXe st XXe siècle. Comment dès lors sont-elles déchaînées ou, au contraire, dominées ? Sont-elles tues ou partagées ?

A cet égard, il est nécessaire de replacer l’expérience émotionnelle et sensorielle dans le contexte plus vaste des cultures sensibles et de leur éventuelle circulation.

5. Interprétations/ Premiers récits :
Dans cette ultime session du colloque, on s’attachera aux processus de construction des discours des contemporains sur la guerre et à l’émergence de l’idée d’une guerre matricielle dès les années de guerre. L’étude des premières « interprétations » de la Grande Guerre renvoie ainsi aux premières mises en récit de l’expérience combattante et de ses conséquences, mais aussi aux premières analyses critiques de ces dernières. On pense par exemple aux modalités d’appréhension de l’événement par les sciences humaines et sociales. On pense également aux premières formes de discours mémoriels ou aux premières tentatives muséographiques.

Dans le même temps, on s’interrogera sur les interprétations de la Grande Guerre comme fondations potentielles de modèles politiques, sociaux et économiques nouveaux, et sur les différentes formes d’instrumentalisation idéologique du conflit, de ses représentations pendant et après la guerre.

Votre proposition doit être adressée en français ou en anglais (qui seront les langues de travail du colloque) à peronne2014@ehess.fr pour le 30 mai 2013.

La proposition ne devra pas excéder une page (500 mots) et sera accompagnée d’un court CV d’une demie page environ.

Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections
Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections 

 

Conseil scientifique :

Le conseil scientifique du colloque est composé des membres du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG).

Comité d’organisation :

Nicolas Beaupré (UBP Clermont, IUF), Franziska Heimburger (EHESS), Benoît Majerus (Université du Luxembourg), Manon Pignot (Université de Picardie, IUF), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Gene Tempest (Université de Yale), Arndt Weinrich (Institut Historique Allemand de Paris) et pour le CIRHGG, sa directrice Caroline Fontaine.

Call for papers « Initiations? First Moments in the First World War »

International Conference organised at the Péronne Historial, France
30th June – 2nd July 2014

Download this call as a .pdf

In November 2011, the Research Center of the Péronne Historial organised a conference on the anticipation of warfare before 1914. For the 1914 Centenary, the Center is now preparing a conference on the unanticipated: how did contemporaries make sense of the primordial experiences that marked the conflict and shaped its representations?

Beware Marc Bloch’s caveat regarding “embryogenic obsession”! We do not seek to argue that the First World War was necessarily a foundational experience for its participants. Proposals are encouraged to question the very concepts of “primordial experiences,” “first times,” and “initiations.”

“Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915”, digitised collections, Science Museum London, http://collectionsonline.nmsi.ac.uk/grabimg.php?wm=1&kv=182709
“Gas mask, helmet type, canvas with metal fittings and glass eyepieces, British, 1915”, digitised collections, Science Museum London, http://collectionsonline.nmsi.ac.uk/grabimg.php?wm=1&kv=182709

Papers are not restricted to that which was truly “new” during the First World War; proposals might instead attempt to understand the emotions and sensations as felt for the first time by contemporaries.

We must look beyond 1914, past societies’ and soldiers’ baptisms of fire, to apply the “first time” as a historical tool to better understand the First World War experience.

The Western Front is only one theater among many; proposals are encouraged to examine these concepts on other fronts and from various comparative perspectives. Multi-disciplinary approaches, also encouraged, might draw from anthropology, psychology, or law.

Conference themes

1. Initiations

This panel addresses foundational experiences and the other kinds of “initiations,” broadly defined. Linked to the war’s environments, these might include: training soldiers; baptisms of fire; discovery of the battlefield; re-learning the injured body… Initiations need not be restricted to 1914, and might include experiences linked to the introduction of gas and tanks. Works of military history are welcome, including proposals related to primary groups and learning curves.

2. Movements

The second session examines the spatial and social meanings of “the first time,” and includes both physical and mental experiences of displace-ment. Papers might address how individuals adapt to new surroundings—in spaces real or imagined.
Collective experiences of displace-ment in wartime (for e.g mobilization, desertion, strategic troop movements, exodus, or deportation) might be approached as social histories on various levels of analysis.

3. Separations and encounters

Relationships between individuals are central to the conference; papers might address how these rapports were refashioned by war. Proposals might focus on separations between lovers, friends, family members, colleagues… or on encounters that helped build wartime identities. First contacts are central: experience of occupation, meetings between allies, commerce of all kinds… Papers might focus on linguistic, social, political, or religious encounters. Transnational perspectives are particularly encouraged.

4. Senses and emotions

This panel is based on a history of emotions and senses—first blood, first tears, first fear, first smells. In other words: first contact, physical or psychological, with war and its violent nature. How were these events felt and described? Papers need not be limited to the manifestation of emotions; proposals might instead pay particular attention to the narratives written by this history. The influence of period literature, medicine, psychology, and military science might be considered.

5. Interpretations

The final panel will investigate how contemporaries constructed wartime narratives. Proposals might recall the early forms of commemorative language and early museographic attempts. Papers are encouraged to place these early interpreatations within the wider political, social, ideological, and economic discourse of the interwar period.

Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections
Envelope that contained mobilisation orders for the French army, Historial collections

Scientific Advisory Board:

The members of the directory board of the International Research Center of the Péronne Historial act as the scientific advisory board for the conference.

Organising Committee:
Nicolas Beaupré (UBP Clermont, IUF), Franziska Heimburger (EHESS), Benoît Majerus (Université du Luxembourg), Manon Pignot (Université de Picardie, IUF), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg), Gene Tempest (Yale), Arndt Weinrich (German Historical Institute Paris) and for the CIRHGG its director Caroline Fontaine.

Photo credits for the header/footer: Jean-Pierre Gilson http://www.jpgilson.fr

Your proposal may be submitted in English or in French (the two working languages of the conference) by email to peronne2014@ehess.fr by 30th May 2013. Please include a proposal of max. 500 words and a brief academic CV.

L’ambassade de France en Roumanie recherche un stagiaire

Recherche un/une stagiaire (niveau MASTER 2) pour travailler au sein de l’ambassade de France à Bucarest, sur la préparation du centenaire de la Grande Guerre. Le stagiaire actuel qui vient de l’Université de Strasbourg partira à la fin du mois de mai.

Le stagiaire sera chargé, sous la supervision du Colonel Jean-Marc LAVALLEE, des missions suivantes :
– la restructuration, la rénovation et la mise en valeur des 6 carrés militaires existants dans le pays,
– des recherches historiques liées à l’armée d’orient engagée en Roumanie,
– la rédaction de textes pour le site internet de l’ambassade,
– l’organisation d’événements liés aux commémorations de 2013,
– la préparation de visites et de réunions sur le thème du centenaire.

Quelques renseignements d’ordre pratique :

– l’intéressé(e) effectuera son stage dans le cadre d’une convention « défense » passée entre son université, lui, et l’état-major des armées. Il est donc indispensable qu’il soit lié à l’université.
– Il percevra une gratification de 430 euros par mois environ. Il pourra être amené à se déplacer en Roumanie, dans ce cas il sera défrayé.
– Idéalement, je recherche ce stagiaire pour la période allant du 1er juin au 31 novembre 2013 (ou au moins après les cérémonies du 11 novembre 2013), mais une prolongation pouvant aller jusqu’à 3 mois peut-être envisagée. Je peux aussi examiner une candidature pour une période plus courte.
– Le stagiaire travaillera au sein de l’ambassade et au sein de la mission de défense. Ceci suppose le respect d’une certaine rigueur en matière de tenue et de comportement.
– Le niveau de vie en Roumanie fait que la gratification permet de couvrir les frais de logement (le stagiaire actuel est en co-location avec des étudiants ERASMUS) et une bonne partie des frais d’alimentation.

Pour tout renseignement :

Colonel Jean-Marc LAVALLEE
Attaché de défense près l’Ambassade de France en Roumanie
Attaché de défense non résident près l’Ambassade de France en Moldavie
Ambassade de France
13-15, rue Biserica Amzei
Bucarest secteur 1
Tél : 00 40 21 303 10 60
Port : 00 40 740 10 05 11
Fax : 00 40 21 303 10 85
www.ambafrance-ro.org.

Vidéos Conférence Kansas

Le colloque qui s’est tenu récemment au musée national américain de la Première Guerre mondiale à Kansas (évoqué dans plusieurs billets ici) trouve une suite en ligne avec la mise à disposition de quatre conférences :

Annette Becker « How to Commemorate a 100-year-old Tragedy »

Michael Neiberg « The Outbreak of War in 1914: A New Look at an Old Problem »

Sophie de Schaepdrijver « Military Occupations in Europe, 1914-1918 »

Vejas Liulevicius « The Eastern Front Experience in the First World War »

Le centenaire vu des États-Unis

Nous évoquions dans un billet récent le colloque qui s’est tenu à Kansas du 22 au 24 mars 2013. Mike Neiberg, un des historiens invités pour y donner une conférence nous a écrit un texte sur son interprétation de l’approche du centenaire aux Etats-Unis que nous co-publions ici avec le site de la International Society for First World War Studies :

I recently had a rather surprising discussion with a European-based editor who told me that, the 100th anniversary of the outbreak of World War I notwithstanding, he was reluctant to sign any more books on the war. He was, he told me, afraid that by 2016 or 2017 European readers would be tired of reading about the war. His comments took me aback, given the general lack of interest American publishers have been showing in the war. Two different American publishers have recently told me that they, too, do not want to sign World War I books, but, unlike their European colleague, they were not worried about reader fatigue. They were worried that general American indifference toward the war would lead to poor sales.

In light of those discussions, perhaps we shouldn’t be too surprised that the United States is far behind Europe in its planning for the centenary. Besides America’s usual lack of interest in the war, in 2013 we face a government sequester that has blocked access to even modest resources and distracted attention even further from plans to educate citizens about the war. Unlike Great Britain, there has been no sustained effort in the United States to dedicate money or show support from the highest levels of government. The federal government has made clear its opposition to the construction of a World War I memorial on the National Mall, and the post office has agreed to issue a commemorative stamp, but otherwise little of substance has yet come out of Washington. The United States Senate has tasked the White House with forming a twelve-person commemorative committee, but the committee still does not exist. A distracted Congress has really only made one important decision: designating the National World War I Museum at the Liberty Memorial in Kansas City to be the lead organization for commemoration activities.

In late March, the museum hosted a conference dedicated to beginning the commemorative process. Given the general lack of support and interest it faces, the challenge could be formidable. Nevertheless, the museum has a talented staff, a fantastic venue, and an international reputation that make it a logical choice to lead the commemoration. It is likely to do so, however, with little to no federal money. Thus this conference had two goals: to share ideas and to create networks of people interested in commemorative efforts.

Given the lack of governmental interest, much of the support for educational and outreach efforts will have to come from the private sector and from dedicated groups like the Western Front Association and the American Friends of Blérancourt, as well as the wide variety of museums and libraries planning local commemorative projects. Notably, much of the energy for this American conference came from Europe, including the assistance of the government of Flanders and the participation of the French and German consulates, as well as the Alliance Française.

The conference brought together academics, government officials, private citizens with an interest in the war, and representatives of organizations like AFS Intercultural Programs that trace their origins to the war. It will likely take an effort of all of us pushing together to build momentum if we are to take maximum advantage of this once in a lifetime opportunity to commemorate, educate, and explain. Otherwise we face one of two futures for the centenary, and both are typically American. In the absence of hard work, resources, and planning, Americans will either ignore the war or make a flurry of activity in 2017, cobble something together quickly, then claim victory. The choice is ours.

Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”

National World War I Museum, Kansas City
National World War I Museum, Kansas City

Du 22 au 24 mars, le National World War I Museum de Kansas City, qui est depuis 2004 le « musée officiel » de la Grande Guerre pour les États-Unis, organise un grand colloque sur le thème Shedding Light on “A Century in the Shadow of the Great War”. Cette conférence, doit être l’occasion d’un retour historique et historiographique sur l’influence de la Grande Guerre sur le siècle. Mais elle a également pour but selon le vœu des organisateurs et de leurs sponsors – notamment le gouvernement de Flandres – de faire un premier bilan prospectif international sur le centenaire de la Grande Guerre qui s’annonce. 125 participants issus de 7 pays différents participeront aux débats, parmi lesquels Michael Neiberg, Vejas Gabriel Liulevicus et Sophie de Schaepdrijwer.

Annette Becker, Vice-présidente du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et Professeure à l’Université Paris-Ouest Nanterre fera la conférence d’ouverture sur le thème : « How to Commemorate a 100 Years Old Tragedy »

Sur Twitter vous pouvez suivre la conférence sous le hashtag suivant : #WWIcentconf. Le compte twitter du musée de Kansas City : @theWWImuseum

Carnet du Centre International de Recherche de l'Historial de Péronne