Scholarship / Bourses 28-02-2016

Bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

The International Research Center of the Historial de la Grande Guerre annually awards research grants to students who are currently engaged in research for a Ph.D. on the First World War or a subject directly related to the conflict.

Le Centre International Recherche de l’Historial de la Grande Guerre avec le soutien de la Fondation Gerda Henkel et du Conseil général de la Somme attribue chaque année des bourses (non renouvelables) à des étudiants de thèse (Phd), chercheurs français ou étrangers de toutes les disciplines, réalisant leurs recherches sur les causes, le déroulement ou les conséquences de la Première Guerre mondiale.

The competition is open to French and foreign postgraduate students from all disciplinary backgrounds.The scholarship will be awarded, for one year,  to a candidate whose research is may contribute to the candidate’s career. For Henkel Foundation scholarship, applicants must be 35 years old  maximum at the time of the scholarship application.

La bourse sera décernée, pour une seule année, à un candidat dont la recherche est susceptible de contribuer à sa carrière. Pour les bourses de la Fondation Henkel, les candidats devront être âgés de 35 ans maximum  au moment de la demande de bourse.
The deadline for submitting an application is 28 february 2016 .

Date limite pour déposer un dossier de candidature : 28 février 2016

Candidates should submit an application (in French or in English)  of not more than 20 pages containing the following:

• a C.V.(indicating the date of birth)
 • a covering letter  
 • a letter from the Ph.D. supervisor
 • an annotated bibliography  
 • an outline of sources consulted or to be consulted
 • a summary of the thesis argument  
 • an outline of the thesis

Pour poser sa candidature, il faut nous faire parvenir, pour le 28 février 2016, un dossier de 20 pages maximum (les deux langues de travail sont le français ou l’anglais)  en 10 exemplaires ainsi qu’une version électronique (c.fontaine@historial.org) composé des éléments suivants :

    • un C.V  (en indiquant la date de naissance);
    • une lettre de motivation ;
    • une lettre du directeur de recherche ;
    • une bibliographie raisonnée ;
    • une analyse des sources ;
    • un résumé de la problématique ;
    • le plan du travail.

    Please note that it is necessary to submit 14 copies of the application. Send it by mail :                                                                                                                 Caroline Fontaine                                                                                            Centre de Recherche                                                                                  Historial de la Grande Guerre, Château de Péronne,                        BP 20063                                                                                                               80201 Péronne cedex                                                                                              and by Email : c.fontaine@historial.org
       For further information, please do not hesitate to contact
    Pour tout renseignement  :                                                                                        tel 00 33 (0)3 22 83 54 13                                                                                        

 

 

 

Université d’été ​ « Anatomie » des batailles de la Grande Guerre – Appel à candidatures

Université d’été pour jeunes chercheurs (M2 et doctorants)

Soutenue par le Conseil départemental de la Somme, la Mission du Centenaire 14-18, et l’Office franco-allemand pour la jeunesse

26 juin au 2 juillet 2016,Péronne, Verdun

Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne) avec l’EHESS (Paris), le Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (Potsdam) et l’université de Picardie Jules Vernes (Amiens) sollicite des candidatures pour son université d’été de jeunes chercheurs travaillant sur la Première Guerre mondiale ou plus largement la conflictualité contemporaine.

                  1. Objectifs

Nous comptons réunir un groupe international de jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites et des excursions font partie intégrale du programme et enrichissent l’expérience.

                  1. Thématique

L’année 2016 avec le centenaire des deux batailles symboles de la Première Guerre mondiale – Verdun et la Somme – nous amène a choisir comme thème la bataille et le champ de bataille dans l’historiographie du premier conflit mondial. Depuis John Keegan et son Anatomie de la bataille, un grand nombre d’ historiens ont enrichi notre compréhension de l’expérience du combat, mais aussi notre savoir sur la représentation littéraire et artistique du champ de bataille, ainsi que notre analyse de la mémoire des batailles dans le souvenir qu’a laissé la Grande Guerre à travers le monde.

Notre semaine à Verdun et Péronne (trois jours pour chaque localité) nous donnera non seulement l’occasion de travailler ensemble sur un état de l’art de la recherche sur les batailles de la Première Guerre mondiale et de découvrir les avancées les plus récentes en archéologie du champ de bataille et en histoire environnementale de la guerre, mais aussi et surtout de confronter ces savoirs abstraits avec des visites de terrain.

                  1. Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux autour de Verdun et dans la Somme, avec des spécialistes locaux et des experts en archéologie du champ de bataille. Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen et Jay Winter) complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur.

Nous disposons de places pour tous les participants aux cérémonies du 1er juillet 2016 dans la Somme (Thiepval).

                  1. Conditions

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le francais. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du francais est exigé.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous pourrons également participer aux frais de transport des participants vers/de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses.

Comité organisateur:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2016 sur la plateforme en ligne de l’université d’été : http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=fr
Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Créer un compte »
2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.
3- Cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.
4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires”.

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org
historialsommemission

OFAJ_100x_4c

Summer School “The Face of First World War Battlefields and Battles” – CFP

Summer School for Graduate students

With financial support from the Conseil départemental de la Somme, the Mission du Centenaire 14-18, and the Office franco-allemand pour la jeunesse.

June 26th to July 2nd 2016, Péronne & Verdun

Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

The International Research Centre of the Historial de la Grande Guerre, Péronne, with its partners at the EHESS Paris, the Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr, Potsdam and the Université de Picardie Jules Vernes invites applications for its summer school in Verdun and Péronne for graduate students working on the First World War or modern conflicts more generally.

                  1. Aims

We aim to bring together an international group of outstanding young scholars with interests in, but not limited to, the military, cultural, social, and environmental histories of war. Over the course of a week, students will spend time in discussion with their peers, but also a wide range of leading international academics. Excursions and visits are an integral part of the programme and serve to enrich the experience.

                  1. Topic

The centenary in 2016 of the two iconic battles of the First World War–Verdun and the Somme–leads us to reconsider battles and battlefields in the historiography of the First World War. Since John Keegan’s pioneering Face of Battle (1976), generations of historians have expanded our understanding of the experience of combat, as well as our knowledge of the literary and artistic representations of the battlefield. The way we think about the legacy of battles in the memory of the First World War around the world, too, has changed. Our week in Verdun and Péronne (three days each) will not only give us time to reflect on the current state of research on the battles of the First World War and discover the most recent advancements in battlefield archeology and environmental history of warfare, but also confront these readings with on-the-ground visits to the sites studied.

                  1. Programme highlights

Activities will include guided tours of battlefields and memorial sites around Verdun and at the Somme, with local guides and specialists of battlefield archeology. Lectures by and debates with renowned historians of the First World War (including Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen and Jay Winter) will supplement our smaller seminar sessions with the summer school organizing historians (see below). On July 1st, 2016 we have seats reserved for all participants at the Somme centenary commemoration in Thiepval.

                  1. Conditions

The working languages of the summer school will be English and French. In order to participate in the full programme and in particular the guided tours of the battlefields a good passive knowledge of French (the capacity to understand a native speaker giving a fairly technical talk) is indispensable.

In order to allow for the greatest possible interaction and debate during the summer school, participants will be expected to read a certain number of documents ahead of time and prepare them for presentation.

We will cover accommodation (in 1 and 2-bed-rooms, shared bathrooms), all local transport (leaving and returning to Paris), entry fees for the various sites and most meals. We will also be able to provide assistance for travel costs to/from Paris for participants, especially those whose academic institutions do not cover such expenses.

Organizing committee:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Applications (in English or French) consisting of a 1-page summary of the candidate’s field of research [or: “research interests”] and a 1-page academic CV must be received before midnight on 15th February 2016 online: http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=en
Procedure:
1- Create an account on the website, clicking on « Create account » in the left-hand menu.
2- Fill in the form, click on « register » and then activate the account when you receive the confirmation email.
3- Click on « Submissions » in the left-hand column and then « Submit a paper ».
4- Fill in the submission metadata. In the “Abstract” field, please tell us in a couple of paragraphs why you feel this summer school would be beneficial to you and what you could bring to it. When you reach the page for paper submission, please submit your project summary as “Paper” and your CV as “supplementary information”.
We will notify applicants whether their papers have been accepted by 15th March 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org

historial sommemission
OFAJ_100x_4c

Message du Président du Centre international de recherche au sujet des attentats du 13 novembre 2015

Capture d’écran 2015-11-18 à 13.54.02Cher(e)s collègues, cher(es) ami(e)s,

Lors de la journée du 11 novembre, nous avons débattu, à Péronne, de la question de “l’anneau de la mémoire” dédié aux morts du monde entier tués dans le Nord-Pas-de-Calais lors de la Grande Guerre. Nous n’imaginions pas alors que deux jours plus tard, d’autres morts, de tant de nationalités différentes mais dans une autre guerre, se compteraient si nombreux à Paris.
A cette occasion, le Centre de recherche et ses historiens ont reçu de très nombreux messages de solidarité du monde entier: ils nous ont été droit au cœur et, au nom du Centre, je tiens à exprimer toute ma gratitude à tous ceux qui ont pensé à nous lors de ces journées noires.
A présent, nous reprenons le travail de recherche, qui doit continuer.

Stéphane Audoin-Rouzeau
Président du Centre international de recherche
de l’Historial de la Grande Guerre

L’anneau de la mémoire de Notre-Dame-de-Lorette

INVITATION

A l’occasion de la commémoration de l’Armistice le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

le  Mercredi 11 novembre  2015

15 H : une table ronde exceptionnelle consacrée à

L’anneau de la mémoire de Notre-Dame-de-Lorette

Anneau

en présence de son architecte Philippe PROST

et des historiens : Annette Becker, John Horne, Gerd Krumeich et Jay Winter,

animée par Jean LEBRUN  (France Inter : La marche de l’histoire)

suivie à 17 H : de la Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche par le Président du Conseil départemental de la Somme, Monsieur Laurent SOMON.

 Cette journée sera conclue à 18H autour du verre de l’amitié

Dans l’attente du plaisir de vous retrouver à l’Historial à cette occasion.

Pour tout renseignement : 03 22 83 14 18 et c.fontaine@historial.org

 

EN GUERRE AVEC LES MOTS

Colloque international 

EN GUERRE AVEC LES MOTS

Lettres, journaux et mémoires de soldats, de femmes et d’enfants convegnoGG_25-28_11_2015durant le premier conflit mondial

 25-28 novembre 2015

Palazzo Ducale, Salone del Minor Consiglio

Piazza Giacomo Matteotti, 9, 16123 Gênes

Présentation

Quels sont les sentiments, les perceptions et les attitudes mentales des soldats, mais aussi des civils, des femmes, des enfants, durant la guerre ? Quelles sont leurs stratégies de résistance psychologique à cette déstabilisante expérience ? On peut tenter de répondre à ces questions en se tournant vers l’ample typologie de textes produits par les combattants et la population civile “mobilisée” : lettres, journaux et mémoires qui – encore en partie enfouis dans des tiroirs de famille ou conservés dans des archives d’écriture populaire – expriment des potentialités narratives considérables, mais revêtent aussi d’une part, un fort intérêt historiographique et linguistique. D’un côté, en effet, ils agissent efficacement comme sonde de profondeur et conduisent directement à l’intérieur de l’événement que constitue la guerre, de l’autre, ces textes dressent un instantané de l’état de la langue au début du XXe siècle en Europe. Ce colloque a pour but de se confronter aux questions méthodologiques encore ouvertes, présentant des textes particulièrement significatifs et des résultats de recherche dans ce domaine en croisant les approches scientifiques sur les écrits des soldats des divers fronts en Europe durant le conflit.

Programme

25 novembre 8.30

Ouverture officielle

Luca Borzani, Président de Genova Palazzo Ducale Fondation pour la culture

Olivier Brochet, Consul général de France à Milan

Francesca Imperiale, Surintendant des archives pour la Ligurie/ Archives d’État de Gênes

9.00-9.30 Conférence inaugurale de Antonio Gibelli (Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Genova)

Il diario di guerra dei semicolti: un fiume carsico tornato alla luce

LE LABORATOIRE DE L’ÉCRITURE

I session 9.30 Introduction

Quinto Antonelli (Fondazione Museo Storico del Trentino-Archivio della Scrittura Popolare de Trento)

Le scritture popolari italiane della guerra: il fenomeno, gli archivi, le ricerche

10.00 Sybille Grosse, Lena Sowada, Université de Heidelberg

Les ego-documents de la Grande Guerre et l’analyse du discours historique : des questions méthodologiques

10.20 Corinne Gomila, Université de Montpellier

Sur les traces de l’autocensure 

10.40 Teresa Bertilotti, Université de Milan-Bicocca

«Gentili incognite, sconosciuto soldato». Scritture dal fronte e sul palcoscenico

11.10 Sylvie Housiel, Université de Tel-Aviv

Émotions et perceptions à l’épreuve de la censure et de l’autocensure: les poilus de 1915

11.30 Chantal Wionet, Beatrice Dal Bo, Université d’Avignon

Correspondances intimes de femmes peu-lettrées pendant la Grande Guerre

II session 14.00 Introduction

Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

L’avenir, dans les lettres des Poilus ordinaires

14.30 France Martineau, Université d’Ottawa

Derrière les lignes : correspondances canadiennes de guerre

14.50 Gérald Sawicki, Université de Lorraine

Ce que révèlent les mots : l’exploitation des lettres et carnets de notes des soldats allemands par les services de renseignement français (1914-1918)

15.10 Loredana Trovato, Université d’Enna

Des Poilus et des Boches au miroir, ou de la représentation dans les journaux de tranchées

16.10 Stefano Vicari, Université de Gênes

“Et alors c’est la vision, si vive qu’elle semble réelle, de vous tous dans les lieux que j’aime tant…” ou comment l’écriture permet aux poilus de s’enfuir de la réalité contingente

16.30 Sonia Branca-Rosoff, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Discours autre et activité métadiscursive dans les lettres des peu-lettrés pendant la guerre de 1914-1918

17.30 Thierry Vissol, économiste et historien

Présentation du volume Toby, dalla pace alla guerra 1913-1918, Donzelli, 2014

Interviendra avec l’auteur Nancy Murzilli (Université de Gênes/Institut français Italia)

26 novembre AU CŒUR DE LA GUERRE

I session 9.00 Introduction

John Horne (Trinity College de Dublin)

Publique ou privée ? La correspondance intime pendant la Grande Guerre

9.30 Jean-Paul Pellegrinetti, Université de Nice

Patriotisme et insularité au miroir de la correspondance des Corses durant la Grande Guerre

9.50 Simone Attilio Bellezza, Université de Trente

La scrittura come riflessione identitaria: diari e memoriali dei trentini prigionieri in Russia

10.10 Jacopo Lorenzini, Université de Sienne

F-11, o della memoria obbligata. Gli ufficiali italiani di ritorno dalla prigionia e le loro testimonianze scritte di fronte alla Commissione Interrogatrice dei Prigionieri Rimpatriati.

10.40 Arabella Hobbs, Université de Pennsylvanie

Shedding words not blood: Jacques Rivière’s Carnets de Captivité and the politics of heroism

11.00 Francesco Frizzera, Université de Trente

Diari e memorie dei profughi trentini durante la Grande Guerra. Specchio del travaglio identitario di una popolazione costretta a riconsiderare il proprio paradigma di appartenenza

11.20 Marie-Chantal Lhote-Birot, Université de Lorraine

Auguste Vonderheyden, l’écriture diaristique

II session

14.30 Introduction: Gustavo Corni (Université de Trente)

Voci dalle terre invase. Friuli e Veneto orientale 1917/1918

15.00 Graziano Mamone, Université de Gênes

Servizio postale e scrittura. Istituzioni, rappresentazioni, immagini

15.20 Michel Paoli, Université de Picardie

Italophones de l’armée austro-hongroise sur le front russe: les tribulations d’un soldat entre écriture intime et reconstitution historique

15.40 Alvio Patierno, Université Suor Orsola Benincasa de Naples

Survivre, entre humorisme et satire, dans le Journal de guerre illustré d’Eugène Birsinger, paysan du Sud-Alsace

16.10 Antonio Petrossi, Université de Naples

Le forme di propaganda nei giornali per l’infanzia durante la Grande Guerra

17.30 Antonio Gibelli (Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Gênes)

Présentation du volume La guerra grande. Storie di gente comune, Laterza, 2014

Interviendront avec l’auteur : Claudio Bertieri et Luigi Giachino. Projection du film La Guerra e il sogno di Momi réalisé et produit par Segundo de Chomòn en 1917.

27 Novembre I session

9.00 Introduction Fabio Caffarena (Université de Gênes)

Sopra la guerra: testimonianze di aviatori oltre il mito

9.30 Pierre Allorant, Université d’Orléans

Pont aérien: la Grande Guerre à tire d’ailes jusqu’à elles

9.50 Andrea Zaffonato, Université de Padoue-Venise-Vérone

Il volto della Patria nei paesaggi di guerra

10.10 Anna Grillini, Université de Trente

La guerra mentale. Scritture dal manicomi

10.30 Giovanni Cavagnini, Scuola Normale Superiore de Pise

Parole di fede: voci di chierici dagli archivi del cardinale Pietro Maffi

11.00 Chantal Dhennin-Lalart, Université de Lille 3

Au cœur de la Grande Guerre: le journal d’une religieuse destiné à sa supérieure

11.20 Carlo Stiaccini, Université de Gênes

Parole al cielo. Le scritture di guerra inviate agli uffici notizie delle parrocchie e delle diocesi italiane

11.40 Paola Valenti, Université de Gênes

«Grida d’allarme di un pittore»: la Grande Guerra nella prosa di Ludwig Meidner

II session 14.30 Introduction

Rémy Cazals, Université de Toulouse

La place des femmes dans 500 Témoins de la Grande Guerre

15.00 Augusta Molinari, Université de Gênes

La scrittura come pratica di assistenza. Un aspetto della mobilitazione femminile in Italia nella Grande Guerra

15.20 Patrizia Gabrielli, Université de Sienne

La guerra vicina, la guerra lontana. Memorie di donne. 

15.40  Giuliana Franchini, Université de Gênes

La rappresentazione dei lutti di guerra nel Diario delle volontarie dell’Ufficio Notizie di Milano (1915-1919)

16.10 Christa HämmerleUniversité de Vienne

However, I want the war to be at an end already.” War criticism and the longing for peace in diaries and letters of Austrian women and young girls (1914-1918)

16.30 Alessia Vezzoni, Université de Sienne

In nomine Matris. Documento e «compromissorietà» nel carteggio bellico di Carlo Emilio Gadda con la madre (1915-1919)

16.50 Anastasios Zografos, Université Paul Valéry – Montpellier 3

L’amour «occupe» les tranchées sur le front de l’Orient : la correspondance entre les soldats grecs et les marraines de guerre

18.30 Castello D’Albertis, Musée des Cultures du monde de la Mairie de Gênes)

Présentation, avec projection d’images, du catalogue La collezione di cartoline della Grande Guerra nel Museo Francesco Baracca di Lugo, de Serena Sandri et Patrizia Tamassia avec la collaboration de Daniele Serafini, BUP, 2015. Intervenants : Daniele Serafini, Irene Guerrini et Marco Pluviano
19.00 Présentation et projection : La I Guerra Mondiale attraverso le immagini inedite dell’Archivio Fotografico del Cap. E.A. D’Albertis
19.15-19.45 Visite guidée de la demeure du Capitaine D’Albertis

28 novembre  APRÈS LA GUERRE

09.00 Introduction Manon Pignot (Université dePicardie)

La guerre après la guerre : les mémoires juvéniles du conflit

9.30 Ugo Pavan Dalla Torre, Université de Turin

Rielaborare pubblicamente (e collettivamente) l’esperienza di guerra. L’Associazione Nazionale fra Mutilati ed Invalidi di Guerra e la scrittura della memoria della Grande Guerra (1915-1923) 

9.50 Nicola Maranesi, Archivio Diaristico Nazionale de Pieve Santo Stefano

La Grande Guerra. I diari raccontano. Un progetto editoriale in collaborazione tra Archivio diaristico nazionale di Pieve Santo Stefano e Gruppo l’Espresso

10.10 Patricia Kottelat, Université de Turin

Les JMO, source méconnue de l’édification mémorielle de la Grande Guerre. Parcours diachronique 1918-2014

10.40 Matthieu Quignard, CNRS de Lyon

«Ma Guerre 1914-1918», de Charles Bruneau. Les mots d’un linguiste sur le front

11.00 Anna Tylusińska-Kowalska, Université de Varsovie

Ricordi della Grande Guerra di Michał Lityński, un legionario italofilo

11.20 Piotr Podemski, Université de Varsovie

Un D’Annunzio italo-americano in guerra: mito bellico e success story nell’autobiografia di Fiorello La Guardia

11.40 Débat

12.10 Clôture du colloque

Comité scientifique

– Quinto Antonelli (Fondazione Museo Storico del Trentino – Archivio della Scrittura Popolare de Trento)

– Sonia Branca-Rosoff (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

– Fabio Caffarena (Université de Gênes)

– Rémy Cazals (Université de Toulouse)

– Gustavo Corni (Université de Trente)

– Antonio Gibelli (Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Gênes)

– JohnHorne (Trinity College de Dublin)

– Augusta Molinari (Université de Gênes)

– Nancy Murzilli (Université de Gênes/Institut français Italia)

– Manon Pignot (Université de Picardie)

– Frédéric Rousseau (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

– Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

– Carlo Stiaccini (Université de Gênes)

– Benoît Tadié (Université de Rennes 2/Institut français Italia)

– Stefano Vicari (Université de Gênes)

Comité d’organisation

Maria TeresaBisso,Archivio Ligure della Scrittura Popolare de Gênes

FabioCaffarena, Université de Gênes

GrazianoMamone, Université de Gênes

NancyMurzilli, Université de Gênes/Institut français Italia

NellaPorqueddu, Trinity college de Dublin

CarloStiaccini, Université de Gênes

BenoîtTadié, Université de Rennes 2/Institut français Italia

StefanoVicari, Université de Gênes

Le projet entre dans le Programme officiel soutenu par la Présidence du Conseil des Ministres italien – Structure de Mission pour les Commémorations d’intérêt national et dans le Programme de la Mission Centenaire 1914-1918 du gouvernement français.

Le colloque a été organisé avec le patronage et le soutien de :

Università di Genova ; Dipartimento di Antichità, Filosofia, Storia (DAFIST)  et Dipartimento di Lingue e Culture Moderne (LCM) – Università di Genova ; Institut français Italia (IFI) ; Fondazione Museo Storico del Trentino-Archivio della Scrittura Popolare di Trento ; Genova Palazzo Ducale-Fondazione per la cultura ; Institut Universitaire de France ; Castello D’Albertis. Museo delle Culture del Mondo del Comune di Genova ; École française de Rome ; Corpus 14 (Praxiling – Université Paul-Valéry Montpellier, CNRS) ; Laboratoire Framespa-Université de Toulouse 2; Soprintendenza Archivistica per la Liguria/Archivio di Stato di Genova ; Università di Trento ; Alliance Française de Gênes.

Et avec le patronage de :

Archivio Ligure della Scrittura Popolare (ALSP) – Università di Genova ; Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre ; Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 (CRID 14-18) ; Conservatorio di Musica Niccolò Paganini di Genova ; Dipartimento di Scienze della Formazione (DISFOR) – Università di Genova ; Museo “Francesco Baracca” di Lugo; Università Italo-francese (UIF-UFI); Ufficio Storico Aeronautica Militare.

 

 

« Fin ou transformation ? Les empires dans l’ère de la Grande Guerre »

Reichs Colonial Uhr.                                               « Le soleil ne se couche pas sur notre Empire  Coll. Historial de la Grande Guerre - Péronne (Somme). Photo Yazid Medmoun –
Reichs Colonial Uhr.
« Le soleil ne se couche pas sur notre Empire
Coll. Historial de la Grande Guerre – Péronne (Somme). Photo Yazid Medmoun –

https://www.youtube.com/watch?v=gnj0zAIiMGs

Podcast de la table ronde  :

« Fin ou transformation ? Les empires dans l’ère de la Grande Guerre »

organisée aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, Dimanche 11 octobre 2015 à 11H30-13H00, par Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Modérateur : Stéphane Audoin-Rouzeau, EHESS, Président du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Intervenants :

John Horne, Trinity College Dublin, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre,

Laurence Van Ypersele, Université catholique de Louvain, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Gerd Krumeich, Emérite de l’Université de Düsseldorf, vice-président du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre,

Nicolas Werth, IHTP, Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

C’est un lieu commun de voir dans la Grande Guerre le triomphe de l’état nation sur les empires. Les trois empires dynastiques (russe, austro-hongrois et ottoman) disparaissent au profit de nouveaux états nations. Les empires coloniaux britannique et français font face aux mêmes pulsions d’indépendance. Il y aurait tout lieu, cependant, de prendre le contre-pied de cet argument. Sans contester l’importance de la nationalité, du nationalisme, enfin de l’état nation comme acteurs et héritiers du conflit, il est indéniable que l’empire résiste comme forme d’organisation et source d’identité à travers la guerre.

Pour tout renseignement : Caroline FONTAINE c.fontaine@historial.org         Tel : 03 22 83 54 13

label_centenaire_rondlogo CG80 fd rouge RVB?????????????????

 

Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) : annonce de colloque

Nous avons reçu cette annonce de colloque sur la Grande Guerre que nous relayons sur notre site :

Capture d’écran 2015-09-28 à 10.30.27

Pratiques et imaginaires de paix

dans la guerre (1914-1918)

 

La Flèche (Sarthe), salle Coppélia

14-15-16 octobre 2015

« Pratiques et imaginaires de paix dans la guerre (1914-1918) » : c’est le thème d’un colloque universitaire international labellisé par la Mission du Centenaire qui aura lieu les 14-15-16 octobre à La Flèche (salle Coppélia).

Ce colloque vise à éclairer les moments de paix, encore peu étudiés, dans le quotidien des combattants sur le front occidental (permissions, théâtre, sport, etc.). Il s’agira également d’étudier la manière dont certains combattants revendiquent une « paix immédiate » ou « à tout prix » ou imaginent la paix future afin « d’empêcher à tout jamais que pareil carnage puisse se reproduire » (Le Poilu, 10 mars 1915). La pensée et l’attitude des milieux pacifistes en temps de guerre seront également discutées, ainsi que les tentatives infructueuses de paix négociée en 1917. « Paix par la victoire », « paix de compromis » ou « paix blanche », la paix constitue en effet le principal horizon d’attente des sociétés en guerre. Le présent colloque vise donc à interroger la fonction et la place de l’imaginaire et des pratiques de la paix en temps de guerre, ce qui subsiste du temps de paix, nourrit l’espoir ou la conflictualité.

Il sera ouvert au grand public et notamment aux élèves de plusieurs classes de Première qui présenteront leurs travaux réalisés sur le thème du colloque (entrée gratuite).

C’est la 2e fois qu’une rencontre scientifique et pédagogique est organisée par les mêmes institutions (Université du Maine, Municipalité de La Flèche, Prytanée, Lycée d’Estournelles, etc). Un premier colloque avait été organisé en 2009 pour le centenaire du Prix Nobel de la Paix attribué à Paul d’Estournelles de Constant, député puis sénateur de la Sarthe. Les conclusions ont été publiées cette année : Paul d’Estournelles de Constant (1878-1924). Concilier les nations pour éviter la guerre, Presses universitaires de Rennes.

Programme téléchargeable ici

 

 

Appel à communication : La France en guerre : cinq « années terribles » (1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940)

Nous avons reçu cet appel à communication qui concerne en partie la Grande Guerre et que nous reproduisons ici :

La France en guerre : cinq « années terribles »

1792-1793 / 1814-1815 / 1870-1871 / 1914-1915 / 1939-1940

Colloque, Clermont-Ferrand, 16-17 juin 2016

 

L’objet de ce colloque est la comparaison entre cinq époques où la société française a été confrontée à la présence de la guerre sur son territoire, qu’il s’agisse de la guerre entre nations et/ou de la guerre civile. Si les contextes socio-politiques diffèrent sensiblement, ces cinq temps courts peuvent néanmoins être considérés, à des titres divers, comme des « années terribles » au sens hugolien du terme. Ils nourrissent une interrogation sur le présent, mais aussi sur le passé et sur le devenir de sociétés fragilisées, saisies dans l’incertitude de leur devenir. Ils permettent de confronter des discours unanimistes, objets d’une construction à chaud, à des formes de dissidence plus ou moins affirmée et donc visible ; mais aussi l’impératif de concorde à l’aune d’une discorde réelle ou potentielle.

Une réflexion initiale mérite d’être menée sur la construction de cette notion d’« année terrible », sur son enracinement dans le temps long, avec une référence explicite à la Terreur : l’Institut d’histoire de la Révolution française a ainsi consacré en 2013-2014 un séminaire à « 1793, l’année terrible ». Mais il convient aussi de réfléchir aux emplois et aux réemplois dont la notion a été l’objet, quitte à en modifier le sens. Jean-Pierre Azéma a ainsi pu évoquer 1940, l’année terrible, là où trois médiévistes ont qualifié d’année terrible le siège de Dijon en 1513. Plus récemment, faisant le bilan d’un an d’antisémitisme en France, Pierre-André Taguieff qualifiait la période allant de janvier 2014 à janvier 2015 d’année terrible pour les Français de religion juive. D’autres années sont parfois qualifiées de terribles (1840, 1947), la formule apparaissant suffisamment performative. Parfois euphémisée, élargie à l’occasion à d’autres pays (1939 en Espagne, 1999-2000 en Côte d’Ivoire), celle-ci est le plus souvent utilisée sans être explicitée – preuve de son enracinement mémoriel, à l’instar par exemple de des notions de « printemps des peuples » ou de « semaine sanglante », dupliquées à plusieurs reprises depuis 1848 et la Commune de Paris.

Nous avons fait le choix de sélectionner cinq binômes de dates qui nous paraissent les plus pertinentes au regard de la notion d’année terrible. Certaines se sont imposées d’elles-mêmes : ainsi de 1870-1871, qui a servi de matrice à cette notion, mais également 1814-1815, qu’à bien des égards on peut considérer comme une première forme d’année terrible dans l’histoire contemporaine de la France. Pour ce qui est de la Révolution française, le climat propre au printemps 1792, suivi des incertitudes et bientôt des angoisses liées à la défaite militaire à l’extérieur et aux montées des oppositions contre-révolutionnaires au long de l’année 1793 à l’intérieur, nous ont conduits à écarter l’année 1794. Relativement à la Première Guerre mondiale, le binôme 1916-1917 – soit de Verdun au Chemin des Dames, si l’on veut résumer ainsi la           situation militaire – constituait une alternative possible qui, de plus, ouvrait une perspective élargie avec le « choc » provoqué par les révolutions russes de 1917. Mais, de fait, c’est bien le climat du début de la guerre qui nous semble le plus en osmose avec l’idée d’« année terrible » : la période 1914-1915 est en effet marquée par la fin de l’espoir d’un conflit bref, par l’angoisse d’une nouvelle invasion de Paris et par la progressive prise de conscience du carnage humain provoqué par ces premiers mois de conflit. Il en va différemment pour la Seconde Guerre mondiale : si la tension est maximale au cours de l’été 1939, la période de la « drôle de guerre » entretient l’illusion patriotique ; mais la « guerre éclair » du printemps 1940 se traduit par un effondrement militaire, moral et institutionnel du pays dans un climat renvoyant parfois explicitement à « l’année terrible » telle que définie par Victor Hugo.

Incontestablement, la notion s’inscrit dans un usage mémoriel à forte connotation politique, vu les contextes considérés. Avec Hugo, elle est clairement réactive : autrement dit produite certes à chaud (1872), mais après les faits eux-mêmes. Elle sert à la fois à faciliter un travail de deuil, à exprimer au besoin une forme de repentance, mais aussi à rassembler pour mieux réconcilier, quitte à gommer tout ce qui fait entrave à une sorte d’unanimisme d’autrement plus fortement sollicité après coup qu’il a semblé faire défaut sur le moment. Bref, la notion est clairement instrumentalisée aussi bien par les gouvernements via une propagande étatique que par les acteurs culturels, qu’ils soient publicistes, écrivains, artistes, etc. Car la qualification d’« année terrible » suggère un moment d’« hubris » libérant les pulsions et autorisant le carnage : est alors posée la question de la responsabilité, voire de la culpabilité de ceux qui l’ont déclenchée. Le présent de la guerre favorise l’adhésion, au moins apparente, à un discours unanimiste véhiculé par une intense propagande officielle. Mais, si tout le monde n’a pas les moyens intellectuels comme matériels de se placer « au dessus de la mêlée », ne peut-on pour autant entendre des voix discordantes, s’exprimant notamment par une production littéraire ou artistique en rupture avec l’illusion unanimiste ?

 

Mémoire convoquée, histoire mythifiée : le passé présentisé

Ces « années terribles » peuvent être considérées comme un temps fort du travail de mémoire, d’exaltation d’une histoire mythifiée, du recours à la figure d’hommes providentiels, sans omettre la dimension religieuse ou mystique qui s’impose dans l’espace public. Le champ de la morale investit celui du politique, mais aussi de l’histoire qui ne prend sens qu’au regard de la virtus de la nation. L’instrumentalisation du « roman national » joue à plein, produisant un processus d’héroïsation où les combattants du jour rencontrent leurs glorieux ancêtres, frères d’armes dans une virilisation guerrière hautement proclamée. Ce processus permet par ailleurs d’interroger la transformation à chaud, en temps réel, de l’actualité factuelle en événement historique : autrement dit l’historicisation immédiate de la guerre est concomitante de sa nationalisation et de son intégration à un passé linéaire, faisant fi des ruptures. Parallèlement, le registre des émotions irrigue la rhétorique de la mobilisation qui en passe par l’imaginaire. Un imaginaire dont il serait intéressant de saisir si, dans une sorte de mise en abyme, il génère pour chacun de ces temps de crise une référence à ceux qui l’ont précédé.

 

La recomposition politique : l’extrême centre ou la guerre civile comme horizon ?

La définition d’un ou de plusieurs ennemis agissant de concert aboutit, d’une part, à une simplification du nuancier des positions politiques et, d’autre part, à une exclusion sociale et parfois physique de ceux qui refusent de choisir leur camp. Mais le temps des inimitiés politiques s’impose d’autant plus que la question de la responsabilité de l’échec militaire – ressenti à des degrés divers pour les cinq années terribles retenues – devient le thème majeur du débat parlementaire. La menace et parfois la réalité de l’invasion, voire de la défaite amplifient ce processus de désagrégation politique. La spécificité de ce temps court des « années terribles » permet donc d’envisager la recomposition politique à l’œuvre qui prend des options différentes selon les cas. Elle bouscule les oppositions traditionnelles au moins temporairement et nourrit soit un « extrême centre » politique resserré autour de quelques valeurs considérées comme cardinales, soit une inimitié radicale, génératrice de guerre civile. On observe par ailleurs une certaine capillarité dans le vocabulaire entre la parole du politique et celle du prédicateur, recourant aux mêmes figures de style et parfois aux mêmes exemples.

 

Les médiatisations de la nation en guerre : la propagande en partage ?

La sollicitation de toutes les formes de production culturelle est forte : l’art et la littérature et plus généralement les médias sont invités à célébrer l’unité de la nation en des termes et avec des modèles qui, là encore, méritent comparaison. Inscrite dans un processus d’épanouissement de la culture de masse, la propagande étatique s’est d’autant plus intensifiée, affinée et diversifiée, qu’elle fait usage d’outils régulièrement renouvelés du XVIIIe au XXe siècle tels que la presse et l’imprimé, l’affiche, la lithographie, la photographie, le cinéma et tout particulièrement les actualités cinématographiques, ou encore la radio dont on connaît l’influence dans la guerre des ondes. Tout en prenant en compte cette multiplication des supports, on pourrait repérer des traits communs dans la production des images et surtout saisir des filiations mais aussi des ruptures à la fois dans la représentation de la nation et dans la diabolisation de l’ennemi.

Aux marges de cette propagande, à l’échelle individuelle, dans ces années d’extrême incertitude teintée d’incompréhension face à l’histoire en train de se faire et de brouillage des repères, comment les artistes, dont les rapports au pouvoir et à l’Histoire ont changé, se sont-ils positionnés ? S’accommodant ou non de la cause patriotique commune, engagés dans une réflexion sur d’éventuelles ruptures stylistiques, comment ont-ils traduit ces années terribles ? Plus particulièrement, comment ont-ils figuré les « êtres » (et pas seulement les soldats au front) confrontés à ces situations de désordre ? Comment des écrivains – on pense à Léon Werth dans son journal – ont-ils écrit le vécu (souffrances physiques et morales) et le positionnement de leurs compatriotes ? Enfin, certains artistes, animés par un esprit de résistance ou contraints par les pouvoirs, se sont exilés : quelle est la tonalité de ces voix contraires refusant d’obéir à la sommation de célébration ? En somme, il s’agira de s’interroger sur le rôle des créations culturelles dans la construction de la notion d’année terrible, ce qui suppose de s’intéresser aux processus de réception.

 

Les propositions de communication (de 5 000 à 10 000 signes) sont à adresser avant le 15 octobre 2015 à :

jean-claude.caron75@orange.fr

nat.ponsard@wanadoo.fr

Comité scientifique : Nicolas Beaupré, Annette Becker, Jacques-Olivier Boudon, Quentin Deluemoz, Philippe Dagen, Laurent Douzou, Marianne Jakobi, Pierre Karila-Cohen, Aurélien Lignereux, Jean-Clément Martin, Henry Rousso, Pierre Serna, Bertrand Tillier.

Parution du centre de recherche : Dans la guerre 1914-1918. Accepter, endurer, refuser

Le 14 septembre 2015, Les Belles Lettres publient le nouvel ouvrage du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre :

Accepter, endurer, refuserDans la guerre 1914-1918

Accepter, endurer, refuser

Sous la direction de Nicolas Beaupré, Heather Jones et Anne Rasmussen.

La dichotomie entre « consentement » et « contrainte » a pris une certaine importance dans les débats récents portant sur l’expérience des sociétés pendant la Première Guerre mondiale. Cet ouvrage a pour ambition de reformuler la problématique de l’engagement des populations dans le conflit à travers une approche renouvelée. Il dépasse les oppositions trop rigides entre consensus sur la guerre et rejet de celle-ci, considérant que les populations, tant civiles que militaires, ne se réduisent pas à des éléments passifs mais gardent leur capacité de réaction autonome. Aussi propose-t-il une terminologie ternaire pour aborder les expériences des peuples en guerre – accepter, endurer, refuser. Le terme moyen, « endurer », permet d’explorer toute la complexité d’un conflit qui défie les prévisions et dont le prix en vies et souffrances remet en cause la question du rapport entre les fins et les moyens. Il ne s’agit pas, toutefois, de présenter une évolution successive d’un terme à l’autre – de l’acceptation à l’endurance, avant d’en arriver au refus. Car tout dépend des multiples sens assignés à chaque comportement, et du chevauchement possible des différentes réactions que suscite la confrontation à la guerre.
Ces trois termes offrent plusieurs avantages sur une échelle qui va de l’individuel au collectif. Ils se prêtent à la prise en compte de l’imaginaire de la guerre et des multiples discours qui l’accompagnent. Ils permettent également d’examiner où, quand et comment le refus prend le dessus sur l’endurance par rapport aux sociétés où l’endurance s’appuie jusqu’à la fin sur une acceptation du conflit – et ce malgré son caractère inexorable.
Cet ouvrage, fondé sur des travaux originaux suscités par le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, à Péronne, réunit des historiens européens et américains, parmi les meilleurs spécialistes internationaux de la Première Guerre mondiale. Par sa focale authentiquement internationale, son attention portée au front oriental autant qu’occidental, il transcende les débats étroitement nationaux.

Table des matières :

Introduction

Leonard V. Smith
Accepter, endurer, refuser

Première partie : Accepter

Chapitre 1 : Catriona Pennell
Le volontariat dans les armées de la Grande-Bretagne et du Commonwealth 1914-1918

Chapitre 2 : Arndt Weinrich
« Miracle d’unité » et « enthousiasme de mobilisation ». L’Allemagne et l’Autriche entrent en guerre.

Chapitre 3 : John Horne
Accepter la guerre : les mobilisations de la bienfaisance et de l’épargne en France, 1914-1918

Chapitre 4 : Emmanuelle Cronier, Manon Pignot
Les liens familiaux, un ressort de l’endurance civile et combattante

Chapitre 5 : Philippe Nivet
Refuser l’occupation, accepter la guerre

Deuxième partie : Endurer

Chapitre 6 : Sophie De Schaepdrijver
Endurer sous l’occupation : la Belgique occupée à travers les journaux intimes

Chapitre 7: Heather Jones
Endurer la captivité : les mécanismes de coping des prisonniers de guerre pendant la Grande Guerre

Chapitre 8 : Charles Ridel
L’embusquage : endurer ou refuser ?

Chapitre 9 : Vanda Wilcox
La bataille de Caporetto : un tournant pour le moral des troupes italiennes ?

Troisième partie : Refuser

Chapitre 10 : Emmanuel Saint-Fuscien
Juger et être jugé : prévenus, crimes et délits au sein des armées de la Grande Guerre

Chapitre 11 : Joshua Sanborn
Le refus chez les soldats russes pendant la Grande Guerre

Chapitre 12 : Gerd Krumeich
Les grèves politiques et militaires dans l’Allemagne de 1918

Chapitre 13 : John Paul Newman
Le refus dans la campagne croate, 1917-1923

Chapitre 14 : Galit Haddad
La guerre de 1914-1918, matrice du pacifisme féminin au xxe siècle

Postface

Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen
Accepter, endurer, refuser : retours d’expérience, 1914-2014
Index nominum

 

Il est possible de commander l’ouvrage sur le site de l’éditeur ou de se le procurer à la boutique de l’Historial de la Grande Guerre.