Colloque international : « Les batailles de 1916 » Appel à communications – International conference: The Major Battles of 1916 – Call For Papers

La Mission du Centenaire 14-18 et son Conseil scientifique organisent à Paris les 22, 23 et 24 juin 2016 un colloque international sur « Les batailles de 1916 ».

Colloque : Les Batailles de 1916

The French Commission for the Centenary of the Great War, 1914-1918 (Mission du Centenaire 14-18) and its Scientific Council are organizing an international conference in Paris, 22, 23 and 24 of June 2016 on the subject of “The Major Battles of 1916.”

Conference THE MAJOR BATTLES OF 1916

Argument

Les commémorations des batailles de 1916 risquent de traiter les batailles comme des évidences, réduites à leurs aspects militaires, alors que l’emploi même du terme « bataille » pour désigner « les séries conjuguées d’assauts, de tentatives pour percer le front ou au moins pour lui « grignoter » ses lignes de défense et faire reculer le front » (Agulhon) tranche avec ce que signifiait auparavant ce mot. Qu’est-ce qu’une « bataille » en 1916, par rapport à toutes les opérations militaires dénommées : « guerre », « campagne », « offensive », « combat », « front » ?

Le colloque prendra donc l’objet « bataille » comme sujet d’étude, dans sa dimension internationale.
– Son objectif est double : une avancée scientifique par l’élargissement des perspectives et la comparaison internationale, mais aussi la présentation à un large public des approches qui renouvellent l’histoire des batailles de 1916, notamment sur les fronts autres que le front ouest.
– Son champ chronologique est l’ensemble de l’année 1916
– Il portera sur toutes les batailles, quels qu’en soient les espaces, la nature et la forme, y compris la bataille navale. En effet, si une insistance particulière sur les trois grandes batailles de l’année (Verdun, la Somme, l’offensive Broussilov) est légitime, l’interdépendance des batailles entre elles d’une part, et d’autre part le souhait d’une approche comparative des batailles et des fronts, interdisent une définition étroite de l’objet d’étude.

Le colloque s’organisera autour de trois thèmes.

Construire la bataille

La bataille est construite d’abord par les acteurs qui la projettent, en définissent le temps et l’espace, par l’organisation militaire qu’ils se donnent pour la mener, par leurs choix stratégiques et tactiques. Elle est construite sur le moment même, par ceux qui y participent et en témoignent, hommes et femmes (comme les infirmières), aux divers niveaux de la hiérarchie militaire, du simple soldat au grand chef, par les journalistes qui en rendent compte, par les films éventuellement, par l’opinion publique et par les civils, avec leurs émotions et leurs représentations antérieures de la bataille, par les récits que donnent les « rescapés » de la bataille. Les mots utilisés pour dire la bataille comptent beaucoup : ils inscrivent une nouveauté dans un champ d’expérience qui, par définition, l’ignorait.

La bataille est enfin construite après coup par les autorités qui dressent la liste des batailles, par la littérature de témoignage ou d’histoire, par les commémorations qui vont du simple rappel à la mythification. La mise en récit de la bataille est au cœur de sa construction.

En résumé, il s’agit de la construction (ou de la reconstruction) de la bataille
par les mots
par les acteurs
par la circulation des informations sur le moment et le récit des « rescapés »
par la mémoire, les mythes et l’historiographie.

Expérimenter la bataille

On s’interroge ici sur le vécu des soldats à partir d’une problématique qui dépasse le récit compassionnel et victimaire. On souhaite l’aborder en fonction de divers critères : l’expérience antérieure du combat, l’espace-temps des soldats, c’est-à-dire la réalité matérielle (relief, climat) et le moment de la bataille dans lequel ils interviennent, leur expérience corporelle, la durée de leur séjour en ligne. On s’interrogera aussi sur les sorties de la bataille : la relève, la capture des prisonniers, (pas leur captivité ultérieure), la blessure, le refus d’obéissance, la désertion, la fraternisation.

L’expérience de la bataille passe aussi par les représentations que les soldats, au sein même de la bataille, se font d’eux-mêmes et des autres, des ennemis, des chefs, des civils. On distinguera les représentations des savoirs de la bataille, qui évoluent : la connaissance des armes et de leurs effets, celle du terrain s’affine parmi les soldats, mais aussi parmi les officiers (échelle des cartes, photographies aériennes).

On s’intéressera enfin aux combats dans la bataille. Les formes de combat évoluent, d’un front à l’autre, en fonction de l’évolution des armes, des conceptions tactiques, de l’organisation des unités, de l’expérience acquise. La bataille n’implique pas nécessairement le combat et il ne suffit pas d’un combat pour faire une bataille.

En résumé il s’agit ici de pratiques et de représentations dans l’espace et le temps :
Les espaces comme lieux d’expériences corporelles différenciées
L’expérimentations de l’espace et les jeux d’échelles
L’expérience de la bataille dans sa durée
L’usage des armes : le combat dans la bataille, les mutations de la bataille en 1916
Les représentations de soi et des autres dans la bataille
La sortie de la bataille : relève, capture, blessure, désertion, refus, fraternisation.

Alimenter la bataille

Alimenter la bataille c’est d’abord lui fournir des hommes. La crise des effectifs est un sujet central, avec ses effets sur les mobilisations, sur l’organisation des unités, sur le commandement (combien d’officiers en ligne le sont depuis 1914 ?), et un aspect international important (envoi de divisions à un allié, transferts de troupes d’un front ou d’un secteur de front à un autre). Les surestimations croisées des pertes chez soi et chez l’adversaire.

C’est ensuite nourrir les combattants, ce qui constitue une entreprise considérable. Sans oublier les millions de chevaux nécessaires aux armées. L’archéologie du champ de bataille peut être ici utilement sollicitée, comme l’histoire socio-économique. C’est produire le matériel (armes et munitions, avions, camions etc.) nécessaire à la bataille, et l’acheminer en temps utile : la logistique est une dimension décisive de la bataille, avec là aussi des échanges entre alliés qui n’ont guère été étudiés.

Avec les formes nouvelles de la mobilisation industrielle on touche enfin un sujet plus large : celui des civils et de leur mobilisation ou re-mobilisation. Alimenter la bataille c’est aussi soutenir le moral de l’arrière, aussi bien que celui des combattants.

En résumé, il s’agit ici de tout ce qui est nécessaire pour faire « fonctionner » la bataille :
La crise des effectifs et les transferts d’un front à l’autre (hommes et matériel)
Nourrir les hommes
Produire le matériel
Assurer la logistique
Alimenter ou renforcer le moral : les re-mobilisations

Organisation

Ce colloque durera trois jours, fin juin 2016. Il se tiendra à Paris.

Les communications ne seront pas directement présentées par leurs auteurs, mais elles feront l’objet d’une synthèse présentée par un rapporteur, afin de favoriser une large discussion pendant laquelle les auteurs pourront s’exprimer.

Les langues de travail du colloque seront le Français, l’Anglais et l’Allemand, avec traduction simultanée.

Les communications en Russe sont acceptées.

Les propositions de communication doivent parvenir au secrétariat scientifique de la Mission du Centenaire 14-18, 109 Boulevard Malesherbes, 75008 PARIS, (alexandre.lafon@centenaire.org) avant le 1er décembre 2015. Elles ne dépasseront pas 1000 mots (5 000 signes).

Le Conseil scientifique examinera les propositions de communication. Celles qui seront retenues devront être reçues à la fin du mois de mars 2016, compte-tenu du temps nécessaire pour leur éventuelle traduction en Français d’abord, puis pour la synthèse des rapporteurs.

Le colloque comprendra, outre les sessions de travail (présentation des communications par le rapporteur et discussion) trois ou quatre grandes conférences, dont une conférence d’ouverture et une de clôture.

Il est envisagé d’organiser après la fin du colloque deux visites guidées (exclusives l’une de l’autre) d’une journée, soit sur la Somme, soit à Verdun.

Paris, le 9 juillet 2015

——————————————————————————————-

INTERNATIONAL CONFERENCE:

THE MAJOR BATTLES OF 1916

            CALL FOR PAPERS

 

The French Commission for the Centenary of the Great War, 1914-1918 (Mission du Centenaire 14-18) and its Scientific Council are organizing an international conference in Paris, 22, 23 and 24 of June 2016 on the subject of “The Major Battles of 1916.”

1. Problematic

The commemoration of the battles of 1916 runs the risk of treating the latter as if they are self-evident and thus of reducing them to their purely military aspects, whereas the very use of the term “battle” is anything but self-evident. What Maurice Agulhon described as: “a combined series of assaults, of attempts to break through the front or at least to ‘gnaw away’ at the enemy’s defensive lines and so push back the front” stands in sharp contrast to previous meanings of the term “battle.” Indeed, we might ask what a “battle” is in relation to operations covered by the terms: “war”, “campaign”, “offensive”, “combat” or “front”?

The conference will therefore take the “battles” of 1916 in their international dimensions as its problematic.

Its object is two-fold: first, to advance knowledge by broadening perspectives and introducing international comparison; second, to introduce a broad audience to the approaches that have renewed the history of the battles of 1916 in recent years, notably on fronts other than the western front.

The timeframe is the whole of the year 1916.

The conference will encompass all the major battles, wherever they occurred and whatever their form and nature. This includes naval battles. The three great battles of Verdun, the Somme and the Brusilov offensive in Galicia will naturally occupy a central place. However, the interdependence of these battles and the desire for a comparative approach between different battles and fronts make any narrow definition of the subject impossible.

 

 

The conference will be organised around three themes.

Constructing battle:

Battle was constructed first in the minds of the actors who conceived it and defined its temporal and spatial dimensions, decided on its organisation and made strategic and tactical choices. Those who took part, from the ordinary soldier to the commanders in chief, also constructed battles on the spot. Witnesses constructed them, too, whether as nurses, journalists or eventually through films. Civilians likewise constructed the battle by “public opinion,” by their prior imagery of battle, by their emotions and through the tales told by the “survivors” of battle. Words were crucial, for they inscribed a new reality in the field of experience, a reality of which by definition there was no prior knowledge.

Finally, battle was constructed retrospectively by the authorities that drew up the list of battles, by eyewitness literature, by histories and by commemorations that ranged from simple reminders to full-blown myths. Narrating battle was at the heart of its construction.

To sum up, the question is how the battle was constructed (or reconstructed):

By words

By actors

By the circulation of information and the tales of “survivors”

By memory, myths and historiography.

Experiencing battle:

The question here is how to reconstruct the experience of the soldiers in a way that sees them as more than suffering victims. This will be addressed by various criteria: the prior experience of combat, the relationship between space and time, the material realities of terrain and weather, the moment of intervention in a battle, bodily experience, the length of time spent in the line. Also important are different possible exits from battle: relief by new units, being taken prisoner (but not the subsequent experience of POWs), evacuation with wounds, refusing to obey orders, desertion and fraternisation.

The experience of battle also encompasses the ideas that soldiers had of themselves and of others (the enemy, their commanders, civilians) in the midst of battle. It will be important to identify battlefield learning as this evolved, i.e. knowledge about weapons and their effects and also about terrain, both by the soldiers but also by the officers (detailed mapping, aerial photography).

Of interest, too, is the place of combat within the battle. Combat evolved from one front to another in relation to changing weapons, tactical ideas, unit organisation and the accumulation of experience. Being in battle does not necessarily mean engaging in combat; conversely, combat is not enough to make a battle.

To sum up: the question here is that of the practices and representations of battle in space and time:

Space and different bodily experiences

The experience of space and the question of scale

The experience of battle in terms of its duration

The use of weapons: combat within battle and the changes in combat in 1916

Representations of self and other in battle

Exiting battle: relief, capture, wounding, desertion, refusal to obey, fraternization.
Supplying battle:

Supplying battle is first and foremost a question of men. The manpower crisis is a central subject, with repercussions on military mobilization, the organization of units, command (how many officers in the line had been there since 1914?). It is also an international issue, since allies reinforced each other and transferred troops between fronts and sectors. It also entails the overestimation by each side of its own and enemy losses.

Supply is a matter, too, of feeding the combatants, which was a considerable undertaking, without forgetting their horses (a major source of draft power). Battlefield archaeology has much to teach us in this regard, as does socio-economic history. It is also a question of supplying the matériel (weapons, munitions, aircraft, lorries etc.) required by a battle: logistics was a decisive dimension entailing collaboration between allies that has barely been studied.

Finally, new forms of industrial mobilization raise an even broader question: that of civilians and their mobilization or re-mobilization. Supplying a battle means sustaining morale in the rear as well as on the front.

To sum up: this final theme deals with everything needed to make battle function:

The manpower crisis and transfers of men and matériel between fronts

Feeding the soldiers

Producing matériel

Ensuring the logistics of battle

Sustaining or reinforcing morale on the front and at home; re-mobilizations

2. Organisation

The conference will last three days in late June 2016 and will be held in Paris.

Papers will not be read out by their authors but will be summarized in a report presented by a rapporteur in order to facilitate a broad discussion, during which the authors will be able to express their ideas.

The working languages of the conference will be French, English and German, with simultaneous translation.

Papers in Russian will be accepted.

Proposals for papers must reach the scientific secretariat of the Mission du Centenaire 14-18, 109 Boulevard Malesherbes, 75008 PARIS, (alexandre.lafon@centenaire.org) before 1st December 2015. They should consist of an outline of not more than 1,000 words.

The Scientific Council will examine the proposals. Those selected must be received in full by the end of March 2016, in order to allow for their translation into French where necessary and for the rapporteurs to draft their reports.

In addition to the regular sessions consisting of the rapporteurs’ presentation of the papers followed by the general discussion, there will be three or four keynote speeches, including one each to open and close the conference. It is also hoped that at the end of the conference two daylong (but mutually exclusive) battlefield visits will be organized, one to Verdun, the other to the Somme.

Paris, 9th July 2015

 

“Dufy en 1915″: Samedi 19 septembre 2015, 15H, Conférence, Historial, Péronne

A l’occasion des journées du patrimoine, le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter le Samedi 19 septembre 2015 à  15H à la conférence de Marie-Pascale Prevost-Bault (Conservateur en chef de l’Historial de la Grande Guerre) :

Dufy en 1915 : un art traditionnel et populaire au service de la propagande

Parmi les gravures conservées à l’Historial, les quatre de Raoul Dufy éditées en 1915 sont dans le style des images d’Epinal, dont « La fin de la Grande Guerre », enrichie d’une complainte de Maurice Lesieutre et de six saynètes autour d’un coq glorieux.

Cette référence à l’imagerie napoléonienne l’éloigne de la modernité et renforce un optimisme manifeste en ce début de guerre. Témoigne- t-elle d’un manque d’inspiration de la part de cet artiste engagé volontaire le 8 mars 1915 ainsi que d’un souci d’éducation populaire ?

Pour tout renseignement : c.fontaine@historial.org

et tel : 03 22 83 14 18

Exposition : Face à Face – Regards sur la dé(re)figuration, Historial de la Grande Guerre

Jusqu’au 11 novembre 2015, venez découvrir à l’Historial de la Grande Guerre l’exposition « Face à Face : Regards sur la dé(re)figuration ».

Affiche ExpoÀ partir de l’histoire des « Gueules Cassées », ces combattants défigurés de la Première Guerre mondiale, « Face à Face » permettra d’évoquer l’évolution de la pensée et des pratiques médicales grâce aux documents et objets choisis dans les collections de quelques illustres chirurgiens de la Grande Guerre à aujourd’hui. Ces moulages, instruments médicaux, photographies, témoignages écrits et filmés, seront mis en perspective avec les moyens techniques actuels.

Pour cette exposition temporaire exceptionnelle, l’Historial de la Grande Guerre donne carte

blanche au Professeur Bernard Devauchelle. Président de l’Institut Faire Faces, Chef de service Chirurgie Maxillo-Faciale au CHU d’Amiens, le Professeur Devauchelle assure le Commissariat de cette exposition.

Une mise en regard historique

Affiche exposition
Bouchon de radiateur d’automobile

 

« L’impensable défiguration, que la malformation, le traumatisme ou la tumeur créent, est génératrice d’exclusion. Regarder et toucher la chirurgie reconstructrice qui en est issue, ses intuitions, ses évolutions, son ingéniosité mais aussi ses limites, son audace et son impuissance. L’exposition vous invite à franchir « the thin red line », cette ligne qui sépare la vie de la mort.» Professeur Bernard Devauchelle.

 

Défigurés, de la Grande Guerre à nos jours

Photographies et vidéos retracent le parcours des « Gueules Cassées », combattants défigurés, du champ de bataille aux opérations de reconstruction faciale. L’exposition interroge le visiteur sur l’existence du défiguré et comment la société, de la Grande Guerre à aujourd’hui, génère l’exclusion de ces personnes, déjà si profondément blessées par les traumatismes physiques et psychiques liés à leur défiguration.

 

L’évolution de la pensée médicale

La naissance de la chirurgie maxillo-faciale a véritablement lieu pendant la Grande Guerre, grâce aux premiers hommes de science qui s’y sont illustrés.

« Face à Face : Regards sur la dé(re)figuration » vous invite à découvrir les oeuvres de piliers de cette chirurgie reconstructrice : Harold Gillies, Hyppolite Morestin, Maurice Virenque, Alexis Carrel, Albéric Pont, Robert Wlerick ou Paul Tessier, précurseurs de la reconstruction faciale.

Le parcours en dix étapes est ponctué par dix poèmes, des haïkus écrits par des combattants de la Grande Guerre.

Un parcours de visite avec deux niveaux de lecture

La première sans être chronologique évoque au travers de collections de moulages, photographies, portraits, dessins, texte, illustrations et films de chirurgiens, les pratiques imaginées et développées pendant la Grande Guerre pour re-figurer les blessés de la face (appareillage, masque, épithèse…).

La seconde sera consacrée aux techniques actuelles d’analyse et d’exploration du visage : photographies 2D et 3D, modèles anatomiques tridimensionnels, modélisation et capture des mouvements…

La part technique (épithésistes, prothésistes…) et artistique (E. Daynes) de la reconstitution artificielle de toute ou partie du visage sera exposée physiquement mais aussi par des vidéos et des explications. La dernière station sera consacrée aux techniques chirurgicales actuelles, aboutissement de l’ensemble des pratiques développées depuis un siècle.

Commissariat d’exposition

Professeur Bernard DEVAUCHELLE, Chef du Service de Chirurgie Maxillo-Faciale du CHU d’Amiens et fondateur de l’Institut Faire Faces, il est le pionnier des greffes de la face en ayant réalisé la première en novembre 2005. Responsable et porteur du projet européen, il guide les choix et les enjeux de l’exposition en lien avec l’Historial.

Assisté du Professeur Sylvie TESTELIN, Chirurgien maxillo-facial et Professeur à l’Université Picardie Jules Verne.

Équipe de production

Hervé FRANÇOIS, Directeur de l’Historial de la Grande Guerre

Marie-Pascale PRÉVOST-BAULT, Conservateur en chef

Claire STEWART, Attachée culturelle

Christine CAZÉ, Documentaliste

Amandine GOURGUECHON, Chargée de communication et médias

Scénographie et fabrication

Agence KASCEN, Bruxelles (www.ka-scenographes.com)

 

Une expédition coloniale? L’expérience des soldats français aux Dardanelles

A l’occasion du centième anniversaire de la campagne des Dardanelles le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

est heureux de vous inviter à

la conférence de John HORNE :

                                           Une expédition coloniale ?

L’expérience des soldats français aux Dardanelles

Assiette allemande : Dardanelles 18 mars 1915, coll. Historial de la Grande Guerre, photo Yazid Medmoun
Assiette allemande : Dardanelles 18 mars 1915, coll. Historial de la Grande Guerre, photo Yazid Medmoun

Samedi 6 juin 2015, 17H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Les Dardanelles, une expédition coloniale ? Sans doute par sa conception, le but étant de forcer les détroits pour arriver à Constantinople, d’abord par une campagne navale et ensuite par une expédition militaire. Sans doute aussi par sa composition, les corps expéditionnaires français comme britanniques ayant un pourcentage de troupes coloniales au-dessus de la moyenne. En revanche, pas du tout une expédition coloniale du point de vue de l’ennemi turque, encadré par des officiers allemands, qui défend avec acharnement sa patrie envahie, ni de celui du champ de bataille qui reproduit les conditions de guerre industrialisée qui caractérisent tous les fronts européens. D’où une expérience à la fois différente de celle des soldats français sur le front en France et similaire à celle-ci.

John Horne est Professeur d’Histoire européenne moderne et contemporaine à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de la Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il fait partie de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur l’histoire de Première Guerre mondiale et sur celle de la France au XXe siècle, dont 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2001 ; trad. française, 2005); (dir.) A Companion to World War One (2010) ; (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; et (avec Robert Gerwarth), War in Peace. Paramilitary Violence in Europe after the First World War (2012).

Samedi 16 mai 2015, 15H : 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ? Alexandre Sumpf à l’Historial

INVITATION

A l’occasion de la nuit des musées,

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter à la conférence :

 1915 : un tournant pour la Russie en guerre ?

Alexandre SUMPF

Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l'armée dans sa mission suprême et souscrivez à l'emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d'être libérés de l'occupation ennemie
Affiche d’emprunt, Russie, 1915, coll. personnelle, Traduction à gauche : Aidez l’armée dans sa mission suprême et souscrivez à l’emprunt de guerre à 5%. A droite: Nos villes, villages et églises attendent d’être libérés de l’occupation ennemie

Samedi 16 mai 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

Entre terrible recul militaire et réorganisation réussie de l’effort de guerre industriel, haine croissante contre la famille impériale et propagande tous azimuts, nouvelle vague de mobilisation sous les drapeaux et afflux de millions de réfugiés, pogroms antijuifs généralisés et cohésion inédite de la société nationale ou des communautés locales autour des entreprises de bienfaisance, la Russie connaît en 1915 une année de brutale reconfiguration de ses équilibres traditionnels.

Alexandre Sumpf est maître de conférences en histoire contemporaine de l’Europe centrale et orientale à l’Université de Strasbourg. Membre Junior de l’Institut universitaire de France, auteur d’une quinzaine d’articles sur l’histoire du cinéma et de la société soviétique et de la Première Guerre mondiale en Russie. Il a publié trois ouvrages : Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, CNRS Editions, 2010. De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, Folio Histoire inédit, 2013, 944 pages. La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Perrin, 2014.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, c.fontaine@historial.org tel :03 22 83 14 18

Commémorer, étudier, enseigner le génocide des Arméniens. L’œuvre de prévention

A l’occasion du

100ème anniversaire du génocide des Arméniens

le Centre international de recherche de l’Historial

est heureux de vous inviter à

la conférence de Vincent DUCLERT

Commémorer, étudier, enseigner le génocide des Arméniens.

L’œuvre de prévention

Kharpout, mai-juin 1915. Notables arméniens emmenés vers la prison de de Mezré. DR
Kharpout, mai-juin 1915. Notables arméniens emmenés vers la prison de de Mezré. DR

Dimanche 26 avril 2015, 15H

Historial de la Grande Guerre, Péronne

La conférence exposera le processus de connaissance qui intervient pour penser cet événement majeur dans l’histoire de l’humanité et interrogera le pouvoir de cette connaissance dans la reconnaissance du génocide des arméniens et la prévention des génocides.

Vincent Duclert est historien membre du Centre international de recherche de l’Historial, il enseigne à l’EHESS (cespra). Il publie cette année : La France devant le génocide, du milieu du XIXème siècle à nos jours. Une nation impériale et le devoir d’humanité, Paris, Fayard 2015.

Renseignements : c.fontaine@historial.org         tel. :  03 22 83 14 18

Dans la limite des places disponibles.

 

?????????????????logo CG80 fd rouge RVBlabel_centenaire_rond

 

Colloque à Oxford : How to write the Great War? Francophone and Anglophone Poetics

How to write the Great War?

Francophone and Anglophone Poetics

International conference

Wednesday 1st May (Magdalen College)
Saturday 2nd May (MFO)

Soldats écrivant Flickr 4

Nous relayons cette annonce de colloque à la demande de Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)

URL de référence ici

1st MAY (Magdalen College)

9h15 : Welcome, Anne Simonin (MFO) and Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College)

9h30 : Introduction, Nicolas Bianchi (ENS-Lyon, MFO) : « Repenser une Grande Guerre littéraire »

9h50-11h30 : Esthétique et lectures politiques

Pierre Schoentjes (Ghent University), « Le féroce envers de ce que l’esprit guerrier a de noble : Au bivouac de Jean Schlumberger »

Camille Kerbaol (Université de Bretagne Occidentale), « Clavel Soldat or the impossibility of writing about the Great War when you are a socialist »

Frédéric Saenen (Université de Liège), « 1914 au miroir de 1941 : Drieu correcteur d’Interrogation et de Fond de cantine »

11h30-11h50 : Break

11h50-13h30 : Poetic writings of modern war

Ashley Somogyi (Durham University), « That Troubled Deep’: Transforming Martial and Patriotic Sentiments in World War One Poetry »

Toby Garfitt (University of Oxford, Magdalen College) « Poetry of Colour : Colonial Perspectives on the Great War »

Kate McLoughlin (University of Oxford, Harris Manchester College), « All Of Us’: D. H. Lawrence’s First World War Poems for the People »

13h30-14h30 : Lunch

14h30-16h10 : La prose des poètes de la Grande Guerre, laboratoire littéraire

Laurence Campa (Université Paris Ouest-Nanterre), « Légendes de Jacques Vaché »

Philippe Wahl (Université Lyon 2), « Apollinaire soldat. Variations génériques et visées discursives »

Jane Potter (Oxford Brookes University), « ‘I can find no word to qualify my experiences except the word SHEER': Wilfred Owen’s Letters and his Baptisms of Fire »

16h10-16h30 : Conclusion, Philippe Roussin (CNRS, MFO)

 

2nd MAY (Maison Française d’Oxford)

9h15 : Welcome

9h15-10h25 : Penser les styles de 14-18 : une poétique des interférences  ?

Flavie Fouchard (Universidad de Sevilla), « La prolifération des voix dans quelques romans d’écrivains combattants de la Grande Guerre »

Troels Hugues Hansen (University of Copenhagen), « The Death of Intellectualism and the Birth of Emotive Style in Céline’s Voyage au bout de la nuit »

10h25-10h55 : Break

10h55-12h35 : Ecrire l’Homme dans la Grande Guerre

Nicolas Bianchi (ENS Lyon-MFO), « Le biffin parigot, picaro de la Grande Guerre ? »

Margaux Whiskin (University of Warwick), « Caricature of a British gentleman, portrait of a French soldier: humour and nationality in André Maurois’ Les Silences du colonel Bramble »

Pierre Vaucher (Université Laval / Ghent University), « The discourse of heroism and the disillusion of war: Pierre Chaine and Georges Duhamel »
12h35-13h35 : Lunch

13h35-15h15 : Apprivoiser la violence par les mots : la Première Guerre des non-combattants

Fiorella Di Stefano (Università per stranieri di Siena), « Rhétorique, iconographie et littérarité de l’enfant-héros pendant la Grande Guerre : le personnage de Bécassine »

Alison Fell (University of Leeds), « Writing the Wounds of War: British and French nursing memoirs »

Marie Puren (Université Paris 1 / Ecole Nationale des Chartes), « La Grande Guerre en petit. La littérature jeunesse comme observatoire des mutations du roman lors de la Première Guerre Mondiale »

15h15-15h35: Final Conclusion, Toby Garfitt

Convenors
Nicolas BIANCHI (ENS Lyon/MFO)
Toby GARFITT (Magdalen College)
Philippe ROUSSIN (CNRS/MFO)

 

Appel à contribution : Guerres et artefacts : de l’objet de guerre au fétiche (1795-1995)

 

Guerres et artefacts : de l’objet de guerre au fétiche (1795-1995)

Appel à contribution pour ouvrage

Nous relayons cet appel à contribution à la demande de ses initiateurs : Patrick Harismendy et Erwan Le Gall (Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO)

URL de référence ici

2015 est marqué par d’importantes commémorations militaires avec 1915 et 1945. Par extension, 1795 (Quiberon), 1805 (Austerlitz), 1815 (Waterloo), 1855 (guerre de Crimée), 1865 (guerre de Sécession), 1905 (guerre russo-japonaise) signalent des moments d’une très grande intensité mémorielle. Le génocide arménien (1915), le massacre de Nankin (1935), la massification de la guerre du Viêt-Nam (1965) ou les conflits de Bosnie et de Croatie (1995) participent du même processus.

Ces chocs ont en outre secrété des volumes inédits d’images mentales mais aussi d’objets qui ont pu étayer des « fétichismes de guerre », voire une « consommation de guerre », qui, au XIXe siècle, passa par la mode des « mémoires d’épée ». Aujourd’hui, livres, films, jeux vidéo, s’ajoutent ou se substituent aux seuls objets de collection ou de musée. La transformation des périphéries urbaines et sociales en laboratoires de combats de rue pose la question ultime d’un « mimétisme de guerre » allant d’aimables parties de paint-ball, à l’emploi croissant de la kalachnikov en passant par les jeux de rôle de la radicalité terroriste ou « serial killeuse ». L’intrication entre paix et guerre relève donc bien d’une privatisation des instruments de la violence d’État. Le succès de L’Art français de la guerre d’Alexis Jenni (Prix Goncourt 2011) ou Les Bienveillantes de Jonathan Litell (2005), tout comme finalement les cycles commémoratifs, illustrent en cela le besoin de comprendre les gestes des bourreaux et un intérêt nouveau pour la pensée militaire – Sun Zi, Clausewitz ou Jomini devenant eux-mêmes des objets littéraires.

Dans ce contexte, l’objet de guerre doit être considéré sur le temps long. Son propre cycle de vie peut être très étendu. Prolonger la vie de matériels (pour raisons budgétaires), les recycler en tout ou partie (ainsi des culasses de Mauser K 98 réemployées par l’armurier Kettner) n’exclue pas de précoces conservations. Les ressorts en sont complexes. En témoigne le vêtement. La culotte de grognard napoléonien, le pantalon garance de 1829 ou la tenue « Félin » n’ont ni les mêmes usages, ni la même puissance d’inspiration pour les artistes ou les collectionneurs. Une valeur différentielle des sacralités explique qu’on ne défile pas en tenue bleu horizon dans les années 1920-30 comme on manifeste ou chasse avec la vareuse kaki des années 1960-70 ou que l’on rappe avec le pantalon de treillis dans les cultures urbaines contemporaines. La construction de l’objet en fétiche commande donc une attention fine aux chronologies comme aux procédures d’émergences et de sélection conduisant tant aux muséographies qu’aux collections privées – qu’elles soient raisonnées ou forment un amas disparate.

L’intérêt de tels objets varie aussi avec le temps et sa capacité destructrice. Dans son rapport d’activité pour l’année 2012, le musée Auschwitz-Birkenau érige ainsi en objets « sans prix » les vestiges mis à jour lors de fouilles archéologiques que sont boutons, pièces ou montres car ils « revêtent une signification encore plus importante au fur et à mesure que le temps passe et les témoins disparaissent ».

Affaire d’États ou affaire privée, les gestion, conservation, transmission, appropriation de cette masse d’objets posent peut-être moins la question des patrimoines que celle du statut de la guerre dans le for des individus.

Patrick Harismendy, Erwan Le Gall

Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO.

Pour traiter ce sujet un appel à contribution pour ouvrage est donc lancé. L’ambition est de réunir un volume significatif de réflexions sur les 5 points exposés ci-dessous. Les modalités pratiques sont indiquées en fin d’appel. L’ouvrage sera à paraître à l’automne 2016.

 

Dans la perspective d’un ouvrage collectif, il est apparu nécessaire de suivre les cycles de vie des objets afin de révéler leurs ressorts anthropologiques. À cet égard, leur valeur de portativité et de mobilité compte autant que leur pouvoir d’évocation.

1 – L’objet de guerre : entre production et esthétisation

Recontextualisé, l’objet doit être interrogé de sa conception à son usage jusqu’au terme éventuel de sa customization. A l’échelle de l’arme ou de l’équipement individuels, poids, équilibre, matériau, « prise en main », coûts… sont en général appréhendés. Ils dépendent des savoirs militaires disponibles, des ressources matérielles, des moyens financiers, des contextes et expertises de production. Artisanal, issu de séries ou ersatz isolé, l’objet doit allier efficacité, ergonomie, praticité, compacité … qui résultent d’intentions des commanditaires et des concepteurs. Un certain nombre de lieux se prêtent à l’analyse : la boite de conserve (contenu et contenant), le chaussant, la bande molletière, ou le paquetage. Dans le détail, les perceptions nationales varient selon les cultures du corps, les représentations anatomiques ou les impératifs martiaux. La constitution de discours experts (ceux des médecins par exemple) sur la résistance physique aux matériels rejoint les préoccupations très actuelles des états-majors confrontés à l’alourdissement du fantassin. En résultent une physiologie et un aguerrissement renouvelés.

Les discours d’identification sont aussi importants que les arguments sur l’opérationnalité. En témoignent les débats plaçant naguère le prestige et le génie national dans la couleur garance du pantalon des fantassins français. Adaptations, réglages ou enrichissements peuvent être alors le fait des États lorsque les matériels sont tropicalisés, hibernisés, maritimisés ou que s’opère la substitution du coton au cuir (pour cartouchières et brelages par exemple). Mis en action par le spectacle même de la guerre, le matériel engendre de puissants mécanismes d’acculturation. Représentations, préventions culturelles, disparités technologiques, conditionnent réception et usages de l’artefact. L’importance des photos de matériels lourds et modernes (chars, avions, hélicoptères …) chez les appelés d’Algérie signale ainsi un intérêt de rupture par rapport aux campagnes de métropole. Mais le phénomène est sans nul doute plus ancien.

L’intervention du combattant lui-même est également déterminante. Au stade de la tenue et de l’arme, le recours à des tailleurs ou fourbisseurs privés est ancien ; il contribue au style et ai prestige médiatique de certains – la mode militaire n’étant pas qu’un mot. De même, la personnalisation / personnification de matériels (armes, véhicules, avions) est récurrente. L’entrée dans la guerre « à options », car fondée sur un malsain pay to fight, rappelle que certains combattants se jugeant mal équipés ou mal protégés doivent compléter leur dotation sur leurs propres deniers. Plus largement, le contenu des « bardas » — réglementaires, en opérations et selon les cultures militaires — est essentiel pour mesurer la place des effets personnels, de la pharmacie, de l’avitaillement.

Enfin, la civilisation telle quelle des objets militaires peut poser problème. Qu’il s’agisse de la voiture ayant prétendument appartenu à Hermann Goering et conduite par Keith Richards dans le Londres déjanté des années soixante ou des propos ambigus de David Bowie sur les codes esthétiques du IIIe Reich on voit les risques de dérive.. Polémiques relatives à Hugo Boss, T-Shirts estampillés CCCP ou floqués à l’effigie du Che posent une identique question sur les frontières entre trophées et oripeaux. Les provocations scéniques du groupe de rock Motörhead et de son leader Lemmy Kilmister ne peuvent être dissociées d’une certaine portée politique – veste et casquette Mao, saharienne d’Yves Saint-Laurent, disant d’autres contestations. Bref, la part de sincérité et d’édulcoration doit être évaluée.

2 – La fétichisation pendant et au sortir des guerres

La politique des États en matière de trophées et de partage des dépouilles est de toute première importance. Les racines lointaines du phénomène sont ici hors de propos – même si le fond du Vae victis demeure, « triomphe » à l’appui. L’élaboration consciente d’une politique d’obtention, d’exhibition et de collection est fondamentale. La symbolique des drapeaux, aigles, bannières, oriflammes etc. pris ou repris à l’ennemi est connue. Mais sur quelles bases idéologiques et esthétiques le processus d’attribution ou de capture repose-t-il ? La naissance des musées strictement militaires, à côté des salles d’armes châtelaines ou régimentaires et fonctionnant sur un principe de récit engageant un roman national doit être compris. L’émergence plus tardive des musées de matériels (chars ou avions) est tout aussi importante, quand ce n’est pas un matériel-mémorial (commun dans l’ancien bloc de l’Est) dont la charge proclamatoire recoupe des enjeux de gestion communale.

Le trophée individuel, pris à l’ennemi, sur le champ de bataille, acheté, échangé, troqué avec d’autres combattants situe ces parcelles matérielles de gloire dans une série complexe d’intentions. Qui pille sur le champ de bataille ou durant la débâcle adverse, quoi et pourquoi ? Entre le XIXe et le XXe siècle les besoins sont-ils les mêmes ? D’évidentes logiques de subsistance ou de thésaurisation à court terme s’inscrivent dans une économie du troc. Mais entre un Thénardier, « sergent de Waterloo » et détrousseur de cadavres et un G.I. cherchant un pistolet Luger ou un sabre japonais, ramassant du sable d’Omaha Beach – comme le cinéma s’est plu à l’évoquer – s’institue une rupture. D’un côté le pillage opère sur un valeur marchande ou d’usage immédiat, de l’autre s’établit un rapport de virilité et de projection sur le retour dans la construction d’une idéologie de soi : comme si n’était héros que celui qui peut en fournir une trace matérielle – ce qui pose, en creux, la question du genre d’homme-soldat attendu par les familiers et les femmes.

Justement, à la confluence des logiques étatiques et individuelles se situe l’emblématique médaillère. Le passage des ordres chevaleresques aux ordres militaires est une chose. Certains cadres commémoratifs, bien connus (médaille de Sainte-Hélène, Ordre de la Libération) ne requièrent pas que l’on y revienne. En revanche, le contenu de la médaille est tout à fait intéressant. La Purple heart recouvre-t-elle le même indice de traumatismes que la médaille des blessés français alors qu’en Allemagne les badges sont gradués selon l’importance des blessures ? Sur le fond, quelles sont les combinatoires permettant de donner à voir, à qui en sait lire le sens, des niveaux effectifs de reconnaissance ? Le système médailler allemand, taciturne au possible et, à l’inverse, la logorrhée soviétique ne disent évidemment pas la même chose…Par ailleurs, l’emphase croissante des régimes autoritaires est certainement intéressante à mesurer dans le contexte des phases d’émancipation coloniale et de routinisation.

Enfin, il conviendrait de s’interroger sur les « uniformes de la paix » [ou tout simplement de la retraite militaire]. En dépit des rapprochements liés à leurs âges, les anciens combattants diffèrent aux célébrations entre ceux (surtout les officiers) des régimes autoritaires et ceux du bloc occidental – comme on est du reste veteran à 25 ans de la guerre du Golfe chez les Américains et « ancien engagé » en France. Si la tenue « blazer bleu, pantalon gris, chemise blanche, cravate noire » et le béret frappé de l’insigne d’arme se généralisent, qu’en a-t-il été avant et ailleurs ? Qu’on songe au disparate américain (polos bariolés, baskets) qu’abolit le calot constellé de pin’s, aux défilés des « débris » ou reliques vivantes de la Grande armée en 1840 lors du retour des Cendres, ou des anciens combattants dans l’entre-deux guerres ?

3 – La gestion des matériels en fins de conflits

Avant de devenir pièces de musées et de collections ou d’être détruits, un nombre significatif d’objets de guerre voient leur existence prolongée ou détournée. A cet égard, la « déconstruction » d’objets semble opérer sous trois formes : les destructions liées à l’inertie de la machine industrielle (destin de centaines d’avions tout neufs plongés en 1945-46 dans la Mer de Corail) ; les démantèlements réfléchis allant des navires aux armes individuelles ; la constitution de cimetières de matériels militaires. Il ne faut pas oublier les campagnes de récupération des armes employées par les maquis ou tombées entre les mains des civils et dont on voit aujourd’hui les méfaits de la dissémination autour de la Méditerranée.

À cet égard, l’économie des surplus est d’autant plus mal connue qu’elle touche aux marges sociales de la brocante et des trafics. Les échelles varient pourtant. Aux étalages plus ou moins étiques de marchés, treillis, casques, rangers voisinent souvent avec du matériel de camping. Cette association est d’autant moins fortuite que ces objets appartiennent à la construction du tourisme de masse – le Club Méditerranée naissant de tentes de l’armée acquises par Trigano. Mais les ventes des Domaines portent aussi sur des objets beaucoup plus volumineux (des navires par exemple). Certains peuvent être voués à la déconstruction immédiate, d’autres être acquis par des négociants en vue d’une revente et d’une transformation (cf. La Calypso). Jusqu’à la fin des années 1960, les ferrailleurs de la Nationale 7, entre Le Kremlin-Bicêtre et Thiais, soldaient ainsi les comptes des deux décennies de conflits européens et coloniaux précédentes en vendant jeeps, GMC et même des avions d’observation. Cette présence paysagère prolongeant en quelque sorte la guerre a-t-elle ses équivalents ailleurs, sous quelles formes et sur quelles chronologies ? On pense évidemment au Vietnam comme aux liquidations du bloc de l’Est.

La valeur des surplus dépasse, par ailleurs, la modicité de leurs prix. Pratique par nature, le matériel militaire est aussi bien souvent portatif (la pelle « américaine »), démontable (lits « de camp » et tentes), commode (la vareuse et le pantalon à poches multiples), solide et rustique (la jeep). Outre la question des passeurs dans l’emploi de ces objets (anciens combattants ou non), on peut observer des reconversions inattendues : jeeps en régions de montagnes, DC3 desservant encore l’Amérique andine ou véhicules amphibies (type DUKW) employés dans l’ostréiculture ou la conchyliculture pendant longtemps. Quant aux voiturettes de mutilés réappropriées en tricycles géants pour enfants, le grotesque le dispute nécessairement au tragique mais colore les cultures de guerre d’éléments déviants.

Il existe en outre une véritable économie, souvent cyclique, du vintage. Blousons d’ « aviateurs » (allant de la veste de mouton aux bombers en passant par les copies des blousons réglementaires français), lunettes « de pilotes » (les Ray ban au premier chef), vestes de quart, chèches, rangers et pataugas etc. sont une chose … Une autre, beaucoup plus intéressante est celle des arts décoratifs de guerre. Cannes et pipes sculptées, chemises d’obus martelées et transformées en pots de fleur (comme il s’en vend à Sarajevo), zinc ou aluminium reconvertis en couverts, voire fragments de barbelés émoussés disent l’ennui mais aussi le besoin de conjurer la guerre. L’intrusion de l’objet de guerre édulcoré dans des intérieurs et à des fins décoratives est donc essentielle à étudier.

Enfin, l’ironie monumentale de certains sites ne laisse pas indifférent. Le lagon de Truk en Micronésie ou la base de Scapa Flow au nord de l’Écosse – abritant respectivement une partie des avions plongés dans la mer en 1945-46 et la flotte allemande captive, sabordée en 1919 –, devenus des sites courus de plongée en raison de leur exceptionnelle flore, faune et patrimoines militaires mêlés induisent une manière de touristification inédite.

4 – La collection : emplois et contre-emplois

Comment fait-on « collection » d’objets de guerre ? Considérée comme mineure, voire nauséabonde, la militaria n’a pas de vrai statut historique. « Passion futile », la collection militaire signale souvent de placides frustrés d’héroïsme et quelques « fana-mili » parfois inquiétants. Elle suscite néanmoins un important marché qu’alimentent antiquaires, armuriers, bourses aux armes, éditions et presses spécialisées…. Cette économie seconde de l’artefact intéresse autant sociologues, anthropologues, qu’historiens d’art, mais aussi marchands. Collectionneurs, experts, organisateurs d’événements font en effet la mode. En témoigne le goût récent pour les plaques, bracelets ou pendentifs d’identité militaires, avec numéros matricule qui peuvent atteindre des prix considérables. Pourquoi ?

La démarche cumulative conduisant à la collection est tout aussi intéressante. Au-delà de l’élément déclencheur (héritage, hasard, rencontres…) se trouve souvent un objet-fondateur (livret militaire, médailles …) annonçant un intérêt pour des pièces plus consistantes (sabre, fusil, munitions…) La plus ou moins grande proximité et familiarité avec les sites de batailles, de même qu’un enracinement culturel familial déterminent sans doute des vocations. Justement, qu’est-ce qui « fait collection » ? Si l’acquéreur raffiné (et fortuné) d’un sabre « à la mamelouk » complétant son décor Empire et le quêteur narcissique d’objets disparates et parfois illicites évoluent sur deux planètes, une approche de l’intérieur permettrait sans doute de pondérer le jugement. Thématiques, hiérarchies et systèmes de valeurs, à la fois matérielles et symboliques, demandent à être compris. Bref, quelle est la place de l’ « objet technique », de l’attirail, du harnachement, des armes blanches ou non, des insignes et uniformes ?.La dimension évocatoire de tels corpus renvoie à leur statut patrimonial, donc juridique. Entre risques de déprédation lors de fouilles sauvages et d’explosion dramatique d’arsenaux privés se situe la limite obscure de la légalité franchie par des collectionneurs-trafiquants.

Enfin, les jouets militaires ou guerriers sont à envisager. La soldatesque de plomb a ses passionnés de vitrines ou de kriegspielen réglés. Mais « la boîte de soldats » sert surtout des scénographies enfantines et plus brouillonnes que complètent panoplies et armes miniatures. Dans la construction de l’identité virile, ces jeux de guerre ont accompagné littératures d’aventure et d’édification nationale. Aujourd’hui, les logiciels d’immersion guerrière constituent un pan considérable du monde des gamers. Le processus d’accumulation, de réalisme et de violence conjugués mérite sans doute que des spécialistes du sang virtuel (infographistes, éditeurs de jeux video ou psychologues) se penchent sur la question.

De même, les collections publiques ne sont pas sans susciter un certain nombre de questionnements. S’il est en effet un lieu dans lequel s’incarne la tension des interactions entre les objets de guerre, souvenirs personnels et/ou hérités de celles et ceux qui les y déposent, et les politiques publiques de commémoration, c’est bien le musée. Or, lui aussi, évolue dans un environnement fluctuant et ce, pour plusieurs raisons. La première, évidente, tient à l’évolution de la demande sociale d’histoire qui oblige l’institution à des ajustements incessants au risque de voir sa fréquentation diminuer. Une seconde découle de la notion même de patrimoine, éminemment relative et donc évolutive. En exposant des objets aussi divers que cartes du combattant, jeux pour enfants et assiettes patriotiques, l’Historial de Péronne permet non seulement de matérialiser l’histoire culturelle mais renouvelle lors de son inauguration profondément la muséification de la Grande Guerre. D’ailleurs, on notera, toujours pour rester dans le domaine de la Première Guerre mondiale, que si ce champ historiographique est en France polarisé autour du débat entre la « contrainte » et le « consentement », cette diversité de perspectives n’a pas son équivalent muséographique. Dès lors, ce sont bien les politiques d’acquisition qu’il faut interroger en se demandant ce que l’on cherche à acquérir, restaurer, exposer et dans quelle intention mais, également, ce qui, sur ce qu’il convient vraisemblablement d’appeler un marché, détermine le prix de ces objets.

5 – La conservation

Le premier défi de la préservation concerne les situations d’élision ou d’absence visible de traces. En système génocidaire, la « présence de l’absence » repose sur l’infime et l’indiciaire contrastant avec le caractère industriel ou systématique du massacre. Ainsi, le rabougrissement du tas de cheveux des déportés du « Canada » d’Auschwitz – par décomposition de la kératine – pose un problème de fond :

Par effet chimique, la preuve de l’ampleur des crimes commis est menacée de signifier une diminution de l’horreur. Tout aussi ténue est la collection de photographies dite « Album Auschwitz » attestant de la Shoah ou la présence sans doute ultime des survivants à une cérémonie comme celle du 70e anniversaire de la « libération » du camp d’Auschwitz. À rebours, le matricule tatoué des déportés est devenu, pour la mémoire collective, le signe métonymique de l’ensemble du système concentrationnaire nazi, alors qu’il a été seulement appliqué à Auschwitz et après mars 1942. Hier sceau d’infamie pour les condamnés à la mort par le travail, aujourd’hui symbole de la Destruction des juifs d’Europe, ce signe est revendiqué par certains descendants de survivants, qui se le font tatouer pour enraciner une culture victimaire lancée à la face du monde. Par extension, comment commémorer comme victime de déportations massives (les Arméniens par exemple) ou comme vaincu, et souvent victime soi-même, de combats perdus ? Quel rapport l’ancien prisonnier de guerre a-t-il avec son uniforme de captif ?

Par ailleurs, dans des paysages militaires aujourd’hui dépourvus de stigmates et bien souvent illisibles au processus guerrier, quel statut accorder au fragment ? Le matériau archéologique fait de tessons, chargeurs, chemises d’obus ou de cartouches, morceaux d’armes blanches ou à feu, boutons, plaques de ceintures, ustensiles du quotidien, morceaux de barbelés… prennent, dans l’informe de la corrosion, une dimension inédite et de leur position de débris, une valeur signifiante – et accessoirement marchande – tout aussi nouvelle. Le retour à la guerre vécue des combattants, reflétant notre propre crainte de vivre ça, dévalue d’autant le trophée et ses fondements de bravoure normalisée. La portée idéologique d’une balle ou d’un shrapnell posés sur un meuble ou exposés dans un musée n’est pas celle d’une médaille encadrée et assument un rôle politique voire eschatologique pouvant remanier en profondeur notre réprésentance et, partant, les scénographies requises dans un monde post-nucléaire mais tout aussi dangereux.

Au reste, une guerre sans nom, sans lieu et sans visage se déroule toujours, celle des munitions de guerre. Mines et bombes (terrestres et marines) poursuivent en effet leur office, requérant des forces spécialisées (équipages de dragueurs, plongeurs démineurs, démineurs). Au-delà de la compétence professionnelle et des risques encourus, la fréquentation quotidienne avec ces matériels pose autant la question de leur manipulation – de ce fait de leur enseignement et leur apprentissage au titre de savoirs experts – que de leur conservation éventuelle. Démilitarisation, neutralisation, désactivation ne signifient pas exactement la même chose comme en témoigne le démantèlement périodique d’arsenaux privés dont la dangerosité dépasse le cadre individuel d’un collectionneur passionné. La rémanence des objets de guerre, devenus fétiches, participe en effet au processus létal de brutalisation des sociétés. C’est donc de la nature des discours dicibles sur ces mêmes objets dont il faut se préoccuper, tant sur le plan juridique que moral. En d’autres termes, tous les objets peuvent-ils s’équivaloir et pouvoir supporter les mêmes analyses de dédramatisation, neutralisation et banalisation au risque d’en assurer la recharge victimale ? L’édulcoration de la barbarie ou l’hyperesthétisation de la violence, que certains objets peuvent supporter sont donc clairement engagées.

En dernière instance, la mise en intrigue des objets par les reconstitutions historiques, les jeux de rôle et le cinéma requiert une véritable attention. Le rapport entre le matériel logistique et offensif d’une part et l’approche de l’arme individuelle, d’autre part, méritent une analyse circonstanciée. Outre la question de la plausibilité (Hollywood a beaucoup « germanisé », dans les années 1960-70, des matériels américains faute d’avoir des Tigre, Panther ou Messerschmitt sous la main) se pose celle de la sensibilité aux objets dans le reportage de guerre, l’image d’actualité ou de propagande, la fiction. Avant l’intrusion de l’infographie de substitution, l’univers du faux, de la réplique ou de la pale copie a longtemps prévalu. Quid alors du « réalisme » dont le fondement dépend des degrés de maturité ou de résistivité d’une société à ses propres besoins d’héroïsme sacrificiel ? La transfiguration événementielle à travers une représentation mimée renvoie donc autant aux anachronismes qu’à d’éventuelles distropies au sein desquelles l’objet, mythifié, vient faire récit.

Modalités pratiques

Les propositions de contribution, n’excédant pas une page et comportant une présentation des sources utilisées et de la problématique explorée, seront rédigées en Français ou en Anglais et devront être adressées avant le 1er septembre 2015.

Après examen des propositions, les auteurs retenus feront parvenir le texte de leur article (n’excédant 35.000 signes / 4.500 mots) pour le 31 mars 2016 au plus tard.

Une attention toute particulière sera accordée aux éléments iconographiques permettant d’étayer le propos.

Pour des raisons de coût de publication, les illustrations doivent être libres de droits.

Les propositions sont à adresser à

Patrick Harismendy : patrick.harismendy@wanadoo.fr ou Erwan Le Gall : legallerwan@ymail.com

Directeurs de projet

Patrick Harismendy, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Erwan Le Gall, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Comité scientifique

Luc Capdevila, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Patrick Harismendy, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Vincent Joly, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Erwan Le Gall, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

 

 

 

Journée d’études à Bruxelles : Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale (Allemagne, Belgique, France)

016106 copie

Journée d’étude à Bruxelles

Poésie(s) et littérature(s) combattante(s) de la Première Guerre mondiale

(Allemagne, Belgique, France)

 Second volet du projet culturel franco-allemand en Belgique après la lecture scénique « Les Morts Vivants » créée par la Cie Agora Theater à BOZAR (Bruxelles), le 23 septembre 2014.

Mercredi 04 mars 2015 de 09h00 à 17h30

Siège de la Représentation permanente du Land de Sachsen-Anhalt auprès de l’UE, 80, Boulevard Saint-Michel – 1040 Bruxelles

 

Le centenaire de la Grande Guerre est l’occasion de redécouvrir un gigantesque corpus littéraire consacré à la Première Guerre mondiale. Au sein de celui-ci, la littérature combattante occupe une place particulière. Dans la plupart des pays belligérants, les auteurs du front qui faisaient, ou avaient fait, l’expérience des tranchées et des grandes batailles, étaient en effet considérés comme particulièrement légitimes à « raconter la guerre ». Bien après le conflit, dans les années vingt et les années trente, la littérature de guerre joua encore un rôle considérable dans la construction de mémoires parfois concurrentes du conflit. La dimension comparative proposée par cette journée d’étude permettra de mettre à jour singularités, convergences et divergences entre ces trois pays. Elle offrira aussi l’opportunité de tester les frontières du genre « littérature combattante ». Les écrits et poèmes de résistants belges ou français n’étaient-ils pas une forme de littérature combattante ? Qu’en est-il des récits, journaux intimes et poèmes évoquant les expériences de l’exil ou de l’occupation ? La poésie permet-elle de « témoigner » de la guerre ? Quels sont les ressorts de l’écriture, en vers et en prose, de l’expérience de guerre ?

Cette journée rassemblera des spécialistes (historiens et littéraires) des littératures de guerre française, belge et allemande. Elle mettra plus particulièrement l’accent sur la poésie de guerre qui reste encore assez largement méconnue, en dépit du dynamisme des études consacrées à la littérature de guerre.

 

Inscriptions : entrée libre sur réservation obligatoire

RSVP auprès de Victorine Hugot : victorine.hugot@diplomatie.gouv.fr ou +32 2 548 88 76

 

Programme

08h30 : Accueil des participants

09h15 : Mot de bienvenue 

09h30 : Nicolas Beaupré Maître de conférences en histoire (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Institut Universitaire de France

Introduction

 

Partie 1 : L’écriture en guerre et ses enjeux

09h40 – 10h05 : Hubert Roland Maître de Recherches du F.R.S.-FNRS, professeur à l’Université catholique de Louvain

Die Lyrik zum Ersten Weltkrieg als deutsch-französische Gattung

La poésie sur la Première Guerre mondiale : naissance d’un genre littéraire commun, en France et en Allemagne

10h05 – 10h30 : Prof. Dr. Geert Buelens Utrecht University / Stellenbosch University

Flemish First World War Poetry: from Germany to Belgium as the Enemy

De l’ennemi allemand à l’ennemi belge : la poésie flamande de la Première Guerre mondiale

10h30 – 10h50 : Discussion animée par Benoît Majerus Historien, Université du Luxembourg

10h50 – 11h10

Pause


Partie 2 : Etudes de cas

11h10 – 11h35 : Philipp Redl Adjoint au président de l’université de Freiburg

Ernst Stadlers Kriegstagebuch

Le journal de guerre d’Ernst Stadler

11h35 – 12h00 : Pauline Breton  Doctorante en histoire contemporaine à Paris Ouest-Nanterre la Défense, chercheur-associée à la Bibliothèque nationale de France (département des manuscrits)

Georges Duhamel : « élégies » ou la narration des silences de « Vie des Martyrs »

12h00 – 12h20 : Discussion animée par Nicolas Beaupré

 

12h20 – 14h15

Repas

Partie 3 : Ecrire et combattre : la Belgique combattante à l’arrière et au front

14h15 – 14h40 : Emmanuel Debruyne Docteur en Histoire, résident à l’Institut d’Etudes avancées de Paris, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

« Il semble qu’à côté j’entends quelqu’un gémir » – écrits poétiques de condamnés à mort en pays occupé, 1914-1918

14h40 – 15h05 : Philippe Beck  Docteur en langues et lettres, chargé de cours invité à l’Université catholique de Louvain

Les écrivains combattants belges dans les années 20 et 30

15h05 – 15h25 : Discussion animée par Pieter Lagrou

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles

 

15h25 – 15h45

Pause

 

Partie 4 : De la guerre à l’après-guerre

15h45 – 16h10 : Benjamin Gilles Conservateur à la BDIC, responsable des collections imprimées et électroniques, doctorant en histoire contemporaine à l’EHESS

Publier la littérature combattante de la Grande Guerre. Une analyse de la production éditoriale française de 1914 à 2014.

16h10 – 16h35 : Jörg Lehman Département d’histoire, Université de Stuttgart

Vom Held zum Märtyrer. Die Sakralisation des Frontkämpfers in der Kriegsliteratur der Weimarer Republik.

Du héros au martyr. La sacralisation du combattant dans la littérature de la guerre dans la République de Weimar.

16h35 – 16h55 : Discussion animée par Bruno Benvido Historien, CegeSoma (Centres d’études Guerre et Société) – Bruxelles

16h55 – 17h15 : Iris Hildebrandt Magdebourg

Adrienne Thomas : “Die Katrin wird Soldat”. Ein Kriegsroman in historischer Perspektive und die politische Bildung zum 1. Weltkrieg.

Adrienne Thomas : “Catherine soldat”, un roman de guerre. Mise en perspective historique et éducation citoyenne sur la Première Guerre mondiale.

17h15 – 17h35

Débats et discussion conclusive

17h35

Réception de clôture

Gerda Henkel Scholarship 2015

Deadline: 28 february 2015

The International Research Center of the Historial de la Grande Guerre annually awards research grants to students who are currently engaged in research for a Ph.D. on the First World War or a subject directly related to the conflict.

Scholarships

The competition is open to French and foreign postgraduate students from all disciplinary backgrounds.The scholarship will be awarded to a candidate whose research is may contribute to the candidate’s career. For Henkel Foundation scholarship, applicants must be 35 years old maximum  at the time of the scholarship application.
The deadline for submitting an application is 28 february 2015 . Candidates should submit an application (in French or in English)  of not more than 20 pages containing the following:

 

• a C.V.(indicating the date of birth)
• a covering letter
• a letter from the Ph.D. supervisor
• an annotated bibliography
• an outline of sources consulted or to be consulted
• a summary of the thesis argument
• an outline of the thesis
Please note that it is necessary to submit 14 copies of the application. Send it by mail : Caroline Fontaine Centre de Recherche, Historial de la Grande Guerre, Château de Péronne, BP 20063, 80201 Péronne cedex and one by Email : c.fontaine@historial.org
For further information, please do not hesitate to contact:
c.fontaine@historial.org
tel 00 33 (0)3 22 83 54 13