Bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre : 23 janvier 2017, date limite pour déposer une candidature

23 janvier 2017 : date limite dépôt de candidature aux bourses du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Le Centre International Recherche de l’Historial de la Grande Guerre attribue chaque année des bourses (non renouvelables) à des étudiants de thèse (Phd), chercheurs français ou étrangers de toutes les disciplines, réalisant leurs recherches sur les causes, le déroulement ou les conséquences de la Première Guerre mondiale.

Poser sa candidature

La bourse sera décernée, pour une seule année, à un candidat dont la recherche est susceptible de contribuer à sa carrière. Les candidats devront être âgés de 35 ans maximum  au moment de la demande de bourse.

Pour poser sa candidature, il faut nous faire parvenir, pour le 23 janvier 2017 , un dossier de 20 pages maximum (le s deux langues de travail sont le français ou l’anglais)  en 10 exemplaires ainsi qu’une version électronique ( c.fontaine@historial.org) composé des éléments suivants :

  • un C.V  (en indiquant la date de naissance);
  • une lettre de motivation ;
  • une lettre du directeur de recherche ;
  • une bibliographie raisonnée ;
  • une analyse des sources ;
  • un résumé de la problématique ;
  • le plan du travail.

à Caroline Fontaine,  Centre de Recherche, Historial de la Grande Guerre

Château de Péronne  BP 20063

80201 Péronne cedex

Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous contacter :  c.fontaine@historial.org

Scholarship

Deadline: 23 january 2017

The International Research Center of the Historial de la Grande Guerre annually awards research grants to students who are currently engaged in research for a Ph.D. on the First World War or a subject directly related to the conflict.

Scholarships

The competition is open to French and foreign postgraduate students from all disciplinary backgrounds.The scholarship will be awarded, for one year,  to a candidate whose research is may contribute to the candidate’s career. Applicants must be 35 years old  maximum at the time of the scholarship application.
The deadline for submitting an application is 23 january 2017 . Candidates should submit an application (in French or in English)  of not more than 20 pages containing the following:

 

• a C.V.(indicating the date of birth)
• a covering letter
• a letter from the Ph.D. supervisor
• an annotated bibliography
• an outline of sources consulted or to be consulted
• a summary of the thesis argument
• an outline of the thesis
Please note that it is necessary to submit 14 copies of the application. Send it by mail : Caroline Fontaine Centre de Recherche, Historial de la Grande Guerre, Château de Péronne, BP 20063, 80201 Péronne cedex and one by Email : c.fontaine@historial.org
For further information, please do not hesitate to contact:
c.fontaine@historial.org
tel 00 33 (0)3 22 83 54 13

 

« Nicht ärgern, nur wundern » Gerd Krumeich

 Nicht ärgern, nur wundern[1]

Gerd KRUMEICH (Émérite de l’Université de Düsseldorf et Vice-Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Le visiteur qui entre dans la salle 3 de l´Historial de la Grande Guerre aperçoit un un imposant panneau en bois (4 m/1,40 m) sur lequel est inscrit : en lettres soignées « Nicht ärgern nur wundern ». Cet objet est un dépôt de l’Imperial War Museum de Londres depuis 1992, date de l’ouverture du musée.[2]

photo-nicht

Photo Yazid Medmoun

De quoi s´agit-il et que signifie cette inscription ?

Pour ce qui est de la première partie de la question, la réponse est simple : il s’agit d´un panneau que les soldats britanniques ont découvert quand ils entrèrent dans Péronne, début avril 1917 après la retraite des Allemands vers la Ligne Siegfried. Ce panneau était fixé au fronton de l´Hôtel de Ville de Péronne, à moitié détruit. Les britanniques traduisirent l´inscription de la manière suivante :

« Don´t wonder, just admire ».

Et ils imaginèrent que les allemands se moquaient d´eux en les invitant à ne pas s´étonner de ce beau bâtiment détruit par leurs soins et à admirer cette autre et énorme barbarie des « Huns ». Ils le photographièrent et diffusèrent immédiatement l´image, diffusion relayée également par les Français.

9 - Principal
Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

Mais que signifie donc cette inscription allemande ? La traduction faite par les Britanniques et les Français est incorrecte.  Les traducteurs des deux langues n´ont pas fait la distinction entre « wundern » et bewundern ». Or, « Sich wundern » correspond à : s´étonner, tandis que « bewundern » signifie en effet : admirer.

La traduction correcte serait donc : « Ne vous fâchez pas, étonnez-vous seulement »

Mais, qu’ont voulu dire les soldats allemands avec cette inscription aussi soigneusement accrochée à l ´Hôtel de ville en mars 1917 ?

Il y a vingt ans, je n’avais pas de réponse précise et je plaidais pour une l’interprétation selon laquelle les soldats allemands utilisèrent un proverbe bien connu entre soldats désabusés : « Ne t’en fais pas, tu ne peux rien faire : Regarde ce que détruit la guerre, vous et nous on est pareil » (14/18 aujourd´hui  No. 2 (1999), p. 12 à 16).

Malheureusement,  la mauvaise interprétation par la propagande britannique et française  a été reprise dans des ouvrages récents, notamment dans le « Larousse de la Grande guerre » (p. 259).

Aujourd’hui, (décembre 2016) il me semble que nous nous approchons de la solution grâce à deux sources nouvelles.

La première est le journal d’Hugo Natt, médecin au Quartier général de la 56è division, Rég. d´Inf. No. 118 : remis à la Bibliothek für Zeitgeschichte il y a quelques années par les héritiers d’Hugo Natt.Nous en avons publié de longs extraits dans le livre « Die Deutschen an der Somme » éd. G. Hirschfeld, G. Krumeich, I. Renz, Stuttgart 2006 seconde édition 2016 – je cite d´après cette nouvelle édition, enrichie de textes et de documents nouveaux. Le docteur Hugo Natt décrit, dans son Journal depuis le front, les débuts de l’action « Alberich » en 1917. Cela commence par une longue description de l ´Hôtel de ville de Péronne, qui lui semble, à la date du 20 février (p. 249s.), particulièrement atteint à l’intérieur, « ce que l´on ne voit pas depuis la rue ». Il décrit l’état de destruction complet dans lequel se trouvait le Musée Alfred Danicourt, situé dans le bâtiment de l´Hôtel de ville. Il décrit aussi comment les soldats allemands, pour mieux protéger leurs abris dans la cave, ont utilisé des œuvres d´art et documents, pour faire une sorte de rempart contre de nouvelles grenades et bombes. Le 3 mars 1917, il décrit avec précisions les différentes tentatives des soldats allemands pour démolir « le grand bâtiment de la Gendarmerie nationale », bien qu´on ait inséré plus de 50 kg d’explosifs dans des trous qu´on avait percés dans les murs.

5 mars 1917 : Depuis deux jours, on détruit d´une façon systématique la ville de Péronne. Et Natt de commenter : « Face à l´Hôtel de ville c´est le désert des maisons, dont on a arraché le front ».

Le 11 mars, il reprend : « Au fur et à mesure qu´on a détruit, le feu a pris dans les rues de Péronne. Aujourd’hui c´est un aviateur anglais qui apparait et qui projette des bombes. On a du se réfugier dans les caves. » (p. 252).

Le 15 mars le Dr. Natt se trouve à Hancourt et il décrit les pièges que les soldats allemands, en se retirant de la ville, ont fabriqué pour les anglais qui vont arriver : « On a entre autres placé des grenades à main derrière les portes, de manière qu´elles explosent quand qn., appuie sur la poignée de porte. (p. 254). On a aussi (« malheureusement, » dit Natt) coupé tous les arbres fruitiers. Même dans le cimetière on a coupé les arbres. »

Et le 23 mars, se situant à Maubeuge il note dans son Journal un entretien avec un certain Lieutenant Ronenberg qui « est parti de Péronne le dernier » (p. 256). « Il nous a raconté avec grande fierté des surprises (que je trouve hors de tout bon gout) qu´ils ont laissées pour les anglais. Ils avaient, entre autres, placé sous un vieil abri une table garnie de deux assiettes, sur lesquelles avait mis des rats et des harengs ainsi qu´un verre de brut et une fiche où on avait écrit : « Cher Tommy, bon appétit ! Ne te fâche pas, étonne-toi seulement ». On avait aussi mis un tas de grenades à main qui allait exploser quand on y touchait.

C´est une description très dense et précise du « travail de destruction » opéré par les soldats allemands lors de leur retraite sur la ligne Siegfried en mars 1917.

Est-il donc vrai qu´ils ont donc délibérément tout détruit ou miné et laissé une inscription hautement cynique sur le fronton de l´Hôtel de ville ? C´est l´interprétation classique, bien sûr, mais est-elle pertinente ?

Nous savons en effet que les soldats français et britanniques tentaient depuis 1915 de « déloger« les Allemands de Péronne. Et que bien entendu cela a provoqué un grand nombre de destructions et contraint les allemands à faire partir à l’arrière ou vers la France non occupée la grande majorité de la population.

Or, à cet égard, nous disposons maintenant d´une source profonde et particulièrement riche en détails, à savoir le journal quotidien de Pierre Malicet, magistrat à Péronne.  Le livre2, édité par les soins d´Annie Deperchin (http://bit.ly/2gIpX3u) , membre de Centre international de recherche de l´Historial, est un formidable document, excellent surtout par l’esprit d´équité, de détachement, d´ « objectivité » de l’auteur qui rappelle le fameux « Journal d´un bourgeois de Paris », l´un des meilleurs textes du Moyen Age. Or, Pierre Malicet décrit, au jour le jour, ce qu´il vit et ce qu’il se passe. Il constate en septembre 1914 que souvent les officiers des troupes françaises venant dans la ville après le premier départ des allemands (11 septembre 1914) sont pires que les soldats allemands. Il décrit aussi, plusieurs fois, la façon dont la populace profite des réquisitions et destructions opérées par des allemands pour s´approprier tout bien laissé dans les maisons, surtout le vin dans les caves.

Lundi, 11 janvier 1915, il note :

« Il parait que la fabrique de Flaucourt a été détruite par les obus français ; des habitants ont été tués. On affirme que des obus sont tombés près de la Clinique du Quinconce et près du Château ; un chauffeur de l´Etat-major a raconté qu´il allait arriver 50.000 Allemands le 15 et que Péronne serait bombardée et évacuée. En tout cas, les blessés allemands quittent tous la ville. »

Et Mardi, 4 juillet 1916

« « … Le matin tout est calme, puis on entend la fusillade et le gros canon. Je sors sur la place pour la première fois depuis 8 jours. Il y a du monde dans les rues. Tout le haut de la maison Cocud est broyé ainsi que la devanture du café St. Jean devant lequel une bombe a creusé un grand entonnoir. Rue du Sac, la maison Rubé est affreusement broyée : les étages sont tombés au rez-de-chaussée. C´est l´amoncellement de débris. Dans tous les quartiers, c´est la même chose. Une bombe a frappé l´Hôtel de Ville, a traversé le musée, brisé le plafond du cabinet des maires et est ressortie sur la place à travers le mur en pierres de taille. Heureusement, nos édiles étaient sortis depuis 10 minutes. Le campanile est criblé de trous ; l´horloge est enfoncée. On ne parlera plus de « l´heure du campanile ». Une bombe est tombée sur la place a fait sauter le pavé par-dessus les hautes maisons de la place (…) Des civils profitent du bombardement allié] pour piller les maisons éventrées. La bijouterie Tellier a été mise à sac, mais il parait que c´est par des soldats [allemands]. (…).

Mercredi 5 juillet

« Toujours de très gros coups de canon français martèlent sans cesse la ville de ses coups sourd et destructeurs. On dit que les hommes de Péronne ont été emmenés à St. Quentin, puis à Solesmes. Le soir, la bataille fait rage, les canons se répondent avec acharnement ».

Formidable récit déconcertant, puisque, en fin de compte, on peine à comprendre qui a détruit quand et, pourquoi et comment. « Les gros canons se répondent ». Voilà, il me semble, la clé de l´énigme. Péronne, particulièrement atteinte par des bombardements alliées, est achevée sans vergogne par les allemands lors de leur retraite en 1917. Et l´inscription fameuse sur l´Hôtel de ville de Péronne ? Pourquoi cet effort d´écriture aussi précise et cynique. Il me semble maintenant que ce grand panneau en bois, posé sur la façade détruite du bâtiment, n´a rien à voir, en réalité, avec la destruction de l´hôtel de ville en particulier. Ce bâtiment est détruit depuis bientôt un an à ce moment-là. Et je ne pense pas qu´il ait pu intéresser d´une façon particulière les soldats allemands bien habitués à toute sorte de destruction par tout un chacun. Le gros panneau ne dit, qu´en grandes lettres, ce que dit la petite fiche, posée sur la table préparée pour l’explosion, et que cite le Dr. Natt Je l´interprète de la façon suivante: « Tommy, ne t’en fais pas, si tu te trouves déchiré pour notre plaisir. Nous avons juste fabriqué un autre truc de la destruction universelle que nous, les soldats de toutes les armées, pratiquons tous et tous les jours. »

Gerd KRUMEICH (Émérite de l’Université de Düsseldorf et Vice-Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

[1] Je remercie Annie Deperchin  et Caroline Fontaine de leur travail assidu de rendre en français correct le texte que j´ai soumis.

(2) « Le Journal de Guerre de Pierre Malicet – Un magistrat des territoires occupés pendant la Première Guerre mondiale » Texte présenté et annoté par A. Deperchin, Publié par le Centre d’Histoire Judiciaire de Lille, 2016         ISBN : 2-910114-34-1 Prix : 25€ TTC.                        En vente à l’Historial de la Grande Guerre et en ligne :  http://www.historial.org/Informations-pratiques/e-Boutique

 

Conférence d’Anne Rasmussen : Les hygiénistes militaires et l’environnement, de la Grande Guerre aux années 1920

Mardi 6 décembre 2016, 18H30, aux Archives départementales de la Somme, 61 rue Saint-Fuscien, 80 000 AMIENS

Anne RASMUSSEN (Université de Strasbourg) :

Les hygiénistes militaires et l’environnement, de la Grande Guerre aux années 1920

Carte postale, "l'hygiene au front"
Carte postale, « l’hygiene au front »

Dans les guerres du XIXe siècle, la maladie a tué bien plus que le feu du champ de bataille. En 1914, fortes de cette connaissance statistique, les armées issues de la mobilisation générale font de la santé publique – celle des troupes, celle des populations civiles – une préoccupation majeure pour la défense de la nation. Pourtant, plutôt que les grandes épidémies redoutées, ce sont de nouveaux problèmes sanitaires qui surgissent dans la guerre de siège du front occidental, et qui font de l’hygiène en relation à l’environnement de la bataille un enjeu critique.

Lieu : Archives départementales de la Somme,

61 rue Saint-Fuscien, 80 000 Amiens.

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscriptions et renseignement: http://bit.ly/1HI14BY  c.fontaine@historail.org et 03 22 83 54 13

 

 

 

Appel à communication : Les mutineries de 1917 cent ans après

Les mutineries de 1917 cent ans après.
A l’occasion du centenaire de l’année 1917, la Fédération des sociétés historiques de l’Aisne souhaite resituer le phénomène des refus collectifs dans le contexte plus large du premier conflit mondial. L’armée française a-t-elle été la seule à être confrontée à ce mouvement d’ampleur ? La réponse est évidemment non, mais alors quelles ont été les formes de désobéissance et de rébellion dans d’autres armées ? Pour tenter d’y répondre, la Société historique de Soissons en partenariat avec le Département de l’Aisne souhaite réunir des historiens qui présenteront les différents mouvements de refus qui ont touché les différentes armées durant la Grande Guerre. Si le front occidental sera privilégié, d’autres espaces en guerre pourront être étudiés.
D’autre part, il sera proposé d’aborder, sous forme de table ronde, la question de la perception des mutineries de 1917 dans l’espace public aujourd’hui. En effet, quels enjeux politiques et sociaux
revêtent encore aujourd’hui les refus collectifs de guerre et ses représentations culturelles toujours ?
Lieu : Soissons Dates prévisionnelles : vendredi 9 et samedi 10 juin 2017
– vendredi 9 juin : journée d’étude : 8 octobre intervenants, pause déjeuner le midi, projection le soir
– samedi 10 juin : table ronde, conclusion de la journée précédente et débat « Les mutineries de 1917 aujourd’hui »
– samedi 10 juin : visites des sites de mutineries à Pargnan (75e RI) et Maizy (77e DI), passage au nouveau monument de Roucy.
Les journées d’étude pourront faire l’objet d’une publication.
________________________________________________________________________
Si vous souhaitez participer soit à la journée d’étude du 9 juin, soit à la table ronde du 10, merci de nous envoyer quelques lignes de présentation avant le 15 février prochain. Les interventions de la journée d’étude du 9 seront limitées à 40 minutes maximum
Les frais de déplacement pourront être pris en compte.
Projet proposé par la Société Historique de Soissons et Soissonnais 14-18
Renseignements : drsahs@orange.fr

Lauréats 2016 des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Vendredi 11 novembre 2016, à l’Historial de la Grande Guerre, sous la présidence de Laurent Somon, Président du Conseil départemental de la Somme, s’est déroulée la cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre.

De droite à gauche : Stéphane AUDOIN-ROUZEAU (Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG), Séverine MORDANCQ (Présidente de l’Historial de la Grande Guerre), Alina ENZENSBERGER, Marcel KÜSTERS, Enika NGONGO, Annette BECKER (Vice-Présidente CIRHGG), Aude-Marie LALANNE-BERDOUTICQ, Carl-Eric LINSLER, Gizem TONGO, Gerd KRUMEICH (Vice-pdt du CIRHGG), Laurent SOMON (Président du Conseil départemental de la Somme Jean-Jacques BECKER (Pdt d’honneur CIRHGG).
De droite à gauche : Stéphane AUDOIN-ROUZEAU (Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG), Séverine MORDANCQ (Présidente de l’Historial de la Grande Guerre), Alina ENZENSBERGER, Marcel KÜSTERS, Enika NGONGO, Annette BECKER (Vice-Présidente CIRHGG), Aude-Marie LALANNE-BERDOUTICQ, Carl-Eric LINSLER, Gizem TONGO, Gerd KRUMEICH (Vice-pdt du CIRHGG), Laurent SOMON (Président du Conseil départemental de la Somme Jean-Jacques BECKER (Pdt d’honneur CIRHGG).

Les lauréats sont :

Alina ENZENSBERGER, German Military Hospitals at the Home Front Military Planning, Soldiers’ Experience, and Collective Imagination of a Social Space in the Great War, 1914-1918, Université  Humboldt de Berlin,  sous la direction du Professeur. Gabriele Metzler

Marcel KÜSTERS, Les journaux de tranchées allemands, Première Guerre mondiale, Univ. Heinrich Heine  Düsseldorf, sous la direction du Professeur, Gerd Krumeich.

Aude-Marie LALANNE-BERDOUTICQ, Masculinité et discours médical en France et en Angleterre, 1914-1918, Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, sous la direction d’Annette Becker

Carl-Eric LINSLER, Jewish Experiences of the First World War: A Franco-German Family Biography, Technical Université de Berlin, Center for Research on Anti-Semitism, sous la direction du Professeur Stefanie Schüler-Springorum.

Enika NGONGO, L’administration coloniale belge et les populations congolaises dans la Première Guerre mondiale : entre adaptation et résistance (1914-1940), sous la direction du Professeur Nathalie Tousignant de l’Université-Saint-Louis – Bruxelles et du Professeur Patricia Van Schuylenbergh du  Musée Royal de l’Afrique centrale.

Gizem TONGO, Ottoman Painting and Painters during the First World War, Oriental institute d’Oxford sous la direction du Professeur Laurent Mignon

Date limite pour déposer un dossier de candidature :

lundi 23 janvier 2017

Pour tout renseignement :  http://bit.ly/1ULlprt

in english :    http://bit.ly/2d2yBfs

sommemissioni2em-sq28_gerda_henkel_stiftung_logo_zoom

PIERRE BERGOUNIOUX à l’Historial, vendredi 11 novembre, 15H

INVITATION

le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter

Vendredi 11 novembre 2016

Historial de la Grande Guerre, Péronne

15H : Table ronde  « PIERRE BERGOUNIOUX, un écrivain, l’histoire, la Grande Guerre »

17H : Remise des bourses Gerda HENKEL du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre 2016, par Monsieur Laurent Somon, président du Conseil départemental de la Somme

18H : Verre de l’amitié

Photo : Frédéric Wandelère
Photo : Frédéric Wandelère

PIERRE BERGOUNIOUX, un écrivain, l’histoire, la Grande Guerre

 « On s’enfonce dans l’épaisseur qui nous sépare de la couche profonde où reposent les secrets. (…) Alors on peut essayer de saisir ce qui nous déconcerte et nous fuit, chercher à récupérer la part oubliée, méconnue, de nos vies. » Pierre Bergounioux, L’héritage, Argol, 2002-2008.

L’écriture de Pierre Bergounioux est incluse dans le projet de toute une vie : revenir aux origines, celle de sa région de Brive, la Corrèze, « dire les commencements ». Ce fils d’un orphelin de guerre ne pouvait que trouver la Première Guerre mondiale sur son chemin d’écrivain.  Et les membres  du centre international de recherche de la Grande Guerre qui ont  fait de leur objet, une « matrice », un « laboratoire » pour le siècle ont  tenu à  le rencontrer.

Pierre Bergounioux présentera sa/ses conceptions  de l’histoire et de la guerre, puis Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne), Annette Becker (Université de Paris-Nanterre) et Carine Trevisan  (Université Paris Diderot – Paris VII) et le public dialogueront avec lui, table ronde modérée par Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS).

L’acteur Jean-Pierre Becker lira des textes de Pierre Bergounioux et d’autres écrivains en guerre ou sur la guerre.

Pierre Bergounioux, que nous remercions chaleureusement pour sa présence,  dédicacera ses livres.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

 

L’occupation de la Somme, conférences de Gerd Krumeich et Philippe Nivet Vendredi 21 octobre, 19H, Amiens

INVITATION

A l’occasion des journées nationales de l’Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (Programme : http://bit.ly/2dImvdK ) organisées à Amiens le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter

Vendredi 21 octobre 2016, à deux conférences sur le thème de l’occupation de la Somme par Gerd Krumeich et Philippe Nivet :

19h00 : Gerd Krumeich (Université de Düsseldorf) :

L’occupation allemande dans la Somme.

Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun
Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

L’armée allemande s’installe dans la Somme dès la fin de 1914, redoutant et se préparant à une offensive majeure des armées alliées dans cette région. La période des grandes batailles et le retrait des troupes allemandes sur la ligne Siegfried puis sur la frontière, s’accompagnèrent de dévastations produites par des destructions « stratégiques » méthodiques et systématiques. Cette conférence souhaite revenir sur ce qui s´est vraiment passé dans la Somme entre 1914 et 1918.

20H00 : Philippe Nivet (Universiét de Picardie Jules Verne) :

 Présentation de cas particuliers de l’occupation

Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre
Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre

À la suite de l’évocation des Allemands sur la Somme sera abordée la question de la vie des civils sahariens en zone occupée, en particulier dans le contexte de la bataille de la Somme. La communication se fondera sur des témoignages, en particulier ceux du journaliste Henri Douchet (Fasol) et d’Henriette Thiesset, de Ham.

ATTENTION !  Lieu : Hôtel du Conseil départemental de la Somme,

Salle Max Lejeune,

33 rue de la République, 80 000 Amiens

Entrée libre, inscription obligatoire

Pour tout renseignement et inscription : c.fontaine@historial.org et 03 22 83 14 18

 

 

Conférences et Tables rondes

Programme Octobre/décembre

Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

●Samedi 8 octobre 2016, 16H : Table ronde aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois

 « Partir en guerre, partir pendant la guerre, partir après la guerre. 1914-1923 »

Réfugiés, 1916Réfugiés, 1916 – Coll. Historial de la Grande Guerre

Conseil départemental du Loir et Cher, salle Lavoisier Place de la République 41 000 BLOIS

 

Intervenants : Annie Deperchin  (Université de Lille II), Annette Becker (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense), Philippe Nivet  (Université de Picardie Jules Verne), présidée par Stéphane Audoin-Rouzeau  (EHESS)

Jamais auparavant sans doute, autant hommes, de femmes et d’enfants ne s’étaient vus obligés de partir  que lors de la Grande Guerre. Départs multiples : celui des hommes en âge de combattre, immédiat et massif, et à de très longue distance parfois (soldats américains, soldats des Dominions, soldats des colonies). Mais les civils ont dû partir aussi, et nombreux, lors des grands exodes provoqués par l’avance des armées adverses. Les déportations furent d’autres formes de départs encore, qu’il s’agisse des Arméniens de l’empire ottoman ou d’autres groupes considérés comme trop peu sûrs (Juifs de Russie). Quant aux violences multiformes de la sortie de guerre, elles provoqueront à leur tour de nouveaux arrachements

——————-

●Vendredi 21 octobre 2016, deux conférences à AMIENS  sur

L’occupation allemande dans la Somme

19H00 : Gerd Krumeich  (Université de Düsseldorf) :

L’occupation allemande dans la Somme,

Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun
Jeux de cubes patriotique. Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

L’armée allemande s’installe dans la Somme dès la fin de 1914, redoutant et se préparant à une offensive majeure des armées alliées dans cette région. La période des grandes batailles et le retrait des troupes allemandes sur la ligne Siegfried puis sur la frontière, s’accompagnèrent de dévastations produites par des destructions « stratégiques » méthodiques et systématiques. Cette conférence souhaite revenir sur ce qui s´est vraiment passé dans la Somme entre 1914 et 1918.

20H00 : Philippe Nivet  (Université de Picardie Jules Verne) :

Les populations occupées dans la Somme

Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre
Soldat allemand et deux fillettes (Somme, 1916) Coll. Historial de la Grande Guerre

À la suite de l’évocation des Allemands sur la Somme sera abordée la question de la vie des civils sahariens en zone occupée, en particulier dans le contexte de la bataille de la Somme. La communication se fondera sur des témoignages, en particulier ceux du journaliste Henri Douchet (Fasol) et d’Henriette Thiesset, de Ham.

 Conseil départemental de la Somme, Hôtel du département, Salle Max Lejeune, 33 rue de la République 80 000 AMIENS

—————————–

●Samedi 11 novembre 2016,  Historial de la Grande Guerre,   PÉRONNE

15H : Table ronde : Pierre Bergounioux, un écrivain, l’histoire et la Grande Guerre.

Avec Pierre Bergounioux, Carine Trévisan, Annette Becker et Nicolas Beaupré

Un comédien lira des poèmes et des textes en introduction et en conclusion de la table ronde.

17H00 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

———————

● Mardi 6 décembre 2016, aux Archives départementales de la Somme, 61 Rue Saint-Fuscien, 80000 AMIENS ,  Conférence :

18H30 : Anne RASMUSSEN (Université de Strasbourg) :

Les hygiénistes militaires et l’environnement, de la Grande Guerre aux années 1920

n-12-carte-postale-lhygiene-au-front-coll-historial-de-la-grande-guerre

Dans les guerres du XIXe siècle, la maladie a tué bien plus que le feu du champ de bataille. En 1914, fortes de cette connaissance statistique, les armées issues de la mobilisation générale font de la santé publique – celle des troupes, celle des populations civiles – une préoccupation majeure pour la défense de la nation. Pourtant, plutôt que les grandes épidémies redoutées, ce sont de nouveaux problèmes sanitaires qui surgissent dans la guerre de siège du front occidental, et qui font de l’hygiène en relation à l’environnement de la bataille un enjeu critique.

 

Programme sous réserve de modification merci de vérifier au moment de votre inscription et de votre venue.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Pour tout renseignement/inscription :  c.fontaine@historail.org et 03 22 83 54 14 18

 

Bonjour à toutes et à tous,

Nous sommes au regret de vous annoncer l’annulation du Café d’Histoire à l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)  «Les aérodromes et les sites aéroportuaires, civils et militaires dans la Somme» du mardi 31 mai 2016 à 19H00.

Monsieur Maisonneuve (l’intervenant) a été hospitalisé d’urgence et ne pourra assumer son intervention.

Nous espérons reporter cet évènement ultérieurement,  nous ne manquerons pas de vous en informer.

Merci de votre compréhension.

Bien cordialement

 Clotilde Leurs

Historial de la Grande Guerre