Historial 2

Exposition franco-allemande « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum »

Pour ceux de nos lecteurs, nombreux, qui seront au cours de ce weekend à Blois pour les Rendez-vous de l’Histoire, nous vous conseillons une pépite à ne pas rater : une exposition franco-allemande originale et novatrice, préparée par des étudiants des universités de Freiburg, Berlin, Paris I et Nanterre et portant sur la côte 108.

Historial 2Intitulée « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum », elle sera présentée les vendredi 10 et samedi 11 octobre à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (9 Rue de la Chocolaterie, pas loin de la gare), dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois.

Les étudiants concepteurs se feront un plaisir de vous accueillir  lors d’une des visites guidées (vendredi 10 octobre 11h30 et 14h ; samedi 11 octobre 10h et 14h). Ils vous invitent également à la présentation débat le samedi de 12h à 13h.

Voici la présentation succincte du projet par son responsable scientifique, Fabien Théofilakis :

La côte 108 à Berry-au-Bac :
Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

Historial 3
Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous conduisons un projet autour de la cote 108, ligne d’affrontement entre Français et Allemands à partir de septembre 1914. A la jointure entre la Marne et l’Aisne, à l’extrémité du Chemin des Dames, la zone a traversé le conflit et sa mémoire : le village, Berry-au-Bac, complètement détruit, a été classé en 1937 comme monument historique. Or, cette zone d’affrontement est restée fermée au public jusqu’à nos jours.
Le projet a deux objectifs : mettre en valeur ce site historique et à l’insérer dans une contextualisation large. Trois axes ont été retenus :
1) la centralité de cette zone de contact et de combat qui permet de suivre la radicalisation des expériences de guerre sur le front militaire
2) la mobilisation croissante des individus, des sociétés, des nations, révélatrice du processus de totalisation à l’œuvre à partir de 1914 et de ses impacts
3) la dimension franco-allemande qui traverse ces histoires nationales devenues mémoire européenne

Historial 1Pour y parvenir, le projet qui doit durer cinq ans (2014-2018) a été conçu selon des thématiques « emboîtées » :
1) 1ère année (2014) : l’expérience combattante centrée sur les soldats, allemands et français de la côte 108, et leurs relations interpersonnelles avec leurs proches.
2) 2ème année (2015) : élargissant l’étude à l’échelle régionale, le second axe considère la côte 108 dans la perspective des états-majors français et allemands et s’intéresse aux stratégies comme aux tactiques mises en œuvre sur les champs de bataille.
3) 3ème année (2016) : l’intervention de l’Etat intervient pour entretenir ou accroître la mobilisation culturelle des sociétés en guerre en France et en Allemagne.
4) 4ème année (2017) : la guerre s’achève sur les champs de bataille en novembre 1918, mais quand s’achève-t-elle pour les combattants ? pour leurs proches ? L’examen de la sortie de la guerre fournira le thème de cette quatrième thématique.
5) 5ème année (2018) : la dernière année sera consacrée au thème du souvenir des commémorations de l’immédiat après-guerre jusqu’à l’époque contemporaine.

2014-08-02 15.02.39De jeunes historiens français et allemands au cœur du projet
Nous avons voulu fonder cette dynamique de recherche et de sensibilisation sur une forte implication de la dimension franco-allemande en confiant à des étudiants en Master, français et allemands, l’activité de recherche dans les archives et son exploitation pour une durée de deux fois deux ans (2014-2015, 2016-2017) et d’un an en 2018. Cela permet de leur apprendre le « métier d’historien » en les impliquant dans une aventure humaine et historienne européenne et de lier des contacts étroits avec des étudiants qui aiment l’histoire ou/et veulent en faire leur métier.

La participation au projet, fondée sur le volontariat motivé par un intérêt pour la thématique, pour le travail collectif, voire le pays partenaire, consiste à prend part aux séjours organisés, à réaliser des recherches en archives sur la thématique annuelle et à réaliser en commun une exposition thématique annuelle.

Réalisations (2014)
La première année qui s’est achevée avec une journée de manifestations le 2 août 2014 à Berry-au-Bac autour de l’inauguration de treize panneaux d’exposition conçus et rédigés à quatre mains dans une perspective binationale.
L’exposition sera présentée aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois les 10 et 11 octobres 2014 à l’Ecole nationale supérieure du paysage et de la nature (visites guidées le vendredi 10 à 11h30 et 14h ; le samedi à 10h et 14h ; présentation débat le samedi 11 de 12h à 13h). Elle circulera dans l’Aisne, partira ensuite à Fribourg en novembre et sera accueillie en janvier-février à la BDIC (Nanterre).

Un site internet a été créé qui contient, outre une présentation détaillée du projet, les comptes rendus des différents séminaires et le portrait des différents participants.
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

Deux blogs, en France et en Allemagne, continuent le travail croisé sur le projet :
http://cote108.hypotheses.org/
http://hoehe108.hypotheses.org/

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur :
Facebook : cote108
Twitter : @cte108

Cie Ecart Theatre 4 - credit photo Sarah Oday

De la Grande Guerre au festival d’Avignon, saison 2

Comme l’an passé Corinne François-Denève, Maître de conférences en Lettres à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) a chroniqué les pièces ayant pour thème la Grande Guerre au festival d’Avignon. Elle nous a aimablement fait parvenir ses critiques . Voici son texte :

De la Grande Guerre au festival d’Avignon, saison 2

Curieux festival que ce festival 2014… Guerre des tranchées avec la ministre, grève larvée avec le nouveau directeur du festival, si on en juge par les pancartes peu amènes à son endroit de certains intermittents-manifestants. S’il s’est finalement tenu, ce festival laisse ouvertes de nombreuses questions sur son avenir – ou plutôt sur son double avenir, celui du « in » (raccourci ? Moins ambitieux et dispendieux ?) et celui du « off » (plus régulé ? plus transparent ?).

Hasard du calendrier, ce festival 2014, qu’Olivier Py avait voulu « politique », et qui s’est affiché « vigilant et intranquille » était aussi celui qui marquait l’entrée dans l’ère des commémorations de la Grande Guerre. Nul étonnement à voir nombre de spectacles « sur » 14-18 qui s’affichent dans le « off » : avec un certain cynisme, Louise Wailly, « interluttante » interrogée par le très engagé CQFD, déclare par exemple :

Cette année c’est le centenaire de la guerre 14-18, alors des spectacles sur 14-18, t’en as une branlée. Il n’est plus question de savoir ce qui est pertinent de dire aujourd’hui, on est devenus des prestataires. Les discours de créativité, ça ne veut plus rien dire, c’est une culture de la commande, on est les bouffons du Ministère.[1]

De la commémoration comme prestation événementielle, ou de la commémoration comme anti-création, le ton est donné : peut-on s’inscrire dans une prescription ministérielle qui assure un relais auprès des instances de la « médiation culturelle », des subventions à la DRAC et… rester artiste ?

Le volumineux catalogue du off recensait au moins une quinzaine de productions 14-18 : outre La Fleur au fusil de François Bourcier, déjà vu l’année passée, et toujours intitulée « François Bourcier dans La Fleur au fusil », ce qui est une façon de placer l’artiste avant la commande, et Les Tranchées de Manuel Pratt, spectacle également créé l’année passée[2], on pouvait donc assister à des spectacles de danse (Noir de boue et d’obus de Chantal Loïal), à des fresques (Les Coquelicots des tranchées de Georges-Marie Jolidon), à des adaptations de romans (Capitaine Conan par la Compagnie Le Mot Passant, ou Ceux de 14 par la Compagnie La Parole du corps). On pensait aux tirailleurs sénégalais, aux femmes, aux enfants… ; la guerre de 14 était même dans le prestigieux « In », avec le « I am » de Lemi Ponifasio ; le prix du « Club de la Presse » du Off est allé (entre autres) aux Vibrants de la Compagnie Teknaï ; Femmes de l’ombre 1914-1918 de Brigitte Bladou fut l’un des coups de cœur de Savannah Macé sur TVOff : dès juillet 2014, les médailles plurent donc sur Avignon…

Nous n’avons ici recensé que quatre critiques (parues sur le site des Trois Coups), qui parlent de spectacles « sur » 14-18. Par leurs différences et leur diversité, ils nous semblaient être de bons « témoins » des pièces sur la Grande Guerre. Rendez-vous en 2015 !

 

Plastique muséale : « I am » de Lémi Ponifasio

« I am » de Lemi Ponifasio se voulait être un hommage aux combattants de la Grande Guerre. Rien de touchant, d’émouvant, dans ces tableaux recherchés et sophistiqués qui échouent à évoquer le naufrage de la Belle Epoque et le deuil de millions de combattants.

La Grande Guerre en cour d’honneur, projet labellisé centenaire, nous avait-on donc vendu l’objet. « I am », donc, du Samoan Lemi Ponifasio. « I am », soit une affirmation identitaire affichée, alors que l’on penserait davantage « collectif » pour la Grande Guerre, mais pourquoi pas. Décentrer la Grande Guerre vers les îles Samoa nous semblait aussi de fort bon augure : ne jamais oublier que le conflit européen fit entrer, par le jeu des empires, des combattants « périphériques » qui périrent en nombre dans le sol d’une mère-patrie qui leur avait été imposée. Une sorte de revisitation postcoloniale, en somme, toujours bienvenue, et de plus en plus à la mode.

Dès le début cependant on se méfie : voici qu’on nous balance du Artaud (Pour en finir avec le jugement de Dieu) et du Heiner Müller (Hamlet-Machine). Pourquoi pas Artaud, traumatisé souvent oublié de la Grande Guerre. Pourquoi pas Müller, dont les racines vont peut-être plonger dans le premier conflit mondial. Mais les deux ensemble nous ramènent aussi au centre, dans la tarte à la crème du théâtre supposément moderne, du théâtre d’images, de performance, de danse, de cette esthétique labellisée cour d’Honneur, faussement intello et vraiment méprisante, qu’on se doit d’admirer, parce que, si l’on ne comprend pas, c’est qu’on n’est pas intelligent.

Une heure cinquante donc d’images imposées, certes très belles, mais longues, longues, longues… Ce n’est pas l’été 14, c’est directement l’enlisement de 1916. On s’accroche au début : un personnage éructe un discours en maori (ou en samoan?), tandis que des ombres poussent des caisses noires en arrière-plan (ce doit être des cercueils). D’autres personnages font des claps-claps mécaniques : ce doit être l’entrée en guerre, applaudie par des Européens abrutis de propagande. Ensuite, deux guerriers s’affrontent dans un corps à corps : ce doit être la guerre. Et puis ensuite (?) Il y a la Mort (?) dans la rosace, qui dit Artaud, en anglais. Elle vient ensuite sur scène se faire cracher dessus, du sang, tandis qu’on lui jette aussi des fleurs. Puis arrive une actrice, qui éructe de nouveau en maori (samoan ?), mais on n’a pas vraiment compris pourquoi. Vers la fin, on jette des œufs sur un crucifié tatoué, et le tableau est interrompu par l’arrivée d’un joueur de cornemuse, tandis que la façade du Palais des Papes se couvre de cataractes d’eau.

La guerre d’usure

Pendant cette série de tableaux, longs, donc, et parfois, plus que spartiatement éclairés, on observe des spectateurs tenter une sortie, silhouettes voûtées qui se reflètent dans le clair-obscur de la scène. On grâcie volontiers ces déserteurs. Des dames commentent : « Tu comprends, toi ? », parfois des rires nerveux fusent, voire des applaudissements, quand un tableau long, très long, se termine.

Il s’agit donc d’une guerre d’usure. Il y a des pauses, comme dans les tranchées, car on sait de quoi le tableau va être fait quand on en a vu les cinq premières minutes. Il s’agit donc de tenir en attendant la prochaine attaque. Car le spectateur est bombardé d’infrabasses, de stroboscopes, de stridences : eh oui, c’est la guerre, c’était comme ça, mon bon monsieur. Sauf que l’esthétisme des tableaux jure avec cette sorte d’expérience muséale de « vie dans une tranchée ».

Plastique, esthétique… et vide

Que dire donc des artefacts nés de la commémoration de ce centenaire ? Qu’il est difficile, sans doute, de tenir la ligne, entre un pathos putassier et pompier (on ne citera pas d’exemples), et cet objet froid, désincarné, plastique, muséal, d’où ne sourd, surtout, aucune émotion. Le label « centenaire », le label « Nouvelle-Zélande », en deviennent gênants : comment ne pas « aimer » ce « spectacle » vendu avec tant de cautions intellectuelles…

Ce qui pêche sans doute ici avant tout, c’est bien la forme : choisir une esthétique plastique, qui refuse le récit, quand il s’agissait de faire le grand récit de 14-18. Alors on arguera qu’on n’est pas au Français, que ce n’est pas du boulevard, qu’on n’est pas là pour raconter des histoires, ni faire des produits commerciaux, mais bien proposer un « projet » exigeant, certes peu accessible à tous, mais intellectuel. Une esthétique clivante de l’ennui : se mettre en ligne, faire de belles images – fort bien. On peut se dire aussi que les soldats de 14, êtres de chair et de sang, méritaient peut-être mieux comme hommage « in », ou officiel.

I am  de Lemi Ponifasio

Conception, scénographie, chorégraphie et mise en scène: Lemi Ponifasio

Avec : Nina Arsenault, Rosie Te Rauawhea Belvie, Kasina Campbell, Kelemete Fua, Charles Koroneho, Ria Te Uira Paki, Ioane Papalii, Te Rau o Te Huia Pou, Teataki Tamango, Ofati Tangaroa, Arikitau Tentau, Maereke Teteka, Bainrebu Tonganibeia et la participation d’un groupe d’amateurs d’Avignon

Cour d’Honneur du Palais des Papes • 84 000 Avignon

http://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2014/i-am

Du 18 au 23 juillet 2014 à 22 heures, relâche le 21 juillet.

A partir de 16 ans

De 10 à 38 euros

 

Le théâtre aux armées : Les Vibrants d’Aïda Asgharzadeh

Un mutilé de la face se révèle en Cyrano : un concept intellectuel proposé par une troupe de jeunes comédiens.

Les Vibrants fait le choix d’un sujet aussi insolite qu’éprouvant. Soit un blessé de la face, Eugène, dont le visage a été emporté par un éclat d’obus, qui se retrouve au Val-de-Grâce, à la merci d’une infirmière en chef revêche, d’une soignante qui ne connaît elle que l’empathie, d’un colonel hurleur et défiguré, d’un médecin-chef clinique et scientifique. Dans une autre vie, avant la guerre, Eugène a aimé – une actrice, ou plutôt une comédienne, Blanche, qui ne l’a pas attendu. On repense à La Chambre des officiers, mais la piste sera différente : voilà qu’arrive la grande Sarah Bernhardt. Entre ces deux mutilés, la compréhension est immédiate, et Sarah a une idée de génie, absurde ou sublime : faire jouer à cet homme à qui il manque un nez… Cyrano. Le mutilé se fait acteur, la prothèse est un masque, et cet homme qui ne savait plus parler retrouve une diction impeccable pour son triomphe sur scène. Applaudissements au finale – pour ce Cyrano ? Pour la pièce ? Vertige du « méta », puissance du concept.

On le voit, le sujet est baroque et fantasque en diable, et surtout éminemment théâtral. Curieusement, Les Vibrants semblent tenir à distance cette « théâtralité » inscrite dans le propos-même de la pièce : une succession de plans remplace la continuité dramatique ; et, surtout, l’esthétique adoptée relève davantage du cinéma que du théâtre. Cinéma que cet usage du flashback, de la voix off, de la musique, qui vient souligner les scènes émouvantes, de la distribution du plateau en isolats séparés par des mousselines que les acteurs et actrices tirent, retirent, arpentant le plateau sans cesse, au point, parfois, que le bruit de leurs pas vient couvrir leurs paroles.

Elephant Man et Lost Highway

La vision qui nous est offerte lorgne singulièrement, également, vers des références cinématographiques : non point Johnny got his gun, qui aurait offert un noir et blanc très plastique, mais plutôt les films de David Lynch. Eugène, avec sa prothèse, caché sous son drap, a ainsi des airs d’Elephant Man. Le clair-obscur, les visages vert-de-gris pointent vers une esthétique lynchienne : Twin Peaks dans les tranchées. On peut penser aussi à Enki Bilal, ou, pour la jolie scène de rencontre entre Blanche et Eugène, à une carte postale colorisée des années de la guerre.

Perdre son visage, est-ce perdre son identité ? Etre mutilé, est-ce être mort ou vivant ? Se suicider, quand on est blessé, est-ce être lâche ou courageux ? Le théâtre aide-t-il à vivre ? Les Vibrants est une pièce ambitieuse, sur un sujet difficile. On peut trouver sublimes ses choix assumés de mise en scène et de jeu (qui visent évidemment ce sublime) ou au contraire rester sourd à son esthétique paroxystique et conceptuelle.

Les Vibrants d’Aïda Asgharzadeh

Mise en scène : Quentin Defalt

Avec : Aïda Asgharzadeh, Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss, Amélie Manet

Collaboration artistique : Damir Žiško

Lumières : Manuel Desfeux

Scénographie : Natacha Le Guen

Costumes : Marion Rebmann

Musique : Stéphane Corbin

Création sonore et régie : Ludovic Champagne

Masques : Chloé Cassagnes

Maquillages : Alice Faure

Théâtre Actuel • 80 rue Guillaume Puy • 84 000 Avignon

http://www.compagnie-teknai.com/ – !les-vibrants/c1948

A partir de 10 ans

Du 4 au 27 juillet 2014 à 17 h 15

Durée : 1 H 20

De 10 à 18 euros

 

Sillons sanglants

 

Cie Ecart Theatre 4 - credit photo Sarah Oday

L’autre chemin des dames : Cie Ecart Theatre 4 – credit photo Sarah Oday

Un titre intelligent et subtil, à l’image de ce spectacle. Une « commémoration » de la Grande Guerre vue du Midi, et des femmes

Quelle idée ingénieuse que de s’emparer du beau roman méconnu de Marcelle Capy, Des femmes passèrent, paru en 1931, et non réédité à ce jour ! Dans ce roman poétique, Marcelle Capy, une des premières « femmes reporters », qui se fit connaître aussi par son Une voix de femme au-dessus de la mêlée, variante féminine de l’essai de Romain Rolland, dresse la chronique humble de « damnées de la terre » (l’Angeline, la Madeline, la Bertrande), prises, dans un Midi lointain (à Pradines, plus exactement) par la tourmente de la guerre. Fiancés qui meurent ou reviennent mutilés, qui s’ensauvagent ou vous quittent, village abandonné aux vieux qui balaient, champs remis aux mains des femmes qui labourent – toute une chronique sensible de la vie de ces humbles femmes de l’arrière.

Représenter la Grande guerre par le biais des femmes, l’entreprise n’est pas nouvelle : ce fut le cas l’année passée à Avignon avec Victoire, la fille du soldat inconnu,  de Sylvie Gravagna, ou, cette année, avec Femmes de l’ombre 1914 – 1918 de Brigitte Bladou. Mais c’est sans doute la première fois, à notre connaissance, que le roman de Capy sert de matériau.

Trois comédiennes se relaient donc pour dire des extraits du texte, face public, dans un décor dépouillé, fait de sièges en bois et d’épis de maïs. Le « théâtre-récit » choisi ici sert d’écrin aux beaux textes de Capy. L’on suit donc la chronique de ces quatre années de guerre, du départ « fleur au fusil » à l’armistice. Entretemps, il y aura eu les premiers morts, les mariages annulés, l’arrivée des prisonniers, le deuil, la souffrance, mais aussi l’inébranlable marche des saisons : géraniums qui fleurissent, vendanges et moissons à faire seules. Les textes choisis dans le roman illustrent admirablement, et sans le trahir, le drame rural et féminin de Capy.

Un drame rural et féminin, illustré de lettres et de chansons

En soi, le texte de Capy aurait pu soutenir seul le spectacle, mais les auteurs, peut-être effrayés par la monotonie supposée de l’ensemble (et ce n’est pas le cas), ont fait le choix d’intercaler entre les tableaux extraits de Capy des lettres de poilus (celles des frères Parrain, du Puy de Dôme) et des chansons. On craint souvent le pire face à un tel assemblage : hétéroclite, il n’est parfois que dissonant, quand il ne sert pas à combler un abyssal vide dramaturgique ou narratif.

Tel n’est pas le cas ici, heureusement, et presque miraculeusement. Les lettres de poilus ne sont pas nombreuses. Disposées en diptyque, à des moments choisis, elles font écho au texte de Capy : ivresse du départ et envie de rassurer la famille d’un côté, terreur et horreur des combats de l’autre. Tout juste peut-on regretter, peut-être, la diction vociférante et en force, comme c’est d’ailleurs souvent l’usage, du récit de la canonnade et de la mitraille, alors qu’un sotto voce, encore plus quand il est pris en charge par un « chœur » de trois femmes, serait sans doute plus émouvant encore. Les chansons ne sont pas non plus nombreuses, et elles sont surtout terriblement touchantes : Quand un soldat de Francis Lemarque, Tu n’en reviendras pas de Léo Ferré et Louis Aragon, La Femme du soldat inconnu de Magyd Cherfi (de Zebda)…  Des chansons pas forcément de 14-18 (sauf un poème à Lou d’Apollinaire), mais des trouvailles décidément subtiles, merveilleusement interprétées, et surtout pertinentes.

Il y a quelque chose, en effet, de terriblement, désespérément triste et beau, dans cet « autre chemin des dames », qui fait entendre une chanson douce et grise, celle des femmes de l’arrière, servie par trois admirables comédiennes.

L’Autre Chemin des dames de Pascale Siméon, Marielle Coubaillon et Anne Gaydier, d’après Marcelle Capy

Musique: Jean-Louis Bettarel

Avec : Pascale Siméon, Marielle Coubaillon et Anne Gaydier

Collaboration artistique : Marc Siemiatycki

Assistante à la mise en scène : Annelyse Bezy

Scénographe : Clément Dubois

Lumières : Guillaume Leybros

Costumes : Céline Deloche

Assistante costumes : Carole Vigné

Régie générale : Swan Chelle

Espace Roseau • 8 rue Pétramale • 84 000 Avignon

http://www.ecart-theatre.fr/l_autre_chemin_des_dames_176.htm

Du 5 au 26 juillet 2014 à 10 h

Durée : 1 h 15

De 6 à 16 euros

 

La guerre des enfants

Des amateurs, très jeunes, se chargent de dire les témoignages des habitants de Stenay, ville de la Meuse occupée dès août 1914. Emotion des situations, émotion d’un dispositif ingénieux qui fait la part belle à la sincérité de ces comédiens en herbe.

Crédit photo Corinne François-Denève

Stenay 1914 – Crédit photo Corinne François-Denève

Au début, disons-le, on craignait le pire. Au fond de la cour du collège de la Salle, où doit se jouer le spectacle, des gradins bleus griffés « Académie des Arts du Spectacle » et un portique chargé d’accessoires de gymnastique. Va-t-on nous imposer les derniers loopings de Guynemer ? Nous inviter à expérimenter ce que ressent un pauvre poilu soufflé par un éclat d’obus ? Derrière la barrière que l’on garde fermée, de très, très jeunes gens se mettent en place. Ils ont le visage poudré de blanc : évidemment, en temps de guerre, on est pâlot.

Prélude. Un accordéoniste aveugle campe la situation : Stenay est donc en proie à l’occupation allemande  (une situation que l’on a souvent oubliée, mais dont parle Annette Becker dans son livre les Cicatrices rouges 14-18). De patibulaires sentinelles allemandes poussent alors le public dans la cour du collège : vous voilà vous aussi, spectateur captif, retenu dans Stenay 1914. Un peu d’art de rue, de performance – on espère être de ceux qui s’en sortiront et pourront témoigner. Les sentinelles vous enjoignent de rejoindre une ligne blanche. Elles sont une vingtaine, qui suivent le carré de la cour. On s’y rend, toujours perplexe. Le spectacle commence.

Pendant 55 minutes, face à vous, un personnage va vous prendre dans le cœur de son récit : jeune mère de famille qui doit fuir avec le grand-père et ses deux jeunes enfants, Allemand amoureux d’une Française, Française amoureuse d’un Allemand, gamine qui doit tuer son chien, gamin qui élève en cachette des lapins, déserteur caché dans la forêt, et même le Kronprinz en personne qui mène la belle vie au Château des Tilleuls. Deux minutes trente pour vous raconter cela, et ensuite, roulement de tambour, on tourne, et vous vous retrouvez, vous, en position d’institutrice qui doit écrire pour l’illettrée, de maire qui doit ramasser des orties, de journaliste de la Gazette des Ardennes qui doit écrire un article à la gloire de l’Allemagne victorieuse.

Au revoir les enfants

Les jeunes acteurs appartiennent tous à la Compagnie « Les Chats Bottés en balade », de Marie-José Larose et Jean-Louis Humblet, basée non loin de Stenay. Ils ont été « coachés » et mis en scène, l’espace de courts week-ends, par François Bourcier. Les textes viennent de témoignages recueillis sur place. L’entreprise est donc tout à la fois éducative et commémorative.

Ces jeunes acteurs font ce qu’il y a de plus difficile, sans doute : répéter le même texte en face à face, devant un, ou deux spectateurs qui oscillent entre la surprise, la résignation ou la bienveillance. Il faut dire, redire, faire, refaire, les yeux dans les yeux, la même chose, tandis que le camarade d’à côté dit aussi son texte, il faut tenir le temps pour qu’on puisse tourner tous au signal donné, il faut lutter contre le plein air qui emporte les paroles, le mistral qui chasse les accessoires, les curieux qui s’amassent le long des grilles et qui commentent ce curieux spectacle.

Mais ces jeunes « amateurs » (mais que veut donc dire « amateurs » ?) ont la beauté de leur âge (ils ont entre 13 et 21 ans), et ils en ont aussi gardé encore intactes l’assurance tranquille et la justesse des enfants qui jouent. Que de ferveur dans leurs yeux, quand ils vous racontent leur Stenay 1914. Ils y croient et veulent que vous y croyiez aussi. La fin ? Un message humaniste, rare sur les textes de 14, que l’on vous laisse découvrir.

Rêvez ! C’est un ordre

C’est la paix, la liberté, on ressort, gentiment poussés par les infirmières, les soldats, les civils. Et après, quand toute la petite troupe vous encadre, jeunes comédiens impatients de savoir ce que vous en avez pensé, si ça vous a plu, on se hasarde à leur demander :

- Et alors, parmi vous, il y en a qui veulent devenir comédiens ? Comédiennes ?

Silence un peu gêné, un peu embarrassé.

- Euh, professionnels, vous voulez dire ?

- En amateur, oui, ça c’est sûr, mais…

- C’est compliqué…

- C’est pas facile…

- C’est risqué, hein…

Ah… Rêvez, jeunes gens de Stenay, Marine, Camille, Lorin, Nahel, Mathieu, Nathan, Constance, Perrine, Thomas, Marion, Benoît, Ludovic, Edan, Loïc, Adrien, Laure, Mélina et Hugo. Rêvez. C’est un ordre.

Stenay 1914, d’Emilie Génaédig

Mise en scène : François Bourcier

Avec : Marine Arnould, Camille Challant, Lorin Champeaux, Nahel Chihab, Mathieu Courtet, Nathan Deneuve, Constance Derouin, Perrine Evrard, Thomas François, Marion Gérard, Benoît Guichard, Ludovic Lafrogne, Edan Mahé, Loïc Mathieu, Adrien Musset, Laure Remy, Mélina Roth, Hugo Wispelaere (Compagnie Les Chats Bottés en balade)

Costumes : Servais M-A, Les Chierothains

Cour du Collège de la Salle • 5 place Louis Pasteur • 84 000 Avignon

A partir de 7 ans

Du 18 au 27 juillet 2014 à 19 h 20

Durée : 55 minutes

De 4,5 à 7 euros

 


[1] http://cqfd-journal.org/De-la-monoculture-en-Avignon, consulté le 1er août 2014.

Appel à communication : Espaces de violences d’une région frontalière. Lorraine 1870 – 1962

Espaces de violences d’une région frontalière.

Lorraine 1870 – 1962

Depuis plusieurs années déjà, les recherches en SHS prêtent un intérêt croissant aux différents phénomènes de violence. C’est le cas aussi pour les historiens, comme en témoignent les débats intenses suscités par certains livres, tel Bloodlands de Timothy Snyder (2010), de même que les nombreux travaux publiés cette année à l’occasion de la commémoration du génocide rwandais ainsi que de la Première Guerre mondiale. Récemment, une approche particulière émerge dans ce domaine consistant à livrer de la violence physique une description dense (au sens de Clifford Geertz). Cette démarche,  qui s’est inspirée aussi des travaux de certains sociologues comme Trutz von Trotha, tend à ne pas considérer la violence apriori comme une exception ou bien une déviance d’un ordre social qu’il s’agit d’expliquer en tant que « problème ». Au contraire, la violence est étudiée comme partie intégrale et structurante des rapports sociaux, ayant ses logiques et ses formes de communication propres. La catégorie de l’espace y joue un rôle primordial.

Le colloque, organisé par le Centre Marc Bloch en coopération avec le Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme en Lorraine entend investir le champ ouvert par ces recherches, en se concentrant sur l’exercice de la violence dans la région lorraine entre 1870 et 1962. Durant cette période, les habitants de cette région ont vécu la guerre franco-allemande de 1870, deux conflits mondiaux, une forte militarisation ainsi que plusieurs vagues d’expulsions massives. A cela s’ajoute qu’en raison du rôle économique central de l’industrie dans cette région, et la proximité de plusieurs frontières nationales, de nombreux migrants qui vivaient alors en Lorraine, ont été impliqués dans des rudes affrontements, autant en temps de paix qu’en temps de guerre. En nous focalisant sur cet espace restreint, nous souhaitons réfléchir sur les ruptures et les continuités historiques des  formes pratiques et discursives que cette violence a pu revêtir. À ce sujet nous encourageons particulièrement trois axes de recherche pour lesquels le concept d’espace de violence (Gewaltraum) jouera un rôle central.

Par « espace de violence » nous désignons une formation sociale temporaire dans laquelle la violence est la forme d’interaction à laquelle les acteurs impliqués s’attendent le plus à être confrontés, c’est-à-dire la forme d’interaction qui structure essentiellement leur horizon d’attente. Dans cette perspective, le passage à l’action, dépend largement de qualités spécifiques à l’espace physique et social correspondant. Ainsi, le centre-ville de Metz a pu autant se convertir en espace de violence pour un militant de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale qu’a pu l’être également un village lorrain devenu cité-dortoir pour un Algérien pendant la guerre d’indépendance algérienne. Il s’agira de cerner la spécificité spatiale et temporaire de chacun de ces lieux ainsi que les pratiques concrètes des acteurs. Dans cette perspective, nous entendons produire des descriptions détaillés de certains évènements marqués par la violence qui ont eu lieu en Lorraine entre 1870 et 1962. Ces évènements devront, en outre, être décryptés selon leurs logiques propres et dans leur rapport au lieu. A l’aune de ces exemples, la question se posera de savoir dans quelle mesure la violence devient, un principe d’ordre à part entière.

Deuxièmement, le colloque se penchera sur les discours, les formes et l’évolution des discours de légitimations et les discours mémoriels liés à la violence. Il s’agit de cerner quel lien ces glorifications, condamnations ou encore dissimulations discursives de la violence entretenaient avec des espaces de violence en Lorraine. Certaines parties de la Lorraine ont été fortement impliquées dans différentes guerres et divers changements de l’appartenance étatique. De ce fait, des termes comme « rebelle », « occupant », « nationalisme », « colonialisme », « terroriste », « séparatiste » etc., employés à des fins stigmatisantes, ont beaucoup varié d’un contexte à un autre, tant dans leur application que dans leur contenu. Nous encourageons en particulier les contributions qui traiteront de créations, applications et métamorphoses de discours stigmatisants dans la région ainsi que leur lien direct à la violence.

En dernier lieu, nous voudrions étudier les diverses formes d’interdépendances, directes ou retardées, entre certains espaces de violence en Lorraine et d’autres régions plus éloignées. Les diverses expulsions et actions militaires dans lesquelles était impliqué un grand nombre d’habitants de la Lorraine entre 1870 et 1962 ont eu des effets considérables sur d’autres régions plus ou moins éloignées : ces effets sont perceptibles autant sur le front de l’est de l’armée allemande durant les deux guerres mondiales qu’en Afrique du Nord après 1870 et notamment pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962). Nous nous demanderons donc quels types de connexions à d’autres régions se sont créés, en termes de transferts de formes d’exercice de la violence. On étudiera, dans cette perspective, la nature de ces transferts et comment ceux-ci ont été perçus par les contemporains mais également a posteriori.

 

Veuillez envoyer vos propositions (3 000 signes max.) en allemand, français ou en anglais ainsi qu’un bref CV au plus tard le 1er septembre 2014 à l’adresse hardt@cmb.hu-berlin.de. Sous réserve, les frais de voyage et d’hébergement des intervenants seront pris en charge. Une publication des actes est envisagée.

 

Lieu :

Centre Marc Bloch (Berlin) 

Date :

5 – 6 mars 2015 

Organisation :

Lucas Hardt (CMB) 

En coopération avec:

Frankreich-Zentrum de la FU-Berlin et la Maison des Sciences de l’Homme  en Lorraine

Comité scientifique:

Daniel Schönpflug (CMB), Lucas Hardt (CMB), Anne Kwaschik (FU Berlin), Raphaёlle Branche (Université de Rouen), Béatrice Fleury (MSH Lorraine), Jacques Walter (MSH Lorraine) 

 

Les participants à l’école d’été et leurs posters

Pendant six jours, l’école d’été du centre de recherche a rassemblé une vingtaine de doctorant-e-s et étudiant-e-s de M2 à Péronne. Ensemble, ils ont participé au colloque international organisé sur place, avant de passer quelque jours en comité plus restreint à discuter de la thématique de l’école d’été, mais aussi à présenter leurs travaux en cours. Voici un diaporama montrant leurs posters ainsi qu’une liste détaillant leurs sujets et institutions de rattachement :


 
(Photos des étudiants devant les posters par Benoît Majerus)

Banahi Mariam John Hopkins Gifting Insults: Initiating Kinship Among “Post”-War Afghans
Bessac Stève Clermont-Ferrand Le maintien de l’ordre dans le nord du Maroc colonial, entre protectorats français et espagnol (1912-1939)
Daimaru Ken EHESS/Birkbeck  Caring for the Diseased and the Wounded- Japanese Military Medicine and InternationalObservers during and after the Russo-Japanese War, 1904-1914”
Derrien Marie Université Lyon 2 Les “fous de guerre” internés dans les hôpitaux psychiatriques français de 1914 aux années 1970.
Dumas Clément Clermont-Ferrand Jacques Bardoux et la Grande Guerre
Enzensberger Alina HU Berlin/EHESS Hôpitaux militaires comme espaces de transition dans la Grande Guerre
Erbs David Besançon Le roman-feuilleton en France et au Royaume-Uni pendant la Grande Guerre.
Frizzera Francesco Trento Same People – Different War Experiences and Identity Representations: Trentino’s War Refugees in Austro-Hungarian Empire and in Italian Kingdom During the World War I
Georges Raphaël Université de Strasbourg Les soldats alsaciens-lorrains de la Première Guerre mondiale dans la société française d’après-guerre
Giraudier Fanny Bib mun. de Lyon/Lyon II 14-18 : Lyon sur tous les fronts
Grillini Anna University of Trento The origins of trauma. Experiences of war and madness in the civilian population
Hobbs Arabella UPenn Catholic Writers in the First World War
Kelly Alice Cambridge/Yale A Change of Heart”: Representations of Death and Memorialisation in First World War Writing by Women, 1914-39
Kubicki Remy Lille II Le juge et la reconstruction après la Grande Guerre : Une première expérience fondatrice
Lafosse Juliette Université Libre de Bruxelles Les positions doctrinales des juristes belges de Droit International autour la Première Guerre mondiale
Lorenzini Jacopo Siena L’élite militaire dans la nation. Le cas italien en perspective comparée 1861-1915
Lux Marie-Christin TU Berlin Antisemitismus und Geschlecht – Kriegserfahrungen in den Korrespondenzen französischer jüdischer Intellektueller
Marti Steve University of Western Ontario Embattled Communities: Patriotism and Identity in Australia, Canada, and New Zealand, 1914-1918
Miller-Tremblay Jean-Philippe EHESS Le corps ordonné’ : le drill dans l’institution militaire canadienne (1867-1914)
Naert Jan Ghent Mayors and legitimacy in World War One. The mayor as feeder, protector and representative in occupied and liberated Belgium and France (1914-1921)
Ngono Enika Université Saint-Louis — Bruxelles l’influence de la Première Guerre mondiale sur l’administration coloniale belge et ses membres
Régis Nina EHESS/Heidelberg Le pain pendant la Première Guerre en Allemagne
Ross Jenna K. University of Southern California Acceptable Fear: The Soldier-Hero and Construction of Fear in the Great War
Scofield Devlin Michigan State Veterans, War Widows, and National Belonging in Alsace, 1871-1953
Van Lidth de Jeude Peter Penn State Bureaucratic Occupations – Ambition, Ideology & Career in the German Occupations of WWI
Varlet Marine Amiens Guerre et délinquance juvénile : pratiques et représentations dans les colonies pénitentiaires en France (1912-1945)
Zian Yasmina TU Berlin L’expérience collective de la grande guerre enrichie à l’aune de celles d’étrangers en Belgique
Zind Alain IHTP Le second conflit américano-irakien (2003-2010) : une guerre numérique ?
Collection Historial de la Grande Guerre, Péronne (Some)
Photo : Yazid Medmoun CG 80

L’entrée en guerre.

A l’occasion du 100ème anniversaire de l’entrée en guerre
(jour pour jour, heure pour heure)
le centre international de recherche de l’Historial
est heureux de vous inviter à
la conférence de Jean-Jacques Becker :

L’entrée en guerre

Dimanche 3 août 2014, 18H
Historial de la Grande Guerre, Péronne
Salle audiovisuelle

Le ler août 1914, vers 16 heures à quelques minutes d’intervalle, la France et l’Allemagne décrétaient la mobilisation générale. Le 3 août 1914 à 18 heures, l’Allemagne déclarait la guerre à la France. Ce qu’on allait appeler très vite le Grande Guerre avait commencé.
Comment en est-on arrivé là ?
Jean-Jacques BECKER
Professeur émérite Paris Ouest Nanterre – La Défense, Président d’honneur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription conseillée.
Pour tout renseignement : c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 54 13
Illustration : Affiche de mobilisation générale. Collection Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme) Photo : Yazid Medmoun CG80

Appel à contribution : colloque “Romanesque de la Grande Guerre”

Romanesque de la Grande Guerre

Colloque 7-9 avril 2016 (Péronne-Saint-Quentin)

 

Quand, comment et pourquoi la Grande Guerre devient-elle matière romanesque ? Si la situation des écrivains dans la guerre a donné lieu à une abondante littérature, la transposition romanesque dont cette expérience a fait – et fait encore – l’objet, a été moins explorée.

Dès les années de guerre ou d’immédiate après-guerre, les grands témoignages de combattants furent souvent plus ou moins romancés (Barbusse, Dorgelès, Jünger…). C’est d’ailleurs en partie ce penchant pour le romanesque que dénonçait Jean Norton Cru dans Témoins en 1929. Dans les années qui suivirent, avec davantage de recul, d’autres témoins célèbres donnèrent une vision des événements plus personnelle ou, si l’on veut, plus romanesque – qu’elle tire vers la dérision de l’anti-roman (Céline) ou vers le lyrisme de la transposition symbolique (Giono), à moins qu’elle ne prenne place dans un projet à la fois plus large et plus singulier (Cendrars, Romains).  Mais la guerre ne s’arrête pas aux tranchées. À l’arrière, il n’est pas rare qu’elle fonctionne comme un ressort romanesque privilégié, prétexte (Cocteau), opportunité (Radiguet) ou révélateur (Van der Meersch), quand elle ne donne pas lieu à des visions plus humoristiques (Marcel E. Grancher, Cinq de campagne). Plus récemment, des romans, parfois popularisés par le cinéma, continuent de nourrir ce que l’on peut désormais considérer comme une véritable mythologie de la Grande Guerre (La Chambre des officiers, Les Âmes grises, Un long dimanche de fiançailles) – jusqu’au 14 de Jean Echenoz ou au prix Goncourt 2013.

Le colloque initié par le CERCLL de l’Université de Picardie, en partenariat avec la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan, se propose d’interroger le glissement du témoignage vers la fiction en prenant comme point de départ l’exemple de Pierre Mac Orlan, auteur notamment de souvenirs de guerre (Les Poissons morts), d’une farce militaire (U 713), d’un roman en partie consacré à l’arrière (Le Bataillonnaire) et d’une évocation mélancolique plus tardive (Le Bal du Pont du Nord). L’accent sera mis tout particulièrement sur les écrivains picards et les témoins des combats en Picardie. Cent ans après les événements, un questionnement sur la part respective de la vérité historique, de l’invention individuelle et de la mythologie collective semble avoir toute sa légitimité, rejoignant d’ailleurs certains débats d’historiens sur la question du vrai et du faux (C. Prochasson). C’est dans cet esprit que pourront être explorées notamment les pistes suivantes :

– des romanciers picards témoins de la guerre (Paul Vimereu, Pierre Nord)

– le cas particulier de la Bataille de la Somme vue par les romanciers

– la découverte ou la redécouverte d’évocations romanesques plus ou moins oubliées

– la place et le sens de l’histoire

– la force critique des romans satiriques, humoristiques ou simplement décalés

– la persistance dans le roman de guerre de grands schémas romanesques tels que l’initiation, l’héroïsme, l’aventure (si présente par exemple dans les premiers romans de Pierre Nord)

– la réception des romans de la Grande Guerre et son évolution

À travers ces questions, ce colloque se propose d’analyser un cas particulier du rapport entre roman en Histoire et de mettre en évidence sa spécificité, sans se restreindre au domaine français. Les germanistes du CERCLL sont notamment invités à apporter leur contribution (à côté des grandes références que sont Jünger ou Remarque, des auteurs comme Unruh, et d’autres, mériteraient d’être abordés). La dimension internationale pourra également être renforcée par un partenariat avec L’Historial de La Grande Guerre, à Péronne, qui proposera en 2016 une exposition sur les écrivains dans la guerre.

Ce colloque donnera lieu à une collaboration avec d’autres partenaires institutionnels, le Comité départemental de la Grande Guerre et la Ville de Saint-Quentin notamment.

Les actes seront publiés début 2017 dans le N° 5 de la collection « Lectures de Mac Orlan », publication annuelle de la Société des Lecteurs de Pierre Mac Orlan.

Contacts :

Bernard Alavoine (bernard.alavoine@wanadoo.fr)

Philippe Blondeau (philippe.blondeau@u-picardie.fr)

Les propositions sont à adresser avant fin 2014. Le comité organisateur examinera et sélectionnera les propositions au début de l’année 2015.

 

Appel à contribution franco-allemand pour doctorants : nouvelles approches de la Grande Guerre

Colloque de recherche franco-allemand

Deutsch-französisches Graduierten-Colloquium

Stuttgart, du 16 au 18 octobre 2014

Le Centre International pour la Recherche sur la Culture et la Technique (IZKT) invite chaque année des doctorants allemands et français à un colloque de recherche interdisciplinaire qui a lieu à Stuttgart. Les participants postulent par un CV et un bref exposé de leur présentation, en général issue de leur projet de recherche. Les frais de voyage, de logement et de restauration des participants invités sont pris en charge. Le thème du colloque de cette année s’intitule :

La Première Guerre Mondiale

Nouvelles approches de la recherche, nouvelles formes de mémoire : une comparaison européenne.

Le Centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale et ses commémorations publiques approchent. De nouvelles publications scientifiques voient le jour et tentent d’approfondir et de remettre en perspective le travail de reconstruction historique, en donnant à découvrir de nouvelles sources ou en explorant de nouvelles approches méthodologiques. La possibilité d’une analogie avec le temps présent est aussi une question omniprésente dans le débat scientifique. La Première Guerre Mondiale se présente également comme une césure et un tournant dans le monde culturel. La façon dont elle se reflète dans la littérature, la philosophie, l’art et la musique montre clairement à quel point la Première Guerre Mondiale fut une période cruciale pour la construction identitaire de l’Europe.

Au-delà des discussions scientifiques, la Première Guerre Mondiale est devenue depuis longtemps un « lieu de mémoire » dans les champs politique et littéraire. Le souvenir qu’évoque la « catastrophe originelle du 20ème siècle » agit sur le processus d’autodéfinition identitaire de l’Europe. La confrontation avec le passé se déroule sous les auspices d’une crise politique de l’UE. Les différents aspects de la mémoire collective oscillent dans ce contexte entre deux extrêmes, celui d’une perspective nationale et celui d’une perspective résolument européenne.

A partir d’un angle franco-allemand, ce colloque a pour objectif de faire dialoguer et de comparer les points de vue européens dans les domaines de l’histoire, de la littérature, et des sciences de la communication, mais aussi de l’histoire de la technique, de la philosophie et des sciences politiques et sociales. Dès l’automne 2014, il sera également possible de faire un bilan rétrospectif des commémorations de l’été.

Les nouvelles approches de la recherche, les conséquences politiques et culturelles de la Première Guerre Mondiale sont des thématiques souhaitées. D’autres sujets possibles sont l’analyse de la mise en scène médiatique de la mémoire dans la littérature, le cinéma, la télévision et les jeux vidéo, ainsi que l’instrumentalisation politique des analogies historiques. Les contributions venues d’autres pays et traitant de la situation dans d’autres pays que l’Allemagne et la France sont aussi tout à fait bienvenues.

Les doctorants sont priés de fournir un thème d’exposé (avec un résumé de deux pages maximum), un CV et une note de recommandation du professeur titulaire avant le 4 juillet 2014.

 

Deutsch-französisches Graduierten-Colloquium

Colloque de recherche franco-allemand

 

Stuttgart, 16.-18. Oktober 2014

Das Internationale Zentrum für Kultur- und Technikforschung (IZKT) lädt jährlich deutsche und französische Doktoranden zu einem interdisziplinären Forschungskolloquium nach Stuttgart. Die Teilnehmer bewerben sich mit ihrem Lebenslauf und einem Exposé ihres Beitrages, der in der Regel aus dem Dissertationsvorhaben erwächst. Moderatoren geben ihnen Hilfestellung und schlagen Brücken zwischen den Themen und Ansätzen. Die Reise- und Übernachtungskosten sowie die Verpflegung der Teilnehmer werden erstattet.

Der Erste Weltkrieg

Neue Forschungsansätze und Erinnerungsformen

im europäischen Vergleich

Der 100. Jahrestag des Kriegsbeginns 1914 wirft in der europäischen Öffentlichkeit seine Schatten voraus. Neue wissenschaftliche Publikationen versuchen der historischen Rekonstruktion eine größere Tiefenschärfe zu verschaffen, indem sie neue Quellen lesbar machen oder neue methodische Zugriffe versuchen. Dabei wird auch immer wieder die Frage nach möglichen Analogien zur Gegenwart gestellt. Nicht zuletzt rückt der Erste Weltkrieg als kultureller Einschnitt in den Fokus. Seine Spiegelungen in Literatur, Philosophie, Kunst und Musik machen deutlich, wie einschneidend der Erste Weltkrieg für das europäische Selbstverständnis war.

Neben der wissenschaftlichen Diskussion ist der Erste Weltkrieg in der politischen und literarischen Öffentlichkeit jedoch längst zu einem „Erinnerungsort“ geworden. Das Gedenken an die „Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts“ wirkt auf die Selbstverständigungsprozesse in Europa. Die Auseinandersetzung mit der Vergangenheit erfolgt unter den Vorzeichen einer politischen Krise der EU. Die Formen des kollektiven Erinnerns bewegen sich dabei in einem Spektrum zwischen nationalen und bewusst europäischen Perspektiven.

Ausgehend von einem deutsch-französischen Fokus wollen wir die Perspektiven der Geschichts-, Literatur- und Medienwissenschaft, sowie der Technikgeschichte, Philosophie und Politikwissenschaft in einen europäisch-vergleichenden Dialog setzen. Im Herbst 2014 wird dabei schon der Rückblick auf die Gedenkveranstaltungen des Sommers möglich sein. Erwünscht sind Beiträge zu neuen Forschungsansätzen, zu den kulturellen und politischen Folgen des Ersten Weltkriegs, zur Analyse der medialen Inszenierung des Erinnerns in Literatur, Film, Fernsehen und Computerspielen sowie zur politischen Instrumentalisierung historischer Analogien. Willkommen sind explizit auch Beiträge aus und zu anderen Ländern als Deutschland und Frankreich.

 

Doktoranden werden gebeten einen Themenvorschlag (mit einer Zusammenfassung von max. zwei Seiten), einen Lebenslauf und die Empfehlung eines Lehrstuhlinhabers bis zum 4. Juli 2014 einzusenden.

Dr. Felix Heidenreich

Internationales Zentrum für

Kultur- und Technikforschung (IZKT)

Universität Stuttgart

Geschwister-Scholl-Straße 24

D – 70174 Stuttgart

felix.heidenreich@izkt.uni-stuttgart.de

Tel.: 0049-711-6858-4149logo_izkt

dva_logo_stiftung_rgb-small200

Appel à contributions : Imaginaires et pratiques de Paix en temps de guerre (1914-1918)

Imaginaires et pratiques de paix en temps de guerre (1914-1918)

Colloque international        15-16 octobre 2015

Lieu : La Flèche (Sarthe, France)

Quand se rétablira-t-elle ? http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source

Quand se rétablira-t-elle ?
http://www.europeana1914-1918.eu/de/europeana/record/9200310/BibliographicResource_3000093748838_source

Comité scientifique : Carl Bouchard (Université de Montréal), Rémi Fabre (Université de Paris-Est-Créteil), Jean-Michel Guieu (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), Jean-François Jagielski (CRID 14-18), Stanislas Jeannesson (Université de Nantes), Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS, CIR Historial de la Grande Guerre), Stéphane Tison (Université du Maine).

 

La porosité des cultures de paix et de guerre s’effectue dans le temps du conflit avec ses propres modalités qu’il conviendra d’interroger et ses temporalités qu’il faudra tenter de mesurer et d’identifier. Deux approches peuvent être ici considérées comme les fils conducteurs de la réflexion à mener : l’analyse de ce que l’historien britannique Martin Ceadel a défini comme « le sentiment de la paix » qui passe par une expérience au moins d’une sécurité ; l’étude du discours sur la paix, qui peut être autant instrumentalisé que revendicatif comme l’avait montré en 2006 le colloque Paroles de Paix en temps de guerre, abordant à la marge la Grande Guerre. La paix doit être ici entendue comme une aspiration, une expérience et un discours, dont il s’agira de saisir les relations et les lieux de leur pratique, en décrivant les formes sociales et culturelles des représentations de cet « horizon d’attente » (Reinhart Kosseleck) des sociétés en guerre entre 1914 et 1918. Quelle place reste-t-il à la paix dans ce temps de guerre ?

Plusieurs thématiques pourront être abordées :

-        La paix comme souvenance de l’avant-guerre.

Dans quelle mesure la guerre anéantit-elle les imaginaires et les pratiques forgées durant les longues décennies de paix qui ont précédé le déclenchement du conflit ? Le souvenir de la vie d’avant est-il effacé par l’expérience de la guerre, par la mobilisation de toutes les activités et la focalisation des pensées sur la ligne de feu ? L’étude des références à l’avant-guerre dans les correspondances mérite une attention particulière. Cette réflexion pourra être située socialement pour mieux comprendre comment les différentes classes sociales maintiennent ou organisent ces moments de sociabilité issus de l’avant-guerre. Le mythe de la Belle Epoque, comme nostalgie du temps de paix, dont on pourra chercher à faire l’archéologie, se dessine-t-il pendant le conflit ?

-      La paix imaginée, rêvée.

À travers les différents supports que sont les journaux de tranchées, les cartes postales, le dessin ou la caricature, les carnets et journaux de guerre, les chansons, apparaissent des représentations multiples de la paix. Il s’agira de saisir dans ces productions littéraires et artistiques les références culturelles et/ou politiques dans leurs agencements et leurs variations au cours des 52 mois du conflit.

-      La paix comme expérience temporaire.

Si les sociétés européennes s’inscrivent massivement dans l’effort de guerre, comment au quotidien des moments de paix sont-ils toutefois ménagés ? Si les fraternisations pourront être abordées, comme une forme temporaire de paix entre ennemis parmi les plus explicites, d’autres expériences méritent l’attention. Comment le souvenir, l’aspiration, les expériences de la paix aident-elles à traverser la guerre, à surmonter l’épreuve ? Comment les soldats reconstituent-ils des moments de paix afin que leur existence ne soit pas totalement envahie par la seule expérience du combat ? Permissions, loisirs, spectacles et sports aux armées y contribuent. Dans quelle mesure le soldat s’autorise-t-il ou est-il autorisé à jouir de la vie ? Dans quelle mesure cette possibilité s’accommode-t-elle de l’injonction à poursuivre l’effort de guerre ? Et avec quelle efficacité dans la durée ?

-      La paix comme revendication.

Certains combattants semblent même prêts à faire passer la paix avant la victoire, quitte à déplaire à leur famille et à l’arrière. Dans quelle mesure ce désir de paix témoigne-t-il d’une démoralisation ponctuelle ou plus profonde des combattants ? Quel rôle joue-t-il dans les actes de désobéissance collective et les mutineries ? Comment ce désir de paix s’exprime-t-il également à l’arrière, notamment lors des grèves de 1917-1918 ? Face à un conflit qui s’installe dans la durée, comment « la paix par la victoire », qui semble initialement seule acceptable, est-elle progressivement contestée par d’autres formules exprimées par certains secteurs de l’opinion ou certaines personnalités ? Il s’agira également de revenir sur les tentatives de paix négociée, de contacts entre diplomaties ou intermédiaires plus ou moins officieux, permettant de saisir l’ambivalence du couple guerre/paix. En effet, la paix n’est pas seulement une alternative à la guerre, elle peut aussi être perçue comme son accomplissement (les buts de guerre sont aussi des objectifs de paix) dans la victoire et la conquête. Dans certains cas, le discours pacifiste est d’ailleurs inséparable du discours belliciste et s’accompagne de postures et de gestes bellicistes qui l’entrecroisent : c’est toujours pour la paix qu’on se bat. Le discours pacifiste comme « discours de compensation » doit être ainsi analysé.

-      La paix à bâtir.

Malgré la censure et les risques d’accusation de « défaitisme », la Première Guerre mondiale a suscité comme jamais auparavant une vaste réflexion sur la paix future et les moyens de parvenir durablement à un ordre international pacifique. Dans quelle mesure ces divers projets ont-ils pu orienter la formulation des buts de paix des gouvernements belligérants ? Il s’agira ici de mieux saisir en quoi l’expérience de la guerre infléchit la façon dont l’organisation de la paix est pensée, quels médiateurs ou lieux de médiation demeurent ou apparaissent à un moment où la limite entre pensée pour la paix et défaitisme est infime.

Ainsi pourra-t-on mieux saisir les ambiguïtés du discours de la paix, la censure autour de la paix, l’instrumentalisation de la paix, de même que l’articulation d’une culture guerrière mobilisée pour vaincre et les aspirations à l’arbitrage, à la conciliation, à la paix.

Les propositions de communications (3 000 signes environ), accompagnées d’une courte notice biographique de leur auteur (mentionnant notamment leurs travaux en rapport avec le thème du colloque), doivent être envoyées (fichier attaché en format word ou pdf) aux organisateurs au plus tard le 15 septembre 2014 :

Jean-Michel GUIEU, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)

Jean-Michel.Guieu@univ-paris1.fr

Stéphane TISON, Maître de conférences en Histoire contemporaine (Université du Maine)

Stephane.Tison@univ-lemans.fr

Colloque labellisé par la mission du centenaire et organisé en partenariat avec l’Université du Maine, le Centre de recherches historiques de l’Ouest, l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, le LabEx « Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe » et l’IHEDN.

 

Front Caucasien LR

Journée d’étude “Le front caucasien de la Grande Guerre”

Jeudi 5 juin 2014

Collège de France, 3 rue  d’Ulm, Paris 

Le front caucasien de la Grande Guerre

Journée d’étude organisée par Cloé Drieu et Claire Mouradian,

et soutenue par le Cercec, le Cetobac, le Collège de France, l’Orient-Institut Istanbul, l’IISMM et la Fondation Hugot. 

Matin (9:00-12:30)

Nouvelles approches de l’histoire du front caucasien

Présidence : Henry Laurens (Collège de France)

9:00 – accueil

9:15-9:30 – Introduction

Michael REYNOLDS (Princeton University) « The Caucasus Between Ottomans and Russians in WWI (1908-1918) »

Ozan ARSLAN (Izmir University) « The Caucasian Front or the ‘Caucasian Sideshow’?: Ottoman and Russian Empires’ War Strategies and Military Operations in the Near East, 1914-17 »

10:45-11:15 Questions / discussion

11:15-11:30 Pause café

Jacques FREMEAUX (Paris IV) « Le Caucase et les opérations militaires au Levant : perspectives stratégiques (1914-1918) »

12:00-12:30 Question / discussion

 

Après-midi (14:00-18:30)

Peuples et nations au cœur du conflit

Présidence : Eugene Rogan (University of Oxford)

Lusine NAVASARDYAN (Cercec/Ehess) « Les groupes de volontaires arméniens du front du Caucase au cours de la Première Guerre mondiale »

Edith YBERT (Cetobac) « Les Adjars (Géorgiens musulmans) et le front du Caucase (1914-1918) : traîtres ou victimes ? »

15:00-15:30 Question / discussion

15:30-15:45 Pause café

Bruno ELIE (Chercheur indépendant) « Faik Tonguç, ou ce que signifie être jeune et Turc en 1914 »

Ronald SUNY (University of Michigan) « War and Genocide: Armenians, Assyrians, and the Caucasian Front » 

16:45-17:15 Question / discussion

17:15-17:30 Pause café

Claire MOURADIAN (CNRS) « Présentation de quelques documents d’archives françaises et russes : textes et reportages de guerre sur le front du Caucase »

Discussion générale


Carnets de recherche