« Nicht ärgern, nur wundern » Gerd Krumeich

 Nicht ärgern, nur wundern[1]

Gerd KRUMEICH (Émérite de l’Université de Düsseldorf et Vice-Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Le visiteur qui entre dans la salle 3 de l´Historial de la Grande Guerre aperçoit un un imposant panneau en bois (4 m/1,40 m) sur lequel est inscrit : en lettres soignées « Nicht ärgern nur wundern ». Cet objet est un dépôt de l’Imperial War Museum de Londres depuis 1992, date de l’ouverture du musée.[2]

photo-nicht

Photo Yazid Medmoun

De quoi s´agit-il et que signifie cette inscription ?

Pour ce qui est de la première partie de la question, la réponse est simple : il s’agit d´un panneau que les soldats britanniques ont découvert quand ils entrèrent dans Péronne, début avril 1917 après la retraite des Allemands vers la Ligne Siegfried. Ce panneau était fixé au fronton de l´Hôtel de Ville de Péronne, à moitié détruit. Les britanniques traduisirent l´inscription de la manière suivante :

« Don´t wonder, just admire ».

Et ils imaginèrent que les allemands se moquaient d´eux en les invitant à ne pas s´étonner de ce beau bâtiment détruit par leurs soins et à admirer cette autre et énorme barbarie des « Huns ». Ils le photographièrent et diffusèrent immédiatement l´image, diffusion relayée également par les Français.

9 - Principal
Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Yazid Medmoun

Mais que signifie donc cette inscription allemande ? La traduction faite par les Britanniques et les Français est incorrecte.  Les traducteurs des deux langues n´ont pas fait la distinction entre « wundern » et bewundern ». Or, « Sich wundern » correspond à : s´étonner, tandis que « bewundern » signifie en effet : admirer.

La traduction correcte serait donc : « Ne vous fâchez pas, étonnez-vous seulement »

Mais, qu’ont voulu dire les soldats allemands avec cette inscription aussi soigneusement accrochée à l ´Hôtel de ville en mars 1917 ?

Il y a vingt ans, je n’avais pas de réponse précise et je plaidais pour une l’interprétation selon laquelle les soldats allemands utilisèrent un proverbe bien connu entre soldats désabusés : « Ne t’en fais pas, tu ne peux rien faire : Regarde ce que détruit la guerre, vous et nous on est pareil » (14/18 aujourd´hui  No. 2 (1999), p. 12 à 16).

Malheureusement,  la mauvaise interprétation par la propagande britannique et française  a été reprise dans des ouvrages récents, notamment dans le « Larousse de la Grande guerre » (p. 259).

Aujourd’hui, (décembre 2016) il me semble que nous nous approchons de la solution grâce à deux sources nouvelles.

La première est le journal d’Hugo Natt, médecin au Quartier général de la 56è division, Rég. d´Inf. No. 118 : remis à la Bibliothek für Zeitgeschichte il y a quelques années par les héritiers d’Hugo Natt.Nous en avons publié de longs extraits dans le livre « Die Deutschen an der Somme » éd. G. Hirschfeld, G. Krumeich, I. Renz, Stuttgart 2006 seconde édition 2016 – je cite d´après cette nouvelle édition, enrichie de textes et de documents nouveaux. Le docteur Hugo Natt décrit, dans son Journal depuis le front, les débuts de l’action « Alberich » en 1917. Cela commence par une longue description de l ´Hôtel de ville de Péronne, qui lui semble, à la date du 20 février (p. 249s.), particulièrement atteint à l’intérieur, « ce que l´on ne voit pas depuis la rue ». Il décrit l’état de destruction complet dans lequel se trouvait le Musée Alfred Danicourt, situé dans le bâtiment de l´Hôtel de ville. Il décrit aussi comment les soldats allemands, pour mieux protéger leurs abris dans la cave, ont utilisé des œuvres d´art et documents, pour faire une sorte de rempart contre de nouvelles grenades et bombes. Le 3 mars 1917, il décrit avec précisions les différentes tentatives des soldats allemands pour démolir « le grand bâtiment de la Gendarmerie nationale », bien qu´on ait inséré plus de 50 kg d’explosifs dans des trous qu´on avait percés dans les murs.

5 mars 1917 : Depuis deux jours, on détruit d´une façon systématique la ville de Péronne. Et Natt de commenter : « Face à l´Hôtel de ville c´est le désert des maisons, dont on a arraché le front ».

Le 11 mars, il reprend : « Au fur et à mesure qu´on a détruit, le feu a pris dans les rues de Péronne. Aujourd’hui c´est un aviateur anglais qui apparait et qui projette des bombes. On a du se réfugier dans les caves. » (p. 252).

Le 15 mars le Dr. Natt se trouve à Hancourt et il décrit les pièges que les soldats allemands, en se retirant de la ville, ont fabriqué pour les anglais qui vont arriver : « On a entre autres placé des grenades à main derrière les portes, de manière qu´elles explosent quand qn., appuie sur la poignée de porte. (p. 254). On a aussi (« malheureusement, » dit Natt) coupé tous les arbres fruitiers. Même dans le cimetière on a coupé les arbres. »

Et le 23 mars, se situant à Maubeuge il note dans son Journal un entretien avec un certain Lieutenant Ronenberg qui « est parti de Péronne le dernier » (p. 256). « Il nous a raconté avec grande fierté des surprises (que je trouve hors de tout bon gout) qu´ils ont laissées pour les anglais. Ils avaient, entre autres, placé sous un vieil abri une table garnie de deux assiettes, sur lesquelles avait mis des rats et des harengs ainsi qu´un verre de brut et une fiche où on avait écrit : « Cher Tommy, bon appétit ! Ne te fâche pas, étonne-toi seulement ». On avait aussi mis un tas de grenades à main qui allait exploser quand on y touchait.

C´est une description très dense et précise du « travail de destruction » opéré par les soldats allemands lors de leur retraite sur la ligne Siegfried en mars 1917.

Est-il donc vrai qu´ils ont donc délibérément tout détruit ou miné et laissé une inscription hautement cynique sur le fronton de l´Hôtel de ville ? C´est l´interprétation classique, bien sûr, mais est-elle pertinente ?

Nous savons en effet que les soldats français et britanniques tentaient depuis 1915 de « déloger« les Allemands de Péronne. Et que bien entendu cela a provoqué un grand nombre de destructions et contraint les allemands à faire partir à l’arrière ou vers la France non occupée la grande majorité de la population.

Or, à cet égard, nous disposons maintenant d´une source profonde et particulièrement riche en détails, à savoir le journal quotidien de Pierre Malicet, magistrat à Péronne.  Le livre2, édité par les soins d´Annie Deperchin (http://bit.ly/2gIpX3u) , membre de Centre international de recherche de l´Historial, est un formidable document, excellent surtout par l’esprit d´équité, de détachement, d´ « objectivité » de l’auteur qui rappelle le fameux « Journal d´un bourgeois de Paris », l´un des meilleurs textes du Moyen Age. Or, Pierre Malicet décrit, au jour le jour, ce qu´il vit et ce qu’il se passe. Il constate en septembre 1914 que souvent les officiers des troupes françaises venant dans la ville après le premier départ des allemands (11 septembre 1914) sont pires que les soldats allemands. Il décrit aussi, plusieurs fois, la façon dont la populace profite des réquisitions et destructions opérées par des allemands pour s´approprier tout bien laissé dans les maisons, surtout le vin dans les caves.

Lundi, 11 janvier 1915, il note :

« Il parait que la fabrique de Flaucourt a été détruite par les obus français ; des habitants ont été tués. On affirme que des obus sont tombés près de la Clinique du Quinconce et près du Château ; un chauffeur de l´Etat-major a raconté qu´il allait arriver 50.000 Allemands le 15 et que Péronne serait bombardée et évacuée. En tout cas, les blessés allemands quittent tous la ville. »

Et Mardi, 4 juillet 1916

« « … Le matin tout est calme, puis on entend la fusillade et le gros canon. Je sors sur la place pour la première fois depuis 8 jours. Il y a du monde dans les rues. Tout le haut de la maison Cocud est broyé ainsi que la devanture du café St. Jean devant lequel une bombe a creusé un grand entonnoir. Rue du Sac, la maison Rubé est affreusement broyée : les étages sont tombés au rez-de-chaussée. C´est l´amoncellement de débris. Dans tous les quartiers, c´est la même chose. Une bombe a frappé l´Hôtel de Ville, a traversé le musée, brisé le plafond du cabinet des maires et est ressortie sur la place à travers le mur en pierres de taille. Heureusement, nos édiles étaient sortis depuis 10 minutes. Le campanile est criblé de trous ; l´horloge est enfoncée. On ne parlera plus de « l´heure du campanile ». Une bombe est tombée sur la place a fait sauter le pavé par-dessus les hautes maisons de la place (…) Des civils profitent du bombardement allié] pour piller les maisons éventrées. La bijouterie Tellier a été mise à sac, mais il parait que c´est par des soldats [allemands]. (…).

Mercredi 5 juillet

« Toujours de très gros coups de canon français martèlent sans cesse la ville de ses coups sourd et destructeurs. On dit que les hommes de Péronne ont été emmenés à St. Quentin, puis à Solesmes. Le soir, la bataille fait rage, les canons se répondent avec acharnement ».

Formidable récit déconcertant, puisque, en fin de compte, on peine à comprendre qui a détruit quand et, pourquoi et comment. « Les gros canons se répondent ». Voilà, il me semble, la clé de l´énigme. Péronne, particulièrement atteinte par des bombardements alliées, est achevée sans vergogne par les allemands lors de leur retraite en 1917. Et l´inscription fameuse sur l´Hôtel de ville de Péronne ? Pourquoi cet effort d´écriture aussi précise et cynique. Il me semble maintenant que ce grand panneau en bois, posé sur la façade détruite du bâtiment, n´a rien à voir, en réalité, avec la destruction de l´hôtel de ville en particulier. Ce bâtiment est détruit depuis bientôt un an à ce moment-là. Et je ne pense pas qu´il ait pu intéresser d´une façon particulière les soldats allemands bien habitués à toute sorte de destruction par tout un chacun. Le gros panneau ne dit, qu´en grandes lettres, ce que dit la petite fiche, posée sur la table préparée pour l’explosion, et que cite le Dr. Natt Je l´interprète de la façon suivante: « Tommy, ne t’en fais pas, si tu te trouves déchiré pour notre plaisir. Nous avons juste fabriqué un autre truc de la destruction universelle que nous, les soldats de toutes les armées, pratiquons tous et tous les jours. »

Gerd KRUMEICH (Émérite de l’Université de Düsseldorf et Vice-Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

[1] Je remercie Annie Deperchin  et Caroline Fontaine de leur travail assidu de rendre en français correct le texte que j´ai soumis.

(2) « Le Journal de Guerre de Pierre Malicet – Un magistrat des territoires occupés pendant la Première Guerre mondiale » Texte présenté et annoté par A. Deperchin, Publié par le Centre d’Histoire Judiciaire de Lille, 2016         ISBN : 2-910114-34-1 Prix : 25€ TTC.                        En vente à l’Historial de la Grande Guerre et en ligne :  http://www.historial.org/Informations-pratiques/e-Boutique

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *