Le PROGRAMME 2019 est en préparation…

Programme 2018

  • Dimanche 11 novembre – 15H – Historial de la Grande Guerre,  Salle du théâtre de verdure : Conférence « Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 en 2018 » Victor DEMIAUX (EHESS)

“11 novembre” Pierre-Albert Leroux, aquarelle, Collect° Historial de la Grande Guerre Yazid Medmoun

Il y a cinquante ans paraissait dans la collection “les 30 journées qui ont fait la France” l’ouvrage de Pierre Renouvin sur le 11 novembre 1918. Si cette réflexion, devenue classique, reste un modèle indiscutable, sa focalisation sur les aspects diplomatiques, militaires et politiques constitue aussi en creux un révélateur des profonds renouvellements du questionnaire historien intervenus depuis lors. Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 aujourd’hui, c’est d’abord s’intéresser aux représentations et aux émotions de ceux qui le vécurent, à la liesse collective, aux gestes qui s’y déploient et aux formes de ritualisation spontanées qui accompagnent et font l’événement. C’est aussi en écrire une histoire internationale et transnationale, nullement limitée au cadre hexagonal. Evénement politique et militaire, événement vécu collectivement, événement-monde, le 11 novembre 1918 doit enfin être appréhendé comme un événement-mémoire, une date cristallisant le processus de commémoration de la Grande Guerre dès les années suivant 1918.

  • Jeudi 8 novembre – Hôtel des Invalides – Paris« Une guerre sans fin ? Les armistices de 1918 au carrefour du monde »Il s’agira de se placer au cœur des quatre armistices de l’automne 1918 : Salonique, avec la Bulgarie ; Moudros, avec l’Empire Ottoman ; Villa Giusti, avec l’Autriche-Hongrie ; et bien sûr Rethondes, avec l’Allemagne. Ces quatre cessez-le-feu négociés (en prenant en compte le renversement de l’armistice russo-allemand de Brest-Litovsk du 15 décembre 1917), représentent un tournant majeur – temporel aussi bien que spatial. D’où la métaphore : « carrefour du monde ». Car le sort de ces divers armistices concerne le monde entier, y compris les domaines coloniaux. Toutefois, ce moment de suspension entre guerre et paix ouvre une boîte de pandore en termes de possibilités futures. Avant l’arrivée de la paix plus ou moins définitive (à partir de 1923), les possibilités en question vont constituer l’enjeu de la sortie de la guerre: pour partie à travers la conférence de la paix à Paris (1919); mais pour partie aussi à travers une « guerre sans fin » constituant le contrepoint violent du processus diplomatique. On scrutera chacun des armistices pour tenter de retrouver leurs potentiels “futurs”, y compris imaginés, ainsi que leurs contradictions intrinsèques.  Modérateur: John Horne (Trinity College Dublin)14h00-15h40 : Les Armistices
    1. Armistice de Brest-Litovsk, 15 décembre 1917. Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)
    2. Armistices de Salonique, 30 septembre 1918 et de Moudros, 31 octobre 1918. Isabelle Davion (Université de Paris-Sorbonne)
    3. Armistice de Villa Giusti, 4 novembre 1918. Marco Mondini (Université de Padoue)
    4. Armistice de Rethondes, 11 novembre 1918. Robert Gerwarth (University College Dublin)

    Pause-café

    16h00- 17h00 : Les réponses de l’histoire

    1. La réponse de l’histoire : L’Europe. Heather Jones (University College Londres)
    2. La réponse de l’histoire : Le Proche Orient. Alexandre Toumarkine (Institut national des langues et civilisations orientales)

    Débat des conférenciers avec le public : « Quelles sorties de guerre possibles ? »

    Pause-café

    La table ronde, qui clôture un cycle de conférences « Les sorties de guerre – France, Allemagne, Europe, 1917-1923 » est organisée sous l’égide de l’Institut Historique Allemand de Paris, du Centre international de recherche l’Historial de la Grande Guerre, de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre et du Musée de l’Armée.

    Inscription obligatoire event@dhi-paris.fr

           -19h30-21H00: Conférence de Bruno Cabanes

“L’humanitaire international à la sortie de la Première Guerre mondiale”

Inscription:  c.fontaine@historial.org

La sortie de la Grande Guerre s’accompagne de crises humanitaires de grande ampleur qui touchent l’ensemble du continent européen et au-delà. Les survivants du  conflit ne sont pas seulement des vétérans ou d’anciens prisonniers de guerre, mais aussi des millions d’apatrides, des victimes d’épidémies et de la faim dont beaucoup d’enfants, des populations prises dans le chaos des conflits qui embrasent l’Europe d’après-guerre. Face à de telles catastrophes, les nouveaux États nés de la guerre ou ceux qui en sortent terriblement affaiblis sont impuissants. S’engage alors une mutation en profondeur du champ humanitaire à l’échelle transnationale: une nouvelle gestion de l’urgence, de nouvelles expertises pour la prise en charge des victimes, de nouveaux outils juridiques, et même de nouvelles manières de sensibiliser à la souffrance d’autrui.

Bruno Cabanes occupe la chaire Donald G. et Mary A. Dunn d’histoire de la guerre à 0hio State University. Il est l’auteur notamment de The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924 (Prix Birdsall de l’American Historical Association en 2016)

 

  

  •   Lundi 5 Novembre :  Conférence de Philippe NIVET “1918” à l’issue de laquelle se déroulera,  la cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme, et dans le cadre des Lundis de la Culture du Conseil départemental,  35 rue Lamarck à AMIENS, à 18h30,  Inscription OBLIGATOIRE : tel 03 22 17 83 51 et communication@somme.fr

OCTOBRE

  • Samedi 13 octobre – Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 16H-17H30, Salle Lavoisier Conseil départemental du Loir et Cher Place de la République Blois.

Table ronde « Tu n’as rien vu dans la Grande Guerre ? » Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

En 1921, Marc Bloch, dans son article programmatique « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », déclarait : « Tout se passe comme si la plupart des hommes circulaient les yeux à demi fermés au milieu d’un monde extérieur qu’ils dédaignent de regarder. »  Il venait de vivre la Grande Guerre les yeux ouverts – oh combien – comme combattant et comme médiéviste. Et pourtant les sources-images ont longtemps été  dédaignées par les historiens, qu’elles soient photographies, dessins, films, objets, etc… Marine Branland, à propos de quelques  artistes et Alexandre Sumpf  sur les sources audio-visuelles de la révolution russe, Manon Pignot et Annette Becker à propos des adolescents au front et des civils essaieront de démentir le pessimisme de Bloch, sous la présidence de Laurence van Ypersele.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.