Dimanche10 et lundi 11 Novembre : 2 conférenceS et la cérémonie de remise des bourses gerda henkel du centre international de recherche de l’historial de la grande guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter :

Dimanche 10 novembre 2019

Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Paris

15h : Conférence de Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

“Le tiers espace de la Grande Guerre :  l’Europe occupée, 1914-1918”

organisée en partenariat avec le musée de l’Armée

Lundi 11 novembre 2019

Historial de la Grande Guerre, Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

17h : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme;

18h : Verre de l’amitié

 

 

 

PROGRAMME

Dimanche 10 novembre 2019, 15h, Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, PARIS

“Le tiers espace de la Grande Guerre: l’Europe occupée, 1914-1918”

Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

en partenariat avec le musée de l’Armée

La grosse poire, caricature bruxelloise, 1915. Avec l’aimable autorisation des Archives de la Ville de Bruxelles

Le front, l’arrière : la Première Guerre mondiale recristallise l’Europe belligérante en deux espaces. D’une part, les zones où les armées s’affrontent : front de l’Ouest, front des Carpates… D’autre part, celles, plus vastes, qui nourrissent le front et que le front est censé protéger – l’arrière, die Heimat, otechestvo. Mais il est une partie de l’Europe en guerre qui n’est ni front, ni arrière. Ce sont les territoires envahis et occupés par une force ennemie. Habitants du département du Nord d’octobre 1914 à octobre 1918; de la Galicie d’août 1914 à juin 1915; de la Belgique; de la Serbie; du Frioul après Caporetto… en tout, 40 millions d’Européens se trouvent, pendant un temps plus ou moins long, derrière les lignes ennemies. Des régimes d’occupation militaire gèrent, de façon plus ou moins stable, tout un pan de l’espace européen, allant de Lille à Rostov-sur-le-Don et de l’Estonie à l’Albanie. En résumé, l’Europe occupée constitue une dimension à part entière du conflit. C’est un tiers espace de la guerre : ni front, ni arrière. Espace en marge de la guerre puisque les armées ne s’y affrontent pas et les sociétés n’y sont pas affectées à un « effort de guerre » national. Mais également espace créé par la guerre et complètement imprégné par elle.

www.reneedegroot.com
info@reneedegroot.com
+31627389173

Sophie De Schaepdrijver est professeure d’histoire de l’Europe contemporaine à la Penn State University (É.-U.). Historienne de la Première Guerre Mondiale, elle étudie plus particulièrement les occupations militaires, les écrits de l’intime, les villes et le genre. Ses ouvrages les plus récents: Military Occupations in the First World War (dir., 2014); Bastion: Occupied Bruges in the First World War (2014); Gabrielle Petit: The Death and Life of a Female Spy in the First World War (2015; propre traduction revue et complétée, 2018); An English Governess in the Great War: The Secret Brussels Diary of Mary Thorp (en collaboration avec Tammy Proctor; 2017). Durant l’année académique 2016-2017, professeure invitée à l’Université du Kent (R.-U.), elle tient une série de conférences sous le titre de “Enemy Rule: Seeing the First World War Through the Lens of Military Occupations.” Commissaire de plusieurs expositions lors du centenaire, elle a dirigé, le plus récemment, un projet sur les enjeux sociaux de la libération de la commune bruxelloise de Molenbeek en novembre 1918.

Lundi 11 novembre 2019

HISTORIAL DE LA GRANDE GUERRE, Salle audiovisuelle

Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

 

Comment les Français sont-ils sortis de la Grande Guerre ? Evidemment, cela dépend de qui parle-t-on (homme, femme, soldat, civil), d’où on parle (ville, campagne, régions libérées l’Alsace-Lorraine « retrouvée »), et de quand on parle – car sortir, est un processus. John Horne abordera ce processus sous quatre chefs et selon quatre temporalités : le retour des soldats ; les angoisses de la victoire ; la « démobilisation » des civils ; et la réconciliation entre Allemands et Français. Il suggéra, en conclusion, que si les Allemands ont eu une « culture de la défaite », les Français ont connu une « culture de la victoire » aux années 1920s, culture sujette à de fortes doutes internes et qui, n’ayant pas pu se convertir en une paix durable, se désagrège sous les effets conjugués de la crise économique et des perturbations politiques des années 1930. Bref, la « victoire » signe des sorties de guerre multiples et profondément troublées.

John Horne est historien, professeur émérite d’histoire européenne à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il a fait partie du conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Il est l’auteur et éditeur de plusieurs livres et de plus cent chapitres et articles, dont beaucoup se rapportent à la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2005); (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; (avec R. Gerwarth), War in Peace : Paramilitary Violence in Europe after the Great War (2012) et ‘End of a Paradigm? The Cultural History of the Great War,’ Past and Present, 242/1, février 2019, pp. 155-92.

17h :  Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

présidée par Laurent Somon, Président du Conseil départemental de la Somme

Cette année, 6 lauréats recevront une bourse pour la poursuite de leur thèse, qu’ils présenteront en 5 mn :

Damien ACCOULON : « Une « fraternité des ailes » ? Expérience combattante et sociabilités des As de l’aviation allemands, britanniques, et français (1914-1939) »

Rose MALLOY : « Migration during the First World War In Slovenia and northern Italy »

Jean-Philippe MILLER-TREMBLAY : « L’ordre serré dans les armées française et britannique (1853-1920) »

Sneha REDDY : « North African and Indian soldiers in the First World War  in Palestine and Syria 1917–1923 »

Nina REGIS : « Le pain de guerre allemand durant la Première Guerre mondiale »

Maria XYPOLOPOULOU : « Un front « oublié » sous le regard des photographes. Approches, pratiques et usages de la photographie, représentations culturelles et du genre pendant la Première Guerre mondiale »

18h : Verre de l’amitié

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org

http://1418.hypotheses.org/

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

      

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.