École d’été : musées et expositions de la Grande Guerre.

26.06-01.07.2023, Péronne, Somme, France

Photo Aurélien Roger

L’Historial de la Grande Guerre à Péronne, à la fois musée et centre international de recherche a 30 ans. Il s’agit de la première structure muséale consacrée à la Grande Guerre fondée sur la recherche historique ayant dépassé l’histoire militaire pour englober toutes les sociétés et les cultures des belligérants, abordées de manière comparative et globale. L’Historial a aussi bénéficié d’une architecture et d’une muséographie originale et exigeante.
Aussi avons-nous pensé qu’après le centenaire qui a vu naître et/ou se transformer à travers le monde tant de musées et d’expositions temporaires, il serait passionnant de réfléchir à l’histoire de la muséification de la Grande Guerre et à son présent renouvelé.

Le cadre de cette réflexion sera une école d’été accueillant une quinzaine d’étudiantes et étudiants en master 2 et doctorat qui aura lieu du 26 juin au 1er juillet 2023. Depuis 2014, le Centre international de recherches organise en effet des écoles d’été permettant à de jeunes chercheuses et chercheurs de rencontrer des experts mondialement reconnus et de réfléchir et travailler ensemble sur les nouveaux territoires de la recherche sur la Grande Guerre.

Photo Aur
Photo Aurélien Roger

Dès 1914 et encore plus après 1918, de nombreuses traces de la guerre sont devenues des mémoriaux et des musées, chez tous les belligérants.
Depuis lors, on a, d’une part, érigé des musées dits de site, sur tous les champs de bataille, – ainsi l’Historial se trouve à Péronne dans la Somme – d’autre part des musées que l’on pourrait dire « d’arrière », ou des fronts domestiques, destinés à faire connaître la guerre à ceux qui ne l’avaient connue que de loin, dans l’espace, alors, dans le temps jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, des musées existants, particulièrement des musées militaires ou musées d’histoire, ont également ouverts de nouvelles sections entièrement consacrées à la Grande Guerre peu de temps après 1918, notamment, à partir de trophées qui ont connu depuis de nombreuses évolutions. Cette patrimonialisation du conflit a connu deux nouveaux développements depuis les années 1990, avec le retour de la Grande Guerre dans l’historiographie puis les années 2010 avec la préparation du centenaire. Des musées nouveaux ont alors été créés, d’autres se sont réinventés ou rénovés et surtout de très nombreuses expositions ont été organisées, y compris dans des institutions culturelles jusqu’alors peu concernées – au moins directement – par la Grande Guerre (bibliothèques, musées d’art, centres d’archives…). Ces expositions jouent aussi un rôle central dans la muséification de la Grande Guerre, d’autant qu’elles ont aussi une histoire qui remonte au conflit lui-même.
Par ailleurs, le fait que la guerre actuelle a déjà vu éclore un certain nombre de musées et expositions temporaires en Ukraine, où l’on peut dire, comme entre 1914 et 1918 qu’ils sont aussi des « champs de bataille », entre lieux de propagande, de monstration de reliques et de deuil, ne manquera pas de stimuler notre réflexion.

Les sites de champs de bataille sont inclus dans un tourisme culturel – tourisme de la catastrophe – le Dark Tourism. Ces musées-mémoriaux sont à la fois d’histoire parce qu’ils sont au cœur de la méthode des sciences sociales. Ils sont aussi souvent compris comme œuvres de mémoire. Ainsi des objets, des armes aux possessions personnelles des combattants et des leurs : ils ne racontent qu’une seule histoire, n’ont appartenu qu’à un seul individu, et en même temps ils sont assez banals pour que chacun dans un même groupe ait possédé le même, toujours semblable toujours différent. Ces objets sont traversés par la guerre qui leur donne un sens nouveau, une aura.

Ce qui est montré dans ces musées et leur muséographie sera au cœur de notre réflexion, lors de visites et d’ateliers où les objets, photographies, œuvres d’art, films, catalogues d’expositions temporaires, etc… seront manipulés et étudiés.

Les historiens de l’Historial et les conservateurs qui ont « fait » le musée et rédigé le catalogue seront présents, ainsi que des collègues d’autres importants musées en France, (ainsi le musée de l’Armée aux Invalides), de Roveretto en Italie, de Riga en Lettonie ce qui devrait permettre aux participantes et participants à l’école d’été d’entrer dans la « fabrique » du musée de la Grande Guerre.

Fonctionnement

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le français. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du français est toutefois exigée.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatoire à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes ; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Les frais de déplacement vers/depuis Paris sont à charge des candidat·e·s et de leurs institutions d’appartenance.

Comité organisateur

Nicolas Beaupré, Annette Becker, Caroline Fontaine, Franziska Heimburger.

Pour nous contacter par mail : museo1418@framalistes.org

Modalités pour postuler

Peuvent postuler : M2 et doctorant·e·s. Une quinzaine de candidatures seront retenues.
Seront favorisés
– Tous les sujets de thèses ou mémoires consacrés à la Grande Guerre
– Les sujets de thèse ou mémoire consacrés à la patrimonialisation et muséification des conflits contemporains

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant 23h55 le 3 mars 2023 à l’adresse https://museo1418.sciencesconf.org/ :

Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant en haut à droite sous “Connexion” l’option “Créer un compte”.

2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.

3- Une fois que vous êtes connecté avec votre compte, cliquer sur « Mes dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.

4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires” (en veillant à bien cliquer sur “transférer” pour chaque fichier).

Franziska Heimburger

Franziska Heimburger est maître de conférences à Paris-Sorbonne. Elle travaille, à la suite de sa thèse, sur les langues et l'histoire, particulièrement en contexte guerrier.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.