Lauréats 2023 des bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

     

Alexandar Arroyo et Stéphane Haussoulier Président du Conseil departemental de la Somme

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

    

David Hager et Guillaume Duflot, Président de l’Historial de la Grande Guerre

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

             

Marie Leyder et Stéphane Haussoulier Président du Conseil departemental de la Somme

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de

l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

 

Chloé Pastourel et Guillaume Duflot, Président de l’Historial de la Grande Guerre

PRESENTATION

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

À travers l’utilisation de sources encore peu mobilisées pour l’étude du cas serbe (journaux et mémoires de combattants, justice militaire…), je m’intéresse à l’expérience de guerre serbe, notamment sous l’angle du moral et de la discipline en temps de guerre. Ce travail vise à mettre en lumière l’ampleur des défis que rencontre l’armée serbe sur cette longue période de guerre avec notamment plusieurs importantes crises de la discipline militaire, à analyser la manière dont cette armée cherche à faire évoluer ses outils et ses pratiques pour y faire face ainsi que la marge de manœuvre à l’échelle individuelle des combattants au sein de l’institution militaire.

 

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Les bombardements en 1914-1918 ont concerné des centaines de milliers de personnes, blessant et tuant des milliers de civils. Susceptibles de cibler des villes situées loin des champs de bataille proprement dits, ils furent un symbole de la fin de la distinction entre combattants et non-combattants. Ils constituent à ce titre une étape marquante de l’histoire militaire et de l’expérience de la guerre des populations. Progressant d’attaques diurnes effectuées par des avions isolés lançant un petit nombre de bombes légères en 1914 à des véritables séries de raids nocturnes exécutés par des dizaines de bombardiers capables de porter des centaines de kilos d’explosifs en 1917/1918 ainsi que par des canons tirant à plus de 100 kilomètres, leur caractère changea radicalement au cours de la guerre. En raison de l’avancement technologique, les conséquences ressenties au début de la guerre n’avaient que peu de rapport avec celles qui s’ensuivirent. Ma thèse, consacrée aux villes françaises éloignées du front, en tenant compte de la perspective internationale, analyse les conséquences matérielles et psychologiques de ces attaques, les mesures prises par les autorités pour protéger les villes et leurs populations, ainsi que les représentations des bombardements dans des textes et des images.

 

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Cette thèse examine l’engagement des infirmières et marraines de guerre sur le front de l’Yser entre 1914 et 1918, un espace devenu lieu d’entraide internationale lorsque la quasi-totalité de la Belgique fut occupée pendant la Première Guerre mondiale. À la fois proches et éloignées des tranchées, ces femmes ont participé activement au conflit en soulageant les souffrances des soldats. Alors que les infirmières ont affronté les horreurs du combat en personne, les marraines de guerre, quant à elles, étaient présentes dans de multiples espaces du front par le biais des lettres et des colis qu’elles envoyaient aux soldats. Ces femmes écrivaient à des soldats inconnus pour leur apporter un soutien moral, émotionnel et matériel, afin de pallier le manque de nouvelles de leurs proches. Mon projet de thèse vise à examiner les réseaux d’organisation, les pratiques de soin et les expériences de ces soignantes. Il ambitionne également d’analyser la réception et l’expérience du soin de la part des soldats et leur implication dans ceux-ci. Pour réaliser cette tâche, j’utilise des sources multiples issues des organisations humanitaires, des publications de journaux et revues, mais aussi des lettres, journaux personnels et photographies de ces femmes soignantes et des soldats qui ont bénéficié de leurs soins.

 

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Durant la Grande Guerre, la philanthropie américaine s’impose comme une institution de masse grâce à la mobilisation de l’ensemble de la société américaine. Leurs actions s’internationalisent vers le Vieux Continent. La France apparait comme un terrain d’expérimentation privilégié pour l’American Red Cross, pour le Comité Américain des Régions Dévastée, pour la Fondation Rockefeller et pour le French Heroes Lafayette Memorial Fund. Cette période est marquée par la professionnalisation des Américaines et des Françaises au sein du care notamment autour du modèle des infirmières visiteuses. Ces comités diffusent l’hygiène, la puériculture ainsi que les protocoles sanitaires américains et européens sur le sol français. Ils s’engagent également en faveur de la protection de l’enfance en luttant contre la mortalité précoce, contre la tuberculose et les maladies infectieuses. Ces actions contribuent à l’obtention des droits de l’enfant reconnus en 1924 par la Société des Nations.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.