Romain Rolland : appel à communications et à contributions

Capture d’écran 2013-06-23 à 20.15.57L’association Romain Rolland et le Centre d’Histoire Espaces et Cultures (Université Blaise Pascal – Clermont Ferrand) organisent une journée d’étude à l’occasion du centenaire de la parution d’Au-dessus de la mêlée.

Voici l’appel à communication :

Centenaire d’Au-dessus de la mêlée de Romain Rolland

Journée d’étude organisée par l’Association Romain Rolland

17 octobre 2014 (Sorbonne)

 

Publié les 22-23 septembre 1914 dans les colonnes du Journal de Genève, « Au-dessus de la mêlée » compte parmi les plus spectaculaires manifestes de l’histoire des intellectuels européens.

Le texte, jeté dans l’arène au moment où le patriotisme atteignait son paroxysme, fit de Romain Rolland, non pas seulement, un pôle de répulsion, « l’icône bien trouvée du défaitisme » (Roland Roudil), il lui conféra également une autorité morale telle qu’il fut considéré dès lors, comme un point de ralliement privilégié pour les forces opposées aux contraintes mentales nées des cultures de guerre. « Au-dessus de la mêlée » se présentait d’abord comme un appel à la jeunesse européenne à entrer en résistance contre toutes les formes d’impérialisme, « la pieuvre qui suce le meilleur sang de l’Europe. » La deuxième partie de l’article prolongeait les propos que Rolland avait tenus quelques jours plus tôt dans ses échanges avec Gerhart Hauptmann au sujet des évènements survenus en Belgique. Réclamant la formation d’une « Haute Cour morale » capable de statuer « sur toutes les violations faites au droit des gens », l’écrivain y dénonçait les campagnes de dénégation auxquelles se livraient les nations en guerre ainsi que le dévoiement de la cléricature européenne, celle-là même dont il attendait qu’elle fît preuve de discernement et de hauteur de vue : « même la guerre déchaînée, c’est un crime pour l’élite d’y compromettre l’intégrité de sa pensée », écrivait-il à la fin de son plaidoyer, dans un style sans concession, saturé de colère et d’émotion.

D’abord censuré en France, le texte de Rolland put néanmoins circuler sous le manteau grâce à l’entremise de Gaston Thiesson, Charles Vildrac ou bien encore d’Amédée Dunois. L’année suivante, il fut repris dans une brochure éponyme qui parvint à passer la censure et parut chez Ollendorff (Paris) et Attinger frères (Neuchâtel). L’article connut également une immense notoriété à l’étranger. Traduit en différentes langues dès l’automne 1914, il contribua largement à faire de Romain Rolland (alors qu’il n’avait aucunement cherché à le devenir) « la tête de pont de la Dissidence » (Christophe Prochasson).

Le centenaire de sa publication sera l’occasion de redécouvrir la singularité d’un « texte carrefour » souvent cité pour les controverses ulcérées qu’il déclencha, rarement envisagé pour la « dynamique » pacifiste qu’il généra tant dans le microcosme suisse que dans le reste de l’Europe. La réflexion devra s’attacher « à ouvrir grand les fenêtres, à voir et penser large » pour mieux faire apparaître des connexions longtemps passées inaperçues et rétablir une histoire à même de contribuer au renouvellement de l’histoire du pacifisme européen et, par ricochet, à celle de la Grande Guerre. Une attention particulière devra être également apportée à la réception ainsi qu’à la diffusion du texte de Romain Rolland dans le temps et dans l’espace. Là encore, le comité scientifique sera particulièrement sensible à des perspectives jusqu’alors négligées par la recherche.

Les propositions de communication (1000 caractères, espaces compris) s’accompagneront d’un CV. Elles devront être envoyées avant le 15 octobre 2013 à l’adresse suivante : landry.charrier@univ-bpclermont.fr.

Un ouvrage collectif reprenant les communications présentées lors de la journée sera publié – après avis du comité scientifique – courant 2015. Des travaux externes à la journée du 17 octobre 2014 s’y ajouteront.  Les collègues souhaitant contribuer à l’ouvrage sont priés de nous faire parvenir une proposition de contribution avant le 15 octobre 2013.

La langue de travail sera le français. La manifestation aura lieu à la Sorbonne (amphithéâtre Louis Liard).

 

*Membres du comité scientifique (en cours de constitution) :

Nicolas Beaupré, Landry Charrier, Michel Margairaz, Jean-Pierre Meylan, Christophe Prochasson, Roland Roudil.

Président d’honneur : Bernard Duchatelet

 

*Calendrier :

– soumission des propositions de contribution en français par e-mail (landry.charrier@univ-bpclermont.fr) : 15 octobre 2013

– notification de l’acceptation : 1er décembre 2013

– journée d’étude : 17 octobre 2014

– réception des contributions internes et externes à la journée (30 000 signes) : 15 décembre 2014.

– publication des actes : courant 2015.

 

*Conférence inaugurale :

Bernard Duchatelet : « Jean-Christophe, germination d’Au-dessus de la mêlée »

 

*Partenaires de la manifestation (au 23 juin 2013) :

Institut Universitaire de France ; Centre d’Histoire « Espaces et cultures » (Clermont Université, Université Blaise Pascal, EA 1001) ; Publications de la Sorbonne.

Pour télécharger l’appel en PDF, cliquez ici : Journée Romain Rolland

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.