Appel à communications : La Grande Guerre des Bretons

Nous relayons ici un appel à communication pour un colloque que nous a fait parvenir Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan) :

La Grande Guerre des Bretons

Vécu(s), Expérience(s), Mémoires(s)

(1914-2014)

Appel à communication La Grande Guerre des Bretons mai 2014Résumé

Dans le foisonnement éditorial concernant la Grande Guerre, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre a toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement historiographique. La Bretagne, par ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en constitue un observatoire privilégié.

Argumentaire

Au cours des 20 ou 30 dernières années, la Grande Guerre a suscité une masse considérable de publications, portées par une demande sociale de plus en plus pressante. Dans ce foisonnement éditorial, les études régionales restent rares, car souvent perçues – non sans raisons parfois – comme trop « régionalistes » ou trop « localistes ». Il nous a semblé pourtant, pour peu que l’on prenne soin d’éviter ces travers, que l’approche régionale de la Grande Guerre garde toute sa pertinence ; mieux : qu’elle constitue potentiellement l’une des voies de renouvellement d’une historiographie partiellement figée dans des débats un temps productifs, pour une part sclérosants aujourd’hui, pour (re)penser les rapports entre le front et l’arrière, entre les différents types de combattants, pour redonner aussi une consistance sociale à l’indispensable étude des discours et des représentations, pour enfin, de façon plus globale, étudier aussi finement que possible la manière dont la guerre agit à la fois comme révélateur de certaines permanences et accélérateur du changement.

En effet, si, entre 1914 et 1918, l’on combat bien « pour la Patrie », si l’on meurt « pour la France », l’on ne saurait oublié que le recrutement des différents corps de l’Armée française, largement territorialisé avant la guerre, a ancré dans chaque « région » la présence de tel ou tel régiment, des « régions » conservant souvent par ailleurs une réelle identité, identité économique, sociale, religieuse, linguistique aussi. Nombreux sont les travaux qui, de La France des terroirs d’E. Weber à L’école républicaine… de J.-F. Chanet, ont montré la force de ces « petites patries » mais aussi celle du sentiment d’appartenance mêlée à la Nation et à des entités – régionales ou autres – territorialement plus restreintes[1]. Les journaux et lettres des combattants de la Grande Guerre en témoignent par ailleurs, entre souhait de retrouver dans son unité des camarades du même « pays » et moqueries ou indignation face à l’attitude des soldats d’autres régions. Les « midis » en font les frais après l’échec des offensives de l’été 1914 en Lorraine[2]. Les Bretons – « têtus, batailleurs, insociables », certes uniquement lorsque « leur cerveau est troublé par les vapeurs de vin ou autre mixture fermentée » selon le fameux Louis Barthas… – pour une part aussi.

La Bretagne n’est bien évidemment pas la seule région concernée par ces phénomènes. Mais, ses caractéristiques et spécificités – réelles, supposées voire fantasmées – en font sans doute un observatoire privilégié, ainsi que l’ont montré les réflexions de la journée d’étude tenue au Archives départementales d’Ille-et-Vilaine en novembre 2012[3].

Ici comme ailleurs, la recherche a progressé de manière importante depuis une trentaine d’années. A y regarder de plus près cependant, celle-ci s’est très – trop ? – largement concentrée sur quelques thématiques seulement, deux principalement à dire vrai : la vie dans une région de l’arrière d’une part, d’autre part la mémoire de la guerre[4]. A l’inverse, un champ de recherche a, de manière assez paradoxale sans doute, été laissé très largement en friche par les universitaires : celui des combats et des combattants. L’on chercherait en vain un article sur ce thème dans les principales revues historiques régionales, seuls quelques rares travaux universitaires étant recensés, alors que, dans le même temps, fleurissaient les publications d’amateurs – au sens noble du terme – parfois très éclairés. En cela, l’historiographie bretonne est restée assez largement en marge des grands débats qui se sont fait jour depuis une vingtaine d’années, en France comme à l’étranger, sur les expériences de guerre et du combat,  sur les évolutions tactiques des différentes armées et leurs conséquences pour les hommes, sur les effets du shell-shock ou sur l’analyse possible des adaptations aux nouvelles normes du combat en terme de « professionnalisation », pour n’en rester qu’à quelques exemples.

Autant de raisons qui nous poussent à souhaiter engager une réflexion sur la Grande Guerre des Bretons, un conflit appréhendé ici sur la moyenne durée d’un large xxe siècle qui s’étendrait de l’été 1914 à nos jours. Loin de tout « localisme », nous voudrions que ce projet s’inscrive dans un cadre clairement comparatiste. C’est la question de la banalité et/ou de l’exceptionnalité de ce que révèle l’étude de la Bretagne au regard de ce que nous donnent à voir les exemples bourguignons, limousins, lorrains, corses ou provençaux qu’il conviendra donc de poser, tout en s’interrogeant sur le rapprochement possible de cette région « périphérique » qu’est la Bretagne avec d’autres régions de ce genre.

Pour mieux appréhender cet objet historiographique particulièrement complexe que constitue la Grande Guerre, objet susceptible de bien des approches et d’une  multiplicité de lectures, nous proposons trois grands axes qui pourront guider une réflexion préoccupée avant tout par la volonté de saisir la manière dont la Grande Guerre s’est inscrite dans le vécu, l’expérience, la mémoire des Bretonnes et des Bretons, combattants ou non.

Axe 1. Les combattants bretons

Axe 2. Arrière ou « home-front » breton ?

Axe 3. Les lendemains de guerre bretons

Modalités de soumission :

Date limite de soumission des propositions de communication : 15 septembre 2013

Forme des propositions : résumé de 2 à 3000 signes

Date du colloque : 14-15 mai 2014 (une éventuelle 3e journée pourrait être retenue, le 16 mai, en fonction du nombre de communications)

Lieu : Ecoles de Coëtquidan (56) et Rennes (35)

Comité d’organisation

  • Michaël Bourlet (CREC, Ecoles de Coëtquidan)
  • Yann Lagadec (CERHIO-UMR 6258)
  • Erwan  Le Gall (En Envor, conseil mémoriel)

Contacts

  • Yann Lagadec
    courriel : yann [dot] lagadec [at] univ-rennes2 [dot] fr
  • Erwan Le Gall
    courriel : legallerwan [at] ymail [dot] com
  • Michaël Bourlet
    courriel : michael [dot] bourlet [at] st-cyr [dot] terre-net [dot] defense [dot] gouv [dot] fr

L’appel complet et détaillé est à consulter ici :  http://calenda.org/242903


[1] Weber, Eugen, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, Paris, Fayard, 1983 et Chanet, Jean-François, L’école républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996.

[2] Le Naour, Jean-Yves, Désunion nationale. La légende noire des soldats du Midi, Paris, Vendémiaire, 2011.

 

[3] Journée d’étude sur les « Approches régionales de la Grande Guerre », coorganisée par le CERHIO et le CREC le 13 novembre 2012, en partenariat avec les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine et avec le soutien de la chaire Jean-Monnet « Défense et sécurité européennes ». Les actes de cette journée paraîtront à l’été 2013 : Bourlet, Michaël, Lagadec Yann et Le Gall Erwan, Petites patries dans la Grande Guerre, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

[4] En témoignent, entre autres, les sommaires des principales revues historiques publiées dans la région (Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, bulletins et mémoires des différentes sociétés savantes départementales) mais aussi les bases de données consacrées à la recension des travaux d’étudiants, de la maîtrise et du master au doctorat.

[5] Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004.

[6] La question d’un modèle breton de sortie de l’Union Sacrée – si tant est qu’elle ait jamais existée ici – est notamment ouvertement posée par Bensoussan, David, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006. Voir aussi Sainclivier, Jacqueline, L’Ille-et-Vilaine, 1918-1958. Vie politique et sociale, Rennes, PUR, 1996 et Bougeard, Christian, Le choc de la guerre dans un département breton. Les Côtes-du-Nord des années 1920 aux années 1950, Thèse, dact., Rennes 2, 1985.

[7] Lambert, Yves, Dieu change en Bretagne. La religion à Limerzel de 1900 à nos jours, Paris, CERF, 1985.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.