Lectures de poilus : présentation du livre de Benjamin Gilles au CNL

actualite_image_lectures.de.poilusLe mardi 10 décembre à 19h30 le Centre National du Livre organise une soirée débat autour du livre de Benjamin Gilles 1914-1918 Lectures de poilus (éditions Autrement).

La discussion animée par Emmanuel Laurentin rassemblera Joseph Zimet, Nicolas Beaupré et Benjamin Gilles. Inscription et renseignements ici.

Cet ouvrage s’inscrit dans une nouvelle collection de cet éditeur intitulée l’Atelier d’Histoire est consacré plus particulièrement aux objets et à leurs usages. De ce point de vue, il y a toute sa place, puisqu’il s’agit d’un livre consacré aux usages de la lecture au front en 1914-1918. Il est très bien illustré par un choix pertinent d’images de grande qualité.

Après avoir posé  le contexte général de l’entrée en guerre et de la vie quotidienne dans les tranchées, l’auteur se propose d’explorer les différents types de lecture et leurs fonctions. Il livre un tableau des différentes pratiques de lectures avant de revenir sur le lien entre celles-ci et celles de l’avant-guerre. Benjamin Gilles évoque successivement l’impact de la guerre sur les pratiques de lecture, les tentatives de contrôle et d’encadrement par la hiérarchie militaire avant de tenter d’évaluer la réception de leurs lectures par les poilus, notamment de la presse et du livre. L’ouvrage se clôt sur une analyse de la réception du grand succès de la littérature de guerre par les poilus, Le Feu de Barbusse, menée grâce notamment aux lettres de lecteurs envoyées à l’auteur. L’ouvrage de Benjamin Gilles est original et comble indéniablement une lacune : si de nombreux livres sont consacrés à l’écriture de guerre sous toutes ses formes, rares sont les études consacrées à la réception et à la lecture. Il est en outre agréable à lire, fondé sur des recherches originales et un nombre importants de sources archivistiques non exploitées jusqu’à présent. L’auteur nous livre finalement là un tableau tout en finesse des différents types de lecture et de leur rôle qui permet de réinterroger le « bourrage de crâne » ou la prétendue omnipotence de la censure. Il recomplexifie également la question des rapports et des liens entre l’arrière et l’avant et celle des continuités et des ruptures entre les pratiques culturelles d’avant-guerre et des temps de guerre.

Nicolas Beaupré


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *