Journée d’étude « Familles en guerre »

En partenariat avec les Archives nationales, le séminaire « Première Guerre mondiale : guerre du XIXe, guerre du XXe siècle » organise une journée d’étude « Familles en guerre » le lundi 1er décembre à l’Institut Historique allemand (grande salle), 8 rue du Parc Royal à Paris.

9 h 00 / Introduction, par Clémentine VIDAL-NAQUET, agrégée et docteur en histoire, EHESS

9 h 30 / L’impact de la guerre 1914-1918 sur les couples européens, par Martha HANNA, professeur au département d’histoire, université du Colorado

10 h 15 / Le rôle des veuves de la Grande Guerre au sein des familles, par Peggy BETTE, docteur en histoire, CERHIO – Université Rennes 2

11 h 00 / Pause

11 h 30 / Familles, État et soldats au sortir de la Grande Guerre (1918-1920) : le rapatriement des corps, le cas des cimetières parisiens, par Céline DEIBER, étudiante en Master 2, EHESS

12 h 15 / L’impact physiologique et psychologique de la guerre sur les relations conjugales : l’apport des sources médicales, par Dominique FOUCHARD, professeur d’histoire, lycée Hélène-Boucher (Paris)

14 h 30 / Projection de La Cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre, un film de Laurent VÉRAY, Professeur d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

La Grande Guerre à travers la correspondance d’une famille française. Tout au long du conflit, quatre frères, deux sœurs et leurs parents, membres de la famille Résal, dispersés à travers tout le pays, ont entretenu une correspondance très riche. Leurs échanges épistolaires livrent la vie quotidienne d’une famille, avec ses drames et ses événements improbables.

Projection suivie d’une discussion et d’un échange avec Laurent VÉRAY.

16 h 30 / Conclusions, par Manon PIGNOT, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université

Image en une: album-photo de la famille DUBREZ-CROC. http://www.europeana1914-1918.eu/en/contributions/11882  CC-BY-SA 3.0

 

Franziska Heimburger

Franziska Heimburger est maître de conférences à Paris-Sorbonne. Elle travaille, à la suite de sa thèse, sur les langues et l'histoire, particulièrement en contexte guerrier.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.