Tous les articles par Franziska Heimburger

Franziska Heimburger est maître de conférences à Paris-Sorbonne. Elle travaille, à la suite de sa thèse, sur les langues et l'histoire, particulièrement en contexte guerrier.

École d’été – Une histoire environnementale de la Grande Guerre, France et Belgique, 2-7 juillet 2018

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) en partenariat avec l’EHESS (Paris), l’université d’Heidelberg, le Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, l’Université catholique de Louvain, l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » et l’Université de Picardie Jules Verne (Amiens), sollicite des candidatures pour sa troisième université d’été de jeunes chercheurs (master et doctorat) travaillant sur la Première Guerre mondiale.

Aquarelle de Frank Mason, « Kantara : a cut in the Suez Canal to flood the Plain of Tinch, rendering it impassable for the enemy. April 1916 », © IWM (Art.IWM ART 2835)

Nous comptons réunir du 2 au 7 juillet 2018 un groupe international de 20 à 30 jeunes chercheurs, travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites guidées et des excursions en France et en Belgique font partie intégrante du programme et enrichissent l’expérience des participants.

Après les éditions 2014 et 2016 de notre école d’été qui ont respectivement porté sur les initiations dans les expériences contemporaines de la guerre ( http://1418.hypotheses.org/547) et sur « l’anatomie » de la bataille et du champ de bataille http://1418.hypotheses.org/1059), nous nous tournons pour 2018 vers une autre question: celle de l’histoire environnementale de la Première Guerre mondiale.

Ici, l’histoire environnementale de la Grande Guerre doit se comprendre selon une acception large. Il s’agira bien entendu de réfléchir aux conséquences environnementales de la guerre : destructions des villes, des villages, des sols, pollutions diverses et leurs pendants : reconstruction et reconstitution (à l’échelle des politiques publiques mais également des territoires), déminage des champs de bataille, exhumation et ré-inhumation des morts, politiques de mise en mémoire et en sens des territoires et des ruines de guerre (et notamment des champs de batailles). Ceci implique bien évidemment de prendre en compte la longue durée de la Grande Guerre puisque les traces environnementales de celle-ci sont sensibles jusqu’à aujourd’hui. Les conséquences environnementales de la guerre ne se résument en outre pas aux zones du front. L’exploitation économique des hinterlands même très éloignées des épicentres guerriers y a toute leur place dans la mesure où elle se traduit par des modifications parfois profondes et durables des écosystèmes. Par exemple, quelle traduction le processus de totalisation a-t-il en termes d’exploitation du pétrole, des ressources minières, forestières, agricoles… ? Ainsi les stigmates de la famine de 1915-1916 au Mont Liban sont visibles jusqu’à aujourd’hui dans les paysages. L’histoire des villes sera également mise à contribution dans la mesure où la guerre a aussi parfois beaucoup influé sur leur évolution urbaine comme c’est par exemple le cas à Thessalonique en raison de la présence massive des troupes alliées mais aussi d’un grand incendie en 1917.

Carte postale, collection Historial, Photo Yazid Mamoun

Mais cette conception de l’histoire environnementale fondée sur les conséquences de la guerre ne résume pas à elle seule les rapports des hommes à leur environnement.  Les conditions et contraintes que l’environnement fait peser sur le fait guerrier sont au cœur de nombreuses recherches actuelles qui interrogent, à l’instar de ce qui se fait également pour les temporalités en guerre, les rapports des acteurs sociaux à l’espace et à l’environnement. Ceci implique dès lors de faire jouer les échelles d’analyse. Peuvent alors être évoqués, par exemple, les rapports entretenus par les combattants avec leur environnement de combat en fonction de critères tant météorologiques que géographiques. Les journaux et les correspondances regorgent en effet de références aux lieux, aux espaces vécus, au temps qu’il fait. Les dessins, photographies représentent en grand nombre les « paysages de guerre ».

Ceci permettra notamment d’aborder en retour non seulement les effets de la guerre sur les environnements mais aussi bien ceux des environnements sur la guerre et ceux qui la font à travers une réflexion sur les différents théâtres d’opérations (montagnes, mers, déserts chaud et froids…) ; ceci permettra alors peut-être aussi d’entreprendre une autre histoire mondiale de la guerre mondiale en fonctions des latitudes, des longitudes, des altitudes, bref d’envisager la possibilité d’une géohistoire de la Grande Guerre qui s’intéresse autant aux conditions, qu’aux conséquences environnementales de celle-ci

Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux en France et en Belgique (Somme, Ypres…), avec des spécialistes, des praticiens et des experts en archéologie du champ de bataille (Dominik Dendooven – In Flanders Fields Museum, Ypres). Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont les membres du comité directeur du CIRHGG ) et spécialisés en histoire environnementale complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur ( Laurence  Van Ypersele, Franziska Heimburger, Benoît Majerus, Nicolas Beaupré). Les étudiants retenus auront également l’occasion de présenter leurs propres travaux en les replaçant dans la perspective choisie par l’école d’été.

Conditions

Les étudiants en master 2 et les doctorants peuvent postuler à l’école d’été. Les thématiques de recherche en lien direct avec la thématique de l’école ou montrant en quoi ces recherches peuvent s’y raccrocher seront privilégiées mais tous les masterants ou doctorants travaillant sur la Grande Guerre et ses conséquences peuvent postuler.

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le français. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du français est toutefois exigée.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes ; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous espérons également pouvoir participer aux frais de transport des participants vers / de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses. Nous encourageons vivement les candidats à tenter de s’assurer d’un financement partiel ou total de ces frais de transport auprès de leur université d’origine.

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2018 à l’adresse https://environment1418.sciencesconf.org/:

Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Mon inscription »

2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.

3- Une fois que vous êtes connecté avec votre compte, cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.

4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires” (en veillant à bien cliquer sur « transférer » pour chaque fichier).

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2018.

Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures »)

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université – EA Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones)

Benoît Majerus (Université du Luxembourg – Centre for Contemporary and Digital History)

Claire Morelon (Università degli Studi di Padova – DiSSGeA)

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

Graduate summer school – An Environmental History of the Great War, France & Belgium, 2-7 July 2018

The Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (CIRHGG, Péronne) together with the EHESS (Paris), the University of Heidelberg, the Centre for Contemporary and Digital History de l’université du Luxembourg, l’Université catholique de Louvain, l’Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures » and the  Université de Picardie Jules Verne (Amiens), invites applications for its third summer school for graduate students (masters and PhD) working on the First World War.

We intend to bring together an international group of 20 to 30 graduate students working on military, cultural, social, and environmental history of the First World War from 2nd to 7th July 2018. Over the course of the week, they will have opportunity to get to know each other, but also a wide range of internationally recognized academic experts. Guided tours on excursions to French and Belgian sites are an integral part of the program and will enrich the participants’ experience.

Watercolour by Frank Mason, « Kantara : a cut in the Suez Canal to flood the Plain of Tinch, rendering it impassable for the enemy. April 1916 », © IWM (Art.IWM ART 2835)

After the 2014 and 2016 editions of our summer school, which focused respectively on initiations in contemporary wartime experiences (http://1418.hypotheses.org/547) and on the « Face of Battle » and battlefields http://1418.hypotheses.org/1059), we have chosen a new topic for 2018: the environmental history of the First World War.

We understand the environmental history of the Great War in a broad sense. We will of course reflect on the environmental consequences of the war: the destruction of cities, villages, soils, various forms of pollution and their counterparts: reconstruction and reconstitution (at the level of public policies but also at the level of territories), de-mining of battlefields, exhumation and re-inhumation of the dead, policies for maintaining their memory and handling war ruins (and in particular battlefields). This obviously implies taking into account the long duration of the Great War, since the environmental footprint of the Great War is often present to this day. Moreover, the environmental consequences of the war are not confined to the front lines. The economic exploitation of the hinterlands, even if they are far away from the epicentres of warfare, has their rightful place in this context, as it results in sometimes profound and long-lasting changes to ecosystems. For example, what does the totalization process mean in terms of exploitation of oil, mineral resources, forestry, agriculture, etc.? Thus the stigmata of the famine of 1915-1916 in Mount Lebanon are visible until today in the landscapes. The history of cities will also be an important focus, since the war also had a great influence on urban development, as it did in Thessaloniki, for example, due to the massive presence of Allied troops, but also to a great fire in 1917.

However, this conception of environmental history based on the consequences of war does not in itself sum up the relationship between individuals and their environment. The environmental conditions and constraints that the environment imposes on warfare are at the heart of many current research projects that examine the relationship of individuals and groups to the space around them and their larger environment. This means that varied scales of analysis must be used. The relationship between combatants and their combat environment, for example, can then be evoked on the basis of both meteorological and geographical criteria. Newspapers and correspondences are full of references to geographical features, to places lived in, to the weather. The drawings and photographs represent « war landscapes » in large numbers.

This will make it possible to address in return not only the effects of war on various environments, but also the effects of the environment on warfare and those that take part in it on the different theatres of operations (mountains, seas, hot and cold deserts…). This may then also allow us to investigate a new global history of the world war in terms of latitudes, longitudes, altitudes, in short to consider the possibility of a geohistory of the Great War that is as concerned with the environmental conditions as with the environmental consequences.

Postcard, collection Historial, Photo Yazid Mamoun

Programme

Participants will benefit from guided tours of the battlefields and memorial sites in France and Belgium (Somme, Ypres…), with specialists, practitioners and experts in battlefield archaeology (Dominik Dendooven- In Flanders Fields Museum, Ieper). Lectures and discussions with leading First World War historians (including members of the CIRHGG Steering Committee) and environmental history experts will complement workshop sessions led by members of the organizing committee (Laurence van Ypersele, Franziska Heimburger, Benoît Majerus, Nicolas Beaupré). Successful students will also have the opportunity to present their own work from the perspective chosen by the summer school.

Advanced masters students and doctoral students can apply to the summer school. Research themes directly related to the school’s theme or showing how their research is linked to it will be prioritised, but all masters or doctoral students working on the Great War and its consequences can apply.

The working languages of the Summer School will be English and French. In order to participate fully in the programme and in particular the guided tours, at least a passive knowledge of French is required.

In order to enable us to exchange efficiently, we will send participants a preparatory dossier to be read ahead of the summer school with archival excerpts and scientific articles.

We will cover accommodation (single or double room; shared bathrooms), transportation (from and to Paris), entrance fees for the different sites and most meals. We also hope to be able to contribute to the transport costs of participants to and from Paris, especially for those whose home institutions do not subsidize this type of expenditure. We strongly encourage applicants to try to secure partial or full funding of these transport costs from their home university.

The application (in English or French) includes a one-page summary of the research project and a one-page academic CV.

Applications must be submitted by midnight on Thursday, 15th February 2018 via our dedicated platform https://environment1418.sciencesconf.org/?lang=en.

Procedure:

1- Create an account on the website, clicking on « Create account » in the left-hand menu.

2- Fill in the form, click on « register » and then activate the account when you receive the confirmation email.

3- Click on « Submissions » in the left-hand column and then « Submit a paper ».

4- Fill in the submission metadata. In the “Abstract” field, please tell us in a couple of paragraphs why you feel this summer school would be beneficial to you and what you could bring to it. When you reach the page for paper submission, please submit your project summary as “Paper” and your CV as “supplementary information”.

We will notify applicants whether their papers have been accepted by 15th March 2018.

Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Nicolas Beaupré (Université Clermont-Auvergne – Centre d’Histoire « Espaces et cultures »)

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université – EA Histoire et Dynamique des Espaces Anglophones)

Benoît Majerus (Université du Luxembourg – Centre for Contemporary and Digital History)

Claire Morelon (Università degli Studi di Padova – DiSSGeA)

Contact : ecole-ete@cirhgg.org

Université d’été ​ « Anatomie » des batailles de la Grande Guerre – Appel à candidatures

Université d’été pour jeunes chercheurs (M2 et doctorants)

Soutenue par le Conseil départemental de la Somme, la Mission du Centenaire 14-18, et l’Office franco-allemand pour la jeunesse

26 juin au 2 juillet 2016,Péronne, Verdun

Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Briquet artisanal de tranchée, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne) avec l’EHESS (Paris), le Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr (Potsdam) et l’université de Picardie Jules Vernes (Amiens) sollicite des candidatures pour son université d’été de jeunes chercheurs travaillant sur la Première Guerre mondiale ou plus largement la conflictualité contemporaine.

                  1. Objectifs

Nous comptons réunir un groupe international de jeunes chercheurs travaillant sur l’histoire militaire, culturelle, sociale et environnementale de la guerre. Au cours de la semaine passée ensemble, ils auront l’occasion d’échanger entre eux, mais également avec un grand nombre de chercheurs de renommée internationale. Des visites et des excursions font partie intégrale du programme et enrichissent l’expérience.

                  1. Thématique

L’année 2016 avec le centenaire des deux batailles symboles de la Première Guerre mondiale – Verdun et la Somme – nous amène a choisir comme thème la bataille et le champ de bataille dans l’historiographie du premier conflit mondial. Depuis John Keegan et son Anatomie de la bataille, un grand nombre d’ historiens ont enrichi notre compréhension de l’expérience du combat, mais aussi notre savoir sur la représentation littéraire et artistique du champ de bataille, ainsi que notre analyse de la mémoire des batailles dans le souvenir qu’a laissé la Grande Guerre à travers le monde.

Notre semaine à Verdun et Péronne (trois jours pour chaque localité) nous donnera non seulement l’occasion de travailler ensemble sur un état de l’art de la recherche sur les batailles de la Première Guerre mondiale et de découvrir les avancées les plus récentes en archéologie du champ de bataille et en histoire environnementale de la guerre, mais aussi et surtout de confronter ces savoirs abstraits avec des visites de terrain.

                  1. Programme

Les participants bénéficieront de visites guidées des champs de bataille et des sites mémoriaux autour de Verdun et dans la Somme, avec des spécialistes locaux et des experts en archéologie du champ de bataille. Des conférences et des débats avec des historiens de renom de la Première Guerre mondiale (dont Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen et Jay Winter) complèteront des séances de travail en atelier animées par les membres du comité organisateur.

Nous disposons de places pour tous les participants aux cérémonies du 1er juillet 2016 dans la Somme (Thiepval).

                  1. Conditions

Les langues de travail de l’université d’été seront l’anglais et le francais. Afin de participer pleinement au programme et en particulier aux visites guidées, une connaissance au moins passive du francais est exigé.

Afin de nous permettre d’échanger efficacement, nous enverrons un dossier préparatif à lire avant de venir avec des extraits d’archives et des articles scientifiques aux participants une fois la sélection effectuée.

Nous couvrirons l’hébergement (en chambre individuelle ou de deux personnes; sanitaires partagés), le transport (au départ et au retour de Paris), les droits d’entrée pour les différents sites et la plupart des repas. Nous pourrons également participer aux frais de transport des participants vers/de Paris, en particulier pour ceux dont les institutions d’origine ne subventionnent pas ce type de dépenses.

Comité organisateur:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Le dossier de candidature (en anglais ou francais) comporte un résumé du projet de recherche en une page et un CV académique d’une page.

Il doit être déposé avant minuit le 15 février 2016 sur la plateforme en ligne de l’université d’été : http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=fr
Procédure:
1- Créer un compte Sciencesconf en choisissant à gauche dans le menu « Créer un compte »
2- Remplir le formulaire, puis cliquer “Créer un compte” et ensuite activer le compte en cliquant sur le lien dans le mail de confirmation.
3- Cliquer sur « Dépôts » dans le menu à gauche et ensuite sur “Déposer la communication”.
4- Remplir le formulaire des métadonnées. Dans le champ “Résumé”, dites-nous en quelques paragraphes en quoi vous pensez que cette université d’été vous serait bénéfique et en quoi vous pensez pouvoir y contribuer. Quand vous êtes sur la page du dépot de communication, veuillez soumettre votre résumé de projet de recherche en tant que “communication” et votre CV en tant que ”données supplémentaires”.

Les résultats de la procédure de candidatures vous parviendront pour le 15 mars 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org
historialsommemission

OFAJ_100x_4c

Summer School « The Face of First World War Battlefields and Battles » – CFP

Summer School for Graduate students

With financial support from the Conseil départemental de la Somme, the Mission du Centenaire 14-18, and the Office franco-allemand pour la jeunesse.

June 26th to July 2nd 2016, Péronne & Verdun

Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun
Trench lighter, Coll. Historial de la Grande Guerre, Photo Y. Medmoun

The International Research Centre of the Historial de la Grande Guerre, Péronne, with its partners at the EHESS Paris, the Zentrum für Militärgeschichte und Sozialwissenschaften der Bundeswehr, Potsdam and the Université de Picardie Jules Vernes invites applications for its summer school in Verdun and Péronne for graduate students working on the First World War or modern conflicts more generally.

                  1. Aims

We aim to bring together an international group of outstanding young scholars with interests in, but not limited to, the military, cultural, social, and environmental histories of war. Over the course of a week, students will spend time in discussion with their peers, but also a wide range of leading international academics. Excursions and visits are an integral part of the programme and serve to enrich the experience.

                  1. Topic

The centenary in 2016 of the two iconic battles of the First World War–Verdun and the Somme–leads us to reconsider battles and battlefields in the historiography of the First World War. Since John Keegan’s pioneering Face of Battle (1976), generations of historians have expanded our understanding of the experience of combat, as well as our knowledge of the literary and artistic representations of the battlefield. The way we think about the legacy of battles in the memory of the First World War around the world, too, has changed. Our week in Verdun and Péronne (three days each) will not only give us time to reflect on the current state of research on the battles of the First World War and discover the most recent advancements in battlefield archeology and environmental history of warfare, but also confront these readings with on-the-ground visits to the sites studied.

                  1. Programme highlights

Activities will include guided tours of battlefields and memorial sites around Verdun and at the Somme, with local guides and specialists of battlefield archeology. Lectures by and debates with renowned historians of the First World War (including Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Annie Deperchin, John Horne, Gerd Krumeich, Anne Rasmussen and Jay Winter) will supplement our smaller seminar sessions with the summer school organizing historians (see below). On July 1st, 2016 we have seats reserved for all participants at the Somme centenary commemoration in Thiepval.

                  1. Conditions

The working languages of the summer school will be English and French. In order to participate in the full programme and in particular the guided tours of the battlefields a good passive knowledge of French (the capacity to understand a native speaker giving a fairly technical talk) is indispensable.

In order to allow for the greatest possible interaction and debate during the summer school, participants will be expected to read a certain number of documents ahead of time and prepare them for presentation.

We will cover accommodation (in 1 and 2-bed-rooms, shared bathrooms), all local transport (leaving and returning to Paris), entry fees for the various sites and most meals. We will also be able to provide assistance for travel costs to/from Paris for participants, especially those whose academic institutions do not cover such expenses.

Organizing committee:

Caroline Fontaine (Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne)
Franziska Heimburger (Paris-Sorbonne, CIRHGG)
Tomás Irish (Swansea University)
Benoît Majerus (Université of Luxembourg)
Gene Tempest (Insignia Films)

Applications (in English or French) consisting of a 1-page summary of the candidate’s field of research [or: “research interests”] and a 1-page academic CV must be received before midnight on 15th February 2016 online: http://batailles2016.sciencesconf.org/?lang=en
Procedure:
1- Create an account on the website, clicking on « Create account » in the left-hand menu.
2- Fill in the form, click on « register » and then activate the account when you receive the confirmation email.
3- Click on « Submissions » in the left-hand column and then « Submit a paper ».
4- Fill in the submission metadata. In the “Abstract” field, please tell us in a couple of paragraphs why you feel this summer school would be beneficial to you and what you could bring to it. When you reach the page for paper submission, please submit your project summary as “Paper” and your CV as “supplementary information”.
We will notify applicants whether their papers have been accepted by 15th March 2016.

CFP-batailles-Historial

Contact: ecole-ete[at]cirhgg.org

historial sommemission
OFAJ_100x_4c

Actes du colloque 2011 « Guerres futures, guerres imaginées: vers une histoire culturelle de l’avant-1914 » en accès libre

Une annonce rapide car les actes du colloque de novembre 2011 du Centre de Recherche intitulé « Guerres futures, guerres imaginées: vers une histoire culturelle de l’avant-1914 » – édités par Heather Jones et Arndt Weinrich – sont désormais disponible en accès libre sur la plateforme Perspectivia :

Heather Jones, Arndt Weinrich: Introduction
Andreas Rose: Waiting for Armageddon? British Military Journals and the Images of Future War (1900–1914)
Benoist Couliou: L’idée de guerre courte dans la pensée militaire française
Peter Farrugia: Failure of Imagination? Rationalism, Pacifism, Memory, and the Writing of Jean de Bloch and Norman Angell (1898–1914)
Gerd Krumeich: Friedrich von Bernhardi – Théoricien militaire marginal ou représentatif? Réflexions sur l’influence de »Deutschland und der nächste Krieg« (1912)
Pascal Trees: Polnische Vorstellungen vom Großen Krieg vor 1914
Stéphane Tison: Les grandes manoeuvres annuelles. Mise en scène des guerres futures (1899– 1914)
Justin Dolan Stover: Periphery of War or First Line of Defence? Ireland Prepares for Invasion (1900–1915)
Franziska Heimburger: Imagining Coalition Warfare. French and British Military Language Policy before 1914
Gabriela A. Frei: Great Britain, Contraband and Future Maritime Conflict (1885–1916)
Alexandre Sumpf: La guerre trop vite oubliée. La Russie et la défaite contre le Japon (1905– 1914)
Naoko Shimazu: The Mentality of the Japanese Conscript and Manchuria as »lieu de mémoire «
Matteo Caponi: Mourir dans une guerre »sainte«? Les catholiques italiens et la conquête de la Libye (1911–1913)
John Horne: Guerres prémonitoires? Visions croisées des conflits balkaniques (1912– 1913). France et Grande-Bretagne

Journée d’étude « Familles en guerre »

En partenariat avec les Archives nationales, le séminaire « Première Guerre mondiale : guerre du XIXe, guerre du XXe siècle » organise une journée d’étude « Familles en guerre » le lundi 1er décembre à l’Institut Historique allemand (grande salle), 8 rue du Parc Royal à Paris.

9 h 00 / Introduction, par Clémentine VIDAL-NAQUET, agrégée et docteur en histoire, EHESS

9 h 30 / L’impact de la guerre 1914-1918 sur les couples européens, par Martha HANNA, professeur au département d’histoire, université du Colorado

10 h 15 / Le rôle des veuves de la Grande Guerre au sein des familles, par Peggy BETTE, docteur en histoire, CERHIO – Université Rennes 2

11 h 00 / Pause

11 h 30 / Familles, État et soldats au sortir de la Grande Guerre (1918-1920) : le rapatriement des corps, le cas des cimetières parisiens, par Céline DEIBER, étudiante en Master 2, EHESS

12 h 15 / L’impact physiologique et psychologique de la guerre sur les relations conjugales : l’apport des sources médicales, par Dominique FOUCHARD, professeur d’histoire, lycée Hélène-Boucher (Paris)

14 h 30 / Projection de La Cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre, un film de Laurent VÉRAY, Professeur d’études cinématographiques et audiovisuelles à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

La Grande Guerre à travers la correspondance d’une famille française. Tout au long du conflit, quatre frères, deux sœurs et leurs parents, membres de la famille Résal, dispersés à travers tout le pays, ont entretenu une correspondance très riche. Leurs échanges épistolaires livrent la vie quotidienne d’une famille, avec ses drames et ses événements improbables.

Projection suivie d’une discussion et d’un échange avec Laurent VÉRAY.

16 h 30 / Conclusions, par Manon PIGNOT, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université

Image en une: album-photo de la famille DUBREZ-CROC. http://www.europeana1914-1918.eu/en/contributions/11882  CC-BY-SA 3.0

 

Exposition franco-allemande « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum »

Pour ceux de nos lecteurs, nombreux, qui seront au cours de ce weekend à Blois pour les Rendez-vous de l’Histoire, nous vous conseillons une pépite à ne pas rater : une exposition franco-allemande originale et novatrice, préparée par des étudiants des universités de Freiburg, Berlin, Paris I et Nanterre et portant sur la côte 108.

Historial 2Intitulée « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum », elle sera présentée les vendredi 10 et samedi 11 octobre à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (9 Rue de la Chocolaterie, pas loin de la gare), dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois.

Les étudiants concepteurs se feront un plaisir de vous accueillir  lors d’une des visites guidées (vendredi 10 octobre 11h30 et 14h ; samedi 11 octobre 10h et 14h). Ils vous invitent également à la présentation débat le samedi de 12h à 13h.

Voici la présentation succincte du projet par son responsable scientifique, Fabien Théofilakis :

La côte 108 à Berry-au-Bac :
Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

Historial 3
Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous conduisons un projet autour de la cote 108, ligne d’affrontement entre Français et Allemands à partir de septembre 1914. A la jointure entre la Marne et l’Aisne, à l’extrémité du Chemin des Dames, la zone a traversé le conflit et sa mémoire : le village, Berry-au-Bac, complètement détruit, a été classé en 1937 comme monument historique. Or, cette zone d’affrontement est restée fermée au public jusqu’à nos jours.
Le projet a deux objectifs : mettre en valeur ce site historique et à l’insérer dans une contextualisation large. Trois axes ont été retenus :
1) la centralité de cette zone de contact et de combat qui permet de suivre la radicalisation des expériences de guerre sur le front militaire
2) la mobilisation croissante des individus, des sociétés, des nations, révélatrice du processus de totalisation à l’œuvre à partir de 1914 et de ses impacts
3) la dimension franco-allemande qui traverse ces histoires nationales devenues mémoire européenne

Historial 1Pour y parvenir, le projet qui doit durer cinq ans (2014-2018) a été conçu selon des thématiques « emboîtées » :
1) 1ère année (2014) : l’expérience combattante centrée sur les soldats, allemands et français de la côte 108, et leurs relations interpersonnelles avec leurs proches.
2) 2ème année (2015) : élargissant l’étude à l’échelle régionale, le second axe considère la côte 108 dans la perspective des états-majors français et allemands et s’intéresse aux stratégies comme aux tactiques mises en œuvre sur les champs de bataille.
3) 3ème année (2016) : l’intervention de l’Etat intervient pour entretenir ou accroître la mobilisation culturelle des sociétés en guerre en France et en Allemagne.
4) 4ème année (2017) : la guerre s’achève sur les champs de bataille en novembre 1918, mais quand s’achève-t-elle pour les combattants ? pour leurs proches ? L’examen de la sortie de la guerre fournira le thème de cette quatrième thématique.
5) 5ème année (2018) : la dernière année sera consacrée au thème du souvenir des commémorations de l’immédiat après-guerre jusqu’à l’époque contemporaine.

2014-08-02 15.02.39De jeunes historiens français et allemands au cœur du projet
Nous avons voulu fonder cette dynamique de recherche et de sensibilisation sur une forte implication de la dimension franco-allemande en confiant à des étudiants en Master, français et allemands, l’activité de recherche dans les archives et son exploitation pour une durée de deux fois deux ans (2014-2015, 2016-2017) et d’un an en 2018. Cela permet de leur apprendre le « métier d’historien » en les impliquant dans une aventure humaine et historienne européenne et de lier des contacts étroits avec des étudiants qui aiment l’histoire ou/et veulent en faire leur métier.

La participation au projet, fondée sur le volontariat motivé par un intérêt pour la thématique, pour le travail collectif, voire le pays partenaire, consiste à prend part aux séjours organisés, à réaliser des recherches en archives sur la thématique annuelle et à réaliser en commun une exposition thématique annuelle.

Réalisations (2014)
La première année qui s’est achevée avec une journée de manifestations le 2 août 2014 à Berry-au-Bac autour de l’inauguration de treize panneaux d’exposition conçus et rédigés à quatre mains dans une perspective binationale.
L’exposition sera présentée aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois les 10 et 11 octobres 2014 à l’Ecole nationale supérieure du paysage et de la nature (visites guidées le vendredi 10 à 11h30 et 14h ; le samedi à 10h et 14h ; présentation débat le samedi 11 de 12h à 13h). Elle circulera dans l’Aisne, partira ensuite à Fribourg en novembre et sera accueillie en janvier-février à la BDIC (Nanterre).

Un site internet a été créé qui contient, outre une présentation détaillée du projet, les comptes rendus des différents séminaires et le portrait des différents participants.
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

Deux blogs, en France et en Allemagne, continuent le travail croisé sur le projet :
http://cote108.hypotheses.org/
http://hoehe108.hypotheses.org/

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur :
Facebook : cote108
Twitter : @cte108

Les participants à l’école d’été et leurs posters

Pendant six jours, l’école d’été du centre de recherche a rassemblé une vingtaine de doctorant-e-s et étudiant-e-s de M2 à Péronne. Ensemble, ils ont participé au colloque international organisé sur place, avant de passer quelque jours en comité plus restreint à discuter de la thématique de l’école d’été, mais aussi à présenter leurs travaux en cours. Voici un diaporama montrant leurs posters ainsi qu’une liste détaillant leurs sujets et institutions de rattachement :


 
(Photos des étudiants devant les posters par Benoît Majerus)

Banahi Mariam John Hopkins Gifting Insults: Initiating Kinship Among “Post”-War Afghans
Bessac Stève Clermont-Ferrand Le maintien de l’ordre dans le nord du Maroc colonial, entre protectorats français et espagnol (1912-1939)
Daimaru Ken EHESS/Birkbeck  Caring for the Diseased and the Wounded- Japanese Military Medicine and InternationalObservers during and after the Russo-Japanese War, 1904-1914”
Derrien Marie Université Lyon 2 Les « fous de guerre » internés dans les hôpitaux psychiatriques français de 1914 aux années 1970.
Dumas Clément Clermont-Ferrand Jacques Bardoux et la Grande Guerre
Enzensberger Alina HU Berlin/EHESS Hôpitaux militaires comme espaces de transition dans la Grande Guerre
Erbs David Besançon Le roman-feuilleton en France et au Royaume-Uni pendant la Grande Guerre.
Frizzera Francesco Trento Same People – Different War Experiences and Identity Representations: Trentino’s War Refugees in Austro-Hungarian Empire and in Italian Kingdom During the World War I
Georges Raphaël Université de Strasbourg Les soldats alsaciens-lorrains de la Première Guerre mondiale dans la société française d’après-guerre
Giraudier Fanny Bib mun. de Lyon/Lyon II 14-18 : Lyon sur tous les fronts
Grillini Anna University of Trento The origins of trauma. Experiences of war and madness in the civilian population
Hobbs Arabella UPenn Catholic Writers in the First World War
Kelly Alice Cambridge/Yale A Change of Heart”: Representations of Death and Memorialisation in First World War Writing by Women, 1914-39
Kubicki Remy Lille II Le juge et la reconstruction après la Grande Guerre : Une première expérience fondatrice
Lafosse Juliette Université Libre de Bruxelles Les positions doctrinales des juristes belges de Droit International autour la Première Guerre mondiale
Lorenzini Jacopo Siena L’élite militaire dans la nation. Le cas italien en perspective comparée 1861-1915
Lux Marie-Christin TU Berlin Antisemitismus und Geschlecht – Kriegserfahrungen in den Korrespondenzen französischer jüdischer Intellektueller
Marti Steve University of Western Ontario Embattled Communities: Patriotism and Identity in Australia, Canada, and New Zealand, 1914-1918
Miller-Tremblay Jean-Philippe EHESS Le corps ordonné’ : le drill dans l’institution militaire canadienne (1867-1914)
Naert Jan Ghent Mayors and legitimacy in World War One. The mayor as feeder, protector and representative in occupied and liberated Belgium and France (1914-1921)
Ngono Enika Université Saint-Louis — Bruxelles l’influence de la Première Guerre mondiale sur l’administration coloniale belge et ses membres
Régis Nina EHESS/Heidelberg Le pain pendant la Première Guerre en Allemagne
Ross Jenna K. University of Southern California Acceptable Fear: The Soldier-Hero and Construction of Fear in the Great War
Scofield Devlin Michigan State Veterans, War Widows, and National Belonging in Alsace, 1871-1953
Van Lidth de Jeude Peter Penn State Bureaucratic Occupations – Ambition, Ideology & Career in the German Occupations of WWI
Varlet Marine Amiens Guerre et délinquance juvénile : pratiques et représentations dans les colonies pénitentiaires en France (1912-1945)
Zian Yasmina TU Berlin L’expérience collective de la grande guerre enrichie à l’aune de celles d’étrangers en Belgique
Zind Alain IHTP Le second conflit américano-irakien (2003-2010) : une guerre numérique ?