Tous les articles par Franziska Heimburger

Franziska Heimburger est maître de conférences à Paris-Sorbonne. Elle travaille, à la suite de sa thèse, sur les langues et l'histoire, particulièrement en contexte guerrier.

Exposition franco-allemande « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum »

Pour ceux de nos lecteurs, nombreux, qui seront au cours de ce weekend à Blois pour les Rendez-vous de l’Histoire, nous vous conseillons une pépite à ne pas rater : une exposition franco-allemande originale et novatrice, préparée par des étudiants des universités de Freiburg, Berlin, Paris I et Nanterre et portant sur la côte 108.

Historial 2Intitulée « Côte à cote / ‘Viel Lärm um Nichts’. Quotidien de la guerre, lieu de combats et de rencontres / Kriegsalltag im Kampf und Begegnungsraum », elle sera présentée les vendredi 10 et samedi 11 octobre à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (9 Rue de la Chocolaterie, pas loin de la gare), dans le cadre des Rendez-Vous de l’Histoire à Blois.

Les étudiants concepteurs se feront un plaisir de vous accueillir  lors d’une des visites guidées (vendredi 10 octobre 11h30 et 14h ; samedi 11 octobre 10h et 14h). Ils vous invitent également à la présentation débat le samedi de 12h à 13h.

Voici la présentation succincte du projet par son responsable scientifique, Fabien Théofilakis :

La côte 108 à Berry-au-Bac :
Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

Historial 3
Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous conduisons un projet autour de la cote 108, ligne d’affrontement entre Français et Allemands à partir de septembre 1914. A la jointure entre la Marne et l’Aisne, à l’extrémité du Chemin des Dames, la zone a traversé le conflit et sa mémoire : le village, Berry-au-Bac, complètement détruit, a été classé en 1937 comme monument historique. Or, cette zone d’affrontement est restée fermée au public jusqu’à nos jours.
Le projet a deux objectifs : mettre en valeur ce site historique et à l’insérer dans une contextualisation large. Trois axes ont été retenus :
1) la centralité de cette zone de contact et de combat qui permet de suivre la radicalisation des expériences de guerre sur le front militaire
2) la mobilisation croissante des individus, des sociétés, des nations, révélatrice du processus de totalisation à l’œuvre à partir de 1914 et de ses impacts
3) la dimension franco-allemande qui traverse ces histoires nationales devenues mémoire européenne

Historial 1Pour y parvenir, le projet qui doit durer cinq ans (2014-2018) a été conçu selon des thématiques « emboîtées » :
1) 1ère année (2014) : l’expérience combattante centrée sur les soldats, allemands et français de la côte 108, et leurs relations interpersonnelles avec leurs proches.
2) 2ème année (2015) : élargissant l’étude à l’échelle régionale, le second axe considère la côte 108 dans la perspective des états-majors français et allemands et s’intéresse aux stratégies comme aux tactiques mises en œuvre sur les champs de bataille.
3) 3ème année (2016) : l’intervention de l’Etat intervient pour entretenir ou accroître la mobilisation culturelle des sociétés en guerre en France et en Allemagne.
4) 4ème année (2017) : la guerre s’achève sur les champs de bataille en novembre 1918, mais quand s’achève-t-elle pour les combattants ? pour leurs proches ? L’examen de la sortie de la guerre fournira le thème de cette quatrième thématique.
5) 5ème année (2018) : la dernière année sera consacrée au thème du souvenir des commémorations de l’immédiat après-guerre jusqu’à l’époque contemporaine.

2014-08-02 15.02.39De jeunes historiens français et allemands au cœur du projet
Nous avons voulu fonder cette dynamique de recherche et de sensibilisation sur une forte implication de la dimension franco-allemande en confiant à des étudiants en Master, français et allemands, l’activité de recherche dans les archives et son exploitation pour une durée de deux fois deux ans (2014-2015, 2016-2017) et d’un an en 2018. Cela permet de leur apprendre le « métier d’historien » en les impliquant dans une aventure humaine et historienne européenne et de lier des contacts étroits avec des étudiants qui aiment l’histoire ou/et veulent en faire leur métier.

La participation au projet, fondée sur le volontariat motivé par un intérêt pour la thématique, pour le travail collectif, voire le pays partenaire, consiste à prend part aux séjours organisés, à réaliser des recherches en archives sur la thématique annuelle et à réaliser en commun une exposition thématique annuelle.

Réalisations (2014)
La première année qui s’est achevée avec une journée de manifestations le 2 août 2014 à Berry-au-Bac autour de l’inauguration de treize panneaux d’exposition conçus et rédigés à quatre mains dans une perspective binationale.
L’exposition sera présentée aux Rendez-Vous de l’Histoire à Blois les 10 et 11 octobres 2014 à l’Ecole nationale supérieure du paysage et de la nature (visites guidées le vendredi 10 à 11h30 et 14h ; le samedi à 10h et 14h ; présentation débat le samedi 11 de 12h à 13h). Elle circulera dans l’Aisne, partira ensuite à Fribourg en novembre et sera accueillie en janvier-février à la BDIC (Nanterre).

Un site internet a été créé qui contient, outre une présentation détaillée du projet, les comptes rendus des différents séminaires et le portrait des différents participants.
http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Frubrique258&lang=fr.html

Deux blogs, en France et en Allemagne, continuent le travail croisé sur le projet :
http://cote108.hypotheses.org/
http://hoehe108.hypotheses.org/

Enfin, vous pouvez suivre l’actualité du projet sur :
Facebook : cote108
Twitter : @cte108

Les participants à l’école d’été et leurs posters

Pendant six jours, l’école d’été du centre de recherche a rassemblé une vingtaine de doctorant-e-s et étudiant-e-s de M2 à Péronne. Ensemble, ils ont participé au colloque international organisé sur place, avant de passer quelque jours en comité plus restreint à discuter de la thématique de l’école d’été, mais aussi à présenter leurs travaux en cours. Voici un diaporama montrant leurs posters ainsi qu’une liste détaillant leurs sujets et institutions de rattachement :


 
(Photos des étudiants devant les posters par Benoît Majerus)

Banahi Mariam John Hopkins Gifting Insults: Initiating Kinship Among “Post”-War Afghans
Bessac Stève Clermont-Ferrand Le maintien de l’ordre dans le nord du Maroc colonial, entre protectorats français et espagnol (1912-1939)
Daimaru Ken EHESS/Birkbeck  Caring for the Diseased and the Wounded- Japanese Military Medicine and InternationalObservers during and after the Russo-Japanese War, 1904-1914”
Derrien Marie Université Lyon 2 Les “fous de guerre” internés dans les hôpitaux psychiatriques français de 1914 aux années 1970.
Dumas Clément Clermont-Ferrand Jacques Bardoux et la Grande Guerre
Enzensberger Alina HU Berlin/EHESS Hôpitaux militaires comme espaces de transition dans la Grande Guerre
Erbs David Besançon Le roman-feuilleton en France et au Royaume-Uni pendant la Grande Guerre.
Frizzera Francesco Trento Same People – Different War Experiences and Identity Representations: Trentino’s War Refugees in Austro-Hungarian Empire and in Italian Kingdom During the World War I
Georges Raphaël Université de Strasbourg Les soldats alsaciens-lorrains de la Première Guerre mondiale dans la société française d’après-guerre
Giraudier Fanny Bib mun. de Lyon/Lyon II 14-18 : Lyon sur tous les fronts
Grillini Anna University of Trento The origins of trauma. Experiences of war and madness in the civilian population
Hobbs Arabella UPenn Catholic Writers in the First World War
Kelly Alice Cambridge/Yale A Change of Heart”: Representations of Death and Memorialisation in First World War Writing by Women, 1914-39
Kubicki Remy Lille II Le juge et la reconstruction après la Grande Guerre : Une première expérience fondatrice
Lafosse Juliette Université Libre de Bruxelles Les positions doctrinales des juristes belges de Droit International autour la Première Guerre mondiale
Lorenzini Jacopo Siena L’élite militaire dans la nation. Le cas italien en perspective comparée 1861-1915
Lux Marie-Christin TU Berlin Antisemitismus und Geschlecht – Kriegserfahrungen in den Korrespondenzen französischer jüdischer Intellektueller
Marti Steve University of Western Ontario Embattled Communities: Patriotism and Identity in Australia, Canada, and New Zealand, 1914-1918
Miller-Tremblay Jean-Philippe EHESS Le corps ordonné’ : le drill dans l’institution militaire canadienne (1867-1914)
Naert Jan Ghent Mayors and legitimacy in World War One. The mayor as feeder, protector and representative in occupied and liberated Belgium and France (1914-1921)
Ngono Enika Université Saint-Louis — Bruxelles l’influence de la Première Guerre mondiale sur l’administration coloniale belge et ses membres
Régis Nina EHESS/Heidelberg Le pain pendant la Première Guerre en Allemagne
Ross Jenna K. University of Southern California Acceptable Fear: The Soldier-Hero and Construction of Fear in the Great War
Scofield Devlin Michigan State Veterans, War Widows, and National Belonging in Alsace, 1871-1953
Van Lidth de Jeude Peter Penn State Bureaucratic Occupations – Ambition, Ideology & Career in the German Occupations of WWI
Varlet Marine Amiens Guerre et délinquance juvénile : pratiques et représentations dans les colonies pénitentiaires en France (1912-1945)
Zian Yasmina TU Berlin L’expérience collective de la grande guerre enrichie à l’aune de celles d’étrangers en Belgique
Zind Alain IHTP Le second conflit américano-irakien (2003-2010) : une guerre numérique ?

Journée d’étude “Le front caucasien de la Grande Guerre”

Jeudi 5 juin 2014

Collège de France, 3 rue  d’Ulm, Paris 

Le front caucasien de la Grande Guerre

Journée d’étude organisée par Cloé Drieu et Claire Mouradian,

et soutenue par le Cercec, le Cetobac, le Collège de France, l’Orient-Institut Istanbul, l’IISMM et la Fondation Hugot. 

Matin (9:00-12:30)

Nouvelles approches de l’histoire du front caucasien

Présidence : Henry Laurens (Collège de France)

9:00 – accueil

9:15-9:30 – Introduction

Michael REYNOLDS (Princeton University) « The Caucasus Between Ottomans and Russians in WWI (1908-1918) »

Ozan ARSLAN (Izmir University) « The Caucasian Front or the ‘Caucasian Sideshow’?: Ottoman and Russian Empires’ War Strategies and Military Operations in the Near East, 1914-17 »

10:45-11:15 Questions / discussion

11:15-11:30 Pause café

Jacques FREMEAUX (Paris IV) « Le Caucase et les opérations militaires au Levant : perspectives stratégiques (1914-1918) »

12:00-12:30 Question / discussion

 

Après-midi (14:00-18:30)

Peuples et nations au cœur du conflit

Présidence : Eugene Rogan (University of Oxford)

Lusine NAVASARDYAN (Cercec/Ehess) « Les groupes de volontaires arméniens du front du Caucase au cours de la Première Guerre mondiale »

Edith YBERT (Cetobac) « Les Adjars (Géorgiens musulmans) et le front du Caucase (1914-1918) : traîtres ou victimes ? »

15:00-15:30 Question / discussion

15:30-15:45 Pause café

Bruno ELIE (Chercheur indépendant) « Faik Tonguç, ou ce que signifie être jeune et Turc en 1914 »

Ronald SUNY (University of Michigan) « War and Genocide: Armenians, Assyrians, and the Caucasian Front » 

16:45-17:15 Question / discussion

17:15-17:30 Pause café

Claire MOURADIAN (CNRS) « Présentation de quelques documents d’archives françaises et russes : textes et reportages de guerre sur le front du Caucase »

Discussion générale

Programme du colloque international 30.06.2014 – 02.07.2014

montreDu lundi 30 juin au mercredi 2 juillet aura lieu à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme) un colloque international. Voici son argumentaire et programme détaillé.

En articulant échelles individuelles et collectives, l’intention de ce colloque résolument comparatif est de repenser la question des expériences de guerre vécues par les contemporains et la manière dont ceux-ci les perçoivent, les endurent puis les « construisent » à partir d’une expérience originelle jugée le plus souvent fondatrice pour en proposer une histoire sociale et
culturelle, ouverte sur les autres sciences sociales. Derrière la question des « premières fois » et des « initiations » dans la guerre de 1914-1918, c’est bien une interrogation sur le « pouvoir des commencements » que le colloque souhaite déployer. Il s’agit donc depuis l’individu jusqu’aux sociétés
plongées dans la guerre, de penser la rupture et la nouveauté radicale que représenta, pour ses contemporains, celle qu’on appela, dès 1914, la Grande Guerre.

Lundi 30 juin 2014

09H00 ACCUEIL
Hervé François, Directeur de l’Historial de la Grande Guerre
Jean-Jacques Becker, Président d’Honneur du Centre international de recherche de l’Historial
Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre international de recherche de l’Historial
09h30 INTRODUCTION
Nicolas Beaupré (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, IUF)
10h00 – 12h30 APPRENTISSAGES – INITIATIONS
10h00 – 11h00 Modérateur : Jay Winter (Yale University)
Simon House (Londres) : Baptism of Fire : the French Army in the Ardennes, 22 August 1914
Olivier Cosson (Paris) : Faire face : le chef et l’imprévisibilité du combat dans l’armée française (1914)
PAUSE
11h30 – 12h30 Modératrice : Annie Deperchin (Université de Lille II)
Larissa Wegner (Freiburg) : The Great War and the Hague Conventions: Failed Test for “Humanity in Warfare”?
Alison Fell (University of Leeds): Striking Women: First World War Industrial Action as Initiation for Female Activists in Britain and France.
PAUSE
13h30 – 15h30 APPRENTISSAGES – INITIATIONS (Suite)
13h30 – 15h30 Modératrice : Anne Rasmussen (Université de Strasbourg)
Ken Daimaru (London University/Paris Ouest Nanterre la Défense) : La mobilisation des médecins japonais au début de la Première Guerre mondiale.
Eric Kocher-Marboeuf (Université de Poitiers) : La Grande Guerre, matrice de la bataille contre le cancer
Romaric Nouat (Université de Tours) : L’apprentissage du Service de santé aux armées de la 9e région militaire et ses missions durant la Première Guerre mondiale.
 PAUSE
16h00 – 17h30 Modérateur : Nicolas Patin (Institut Historique Allemand Paris)
Julien Gueslin (Université de Lyon III) : Naissance d’un projet national : les tirailleurs lettons ou l’initiation au sacrifice (1915-1917)
Claire Morelon (IEP Paris) : The Arrival of Galician Refugees in Bohemia during the First World War: A Problematic Encounter and the limits of Austrian Patriotism.
17h30 Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, par Christian Manable, Président du Conseil général de la Somme, Pierre Linéatte, Président de l’Historial de la Grande Guerre, Jean-Jacques Becker, Président d’Honneur et Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre
20h00 Conférence
Annette Becker (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, IUF) : Violences extrêmes contre les civils durant la Grande Guerre.

explosions

Mardi 1er juillet 2014

06h00 Cérémonies commémoratives de la bataille de la Somme : La Boisselle et Thiepval avec John Horne (Trinity College Dublin) et Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne) (inscription obligatoire, rdv devant l’Historial)
14h00 – 17h30 ÉMOTIONS
14h00 – 15h30 Modérateur : Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS Paris)
Jaqueline Carroy (EHESS Paris) : Rêves de guerre.
Matteo Caponi (École normale supérieure de Pise) : “Je n’aurais pas cru que cette nouvelle forme de bataille fût si terrible et épouvantable.” Les raids aériens sur les villes italiennes pendant la Grande Guerre.
PAUSE
16h00 – 17h30 Modératrice : Franziska Heimburger (EHESS Paris)
Jane Potter (Oxford Brooks University) : ‘I can find no word to qualify my experiences except de word SHEER’ : Wilfred Owen’s Letters and his Baptism of Fire.
Clémentine Vidal-Naquet (EHESS Paris) : L’écriture des sentiments. L’apprentissage épistolaire de l’intimité conjugale.
PAUSE
20h30 – 22h00 Projection du film La cicatrice. Une famille dans la Grande Guerre de Laurent Veray, suivi d’un débat en présence de l’auteur, animé par Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) et Gene Tempest (Boston University) au Cinéma Le Picardy de Péronne.

visageMercredi 2 juillet 2014

09h00 – 12h30 RUPTURES ET RENCONTRES
09h00 – 11h00 Modératrice : Heather Jones (London School of Economics)
Marine Branland (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : Rencontres atypiques dans les camps de prisonners des la Grande Guerre
Ronan Richard (Université de Rennes 2) : Premiers contacts : l’accueil en gare des réfugiés et des prisonniers au début de la guerre. L’exemple du Grand Ouest de la France.
Nazan Maksudyan (Istanbul Kemerburgaz University) : Ottoman Orphans in Germany during the First World War.
PAUSE
11h30 – 12h30 Modérateur : Benoît Majerus (Université du Luxembourg)
Chris Kempshall (Sussex University) : ‘What Barbarians They Must think us!”. When Tommy met Poilu: Allied Interactions on the Western Front.
James Connolly (Université de Paris IV-Sorbonne): Starting as they meant to go on? Franco-German Relations in the occupied Nord.
PAUSE
13h30 – 17h30 INTERPRÉTATIONS / PREMIERS RÉCITS
13h30 – 15h00 Modératrice : Laurence Van Ypersele (Université catholique de Louvain)
Marco Mondini (Institut Historique Italo-Allemand – Fondation Bruno Kessler, Trete/Université de Padoue) : Les écrivains-combattants italiens et la guere “vita nova”.
Dunja Dusanic (Université de Belgrade) : “Nous de 1914” : l’expérience formative de la Grande Guerre chez les écrivains serbes modernistes.
PAUSE
15h30 – 17h30 Modérateur : Arndt Weinrich (Institut Historique allemand Paris)
Gerd Krumeich (Université de Düsseldorf) : Stegemann 1917. La première histoire allemande de la Grande Guerre.
Benjamin Gilles (EHESS Paris) : Premières mises en récit de l’expérience combattante collective. Anthologies de guerre en France et en Allemagne de 1914 à 1940
Jennifer Wellington (King’s College London) : National Beginnings, Tragic Pasts : Constructing First World War Memory in the British Empire.
PAUSE
17h45 – 18h30 Débats conclusifs dirigés par Gene Tempest et Manon Pignot (Université de Picardie Jules Vernes, IUF)

Télécharger en pdf : Colloque Historial 30 juin-2 juillet 2014

Pour tout renseignement, veuillez contacter
c.fontaine [@] historial.org

Comité d’organisation :

Nicolas Beaupré (UBP Clermont-Ferrand, CIRHGG, IUF),
Caroline Fontaine (CIRHGG),
Franziska Heimburger (EHESS Paris),
Benoît Majerus (Université du Luxembourg),
Nicolas Patin (Institut Historique Allemand, Paris),
Manon Pignot (Université de Picardie-Jules-Verne, IUF),
Emmanuel Saint-Fuscien (EHESS Paris),
Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg),
Gene Tempest (Boston University),
Arndt Weinrich (Institut Historique Allemand, Paris).

Financeurs :

sponsors

 

fpL’interprétation simultanée français-anglais et anglais-français est soutenue par le Fonds Pascal.

Illustration : Alexandre Zinoviev, L’heure H du jour J, coll. Historial de la Grande Guerre, photo Yazid Medmoun.

Deux colloques à venir sur les aspects linguistiques de la Première Guerre mondiale

Un billet pour vous signaler deux colloques à venir au mois de juin, concernant l’un et l’autre des questions de langue(s) pendant la Grande Guerre.

affiche colloque V7

Le premier, organisé par Odile Roynette (Université de Franche-­‐Comté, Centre, Jacques Petit / Centre d’histoire de Sciences Po), Gilles Siouffi (Université Paris-­‐Sorbonne / STIH), Stéphanie Smadja (Université Paris VII-­‐Diderot / CERILAC) et Agnès Steuckardt (Université Paul Valéry-­‐ Montpellier 3 / Praxiling), aura lieu les jeudi 12 et vendredi 13 juin 2014, respectivement dans l’amphi Guizot, Paris Sorbonne et au Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, Paris 6e.

Voici un extrait de l’argumentaire :

Le colloque se propose d’ouvrir le champ, et d’examiner
notamment les thèmes suivants :
□ la question de la périodisation : la Première Guerre mondiale est-­‐elle
le moment qui sépare le français du XIX e siècle du français du
XX e siècle, et si oui, pourquoi ? Sur quels éléments se fonde-­‐t-­‐on ?
□ la question des parlers ;
□ la question de l’argot et plus largement de la néologie ;
□ la question du contact des langues (apprentissage accéléré
de langues étrangères, idiomes véhiculaires, traductions,
interprétariat…) ;
□ la question des parlers spécialisés, notamment militaires, plus
largement techniques et de leur adaptation aux réalités de la guerre
moderne ;
□ les questions relatives à l’écrit ;
□ les questions d’éducation.

Au total, au travers de l’analyse linguistique de l’événement que
constitue la Première Guerre mondiale, le colloque a pour but de
montrer que l’étude attentive des questions de langage est à même
d’avoir des implications sur l’ensemble des questions historiques et
culturelles relatives à cet événement, et d’en renouveler l’approche.
Cette rencontre, qui voudrait viser un public large, entend aussi par ce
biais stimuler les rencontres entre historiens et linguistes autour de
nouveaux objets.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le programme Première Guerre mondiale et la langue – programme ou le site du colloque.

Le deuxième colloque aura lieu les 18 et 20 juin, respectivement à l’université d’Anvers et à la British Library à Londres.

 

wo-languages-first-ww-411x195 Languages-conference-2Ce colloque est accompagné d’un site tumblr qui présente le programme, mais aussi des extraits des communications à venir, ainsi que des illustrations en lien avec le thême du colloque comme celle-ci :

 

 

 

 

Carciature parue dans le Cheltenham Looker-On le 7 Septembre 1917 http://languages-and-first-world-war.tumblr.com/post/82307406942/on-7-september-1917-the-cheltenham-looker-on
Caricature parue dans le Cheltenham Looker-On le 7 Septembre 1917 http://languages-and-first-world-war.tumblr.com/post/82307406942/on-7-september-1917-the-cheltenham-looker-on

Conférence “La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs”

7203_10151694749222593_2050339698_aL’UniverCité

Saison 2013-2014

Mardi 20 mai 2014, à 18h30

La guerre au travail, 1914-1920

Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

Conférence de Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar, Cité nationale de l’histoire de l’immigration

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

pour fêter la fin de la saison 2013-2014

INFORMATIONS PRATIQUES

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles. Auditorium Philippe Dewitte.

MUSEE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION

PALAIS DE LA PORTE DOREE – 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris
www.histoire-immigration.fr

Contact : conferences@histoire-immigration.fr ; @Marianne_Amar 

Documentaire remarquable concernant la mémoire britannique de la Première Guerre mondiale par la chanson populaire

long-long-trailDu 5 au 12 janvier 2014 vous pouvez écouter un radio-documentaire sur le site de la radio BBC R4 qui vaut le détour. Il s’agit d’une émission qui retrace la fabrique d’un documentaire de 1961 par Charles Chiltern qui prend l’angle de la chanson populaire pour s’intéresser à l’expérience combattante de la Première Guerre mondiale. Le documentaire original est également disponible à l’écoute.

C’est ce travail documentaire qui sera ensuite retravaillé par Charles Chiltern et Joan Littlewood pour devenir une comédie musicale en 1963 et enfin un film par Richard Attenborough en 1969. “Oh! what a lovely war” est un document fascinant, tout particulièrement pour ceux qui connaissent surtout la culture mémorielle française, très loin de l’iro

nie et dérision britannique. Les débats actuels sur la récupération politique du souvenir de la Grande Guerre (voir ici et ) sont en bonne partie le résultat des divergences d’interprétation qui datent des années 1960.

La séance de février du séminaire de recherche EHESS/DHI Paris sera consacrée à l’étude du film de 1969. Ceux qui auront pris goût à la question en écoutant le documentaire pourront ainsi prolonger la reflexion.