Archives de catégorie : Actualités de 14-18

Meilleurs Voeux Best Wishes

Toute l’équipe du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre vous souhaite de très joyeuses fêtes et vous adresse ses meilleurs vœux pour la nouvelle année.

The entire team at the Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre wishes you a very happy holiday season and best wishes for the New Year.

Dans l’attente du plaisir de vous retrouver, nous sommes heureux de vous inviter au grand colloque international que nous organisons avec l’Université de Picardie Jules Verne du 25 au 27 juin 2024 :

« La Grande Guerre, 1918-1941 : vers une histoire culturelle du politique » et dont vous trouverez le programme ici Programme-2024

We look forward to seeing you again, in particular at the major international conference we are organizing with the Université de Picardie Jules Verne (Amiens) from June 25 to 27, 2024:  

“The Great War, 1918-1941: towards a cultural history of politics” Programme-2024-E

L’agenda de toutes nos manifestations sera à retrouver sur http://1418.hypotheses.org à partir du 15 janvier.

The details of all our events will be available on http://1418.hypotheses.org from January 15th.

Nous vous rappelons également que la date limite pour déposer un dossier de demande de bourse Gerda Henkel du Centre international de recherche est fixée au 26 février https://1418.hypotheses.org/bourses

We would also like to remind you that the deadline for applications for the Gerda Henkel scholarships at the Centre International de Recherche is February 26th https://1418.hypotheses.org/bourses

A votre disposition pour tout renseignement complémentaire : cir@historial.org

Please do not hesitate to contact us should you require any further information : cir@historial.org

 

Nicolas WERTH « Le douloureux enfantement d’une nation sur une terre de sang : Ukraine, XXème XXIème Siècles » Amiens, vendredi 10 novembre, 16h30

L’Université de Picardie Jules Verne et le Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre ont organiser le

vendredi 10 novembre 2023 au Logis du Roy, 80000 AMIENS,

une conférence de Nicolas Werth (CNRS) :

« Le douloureux enfantement d’une nation sur une terre de sang : Ukraine, XXème XXIème    Siècles »

qu’ils vous invitent à retrouver ici en vidéo : https://webtv.u-picardie.fr/watch_video.php?v=5DD93C3A5CEA0D032F790C9C69FA2DC8

et la  publication ici : Brève histoire d’une « terre de sang » : l’Ukraine au XXe et XXIe siècles | Politika

Photo Victor Borinets : Tranchées près de Bakhmout. novembre 2022

Nicolas Werth, directeur de recherches émérite au CNRS, est spécialiste de l’histoire soviétique, et plus particulièrement du stalinisme et de la violence d’Etat en URSS. Il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Parmi les derniers : Les grandes famines soviétiques (PUF, 2020); Poutine, Historien en chef (Gallimard, coll.Tracts, 2022); Le communisme au village (Belles-Lettres, 2023).

Présentation

Ce n’est qu’en 1991 que l’Ukraine, « terre de confins » (tel est le sens premier du mot « Ukraine ») s’est constituée en un Etat-Nation, au terme d’un long et douloureux cheminement marqué par l’échec, en 1917–1920, d’une première indépendance consécutive aux révolutions de 1917 qui ont mis à bas l’Empire russe. Le 1er décembre 1991, plus de 90% des citoyens de ce qui est encore la République Socialiste Soviétique d’Ukraine se prononcent en faveur de l’indépendance. Une indépendance aujourd’hui contestée par le régime de Vladimir Poutine, qui n’a pas hésité à déclencher la première guerre d’envergure sur le sol européen au XXIème siècle afin de soi-disant “dénazifier” et “démilitariser” l’Ukraine. Une Ukraine redevenue dès lors une « terre de sang ».

Pour tout renseignement/inscription : cir@historial.org

 

 

Lauréats 2023 des bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

     

Alexandar Arroyo et Stéphane Haussoulier Président du Conseil departemental de la Somme

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

    

David Hager et Guillaume Duflot, Président de l’Historial de la Grande Guerre

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

             

Marie Leyder et Stéphane Haussoulier Président du Conseil departemental de la Somme

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de

l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

 

Chloé Pastourel et Guillaume Duflot, Président de l’Historial de la Grande Guerre

PRESENTATION

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

À travers l’utilisation de sources encore peu mobilisées pour l’étude du cas serbe (journaux et mémoires de combattants, justice militaire…), je m’intéresse à l’expérience de guerre serbe, notamment sous l’angle du moral et de la discipline en temps de guerre. Ce travail vise à mettre en lumière l’ampleur des défis que rencontre l’armée serbe sur cette longue période de guerre avec notamment plusieurs importantes crises de la discipline militaire, à analyser la manière dont cette armée cherche à faire évoluer ses outils et ses pratiques pour y faire face ainsi que la marge de manœuvre à l’échelle individuelle des combattants au sein de l’institution militaire.

 

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Les bombardements en 1914-1918 ont concerné des centaines de milliers de personnes, blessant et tuant des milliers de civils. Susceptibles de cibler des villes situées loin des champs de bataille proprement dits, ils furent un symbole de la fin de la distinction entre combattants et non-combattants. Ils constituent à ce titre une étape marquante de l’histoire militaire et de l’expérience de la guerre des populations. Progressant d’attaques diurnes effectuées par des avions isolés lançant un petit nombre de bombes légères en 1914 à des véritables séries de raids nocturnes exécutés par des dizaines de bombardiers capables de porter des centaines de kilos d’explosifs en 1917/1918 ainsi que par des canons tirant à plus de 100 kilomètres, leur caractère changea radicalement au cours de la guerre. En raison de l’avancement technologique, les conséquences ressenties au début de la guerre n’avaient que peu de rapport avec celles qui s’ensuivirent. Ma thèse, consacrée aux villes françaises éloignées du front, en tenant compte de la perspective internationale, analyse les conséquences matérielles et psychologiques de ces attaques, les mesures prises par les autorités pour protéger les villes et leurs populations, ainsi que les représentations des bombardements dans des textes et des images.

 

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Cette thèse examine l’engagement des infirmières et marraines de guerre sur le front de l’Yser entre 1914 et 1918, un espace devenu lieu d’entraide internationale lorsque la quasi-totalité de la Belgique fut occupée pendant la Première Guerre mondiale. À la fois proches et éloignées des tranchées, ces femmes ont participé activement au conflit en soulageant les souffrances des soldats. Alors que les infirmières ont affronté les horreurs du combat en personne, les marraines de guerre, quant à elles, étaient présentes dans de multiples espaces du front par le biais des lettres et des colis qu’elles envoyaient aux soldats. Ces femmes écrivaient à des soldats inconnus pour leur apporter un soutien moral, émotionnel et matériel, afin de pallier le manque de nouvelles de leurs proches. Mon projet de thèse vise à examiner les réseaux d’organisation, les pratiques de soin et les expériences de ces soignantes. Il ambitionne également d’analyser la réception et l’expérience du soin de la part des soldats et leur implication dans ceux-ci. Pour réaliser cette tâche, j’utilise des sources multiples issues des organisations humanitaires, des publications de journaux et revues, mais aussi des lettres, journaux personnels et photographies de ces femmes soignantes et des soldats qui ont bénéficié de leurs soins.

 

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Durant la Grande Guerre, la philanthropie américaine s’impose comme une institution de masse grâce à la mobilisation de l’ensemble de la société américaine. Leurs actions s’internationalisent vers le Vieux Continent. La France apparait comme un terrain d’expérimentation privilégié pour l’American Red Cross, pour le Comité Américain des Régions Dévastée, pour la Fondation Rockefeller et pour le French Heroes Lafayette Memorial Fund. Cette période est marquée par la professionnalisation des Américaines et des Françaises au sein du care notamment autour du modèle des infirmières visiteuses. Ces comités diffusent l’hygiène, la puériculture ainsi que les protocoles sanitaires américains et européens sur le sol français. Ils s’engagent également en faveur de la protection de l’enfance en luttant contre la mortalité précoce, contre la tuberculose et les maladies infectieuses. Ces actions contribuent à l’obtention des droits de l’enfant reconnus en 1924 par la Société des Nations.

Samedi 11 novembre 2023 HOMMAGE à Jean-Jacques BECKER & REMISE DES BOURSES Gerda Henkel du Centre international de Recherche à l’Historial de la Grande Guerre

Info réservation : cir@historail.org et 06 81 61 61 97

Historien de la Première Guerre mondiale, membre fondateur de l’Historial de la Grande Guerre et premier président de son Centre de Recherche

14h00 : Table ronde animée par Emmanuel Laurentin (France Culture) avec Stéphane Audoin-Rouzeau, Anne Rasmussen, Philippe Nivet, John Horne, Gerd Krumeich, Jay Winter et Bruno Cabanes.

Jean-Pierre Becker lira des textes de son père.

15h30 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche.

Les 4 lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme, présenteront leur thèse en 5 minutes.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

PRESENTATION

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

À travers l’utilisation de sources encore peu mobilisées pour l’étude du cas serbe (journaux et mémoires de combattants, justice militaire…), je m’intéresse à l’expérience de guerre serbe, notamment sous l’angle du moral et de la discipline en temps de guerre. Ce travail vise à mettre en lumière l’ampleur des défis que rencontre l’armée serbe sur cette longue période de guerre avec notamment plusieurs importantes crises de la discipline militaire, à analyser la manière dont cette armée cherche à faire évoluer ses outils et ses pratiques pour y faire face ainsi que la marge de manœuvre à l’échelle individuelle des combattants au sein de l’institution militaire.

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Les bombardements en 1914-1918 ont concerné des centaines de milliers de personnes, blessant et tuant des milliers de civils. Susceptibles de cibler des villes situées loin des champs de bataille proprement dits, ils furent un symbole de la fin de la distinction entre combattants et non-combattants. Ils constituent à ce titre une étape marquante de l’histoire militaire et de l’expérience de la guerre des populations. Progressant d’attaques diurnes effectuées par des avions isolés lançant un petit nombre de bombes légères en 1914 à des véritables séries de raids nocturnes exécutés par des dizaines de bombardiers capables de porter des centaines de kilos d’explosifs en 1917/1918 ainsi que par des canons tirant à plus de 100 kilomètres, leur caractère changea radicalement au cours de la guerre. En raison de l’avancement technologique, les conséquences ressenties au début de la guerre n’avaient que peu de rapport avec celles qui s’ensuivirent. Ma thèse, consacrée aux villes françaises éloignées du front, en tenant compte de la perspective internationale, analyse les conséquences matérielles et psychologiques de ces attaques, les mesures prises par les autorités pour protéger les villes et leurs populations, ainsi que les représentations des bombardements dans des textes et des images.

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Cette thèse examine l’engagement des infirmières et marraines de guerre sur le front de l’Yser entre 1914 et 1918, un espace devenu lieu d’entraide internationale lorsque la quasi-totalité de la Belgique fut occupée pendant la Première Guerre mondiale. À la fois proches et éloignées des tranchées, ces femmes ont participé activement au conflit en soulageant les souffrances des soldats. Alors que les infirmières ont affronté les horreurs du combat en personne, les marraines de guerre, quant à elles, étaient présentes dans de multiples espaces du front par le biais des lettres et des colis qu’elles envoyaient aux soldats. Ces femmes écrivaient à des soldats inconnus pour leur apporter un soutien moral, émotionnel et matériel, afin de pallier le manque de nouvelles de leurs proches. Mon projet de thèse vise à examiner les réseaux d’organisation, les pratiques de soin et les expériences de ces soignantes. Il ambitionne également d’analyser la réception et l’expérience du soin de la part des soldats et leur implication dans ceux-ci. Pour réaliser cette tâche, j’utilise des sources multiples issues des organisations humanitaires, des publications de journaux et revues, mais aussi des lettres, journaux personnels et photographies de ces femmes soignantes et des soldats qui ont bénéficié de leurs soins.

 

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Durant la Grande Guerre, la philanthropie américaine s’impose comme une institution de masse grâce à la mobilisation de l’ensemble de la société américaine. Leurs actions s’internationalisent vers le Vieux Continent. La France apparait comme un terrain d’expérimentation privilégié pour l’American Red Cross, pour le Comité Américain des Régions Dévastée, pour la Fondation Rockefeller et pour le French Heroes Lafayette Memorial Fund. Cette période est marquée par la professionnalisation des Américaines et des Françaises au sein du care notamment autour du modèle des infirmières visiteuses. Ces comités diffusent l’hygiène, la puériculture ainsi que les protocoles sanitaires américains et européens sur le sol français. Ils s’engagent également en faveur de la protection de l’enfance en luttant contre la mortalité précoce, contre la tuberculose et les maladies infectieuses. Ces actions contribuent à l’obtention des droits de l’enfant reconnus en 1924 par la Société des Nations.

“La présence des morts de la Grande Guerre de 1918 à nos jours”

Dans le cadre des Rendez-vous de l’Histoire de Blois,

le Centre international de recherche a le plaisir de vous inviter à la table ronde : “La présence des morts de la Grande Guerre de 1918  à nos jours”

Samedi 7 octobre, 16 h

Salle Capitulaire du Conseil départemental du Loir-et-Cher,

place de la République, Blois

Modérateur : Philippe Nivet (Université de Picardie Jules Verne),

Intervenants : Annette Becker (Université Paris Nanterre), Nicolas Beaupré (ENSSIB), Juliette Sauvage (Université de Picardie Jules Verne), Stéphane Audoin-Rouzeau (EHESS)

La Première Guerre mondiale a provoqué la mort de 10 millions de combattants, dont des écrivains. Dès la sortie du conflit domine le sentiment que les vivants auront à composer avec ces morts. En France, J’accuse, d’Abel Gance (1919), et Le réveil des morts, de Roland Dorgelès (1923) mettent en scène le retour des morts. Dans tous les pays belligérants se pose la question de la représentation artistique des morts et de leur sacralisation par l’aménagement de lieux commémoratifs. Au-delà de cette présence matérielle existe une longue présence transgénérationnelle des morts de la Grande Guerre.

(Inscription via les RDV de l’Histoire)

illustration : Historial de la Grande Guerre

La mort de Jean-Jacques Becker

Ainsi, le vieux maître nous a quittés.

Le père d’Annette Becker, tout d’abord.

Mon maître, aussi : celui que j’avais connu comme jeune étudiant de licence à Nanterre, au milieu des années 1970. Puis retrouvé quelques années plus tard, comme doctorant : il guida mes pas, m’encouragea avec une bienveillance jamais démentie, avant de m’accueillir comme assistant à l’Université de Clermont-Ferrand où il était alors professeur. En me laissant pleine liberté, toujours.

Notre maître, également : celui qui créa le Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne, à la fin des années 1980, afin d’accompagner la création du musée et, au delà, pour favoriser l’émergence d’une histoire nouvelle de 1914-1918 dont, en Europe, il était un pionnier depuis sa thèse sur l’entrée des Français dans la guerre. Un très grand texte, qui tient toujours.

Sous sa présidence, pendant de longues années, s’est construite cette historiographie de la Grande Guerre que nous pratiquons encore : internationale, attentive aux acteurs sociaux, aux représentations, aux sensibilités. Une histoire culturelle de la Grande Guerre, comme nous l’avions appelée.

Ce grand effort collectif conduit par Jean-Jacques, nous l’avons accompli dans l’amitié, la connivence, l’écoute réciproque, la joie aussi. Car, sur ce sujet si tragique, travailler avec lui se fit toujours dans une immense gaieté.

C’est de cela dont nous voulons nous  souvenir avant tout au moment de l’adieu au vieux maître que nous avons tant aimé.

Stéphane Audoin-Rouzeau

Président

Centre International de Recherche

de l’Historial de la Grande Guerre

Lauréats 2023 des bourses de la Fondation Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre et de l’Université de Picardie Jules Verne avec le soutien du Conseil départemental de la Somme.

Alexandar ARROYO (Université de Strasbourg-EHESS) : « Combattre sur les fronts balkaniques : expériences serbes de la longue Grande Guerre (1912- 1918).

David HAGER (Université de Picardie) : « Les bombardements des villes françaises éloignées du front pendant la Première Guerre mondiale ».

Marie LEYDER (Université de Genève) : « Engagées en première ligne : Marraines de guerre et infirmières sur le front de l’Yser pendant la Première Guerre mondiale ».

Chloé PASTOUREL (Université de Clermont Ferrand/ ENSSB) : « La croisade de la charité. La philanthropie états-unienne et la protection de l’enfance en France (de 1914 aux années trente) ».

Ces bourses seront remises lors d’une cérémonie, ouverte à tous et toutes, le 11 novembre 2023 en clôture de la table ronde “Sous les drapeaux” à l’Historial de la Grande Guerre.

Conférence : “Roland Dorgeles, écrivain-pèlerin : sur les traces des morts du Chemin des Dames” Juliette Sauvage

INVITATION

Jeudi 6 avril 2023, 16h

le Logis du Roy (en face du Palais de Justice), Amiens

et via Zoom à l’Historial de la Grande Guerre, salle de Réception, Péronne.

« Roland Dorgelès, écrivain-pèlerin : sur la trace des morts du Chemin des Dames »

une conférence de Juliette SAUVAGE (Université Picardie- Jules Verne)

         

Roland Dorgelès, natif d’Amiens mais éternel montmartrois, semble peu attaché à la région picarde : c’est pourtant celle qui l’a vu naître en tant qu’écrivain, au cœur des tranchées. C’est sur ces terres que se déroulent ses principales œuvres de guerre. Le Réveil des morts, roman de la reconstruction paru en 1923, incarne à la perfection le projet littéraire de Dorgelès, qui construit une œuvre au service de la mémoire des soldats, de la construction d’une communauté dépassant la frontière entre vie et mort.

Juliette SAUVAGE est docteure en littérature et civilisation françaises de l’Université de Picardie Jules Verne. Autrice d’une thèse consacrée à Roland Dorgelès et sa représentation de la Grande Guerre, elle s’intéresse particulièrement à la mémorialisation du conflit, imposant la littérature comme un incontournable de la narration de la Première Guerre mondiale. Elle a obtenu la bourse Gerda Henkel remise par le Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre en 2021.

Inscription / info : cir@historial.org et 06 81 61 61 97

« Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome » Grande conférence annuelle par Marco Mondini

Jeudi 27 octobre 2022, 19h00, PARIS

La grande conférence annuelle du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre.

Marco Mondini (Université de Padoue)

Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris

Pour s’inscrire : https://iicparigi.esteri.it/iic_parigi/fr/gli_eventi/calendario/2022/10/grande-guerre-et-fascisme-la-marche.html

Pour suivre la conférence à distance : https://www.youtube.com/user/iicparigi

Programme 2022

Jeudi 27 octobre 2022, 19h00, PARIS

  « Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome »

la grande conférence annuelle du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre,

Marco Mondini (Université de Padoue)

Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris

Pour s’inscrire : https://iicparigi.esteri.it/iic_parigi/fr/gli_eventi/calendario/2022/10/grande-guerre-et-fascisme-la-marche.html

Pour suivre la conférence à distance : https://www.youtube.com/user/iicparigi

Vendredi 11 novembre 2022,  14h30, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : Table ronde

       “Autour d’une gravure retrouvée d’Otto Dix”

avec Annette Becker,  Marie Gispert, Stéphane Audoin-Rouzeau et John Horne.

 Samedi 10 décembre 2022, 15h, Historial de la Grande Guerre :           “L’URSS, le dernier combat de Lénine”                                                             une conférence d’Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)

Programme sous réserve de modification. Inscription conseillée :

cir@historial.org        Tel 00 33 (0)3 22 83 14 18

Programme 2022 détaillé


Jeudi 27 octobre 2022 – 19h-

Conférence de Marco Mondini (Université de Padoue)

Institut culturel italien 50 rue de Varenne 75007 Paris 

« Grande Guerre et fascisme. La marche sur Rome »

Pour s’inscrire : https://iicparigi.esteri.it/iic_parigi/fr/gli_eventi/calendario/2022/10/grande-guerre-et-fascisme-la-marche.html

Pour suivre la conférence à distance : https://www.youtube.com/user/iicparigi

 

Squadristi 1921 coll particulière

Dans cette conférence, Marco Mondini proposera une réflexion sur le lien entre guerre et fascisme (ou, mieux, entre guerre et fascismes) selon deux perspectives. L’une aura pour point focal le contexte transnational des mouvements de vétérans européens qui ne se démobilisent pas, se remobilisent ou animent des guerres après la guerre, dans le cadre d’une Europe qui semble inapte à trouver une paix véritable. L’autre se centrera sur la dictature mussolinienne, au titre de cas d’école d’une force politique (pas la seule, certainement…) générée par la guerre et qui, dans la guerre, retrouve sa raison d’être. L’Etat guerrier permanent est l’idéal du fascisme : une opération d’ingénierie sociale et politique dont le destin était une grande guerre à venir.     

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Pise, Marco Mondini est professeur à l’Université de Padoue où il enseigne l’histoire de la guerre. Il est chercheur partenaire à l’UMR Sirice (CNRS – Paris Panthéon Sorbonne) et membre du Comité Directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : Roma 1922 Il fascismo e la guerra mai finita, il Mulino (2022),  Fiume 1919. Una guerra civile italiana (2019), Il Capo. La Grande guerra del generale Luigi Cadorna (2017, trad. allemande 2020) et La guerra italiana. Partire, raccontare, tornare (2014).

———————————————-

Vendredi 11 novembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre

Table ronde :  « Autour d’une gravure retrouvée d’Otto Dix »

Otto Dix, peintre et graveur allemand, a combattu durant toute la guerre. L’ensemble des gravures Der Krieg (1924), présenté à l’Historial de la Grande Guerre, traduit la violence et les horreurs du champ de bataille aussi bien qu’en zone occupée. Une 51ème estampe manque à cette œuvre : « Soldat et nonne », écartée de la vente par l’éditeur et donc fort rare. Elle a pu être acquise l’année dernière par le musée avec l’aide du Centre international de Recherche. Elle sera donc présentée et recontextualisée à l’occasion de cet événement.

Intervenants Annette Becker, Marie Gispert, Stéphane Audoin-Rouzeau, John Horne.

Présentation des interventions :

Marie Gispert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Entre 1920 et 1922, Otto Dix réalise plusieurs œuvres – aquarelles, estampes et même une huile sur toile – représentant violences et meurtres sexuels. Il s’agira ici de comprendre comment ce corpus, qui doit évidemment au traumatisme de la guerre, s’inscrit également dans une actualité contemporaine marquée notamment par l’arrestation puis le suicide de Carl Grossmann et témoigne d’une vision agonistique des rapports entre les sexes chez Dix.

Annette Becker : « Otto Dix en guerre contre les atrocités de la guerre»

Après sa démobilisation, le combattant artiste Otto Dix a participé au happening de la foire internationale dada de 1920 à Berlin où il a montré mutilés et autres rescapés du conflit parmi les détritus de la guerre et de la civilisation, entre dérision, amertume et kitsch. En 1924, les gravures de Der Krieg se recentrent sur la guerre, celle des fronts militaires, celle des fronts d’occupation – la Belgique où il a séjourné – et de leurs atrocités contre les civils.

John Horne : « Viol de nonnes : réalité de guerre ou fantasme sacrilège en 1914-15 ? » 

Autant la réalité des viols de femmes varie selon les guerres, autant leur représentation (quand il y en a) exprime les fantasmes d’une société envahie et humiliée. Tel est le cas, côté allié, en 1914-15. Otto Dix brise un double tabou. Sa gravure est une vision rétrospective, par un vétéran allemand, d’un acte surtout associé (dans la propagande de guerre) aux soldats d’outre-Rhin. Mais dépeindre le viol d’une nonne pousse le symbolisme à l’extrême, car il s’agit d’un sacrilège – comme si on violait la Vierge. Otto Dix puise dans la riche iconographie des guerres religieuses ainsi que dans la représentation des Lustmorde (meurtres sexuels) si répandue dans l’Allemagne de Weimar pour livrer une image si puissante et ambiguë qu’elle est retirée de sa grande série, « Der Krieg » avant sa publication. En serait-elle l’image-clé ?

 

 Stéphane Audoin-Rouzeau : « Le viol, une arme de guerre »

Le viol de femmes, pendant les guerres contemporaines, a constitué un phénomène massif, rarement envisagé comme constitutif de la guerre elle-même. On regarde souvent ces viols comme une forme de criminalité guerrière plus ou moins inévitable en temps de conflit, mais rarement comme un sujet à étudier comme tel. Or, le viol de guerre nous dit beaucoup sur la manière dont les acteurs militaires envisagent la guerre qu’ils mènent et l’ennemi qu’ils affrontent. La communication, après avoir dressé à grands traits les grandes vagues de viol des conflits contemporains, tentera de proposer une interprétation qui rende compte de la signification profonde du phénomène.

———————————————-

Samedi 10 décembre 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre

« L’URSS, le dernier combat de Lénine »

Une conférence d’Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)Affiche du film documentaire de Dziga Vertov La sixième partie du monde (19026)

En mars 1918, quand les traités de Brest-Litovsk actent la désintégration de l’empire tsariste, la Russie de Lénine ne représente qu’une petite tache rouge perdue dans l’immensité eurasienne. Quatre ans et demi plus tard, fin 1922, l’empire soviétique a regagné par les armes l’essentiel de l’héritage territorial des Romanov. L’Union des Républiques socialistes soviétiques est la dernière œuvre de Lénine, et son ultime combat contre celui qu’il a promu envers et contre tous : Staline.

Alexandre Sumpf est maître de conférences (HDR) à l’université de Strasbourg. Il est notamment l’auteur de La Grande Guerre oubliée. Russie, 1914-1918 (Perrin, 2014), de 1917. La Russie et les Russes en révolution (Perrin, 2017) et de The Broken Years. Russia’s Disabled War Veterans, 1904-1921 (Cambridge University Press, 2022).

      

Programme 2022 passé

Samedi 21 mai 2022, 15H Historial de la Grande Guerre (Péronne) : « Le retour des morts en Belgique, 1918-1923″ une conférence de Laurence va Passén Ypersele (Université de Louvain)

Dimanche 5 juin 2022, 15H, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : « Proust et la Grande Guerre » une conférence de Luc Fraisse (Université de Strasbourg)

Samedi 9 juillet 2022, Historial de la Grande Guerre (Péronne) : “30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre”, 3 Tables rondes et ciné-concert de l’ensemble Duruflé et de Laurent Veray.

Samedi 8 octobre 2022, Blois : Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « La mer », Table ronde : « 1914-1918 en mer : la guerre profonde »

Samedi 21 mai 2022, 15H Historial de la Grande Guerre (Péronne)

« Le retour des morts en Belgique, 1918-1923″

Une conférence de Laurence van Ypersele (Université de Louvain)

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, un peu partout, les familles endeuillées réclament le corps de l’être cher, mais les Etats commencent par refuser. Entre la volonté de nationaliser les morts et le besoin de d’en prendre soin le dialogue est impossible. En Belgique, comme en France, s’en suit un bras de fer entre l’Etat et les familles qui durera plus de trois ans. Le retour des morts se fera donc par étapes: symbolique d’abord, par procuration ensuite, réelle enfin.

DOCTEUR en histoire, Laurence Van Ypersele est chercheur qualifié du Fonds National de la Recherche Scientifique (F.N.R.S.) et professeur à l’Université catholique de Louvain. Spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l’imagerie politique, elle s’intéresse aux visions du monde, de soi et des autres, aux valeurs et aux affects d’antan. Elle codirige actuellement, avec Myriam Watthee-Delmotte et Paul-Augustin Deproost, l’ARC « Structures et pouvoirs des imaginaires : héroïsation et questionnement identitaires en Occident ».

———————————————-

Dimanche 5 juin 2022 à 15H

« Proust et la Grande Guerre »

Une conférence de Luc Fraisse (Université de Strasbourg)

L’écrivain Marcel Proust a connu la Première Guerre mondiale, appelée alors la Grande Guerre, depuis l’arrière. Très compatissant à l’égard des combattants, il en suit avec angoisse la progression en lisant sept journaux par jour. Par là, la guerre fait son entrée dans son cycle romanesque A la recherche du temps perdu, à travers une discussion très poussée sur la stratégie militaire qui devient un symbole de la création, et un épisode sur Paris en guerre dans le dernier volume, Le Temps retrouvé.

Luc Fraisse est professeur de littérature française à l’université de Strasbourg. Il a consacré l’essentiel de ses travaux à Marcel Proust, notamment en 2018 Proust et la stratégie militaire. Aux Classiques Garnier, il dirige la collection “Bibliothèque proustienne”, la Revue d’études proustiennes et réédite actuellement A la recherche du temps perdu entièrement révisée sur les manuscrits et à l’aide d’une ample documentation. Il a récemment découvert, dans le fonds laissé par Bernard de Fallois, des nouvelles de jeunesse publiées sous le titre Le Mystérieux Correspondant et autres nouvelles inédites (Éditions de Fallois, 2019) ainsi que les Souvenirs de lecture de Jeanne Proust (Éditions de Fallois, 2020), un cahier rempli par la mère de l’écrivain.

———————————————-


Samedi 9 juillet 2022

Venez fêter les 30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

30 ans de l’Historial et du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

11H  – 12H30 : “À l’origine” Table ronde animée par Manon Pignot (UPJV) avec les historiens : Jay Winter, Gerd Krumeich, Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau.

 13H30- 15H00 :  “Parcours” une table ronde animée par Emmanuel Laurentin (France Culture) réunissant  d’anciens boursiers du CiRHGG :  Julia Ribeiro, Ken Daimaru, Susanne Brandt, Laurent Veray, James Connolly, Michaël Amara.

15H00- 15H30 : Remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial

16H 17H30 : “Irrigation” table ronde animée par Clémentine Vidal-Naquet : Jean Rouaud (écrivain), Kris (auteur de BD), Henri Colomer (réalisateur), Philippe Prost (Architecte Anneau de la mémoire).

18H30-20H30 : Ciné-concert spectacle organisé par Laurent Veray avec l’ensemble Duruflé.

Verre de l’amitié

———————————————-

Samedi 8 octobre 2022

Rendez-vous de l’Histoire de Blois : « La mer »

 « 1914-1918 en mer : la guerre profonde »

 

Pour retrouver le podcast :

https://rdv-histoire.com/programme/1914-18-en-mer-la-guerre-profonde

 

Une table ronde avec : John Horne (émérite, Trinity College Dublin); Clotilde Druelle-Korn (Université de Limoges) ; Olivier Forcade (Sorbonne Université) ; Arndt Weinrich (Sorbonne Université)

L’histoire de la Grande Guerre navale, pourtant mal connue et peu mise en évidence par rapport à l’histoire militaire de la guerre terrestre, est non seulement le sujet d’importantes nouvelles réflexions mais constitue à elle seule un des enjeux pour enfin comprendre 1914-1918 comme une guerre réellement mondiale. Du moins, c’est la proposition que nous voudrions explorer dans cette table ronde aux Rendez-vous de l’histoire de Blois dont le thème est La Mer.