Archives de catégorie : Actualités de 14-18

Charles de Gaulle en Grande Guerre : le laboratoire de « la guerre de trente ans »

Une petite conférence d’Annette Becker.

La Première Guerre mondiale du Lillois juste sorti de Saint-Cyr a longtemps été sous-estimée. Et pourtant, sa région du Nord occupée, les combats du jeune Lieutenant et surtout l’expérience amère des camps de prisonniers ont fortement contribué à son action future.

https://www.historial.fr/ressources/centre-international-de-recherche/charles-de-gaulle-grande-guerre/

Cette petite conférence a été enregistrée pendant le confinement avec les moyens techniques du bord et réalisée par l’équipe de l’Historial.  Annette Becker devrait pouvoir donner cette conférence dans son format initial (1h) à l’Historial de la Grande Guerre au mois de décembre.

Annette BECKER est professeure émérite à l’université de Paris-Nanterre et vice-présidente du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Elle travaille sur les guerres du XXème siècle, leurs mémoires et leurs oublis, particulièrement sur les génocides des Arméniens, des Juifs et des Tutsi du Rwanda, ainsi que sur les artistes, les écrivains, les musiciens, les intellectuels  en guerres et sur les musées d’histoire où les récits des violences et des crimes de masse sont mis en scène. Derniers ouvrages parus :

Voir la Grande Guerre, un autre récit, 1914-2014, Armand-Colin, 2014.

Messagers du désastre, Raphaël Lemkin, Jan Karski et les génocides, Fayard, 2018. (Wisconsin University Press, 2020).

Immontrable ? De la Grande Guerre au génocide des Tutsi du Rwanda et aux terrorismes contemporains, paraîtra en octobre 2020 chez Créaphis.

Stéphane Audoin-Rouzeau : « La Crise française du Covid 19: presence de la Grande Guerre »

La pandémie du Covid-19 et un long confinement de deux mois ont suscité, dans le discours politique tenu au plus haut sommet de l’Etat, le surgissement d’une rhétorique guerrière particulièrement centrée sur la Grande Guerre. Le Président de la République, tout particulièrement, a repris une terminologie et une série d’images employées pour la première fois entre 1914 et 1918. Dans cette courte conférence, Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, analyse ce recours massif au « référent 14-18 »  et s’interroge sur cette spécificité du souvenir historique française en temps de crise.

Dernier livre paru: C’est la guerre. Petits sujets sur la violence du fait guerrier contemporain (XIXe-XXIe siècle), Paris, Le Félin, juin 2020.

! ANNULATION pour cause de Gréve Lundi 9 et mardi 10 décembre

    « La paix par le droit 100 ans après le Traité de Versailles : quelles leçons et quel devenir pour la coopération internationale ? »

A notre très grand regret, nous sommes contraints d’annuler l’ensemble de ce programme pour cause de grève.

Merci de votre compréhension.

Annulé : Le CURAPP-ESS a le plaisir de vous inviter le colloque « La paix par le droit 100 ans après le Traité de Versailles : quelles leçons et quel devenir pour la coopération internationale ? »  organisé par Lucie Delabie (Pr droit public UPJV) et Sarah Cassella (Pr droit public Le Mans Université), les 9-10 décembre 2019 à Amiens (Logis du Roy).

Annulée : Une conférence de John Horne (Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Trinity College Dublin) ouverte à tous, est proposée dans le cadre de ce colloque, le lundi 9 décembre (19h) à l’Historial de la Grande Guerre(Péronne) : « L’ héritage de la Grande guerre au plan international »

Annulé : Le programme détaillé : Prog_Paix_par_le_droit_09_12-10_12


Inscription obligatoire auprès de:  virginie.bequet@u-picardie.fr

Dimanche10 et lundi 11 Novembre : 2 conférenceS et la cérémonie de remise des bourses gerda henkel du centre international de recherche de l’historial de la grande guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter :

Dimanche 10 novembre 2019

Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Paris

15h : Conférence de Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

“Le tiers espace de la Grande Guerre :  l’Europe occupée, 1914-1918”

organisée en partenariat avec le musée de l’Armée

Lundi 11 novembre 2019

Historial de la Grande Guerre, Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

17h : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme;

18h : Verre de l’amitié

 

 

 

PROGRAMME

Dimanche 10 novembre 2019, 15h, Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, PARIS

“Le tiers espace de la Grande Guerre: l’Europe occupée, 1914-1918”

Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

en partenariat avec le musée de l’Armée

La grosse poire, caricature bruxelloise, 1915. Avec l’aimable autorisation des Archives de la Ville de Bruxelles

Le front, l’arrière : la Première Guerre mondiale recristallise l’Europe belligérante en deux espaces. D’une part, les zones où les armées s’affrontent : front de l’Ouest, front des Carpates… D’autre part, celles, plus vastes, qui nourrissent le front et que le front est censé protéger – l’arrière, die Heimat, otechestvo. Mais il est une partie de l’Europe en guerre qui n’est ni front, ni arrière. Ce sont les territoires envahis et occupés par une force ennemie. Habitants du département du Nord d’octobre 1914 à octobre 1918; de la Galicie d’août 1914 à juin 1915; de la Belgique; de la Serbie; du Frioul après Caporetto… en tout, 40 millions d’Européens se trouvent, pendant un temps plus ou moins long, derrière les lignes ennemies. Des régimes d’occupation militaire gèrent, de façon plus ou moins stable, tout un pan de l’espace européen, allant de Lille à Rostov-sur-le-Don et de l’Estonie à l’Albanie. En résumé, l’Europe occupée constitue une dimension à part entière du conflit. C’est un tiers espace de la guerre : ni front, ni arrière. Espace en marge de la guerre puisque les armées ne s’y affrontent pas et les sociétés n’y sont pas affectées à un « effort de guerre » national. Mais également espace créé par la guerre et complètement imprégné par elle.

www.reneedegroot.com
info@reneedegroot.com
+31627389173

Sophie De Schaepdrijver est professeure d’histoire de l’Europe contemporaine à la Penn State University (É.-U.). Historienne de la Première Guerre Mondiale, elle étudie plus particulièrement les occupations militaires, les écrits de l’intime, les villes et le genre. Ses ouvrages les plus récents: Military Occupations in the First World War (dir., 2014); Bastion: Occupied Bruges in the First World War (2014); Gabrielle Petit: The Death and Life of a Female Spy in the First World War (2015; propre traduction revue et complétée, 2018); An English Governess in the Great War: The Secret Brussels Diary of Mary Thorp (en collaboration avec Tammy Proctor; 2017). Durant l’année académique 2016-2017, professeure invitée à l’Université du Kent (R.-U.), elle tient une série de conférences sous le titre de “Enemy Rule: Seeing the First World War Through the Lens of Military Occupations.” Commissaire de plusieurs expositions lors du centenaire, elle a dirigé, le plus récemment, un projet sur les enjeux sociaux de la libération de la commune bruxelloise de Molenbeek en novembre 1918.

Lundi 11 novembre 2019

HISTORIAL DE LA GRANDE GUERRE, Salle audiovisuelle

Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

 

Comment les Français sont-ils sortis de la Grande Guerre ? Evidemment, cela dépend de qui parle-t-on (homme, femme, soldat, civil), d’où on parle (ville, campagne, régions libérées l’Alsace-Lorraine « retrouvée »), et de quand on parle – car sortir, est un processus. John Horne abordera ce processus sous quatre chefs et selon quatre temporalités : le retour des soldats ; les angoisses de la victoire ; la « démobilisation » des civils ; et la réconciliation entre Allemands et Français. Il suggéra, en conclusion, que si les Allemands ont eu une « culture de la défaite », les Français ont connu une « culture de la victoire » aux années 1920s, culture sujette à de fortes doutes internes et qui, n’ayant pas pu se convertir en une paix durable, se désagrège sous les effets conjugués de la crise économique et des perturbations politiques des années 1930. Bref, la « victoire » signe des sorties de guerre multiples et profondément troublées.

John Horne est historien, professeur émérite d’histoire européenne à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il a fait partie du conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Il est l’auteur et éditeur de plusieurs livres et de plus cent chapitres et articles, dont beaucoup se rapportent à la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2005); (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; (avec R. Gerwarth), War in Peace : Paramilitary Violence in Europe after the Great War (2012) et ‘End of a Paradigm? The Cultural History of the Great War,’ Past and Present, 242/1, février 2019, pp. 155-92.

17h :  Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

présidée par Laurent Somon, Président du Conseil départemental de la Somme

Cette année, 6 lauréats recevront une bourse pour la poursuite de leur thèse, qu’ils présenteront en 5 mn :

Damien ACCOULON : « Une « fraternité des ailes » ? Expérience combattante et sociabilités des As de l’aviation allemands, britanniques, et français (1914-1939) »

Rose MALLOY : « Migration during the First World War In Slovenia and northern Italy »

Jean-Philippe MILLER-TREMBLAY : « L’ordre serré dans les armées française et britannique (1853-1920) »

Sneha REDDY : « North African and Indian soldiers in the First World War  in Palestine and Syria 1917–1923 »

Nina REGIS : « Le pain de guerre allemand durant la Première Guerre mondiale »

Maria XYPOLOPOULOU : « Un front « oublié » sous le regard des photographes. Approches, pratiques et usages de la photographie, représentations culturelles et du genre pendant la Première Guerre mondiale »

18h : Verre de l’amitié

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org

http://1418.hypotheses.org/

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

      

 

Rendez-vous de l’Histoire de Blois samedi 12 octobre 2019 : cette année , 2 tables rondes ! 14h15 : L’Italie au centre de la Grande Guerre ? -16h15 : Quel bilan scientifique pour le centenaire 14-18 ?

 

 

 

Dans le cadre d’une carte blanche organisée à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2019, le Centre international de recherche est heureux de vous inviter aux tables rondes suivantes :

« L’Italie au centre de la Grande Guerre ? »

Samedi 12 octobre 2019

14H15-15H45

 Conseil départemental du Loir-et-Cher,  Salle Lavoisier

(à côté de la halle aux grains)

    Biblioteca di storia moderna e contemporanea-Roma

L’Italie a longtemps été placée en marge d’une histoire de la Grande Guerre dictée par le front de l’ouest. La Grande Guerre a longtemps été mise en marge d’une histoire de l’Italie dominée (pour la première moitié du 20e siècle) par le Fascisme. Il est grand temps de renverser ces deux perspectives faussées afin de remettre l’Italie au centre de la guerre et la guerre au cœur du Fascisme italien. Car l’Italie joue un rôle central dans le camp allié. Avec 600,000 morts, les pertes de l’Italie sont proportionnellement aussi importantes que celles de la Grande-Bretagne, et le front austro-italien, qui remplace le front de l’est après la sortie russe de la guerre en 1917, pèse dans la résolution du conflit. En même temps, la guerre expose l’Italie à une expérience transformatrice. Même si le pays connaissait de graves problèmes d’adaptation politique avant 1914, la guerre provoque une crise telle (politique, sociale, culturelle, diplomatique) qu’elle précipite l’Italie dans l’expérience fasciste, dont elle continuera à modeler les formes comme le contenu. La guerre restera au cœur du régime. Ainsi, sans renverser cette double marginalisation de l’Italie par rapport à la Grande Guerre et de la guerre par rapport à l’Italie, on risque fort de méconnaître l’histoire contemporaine de l’Italie comme l’histoire d’une guerre dont l’impact était loin de se limiter aux puissances combattantes du front de l’ouest.

Participants :

John Horne, modérateur (Trinity College, Dublin / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Marco Mondini (Université de Padoue / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Vanda Wilcox (John Cabot University)

 http://www.rdv-histoire.com/Edition-2019-l-Italie/l-italie-au-centre-de-la-grande-guerre

Samedi 12 octobre 2019, 16H15-17H45

Quel Bilan scientifique pour le Centenaire 14-18 ?

IUT – Chocolaterie –  Salle 214

(à côte de la gare de Blois)

Coll. Historial de la Grande Guerre. Photo Yazid Medmoun

Cette table ronde présentera le bilan scientifique du Centenaire 14-18 à travers 3 axes :  impact sur l’historiographie, rôle des historiens dans les commémorations et place de l’histoire dans la cité. Une étude jamais menée à ce niveau dans le passé à l’occasion d’un cycle commémoratif.

Participants :

Arndt WEINRICH, DAAD -Fachlektor en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, Conseil scientifique du Centenaire, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Nicolas PATIN, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Bordeaux Montaigne

Franziska HEIMBURGER, Maîtresse de conférences en civilisation britannique, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Elisa MARCOBELLI, Post-doctorante en histoire contemporaine, Université de Rouen

Lise GALAND, ATER en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, doctorante en études germaniques et en histoire contemporaine.

Pour tout enseignement :  Caroline FONTAINE c.fontaine@historial.org tel 06 81 61 61 97

                 

« La signature du traité de Versailles racontée par ses objets »

CONFERENCE

Vendredi 28 juin, 18h30,

Historial de la Grande Guerre

Salle du théâtre de verdure

Le 28 juin 1919 le traité de Versailles est signé, mettant ainsi officiellement fin au conflit opposant l’Allemagne aux Alliés. Le 28 juin 2019, rendez-vous à l’Historial de Péronne pour une conférence qui étudie ce traité, mais aussi sa genèse pendant la Conférence de la Paix et ses conséquences pendant l’entre-deux-guerres sous l’angle des objets qui ont accompagné ce processus.

Franziska Heimburger, historienne, maîtresse de conférences à
Sorbonne Université, elle est membre du comité directeur du Centre de
recherche de l’Historial de la Grande Guerre  

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

ConférenceS

 

Programme Conférences 2020

Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Entrée libre et gratuite accessible à tous.

Verre de l’amitié à l’issue

Toutes les illustrations sont libres de droit

Annulation à cause du Covid 19 :

Samedi 21 mars 2020, 15H, Historial de la Grande Guerre (Péronne), salle du théâtre de verdure

« Femmes à Boches ». Des relations intimes entre occupants et occupées, 1914-1918 »

Emmanuel Debruyne (Université de Louvain (UCL) (Illustration PJ : «21 mars.JPG » crédit : Historial de la Grande Guerre: nous pouvons vous fournir du TIF)

Pendant la Grande Guerre, les territoires belges et français occupés ont vu se développer sur leur sol des relations intimes entre des milliers de leurs habitantes et des soldats allemands. Celles-ci ne sauraient être réduites à une révolte de l’amour contre la haine. La vague de viols qui accompagne l’invasion d’août 1914 participe à terroriser les populations civiles. Et la prostitution connaît un essor fulgurant au cours des années suivantes. Quelle que soit leur nature, ces relations ne laissent pas les occupés indifférents : pendant quatre ans, le corps féminin est l’enjeu de tensions incessantes en pays occupé. « Sources de contamination » pour les uns, « femmes à Boches » pour les autres, celles qui fréquentent l’ennemi font les frais de leur choix. Ostracisées sous l’occupation, tondues à la libération, puis disparues une fois la paix revenue.

Emmanuel Debruyne est professeur à l’Université de Louvain (UCL), où il enseigne l’histoire contemporaine. Spécialiste des occupations militaires durant les deux guerres mondiales, il a notamment publié « Femmes à Boches ». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre (Les Belles Lettres, 2018). Récemment, il a également dirigé avec James Connolly, Elise Julien et Matthias Meirlaen, En territoire ennemi. Expériences d’occupation, transferts, héritages (1914-1949) (Presses du Septentrion, 2018).

Samedi 6 juin 2020 à 17h: Historial de la Grande Guerre (Péronne), salle du théâtre de verdure dans le cadre de l’année de Gaulle dans la région des Hauts de France

Annette Becker (Université de Paris Nanterre), Lilloise

« Charles de Gaulle en Grande Guerre: le laboratoire de la  ‘guerre de trente ans’. (1914-1944) »(Illustration de Gaulle prisonnier+ détail crédit Musée de l’Armée)

La Première Guerre mondiale du Lillois juste sorti de Saint-Cyr a longtemps été sous-estimée. Et pourtant, sa région du Nord occupée, les combats du jeune Lieutenant et surtout l’expérience amère des camps de prisonniers ont fortement contribué à  son action future.

Samedi 24 octobre 2020 A l’occasion de la semaine nationale de l’architecture. Historial de la Grande Guerre (Péronne), salle du théâtre de verdure

Richard Klein (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille)

L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ?  (Illustrations ci-dessous, à votre disposition pour vous faire parvenir d’autres visuels/petite vidéo si vous le souhaitez)

La reconstruction des régions dévastées lors de la première guerre mondiale a contribué au développement de l’architecture régionaliste dans la France de l’entre-deux guerres. Les architectes inventèrent alors des formes à la fois héritées du siècle de l’éclectisme et influencées par l’exposition parisienne des arts décoratifs de 1925. C’est vraisemblablement la tentative de concilier les tendances du régionalisme et les principes naissants de la modernité qui permet de mieux appréhender la variété et les qualités plastiques des architectures reconstruites après les destructions de la Grande Guerre.

Richard Klein est architecte, historien de l’architecture, Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, Président de docomomo France. Ses recherches portent sur l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Parmi ses derniers ouvrages publiés : A quoi sert l’histoire de l’architecture aujourd’hui ?, Paris, Hermann, 2018. Les maisons de la culture en France, Paris, éditions du patrimoine, 2018. Dialogues sur l’invention, Roland Simounet, Paris, Les productions du Effa, 2017 (réédition de l’édition de 2005). Robert Mallet-Stevens, La villa Cavrois, Paris, Picard, 2015 (réédition de l’édition de 2005), préface de Jack Lang.

Mardi 1o novembre 2020, 18H, Musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides

Auditorium Austerlitz

Grande conférence annuelle du Centre de Recherche

Marco Mondini (Université de Padoue)

« Guerre et fascisme, 1919-1945 »

Résumé : Origine idéale et horizon vital, modèle culturel et organisation sociale, la guerre est immanente dans la parabole du fascisme.  Cette conférence propose un itinéraire qui mène de la guerre au fascisme et du fascisme à la guerre, en étudiant comment et pourquoi la Grande Guerre occupe cette place centrale dans le fascisme et en en suggérant les conséquences pour la dictature mussolinienne, dont les guerres futures vont cristalliser les apories et les fractures de l’histoire nationale italienne. 

Mercredi 11 novembre 15h  Historial de la Grande Guerre Salle audiovisuelle

Table ronde « retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix »

Cette table ronde reviendra sur la cérémonie qui se sera déroulée plus tôt dans la journée.

Aussi, il est demandé aux personnes souhaitant assister à cette table ronde de regarder la cérémonie d’entrée au Panthéon de l’écrivain-combattant qui sera retransmise à la télévision.

Les historiens du Centre de recherche proposeront différentes réflexions et dialogueront avec le publique au sujet de l’événement et de Maurice Genevoix.

16H45 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel et UPJV du CIRHGG

Traditionnellement présidée par le Président du Conseil départemental de la Somme, Laurent Somon, les lauréats (dont la liste sera dévoilée le 8 juin 202) présenteront en 5 mn (et pas une de plus !) leur thèse sur en cours.

PROGRAMME 2019

« La fin de l’occupation et le retour des populations dans les territoires libérés, 1918-1919 » une conférence d’Annette BECKER

Jeudi 14 mars 2019 à 18H30, Historial de la Grande Guerre, Péronne

La guerre terminée, réfugiés et occupés, retrouvent leurs villes, villages, maisons, familles et leur liberté. C’est ce moment particulier qu’Annette Becker, qui en est la grande spécialiste, abordera dans cette conférence.

Vice-présidente du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, (Université Paris-Nanterre) Annette Becker travaille particulièrement sur la Grande Guerre des civils, ses représentations et les liens avec la Seconde Guerre mondiale.  Voir la Grande Guerre, un autre récit, (Armand-Colin, 2014) a obtenu le prix J.J. Rousseau de l’Académie des Arts de Dijon. Son dernier livre, Messagers du Désastre, Raphael Lemkin, Jan Karski et les génocides est sorti en 2018 (Fayard).

 Entrée libre – salle du théâtre de verdure – information et réservation à resahgg@historial.org ou 03.22.83.14.18

26-02 : Bourses, Scholarship, Stipendium, Beurzen

Bourses Gerda Henkel  du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Le Centre de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre avec le soutien de la Fondation Gerda Henkel, de l’Université de Picardie Jules Verne et du Conseil départemental de la Somme attribue chaque année des bourses (non renouvelables) à des étudiants de thèse (Phd), chercheurs français ou étrangers de toutes les disciplines, réalisant leurs recherches sur les causes, le déroulement ou les conséquences de la Première Guerre mondiale.

Poser sa candidature

La bourse sera décernée, pour une seule année, à un candidat dont la recherche est susceptible de contribuer à sa carrière. Pour les bourses de la Fondation Henkel, les candidats devront être âgés de 35 ans maximum  au moment de la demande de bourse.

Pour poser sa candidature, il faut nous faire parvenir, pour le 26 février, un dossier de 20 pages maximum (les deux langues de travail sont le français ou l’anglais)  en 5  exemplaires ainsi qu’une version électronique (c.fontaine@historial.org) composé des éléments suivants :

  • un C.V  (en indiquant la date de naissance);
  • une lettre de motivation ;
  • une lettre du directeur de recherche ;
  • une bibliographie raisonnée ;
  • une analyse des sources ;
  • un résumé de la problématique ;
  • le plan du travail.

Ce dossier de candidature est  à faire parvenir en cinq exemplaires papier à :

Madame Fontaine Caroline,
Centre de Recherche, Historial de la Grande Guerre
Château de Péronne  BP 20063
80201 Péronne cedex
Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous contacter :  c.fontaine@historial.org

       

Henkel scholarship

The International Research Center of the Historial de la Grande Guerre annually awards research grants to students who are currently engaged in research for a Ph.D. on the First World War or a subject directly related to the conflict.

Submit your application

The competition is open to French and foreign postgraduate students from all disciplinary backgrounds.The scholarship will be awarded, for one year,  to a candidate whose research is may contribute to the candidate’s career. For Henkel Foundation scholarship, applicants must be 35 years old  maximum at the time of the scholarship application.
The deadline for submitting an application is 26 February 2019. Candidates should submit an application (in French or in English)  of not more than 20 pages containing the following:
• a C.V.(indicating the date of birth)
• a covering letter
• a letter from the Ph.D. supervisor
• an annotated bibliography
• an outline of sources consulted or to be consulted
• a summary of the thesis argument
• an outline of the thesis

Please note that it is necessary to submit the application by email to c.fontaine@historial.org and send 5 copies by post to:

Madame Fontaine Caroline,
Centre de Recherche, Historial de la Grande Guerre
Château de Péronne  BP 20063
80201 Péronne cedex

Please get in touch if you have any questions:  c.fontaine@historial.org

        

Gerda Henkel-Stipendium

Das Internationale Forschungszentrum des Historials de la Grande Guerre vergibt zusammen mit der Gerda Henkel Stiftung, dem Rat des Universität Picardie Jules Verne und des Departements Somme jedes Jahr (nicht erneuerbare) Stipendien für Doktoranden (PhD), französische und ausländische Wissenschaftler aller Disziplinen, die über die Hintergründe, den Ablauf oder die Konsequenzen des Ersten Weltkriegs forschen.

Ein Stipendium beantragen

Das Stipendium wird einmalig an einen Kandidaten vergeben, dessen wissenschaftliche Recherchen für seine Karriere hilfreich sein können. Bewerber der Henkelstiftung dürfen bei Abgabe der Bewerbung nicht älter als 35 Jahre alt sein. Die Bewerbung muss folgende Dokumente beinhalten:

  • Lebenslauf mit Geburtsdatum
  • Bewerbungsanschreiben
  • Begleitschreiben des Doktorvaters
  • Fachbibliographie
  • Quellenanalyse
  • Resümee der Problematik
  • Arbeitsplan

Zur Beantragung des Stipendiums senden Sie bis zum 26. Februar 2019 ein maximal 20 Seiten langes Dokument (Arbeitssprache sind Französisch und Englisch) in  5 Exemplaren per Post sowie im elektronischen Format an c.fontaine@historial.org

Caroline Fontaine
Centre de Recherche,
Historial de la Grande Guerre,
Château de Péronne  BP 20063,
80201 Péronne cedex
FRANKREICH

Bei Fragen wenden Sie sich bitte an: c.fontaine@historial.org

Beurzen Gerda Henkel

Het Internationaal Onderzoekscentrum van l’Historial de la Grande Guerre reikt met de steun van de Stichting Gerda Henkel, Univerité Picardie Jules Verne, en de Conseil Général van de Somme elk jaar beurzen (niet verlengbaar) uit aan doctoraatsstudenten (Phd), Franse of buitenlandse onderzoekers allerhande, die onderzoek verrichten naar de oorzaken, het verloop of de gevolgen van de Eerste Wereldoorlog.

Kandidatuur Stellen

De beurs zal toegekend worden voor één jaar, aan een kandidaat voor wie het onderzoek bijdraagt aan zijn carrière. Om in aanmerking te komen voor de beurzen van de Stichting Henkel moeten de kandidaten minimum 35 jaar zijn op het moment van de beursaanvraag.

U kan uw kandidatuur stellen door ons voor 26 februari 2019 een dossier van maximum 20 pagina’s te bezorgen. De werktalen zijn Frans of Engels. Wij vragen 5 exemplaren hiervan alsook een elektronisch versie.

Inhoud dossier:

    • CV (waarin de geboortedatum vermeld staat)
    • een motivatiebrief
    • een brief aan de directeur van het Onderzoekscentrum
    • een beredeneerde bibliografie
    • een bronnenanalyse
    • een samenvatting van de problematiek
    • een werkplan

Dit alles dient u te sturen naar:

Madame Fontaine Caroline,
Centre de Recherche, Historial de la Grande Guerre
Château de Péronne  BP 20063
80201 Péronne cedex

Voor verdere inlichtingen, aarzel niet ons te contacteren: c.fontaine@historial.org

Le PROGRAMME 2019 est en préparation…

Programme 2018

  • Dimanche 11 novembre – 15H – Historial de la Grande Guerre,  Salle du théâtre de verdure : Conférence « Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 en 2018 » Victor DEMIAUX (EHESS)

“11 novembre” Pierre-Albert Leroux, aquarelle, Collect° Historial de la Grande Guerre Yazid Medmoun

Il y a cinquante ans paraissait dans la collection “les 30 journées qui ont fait la France” l’ouvrage de Pierre Renouvin sur le 11 novembre 1918. Si cette réflexion, devenue classique, reste un modèle indiscutable, sa focalisation sur les aspects diplomatiques, militaires et politiques constitue aussi en creux un révélateur des profonds renouvellements du questionnaire historien intervenus depuis lors. Ecrire l’histoire du 11 novembre 1918 aujourd’hui, c’est d’abord s’intéresser aux représentations et aux émotions de ceux qui le vécurent, à la liesse collective, aux gestes qui s’y déploient et aux formes de ritualisation spontanées qui accompagnent et font l’événement. C’est aussi en écrire une histoire internationale et transnationale, nullement limitée au cadre hexagonal. Evénement politique et militaire, événement vécu collectivement, événement-monde, le 11 novembre 1918 doit enfin être appréhendé comme un événement-mémoire, une date cristallisant le processus de commémoration de la Grande Guerre dès les années suivant 1918.

  • Jeudi 8 novembre – Hôtel des Invalides – Paris« Une guerre sans fin ? Les armistices de 1918 au carrefour du monde »Il s’agira de se placer au cœur des quatre armistices de l’automne 1918 : Salonique, avec la Bulgarie ; Moudros, avec l’Empire Ottoman ; Villa Giusti, avec l’Autriche-Hongrie ; et bien sûr Rethondes, avec l’Allemagne. Ces quatre cessez-le-feu négociés (en prenant en compte le renversement de l’armistice russo-allemand de Brest-Litovsk du 15 décembre 1917), représentent un tournant majeur – temporel aussi bien que spatial. D’où la métaphore : « carrefour du monde ». Car le sort de ces divers armistices concerne le monde entier, y compris les domaines coloniaux. Toutefois, ce moment de suspension entre guerre et paix ouvre une boîte de pandore en termes de possibilités futures. Avant l’arrivée de la paix plus ou moins définitive (à partir de 1923), les possibilités en question vont constituer l’enjeu de la sortie de la guerre: pour partie à travers la conférence de la paix à Paris (1919); mais pour partie aussi à travers une « guerre sans fin » constituant le contrepoint violent du processus diplomatique. On scrutera chacun des armistices pour tenter de retrouver leurs potentiels « futurs », y compris imaginés, ainsi que leurs contradictions intrinsèques.  Modérateur: John Horne (Trinity College Dublin)14h00-15h40 : Les Armistices
    1. Armistice de Brest-Litovsk, 15 décembre 1917. Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg)
    2. Armistices de Salonique, 30 septembre 1918 et de Moudros, 31 octobre 1918. Isabelle Davion (Université de Paris-Sorbonne)
    3. Armistice de Villa Giusti, 4 novembre 1918. Marco Mondini (Université de Padoue)
    4. Armistice de Rethondes, 11 novembre 1918. Robert Gerwarth (University College Dublin)

    Pause-café

    16h00- 17h00 : Les réponses de l’histoire

    1. La réponse de l’histoire : L’Europe. Heather Jones (University College Londres)
    2. La réponse de l’histoire : Le Proche Orient. Alexandre Toumarkine (Institut national des langues et civilisations orientales)

    Débat des conférenciers avec le public : « Quelles sorties de guerre possibles ? »

    Pause-café

    La table ronde, qui clôture un cycle de conférences « Les sorties de guerre – France, Allemagne, Europe, 1917-1923 » est organisée sous l’égide de l’Institut Historique Allemand de Paris, du Centre international de recherche l’Historial de la Grande Guerre, de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre et du Musée de l’Armée.

    Inscription obligatoire event@dhi-paris.fr

           -19h30-21H00: Conférence de Bruno Cabanes

“L’humanitaire international à la sortie de la Première Guerre mondiale”

Inscription:  c.fontaine@historial.org

La sortie de la Grande Guerre s’accompagne de crises humanitaires de grande ampleur qui touchent l’ensemble du continent européen et au-delà. Les survivants du  conflit ne sont pas seulement des vétérans ou d’anciens prisonniers de guerre, mais aussi des millions d’apatrides, des victimes d’épidémies et de la faim dont beaucoup d’enfants, des populations prises dans le chaos des conflits qui embrasent l’Europe d’après-guerre. Face à de telles catastrophes, les nouveaux États nés de la guerre ou ceux qui en sortent terriblement affaiblis sont impuissants. S’engage alors une mutation en profondeur du champ humanitaire à l’échelle transnationale: une nouvelle gestion de l’urgence, de nouvelles expertises pour la prise en charge des victimes, de nouveaux outils juridiques, et même de nouvelles manières de sensibiliser à la souffrance d’autrui.

Bruno Cabanes occupe la chaire Donald G. et Mary A. Dunn d’histoire de la guerre à 0hio State University. Il est l’auteur notamment de The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924 (Prix Birdsall de l’American Historical Association en 2016)

 

  

  •   Lundi 5 Novembre :  Conférence de Philippe NIVET « 1918 » à l’issue de laquelle se déroulera,  la cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme, et dans le cadre des Lundis de la Culture du Conseil départemental,  35 rue Lamarck à AMIENS, à 18h30,  Inscription OBLIGATOIRE : tel 03 22 17 83 51 et communication@somme.fr

OCTOBRE

  • Samedi 13 octobre – Rendez-vous de l’Histoire de Blois, 16H-17H30, Salle Lavoisier Conseil départemental du Loir et Cher Place de la République Blois.

Table ronde « Tu n’as rien vu dans la Grande Guerre ? » Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

Annette Becker (Université Paris-Nanterre), Marine Branland (Université Paris-Nanterre), Alexandre Sumpf (Université de Strasbourg) Manon Pignot (Université Picardie Jules Verne) présidence de Laurence van Ypersele (Université catholique de Louvain)

En 1921, Marc Bloch, dans son article programmatique « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », déclarait : « Tout se passe comme si la plupart des hommes circulaient les yeux à demi fermés au milieu d’un monde extérieur qu’ils dédaignent de regarder. »  Il venait de vivre la Grande Guerre les yeux ouverts – oh combien – comme combattant et comme médiéviste. Et pourtant les sources-images ont longtemps été  dédaignées par les historiens, qu’elles soient photographies, dessins, films, objets, etc… Marine Branland, à propos de quelques  artistes et Alexandre Sumpf  sur les sources audio-visuelles de la révolution russe, Manon Pignot et Annette Becker à propos des adolescents au front et des civils essaieront de démentir le pessimisme de Bloch, sous la présidence de Laurence van Ypersele.

Informations École d’été et programme de l’Historial de la Grande Guerre

Merci de noter que certaines conférences et tables rondes organisées par le Centre de recherche pendant l’école d’été (2 au 7 juillet) seront en anglais et que l’inscription préalable est OBLIGATOIRE (le nombre des places étant limité). N’hésitez pas à me contacter : c.fontaine@historial.org

Pour retrouver l’ensemble du programme culturel de l’Historial de la Grande Guerre et les conférences proposées, par le Centre international de recherche, tout au long de l’année, c’est ici ! : http://fr.calameo.com/read/004648508c5b1d8b99817

Information / Réservation :   resahgg@historial.org