Archives de catégorie : Actualités de 14-18

invitation : Conférence « Les gueules cassées dans l’après-guerre » Sophie Delaporte, Jeudi 29 avril, 19H

Jeudi 29 avril 2021 à 19H

Le Centre international de Recherche

et l’Historial de la Grande Guerre

sont heureux de vous inviter à la conférence de

Sophie Delaporte

de l’Université de Picardie Jules Verne :

« Les gueules cassées dans l’après-guerre »

Jeudi 29 avril 2021 à 19H

(Conférence 45 mn questions 15 mn)

Délégation de cinq fantassins « gueules cassées » pour la signature du traité de Versailles 28 juin 1919. Coll. Historial de la Grande Guerre.

en vous inscrivant par email à

accueilmediation@historial.org

vous recevrez le lien Zoom de la conférence.

On estime à environ 50.000 le nombre de combattants français dont la blessure reçue au visage a fait défiguration. Nous nous arrêterons ici sur l’itinéraire de l’un d’entre eux, Albert Jugon. En effet ce dernier s’érige en figure emblématique de la violence nouvelle du champ de bataille et de l’impact sur les chairs de ceux chargés de la faire. Blessé en septembre 1914, il n’a quitté l’hôpital qu’en 1919, fier de porter le visage que lui avait fait le chirurgien Morestin, au Val-de-Grâce. Nous nous intéresserons surtout à sa vie d’après afin de voir de quelle manière Albert Jugon (second en partant de la droite) a reconstruit du lien social et s’est réadapté à la vie civile dans l’après-guerre.

Maître de conférences habilitée à l’Université de Picardie Jules Verne, Sophie Delaporte est une grande spécialiste de l’histoire de la médecine pendant la Grande Guerre. Elle a soutenu une thèse de doctorat en Histoire contemporaine : « Le discours médical sur les blessures et les maladies pendant la Première Guerre mondiale », sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Université de Picardie Jules Verne, janvier 1999 (Travail qui a bénéficié d’une bourse d’étude du Centre de recherche de l’Historial de Péronne –Somme et d’une bourse du CEHD de Vincennes). Puis en 2013 elle soutien son Habilitation à diriger des recherches : « Traumatismes et représentations. Les corps, l’atteinte, les soins, la guerre, XIXe-XXIe siècle ».

Publications :

« ‘‘Gueules cassées’’, les blessés de la face de la Grande Guerre », Noêsis, Agnès Viénot, 1996, 2001, 2003 (France Loisirs), 2004.

« Les médecins dans la Grande Guerre, 1914-1918 », Bayard, 2003.

« Samedi 22 août 1914 : un médecin dans la bataille » Odile Jacob, 2016.

« Visages de guerre, les gueules cassées de la guerre de Sécession à nos jours », Belin, 2017.

« Pierre Schoendoerffer ou la guerre: des vaincus et des survivants (Indochine, Algérie,Vietnam) », Nouveau MondeEditions, 2018.

https://www.u-picardie.fr/medias/fichier/cv-sophie-delaporte_1538726701853-pdf?ID_FICHE=15346

 

 

 

Lauréats 2020 des Bourses Gerda Henkel du Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

(Présentation vidéo à venir)

  • Sofya Anisimova (University of St Andrew)

« Russia’s Military Strategy and the Entente in the First World War 1914-1917 »

  • Cameron Givens (Ohio State University)  : « A Rumor of War: Misinformation, Internal Enemies, and the Making of Modern America, 1915-1924 »

  • Gwendal Piegais (Université de Brest-Université de Strasbourg) :

« Les Brigades russes en Macédoine. Une participation russe aux opérations des Armées alliées d’Orient 1916-1919 »

  • Blasco Sciarrino (Central European University) 

«Activism and Status among Politically Organized Veterans in Italy and Romania 1918-1944 : A Comparativ Study »

11 novembre 2020

11 novembre 2020 : “100 ans de la cérémonie du 11 novembre”

A l’occasion du centième anniversaire de la cérémonie du 11 novembre, Annette Becker (Université Paris-Nanterre, Vice-Présidente du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre), nous fait le récit de l’histoire de cette cérémonie :

“L’histoire de la cérémonie du 11 novembre”

11 novembre 1920 – Le cercueil du soldat inconnu est transporté sous l’Arc de Triomphe, Gallica, BNF, Agence Rol

Mardi 17 Novembre 2020 : « Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix » Table ronde « Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix »

L’enregistrement d’une courte table ronde sur la cérémonie d’entrée au Panthéon des cendres de Maurice Genevoix, sera mis en ligne au cours du mois de novembre sur le site de l’Historial. La date sera précisée dès que possible.

« Retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix », cette table ronde reviendra sur la cérémonie qui se sera déroulée le 11 novembre 2020. Les historiens du Centre de recherche proposeront différentes réflexions sur l’événement et sur l’écrivain. Aussi, il est demandé aux personnes souhaitant suivre à cette table ronde de regarder la cérémonie d’entrée au Panthéon de l’écrivain-combattant qui sera retransmise sur France 2.

Report en 2021 pour cause de la Covid, les nouvelles dates seront communiquées dès que possible. Merci de votre compréhension : 

  • Reportée en 2021 : Mardi 10 novembre 18H : Hôtel national des Invalides, Musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, Grande conférence annuelle du Centre de Recherche ; Marco Mondini (Université de Padoue) : “Guerre et fascisme, 1919-1945”
  • Reportée en 2021 : Mercredi 11 novembre : 16H45 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel et UPJV du CIRHGG

Manifestations reportées à cause de la COVID à 2021

Samedi 24 octobre 2020, Historial de la Grande Guerre  : Conférence reportée,  en  2021, à cause de la COVID  : A l’occasion de la semaine nationale de l’architecture. : « L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ? »  Richard Klein (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille)

Mardi 1o novembre 2020, 18H, Musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides, Auditorium Austerlitz.

Grande conférence annuelle du Centre de Recherche

« Guerre et fascisme, 1919-1945 » Marco Mondini (Université de Padoue)

Origine idéale et horizon vital, modèle culturel et organisation sociale, la guerre est immanente dans la parabole du fascisme.  Cette conférence propose un itinéraire qui mène de la guerre au fascisme et du fascisme à la guerre, en étudiant comment et pourquoi la Grande Guerre occupe cette place centrale dans le fascisme et en en suggérant les conséquences pour la dictature mussolinienne, dont les guerres futures vont cristalliser les apories et les fractures de l’histoire nationale italienne. 

 

Charles de Gaulle en Grande Guerre : le laboratoire de « la guerre de trente ans »

Une petite conférence d’Annette Becker.

La Première Guerre mondiale du Lillois juste sorti de Saint-Cyr a longtemps été sous-estimée. Et pourtant, sa région du Nord occupée, les combats du jeune Lieutenant et surtout l’expérience amère des camps de prisonniers ont fortement contribué à son action future.

https://www.historial.fr/ressources/centre-international-de-recherche/charles-de-gaulle-grande-guerre/

Cette petite conférence a été enregistrée pendant le confinement avec les moyens techniques du bord et réalisée par l’équipe de l’Historial.  Annette Becker devrait pouvoir donner cette conférence dans son format initial (1h) à l’Historial de la Grande Guerre au mois de décembre.

Annette BECKER est professeure émérite à l’université de Paris-Nanterre et vice-présidente du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre. Elle travaille sur les guerres du XXème siècle, leurs mémoires et leurs oublis, particulièrement sur les génocides des Arméniens, des Juifs et des Tutsi du Rwanda, ainsi que sur les artistes, les écrivains, les musiciens, les intellectuels  en guerres et sur les musées d’histoire où les récits des violences et des crimes de masse sont mis en scène. Derniers ouvrages parus :

Voir la Grande Guerre, un autre récit, 1914-2014, Armand-Colin, 2014.

Messagers du désastre, Raphaël Lemkin, Jan Karski et les génocides, Fayard, 2018. (Wisconsin University Press, 2020).

Immontrable ? De la Grande Guerre au génocide des Tutsi du Rwanda et aux terrorismes contemporains, paraîtra en octobre 2020 chez Créaphis.

Stéphane Audoin-Rouzeau : « La Crise française du Covid 19: presence de la Grande Guerre »

La pandémie du Covid-19 et un long confinement de deux mois ont suscité, dans le discours politique tenu au plus haut sommet de l’Etat, le surgissement d’une rhétorique guerrière particulièrement centrée sur la Grande Guerre. Le Président de la République, tout particulièrement, a repris une terminologie et une série d’images employées pour la première fois entre 1914 et 1918. Dans cette courte conférence, Stéphane Audoin-Rouzeau, Président du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, analyse ce recours massif au « référent 14-18 »  et s’interroge sur cette spécificité du souvenir historique française en temps de crise.

Dernier livre paru: C’est la guerre. Petits sujets sur la violence du fait guerrier contemporain (XIXe-XXIe siècle), Paris, Le Félin, juin 2020.

! ANNULATION pour cause de Gréve Lundi 9 et mardi 10 décembre

    « La paix par le droit 100 ans après le Traité de Versailles : quelles leçons et quel devenir pour la coopération internationale ? »

A notre très grand regret, nous sommes contraints d’annuler l’ensemble de ce programme pour cause de grève.

Merci de votre compréhension.

Annulé : Le CURAPP-ESS a le plaisir de vous inviter le colloque « La paix par le droit 100 ans après le Traité de Versailles : quelles leçons et quel devenir pour la coopération internationale ? »  organisé par Lucie Delabie (Pr droit public UPJV) et Sarah Cassella (Pr droit public Le Mans Université), les 9-10 décembre 2019 à Amiens (Logis du Roy).

Annulée : Une conférence de John Horne (Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Trinity College Dublin) ouverte à tous, est proposée dans le cadre de ce colloque, le lundi 9 décembre (19h) à l’Historial de la Grande Guerre(Péronne) : « L’ héritage de la Grande guerre au plan international »

Annulé : Le programme détaillé : Prog_Paix_par_le_droit_09_12-10_12


Inscription obligatoire auprès de:  virginie.bequet@u-picardie.fr

Dimanche10 et lundi 11 Novembre : 2 conférenceS et la cérémonie de remise des bourses gerda henkel du centre international de recherche de l’historial de la grande guerre

INVITATION

Le Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre est heureux de vous inviter :

Dimanche 10 novembre 2019

Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Paris

15h : Conférence de Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

“Le tiers espace de la Grande Guerre :  l’Europe occupée, 1914-1918”

organisée en partenariat avec le musée de l’Armée

Lundi 11 novembre 2019

Historial de la Grande Guerre, Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

17h : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, présidée par Laurent SOMON, Président du Conseil départemental de la Somme;

18h : Verre de l’amitié

 

 

 

PROGRAMME

Dimanche 10 novembre 2019, 15h, Hôtel national des Invalides, musée de l’Armée, Auditorium Austerlitz, PARIS

“Le tiers espace de la Grande Guerre: l’Europe occupée, 1914-1918”

Sophie De Schaepdrijver (Penn State University)

en partenariat avec le musée de l’Armée

La grosse poire, caricature bruxelloise, 1915. Avec l’aimable autorisation des Archives de la Ville de Bruxelles

Le front, l’arrière : la Première Guerre mondiale recristallise l’Europe belligérante en deux espaces. D’une part, les zones où les armées s’affrontent : front de l’Ouest, front des Carpates… D’autre part, celles, plus vastes, qui nourrissent le front et que le front est censé protéger – l’arrière, die Heimat, otechestvo. Mais il est une partie de l’Europe en guerre qui n’est ni front, ni arrière. Ce sont les territoires envahis et occupés par une force ennemie. Habitants du département du Nord d’octobre 1914 à octobre 1918; de la Galicie d’août 1914 à juin 1915; de la Belgique; de la Serbie; du Frioul après Caporetto… en tout, 40 millions d’Européens se trouvent, pendant un temps plus ou moins long, derrière les lignes ennemies. Des régimes d’occupation militaire gèrent, de façon plus ou moins stable, tout un pan de l’espace européen, allant de Lille à Rostov-sur-le-Don et de l’Estonie à l’Albanie. En résumé, l’Europe occupée constitue une dimension à part entière du conflit. C’est un tiers espace de la guerre : ni front, ni arrière. Espace en marge de la guerre puisque les armées ne s’y affrontent pas et les sociétés n’y sont pas affectées à un « effort de guerre » national. Mais également espace créé par la guerre et complètement imprégné par elle.

www.reneedegroot.com
info@reneedegroot.com
+31627389173

Sophie De Schaepdrijver est professeure d’histoire de l’Europe contemporaine à la Penn State University (É.-U.). Historienne de la Première Guerre Mondiale, elle étudie plus particulièrement les occupations militaires, les écrits de l’intime, les villes et le genre. Ses ouvrages les plus récents: Military Occupations in the First World War (dir., 2014); Bastion: Occupied Bruges in the First World War (2014); Gabrielle Petit: The Death and Life of a Female Spy in the First World War (2015; propre traduction revue et complétée, 2018); An English Governess in the Great War: The Secret Brussels Diary of Mary Thorp (en collaboration avec Tammy Proctor; 2017). Durant l’année académique 2016-2017, professeure invitée à l’Université du Kent (R.-U.), elle tient une série de conférences sous le titre de “Enemy Rule: Seeing the First World War Through the Lens of Military Occupations.” Commissaire de plusieurs expositions lors du centenaire, elle a dirigé, le plus récemment, un projet sur les enjeux sociaux de la libération de la commune bruxelloise de Molenbeek en novembre 1918.

Lundi 11 novembre 2019

HISTORIAL DE LA GRANDE GUERRE, Salle audiovisuelle

Péronne

15h : Conférence de John HORNE (CIRHGG / Trinity College Dublin)

« Anatomie d’une victoire : les sorties françaises de la Grande Guerre »

 

Comment les Français sont-ils sortis de la Grande Guerre ? Evidemment, cela dépend de qui parle-t-on (homme, femme, soldat, civil), d’où on parle (ville, campagne, régions libérées l’Alsace-Lorraine « retrouvée »), et de quand on parle – car sortir, est un processus. John Horne abordera ce processus sous quatre chefs et selon quatre temporalités : le retour des soldats ; les angoisses de la victoire ; la « démobilisation » des civils ; et la réconciliation entre Allemands et Français. Il suggéra, en conclusion, que si les Allemands ont eu une « culture de la défaite », les Français ont connu une « culture de la victoire » aux années 1920s, culture sujette à de fortes doutes internes et qui, n’ayant pas pu se convertir en une paix durable, se désagrège sous les effets conjugués de la crise économique et des perturbations politiques des années 1930. Bref, la « victoire » signe des sorties de guerre multiples et profondément troublées.

John Horne est historien, professeur émérite d’histoire européenne à Trinity College Dublin, membre de la Royal Irish Academy et membre du comité directeur du Centre International de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre, Péronne. Il a fait partie du conseil scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Il est l’auteur et éditeur de plusieurs livres et de plus cent chapitres et articles, dont beaucoup se rapportent à la Grande Guerre. Parmi ses ouvrages : 1914 : les atrocités allemandes, (avec Alan Kramer, 2005); (dir.) Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915 (2010) ; (avec R. Gerwarth), War in Peace : Paramilitary Violence in Europe after the Great War (2012) et ‘End of a Paradigm? The Cultural History of the Great War,’ Past and Present, 242/1, février 2019, pp. 155-92.

17h :  Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

présidée par Laurent Somon, Président du Conseil départemental de la Somme

Cette année, 6 lauréats recevront une bourse pour la poursuite de leur thèse, qu’ils présenteront en 5 mn :

Damien ACCOULON : « Une « fraternité des ailes » ? Expérience combattante et sociabilités des As de l’aviation allemands, britanniques, et français (1914-1939) »

Rose MALLOY : « Migration during the First World War In Slovenia and northern Italy »

Jean-Philippe MILLER-TREMBLAY : « L’ordre serré dans les armées française et britannique (1853-1920) »

Sneha REDDY : « North African and Indian soldiers in the First World War  in Palestine and Syria 1917–1923 »

Nina REGIS : « Le pain de guerre allemand durant la Première Guerre mondiale »

Maria XYPOLOPOULOU : « Un front « oublié » sous le regard des photographes. Approches, pratiques et usages de la photographie, représentations culturelles et du genre pendant la Première Guerre mondiale »

18h : Verre de l’amitié

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org

http://1418.hypotheses.org/

Twitter @cr_historial

https://www.facebook.com/crhistorial

      

 

Rendez-vous de l’Histoire de Blois samedi 12 octobre 2019 : cette année , 2 tables rondes ! 14h15 : L’Italie au centre de la Grande Guerre ? -16h15 : Quel bilan scientifique pour le centenaire 14-18 ?

 

 

 

Dans le cadre d’une carte blanche organisée à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2019, le Centre international de recherche est heureux de vous inviter aux tables rondes suivantes :

« L’Italie au centre de la Grande Guerre ? »

Samedi 12 octobre 2019

14H15-15H45

 Conseil départemental du Loir-et-Cher,  Salle Lavoisier

(à côté de la halle aux grains)

    Biblioteca di storia moderna e contemporanea-Roma

L’Italie a longtemps été placée en marge d’une histoire de la Grande Guerre dictée par le front de l’ouest. La Grande Guerre a longtemps été mise en marge d’une histoire de l’Italie dominée (pour la première moitié du 20e siècle) par le Fascisme. Il est grand temps de renverser ces deux perspectives faussées afin de remettre l’Italie au centre de la guerre et la guerre au cœur du Fascisme italien. Car l’Italie joue un rôle central dans le camp allié. Avec 600,000 morts, les pertes de l’Italie sont proportionnellement aussi importantes que celles de la Grande-Bretagne, et le front austro-italien, qui remplace le front de l’est après la sortie russe de la guerre en 1917, pèse dans la résolution du conflit. En même temps, la guerre expose l’Italie à une expérience transformatrice. Même si le pays connaissait de graves problèmes d’adaptation politique avant 1914, la guerre provoque une crise telle (politique, sociale, culturelle, diplomatique) qu’elle précipite l’Italie dans l’expérience fasciste, dont elle continuera à modeler les formes comme le contenu. La guerre restera au cœur du régime. Ainsi, sans renverser cette double marginalisation de l’Italie par rapport à la Grande Guerre et de la guerre par rapport à l’Italie, on risque fort de méconnaître l’histoire contemporaine de l’Italie comme l’histoire d’une guerre dont l’impact était loin de se limiter aux puissances combattantes du front de l’ouest.

Participants :

John Horne, modérateur (Trinity College, Dublin / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Franziska Heimburger (Sorbonne-Université / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Marco Mondini (Université de Padoue / Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre)

Vanda Wilcox (John Cabot University)

 http://www.rdv-histoire.com/Edition-2019-l-Italie/l-italie-au-centre-de-la-grande-guerre

Samedi 12 octobre 2019, 16H15-17H45

Quel Bilan scientifique pour le Centenaire 14-18 ?

IUT – Chocolaterie –  Salle 214

(à côte de la gare de Blois)

Coll. Historial de la Grande Guerre. Photo Yazid Medmoun

Cette table ronde présentera le bilan scientifique du Centenaire 14-18 à travers 3 axes :  impact sur l’historiographie, rôle des historiens dans les commémorations et place de l’histoire dans la cité. Une étude jamais menée à ce niveau dans le passé à l’occasion d’un cycle commémoratif.

Participants :

Arndt WEINRICH, DAAD -Fachlektor en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, Conseil scientifique du Centenaire, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Nicolas PATIN, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Bordeaux Montaigne

Franziska HEIMBURGER, Maîtresse de conférences en civilisation britannique, Centre international de Recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Elisa MARCOBELLI, Post-doctorante en histoire contemporaine, Université de Rouen

Lise GALAND, ATER en histoire contemporaine, Sorbonne-Université, doctorante en études germaniques et en histoire contemporaine.

Pour tout enseignement :  Caroline FONTAINE c.fontaine@historial.org tel 06 81 61 61 97

                 

« La signature du traité de Versailles racontée par ses objets »

CONFERENCE

Vendredi 28 juin, 18h30,

Historial de la Grande Guerre

Salle du théâtre de verdure

Le 28 juin 1919 le traité de Versailles est signé, mettant ainsi officiellement fin au conflit opposant l’Allemagne aux Alliés. Le 28 juin 2019, rendez-vous à l’Historial de Péronne pour une conférence qui étudie ce traité, mais aussi sa genèse pendant la Conférence de la Paix et ses conséquences pendant l’entre-deux-guerres sous l’angle des objets qui ont accompagné ce processus.

Franziska Heimburger, historienne, maîtresse de conférences à
Sorbonne Université, elle est membre du comité directeur du Centre de
recherche de l’Historial de la Grande Guerre  

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription conseillée

Renseignement/inscription : resahgg@historial.org tel : 03 22 83 14 18

www.historial.org http://1418.hypotheses.org/ Twitter @cr_historial https://www.facebook.com/crhistorial

ConférenceS

 

Programme Conférences 2020

Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Entrée libre et gratuite accessible à tous.

Verre de l’amitié à l’issue

Toutes les illustrations sont libres de droit

Annulation à cause du Covid 19 :

Samedi 21 mars 2020, 15H, Historial de la Grande Guerre (Péronne), salle du théâtre de verdure

« Femmes à Boches ». Des relations intimes entre occupants et occupées, 1914-1918 »

Emmanuel Debruyne (Université de Louvain (UCL) (Illustration PJ : «21 mars.JPG » crédit : Historial de la Grande Guerre: nous pouvons vous fournir du TIF)

Pendant la Grande Guerre, les territoires belges et français occupés ont vu se développer sur leur sol des relations intimes entre des milliers de leurs habitantes et des soldats allemands. Celles-ci ne sauraient être réduites à une révolte de l’amour contre la haine. La vague de viols qui accompagne l’invasion d’août 1914 participe à terroriser les populations civiles. Et la prostitution connaît un essor fulgurant au cours des années suivantes. Quelle que soit leur nature, ces relations ne laissent pas les occupés indifférents : pendant quatre ans, le corps féminin est l’enjeu de tensions incessantes en pays occupé. « Sources de contamination » pour les uns, « femmes à Boches » pour les autres, celles qui fréquentent l’ennemi font les frais de leur choix. Ostracisées sous l’occupation, tondues à la libération, puis disparues une fois la paix revenue.

Emmanuel Debruyne est professeur à l’Université de Louvain (UCL), où il enseigne l’histoire contemporaine. Spécialiste des occupations militaires durant les deux guerres mondiales, il a notamment publié « Femmes à Boches ». Occupation du corps féminin dans la France et la Belgique de la Grande Guerre (Les Belles Lettres, 2018). Récemment, il a également dirigé avec James Connolly, Elise Julien et Matthias Meirlaen, En territoire ennemi. Expériences d’occupation, transferts, héritages (1914-1949) (Presses du Septentrion, 2018).

Samedi 6 juin 2020 à 17h: Historial de la Grande Guerre (Péronne), salle du théâtre de verdure dans le cadre de l’année de Gaulle dans la région des Hauts de France

Annette Becker (Université de Paris Nanterre), Lilloise

« Charles de Gaulle en Grande Guerre: le laboratoire de la  ‘guerre de trente ans’. (1914-1944) »(Illustration de Gaulle prisonnier+ détail crédit Musée de l’Armée)

La Première Guerre mondiale du Lillois juste sorti de Saint-Cyr a longtemps été sous-estimée. Et pourtant, sa région du Nord occupée, les combats du jeune Lieutenant et surtout l’expérience amère des camps de prisonniers ont fortement contribué à  son action future.

Samedi 24 octobre 2020 A l’occasion de la semaine nationale de l’architecture. Historial de la Grande Guerre (Péronne), salle du théâtre de verdure

Richard Klein (Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille)

L’architecture de la reconstruction. Construire le régionalisme ou la modernité ?  (Illustrations ci-dessous, à votre disposition pour vous faire parvenir d’autres visuels/petite vidéo si vous le souhaitez)

La reconstruction des régions dévastées lors de la première guerre mondiale a contribué au développement de l’architecture régionaliste dans la France de l’entre-deux guerres. Les architectes inventèrent alors des formes à la fois héritées du siècle de l’éclectisme et influencées par l’exposition parisienne des arts décoratifs de 1925. C’est vraisemblablement la tentative de concilier les tendances du régionalisme et les principes naissants de la modernité qui permet de mieux appréhender la variété et les qualités plastiques des architectures reconstruites après les destructions de la Grande Guerre.

Richard Klein est architecte, historien de l’architecture, Professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, Président de docomomo France. Ses recherches portent sur l’histoire de l’architecture du XXe siècle. Parmi ses derniers ouvrages publiés : A quoi sert l’histoire de l’architecture aujourd’hui ?, Paris, Hermann, 2018. Les maisons de la culture en France, Paris, éditions du patrimoine, 2018. Dialogues sur l’invention, Roland Simounet, Paris, Les productions du Effa, 2017 (réédition de l’édition de 2005). Robert Mallet-Stevens, La villa Cavrois, Paris, Picard, 2015 (réédition de l’édition de 2005), préface de Jack Lang.

Mardi 1o novembre 2020, 18H, Musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides

Auditorium Austerlitz

Grande conférence annuelle du Centre de Recherche

Marco Mondini (Université de Padoue)

« Guerre et fascisme, 1919-1945 »

Résumé : Origine idéale et horizon vital, modèle culturel et organisation sociale, la guerre est immanente dans la parabole du fascisme.  Cette conférence propose un itinéraire qui mène de la guerre au fascisme et du fascisme à la guerre, en étudiant comment et pourquoi la Grande Guerre occupe cette place centrale dans le fascisme et en en suggérant les conséquences pour la dictature mussolinienne, dont les guerres futures vont cristalliser les apories et les fractures de l’histoire nationale italienne. 

Mercredi 11 novembre 15h  Historial de la Grande Guerre Salle audiovisuelle

Table ronde « retour sur la Panthéonisation de Maurice Genevoix »

Cette table ronde reviendra sur la cérémonie qui se sera déroulée plus tôt dans la journée.

Aussi, il est demandé aux personnes souhaitant assister à cette table ronde de regarder la cérémonie d’entrée au Panthéon de l’écrivain-combattant qui sera retransmise à la télévision.

Les historiens du Centre de recherche proposeront différentes réflexions et dialogueront avec le publique au sujet de l’événement et de Maurice Genevoix.

16H45 : Cérémonie de remise des bourses Gerda Henkel et UPJV du CIRHGG

Traditionnellement présidée par le Président du Conseil départemental de la Somme, Laurent Somon, les lauréats (dont la liste sera dévoilée le 8 juin 202) présenteront en 5 mn (et pas une de plus !) leur thèse sur en cours.

PROGRAMME 2019

« La fin de l’occupation et le retour des populations dans les territoires libérés, 1918-1919 » une conférence d’Annette BECKER

Jeudi 14 mars 2019 à 18H30, Historial de la Grande Guerre, Péronne

La guerre terminée, réfugiés et occupés, retrouvent leurs villes, villages, maisons, familles et leur liberté. C’est ce moment particulier qu’Annette Becker, qui en est la grande spécialiste, abordera dans cette conférence.

Vice-présidente du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre, (Université Paris-Nanterre) Annette Becker travaille particulièrement sur la Grande Guerre des civils, ses représentations et les liens avec la Seconde Guerre mondiale.  Voir la Grande Guerre, un autre récit, (Armand-Colin, 2014) a obtenu le prix J.J. Rousseau de l’Académie des Arts de Dijon. Son dernier livre, Messagers du Désastre, Raphael Lemkin, Jan Karski et les génocides est sorti en 2018 (Fayard).

 Entrée libre – salle du théâtre de verdure – information et réservation à resahgg@historial.org ou 03.22.83.14.18