Archives de catégorie : La Grande Guerre aujourd’hui

Appel à contribution : Guerres et artefacts : de l’objet de guerre au fétiche (1795-1995)

 

Guerres et artefacts : de l’objet de guerre au fétiche (1795-1995)

Appel à contribution pour ouvrage

Nous relayons cet appel à contribution à la demande de ses initiateurs : Patrick Harismendy et Erwan Le Gall (Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO)

URL de référence ici

2015 est marqué par d’importantes commémorations militaires avec 1915 et 1945. Par extension, 1795 (Quiberon), 1805 (Austerlitz), 1815 (Waterloo), 1855 (guerre de Crimée), 1865 (guerre de Sécession), 1905 (guerre russo-japonaise) signalent des moments d’une très grande intensité mémorielle. Le génocide arménien (1915), le massacre de Nankin (1935), la massification de la guerre du Viêt-Nam (1965) ou les conflits de Bosnie et de Croatie (1995) participent du même processus.

Ces chocs ont en outre secrété des volumes inédits d’images mentales mais aussi d’objets qui ont pu étayer des « fétichismes de guerre », voire une « consommation de guerre », qui, au XIXe siècle, passa par la mode des « mémoires d’épée ». Aujourd’hui, livres, films, jeux vidéo, s’ajoutent ou se substituent aux seuls objets de collection ou de musée. La transformation des périphéries urbaines et sociales en laboratoires de combats de rue pose la question ultime d’un « mimétisme de guerre » allant d’aimables parties de paint-ball, à l’emploi croissant de la kalachnikov en passant par les jeux de rôle de la radicalité terroriste ou « serial killeuse ». L’intrication entre paix et guerre relève donc bien d’une privatisation des instruments de la violence d’État. Le succès de L’Art français de la guerre d’Alexis Jenni (Prix Goncourt 2011) ou Les Bienveillantes de Jonathan Litell (2005), tout comme finalement les cycles commémoratifs, illustrent en cela le besoin de comprendre les gestes des bourreaux et un intérêt nouveau pour la pensée militaire – Sun Zi, Clausewitz ou Jomini devenant eux-mêmes des objets littéraires.

Dans ce contexte, l’objet de guerre doit être considéré sur le temps long. Son propre cycle de vie peut être très étendu. Prolonger la vie de matériels (pour raisons budgétaires), les recycler en tout ou partie (ainsi des culasses de Mauser K 98 réemployées par l’armurier Kettner) n’exclue pas de précoces conservations. Les ressorts en sont complexes. En témoigne le vêtement. La culotte de grognard napoléonien, le pantalon garance de 1829 ou la tenue « Félin » n’ont ni les mêmes usages, ni la même puissance d’inspiration pour les artistes ou les collectionneurs. Une valeur différentielle des sacralités explique qu’on ne défile pas en tenue bleu horizon dans les années 1920-30 comme on manifeste ou chasse avec la vareuse kaki des années 1960-70 ou que l’on rappe avec le pantalon de treillis dans les cultures urbaines contemporaines. La construction de l’objet en fétiche commande donc une attention fine aux chronologies comme aux procédures d’émergences et de sélection conduisant tant aux muséographies qu’aux collections privées – qu’elles soient raisonnées ou forment un amas disparate.

L’intérêt de tels objets varie aussi avec le temps et sa capacité destructrice. Dans son rapport d’activité pour l’année 2012, le musée Auschwitz-Birkenau érige ainsi en objets « sans prix » les vestiges mis à jour lors de fouilles archéologiques que sont boutons, pièces ou montres car ils « revêtent une signification encore plus importante au fur et à mesure que le temps passe et les témoins disparaissent ».

Affaire d’États ou affaire privée, les gestion, conservation, transmission, appropriation de cette masse d’objets posent peut-être moins la question des patrimoines que celle du statut de la guerre dans le for des individus.

Patrick Harismendy, Erwan Le Gall

Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO.

Pour traiter ce sujet un appel à contribution pour ouvrage est donc lancé. L’ambition est de réunir un volume significatif de réflexions sur les 5 points exposés ci-dessous. Les modalités pratiques sont indiquées en fin d’appel. L’ouvrage sera à paraître à l’automne 2016.

 

Dans la perspective d’un ouvrage collectif, il est apparu nécessaire de suivre les cycles de vie des objets afin de révéler leurs ressorts anthropologiques. À cet égard, leur valeur de portativité et de mobilité compte autant que leur pouvoir d’évocation.

1 – L’objet de guerre : entre production et esthétisation

Recontextualisé, l’objet doit être interrogé de sa conception à son usage jusqu’au terme éventuel de sa customization. A l’échelle de l’arme ou de l’équipement individuels, poids, équilibre, matériau, « prise en main », coûts… sont en général appréhendés. Ils dépendent des savoirs militaires disponibles, des ressources matérielles, des moyens financiers, des contextes et expertises de production. Artisanal, issu de séries ou ersatz isolé, l’objet doit allier efficacité, ergonomie, praticité, compacité … qui résultent d’intentions des commanditaires et des concepteurs. Un certain nombre de lieux se prêtent à l’analyse : la boite de conserve (contenu et contenant), le chaussant, la bande molletière, ou le paquetage. Dans le détail, les perceptions nationales varient selon les cultures du corps, les représentations anatomiques ou les impératifs martiaux. La constitution de discours experts (ceux des médecins par exemple) sur la résistance physique aux matériels rejoint les préoccupations très actuelles des états-majors confrontés à l’alourdissement du fantassin. En résultent une physiologie et un aguerrissement renouvelés.

Les discours d’identification sont aussi importants que les arguments sur l’opérationnalité. En témoignent les débats plaçant naguère le prestige et le génie national dans la couleur garance du pantalon des fantassins français. Adaptations, réglages ou enrichissements peuvent être alors le fait des États lorsque les matériels sont tropicalisés, hibernisés, maritimisés ou que s’opère la substitution du coton au cuir (pour cartouchières et brelages par exemple). Mis en action par le spectacle même de la guerre, le matériel engendre de puissants mécanismes d’acculturation. Représentations, préventions culturelles, disparités technologiques, conditionnent réception et usages de l’artefact. L’importance des photos de matériels lourds et modernes (chars, avions, hélicoptères …) chez les appelés d’Algérie signale ainsi un intérêt de rupture par rapport aux campagnes de métropole. Mais le phénomène est sans nul doute plus ancien.

L’intervention du combattant lui-même est également déterminante. Au stade de la tenue et de l’arme, le recours à des tailleurs ou fourbisseurs privés est ancien ; il contribue au style et ai prestige médiatique de certains – la mode militaire n’étant pas qu’un mot. De même, la personnalisation / personnification de matériels (armes, véhicules, avions) est récurrente. L’entrée dans la guerre « à options », car fondée sur un malsain pay to fight, rappelle que certains combattants se jugeant mal équipés ou mal protégés doivent compléter leur dotation sur leurs propres deniers. Plus largement, le contenu des « bardas » — réglementaires, en opérations et selon les cultures militaires — est essentiel pour mesurer la place des effets personnels, de la pharmacie, de l’avitaillement.

Enfin, la civilisation telle quelle des objets militaires peut poser problème. Qu’il s’agisse de la voiture ayant prétendument appartenu à Hermann Goering et conduite par Keith Richards dans le Londres déjanté des années soixante ou des propos ambigus de David Bowie sur les codes esthétiques du IIIe Reich on voit les risques de dérive.. Polémiques relatives à Hugo Boss, T-Shirts estampillés CCCP ou floqués à l’effigie du Che posent une identique question sur les frontières entre trophées et oripeaux. Les provocations scéniques du groupe de rock Motörhead et de son leader Lemmy Kilmister ne peuvent être dissociées d’une certaine portée politique – veste et casquette Mao, saharienne d’Yves Saint-Laurent, disant d’autres contestations. Bref, la part de sincérité et d’édulcoration doit être évaluée.

2 – La fétichisation pendant et au sortir des guerres

La politique des États en matière de trophées et de partage des dépouilles est de toute première importance. Les racines lointaines du phénomène sont ici hors de propos – même si le fond du Vae victis demeure, « triomphe » à l’appui. L’élaboration consciente d’une politique d’obtention, d’exhibition et de collection est fondamentale. La symbolique des drapeaux, aigles, bannières, oriflammes etc. pris ou repris à l’ennemi est connue. Mais sur quelles bases idéologiques et esthétiques le processus d’attribution ou de capture repose-t-il ? La naissance des musées strictement militaires, à côté des salles d’armes châtelaines ou régimentaires et fonctionnant sur un principe de récit engageant un roman national doit être compris. L’émergence plus tardive des musées de matériels (chars ou avions) est tout aussi importante, quand ce n’est pas un matériel-mémorial (commun dans l’ancien bloc de l’Est) dont la charge proclamatoire recoupe des enjeux de gestion communale.

Le trophée individuel, pris à l’ennemi, sur le champ de bataille, acheté, échangé, troqué avec d’autres combattants situe ces parcelles matérielles de gloire dans une série complexe d’intentions. Qui pille sur le champ de bataille ou durant la débâcle adverse, quoi et pourquoi ? Entre le XIXe et le XXe siècle les besoins sont-ils les mêmes ? D’évidentes logiques de subsistance ou de thésaurisation à court terme s’inscrivent dans une économie du troc. Mais entre un Thénardier, « sergent de Waterloo » et détrousseur de cadavres et un G.I. cherchant un pistolet Luger ou un sabre japonais, ramassant du sable d’Omaha Beach – comme le cinéma s’est plu à l’évoquer – s’institue une rupture. D’un côté le pillage opère sur un valeur marchande ou d’usage immédiat, de l’autre s’établit un rapport de virilité et de projection sur le retour dans la construction d’une idéologie de soi : comme si n’était héros que celui qui peut en fournir une trace matérielle – ce qui pose, en creux, la question du genre d’homme-soldat attendu par les familiers et les femmes.

Justement, à la confluence des logiques étatiques et individuelles se situe l’emblématique médaillère. Le passage des ordres chevaleresques aux ordres militaires est une chose. Certains cadres commémoratifs, bien connus (médaille de Sainte-Hélène, Ordre de la Libération) ne requièrent pas que l’on y revienne. En revanche, le contenu de la médaille est tout à fait intéressant. La Purple heart recouvre-t-elle le même indice de traumatismes que la médaille des blessés français alors qu’en Allemagne les badges sont gradués selon l’importance des blessures ? Sur le fond, quelles sont les combinatoires permettant de donner à voir, à qui en sait lire le sens, des niveaux effectifs de reconnaissance ? Le système médailler allemand, taciturne au possible et, à l’inverse, la logorrhée soviétique ne disent évidemment pas la même chose…Par ailleurs, l’emphase croissante des régimes autoritaires est certainement intéressante à mesurer dans le contexte des phases d’émancipation coloniale et de routinisation.

Enfin, il conviendrait de s’interroger sur les « uniformes de la paix » [ou tout simplement de la retraite militaire]. En dépit des rapprochements liés à leurs âges, les anciens combattants diffèrent aux célébrations entre ceux (surtout les officiers) des régimes autoritaires et ceux du bloc occidental – comme on est du reste veteran à 25 ans de la guerre du Golfe chez les Américains et « ancien engagé » en France. Si la tenue « blazer bleu, pantalon gris, chemise blanche, cravate noire » et le béret frappé de l’insigne d’arme se généralisent, qu’en a-t-il été avant et ailleurs ? Qu’on songe au disparate américain (polos bariolés, baskets) qu’abolit le calot constellé de pin’s, aux défilés des « débris » ou reliques vivantes de la Grande armée en 1840 lors du retour des Cendres, ou des anciens combattants dans l’entre-deux guerres ?

3 – La gestion des matériels en fins de conflits

Avant de devenir pièces de musées et de collections ou d’être détruits, un nombre significatif d’objets de guerre voient leur existence prolongée ou détournée. A cet égard, la « déconstruction » d’objets semble opérer sous trois formes : les destructions liées à l’inertie de la machine industrielle (destin de centaines d’avions tout neufs plongés en 1945-46 dans la Mer de Corail) ; les démantèlements réfléchis allant des navires aux armes individuelles ; la constitution de cimetières de matériels militaires. Il ne faut pas oublier les campagnes de récupération des armes employées par les maquis ou tombées entre les mains des civils et dont on voit aujourd’hui les méfaits de la dissémination autour de la Méditerranée.

À cet égard, l’économie des surplus est d’autant plus mal connue qu’elle touche aux marges sociales de la brocante et des trafics. Les échelles varient pourtant. Aux étalages plus ou moins étiques de marchés, treillis, casques, rangers voisinent souvent avec du matériel de camping. Cette association est d’autant moins fortuite que ces objets appartiennent à la construction du tourisme de masse – le Club Méditerranée naissant de tentes de l’armée acquises par Trigano. Mais les ventes des Domaines portent aussi sur des objets beaucoup plus volumineux (des navires par exemple). Certains peuvent être voués à la déconstruction immédiate, d’autres être acquis par des négociants en vue d’une revente et d’une transformation (cf. La Calypso). Jusqu’à la fin des années 1960, les ferrailleurs de la Nationale 7, entre Le Kremlin-Bicêtre et Thiais, soldaient ainsi les comptes des deux décennies de conflits européens et coloniaux précédentes en vendant jeeps, GMC et même des avions d’observation. Cette présence paysagère prolongeant en quelque sorte la guerre a-t-elle ses équivalents ailleurs, sous quelles formes et sur quelles chronologies ? On pense évidemment au Vietnam comme aux liquidations du bloc de l’Est.

La valeur des surplus dépasse, par ailleurs, la modicité de leurs prix. Pratique par nature, le matériel militaire est aussi bien souvent portatif (la pelle « américaine »), démontable (lits « de camp » et tentes), commode (la vareuse et le pantalon à poches multiples), solide et rustique (la jeep). Outre la question des passeurs dans l’emploi de ces objets (anciens combattants ou non), on peut observer des reconversions inattendues : jeeps en régions de montagnes, DC3 desservant encore l’Amérique andine ou véhicules amphibies (type DUKW) employés dans l’ostréiculture ou la conchyliculture pendant longtemps. Quant aux voiturettes de mutilés réappropriées en tricycles géants pour enfants, le grotesque le dispute nécessairement au tragique mais colore les cultures de guerre d’éléments déviants.

Il existe en outre une véritable économie, souvent cyclique, du vintage. Blousons d’ « aviateurs » (allant de la veste de mouton aux bombers en passant par les copies des blousons réglementaires français), lunettes « de pilotes » (les Ray ban au premier chef), vestes de quart, chèches, rangers et pataugas etc. sont une chose … Une autre, beaucoup plus intéressante est celle des arts décoratifs de guerre. Cannes et pipes sculptées, chemises d’obus martelées et transformées en pots de fleur (comme il s’en vend à Sarajevo), zinc ou aluminium reconvertis en couverts, voire fragments de barbelés émoussés disent l’ennui mais aussi le besoin de conjurer la guerre. L’intrusion de l’objet de guerre édulcoré dans des intérieurs et à des fins décoratives est donc essentielle à étudier.

Enfin, l’ironie monumentale de certains sites ne laisse pas indifférent. Le lagon de Truk en Micronésie ou la base de Scapa Flow au nord de l’Écosse – abritant respectivement une partie des avions plongés dans la mer en 1945-46 et la flotte allemande captive, sabordée en 1919 –, devenus des sites courus de plongée en raison de leur exceptionnelle flore, faune et patrimoines militaires mêlés induisent une manière de touristification inédite.

4 – La collection : emplois et contre-emplois

Comment fait-on « collection » d’objets de guerre ? Considérée comme mineure, voire nauséabonde, la militaria n’a pas de vrai statut historique. « Passion futile », la collection militaire signale souvent de placides frustrés d’héroïsme et quelques « fana-mili » parfois inquiétants. Elle suscite néanmoins un important marché qu’alimentent antiquaires, armuriers, bourses aux armes, éditions et presses spécialisées…. Cette économie seconde de l’artefact intéresse autant sociologues, anthropologues, qu’historiens d’art, mais aussi marchands. Collectionneurs, experts, organisateurs d’événements font en effet la mode. En témoigne le goût récent pour les plaques, bracelets ou pendentifs d’identité militaires, avec numéros matricule qui peuvent atteindre des prix considérables. Pourquoi ?

La démarche cumulative conduisant à la collection est tout aussi intéressante. Au-delà de l’élément déclencheur (héritage, hasard, rencontres…) se trouve souvent un objet-fondateur (livret militaire, médailles …) annonçant un intérêt pour des pièces plus consistantes (sabre, fusil, munitions…) La plus ou moins grande proximité et familiarité avec les sites de batailles, de même qu’un enracinement culturel familial déterminent sans doute des vocations. Justement, qu’est-ce qui « fait collection » ? Si l’acquéreur raffiné (et fortuné) d’un sabre « à la mamelouk » complétant son décor Empire et le quêteur narcissique d’objets disparates et parfois illicites évoluent sur deux planètes, une approche de l’intérieur permettrait sans doute de pondérer le jugement. Thématiques, hiérarchies et systèmes de valeurs, à la fois matérielles et symboliques, demandent à être compris. Bref, quelle est la place de l’ « objet technique », de l’attirail, du harnachement, des armes blanches ou non, des insignes et uniformes ?.La dimension évocatoire de tels corpus renvoie à leur statut patrimonial, donc juridique. Entre risques de déprédation lors de fouilles sauvages et d’explosion dramatique d’arsenaux privés se situe la limite obscure de la légalité franchie par des collectionneurs-trafiquants.

Enfin, les jouets militaires ou guerriers sont à envisager. La soldatesque de plomb a ses passionnés de vitrines ou de kriegspielen réglés. Mais « la boîte de soldats » sert surtout des scénographies enfantines et plus brouillonnes que complètent panoplies et armes miniatures. Dans la construction de l’identité virile, ces jeux de guerre ont accompagné littératures d’aventure et d’édification nationale. Aujourd’hui, les logiciels d’immersion guerrière constituent un pan considérable du monde des gamers. Le processus d’accumulation, de réalisme et de violence conjugués mérite sans doute que des spécialistes du sang virtuel (infographistes, éditeurs de jeux video ou psychologues) se penchent sur la question.

De même, les collections publiques ne sont pas sans susciter un certain nombre de questionnements. S’il est en effet un lieu dans lequel s’incarne la tension des interactions entre les objets de guerre, souvenirs personnels et/ou hérités de celles et ceux qui les y déposent, et les politiques publiques de commémoration, c’est bien le musée. Or, lui aussi, évolue dans un environnement fluctuant et ce, pour plusieurs raisons. La première, évidente, tient à l’évolution de la demande sociale d’histoire qui oblige l’institution à des ajustements incessants au risque de voir sa fréquentation diminuer. Une seconde découle de la notion même de patrimoine, éminemment relative et donc évolutive. En exposant des objets aussi divers que cartes du combattant, jeux pour enfants et assiettes patriotiques, l’Historial de Péronne permet non seulement de matérialiser l’histoire culturelle mais renouvelle lors de son inauguration profondément la muséification de la Grande Guerre. D’ailleurs, on notera, toujours pour rester dans le domaine de la Première Guerre mondiale, que si ce champ historiographique est en France polarisé autour du débat entre la « contrainte » et le « consentement », cette diversité de perspectives n’a pas son équivalent muséographique. Dès lors, ce sont bien les politiques d’acquisition qu’il faut interroger en se demandant ce que l’on cherche à acquérir, restaurer, exposer et dans quelle intention mais, également, ce qui, sur ce qu’il convient vraisemblablement d’appeler un marché, détermine le prix de ces objets.

5 – La conservation

Le premier défi de la préservation concerne les situations d’élision ou d’absence visible de traces. En système génocidaire, la « présence de l’absence » repose sur l’infime et l’indiciaire contrastant avec le caractère industriel ou systématique du massacre. Ainsi, le rabougrissement du tas de cheveux des déportés du « Canada » d’Auschwitz – par décomposition de la kératine – pose un problème de fond :

Par effet chimique, la preuve de l’ampleur des crimes commis est menacée de signifier une diminution de l’horreur. Tout aussi ténue est la collection de photographies dite « Album Auschwitz » attestant de la Shoah ou la présence sans doute ultime des survivants à une cérémonie comme celle du 70e anniversaire de la « libération » du camp d’Auschwitz. À rebours, le matricule tatoué des déportés est devenu, pour la mémoire collective, le signe métonymique de l’ensemble du système concentrationnaire nazi, alors qu’il a été seulement appliqué à Auschwitz et après mars 1942. Hier sceau d’infamie pour les condamnés à la mort par le travail, aujourd’hui symbole de la Destruction des juifs d’Europe, ce signe est revendiqué par certains descendants de survivants, qui se le font tatouer pour enraciner une culture victimaire lancée à la face du monde. Par extension, comment commémorer comme victime de déportations massives (les Arméniens par exemple) ou comme vaincu, et souvent victime soi-même, de combats perdus ? Quel rapport l’ancien prisonnier de guerre a-t-il avec son uniforme de captif ?

Par ailleurs, dans des paysages militaires aujourd’hui dépourvus de stigmates et bien souvent illisibles au processus guerrier, quel statut accorder au fragment ? Le matériau archéologique fait de tessons, chargeurs, chemises d’obus ou de cartouches, morceaux d’armes blanches ou à feu, boutons, plaques de ceintures, ustensiles du quotidien, morceaux de barbelés… prennent, dans l’informe de la corrosion, une dimension inédite et de leur position de débris, une valeur signifiante – et accessoirement marchande – tout aussi nouvelle. Le retour à la guerre vécue des combattants, reflétant notre propre crainte de vivre ça, dévalue d’autant le trophée et ses fondements de bravoure normalisée. La portée idéologique d’une balle ou d’un shrapnell posés sur un meuble ou exposés dans un musée n’est pas celle d’une médaille encadrée et assument un rôle politique voire eschatologique pouvant remanier en profondeur notre réprésentance et, partant, les scénographies requises dans un monde post-nucléaire mais tout aussi dangereux.

Au reste, une guerre sans nom, sans lieu et sans visage se déroule toujours, celle des munitions de guerre. Mines et bombes (terrestres et marines) poursuivent en effet leur office, requérant des forces spécialisées (équipages de dragueurs, plongeurs démineurs, démineurs). Au-delà de la compétence professionnelle et des risques encourus, la fréquentation quotidienne avec ces matériels pose autant la question de leur manipulation – de ce fait de leur enseignement et leur apprentissage au titre de savoirs experts – que de leur conservation éventuelle. Démilitarisation, neutralisation, désactivation ne signifient pas exactement la même chose comme en témoigne le démantèlement périodique d’arsenaux privés dont la dangerosité dépasse le cadre individuel d’un collectionneur passionné. La rémanence des objets de guerre, devenus fétiches, participe en effet au processus létal de brutalisation des sociétés. C’est donc de la nature des discours dicibles sur ces mêmes objets dont il faut se préoccuper, tant sur le plan juridique que moral. En d’autres termes, tous les objets peuvent-ils s’équivaloir et pouvoir supporter les mêmes analyses de dédramatisation, neutralisation et banalisation au risque d’en assurer la recharge victimale ? L’édulcoration de la barbarie ou l’hyperesthétisation de la violence, que certains objets peuvent supporter sont donc clairement engagées.

En dernière instance, la mise en intrigue des objets par les reconstitutions historiques, les jeux de rôle et le cinéma requiert une véritable attention. Le rapport entre le matériel logistique et offensif d’une part et l’approche de l’arme individuelle, d’autre part, méritent une analyse circonstanciée. Outre la question de la plausibilité (Hollywood a beaucoup « germanisé », dans les années 1960-70, des matériels américains faute d’avoir des Tigre, Panther ou Messerschmitt sous la main) se pose celle de la sensibilité aux objets dans le reportage de guerre, l’image d’actualité ou de propagande, la fiction. Avant l’intrusion de l’infographie de substitution, l’univers du faux, de la réplique ou de la pale copie a longtemps prévalu. Quid alors du « réalisme » dont le fondement dépend des degrés de maturité ou de résistivité d’une société à ses propres besoins d’héroïsme sacrificiel ? La transfiguration événementielle à travers une représentation mimée renvoie donc autant aux anachronismes qu’à d’éventuelles distropies au sein desquelles l’objet, mythifié, vient faire récit.

Modalités pratiques

Les propositions de contribution, n’excédant pas une page et comportant une présentation des sources utilisées et de la problématique explorée, seront rédigées en Français ou en Anglais et devront être adressées avant le 1er septembre 2015.

Après examen des propositions, les auteurs retenus feront parvenir le texte de leur article (n’excédant 35.000 signes / 4.500 mots) pour le 31 mars 2016 au plus tard.

Une attention toute particulière sera accordée aux éléments iconographiques permettant d’étayer le propos.

Pour des raisons de coût de publication, les illustrations doivent être libres de droits.

Les propositions sont à adresser à

Patrick Harismendy : patrick.harismendy@wanadoo.fr ou Erwan Le Gall : legallerwan@ymail.com

Directeurs de projet

Patrick Harismendy, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Erwan Le Gall, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Comité scientifique

Luc Capdevila, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Patrick Harismendy, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Vincent Joly, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

Erwan Le Gall, Histoire contemporaine, Université Rennes 2, CNRS UMR 6258 CERHIO

 

 

 

Call for Paper : colloque international à Pau ; Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920)

Colloque international
Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre (1914-1920

Lyon. Le jardin du blessé, près du Parc. La salle de lecture et de repos, photographie, 1915, Bibliothèque municipale de Lyon (Res151075).
Lyon. Le jardin du
blessé, près du Parc.
La salle de lecture et de
repos, photographie,
1915, Bibliothèque
municipale de Lyon
(Res151075).

 

(English translation below)

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

 

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.

À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?

Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :

Ø  Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;

Ø  Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;

Ø  Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre.

Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

Comité d’organisation : Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Comité scientifique : Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

International conference
European “domestic fronts”: the home front at war (1914-1920

 

With a few exceptions, relatively little attention has been paid in the (French) historiography to the question of the home front. Apart from a few seminal studies, this “other front” has to a large extent been neglected. For France, where most of the fighting on the Western front took place, the home front corresponded to the “interior zone”: a space outside the “armed forces zone” where there were no military operations against the enemy but which was however caught up in the logic of total war. The home front was therefore a vast space linked symbolically, politically, emotionally and economically to the territories where the fighting was taking place or which had been occupied by the enemy.

Thus, as a place to seek refuge or healing, mourn the dead or find new strength, the home front played an important role in the war, though in its own specific ways and at its own specific pace. In fact, while most historical study focuses on the wartime period and the changing fates of the belligerent powers, the history of the home front includes the immediate post-war period because of the profound impact of returning combatants and prisoners and of the various ways in which the return to peace was implemented.

In this respect, while military mobilizations have been the object of a substantial volume of research, the mobilizations which took place within the civilian societies of the European countries affected by the war still represent a subject which is at the same time vast and only partly explored. Several approaches could be suggested, beginning with the very notion of the home front. What is there in common between the “front intérieur”– a term which in France has progressively replaced that of the “arrière” – and the home front in Britain, the Italian fronte interno or even the German Heimatfront? For the belligerent colonial Empire States, how were the metropolitan “home front” and the colonial “home front” connected? And within these home fronts, what were the forms and spaces in which the civilian populations was mobilized? For example, to what extent did the conflict redefine the dialectic between local and national identities? If the home front was at one with the front proper and mobilized to take part in the war (some historians have referred to a “martial investment” of civilian societies at war), was it not also the refuge of the “embusqués”, soldiers who in one way or another were able to spend the duration of the war away from the dangers and discomforts of the front? And was it not affected by forms of resistance or even opposition to the war? Finally, did exchanges between the front and the rear contribute to the construction of cultures of war which were shared by the vast majority?

Beyond representations, this conference will seek more generally to analyse social practices and transformations and the place and role of the home front during the conflict and also in the months after it ended (demobilization, reconstruction, …). The debate could usefully be organized around the following three themes (which are neither mutually exclusive nor exhaustive):

Ø Circulations between the front and the rear and within the home front (innovations, production and distribution of supplies, capital, letters, migrations of the workforce, place of refugees, etc.) ;

Ø Mobilisations of people, minds, economies and distant territories; and also “non-mobilisation”/resistance/refusal to mobilize. Papers on the day-to-day administration of the war will be especially welcome: requisitions, restrictions and shortages, organization of food and other supplies, the black market, the role of local administrations (the town halls and mayors in France), philanthropic societies, etc.;

Ø Transformations of landscapes, societies, social relationships (between local and “outside” populations, between bosses and workers, between generations, etc.), of identities (local, regional, national or imperial), of cultural and religious practices, of people’s personal lives, of relations between centres and periphery, etc. Proposals on the rural experiences of war will be particularly welcome.

This conference, which will form the basis of a publication, intends to be resolutely interdisciplinary, comparative and open to the wider European dimension. The call for papers is addressed to both confirmed researchers and PhD students. The working languages will be French and English. Proposals (2500 characters max., accompanied by a short CV including publications) should be sent by 4 May 2015 to colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

The scientific committee will announce its decisions by early July 2015.

Organizing committee: Laurent Dornel [UPPA-ITEM], Laurent Jalabert [UPPA-ITEM], Stéphane Le Bras [Univ.Blaise-Pascal Clermont-Ferrand-CHEC], Josette Pontet [Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne], Jean-François Vergez [ONAC.64]

Scientific committee: Nicolas Beaupré (Univ. Blaise-Pascal Clermont-Ferrand – Institut Universitaire de France), François Buton (CNRS-CEPEL Montpellier), Emmanuelle Cronier (Université de Picardie Jules-Verne), Franziska Heimburger (EHESS-Paris, CRH), Elise Julien (Sciences Po Lille – IRHIS UMR CNRS/Lille 3), Gerd Krumeich (professeur émérite à l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, professeur associé à l’IHTP), Jenny MacLeod (University of Hull), Nicolas Mariot (CNRS – CESSP, UMR 8209), Jessica Meyer (University of Leeds), Nicolas Patin (Université Bordeaux-Montaigne) Antoine Prost (Professeur émérite, Université Paris 1-Sorbonne), Pierre Purseigle (The University of Warwick, Coventry), Clémentine Vidal-Naquet (Université Paris IV-Sorbonne).

Informations : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr

 

La lyre et les armes : poètes en guerre (Péguy, Stadler, Owen). Colloque international à Strasbourg

Capture d’écran 2015-01-23 à 14.34.25

La lyre et les armes : poètes en guerre

(Péguy, Stadler, Owen)

Colloque international

29-31 janvier 2015

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU)

(Auditorium)

organisé par la BNU et la Faculté des lettres de l’Université de Strasbourg,

avec le soutien du Consulat général de Russie

Programme

            Jeudi 29 janvier (à partir de 12.00) : Première journée

 

12.00 – 13.30 : Déjeuner (Buffet, BNU)

  • 13.30 – 14.00 :                      Ouverture du colloque par :

 

Albert Poirot, Administrateur de la BNU

Michel Deneken, 1er Vice – président de l’Université  de Strasbourg

Béatrice Guion, Directrice de l’Equipe d’Accueil « Configurations Littéraires »

  • 14.00 – 15.00 :                       Des poètes et la guerre : table ronde

Animée par  Jean-Yves Masson (poète et traducteur, professeur à l’Université Paris 4)

 

Avec la participation de : Salah Stétié, poète et diplomate libanais ; Stephen Romer, poète et traducteur anglais ; Michèle Finck, poète et traductrice française ; Olga Sedakova, poète et traductrice russe

 

Pause – café

 

  • 15.00  – 17.30 :                     Poésie et guerre : regards croisés

Présidé par Jean-Noël Grandhomme  (Université de Metz)

 

Nicolas Beaupré (Université de Clermont-Ferrand) : « Au front : littérature et poésie combattante de la Grande Guerre »

Olivier Henri Bonnerot (Université de Strasbourg) : « Ceux qui tiraient dans les étoiles… »

Jean-Pierre Rioux (Historien, Inspecteur général honoraire de l’Education Nationale) : « Eté 14 : Péguy en pantalon rouge »

 

Pause – café

 

v  à partir de 18.00 : visite guidée de l’exposition 1914, la mort des poètes à la Bibliothèque Nationale de Strasbourg, en compagnie de ses commissaires Julien Collonges, Jérôme Schweitzer et Tatiana Victoroff

 

v  à 20.00 : soirée poétique « La bataille de partout » : les poètes face à la violence de l’Histoire  (salle Pasteur, Palais Universitaire) >> Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

21. 30 : Diner au restaurant La Victoire (24 Quai des Pêcheurs)

 

 

 

            Vendredi 30 janvier : Deuxième journée

 

  • 10.00 – 12.30 :                      Poètes en dialogue : Péguy, Stadler, Owen

Présidé par Xavier Hanotte (Ecrivain et traducteur)

 

Maryse Staiber (Université de Strasbourg) : « De Péguy à Stadler : un cas de transfert culturel dans l’Europe d’avant-guerre »

Jennifer Kilgore-Caradec (Université de Caen) : « Blessures profondes dans l’œuvre de Péguy, Stadler et Owen »

 

Pause – café

 

Charles Fichter (germaniste, professeur agrégé) : « Stadler, Péguy et la guerre »

 

12.30 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00 – 18.00 :                       Dialogue entre les arts et la  guerre

Présidé par frère Remy Vallejo (Centre Emmanuel Mounier)

 

Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier) : « Les poètes et la Grande Guerre dans les revues expressionnistes allemandes Der Sturm, Die Aktion et Die Weißen Blätter »

Sophie Aymes-Stokes (Université de Bourgogne) et Brigitte Friant-Kessler (Université de Valenciennes) : « Entre traces et mémoire: illustrer la poésie de la Grande Guerre »

Tatiana Victoroff (Université de Strasbourg) : « Mystère et guerre. Charles Péguy et Richard Brunck de Freundeck »

 

Pause – café

 

Gilles Couderc (Université de Caen) : « Wilfred Owen, poète de guerre : la construction du mythe dans les arts »

Frank Knoery (Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg) : « La blessure et la chute. Une iconographie du héros de guerre dans les arts graphiques, autour du premier conflit mondial »

 

v  à 19.30 : soirée poétique au consulat de Russie à Strasbourg : lecture par Olga Sedakova de ses poèmes (en russe et en français)

>> Inscription obligatoire auprès de : vanessa.brosius@gmail.com ou 06 61 82 40 48

 

 

Samedi 31 janvier : Troisième journée

  • 9.00 – 13.00 :                        Mort(s) symbolique(s) : postérités des poètes

Présidé par Jérôme Roger (Université de Bordeaux)

 

Anne Mounic (Université Paris 3) : « Poètes de la Grande Guerre : le germe d’une pensée du singulier »

Yann Tholoniat (Université de Lorraine) : « Du corps poétique au corps politique dans les poèmes anglais de la Grande Guerre (Brooke, Sassoon, Owen) »

Claire Daudin (Association L’Amitié Charles Péguy) : « La mise en récit de la mort de Péguy (Barrès, Bernanos, Geoffrey Hill) »

 

Pause – café

 

Géraldi Leroy (Professeur émérite de l’Université d’Orléans) : « Péguy, ‘définition exacte’ du patriotisme »

Tatiana Taimanova (Université de Saint Pétersbourg). « Péguy sur la toile russe en 2014 »

 

13.00 – 14.00 : Déjeuner (Buffet, BNU)

 

  • 14.00-16.00 :             Postérités et traductions : table ronde

Animée par Maryse Staiber (Université de Strasbourg) et Anne Mounic (Université Paris 3)

 

Avec la participation de : Xavier Hanotte (écrivain et traducteur d’Owen en français), Philippe Abry (traducteur de Stadler), Maurice Godé (Professeur émérite de l’Université de Montpellier),  Elizaveta Legenkova et Liudmila Chvedova (traductrices de Péguy en russe), Daniel Aranjo (Université de Toulon).

Journée d’études : La guerre en images à la BDIC à Nanterre (26 janvier 2015)

Cote 108

Table ronde du projet franco-allemand La cote 108 à Berry-au-Bac : Fronts militaires et fronts domestiques entre histoires nationales et mémoire européenne

La guerre en images

Lundi 26 janvier 2015 (09:00 – 13:00) BDIC (Nanterre)

Le programme est à télécharger ici

 

Colloque – La pensée politique de Georges Clemenceau- 21 et 22 novembre

Clemenceau

Sous le haut patronage de Monsieur François Hollande
Président de la République
A l’occasion du 85e anniversaire
de la mort de Georges Clemenceau
et du Centenaire de la Première Guerre Mondiale

Vendredi 21 et Samedi 22 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau

La Société des Amis de Georges Clemenceau vous prie d’assister au colloque international

La Pensée Politique
de Georges Clemenceau

Vendredi 21 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau
09 h 30-12 h 45 14 h 30-18 h 00

Présentation : Marcel Wormser
(Président de la Société des Amis de Georges Clemenceau)
I. Clemenceau et la République 10 h 00 – 12 h 45
Président : Jean-Jacques Becker
(Université Paris X / Centre de Recherche Historial de la Grande Guerre)
– Clemenceau et l’idée de République
Sylvie Brodziak (Université de Cergy-Pontoise)
– Clemenceau et le Parlement
Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre, IEP Paris)
– Clemenceau Girondin ?
Samuel Tomei (IEP Paris)
Questions
11 h15 – 11 h 30 :  Pause
– Clemenceau, la question sociale et le socialisme
Michel Winock (IEP Paris)
– Clemenceau face à l’impérialisme et au colonialisme
Michel Drouin (CNRS)
– Clemenceau et Jules Ferry
Mona Ozouf (CNRS et EHESS)
Questions
12 h45 – 14 h 30 : Pause
II. Clemenceau et l’oeil du public 14 h 30 – 18 h 00
Président : Jean-Noël Jeanneney (ancien Ministre, IEP Paris)
– Clemenceau calomnié, la légende noire de Clemenceau
Pierre Assouline (Ecrivain, membre de l’Académie Goncourt)
– Clemenceau, sujet de caricatures et de réclames
Bertrand Tillier (Université de Bourgogne)
– Clemenceau vu par les Anglais
David Watson (Université d’Edimbourgh)
Questions
15 h45 – 16 h 00 : Pause
Table ronde animée par Jean-Loup Reverier
réunissant Madame Roselyne Bachelot-Narquin
et Messieurs Hervé Gaymard, Pierre Joxe, Manuel Valls
Projection du film inédit « Clemenceau »
Samedi 22 novembre 2014
Palais du Luxembourg – Salle Clemenceau
09 h 30-13 h 00
III. La Pensée de Clemenceau en action 09 h 30 – 13 h 00
Présidente : Sylvie Brodziak
(Université de Cergy-Pontoise)
– Clemenceau et la guerre, concept et circonstances
Jean-Jacques Becker
(Université Paris X / Centre de Recherche Historial de la Grande Guerre)
– Clemenceau et le Radicalisme
Serge Berstein (IEP Paris)
Questions
10h25-10h40 : Pause
– Clemenceau et les relations internationales
Yves Saint-Geours (Ambassadeur)
– Clemenceau vu par les Allemands
Gerd Krumeich (Université Düsseldorf)
– Clemenceau et le Levant
Gérard D. Khoury (Historien, chercheur associé à l’Iremam Aix)
– Clemenceau et les pensées politiques en Asie
Matthieu Séguéla (Docteur en histoire, chercheur associé à l’Umifre)
Questions
Conclusions : Jean-Pierre Chevènement (Ancien Ministre)
Remerciements : Marcel Wormser
(Président de la Société des Amis de Georges Clemenceau)
Imp. COMPO-OFFSET – 78700 CONFLANS – Tél. 01 39 72 61 76
Pour se rendre au Palais du Luxembourg
15, rue de Vaugirard
75006 Paris
Métro : Odéon, Mabillon
RER : Luxembourg
Parcs de stationnement : Place Saint-Sulpice, Marché Saint-Germain
Autobus : 58, 84 ou 89
Avec le concours du Ministère de la Défense, de la Ville de Paris,
de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale
et du Château de Parnay.
Renseignements
Sylvie Brodziak : sylvie.brodziak@gmail.com
Samuel Tomeï : samuel.tomei@orange.fr
Une pièce d’identité étant exigée à l’entrée,
l’on est prié de se présenter dès 9 heures

Entrer en guerre : colloque international et interdisciplinaire

Capture d’écran 2014-11-14 à 12.49.56

Colloque international et interdisciplinaire

Entrer en guerre

20, 21 et 22 novembre 2014

 Organisé par le CERILAC, Centre d’études et de recherches interdisciplinaires Lettres, Arts et Cinéma (Université Paris-Diderot Paris 7), avec le soutien de l’Institut des Humanités de Paris et du Centre de recherche de l’Historial de la Grande Guerre (Péronne)

Labellisé par la Mission du centenaire

Sous la direction de : Hélène Baty-Delalande et Carine Trevisan

Adresse : Amphithéâtre Buffon, 15 rue Hélène-Brion, 75013 Paris Salle Pierre Albouy (685C), Grands Moulins, bât. C, 6e étage, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris  

Contacts : Hélène Baty-Delalande h.batydelalande@gmail.com Carine Trevisan carine.trevisan@univ-paris-diderot.fr  

Entrée libre, dans la limite des places disponibles  

Jeudi 20 novembre

Amphithéâtre Buffon

9h Accueil

9h30 Ouverture par Jean-Jacques Becker  

Rituels 1

  Président de séance : Jean-François Cottier 

10h Emmanuelle Valette (Université Paris 7) : « Écoute Jupiter ; écoutez habitants des frontières… » Rituels et discours d’entrée en guerre dans la Rome républicaine

10h30 Florence Alazard (Université de Tours) : « Je vous notifie la guerre mortelle » : la déclaration de guerre à Venise en 1509, entre cérémonie, rituel et récit chevaleresque  

Questions

Pause

Rituels 2

  Présidente de séance : Florence Lotterie

11h30 Hugues Marquis (ESPE de Poitiers) : Solennité de l’entrée en guerre : les cérémonies patriotiques et la déclaration de guerre de 1792

12h Anne Rolland (Université catholique de l’Ouest) : Entrer en guerre pendant la Révolution française – Vendée, mars 1793 et janvier 1794

Questions  

Pause  

Questions d’éthique

  Présidente de séance : Jacqueline Nacache  

14h Stéphanie Aubert (Université Lyon 3) : L’entrée en guerre : l’échec du droit 

14h30 Sylvain Louet (Université de Marne-la-Vallée) : Trois regards filmiques européens sur l’été 1914 : une mise en question de la concorde civile et de la revendication de justice

15h Gaspard Delon (Université Paris 7) : Avant le combat, forger les hommes (Hollywood, Première Guerre mondiale/guerre du Vietnam) 

Questions  

Pause

La guerre de la presse

  Président de séance : Sophie Lucet

16h00 Alice Faroche (Université de Nanterre) : L’entrée en guerre à travers les journaux de tranchées

16h30 Vincent Gogibu (Université de Versailles Saint-Quentin) : Remy de Gourmont dans la tourmente

17h00 Severiano Rojo-Hernandez (Université d’Aix-Marseille) : Mécanismes de socialisation de l’entrée en guerre,  la presse basque antifasciste et la guerre d’Espagne (1936-1939) 

Questions

Vendredi 21 novembre

Salle Pierre-Albouy

Repenser, reconfigurer

  Président de séance : Stéphane Audoin-Rouzeau  

9h30 Christian Amalvi (Université de Montpellier 3) : La place de l’année 1914 dans les manuels scolaires de l’enseignement  secondaire français de 1964 au début du XXIe siècle

10h Véronique Elefteriou-Perrin (Université Paris 7) : « The Yanks are coming » : le monde du film et l’entrée de l’Amérique dans la Grande Guerre

10h30 Catherine Thewissen (Université catholique de Louvain) : « Au confluent de rêves » : 1914 dans la fiction de guerre irlandaise

Questions  

Pause

Imaginaires 1 : sensibilités

  Présidente de séance : Paule Petitier

13h30 Carine Trevisan (Université Paris 7) : 1914, l’appel de l’abîme 

14h00 Galit Haddad (EHESS) : Entrer en guerre : imaginer son baptême du feu…

14h30 Alain Parrau (Paris) : Face à l’Exode : Irène Némirovsky, Marc Bloch, Léon Werth 

Questions  

Pause

Présidente de séance : Odile Roynette  

15h30 Marco Mondini (ISIG-FBK, Université de Padoue) : Entrer en guerre / entrer dans la vie adulte. La mobilisation de l’imaginaire en Italie et la « génération 1915 »

16h00 Martin Kaltenecker (Université Paris 7) : 1914/1940, essai de phonosphère comparée

16h30 Philippe Marcerou (Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) : La trilogie de Paul Raynal : de l’engagement au pacifisme  

Questions

 

Samedi 22 novembre

Amphithéâtre Buffon

 

Imaginaires 2 : résonances

  Président de séance : Yannick Seité

9h30 David Mastin (Université de Nanterre) : « J’espère n’avoir tué personne » : l’entrée en guerre des élèves du Conservatoire national de musique dans une « Grande guerre » (août 1914- début 1916)

10h Karine Le Bail (CNRS/EHESS) : La musique au fusil : le Courrier de l’ON, journal collectif de guerre

Questions  

Pause

Présidente de séance : Claude Millet  

11h Hélène Baty-Delalande (Université Paris 7) : Quelques figures romanesques de l’entrée en guerre

11h30 Aline Jaulin (Université Paris 7) : Le corps en guerre de Latifa Laâbissi

Questions

Cocktail lunch

Singularités

Présidente de séance : Maria Manca

14h Irina Durnea (Université de Bordeaux 3) : L’entrée en guerre vue par les femmes

14h30 Manon Pignot (Université de Picardie/IUF) : Entrer en guerre, sortir de l’enfance ? Les « ado-combattants » de la Grande Guerre 

15h Claire Tran Thi Liên (Université Paris 7) : Nguyên Xuan Mai,  Itinéraire d’un médecin indochinois engagé pendant la Première Guerre mondiale

Questions

Cocktail de clôture

De la Grande Guerre au festival d’Avignon, saison 2

Comme l’an passé Corinne François-Denève, Maître de conférences en Lettres à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines et membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC) a chroniqué les pièces ayant pour thème la Grande Guerre au festival d’Avignon. Elle nous a aimablement fait parvenir ses critiques . Voici son texte :

De la Grande Guerre au festival d’Avignon, saison 2

Curieux festival que ce festival 2014… Guerre des tranchées avec la ministre, grève larvée avec le nouveau directeur du festival, si on en juge par les pancartes peu amènes à son endroit de certains intermittents-manifestants. S’il s’est finalement tenu, ce festival laisse ouvertes de nombreuses questions sur son avenir – ou plutôt sur son double avenir, celui du « in » (raccourci ? Moins ambitieux et dispendieux ?) et celui du « off » (plus régulé ? plus transparent ?).

Hasard du calendrier, ce festival 2014, qu’Olivier Py avait voulu « politique », et qui s’est affiché « vigilant et intranquille » était aussi celui qui marquait l’entrée dans l’ère des commémorations de la Grande Guerre. Nul étonnement à voir nombre de spectacles « sur » 14-18 qui s’affichent dans le « off » : avec un certain cynisme, Louise Wailly, « interluttante » interrogée par le très engagé CQFD, déclare par exemple :

Cette année c’est le centenaire de la guerre 14-18, alors des spectacles sur 14-18, t’en as une branlée. Il n’est plus question de savoir ce qui est pertinent de dire aujourd’hui, on est devenus des prestataires. Les discours de créativité, ça ne veut plus rien dire, c’est une culture de la commande, on est les bouffons du Ministère.[1]

De la commémoration comme prestation événementielle, ou de la commémoration comme anti-création, le ton est donné : peut-on s’inscrire dans une prescription ministérielle qui assure un relais auprès des instances de la « médiation culturelle », des subventions à la DRAC et… rester artiste ?

Le volumineux catalogue du off recensait au moins une quinzaine de productions 14-18 : outre La Fleur au fusil de François Bourcier, déjà vu l’année passée, et toujours intitulée « François Bourcier dans La Fleur au fusil », ce qui est une façon de placer l’artiste avant la commande, et Les Tranchées de Manuel Pratt, spectacle également créé l’année passée[2], on pouvait donc assister à des spectacles de danse (Noir de boue et d’obus de Chantal Loïal), à des fresques (Les Coquelicots des tranchées de Georges-Marie Jolidon), à des adaptations de romans (Capitaine Conan par la Compagnie Le Mot Passant, ou Ceux de 14 par la Compagnie La Parole du corps). On pensait aux tirailleurs sénégalais, aux femmes, aux enfants… ; la guerre de 14 était même dans le prestigieux « In », avec le « I am » de Lemi Ponifasio ; le prix du « Club de la Presse » du Off est allé (entre autres) aux Vibrants de la Compagnie Teknaï ; Femmes de l’ombre 1914-1918 de Brigitte Bladou fut l’un des coups de cœur de Savannah Macé sur TVOff : dès juillet 2014, les médailles plurent donc sur Avignon…

Nous n’avons ici recensé que quatre critiques (parues sur le site des Trois Coups), qui parlent de spectacles « sur » 14-18. Par leurs différences et leur diversité, ils nous semblaient être de bons « témoins » des pièces sur la Grande Guerre. Rendez-vous en 2015 !

 

Plastique muséale : « I am » de Lémi Ponifasio

« I am » de Lemi Ponifasio se voulait être un hommage aux combattants de la Grande Guerre. Rien de touchant, d’émouvant, dans ces tableaux recherchés et sophistiqués qui échouent à évoquer le naufrage de la Belle Epoque et le deuil de millions de combattants.

La Grande Guerre en cour d’honneur, projet labellisé centenaire, nous avait-on donc vendu l’objet. « I am », donc, du Samoan Lemi Ponifasio. « I am », soit une affirmation identitaire affichée, alors que l’on penserait davantage « collectif » pour la Grande Guerre, mais pourquoi pas. Décentrer la Grande Guerre vers les îles Samoa nous semblait aussi de fort bon augure : ne jamais oublier que le conflit européen fit entrer, par le jeu des empires, des combattants « périphériques » qui périrent en nombre dans le sol d’une mère-patrie qui leur avait été imposée. Une sorte de revisitation postcoloniale, en somme, toujours bienvenue, et de plus en plus à la mode.

Dès le début cependant on se méfie : voici qu’on nous balance du Artaud (Pour en finir avec le jugement de Dieu) et du Heiner Müller (Hamlet-Machine). Pourquoi pas Artaud, traumatisé souvent oublié de la Grande Guerre. Pourquoi pas Müller, dont les racines vont peut-être plonger dans le premier conflit mondial. Mais les deux ensemble nous ramènent aussi au centre, dans la tarte à la crème du théâtre supposément moderne, du théâtre d’images, de performance, de danse, de cette esthétique labellisée cour d’Honneur, faussement intello et vraiment méprisante, qu’on se doit d’admirer, parce que, si l’on ne comprend pas, c’est qu’on n’est pas intelligent.

Une heure cinquante donc d’images imposées, certes très belles, mais longues, longues, longues… Ce n’est pas l’été 14, c’est directement l’enlisement de 1916. On s’accroche au début : un personnage éructe un discours en maori (ou en samoan?), tandis que des ombres poussent des caisses noires en arrière-plan (ce doit être des cercueils). D’autres personnages font des claps-claps mécaniques : ce doit être l’entrée en guerre, applaudie par des Européens abrutis de propagande. Ensuite, deux guerriers s’affrontent dans un corps à corps : ce doit être la guerre. Et puis ensuite (?) Il y a la Mort (?) dans la rosace, qui dit Artaud, en anglais. Elle vient ensuite sur scène se faire cracher dessus, du sang, tandis qu’on lui jette aussi des fleurs. Puis arrive une actrice, qui éructe de nouveau en maori (samoan ?), mais on n’a pas vraiment compris pourquoi. Vers la fin, on jette des œufs sur un crucifié tatoué, et le tableau est interrompu par l’arrivée d’un joueur de cornemuse, tandis que la façade du Palais des Papes se couvre de cataractes d’eau.

La guerre d’usure

Pendant cette série de tableaux, longs, donc, et parfois, plus que spartiatement éclairés, on observe des spectateurs tenter une sortie, silhouettes voûtées qui se reflètent dans le clair-obscur de la scène. On grâcie volontiers ces déserteurs. Des dames commentent : « Tu comprends, toi ? », parfois des rires nerveux fusent, voire des applaudissements, quand un tableau long, très long, se termine.

Il s’agit donc d’une guerre d’usure. Il y a des pauses, comme dans les tranchées, car on sait de quoi le tableau va être fait quand on en a vu les cinq premières minutes. Il s’agit donc de tenir en attendant la prochaine attaque. Car le spectateur est bombardé d’infrabasses, de stroboscopes, de stridences : eh oui, c’est la guerre, c’était comme ça, mon bon monsieur. Sauf que l’esthétisme des tableaux jure avec cette sorte d’expérience muséale de « vie dans une tranchée ».

Plastique, esthétique… et vide

Que dire donc des artefacts nés de la commémoration de ce centenaire ? Qu’il est difficile, sans doute, de tenir la ligne, entre un pathos putassier et pompier (on ne citera pas d’exemples), et cet objet froid, désincarné, plastique, muséal, d’où ne sourd, surtout, aucune émotion. Le label « centenaire », le label « Nouvelle-Zélande », en deviennent gênants : comment ne pas « aimer » ce « spectacle » vendu avec tant de cautions intellectuelles…

Ce qui pêche sans doute ici avant tout, c’est bien la forme : choisir une esthétique plastique, qui refuse le récit, quand il s’agissait de faire le grand récit de 14-18. Alors on arguera qu’on n’est pas au Français, que ce n’est pas du boulevard, qu’on n’est pas là pour raconter des histoires, ni faire des produits commerciaux, mais bien proposer un « projet » exigeant, certes peu accessible à tous, mais intellectuel. Une esthétique clivante de l’ennui : se mettre en ligne, faire de belles images — fort bien. On peut se dire aussi que les soldats de 14, êtres de chair et de sang, méritaient peut-être mieux comme hommage « in », ou officiel.

I am  de Lemi Ponifasio

Conception, scénographie, chorégraphie et mise en scène: Lemi Ponifasio

Avec : Nina Arsenault, Rosie Te Rauawhea Belvie, Kasina Campbell, Kelemete Fua, Charles Koroneho, Ria Te Uira Paki, Ioane Papalii, Te Rau o Te Huia Pou, Teataki Tamango, Ofati Tangaroa, Arikitau Tentau, Maereke Teteka, Bainrebu Tonganibeia et la participation d’un groupe d’amateurs d’Avignon

Cour d’Honneur du Palais des Papes • 84 000 Avignon

http://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2014/i-am

Du 18 au 23 juillet 2014 à 22 heures, relâche le 21 juillet.

A partir de 16 ans

De 10 à 38 euros

 

Le théâtre aux armées : Les Vibrants d’Aïda Asgharzadeh

Un mutilé de la face se révèle en Cyrano : un concept intellectuel proposé par une troupe de jeunes comédiens.

Les Vibrants fait le choix d’un sujet aussi insolite qu’éprouvant. Soit un blessé de la face, Eugène, dont le visage a été emporté par un éclat d’obus, qui se retrouve au Val-de-Grâce, à la merci d’une infirmière en chef revêche, d’une soignante qui ne connaît elle que l’empathie, d’un colonel hurleur et défiguré, d’un médecin-chef clinique et scientifique. Dans une autre vie, avant la guerre, Eugène a aimé – une actrice, ou plutôt une comédienne, Blanche, qui ne l’a pas attendu. On repense à La Chambre des officiers, mais la piste sera différente : voilà qu’arrive la grande Sarah Bernhardt. Entre ces deux mutilés, la compréhension est immédiate, et Sarah a une idée de génie, absurde ou sublime : faire jouer à cet homme à qui il manque un nez… Cyrano. Le mutilé se fait acteur, la prothèse est un masque, et cet homme qui ne savait plus parler retrouve une diction impeccable pour son triomphe sur scène. Applaudissements au finale – pour ce Cyrano ? Pour la pièce ? Vertige du « méta », puissance du concept.

On le voit, le sujet est baroque et fantasque en diable, et surtout éminemment théâtral. Curieusement, Les Vibrants semblent tenir à distance cette « théâtralité » inscrite dans le propos-même de la pièce : une succession de plans remplace la continuité dramatique ; et, surtout, l’esthétique adoptée relève davantage du cinéma que du théâtre. Cinéma que cet usage du flashback, de la voix off, de la musique, qui vient souligner les scènes émouvantes, de la distribution du plateau en isolats séparés par des mousselines que les acteurs et actrices tirent, retirent, arpentant le plateau sans cesse, au point, parfois, que le bruit de leurs pas vient couvrir leurs paroles.

Elephant Man et Lost Highway

La vision qui nous est offerte lorgne singulièrement, également, vers des références cinématographiques : non point Johnny got his gun, qui aurait offert un noir et blanc très plastique, mais plutôt les films de David Lynch. Eugène, avec sa prothèse, caché sous son drap, a ainsi des airs d’Elephant Man. Le clair-obscur, les visages vert-de-gris pointent vers une esthétique lynchienne : Twin Peaks dans les tranchées. On peut penser aussi à Enki Bilal, ou, pour la jolie scène de rencontre entre Blanche et Eugène, à une carte postale colorisée des années de la guerre.

Perdre son visage, est-ce perdre son identité ? Etre mutilé, est-ce être mort ou vivant ? Se suicider, quand on est blessé, est-ce être lâche ou courageux ? Le théâtre aide-t-il à vivre ? Les Vibrants est une pièce ambitieuse, sur un sujet difficile. On peut trouver sublimes ses choix assumés de mise en scène et de jeu (qui visent évidemment ce sublime) ou au contraire rester sourd à son esthétique paroxystique et conceptuelle.

Les Vibrants d’Aïda Asgharzadeh

Mise en scène : Quentin Defalt

Avec : Aïda Asgharzadeh, Benjamin Brenière, Matthieu Hornuss, Amélie Manet

Collaboration artistique : Damir Žiško

Lumières : Manuel Desfeux

Scénographie : Natacha Le Guen

Costumes : Marion Rebmann

Musique : Stéphane Corbin

Création sonore et régie : Ludovic Champagne

Masques : Chloé Cassagnes

Maquillages : Alice Faure

Théâtre Actuel • 80 rue Guillaume Puy • 84 000 Avignon

http://www.compagnie-teknai.com/ – !les-vibrants/c1948

A partir de 10 ans

Du 4 au 27 juillet 2014 à 17 h 15

Durée : 1 H 20

De 10 à 18 euros

 

Sillons sanglants

 

Cie Ecart Theatre 4 - credit photo Sarah Oday
L’autre chemin des dames : Cie Ecart Theatre 4 – credit photo Sarah Oday

Un titre intelligent et subtil, à l’image de ce spectacle. Une « commémoration » de la Grande Guerre vue du Midi, et des femmes

Quelle idée ingénieuse que de s’emparer du beau roman méconnu de Marcelle Capy, Des femmes passèrent, paru en 1931, et non réédité à ce jour ! Dans ce roman poétique, Marcelle Capy, une des premières « femmes reporters », qui se fit connaître aussi par son Une voix de femme au-dessus de la mêlée, variante féminine de l’essai de Romain Rolland, dresse la chronique humble de « damnées de la terre » (l’Angeline, la Madeline, la Bertrande), prises, dans un Midi lointain (à Pradines, plus exactement) par la tourmente de la guerre. Fiancés qui meurent ou reviennent mutilés, qui s’ensauvagent ou vous quittent, village abandonné aux vieux qui balaient, champs remis aux mains des femmes qui labourent – toute une chronique sensible de la vie de ces humbles femmes de l’arrière.

Représenter la Grande guerre par le biais des femmes, l’entreprise n’est pas nouvelle : ce fut le cas l’année passée à Avignon avec Victoire, la fille du soldat inconnu,  de Sylvie Gravagna, ou, cette année, avec Femmes de l’ombre 1914 – 1918 de Brigitte Bladou. Mais c’est sans doute la première fois, à notre connaissance, que le roman de Capy sert de matériau.

Trois comédiennes se relaient donc pour dire des extraits du texte, face public, dans un décor dépouillé, fait de sièges en bois et d’épis de maïs. Le « théâtre-récit » choisi ici sert d’écrin aux beaux textes de Capy. L’on suit donc la chronique de ces quatre années de guerre, du départ « fleur au fusil » à l’armistice. Entretemps, il y aura eu les premiers morts, les mariages annulés, l’arrivée des prisonniers, le deuil, la souffrance, mais aussi l’inébranlable marche des saisons : géraniums qui fleurissent, vendanges et moissons à faire seules. Les textes choisis dans le roman illustrent admirablement, et sans le trahir, le drame rural et féminin de Capy.

Un drame rural et féminin, illustré de lettres et de chansons

En soi, le texte de Capy aurait pu soutenir seul le spectacle, mais les auteurs, peut-être effrayés par la monotonie supposée de l’ensemble (et ce n’est pas le cas), ont fait le choix d’intercaler entre les tableaux extraits de Capy des lettres de poilus (celles des frères Parrain, du Puy de Dôme) et des chansons. On craint souvent le pire face à un tel assemblage : hétéroclite, il n’est parfois que dissonant, quand il ne sert pas à combler un abyssal vide dramaturgique ou narratif.

Tel n’est pas le cas ici, heureusement, et presque miraculeusement. Les lettres de poilus ne sont pas nombreuses. Disposées en diptyque, à des moments choisis, elles font écho au texte de Capy : ivresse du départ et envie de rassurer la famille d’un côté, terreur et horreur des combats de l’autre. Tout juste peut-on regretter, peut-être, la diction vociférante et en force, comme c’est d’ailleurs souvent l’usage, du récit de la canonnade et de la mitraille, alors qu’un sotto voce, encore plus quand il est pris en charge par un « chœur » de trois femmes, serait sans doute plus émouvant encore. Les chansons ne sont pas non plus nombreuses, et elles sont surtout terriblement touchantes : Quand un soldat de Francis Lemarque, Tu n’en reviendras pas de Léo Ferré et Louis Aragon, La Femme du soldat inconnu de Magyd Cherfi (de Zebda)…  Des chansons pas forcément de 14-18 (sauf un poème à Lou d’Apollinaire), mais des trouvailles décidément subtiles, merveilleusement interprétées, et surtout pertinentes.

Il y a quelque chose, en effet, de terriblement, désespérément triste et beau, dans cet « autre chemin des dames », qui fait entendre une chanson douce et grise, celle des femmes de l’arrière, servie par trois admirables comédiennes.

L’Autre Chemin des dames de Pascale Siméon, Marielle Coubaillon et Anne Gaydier, d’après Marcelle Capy

Musique: Jean-Louis Bettarel

Avec : Pascale Siméon, Marielle Coubaillon et Anne Gaydier

Collaboration artistique : Marc Siemiatycki

Assistante à la mise en scène : Annelyse Bezy

Scénographe : Clément Dubois

Lumières : Guillaume Leybros

Costumes : Céline Deloche

Assistante costumes : Carole Vigné

Régie générale : Swan Chelle

Espace Roseau • 8 rue Pétramale • 84 000 Avignon

http://www.ecart-theatre.fr/l_autre_chemin_des_dames_176.htm

Du 5 au 26 juillet 2014 à 10 h

Durée : 1 h 15

De 6 à 16 euros

 

La guerre des enfants

Des amateurs, très jeunes, se chargent de dire les témoignages des habitants de Stenay, ville de la Meuse occupée dès août 1914. Emotion des situations, émotion d’un dispositif ingénieux qui fait la part belle à la sincérité de ces comédiens en herbe.

Crédit photo Corinne François-Denève
Stenay 1914 – Crédit photo Corinne François-Denève

Au début, disons-le, on craignait le pire. Au fond de la cour du collège de la Salle, où doit se jouer le spectacle, des gradins bleus griffés « Académie des Arts du Spectacle » et un portique chargé d’accessoires de gymnastique. Va-t-on nous imposer les derniers loopings de Guynemer ? Nous inviter à expérimenter ce que ressent un pauvre poilu soufflé par un éclat d’obus ? Derrière la barrière que l’on garde fermée, de très, très jeunes gens se mettent en place. Ils ont le visage poudré de blanc : évidemment, en temps de guerre, on est pâlot.

Prélude. Un accordéoniste aveugle campe la situation : Stenay est donc en proie à l’occupation allemande  (une situation que l’on a souvent oubliée, mais dont parle Annette Becker dans son livre les Cicatrices rouges 14-18). De patibulaires sentinelles allemandes poussent alors le public dans la cour du collège : vous voilà vous aussi, spectateur captif, retenu dans Stenay 1914. Un peu d’art de rue, de performance – on espère être de ceux qui s’en sortiront et pourront témoigner. Les sentinelles vous enjoignent de rejoindre une ligne blanche. Elles sont une vingtaine, qui suivent le carré de la cour. On s’y rend, toujours perplexe. Le spectacle commence.

Pendant 55 minutes, face à vous, un personnage va vous prendre dans le cœur de son récit : jeune mère de famille qui doit fuir avec le grand-père et ses deux jeunes enfants, Allemand amoureux d’une Française, Française amoureuse d’un Allemand, gamine qui doit tuer son chien, gamin qui élève en cachette des lapins, déserteur caché dans la forêt, et même le Kronprinz en personne qui mène la belle vie au Château des Tilleuls. Deux minutes trente pour vous raconter cela, et ensuite, roulement de tambour, on tourne, et vous vous retrouvez, vous, en position d’institutrice qui doit écrire pour l’illettrée, de maire qui doit ramasser des orties, de journaliste de la Gazette des Ardennes qui doit écrire un article à la gloire de l’Allemagne victorieuse.

Au revoir les enfants

Les jeunes acteurs appartiennent tous à la Compagnie « Les Chats Bottés en balade », de Marie-José Larose et Jean-Louis Humblet, basée non loin de Stenay. Ils ont été « coachés » et mis en scène, l’espace de courts week-ends, par François Bourcier. Les textes viennent de témoignages recueillis sur place. L’entreprise est donc tout à la fois éducative et commémorative.

Ces jeunes acteurs font ce qu’il y a de plus difficile, sans doute : répéter le même texte en face à face, devant un, ou deux spectateurs qui oscillent entre la surprise, la résignation ou la bienveillance. Il faut dire, redire, faire, refaire, les yeux dans les yeux, la même chose, tandis que le camarade d’à côté dit aussi son texte, il faut tenir le temps pour qu’on puisse tourner tous au signal donné, il faut lutter contre le plein air qui emporte les paroles, le mistral qui chasse les accessoires, les curieux qui s’amassent le long des grilles et qui commentent ce curieux spectacle.

Mais ces jeunes « amateurs » (mais que veut donc dire « amateurs » ?) ont la beauté de leur âge (ils ont entre 13 et 21 ans), et ils en ont aussi gardé encore intactes l’assurance tranquille et la justesse des enfants qui jouent. Que de ferveur dans leurs yeux, quand ils vous racontent leur Stenay 1914. Ils y croient et veulent que vous y croyiez aussi. La fin ? Un message humaniste, rare sur les textes de 14, que l’on vous laisse découvrir.

Rêvez ! C’est un ordre

C’est la paix, la liberté, on ressort, gentiment poussés par les infirmières, les soldats, les civils. Et après, quand toute la petite troupe vous encadre, jeunes comédiens impatients de savoir ce que vous en avez pensé, si ça vous a plu, on se hasarde à leur demander :

– Et alors, parmi vous, il y en a qui veulent devenir comédiens ? Comédiennes ?

Silence un peu gêné, un peu embarrassé.

– Euh, professionnels, vous voulez dire ?

– En amateur, oui, ça c’est sûr, mais…

– C’est compliqué…

– C’est pas facile…

– C’est risqué, hein…

Ah… Rêvez, jeunes gens de Stenay, Marine, Camille, Lorin, Nahel, Mathieu, Nathan, Constance, Perrine, Thomas, Marion, Benoît, Ludovic, Edan, Loïc, Adrien, Laure, Mélina et Hugo. Rêvez. C’est un ordre.

Stenay 1914, d’Emilie Génaédig

Mise en scène : François Bourcier

Avec : Marine Arnould, Camille Challant, Lorin Champeaux, Nahel Chihab, Mathieu Courtet, Nathan Deneuve, Constance Derouin, Perrine Evrard, Thomas François, Marion Gérard, Benoît Guichard, Ludovic Lafrogne, Edan Mahé, Loïc Mathieu, Adrien Musset, Laure Remy, Mélina Roth, Hugo Wispelaere (Compagnie Les Chats Bottés en balade)

Costumes : Servais M-A, Les Chierothains

Cour du Collège de la Salle • 5 place Louis Pasteur • 84 000 Avignon

A partir de 7 ans

Du 18 au 27 juillet 2014 à 19 h 20

Durée : 55 minutes

De 4,5 à 7 euros

 


[1] http://cqfd-journal.org/De-la-monoculture-en-Avignon, consulté le 1er août 2014.

L’entrée en guerre.

A l’occasion du 100ème anniversaire de l’entrée en guerre
(jour pour jour, heure pour heure)
le centre international de recherche de l’Historial
est heureux de vous inviter à
la conférence de Jean-Jacques Becker :

L’entrée en guerre

Dimanche 3 août 2014, 18H
Historial de la Grande Guerre, Péronne
Salle audiovisuelle

Le ler août 1914, vers 16 heures à quelques minutes d’intervalle, la France et l’Allemagne décrétaient la mobilisation générale. Le 3 août 1914 à 18 heures, l’Allemagne déclarait la guerre à la France. Ce qu’on allait appeler très vite le Grande Guerre avait commencé.
Comment en est-on arrivé là ?
Jean-Jacques BECKER
Professeur émérite Paris Ouest Nanterre – La Défense, Président d’honneur du Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre

Entrée libre dans la limite des places disponibles, inscription conseillée.
Pour tout renseignement : c.fontaine@historial.org tel : 03 22 83 54 13
Illustration : Affiche de mobilisation générale. Collection Historial de la Grande Guerre, Péronne (Somme) Photo : Yazid Medmoun CG80

Appel à contribution franco-allemand pour doctorants : nouvelles approches de la Grande Guerre

Colloque de recherche franco-allemand

Deutsch-französisches Graduierten-Colloquium

Stuttgart, du 16 au 18 octobre 2014

Le Centre International pour la Recherche sur la Culture et la Technique (IZKT) invite chaque année des doctorants allemands et français à un colloque de recherche interdisciplinaire qui a lieu à Stuttgart. Les participants postulent par un CV et un bref exposé de leur présentation, en général issue de leur projet de recherche. Les frais de voyage, de logement et de restauration des participants invités sont pris en charge. Le thème du colloque de cette année s’intitule :

La Première Guerre Mondiale

Nouvelles approches de la recherche, nouvelles formes de mémoire : une comparaison européenne.

Le Centenaire du déclenchement de la Première Guerre Mondiale et ses commémorations publiques approchent. De nouvelles publications scientifiques voient le jour et tentent d’approfondir et de remettre en perspective le travail de reconstruction historique, en donnant à découvrir de nouvelles sources ou en explorant de nouvelles approches méthodologiques. La possibilité d’une analogie avec le temps présent est aussi une question omniprésente dans le débat scientifique. La Première Guerre Mondiale se présente également comme une césure et un tournant dans le monde culturel. La façon dont elle se reflète dans la littérature, la philosophie, l’art et la musique montre clairement à quel point la Première Guerre Mondiale fut une période cruciale pour la construction identitaire de l’Europe.

Au-delà des discussions scientifiques, la Première Guerre Mondiale est devenue depuis longtemps un « lieu de mémoire » dans les champs politique et littéraire. Le souvenir qu’évoque la « catastrophe originelle du 20ème siècle » agit sur le processus d’autodéfinition identitaire de l’Europe. La confrontation avec le passé se déroule sous les auspices d’une crise politique de l’UE. Les différents aspects de la mémoire collective oscillent dans ce contexte entre deux extrêmes, celui d’une perspective nationale et celui d’une perspective résolument européenne.

A partir d’un angle franco-allemand, ce colloque a pour objectif de faire dialoguer et de comparer les points de vue européens dans les domaines de l’histoire, de la littérature, et des sciences de la communication, mais aussi de l’histoire de la technique, de la philosophie et des sciences politiques et sociales. Dès l’automne 2014, il sera également possible de faire un bilan rétrospectif des commémorations de l’été.

Les nouvelles approches de la recherche, les conséquences politiques et culturelles de la Première Guerre Mondiale sont des thématiques souhaitées. D’autres sujets possibles sont l’analyse de la mise en scène médiatique de la mémoire dans la littérature, le cinéma, la télévision et les jeux vidéo, ainsi que l’instrumentalisation politique des analogies historiques. Les contributions venues d’autres pays et traitant de la situation dans d’autres pays que l’Allemagne et la France sont aussi tout à fait bienvenues.

Les doctorants sont priés de fournir un thème d’exposé (avec un résumé de deux pages maximum), un CV et une note de recommandation du professeur titulaire avant le 4 juillet 2014.

 

Deutsch-französisches Graduierten-Colloquium

Colloque de recherche franco-allemand

 

Stuttgart, 16.-18. Oktober 2014

Das Internationale Zentrum für Kultur- und Technikforschung (IZKT) lädt jährlich deutsche und französische Doktoranden zu einem interdisziplinären Forschungskolloquium nach Stuttgart. Die Teilnehmer bewerben sich mit ihrem Lebenslauf und einem Exposé ihres Beitrages, der in der Regel aus dem Dissertationsvorhaben erwächst. Moderatoren geben ihnen Hilfestellung und schlagen Brücken zwischen den Themen und Ansätzen. Die Reise- und Übernachtungskosten sowie die Verpflegung der Teilnehmer werden erstattet.

Der Erste Weltkrieg

Neue Forschungsansätze und Erinnerungsformen

im europäischen Vergleich

Der 100. Jahrestag des Kriegsbeginns 1914 wirft in der europäischen Öffentlichkeit seine Schatten voraus. Neue wissenschaftliche Publikationen versuchen der historischen Rekonstruktion eine größere Tiefenschärfe zu verschaffen, indem sie neue Quellen lesbar machen oder neue methodische Zugriffe versuchen. Dabei wird auch immer wieder die Frage nach möglichen Analogien zur Gegenwart gestellt. Nicht zuletzt rückt der Erste Weltkrieg als kultureller Einschnitt in den Fokus. Seine Spiegelungen in Literatur, Philosophie, Kunst und Musik machen deutlich, wie einschneidend der Erste Weltkrieg für das europäische Selbstverständnis war.

Neben der wissenschaftlichen Diskussion ist der Erste Weltkrieg in der politischen und literarischen Öffentlichkeit jedoch längst zu einem „Erinnerungsort“ geworden. Das Gedenken an die „Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts“ wirkt auf die Selbstverständigungsprozesse in Europa. Die Auseinandersetzung mit der Vergangenheit erfolgt unter den Vorzeichen einer politischen Krise der EU. Die Formen des kollektiven Erinnerns bewegen sich dabei in einem Spektrum zwischen nationalen und bewusst europäischen Perspektiven.

Ausgehend von einem deutsch-französischen Fokus wollen wir die Perspektiven der Geschichts-, Literatur- und Medienwissenschaft, sowie der Technikgeschichte, Philosophie und Politikwissenschaft in einen europäisch-vergleichenden Dialog setzen. Im Herbst 2014 wird dabei schon der Rückblick auf die Gedenkveranstaltungen des Sommers möglich sein. Erwünscht sind Beiträge zu neuen Forschungsansätzen, zu den kulturellen und politischen Folgen des Ersten Weltkriegs, zur Analyse der medialen Inszenierung des Erinnerns in Literatur, Film, Fernsehen und Computerspielen sowie zur politischen Instrumentalisierung historischer Analogien. Willkommen sind explizit auch Beiträge aus und zu anderen Ländern als Deutschland und Frankreich.

 

Doktoranden werden gebeten einen Themenvorschlag (mit einer Zusammenfassung von max. zwei Seiten), einen Lebenslauf und die Empfehlung eines Lehrstuhlinhabers bis zum 4. Juli 2014 einzusenden.

Dr. Felix Heidenreich

Internationales Zentrum für

Kultur- und Technikforschung (IZKT)

Universität Stuttgart

Geschwister-Scholl-Straße 24

D – 70174 Stuttgart

felix.heidenreich@izkt.uni-stuttgart.de

Tel.: 0049-711-6858-4149logo_izkt

dva_logo_stiftung_rgb-small200

Conférence “La guerre au travail, 1914-1920 Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs”

7203_10151694749222593_2050339698_aL’UniverCité

Saison 2013-2014

Mardi 20 mai 2014, à 18h30

La guerre au travail, 1914-1920

Étrangers et coloniaux à l’usine et dans les champs

Conférence de Laurent Dornel, Université de Pau et des Pays de l’Adour

présentée par Marianne Amar, Cité nationale de l’histoire de l’immigration

À l’occasion de la Première Guerre mondiale, en raison d’une grave pénurie de main-d’œuvre, la France – cas à peu près unique en Europe – fit appel à un très grand nombre de travailleurs étrangers européens surtout, mais aussi coloniaux  et chinois. Si les soldats coloniaux ont suscité une littérature scientifique assez abondante, tel n’est pas le cas des ouvriers étrangers, coloniaux et chinois. Or l’histoire de cet épisode migratoire, qui se situe à la croisée de l’histoire de l’immigration, de la colonisation, de la guerre et de l’État, présente des enjeux essentiels.

La guerre pose, pour la France, la question migratoire en des termes nouveaux. L’État, dont le rôle s’était limité à la surveillance des immigrés, devient en quelques mois un acteur majeur du processus migratoire. C’est lui qui, directement, recrute et transporte les ouvriers coloniaux et chinois, les répartit sur le territoire français, les surveille étroitement, leur affecte des emplois et impose des contrats aux employeurs privés et publics.

L’arrivée de ces milliers de travailleurs coloniaux et d’étrangers se traduit par des formes de transfert des catégories et de la domination coloniales sur le territoire métropolitain. Les autorités françaises mettent en place des structures administratives nouvelles qui institutionnalisent l’existence de deux types de main-d’œuvre pensés désormais comme radicalement distincts : d’un côté la main-d’œuvre européenne ou « blanche » (la whitenessdevient ainsi une catégorie administrative), de l’autre les coloniaux (« indigènes ») et les Chinois souvent désignés par leur « couleur ». Avant même la fin de la guerre, les premiers sont définis comme « désirables », tandis que les seconds, racialisés, sont construits officiellement comme inassimilables et par conséquent « indésirables ». La guerre marque ainsi la naissance des indésirables, motif majeur de la xénophobie et du racisme de l’entre-deux-guerres.

Après la conférence, nous aurons le plaisir de vous inviter autour d’un verre

pour fêter la fin de la saison 2013-2014

INFORMATIONS PRATIQUES

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles. Auditorium Philippe Dewitte.

MUSEE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION

PALAIS DE LA PORTE DOREE – 293 avenue Daumesnil, 75012 Paris
www.histoire-immigration.fr

Contact : conferences@histoire-immigration.fr ; @Marianne_Amar